Construire l'espace

3 542 vues

Publié le

La construction de l'espace, quelques pistes

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 542
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 494
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Construire l'espace

  1. 1. Construction de l'espace de l'espace vécu à l'espace représenté
  2. 2. Le vocabulaire retenu et la démarche sont fortement inspirés par un travail réalisé par M. Benoist (PIUFM), S. Zubelli (CPCEPS) et un collectif d’enseignants de maternelle sur la circonscription de Ris Orangis d’octobre 1999 à octobre 2000. Ce travail a été publié dans la revue EPS1 sous le titre « Vers la course d’orientation en maternelle : une progression de la PS à la GS ». Ce travail a aussi été formalisé par C. Cabot, CPDEPS91
  3. 3. Définition Pour J. Piaget, se repérer dans l’espace, c’est le fait de « percevoir les relations des choses entre elles, comprendre son propre déplacement par rapport aux choses. » L’espace est un cadre dans lequel la connaissance va s’organiser, se développer, se complexifier selon G. Bourneau, J. Daniau et M. Miaille. D’après Y. Le Roch, « l’espace est un milieu à construire en tant qu’objet ». Un objet est ce qui n’est pas soi, ce qui est séparé de soi. « Il doit être construit en fonction d’un sujet qui s’incarne dans un corps. »
  4. 4. Micro-espace - Espace proche du sujet ; on peut voir, toucher et déplacer les objets de cet espace ; il y a perception exhaustive des objets. - Le sujet est à l’extérieur de l’espace. - Il n’est pas nécessaire de conceptualiser pour appréhender cet espace. Exemple : L’espace de la table de l’enfant Méso-espace - Espace accessible à une vision globale. - Les objets sont fixes ou semi-fixes, visibles selon diverses perspectives. - Le sujet est à l’intérieur de l’espace ; il peut s’y déplacer pour observer selon différents points de vue. - Une conceptualisation est utile pour appréhender cet espace (maquette, plan) Exemple : La classe de l’enfant Macro-espace - Espace accessible seulement à des visions locales. - Les objets sont fixes et une partie seulement est sous le contrôle de sa vue. - Le sujet est à l’intérieur de l’espace et doit coordonner des informations partielles. - Une conceptualisation est indispensable pour appréhender cet espace (plan, carte). Exemples : Le village ou le quartier de l’enfant, sa ville ; etc. Définition
  5. 5. Il s’agit de partir d’activités simples et motivantes qui ont du sens pour les enfants afin de nommer les lieux, de se les approprier et de structurer le milieu. Les activités proposées doivent permettre un véritable engagement des élèves en les habituant progressivement à être pilotes et non à être pilotés. Les lieux investis de façon progressive peuvent être : la classe, la salle d’EPS, l’intérieur de l’école, la cour, un complexe sportif ou un parc à l’extérieur.
  6. 6. Trois étapes de plus en plus complexes
  7. 7. Ils développent à ce moment des compétences autour de l’espace vécu (l’espace d’ici et de maintenant). Ils expriment ce qu’ils ressentent, nomment les activités et les objets manipulés ou utilisés. Dans un premier temps, les élèves vivent des activités durant lesquelles le vocabulaire spatial est développé au maximum (le Méso Espace). Ces activités peuvent appartenir à n’importe quel champ disciplinaire dans la mesure où le maître utilise du vocabulaire spatial (Les élèves par rapport aux objets, par rapport aux autres personnes, …) pour décrire l’environnement proche par rapport à des activités, à des déplacements, …. En effet, les enfants ont besoin de se déplacer dans l’espace, de vivre des événements forts et marquants dans un milieu pour pouvoir se l’approprier. La construction des compétences liées au repérage dans l’espace se fait en lien avec le développement des aptitudes sensorielles (vue, toucher, odorat, ouïe, goût) et des facultés motrices et intellectuelles.
  8. 8. des activités qui permettent : Leur but est d’amener les élèves à mémoriser les lieux par un ancrage affectif et cognitif. Il est conseillé de conserver quelque temps la même activité sur le même site afin de faciliter l’ancrage lieu/activité. Ces activités doivent permettre d’utiliser, en situation le vocabulaire spatial. d’explorer de mémoriser de s’approprier et de nommer un espace vécu. La mémoire du lieu est liée à ce qu’on y a fait.
  9. 9. des situations qui nécessitent : Leur but est d’amener les élèves à mobiliser la mémoire de l’espace vécu et qui obligent les élèves à confronter la mémoire de l’espace vécu à un espace perçu (les photographies, la réalité). la réalisation d’un trajet de la confronter à d’autres avis à la photographie à la réalité
  10. 10. des situations qui permettent le passage à un espace représenté (d’une représentation mentale à la construction d’un plan sommaire) peut-être même, à un espace symbolisé (dessins, codages, légendes Le mot construction permet d’insister sur l’indispensable passage par la maquette.
  11. 11. Construction d'une maquette
  12. 12. Le but est d’amener les élèves à mettre en relation les éléments. Les situations vont les conduire à l’utilisation d’un plan simple. Les situations nécessitent un travail en classe qui doit permettre la construction de ce plan. → mémoire Pour faciliter les échanges, on peut commencer par représenter des activités simples.
  13. 13. Construire, à l’aide de petits cartons, de boîtes, de petit matériel, de pâte à modeler, d’éléments naturels, … les différents lieux qui ont été vécus puis perçus dans les étapes précédentes. → symbolisation Réaliser une maquette simple. L'enseignant peut proposer des supports à l’échelle Réaliser, à l’aide de ces constructions une maquette simple. Résoudre le problème de la conservation d’une « trace » de cette maquette au moment où il faut ranger les différentes réalisations. Tracer les empreintes, les contours des constructions sur le support retenu. Les élèves placent ainsi les séances vécues sur la maquette, ce qui leur permet de s’approprier cet outil à partir de situations vécues.
  14. 14. Multiplier les traces
  15. 15. En se rendant à ces différents endroits, les élèves indiquent au fur et à mesure des éléments remarquables qu’ils relèvent au cours de leurs trajets (portail, grosse pierre, arbre, …). Ces éléments sont matérialisés sur la maquette. Ces séances doivent être menées de nombreuses fois, et ce dès le début de l’année, afin que les élèves se représentent l’espace proche, celui de l’école Les élèves peuvent expliquer le chemin qu’ils vont emprunter soit en verbalisant leur chemin, soit en le montrant sur la maquette à l’aide d’un personnage. (Du macro espace au micro espace). Vivre les situations et donner la possibilité de les représenter... Anticiper les déplacements et les verbaliser Utiliser le codage du chemin, les photographies
  16. 16. Une aide au repérage : des photos pour que la vision « corresponde » à ce que l'on voit « en vrai ». (attention toutefois à la perspective...) Un élément à trouver L'élève verbalisera son déplacement
  17. 17. Des aides pour réaliser la maquette www.cadastre.gouv.fr
  18. 18. Des aides pour réaliser la maquette Google Maps

×