Mémoire 1e partie

635 vues

Publié le

Nicolas-Victor Duquénelle (1807-1883) est un antiquaire rémois du XIXe siècle. Cet exemplaire, extrait du mémoire de Romain Jeangirard soutenu en 2010, présente les remerciements, la table des matières, les abréviations et l'introduction. D'autres suivront, et tous seront publiés sur le blog consacré à ce sujet : http://nicolas-victor.duquenelle.overblog.com.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
635
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mémoire 1e partie

  1. 1. UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE-ARDENNEU.F.R Lettres et Sciences HumainesMaster « Sociétés, Espaces, Temps »Mention « Histoire de l’art »Spécialité « Histoire de l’art et de la culture »Année universitaire 2009-2010 MEMOIRE DE MASTER II présenté par Romain JEANGIRARD le 23 juin 2010 NICOLAS-VICTOR DUQUENELLE OU L’ANTIQUAIRE ACCOMPLI (1842-1883) Sous la direction de : Madame Marie-Claude Genet-Delacroix (Université de Reims) Madame Frédérique Desbuissons (Université de Reims)
  2. 2. NICOLAS-VICTOR DUQUENELLE (1807-1883), par Pierre-Adolphe Varin. © La vie rémoise 2
  3. 3. In memoriam G.V.3
  4. 4. REMERCIEMENTSAu moment où je clos mon mémoire, je pense avec reconnaissance à tous ceux qui m’ont apportéaide et soutien.J’adresse ma profonde gratitude à mes directrices de recherche, Madame Marie-Claude Genet-Delacroix et Madame Frédérique Desbuissons, pour leurs conseils judicieux, nos entretiensenrichissants, et surtout pour leur disponibilité.Je remercie Messieurs les conservateurs ainsi que l’ensemble du personnel du musée des Beaux-artsde Reims, du musée Saint-Remi, des Archives municipales et communautaires de la ville de Reims,de la bibliothèque Carnégie, du dépôt rémois des Archives départementales de la Marne, du Centred’accueil et de recherche des archives nationales, du service des bibliothèques, des archives et de ladocumentation générale de la Direction des musées de France, du musée d’archéologie nationale deSaint-Germain-en-Laye et de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, particulièrementMesdames Francine Bouré, Catherine Granger et Claudine Thénault, pour leur dévouement et leuraide.Je salue toutes les personnes et les institutions qui m’ont encouragé durant ces deux années derecherche et de rédaction, pour leur érudition, leur intérêt ou leur passion : Madame Antonia Fonyi,Monsieur Vincent Drost de la Société française de numismatique, Madame Cortot du musée Hôtel-le-Vergeur, Mesdames Fabienne Moreau-Huttaux et Isabelle Pierre, respectivement responsable etchargée des ressources historiques de la maison de champagne Veuve-Clicquot-Reims-France, et laSociété académique de Reims.Plus personnellement, je tiens à remercier mes camarades de promotion, mes amis et surtout mesparents, pour leur soutien. 4
  5. 5. TABLE DES MATIERESINTRODUCTION ............................................................................................................................................................ 8 De l’idée à la réalisation........................................................................................................................................... 8 Une histoire rémoise du patrimoine qui reste à écrire… .......................................................................................... 9 Considérations politico-culturelles ......................................................................................................................... 10 « Le moment de l’antiquaire » ................................................................................................................................ 11 Biographie de l’antiquaire rémois Nicolas-Victor Duquénelle............................................................................... 13 Typologie des sources ............................................................................................................................................. 14 Historiographie ....................................................................................................................................................... 15 Enjeux de l’étude..................................................................................................................................................... 16DES METHODES HISTORIQUES ET ARCHEOLOGIQUES DE L’ANTIQUAIRE AU XIXE SIECLE ......... 17 I. L’ANTIQUAIRE AU XIXE SIECLE, ENTRE TRADITION ET MODERNITE .............................................. 18 La « tradition antiquaire » ...................................................................................................................................... 18 La modernité de l’archéologie au XIXe siècle ........................................................................................................ 27 II. TROIS CLASSES D’ANTIQUAIRES, OU LA RECHERCHE DE « L’ANTIQUAIRE VERITABLE » ......... 37 L’antiquaire dilettante ............................................................................................................................................ 37 L’antiquaire-collectionneur .................................................................................................................................... 39 L’antiquaire-archéologue ....................................................................................................................................... 44 La « classe » de Duquénelle.................................................................................................................................... 49 III. METHODES ET DEMARCHE DE DUQUENELLE ................................................................................... 55 Les circonstances de fouilles et l’acquisition des objets ......................................................................................... 55 La démarche historique........................................................................................................................................... 64DES RESEAUX ET DES HOMMES............................................................................................................................ 72 IV. DU LOCAL A L’EUROPEEN : LES TROIS CERCLES DE DUQUENELLE............................................. 73 Les cercles rémois et champenois ........................................................................................................................... 74 Les cercles provinciaux et nationaux ...................................................................................................................... 83 Les cercles étrangers............................................................................................................................................... 91 V. LA PARTICIPATION AUX MANIFESTATIONS SAVANTES...................................................................... 95 Le congrès scientifique et les congrès archéologiques ........................................................................................... 95 L’exposition à l’œuvre : rétrospection locale et universel parisien ...................................................................... 101 VI. LES DONATIONS AUX MUSEES ............................................................................................................ 110 Musées de Reims et de Laon ................................................................................................................................. 110 Musées du Louvre et des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye.......................................................... 115L’ANTIQUAIRE ET SON IMPLICATION DANS LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE REMOIS ............ 122 VI. « LES COMBATS DE SA VIE » : L’ARC GALLO-ROMAIN DE LA PORTE MARS ET LA MOSAIQUE DES PROMENADES ................................................................................................................................................ 123 Les arguments de défense de ce patrimoine .......................................................................................................... 124 Les propositions d’aménagement.......................................................................................................................... 129 L’appel à Prosper Mérimée et au ministre d’Etat................................................................................................. 133 VII. L’ANTIQUAIRE CITOYEN : DE L’HERITAGE A LA TRANSMISSION. ............................................. 141 L’antiquaire-fondateur et l’antiquaire-conservateur............................................................................................ 141 Le legs de Duquénelle : ses conditions et son but. ................................................................................................ 146 La postérité : louvrage de Henri Jadart, « le défenseur de la Porte de Mars », une rue à Reims portant son nom. .............................................................................................................................................................................. 149CONCLUSION ............................................................................................................................................................. 154 L’antiquaire accompli........................................................................................................................................... 154 Et maintenant…..................................................................................................................................................... 154SOURCES PRIMAIRES.............................................................................................................................................. 156 5
  6. 6. ARCHIVES PUBLIQUES................................................................................................................................................. 156 Archives municipales et communautaires de Reims.............................................................................................. 156 Centre d’Accueil et de Recherche des Archives Nationales, Paris. ...................................................................... 157 Direction des Musées de France – Service des Bibliothèques, des Archives et de la Documentation Générale, Paris...................................................................................................................................................................... 157 Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, Paris........................................................................................ 157 Musée des beaux-arts de Reims ............................................................................................................................ 158 Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye ................................................................................. 158 Musée Saint-Remi de Reims .................................................................................................................................. 158SOURCES IMPRIMEES............................................................................................................................................. 159 LA TRADITION ANTIQUAIRE ........................................................................................................................................ 159 LE SIECLE DE DUQUENELLE ........................................................................................................................................ 159PUBLICATIONS DE NICOLAS-VICTOR DUQUENELLE .................................................................................. 167BIBLIOGRAPHIE ....................................................................................................................................................... 169 INSTRUMENTS DE TRAVAIL ......................................................................................................................................... 169 METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE ........................................................................................................................... 169 OUVRAGES ET ARTICLES GENERAUX........................................................................................................................... 170 OUVRAGES SPECIALISES ............................................................................................................................................. 171 Arts, culture et patrimoine (1830-1940)................................................................................................................ 171 Antiquaires et cabinets, collectionneurs et collections ......................................................................................... 171 Histoires de larchéologie ..................................................................................................................................... 174 Institutions culturelles et politiques locales .......................................................................................................... 175 Monuments historiques ......................................................................................................................................... 176 Patrimoine et histoire rémois................................................................................................................................ 177 Sociétés savantes................................................................................................................................................... 178NOTICES BIOGRAPHIQUES ................................................................................................................................... 179INDEX DES NOMS...................................................................................................................................................... 180 6
  7. 7. ABREVIATIONSA.M.C.R. : Archives municipales et communautaires de Reims.A.M.N. : Archives des musées nationaux.A.N.R. : Académie nationale de Reims.C.A.R.A.N. : Centre d’accueil et de recherche des archives nationales.I.N.R.A.P : Institut national de recherches archéologiques préventives.M.A.N. : Musée des antiquités nationales (devenu, en 2005, Musée d’archéologie nationale).M.A.P. : Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.M.B.A.R. : Musée des beaux-arts de Reims.M.S.R. : Musée Saint-Rémi de Reims. 7
  8. 8. INTRODUCTIONQuel touriste de passage dans la cité des Rèmes ne s’est jamais arrêté quelques minutes devant laPorte de Mars, vestige et symbole de sa grandeur durant l’occupation romaine ? Au même titre quela cathédrale, elle traverse les siècles et fait partie de notre patrimoine. Combien de rémois n’ont-ilsjamais remarqué dans les riches collections archéologiques de notre ville un riche médaillier decollections numismatiques ? Quel Français, enfin, ne s’est jamais arrêté, au Musée d’archéologienationale de Saint-Germain-en-Laye, devant cette collection gallo-romaine de quarante-cinq cachetsd’oculistes ? Cette liste n’est pas exhaustive.Le patrimoine rémois est riche : le siècle de l’érection des chemins de fer – le XIXe siècle – apermis de reprendre de la terre un grand nombre d’objets antiques. Encore aujourd’hui, il restebeaucoup à faire et à désensevelir : en témoignent les découvertes récentes de l’INRAP sursoixante-cinq sites archéologiques rémois, et qui ont pu pour certaines exister grâce aux travauxpour la dénivellation et l’installation de la plateforme du futur tramway.Un nom manque pourtant : Nicolas-Victor Duquénelle. Une vie de soixante seize ans peut paraîtredérisoire face à l’existence matérialisée de plusieurs millénaires de la douzième plus grande ville deFrance. Cependant, la grande ville champenoise aurait-elle eu la capacité de connaître sonhistoire sans l’antiquaire rémois ? Autrement, aurions nous pu aujourd’hui contempler l’arc gallo-romain trimillénaire ? Pour le définir, un mot – le combat – et trois noms que sont : Nicolas-VictorDuquénelle ou le combat de l’héritage, Nicolas-Victor Duquénelle ou le combat de la transmission,Nicolas-Victor Duquénelle ou le combat pour la sauvegarde du patrimoine local. Mais que savons-nous de lui dans sa globalité ? Que savons-nous de ses « paroles », cest-à-dire de ses théories ? Quesavons-nous de ses « actes », cest-à-dire de ses pratiques ? De l’idée à la réalisationL’étude de la recherche archéologique en France au XIXe siècle présente de nombreux intérêts.L’antiquaire, concernant ce sujet, en est l’acteur principal. Il est, suivant le Larousse et pour ladéfinition qui nous intéresse, « spécialiste d’histoire ancienne et synonyme ancien d’archéologue, 8
  9. 9. du latin antiquarius ». Après recherche dans catalogue de la bibliothèque universitaire Robert deSorbon à Reims, une seule notice apparût. Il s’agissait d’un ouvrage du conservateur du musée deReims et membre de l’Académie Nationale de Reims, Henri Jadart, intitulé Victor Duquénelle,antiquaire rémois 1. Une fois l’ouvrage consulté, de nombreuses opportunités de recherches’ouvrirent, et la « passion Duquénelle » commença.Il est ce que l’on pourrait appeler un antiquaire original. On dit d’un artiste qu’il est accomplilorsqu’il s’engage dans toutes les représentations : le théâtre, la danse, le cinéma…L’accomplissement de l’antiquaire se perçoit ainsi. Nicolas Victor Duquénelle est l’érudit en lienavec les sociétés savantes, le rémois de souche défendant avec ardeur le patrimoine local, lecollectionneur zélé et méthodique, l’archéologue de terrain.Quelques dates marquent l’engagement initial de l’antiquaire Nicolas-Victor Duquénelle dans cetterecherche des traces initiales du passé : 1828 ou le don de vieilles monnaies, 1833 ou la réflexionhistorique sur leur signification et leur utilité. Toutefois, nous avons préféré l’année 1842 commemarqueur temporaire de début de cette étude, en raison de son entrée à l’Académie nationale deReims et de l’institutionnalisation de ses missions.La mort de l’antiquaire, en 1883, marque la fin de cette étude. Dans le cas qui nous intéresse, cetteannée voit, par le legs, l’entrée définitive de la collection privée dans l’espace public qu’est lemusée. Si bien des publications exaltant la passion et la rigueur de cet antiquaire sont fructueuses deson vivant et dans la postérité immédiate, il n’y en a que très peu pour le siècle dernier. Nicolas-Victor Duquénelle reste en effet très méconnu.Tout l’intérêt de ce travail de recherche est là : éclaircir les zones d’ombre, découvrir le méconnu. Ilne s’agira pas de réhabiliter un rémois né sous le Premier Empire qui aurait été hâtivement oubliépar l’Histoire ; mais, avec un raisonnement historique et dans un esprit de méthode critique, ils’agira de dire la vérité – du moins de s’y efforcer – et de comprendre, missions d’historien chères àMarc Bloch 2. Une histoire rémoise du patrimoine qui reste à écrire…1 JADART, Henri, Victor Duquénelle, antiquaire rémois, 1807-1883. Notice sur sa Vie, ses Travaux et ses Collectionsavec diverses Oeuvres posthumes publiées par l’Académie de Reims. Reims : Michaud, 1883, p. 7.2 BLOCH, Marc, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien. Paris : Armand Colin, rééd. 2002, 159 p. 9
  10. 10. L’histoire du patrimoine est une discipline récente. C’est pourquoi une histoire aboutie dupatrimoine rémois, reste encore à écrire. De nombreuses publications contemporaines et reconnuesont contribué à ce travail collectif mais encore non exhaustif.Ce travail de recherche sur l’antiquaire Nicolas-Victor Duquénelle enrichira la connaissance dupassé rémois, Reims possédant un patrimoine historique et monumental pourtant très riche. Cetteétude permettra d’ouvrir des pistes de recherche originales et inédites pour le cas rémois comme lerecours à l’interdisciplinarité des sciences pour mieux appréhender la recherche archéologique auXIXe siècle, la constitution de cercles savants à tous les échelons territoriaux jusqu’à l’européen,une meilleure connaissance de nos collections archéologiques muséales, l’implication desmunicipalités successives pour la sauvegarde du patrimoine local et leurs programmes culturelspolitiques, les tensions entre municipalité et cercles d’érudits ou entre Paris et les provinces ; ouencore le rôle de l’inspection des Monuments Historiques et de Prosper Mérimée pour la protectiondu patrimoine rémois, enfin l’aide financière apportée par Madame Veuve Clicquot pour larestauration de la Porte Mars. Ce catalogage a un mérite : il montre, sans aller au fond du sujet et defaçon liminaire. Les opportunités qu’offrent ce sujet de recherche sont diverses et variées.Il peut aussi être le parfait exemple de démonstration d’une politique culturelle cohérente pensée dulocal au global ou inversement, cest-à-dire de l’échelon de la collectivité territoriale à l’échelonnational. Considérations politico-culturellesTrois acteurs publics interviendront dans l’étude qui nous intéresse.L’Etat, en premier lieu. L’activité d’antiquaire de Nicolas-Victor Duquénelle se concentreapproximativement sur le deuxième tiers du XIXe siècle. Durant cette période active, il aura connuquatre régimes : la seconde décennie de la monarchie de Juillet (1841-1848), la courte SecondeRépublique (1848-1851), le Second Empire (1851-1870), et enfin la première décennie de laTroisième République (1870-1883). Ces changements politiques peuvent laisser penser à unemodulation ou à une réorientation des politiques culturelles impulsées par l’Etat. Il ne s’agitpourtant que de mutations des politiques culturelles, sans cesse récurrentes, entre prétexte visant àrenforcer le pouvoir propagandiste du monarque et concrétisation d’un service public des arts auservice de la démocratisation culturelle. Pourtant, c’est dans cette recherche de monopolisation de 10
  11. 11. l’érudition historique et savante française que naîtront bipolarité et rivalités récurrentes entre lepouvoir public et l’initiative privée telle qu’inaugurée par Arcisse de Caumont.L’Etat, enfin, délègue son autorité territoriale au préfet.Le Conseil Général, organe départemental, en second lieu. Son poids moral en matière culturellen’était que très peu engagée.La municipalité, en troisième lieu. Elle est le plus bas échelon territorial, et donc le plus enproximité avec les citoyens. Son institutionnalisation culturelle provient de la « décentralisationd’en bas » 3 qui détermine ses capacités de suggestion et de décision en matière culturelle. Lesinitiatives proviennent de l’échelon le plus bas. La politique culturelle locale, ici municipale, était etdemeure complémentaire de celle conduite par la Nation. Les déterminismes ou obligations desmunicipalités étaient en lien avec trois héritages : l’héritage institutionnel, l’héritage patrimonial –l’héritage patrimonial rémois est riche – et l’héritage spatial. Pour mener à bien sa politiqueculturelle, la municipalité avait recours au soutien de partenaires, qui pouvaient par ailleurs devenirtrès rapidement des adversaires. De cela dépendait l’habilité de la municipalité à proposer un pacteculturel pour la cité et rechercher des convergences. Il y avait premièrement les organismes publicsde décentralisation, du ministère compétent au département. Il y avait deuxièmement lesorganismes privés comme l’Eglise. Il y avait troisièmement les médiateurs culturels, moraux ouprivés, tels des personnages influents de la cité ou des associations à vocation culturelle commel’Académie Nationale de Reims. Le déterminisme culturel de la municipalité dépendait enfin del’orientation politique et idéologique de la ville, de par la place qu’elle entendait donner au champculturel.Trois organes politiques intervenaient dans le champ culturel, dont le juste milieu n’était que peusollicité, et où l’importance de la décision provenait du plus haut ou du plus bas échelon territorial. « Le moment de l’antiquaire »Les hommes de cabinet signèrent les premiers pas de la constitution de la discipline archéologique.Il s’agissait de personnes faisant partie des classes moyennes et supérieures de la société françaised’Ancien Régime, qui entretenaient des relations épistolaires et basaient leurs discussions éruditessur l’échange, sur les copies d’inscriptions par exemple. D’ailleurs, les premiers ouvrages, qui3 POIRRIER, Philippe, RAB, Sylvie, RENEAU, Serge, et alli, Jalons pour l’histoire des politiques culturelles locales.Paris : Comité d’Histoire du ministère de la culture, coll. « Travaux et documents », 1995, 238 p. 11
  12. 12. connurent dès lors une édition florissante, sont les recueils d’inscriptions. Les « antiquaires »aimaient posséder leurs objets d’étude et les entassaient en suivant une méthode rigoureuse declassement. Très vite, les cabinets de curiosités exaltant davantage la collection que l’instrument deconnaissance prirent de l’ampleur et se propagèrent bientôt dans toutes les capitales provinciales.Nicolas-Claude Fabri de Pereisc et Charles-César Baudelot de Dairval critiquèrent d’ailleurs bienvite « l’antiquaire bric-à-brac » pour lui préférer l’antiquaire méticuleux qui utilisait l’objetd’antiquités dans une perspective de travail historique. Les connaissances scientifiques postérieures,en effet, naquirent de l’étude des curiosités.La première fouille archéologique fortuite par Nicolas Bergier de Reims au début du XVIIe sièclechangea les perceptions et introduisit le passage à l’archéologie moderne. L’antiquaire rémois, pourconfirmer les déductions apportées suite à une fouille, lançait d’autres chantiers archéologiquespour les comparer. Il fut l’un des inventeurs de la prospection archéologique de surface. Ce passageà l’archéologie moderne se caractérisa par l’association de la fouille archéologique et de la source.Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les vestiges ne « parlèrent » plus seulement au passé. Ils devinrent aucontraire un formidable outil pour apporter le témoignage de la culturelle spirituelle et matérielledes ancêtres. L’antiquaire français ainsi, illustrant le vieil adage « Nos ancêtres les gaulois »intégrèrent la Gaule comme un domaine amené à prendre de l’ampleur dans la sciencearchéologique.L’Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres, née en 1701, coordonna la disciplinearchéologique française. Elle apporta une organisation à la recherche archéologique,indépendamment de ses publications mémorielles. Elle devînt lieu de débat, centralisant lesdonnées et obligeant ses membres à faire lecture de leurs travaux afin de diffuser le savoir.L’académicien avait son réseau d’érudits locaux. Les antiquaires semble-t-il, en tout cas jusqu’auXIXe siècle, n’étaient pas des explorateurs mais plutôt des observateurs attentifs desréaménagements urbains – de voirie par exemple –, à l’affût de l’objet d’antiquité sortant de terre.Les fouilles volontaires étaient rares, toujours jusqu’au XIX siècle, les antiquaires ne les pensantmême pas souhaitables.On passa au XIXe siècle au siècle de l’inventaire. En 1810, le ministre de l’Intérieur envoya unquestionnaire à ses préfets sur les monuments. En 1824, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres donna des instructions à ses correspondants afin qu’ils inventorient les monumentsméconnus. En 1834, le Comité Historique des Arts et Monuments fut crée. Trois ans plus tard,Albert Lenoir, Charles Lenormant et Prosper Mérimée détaillèrent quelles devront être les méthodesde l’investigation. L’archéologie doit être au service du pays : ils proposèrent en ce sens d’ouvrirune section sur « les travaux relatifs à l’Histoire de France ». Selon François Guizot, l’archéologie 12
  13. 13. est « une science auxiliaire de l’histoire ». Le ministre de Louis-Philippe Ier voudrait dresser unecarte monumentale de la France, mais l’Etat s’en remit aux amateurs.Arcisse de Caumont aurait été le personnage dominant de l’archéologie nationale sous laRestauration puis la monarchie de Juillet. Il assura d’ailleurs à Caen des cours d’antiquitésmonumentales. « Le XIXe siècle de l’archéologie » fut marqué par une seconde donne :l’engagement formel de l’Etat en matière de protection, de sauvegarde et de conservation dupatrimoine matériel et architectural français.C’est dans ce contexte particulièrement florissant de l’archéologie que survînt Nicolas-VictorDuquénelle. Biographie de l’antiquaire rémois Nicolas-Victor DuquénelleNicolas-Victor Duquénelle est né à Reims en 1807. Il fît des études de pharmacie pour reprendre lapharmacie familiale, ce qui survînt en 1829 à la mort de son père.Son activité d’antiquaire, parallèlement à sa profession, débuta en 1841. Sa passion, selon HenriJadart, aurait été suscitée par un clerc de la paroisse Saint-Jacques qui, en 1828, lui aurait fait undon de deniers 4.En 1841, est créée l’Académie de Reims, dont il fût l’un des premiers membres, à la suite de laforte impulsion donnée par Arcisse de Caumont en 1834, et qui favorisa la propagation des sociétéssavantes provinciales.Nicolas-Victor Duquénelle se spécialisa dans la numismatique, cest-à-dire l’étude des monnaiesanciennes. Il eut surtout une démarche historique et pluridisciplinaire, en montrant l’utilité et lacomplémentarité de l’archéologie et de la numismatique pour la science historique.Il a joué un rôle majeur pour la sauvegarde et la préservation des monuments du passé rémois, parsa participation aux expositions, par un prêt de ses collections aux manifestations d’envergurenationales telle l’Exposition Universelle, par la défense acharnée qu’il mena de front de monumentstelles la Porte de Mars ou la mosaïque des promenades, ou par la cofondation d’un muséed’antiquités rémoises, ou encore par des interventions multiples et variées dont on a gardé traceécrite dans les publications de l’Académie.4 JADART, Henri, Victor Duquénelle, antiquaire rémois, 1807-1883. Notice sur sa Vie, ses Travaux et ses Collectionsavec diverses Œuvres posthumes publiées par l’Académie de Reims. Reims : Michaud, 1884, 57 p. 13
  14. 14. Selon Ernest Bosc 5, il aurait figuré parmi les cent plus grands collectionneurs de son temps, avec uncabinet des curiosités ouvert à tous et riche de trésors antiques. En effet, ouvrir la connaissance dupassé rémois à ses concitadins aurait été une de ses priorités. Par ailleurs, il ouvrait aussi soncabinet de curiosités aux touristes étrangers de passage à Reims.Ses travaux trouvèrent largement écho dans les publications archéologiques, scientifiques ethistoriques locales, mais aussi nationales et européennes – en Grande-Bretagne, en Belgique et enItalie –. Toutes celles-ci constitueront, avec les sources premières, un corpus très intéressant desources imprimées. Cette floraison de publications le concernant ou l’incluant s’explique parl’intérêt reconnu de ses travaux et de sa collection ; l’intérêt suscité par la cité des sacres, terreauimportant de la société gallo-romaine et capitale de l’ancienne Gaule Belgique ; un réseau desociétés savantes très fortes ; une correspondance accrue de Duquénelle avec ses pairs et sonadhésion en tant que membre correspondant à d’autres sociétés savantes.Il mourut finalement en 1883 et fut enterré au Cimetière du Nord à Reims. Il reçut devant sa tombeles hommages posthumes du maire de Reims Octave Doyen, d’un attaché à la Société de pharmaciede la Marne Jules Henrot, et du secrétaire général de l’Académie Nationale de Reims Henri Jadart. Typologie des sourcesL’étude repose en premier lieu sur des sources archivistiques ou premières. Ces archivesappartiennent toutes au domaine public. Elles peuvent être distinguées cependant entre fondspublics et officiels locaux, telles les délibérations du conseil municipal rémois du troisième quart duXIXe siècle, et nationaux avec les archives ministérielles du Second Empire principalement oumuséales du château de Saint-Germain-en-Laye ; et fonds privés comme les fonds Vitet et Loriquetqui permettent d’analyser une posture beaucoup plus officieuse et authentique. Certaines archivesdu domaine privé auraient pu être très intéressantes. Leur consultation aurait permis en effet unemeilleure compréhension et appréciation de cet objet d’étude. Elles ne sont néanmoins pas en notrepossession, soit parce qu’elles n’ont pas encore été trouvées, soit parce qu’elles sont à jamaisdisparues. On pourrait songer par exemple que l’antiquaire avait légué ses papiers en plus de sacollection, à l’Académie Nationale de Reims par exemple, dont le siège était le Palaisarchiépiscopal du Tau, bâtiment durement touché par les incendies et les bombardements durant lapremière guerre mondiale.5 BOSC, Ernest, Dictionnaire de l’art, de la curiosité et du bibelot. Paris : Firmin-Didot, 1883, 695 p. 14
  15. 15. L’étude repose en second lieu sur des sources imprimées ou secondaires. Il s’agit pour la plupartdes publications d’articles de revues archéologiques ou de sociétés savantes, comme les Travaux del’Académie Nationale de Reims au niveau local, les Bulletins Monumentaux au niveau national ouencore les Annali dell’Instituto di correspondenza archaeologica au niveau européen. Ces sourcessont complémentaires des sources premières et revêtent un intérêt particulier puisqu’il s’agit d’uncorpus d’articles relatifs aux collections et aux découvertes, à l’histoire et à l’archéologie,majoritairement rédigés par des contemporains de l’antiquaire rémois Nicolas-Victor Duquénelle.Il y a enfin les publications de l’antiquaire qui permettront de comprendre, d’analyser et d’apprécierses théories et ses mises en pratique.Ces sources, dans leur globalité, sont diverses. Elles peuvent présenter des limites : des limitesd’objectivité pour les sources officielles, des limites en nombre par la disparition de certainesd’entre elles et qui pourtant auraient eu un grand intérêt pour cette étude.Elles sont cependant assez quantitatives et qualitatives pour la préparation d’une étude complète. HistoriographieLobjet détude sur lantiquaire Duquénelle est à rapprocher des disciplines de l’histoire descollections, de l’histoire de l’archéologieLhistoire de larchéologie et des collections a connu au siècle dernier une première vague d’étudesdans les années 1930, avec les études de Paul-Hans Stemmermann, de Hans Gummel ou encored’Andrzej Abramovicz.Un premier renouveau des perceptions s’est opéré au milieu du XIXe siècle. Il s’agissait alorsd’écrire une histoire des découvertes, cest-à-dire une histoire archéologique linéaire, comme dansl’ouvrage de Kurt-Wilhelm Marek, publié en 1952 : Des dieux, des tombeaux, des savants 6.Le second renouveau des études sur l’histoire de l’archéologie et des collections intervient depuisles années 1980. On s’intéresse alors depuis cette décennie davantage à une histoire croisée etinterdisciplinaire de l’archéologie, et particulièrement dans sa réception ; cest-à-dire, comme ledisait un professeur au Collège de France, Emmanuel Le Roy-Ladurie, « comprendre la continuitédes hommes dans la poursuite du passé ». Glyn Daniel 7, Bruce-Graham Trigger 8, Pierre Pinon 9 et6 CERAM, C. W., Des dieux, des tombeaux, des savants. Paris : Plon, 1952, 438 p.7 DANIEL, Glyn, A hundred and fifty years of archaeology. Londres : Duckworth, 1975, 410 p.8 TRIGGER, Bruce Graham, A history of archaeological thought. Cambridge : Cambridge University Press, 1989, 500p. (1 vol.)9 PINON, Pierre, La Gaule retrouvée. Paris : Gallimard, 1991, 176 p. 15
  16. 16. Alain Schnapp 10 sont les auteurs, ou plutôt les actants, de cette histoire nouvelle de l’archéologie etdes collections, à relier aussi dans son interdisciplinarité avec l’histoire du goût. Enjeux de l’étudeOn peut par conséquent se demander si Nicolas-Victor Duquénelle était un antiquaire dans lacontinuité de ceux qui l’ont précédé et qui ont contribué à construire la discipline archéologique.Il était un antiquaire complet : ouvert sur les sociétés et les hommes mais aussi les espaces et lestemps, méthodique par la pratique d’une démarche historique et archéologique, actif par sesparticipations aux manifestations savantes. Il était un médiateur de l’héritage et de la transmissionpar ses diverses actions de défense ou de donation menées pour la sauvegarde du patrimoine local.Comprendre les méthodes et les théories de l’antiquaire (I), observer sa constitution progressive decercles de réseaux et d’hommes (II) et étudier son implication dans la sauvegarde du patrimoinerémois (III) seront l’objet de cette étude.10 SCHNAPP, Alain, La conquête du passé. Aux origines de larchéologie. Paris : Carré, 1993, 511 p. 16

×