Master Recherche 2 - Mémoire-final

427 vues

Publié le

La méditation de pleine conscience : outil pédagogique et soutien aux apprentissages ?

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
427
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
23
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Master Recherche 2 - Mémoire-final

  1. 1. Master Recherche 2ème Année Année Universitaire 2010 – 2011 Présenté par : Ronan LE JONCOUR La Méditation de La Pleine Conscience : Outil Pédagogique et Soutien aux Apprentissage ? Une approche centrée sur la personne 1ère étape de recherche Sous La Direction de Mme Jeanne MALLET le 30 septembre 2011, IUFM d’Aix en Provence Université De Provence UFR de Psychologie Département des Sciences de l'Éducation Ancien Hôtel-Dieu, 1 avenue de Verdun - 13 410 - LAMBESC Tél : 04 42 57 17 17 - Fax : 04 42 57 17 07
  2. 2. 2 « Notre connaissance du monde n'est pas la somme, subie passivement, des informations issues de nos organes des sens. Prise de possession explicite, sous la forme d'un geste ou d'un regard, ou implicite, orientation de l'attention vers l'objet ou vers une région de l'espace, c'est un acte intellectuel qui assigne une signification au message. Une telle interprétation est à la fois une reconnaissance, reflet des expériences passées, et la matérialisation d'une attente, expression de nos désirs. A chaque instant, la rencontre de la présentation sensorielle et de la représentation imaginaire est soumise à un jugement de la réalité qui valide la cohérence, dans le temps et dans l'espace, des relations du sujet avec le monde qu'il construit et qui achève de définir l'objet et l'espace dans la logique d'un monde organisé. » Henri EY - Traité des hallucinations, 1973 À mes Maîtres du passé, du présent et du futur À JKR, à ma Mère
  3. 3. 3 REMERCIEMENTS Il est de coutume de remercier les personnes qui nous ont accompagnée durant l’année de recherche et c’est avec joie je ferais cet exercice. Je souhaite donc remercier de tout cœur les personnes qui ont permis que j’introduise le sujet de recherche très délicat de la Méditation de Pleine Conscience dans le domaine des sciences de l’éducation à Aix en Provence, suite à une idée qui a émergée dans le courant du premier semestre 2010. J’exprimerais donc toute ma reconnaissance et ma gratitude à : Mme Jeanne MALLET, Professeure au département des Sciences de l’Éducation à Lambesc et Responsable du groupe des Doctorants, pour avoir dirigé ce mémoire de Master Recherche Deuxième année. Son accompagnement, ses encouragements, sa bienveillance ainsi que la justesse de ses suggestions m’ont permis d’accéder à la réalisation non seulement d’un mémoire, mais aussi d’un état d’esprit complètement renouvelé. Je découvre à son contact le profond désir de poursuivre mes recherches et ainsi offrir une partie de ma vie à la Vie d’une utopie. M. Jean-Louis BOUTTE pour ses encouragements à l’origine de mon idée, son questionnement pertinent, ses précieux conseils et son aide. Enfin, à tous les professeurs du Master Recherche deuxième année 2010-2011 pour la richesse de leurs interventions et les réflexions qu’elles suscitent pour la suite.
  4. 4. 4 SOMMAIRE REMERCIEMENTS.............................................................................................................................................3 SOMMAIRE..........................................................................................................................................................4 INTRODUCTION .............................................................................................................................................10 1. INTRODUCTION.......................................................................................................................................................10 1.1. Présentation de mon parcours.....................................................................................................................10 Formation et Expérience..............................................................................................................................................................................10 Centres d’intérêts et chemins de traverses.........................................................................................................................................12 Réflexion générale...........................................................................................................................................................................................13 1.2. Une vision pour l'avenir ?...............................................................................................................................14 1.3. Présentation de mes choix..............................................................................................................................14 2. LA RELATION À SOI DANS L’UNITÉ CORPS/ESPRIT, UNE SOLUTION ?...........................................................16 3. CONCLUSIONS .........................................................................................................................................................17 I – ÉTAT DE L’ART .........................................................................................................................................19 1. INTRODUCTION.......................................................................................................................................................19 2. LES RACINES DE LA MÉDITATION : LE YOGA.....................................................................................................19 2.1. Introduction philosophique : La Raison entre Inde et Occident...................................................20 2.2. Définition et Étymologie.................................................................................................................................21 Point de vue Philosophique.........................................................................................................................................................................21 Point de vue Religieux ...................................................................................................................................................................................22 Point de vue des Athées................................................................................................................................................................................22 2.3. Les origines du Yoga.........................................................................................................................................22 2.4. Notions générales...............................................................................................................................................23 Notions et Parallèle avec la Psychologie Freudienne .....................................................................................................................24 Le Yoga : technique de relaxation ?.........................................................................................................................................................24 2.5. Les différents Yoga, chemin de la Maîtrise de Soi...............................................................................25 1) - Les réfrènements ou Yama .................................................................................................................................................................25 2)- Les Niyamas ou disciplines..................................................................................................................................................................26 3)- les postures (asanas) :............................................................................................................................................................................27 4)- Le contrôle respiratoire (pranayama) :.........................................................................................................................................28 5) - l'émancipation par rapport aux sensations (pratyhara)......................................................................................................29 6)- La concentration (Dharana)................................................................................................................................................................29 7)- La méditation (Dhyana).........................................................................................................................................................................29 8) - " Samâdhi " ou "Samadhi"....................................................................................................................................................................29 2.6. Classification des Yogas selon Maryse CHOISY.....................................................................................30 2.7. Yogas « Physiques »...........................................................................................................................................30 2.8. Yogas « Philosophiques »................................................................................................................................30
  5. 5. 5 2.9. Yogas « Psychosomatiques ».........................................................................................................................31 2.10. Conclusions.........................................................................................................................................................31 3. LA MÉDITATION.....................................................................................................................................................31 3.1. Généralités sociétales.......................................................................................................................................31 Point de vue cognitif, l’ATTENTION........................................................................................................................................................32 Point de vue pratique.....................................................................................................................................................................................33 3.1. Étymologie et Définition.................................................................................................................................34 Étymologie et Historique..............................................................................................................................................................................34 Définition .............................................................................................................................................................................................................35 Activités associées...........................................................................................................................................................................................35 3.2. Recherches Historiques ...................................................................................................................................36 3.3. Méditation et Cultures.....................................................................................................................................38 Le regard de l’Occident religieux sur la méditation ........................................................................................................................39 3.4. Unité Corps/Esprit.............................................................................................................................................41 Les différents emplois....................................................................................................................................................................................41 Posture complexe.............................................................................................................................................................................................42 La pratique d’exercices..................................................................................................................................................................................42 3.5. Méditation de Pleine Conscience : Mindfulness (MBSR) ..................................................................43 3.6. Les dangers de la pratique.............................................................................................................................44 3.7. Conclusions sur la méditation......................................................................................................................45 4. LE POINT DE VUE DES INSTITUTIONS POLITIQUES ET AUTRES ORGANISMES ÉTATIQUES...........................46 4.1. Les institutions politique ................................................................................................................................46 Rapport OCDE CERI* : 2002, 2004 et 2007.........................................................................................................................................46 Rapport à l’UNESCO 1999 : Les sept savoirs nécessaires à une éducation du futur – Edgar MORIN .....................48 Rapport à l’UNESCO 1996 : L'éducation : un trésor est caché dedans – Jacques DELORS ...........................................52 Rapport de JOMTIEN (Thaïlande) 1990 : Répondre aux besoins éducatifs fondamentaux.........................................54 Rapport à l’UNESCO 1972 : Apprendre à Être - Edgar Faure .....................................................................................................55 4.2. Les institutions de santé..................................................................................................................................56 4.3. Conclusion sur le point de vue des institutions.....................................................................................57 5. LES INSTITUTIONS PRIVÉS ...................................................................................................................................58 5.1. Mind & Life Institute (MLI)............................................................................................................................58 Valeurs...................................................................................................................................................................................................................59 Vision .....................................................................................................................................................................................................................59 Mission..................................................................................................................................................................................................................60 Stratégie................................................................................................................................................................................................................60 5.2. Autres instituts....................................................................................................................................................61 Projet en cours...................................................................................................................................................................................................61 Liste des institutions ......................................................................................................................................................................................61 5.3. Conclusions............................................................................................................................................................61 6. OUTILS PSYCHOMÉTRIQUES DE PLEINE CONSCIENCE OU MINDFULNESS.....................................................62
  6. 6. 6 6.1. Mindful Attention Awareness Scale (MAAS)..........................................................................................62 6.2. Five Facet Mindfulness Questionnaire (FFMQ)....................................................................................63 6.3. Toronto Mindfulness Scale (TMS) ..............................................................................................................63 6.4. Kentucky Inventory of Mindfulness Skills (KIMS) ...............................................................................64 6.5. Cognitive and Affective Mindfulness Scale (CAMS)............................................................................64 6.6. Freiburg Mindfulness Inventory (FMI).....................................................................................................65 6.7. Philadelphia Mindfulness Scale (PHLMS)...............................................................................................65 6.8. Mindfulness-Based Relapse Prevention Adherence and Competence Scale (MBRP-AC) ..66 6.9. Self-Other Four Immeasurables (SOFI)....................................................................................................66 7. AUTRE ÉTUDE (DR PHILIPPE GALLOIS)..........................................................................................................67 7.1. Étude en Neurophysiologie............................................................................................................................67 Résumé..................................................................................................................................................................................................................67 Conclusions en neurophysiologie ............................................................................................................................................................68 7.2. Étude en Biologie................................................................................................................................................68 Résumé..................................................................................................................................................................................................................68 Conclusions en biologie.................................................................................................................................................................................68 7.3. Conclusions............................................................................................................................................................69 8. REVUE DE RECHERCHE : INTÉGRATION DE LA MÉDITATION DANS LES ÉTUDES SUPÉRIEURES.................70 8.1. Introduction..........................................................................................................................................................70 8.2. Résumé....................................................................................................................................................................70 Compétences Cognitive et Scolaires .......................................................................................................................................................71 Santé Mentale et Bien-Être Psychologique..........................................................................................................................................71 Développement Holistique de la Personne .........................................................................................................................................71 8.3. Comparaison des techniques méditatives...............................................................................................71 8.4. Conclusions............................................................................................................................................................73 9. CONCLUSIONS À L’ÉTAT DE L’ART.......................................................................................................................73 II – PROBLÉMATIQUE ..................................................................................................................................74 1. PROBLÉMATIQUE PRATIQUE................................................................................................................................74 1.1. Constat ....................................................................................................................................................................74 1.2. Proposition............................................................................................................................................................76 1.3. La Méditation, Outil Pédagogique ? ..........................................................................................................76 Outil Pédagogique ou Processus d’évolution, Définition..............................................................................................................76 Les buts de l’outil Pédagogique.................................................................................................................................................................77 La méditation de Pleine Conscience .......................................................................................................................................................78 La Méditation de Pleine Conscience un outil pédagogique cognitif ?.....................................................................................79 Le point de vue des neurosciences..........................................................................................................................................................79 1.4. Questionnement et Hypothèses....................................................................................................................81 Hypothèses de recherche.............................................................................................................................................................................81
  7. 7. 7 2. PROBLÉMATIQUE THÉORIQUE.............................................................................................................................82 2.1. Introduction..........................................................................................................................................................82 2.2. Cadre Théorique.................................................................................................................................................82 Approche de l’étude :......................................................................................................................................................................................82 Notion d’antériorité : production de notre d’esprit........................................................................................................................83 Relation au changement ...............................................................................................................................................................................84 Notion de stress................................................................................................................................................................................................86 Modèles de stress.............................................................................................................................................................................................87 Notion d’Intelligence Émotionnelle.........................................................................................................................................................88 Neurosciences et émotions .........................................................................................................................................................................89 Phénoménologie...............................................................................................................................................................................................90 Deux remarques à l’appui du modèle constructiviste : .................................................................................................................92 Modèle de perceptions..................................................................................................................................................................................92 La Méditation de Pleine Conscience en théorie.................................................................................................................................95 3. CONCLUSIONS AUX PROBLÉMATIQUES................................................................................................................97 III – MÉTHODOLOGIE...................................................................................................................................98 1. ÉTAPE 1 : ÉTAT DE L’ART.....................................................................................................................................99 2. ÉTAPE 2 : ENQUÊTE EXPLORATOIRE ..................................................................................................................99 3. ÉTAPE 3 : ÉTUDE EXPÉRIMENTALE QUALITATIVE.........................................................................................101 3.1. Question préalable de recherche..............................................................................................................101 3.2. Autocritique du chercheur… ......................................................................................................................101 La qualité d’observateur : qu’observons-nous réellement ?
 -...............................................................................................101 3.3. Objet de la recherche : rappel de nos objectifs..................................................................................102 Regard sur l’organisation, ses objectifs..............................................................................................................................................103 3.4. Choix de la méthode.......................................................................................................................................103 Les Phases de Recherche...........................................................................................................................................................................104 3.5. Planning d’intervention Méthodologie .................................................................................................104 3.6. Choix Des Outils de Mesures.......................................................................................................................106 Choix des échelles psychométriques de Pleine Conscience .....................................................................................................106 Conclusions......................................................................................................................................................................................................107 4. PHASE 4 : RECHERCHE CLINIQUE ....................................................................................................................108 5. PROTOCOLE : PROGRAMME DE PLEINE CONSCIENCE SUR 8 SEMAINES (MBSR) ....................................108 5.1. Apprendre par l’expérience........................................................................................................................109 5.2. Importance de l’engagement responsable..........................................................................................109 5.3. Les grands thèmes du programme .........................................................................................................110 Séance 1 : Le pilote automatique...........................................................................................................................................................110 Séance 2 : Les obstacles .............................................................................................................................................................................111 Séance 3 : Conscience de la respiration et du corps en mouvement....................................................................................112 Séance 4 : Rester présent..........................................................................................................................................................................112
  8. 8. 8 Séance 5 : Permettre - Lâcher prise, Laisser Être !.......................................................................................................................112 Séance 6 : Les pensées ne sont pas des faits....................................................................................................................................113 Séance 7 : Comment puis-je au mieux prendre soin de moi ? .................................................................................................114 Séance 8 : La pleine conscience au quotidien : 
 utiliser les apprentissages pour gérer les humeurs futures114 IV – CONCLUSIONS.......................................................................................................................................115 1. RAPPEL DE LA RECHERCHE................................................................................................................................115 2. ET POUR SUIVRE… POURSUIVRE !....................................................................................................................116 2.1. Rappel des observations et questionnements....................................................................................116 2.2. Rappel Des Hypothèses.................................................................................................................................117 3. PROPOSITION.......................................................................................................................................................117 V – REMERCIEMENTS BIS..........................................................................................................................119 VI – BIBLIOGRAPHIE - PROVISOIRE......................................................................................................120 1. OUVRAGES............................................................................................................................................................120 2. THÈSES, ARTICLES & ÉTUDES...........................................................................................................................124 2.1. Thèses...................................................................................................................................................................124 2.2. Articles & Rapports ........................................................................................................................................125 3. SOURCES INTERNET............................................................................................................................................127 VII – ANNEXES...............................................................................................................................................128 1. CENTRES DE SOINS ET DE RECHERCHES SUR LA PLEINE CONSCIENCE.......................................................129 2. PROGRAMME DE RECHERCHE DU GOUVERNEMENT US SUR LA PLEINE CONSCIENCE.............................134 3. ÉTUDE DE WILLOUGHBY BRITTON...............................................................................................................135 4. PROJET DE THÈSE ...............................................................................................................................................137 5. ENQUÊTE EXPLORATOIRE : QUESTIONNAIRE.................................................................................................138 6. EXERCICE DE PLEINE CONSCIENCE : DÉCOUVRIR ET SENTIR SON MRP....................................................141 6.1. Histoire de ballon............................................................................................................................................141 6.2. Les bases de l’exercice...................................................................................................................................141 6.3. Conclusions.........................................................................................................................................................142 7. PRATIQUE DE LA MÉDITATION : PAR ARNAUD DESJARDINS...................................................................143 8. LES ÉTAPES DE LA MÉDITATION : PAR MARC ALAIN DESCAMPS............................................................146 1. La première étape est celle du trou noir.......................................................................................................................................146 2. La découverte du bavardage mental...............................................................................................................................................146 3. La couche des problèmes psychologiques...................................................................................................................................146 4. Les trois premiers vides........................................................................................................................................................................146 5. Les trois thermomètres de la méditation.....................................................................................................................................147 6. Le Calme des Pensées.............................................................................................................................................................................147 7. La Paix du cœur.........................................................................................................................................................................................148 8. l’expérience du Vide................................................................................................................................................................................148
  9. 9. 9 9. L’expérience d’une Présence ..............................................................................................................................................................148 10. On rencontre alors le Sat-Chit-Ananda.......................................................................................................................................148 9. L’UNITÉ CORPS / ESPRIT SELON SOCRATE DANS « CHARMIDE » DE PLATON .........................................150 10. TERMES USUELS : TIBÉTAINS / SANKRITS / NÉOLOGISMES.....................................................................152
  10. 10. 10 INTRODUCTION « Remets-toi à ignorer ce que tu sais, pour savoir comment tu le savais et savoir ton savoir. » Paul VALÉRY 1. INTRODUCTION 1.1. Présentation de mon parcours Avant toute chose et en accord avec ma directrice, je prends le parti de rédiger ce mémoire à la première personne et je vais commencer par vous présentez mes expériences, origines de certains de mes filtres qui ont pour conséquences de colorer ou d'apporter une tonalité à mes observations et surtout d'expliquer mes choix. Formation et Expérience Pour commencer, mon parcours éducatif n'a pas de ligne directrice très linéaire mais présente des brisures qui ont fait qu'aujourd'hui je suis engagé dans un cursus menant vers un doctorat en Sciences Humaines, parti d'un BEP en Électrotechnique subi, à cause d’événements familiaux, plus que choisi. Du point de vue scolaire, je suis de formation initiale technique (depuis un BEP jusqu'à un BTS électrotechnique). J'ai choisi, après ma quatrième année d'activité professionnelle, en 1992, d'étendre mes connaissances en préparant un diplôme d'ingénieur en Marketing industriel. Puis, en 2008, je validais une VAE qui m'a permis d'obtenir une Maitrise de Sciences Humaine et Sociales option Éducation et Formation. Enfin, après l'obtention d'un Master Professionnel de Responsable de Formation en 2009, j'ai décidé de poursuivre par une formation universitaire en Coaching pour compléter ma formation à l'accompagnement au changement des personnes et des organisations. Par conséquent, j'ai plutôt développé un profil pragmatique et scientifique issu des sciences "dures" passant par les petites portes, plus qu'un profil de théoricien marchant sur les grands boulevards de l'Éducation Nationale. Toutefois, l'intérêt profond pour les Sciences Humaines m'a amené à faire des recherches dans ce domaine depuis plus de vingt années. Ces recherches personnelles ont été menées dans les différents axes que représentent la biochimie du corps et de l'esprit, depuis sont fonctionnement (Physiologique, Psychologique, Biochimique, Énergétique, etc.) jusqu'à ses croyances en d'autre terme du plus solide ou matériel, au plus fluide et immatériel. Pour continuer, je vais vous présenter mon parcours professionnel, surtout axé sur le côté technique et pratique. J’ai commencé par une expérience de terrain, en réalisant des
  11. 11. 11 chantiers d'installation d'équipements aéroportuaires et Télécoms. Mon premier chantier fût l'installation des équipements aéroportuaires de l'aéroport de Katmandou au Népal en 1990. Par la suite, au fil des compétences acquises, j’ai pris en charge des chantiers plus importants, jusqu'à diriger une succursale au Tchad. Katmandou restera aussi, le point de départ d'un intérêt profond pour la philosophie bouddhiste. Par la nature de mon travail, j’ai pu voyager autour du globe en étant confronté à différentes cultures et modèles de civilisation et d'organisation, depuis l'Afrique jusqu'à l'Asie dans des pays dits alors "en voie de développement", et ce, dans des conditions de travail qui sont loin d'être comparable à celles d'un voyage touristique. C'est au sein de leur élément et dans des conditions de travail et de vie quotidiennes que je côtoyais les autochtones et les expatriés. A chaque fois, je devais développer la structure pour réaliser les projets dans les pays où je me posais, parfois même, de trouver les solutions d'urgence pour rattraper les projets. A chaque fois, je devais donc me pencher sur le problème en considérant celui-ci comme étant nouveau, d'ailleurs avais-je réellement d'autre choix dans des contrées où une partie de la technologie et du « progrès » étaient apportés par les projets que je développais ? Au niveau personnel, depuis mon adolescence je intéresse aux philosophies asiatiques et à leur art de vivre qu'il soit artistique, comme nous l'entendons ici en occident, ou plutôt tourné vers les arts martiaux. En fait, bien souvent, en Asie tout ce qui est voué à participer au développement de la vie est une source d'art déclarée et déclinée en art de vivre. Rassurons le lecteur que nous ne souhaitons pas tomber dans un angélisme aveugle emprunt de manichéisme lyrique entre orient et occident. Fin des années 70 ou début 80 j’ai regardé une émission de télévision qui présentait la médecine chinoise et introduisait le point de vue du médecin dans la relation thérapeutique. J’ai découvert que cette médecine consiste à maintenir les personnes en bonne santé, c'est- à-dire debout, plutôt que d'attendre qu'elles ne tombent – malade – pour essayer de les ramasser. En d’autres termes elle s’occupe des biens portants. J’ai eu la possibilité de recourir à la médecine chinoise lors d'un de mes séjours en Asie et il faut reconnaître que là où la médecine occidentale était dans l'impasse, la médecine chinoise a su apporter des solutions. Mais il ne serait pas honnête de considérer seulement la médecine sans le processus. En effet, lors de cette prise en charge par la médecine chinoise il y avait autant les apports de la pharmacopée mais aussi cette façon de considérer le patient dans son entièreté, tant physique que psychique (voire spirituelle) mais aussi de lui laisser l'entière responsabilité de sa guérison. Le thérapeute n'avait qu'un rôle d'accompagnateur dans le processus de guérison mais il était là, à l'écoute de ce que je lui rapportais, résultat de l’écoute de moi-même, tant dans la production de mes pensées que dans les réponses de
  12. 12. 12 mon corps. Son but était d'ajuster son diagnostique mais surtout le traitement en fonction des progrès réalisés ou des difficultés exprimées. Aujourd'hui, je pense que le thérapeute était un passeur de soins, un passeur entre moi et ma guérison. C'était un travail d'équipe. La guérison, elle, restait ma responsabilité et notre propriété. Du point de vue du thérapeute les solutions, elles, étaient infinies, possibles, mais il fallait laisser le temps au temps et de l'espace pour qu'elles s'installent et se déploient… Centres d’intérêts et chemins de traverses Au-delà de mes activités principales j’ai toujours cultivé un intérêt pour la vie associative. Ceci m’a amené à développer un goût pour l’humain mais aussi à devoir apprendre constamment, au milieu des groupes et par moi même, les techniques et théories des domaines d’activités dans lesquels je m’engageais. Dans le domaine du sport j’ai participé à la création d’une équipe de football américain à Aix en Provence. De cette expérience j’ai retiré le goût de l’aventure humaine dans des domaines qui ne sont pas toujours du goût du plus grand nombre, en effet, en 1985 les sports américains, même s’ils pouvaient être appréciés à la télévision n’étaient pas pour autant compris aux niveaux du public et des institutions. Par ailleurs les techniques et règles de jeu n’avaient rien à voir avec ce qui ce pratiquait alors en France. De cette expérience j’ai retiré le sens de l’engagement dans un sport qui avait plus l’allure d’un sport de collision que de contact avec des techniques corporelles de déplacement dans l’espace et de développement de la vue et d’adaptation pour des phases de jeu qui ne dures que quelques secondes. Dans ce domaine nous avons gravi les différents niveaux qui m’ont amené de néophyte à entraineur. Pour continuer dans les sports où l’engagement et la responsabilité sont importants, j’ai aussi pratiqué la plongée sous-marine. Dans cette activité j’ai dû m’intéresser aux différentes disciplines entrant dans la constitution de cette pratique, ceci allant de la physique des fluides et des solides mais aussi à la biochimie puisqu’il est question d’échanges gazeux et de toxicité des gaz. Par ailleurs la pratique de la plongée sous marine permet de développer une autonomie de la personne mais aussi le développement de sa conscience du groupe et des responsabilités mutuelles que chacun se doit pendant la plongée. En effet, l’autonomie car l’évolution dans l’eau, qui est considérée comme un milieu hostile à l’homme, nécessite de savoir s’autogérer au niveau de la consommation de l’air emporté mais aussi de savoir se localiser dans l’espace et le temps puisqu’au moment où il faut retourner, dans les meilleurs conditions, sous le bateau qui nous a emmené sur le site de plongée. La conscience du groupe (palanqué) ou du binôme nécessite de savoir répondre, dès le début de l’apprentissage, aux incidents potentiels afin de minimiser les dangers et risques pouvant
  13. 13. 13 conduire jusqu’à l’accident de plongée. Là aussi, dans ce domaine nous avons gravi les différents niveaux qui nous ont amenés de néophyte à moniteur. Aujourd’hui, je m’intéresse aux arts martiaux et plus particulièrement à l’art de l’escrime japonaise ou l’art du sabre au travers de l’étude du Kendo et de l’Iaïdo. Dans ces deux pratiques il est souvent fait référence aux écoles dont est issue la tradition du sabre. Les façons d’enseigner sont, là aussi, très caractéristiques et marquées par des particularismes liés à une relation de Maître à Disciple (thèse FILLIOT 2007). Le professeur a la double charge de transmettre mais aussi de démontrer tout en faisant toucher à l’élève ce que serait le geste parfait. Le travail se faisant d’abord dans la mise en place d’une représentation imaginaire parfaite, puis ensuite dans la répétition des gestes auxquels il est apporté une correction de façon à ce que l’élève sente, ressente et s’approprie le geste jusqu’à l’oublier et qu’il devienne un automatisme. Corps et Esprit travaillent de concert. Dans ce domaine, comme dans les précédents, nous avons gravi les différents niveaux qui nous ont amenés de simple débutant à encadrant. Réflexion générale Pour revenir au sujet que je propose de traiter « La Méditation de Pleine Conscience : outil pédagogique, comme soutien à l’apprentissage ? », il me semblait nécessaire de faire ce préambule en présentant mon parcours, tant professionnel que personnel, afin d’introduire la vision dans laquelle ma démarche s’inscrit. Mes activités, tant professionnelles que personnelles, ont toujours eu comme point commun de devoir répondre à des demandes d’adaptation à des situations de changement liées à des environnements à risques ou d’adaptation rapide et immédiates. Dans tous les cas il y avait un apprentissage nouveau, parfois aux antipodes de nos connaissances déjà acquises donc un besoin de remise en question important et souvent continuel. Ces situations ont, comme point commun, un degré de sollicitation mental ou physique générateur de stress mais nécessitent aussi, de devoir s’adapter à l’impermanence des situations donc au changement. Dans certains cas, l’esprit se tend dans l’attente entrainant le corps avec lui, dans d’autres cas le corps se crispe dans la peur contraignant avec lui l’esprit, ou encore, dans des cas extrêmes, le corps se fige et s’écroule dans la terreur engendrée par une situation désespérée comme nous l’explique LEVINE (2004). Prévenir plutôt que guérir et laisser advenir dans l'espace de création plutôt que contraindre… nous semble être un vrai débat pour le futur de notre société, en tout point de vue et à tous les niveaux. Prévenir le changement plutôt que le subir, développer le plaisir du changement au-delà du désir de changement (KOURILSKY 2008) ou encore pire du subir le changement…
  14. 14. 14 1.2. Une vision pour l'avenir ? Plus haut nous avons décrit l’observation et l’expérience de cette relation thérapeutique issue de la médecine chinoise. Puis, nous nous sommes mis à rêver à la transposition de cette relation, vers la relation d'Enseignant à Enseigné ou Apprenant. En continuant ce rêve utopique nous nous sommes mis à tracer des parallèles avec le triangle didactique Savoirs / Apprenant / Enseignant. En transposant la relation précédemment décrite, le Savoir prendrait donc la place du traitement à l’ignorance de l’apprenant, l'Enseignant celle du médecin asiatique et l'Apprenant celle du patient. Le savoir étant « l'Objet » à transmettre, l'Enseignant régulant sa transmission en fonction de l'Apprenant et du contexte dans lequel l'ensemble s'inscrit en toute complexité de la relation humaine. L'enseignant ou le formateur est ici plus un accompagnant que tout autre personnage qui a défini, une bonne fois pour toute, une posture déterminée et néanmoins déterminante et contraignante. Le Formateur serait un passeur (BONNIOL 1996) et au lieu de dispenser ou transmettre un SAVOIR, il transmettrait une EXPÉRIENCE ou plutôt, mettrait en place les conditions pour que l'expérience se réalise. Par cette posture d'accompagnant ou de passeur, il a toute latitude pour prendre la posture qui conviendra le mieux à la situation présente, puisant ainsi ses solutions dans la MÉTIS en fonction du KAIROS, usant de tout l'espace du LOGOS pour laisser s'épanouir l'émergence du devenir. Sur la base de cette observation et de ce constat, nous nous sommes penchés sur les conditions qui faciliteraient la relation complexe entre Enseignant / Apprenant / Savoir, où Savoir est à entendre en termes de connaissances et compétences. Existe-t-il un moyen, une démarche, qui permettrait de mettre en place ou de favoriser cette relation ? Est-il possible de développer ce « Savoir Interagir avec les Autres » ? Ne serait-il pas question de Savoir Être ? 1.3. Présentation de mes choix Le travail que j'ai proposé de réaliser en Master Recherche 2ème Année porte sur « La Méditation de Pleine Conscience : outil pédagogique, et soutien aux apprentissages ? ». J’ai choisi de traiter ce sujet selon une approche centrée sur la personne. Un choix de sujet délicat qui peut sembler, de prime abord, très connoté orient et spiritualité. Toutefois, nous verrons tout au long de ce mémoire qu'il n'en est rien. Il s’agit bien d’étudier une méthode, voire une technique psychocorporelle à visée introspective dont le but est de développer le sens de l’observation du fonctionnement de son propre esprit ou encore de
  15. 15. 15 développer sa métacognition dans le but d’améliorer sa relation à l’environnement dans un esprit systémique et complexe. Ce choix est apparu pour moi comme une évidence de part la pratique même de la méditation, de son usage et des résultats obtenus et observés, aussi, sur d’autres. Par ailleurs, depuis mon premier poste d'expatrié au Népal, je me suis intéressés à la philosophie Bouddhiste au travers de lectures dans un premier temps puis, dans un deuxième temps, en allant à la rencontre d'enseignants dans le but de mieux comprendre cette philosophie, son système de pensée et sa dynamique. Tout au long de mon parcours j’ai été confronté à différentes écoles bouddhistes, chacune véhiculant la même philosophie (issue de la tradition indianiste et plus tard des enseignements du Bouddha et de ses disciples) mais chacune ayant développé son propre style. Pour les unes c'est la voie des yogis ascètes qui prévaut, pour les autres c'est celui de « moines » laïcs ayant une descendance qui fait foi. Chacune se distingue de l'autre par des rituels religieux qui peuvent être différents d'une école à l'autre, les supports symboliques étant partagées par toutes. En fait toutes les écoles se côtoient et échangent entre-elles. Toutefois, après plusieurs années d'études, je suis arrivé au constat que trois éléments sont à la source de tous les enseignements : 1. La philosophie pour ce qui est de la relation à l'existence et la psychologie pour mieux comprendre son propre fonctionnement et, par conséquent, celui des autres, 2. La méditation y compris le yoga et toutes ses méthodes, pour mieux développer les capacités propres à chacun dans l'utilisation complexe de notre relation à nous- mêmes en vue de développer l'outil complexe que nous sommes tant dans sa dimension physique que psychique mais aussi comportementale, 3. L’action pour mettre en application, acquérir de l’expérience et développer de la connaissance. Là encore, on peut entrevoir une relation triangulaire didactique que l’on pourrait identifier de la façon suivante 1. Savoir (de l’existence et de soi – LA VUE) / 2. Apprenant (l’apprenant est en auto-apprentissage par l’observation de lui-même – LA MÉDITATION) / 3. Expérimentation dans l’environnement complexe (développement de compétences et acquisition de connaissances – L’ACTION) En suite, je me suis intéressé aux travaux réalisés par les universités prestigieuses (Stanford, MIT, Harvard, Brown University, etc.) concernant l'usage de la méditation à des fins autres que celles de développer des habiletés dans l'étude du Bouddhisme.
  16. 16. 16 Depuis le début du XXème siècle l'occident s'intéresse à l'étude de la méditation et à son impact sur la psychologie des individus. C'est dans le début des années 80 que Jon KABAT-ZINN (2009) a introduit de façon officiel la méditation comme outil thérapeutique dans une clinique antistress aux États Unis d'Amérique. 2. LA RELATION À SOI DANS L’UNITÉ CORPS/ESPRIT, UNE SOLUTION ? «C'est finalement parce qu'il est capable de répondre de façon originale à un problème posé auquel il aurait pu répondre de façon réflexe ou automatique, que l'homme est conscient. Il est donc d'autant plus conscient qu'il connaît ses automatismes et ses pulsions, et qu'il parvient à s'en libérer par sa faculté à imaginer». Henri LABORIT, 1994: 116 Nous avons vu plus haut que le yoga et la méditation, développés et utilisés par des civilisations depuis des millénaires, sont aujourd’hui utilisés en occident pour répondre à des besoins thérapeutiques lorsque la pathologie est installée ou encore au titre de la lutte contre le stress. Historiquement, le yoga et la méditation qui est l’un des éléments du yoga, a été développé et utilisé pour aller à la découverte de son propre esprit. La Méditation est une démarche utilisée pour le développement de la personne dans des circonstances aussi variées que son développement spirituel en orient (au sens où ce qui est spirituel concerne avant tout son propre esprit en orient), mais aussi comme soutien dans le cadre médical en occident. Loin d’être un outil de propagande d’une philosophie, c’est d’abord et avant tout un outil de développement de qui nous sommes, en somme. La méditation permet de développer l’Attention sans saisie, par la pratique de l’observation de notre esprit et de ses productions mentales tant imaginale (pensées imaginale, mémoires, …etc.), que de l’ordre du ressenti. Par conséquent, au regard des sociétés occidentales qui sont très conceptuelles, la méditation permet simplement de développer « l’outil » que nous sommes nous même pour éviter de sombrer dans les écueils de nos représentations parfois lourdement chargées d’héritages (à entendre ici en son sens le plus large, c'est-à-dire autant familial que culturel et expérientiel) que l’on pourrait aussi rassembler sous le vocable de conditionnements.
  17. 17. 17 Cet « outil » (nous = corps + esprit) se développe donc dans son intégralité tel que Edgar MORIN pourrait le définir Auto-Eco-Organisée. Auto : Soi, Eco : lié à l’environnement ; Organisée : ou réorganisé en fonction de l’énergie échangée avec le milieu… Pour compléter les apports théoriques de E. MORIN (2005), il nous semble judicieux de les associer aux apports théoriques de F. VARELA (1993) sur la notion d’Autopoïèse et par la suite d’Énaction. En effet, si notre outil (nous-mêmes) est plus incorporé, dans le sens de réuni et d’associer l’usage de nos six sens et donc si nos six sens sont « pleinement » usités ils pourront nous transmettre une meilleure information et nous serons ainsi plus connectés à une réalité qui se déploie instant après instant, plus qu’à des interprétations émanant de notre mental et ayant pour conséquence de « nous faire » déformer la réalité ou tout au moins d’en avoir une compréhension erronée ou distordue. En effet, la philosophie indianiste et bouddhique introduit la notion de six sens. Aux cinq sens que nous connaissons ils intègrent le sens mental qui est à la fois le centre de traitement de informations reçues mais aussi le centre récepteur des mémoires surgissant lors des évènements. Nous sommes conditionnés par nos représentations, et mon propos n’est pas de dire qu’elles sont forcément erronées, mais que nous sommes agit par elles plus souvent que nous voulons bien le croire. 3. CONCLUSIONS Il semble que nous soyons au seuil de découvertes ou plutôt de redécouvertes et d’évolutions passionnantes concernant le soin des troubles du corps et de l’esprit. Pourtant, cette actualité de la pleine conscience tire son essence de l’ancestrale méditation bouddhique et indianiste et plus particulièrement des techniques Shamatha et Vipassana. Nous avons vu combien garder l’esprit unipointé peut aider à faire reculer la souffrance, pour que la pensée errante et son cortège d’émotions perturbatrices cesse de surgir. Les autorités spirituelles contemporaines que sont le Dalaï Lama, dans la tradition tibétaine, et le moine Thich Nhat Hanh, pour la branche du zen, ont dialogué avec des scientifiques souhaitant comprendre la psychologie bouddhique (DALAÏ Lama, GARDNER H, GOLEMAN D, BENSON H, THURMAN E, 1993). Les échanges scientifiques ce font à propos du fonctionnement de l’esprit par la compréhension de la nature de la conscience. Cette collaboration entre des méditants chevronnés et des laboratoires équipés d’appareils d’enregistrement et de logiciels les plus sophistiqués, donne naissance à des découvertes
  18. 18. 18 essentielles sur le maillage de connexions neuronales associant pensées et sentiments, cognitions et émotions. Ces données seront exposées plus loin. Parmi les chercheurs innovants, Jon KABAT-ZINN, a laïcisé, quant à lui, une certaine posture méditative en l’expurgeant de ses références culturelles et religieuses. C’est donc grâce à l’intérêt grandissant de ces hommes de sciences, que la Méditation de la Pleine Conscience acquiert une place importante dans de nombreux domaines d’application de la santé. Les pays anglo-saxons continuent de valider scientifiquement et de développer ces techniques au sein de prestigieuses universités (MIT, Stanford, Harvard, Brown University, etc.). Les programmes de recherches se multiplient sur le sujet. De nombreuses spécialités médicales intègrent les pratiques de la pleine conscience à leurs protocoles de soin. Les applications dans le domaine des soins psychiatriques commencent à se développer en Europe. Nous espérons les voir se développer en France dans le domaine des Sciences De l’Éducation. Puisse nos travaux de recherche y contribuer modestement.
  19. 19. 19 I – ÉTAT DE L’ART 1. INTRODUCTION Avant de nous lancer dans une direction en particulier nous avons voulu découvrir l’état de l’art en la matière de yoga et méditation depuis leurs définitions jusqu’à leur usage. Nous avons souhaité découvrir et mettre à l’épreuve une opinion qui tend à dire que la méditation est un phénomène de mode ou forcément un instrument de prosélytisme. Pour cela nous avons cherché dans plusieurs directions que sont l’histoire, les recherches scientifiques, mais aussi le domaine de la politique. 2. LES RACINES DE LA MÉDITATION : LE YOGA Avant d’étudier plus profondément la Méditation et ce qu’elle représente nous avons choisi de nous intéresser à ses origines. Originaire de l’Inde, elle trouve naissance dans le Yoga dont elle n’est qu’une des nombreuses pratiques. Le yoga serait lui-même issu d’une tradition dont il est difficile d’identifier l’origine précise. Des hypothèses et spéculations feraient remonter le yoga à la migration du peuple Aryen en Inde, d’autres disent que l’on trouve des traces d’évocation du yoga dans des citations de texte pré-Aryen. De toute évidence on retrouve des traces de cette pratique dans des textes ou mythes géographiquement localisés dans les civilisations indo-iraniennes. Au-delà de la technique elle-même il nous a semblé bon de nous pencher sur la philosophie qui entoure cette pratique. En effet, dans la phase de recherche dans laquelle nous nous trouvons nous restons ouvert à toute forme de source. Puisque les Sciences de l’Éducation sont elles même issues de la philosophie, rendre un hommage à la philosophie de la technique que nous souhaitons étudier semblait un passage obligé pour mieux comprendre cette technique dans les phénomènes qui participent à sa création (Attention, Intention, etc.), les raisons de son usage et les résultats obtenus par la pratique.
  20. 20. 20 2.1. Introduction philosophique : La Raison entre Inde et Occident En Inde, la raison n'a jamais été la faculté suprême de la connaissance. Les philosophes indiens ont toujours su que la raison ne pouvait pas embrasser l'absolu et le définir. Voici un très beau texte de Herman de KEYSERLING1 qui le montre : « Les Hindous sont précisément célèbres comme dialecticiens, comme logiciens et comme subtils créateurs de systèmes. Pour autant, jamais dans l'Inde la logique n'a eu la prétention d'établir les rapports ultimes parmi les choses ; dans une juste appréciation d'elle-même, elle a laissé ce rôle à l'intuition mystique. Elle s'est contentée ou bien de systématiser les données de l'expérience, ou bien de développer d'abondantes spéculations sur ces données, ou bien de diviser minutieusement la matière trouvée par elle (les Hindous ont la manie de la systématisation) [...] Mais on a tort de reprocher à l'Inde de n'avoir jamais essayé d'aller jusqu'à l'essence même des choses et de reprocher aux Hindous de n'avoir pas de Parménide ni de Hegel. Les Hindous ne le cèdent en rien aux Européens pour la pénétration de la logique ; à coup sûr, il ne leur aurait pas été difficile de construire des systèmes cosmiques semblables. Ils ne l'ont pas fait parce qu'ils étaient pour cela de trop profonds métaphysiciens; ils ont su que la raison logique ne va pas jusqu'à la racine des choses; ils n'ont jamais été rationalistes. C’est donc là sans doute l'un des grands exemples que le peuple hindou a donné à l'humanité, à savoir qu'une intelligence éminente n'aboutit pas nécessairement au rationalisme et qu'un haut degré de pénétration logique n'abolit pas nécessairement la naïveté. Dans l’Inde trois interprétations principales des Vedanta-sutras sont considérées comme également orthodoxes : une interprétation moniste, une autre dualiste et une théiste; en plus, partant des précédentes, plusieurs centaines de systèmes qui se contredisent plus ou moins. Qu'est-ce que cela signifie? Cela signifie que les Hindous sont profondément conscients de la contingence de toutes les constructions dues à la raison, qu'ils savent qu'aucune de ces dernières ne peut réussir à donner une image absolument exacte de la réalité métaphysique, que toutes ne signifient qu'un à peu près. Lorsque les Européens reconnaissent une chose semblable, aussitôt ils déclarent la guerre à la raison. Les Hindous, eux, qui en cela aussi sont les plus sages, n'en laissent à la 1 Hermann de Keyserling, Le Journal de Voyage d'un Philosophe, Paris, Stock, 1928,p. 115-117). Cité par François Chenet, Philosophie Indienne, Bulletin de la société française de philosophie indienne, janvier-mars 2007.
  21. 21. 21 raison que plus de liberté. Aucune forme ne peut être prise métaphysiquement au sérieux. En revanche, sur le plan empirique, elles ont toutes droit à l'existence. ». En 1922, Herman de KEYSERLING apporte un regard critique sur l’état d’esprit et la différence de point de vue entre Orient et Occident. L’orient reste une logique où tout peut et à droit d’exister et l’occident tente, systématiquement, d’imposer une logique linéaire. 2.2. Définition et Étymologie Il existe plusieurs interprétations non pas qu’elles soient contradictoires mais plutôt emprunte et surtout colorées par le courant philosophique qui la porte. En fait, que l’on s’adresse à un religieux un athée ou encore un philosophe chacun aura retenu ce qui lui convient le mieux. Compte tenu de l’existence millénaire de cette discipline il nous a été difficile de trouver l’origine exacte. Cependant, dans un souci d’être le plus exact nous livrons au lecteur le fruit de nos recherches puisque du point de vue de la recherche nous avons souhaité être le plus exhaustif possible. Point de vue Philosophique La Bhagavad Gita, œuvre philosophique qui retrace l’histoire de la culture indienne, définit le yoga comme Samatva (littéralement égalité, stabilité, équilibre). La plupart des traducteurs font dériver yoga des racines yü et yug (qui signifient joindre, adapter, atteler). Pour Patanjali2 le yoga n’est autre que « la suppression des états de conscience » par un ensemble de pratiques et au moyen d'une ascèse, la technique physiologique est essentielle alors que les techniques psychologiques sont subsidiaires. Il existe pour lui trois catégories d’états de conscience, correspondant respectivement à trois possibilités d’expérience : 1. - Les erreurs et les illusions (rêves, hallucinations, illusions perceptives, etc.) 2. - La totalité des expériences psychologiques normales (tout ce qui est senti, perçu, pensé chez l’homme normal). 3. - Les expériences de niveau « supérieur », « illumination », « contemplation », expériences parapsychologiques, etc. 2 Patanjali : sage indien, philosophe qui a redécouvert et diffusé le yoga au deuxième siècle avant notre ère.
  22. 22. 22 Point de vue Religieux Compte tenu que la racine de ce mot comprend le sens de joindre, certains franchissent le pas et définissent le yoga comme l’union à Dieu. C'est ainsi que le comprennent la plupart des yogis à partir du XVIIème siècle. Point de vue des Athées Le sens originel donné par les Samkhyas athées est différent. D'autre part, Yug est une vieille métaphore qui signifie « se mettre au joug », « s’atteler à l’ouvrage ». En sanskrit, yug est souvent employé dans le sens de « concentration » (mentale). Ceci nous éclaire sur le début des yoga-sutras où nous lisons que le yoga est d’abord l’effort de diminuer les activités parasites et les distractions de notre intellect. Il s’agit en somme d’un art de concentration mentale. Le Yogin se joint… Il commence par se joindre à lui-même exactement comme l’exprime JUNG (1950), lorsqu'il parle de la totalité de la psyché. Pour M. CHOISY (1948), le symbole de cet effort est la roue, une roue bien faite dont les rayons convergent tous excellemment dans le moyeu. 2.3. Les origines du Yoga Il est difficile de situer l’origine des techniques de yoga. Au dire de certains il s’agirait d’une technique chamanique mystique. A ce sujet nous nous rapprochons de la critique formulée par Jean FILLIOZAT3 dans un article de 1946 paru dans la Revue Philosophique « Les origines d'une technique mystique indienne ». Avec une méthode simple et scientifique, en replaçant les idées yoguiques dans leur contexte culturel indien, Jean FILLIOZAT critique la théorie de l'origine chamanique du Yoga comme toutes les théories d'origine pré-aryenne ou les rapprochements avec des pratiques extatiques « sauvages » de peuples non civilisés : « Le Yoga est une discipline qui arrête l'activité psychique liée aux accidents extérieurs et permet ainsi une maîtrise plus grande par le sujet de son bagage psychique, et dans son rôle second il « enseigne la distinction entre l'essence éternelle de l'âme et sa gangue personnelle d'éléments psychiques inconscients, jusqu'à assurer son isolement qui constitue 3 Jean FILLIOZAT : (4 novembre 1906 - 27 octobre 1982) est un spécialiste des études indiennes. Il était titulaire de la Chaire de langues et littératures de l'Inde de 1952 à 1978 au Collège de France. Il devient docteur en médecine en 1930, puis reçoit son diplôme de l’École pratique des Hautes Études en 1934, son diplôme de l’Institut national des langues et civilisations orientales en 1935. Il devient directeur d'études à l’École pratique des Hautes Études de 1941 à 1978, il est docteur ès lettres en 1946. Il fonde l’Institut français de Pondichéry en 1955, devient directeur de l’École française d'Extrême-Orient jusqu'en 1977, est membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1966 et vice-président de la Société Asiatique en 1974. Il est chevalier de la Légion d’honneur.
  23. 23. 23 la libération ». Ceci est conçu dans le cadre de la représentation indienne du psychisme et de la physiologie du corps humain. L'Inde a reconnu très tôt le rôle de l'inconscient qu'est le bagage des samskâra. Elle a conçu le vent, vent cosmique ou souffle intérieur au corps, comme la cause de toute activité organique, physiologique et psychique. Elle rapportait au souffle tout ce que l'on rapporte au système nerveux. Les techniques de lavage intérieur du Yoga se comprennent comme visant à assurer la liberté de circulation du souffle, les accidents psychiques à éviter étant censés être dus à des engorgements des conduits. Le Yoga se comprend, s'éclaire ainsi, par les doctrines médicales que d'ailleurs il a prolongées et développées lui-même au cours de l'histoire. » Par ailleurs, Mircea ELIADE (1954) met en évidence le fait que « l'histoire du yoga coïncide à peu près avec celle de la spiritualité indienne », et que, « loin de former l'apanage d'une école philosophique ou d’une secte magico-religieuse, ses techniques ont été adoptées et utilisées par toutes les gnoses et sotériologies ». 2.4. Notions générales Nous aurons à plusieurs reprises, l’occasion de faire remarquer combien l’esprit du yoga est loin de tout subjectivisme à base de masturbation mentale ; bien au contraire « certaines de ses particularités mettent en relief un aspect souvent négligé de la mystique indienne, à savoir la volonté de conquête du réel ». Le professeur MASSON OURSEL a depuis longtemps souligné que l 'Inde ne connaît pas seulement, comme cela avait paru longtemps un dogme, une libération négative, mais encore une liberté de signe positif. Autrement dit, il s’agit de visées objectives et désaliénantes. Nous ne nous attarderons pas sur les doctrines qui sous-tendent, informent ou utilisent les techniques, lesquelles n’ont aucun intérêt dans le champ de notre recherche. Le but du yoga est, conformément à ses idées métaphysiques, d’abolir les deux premières catégories d’expériences que sont perceptions et interprétations (cf. Point de vue Philosophique – Patanjali, ci-dessus) issues respectivement de l’erreur « logique » et de l'erreur « métaphysique » et de les remplacer par une expérience « enstatique », supra- sensorielle. A ce niveau la souffrance dramatique de la condition humaine serait définitivement dépassée. Pour les maîtres traditionnels, on ne peut atteindre le but sans une action faite d’une série d’exercices qui demandent à être réalisés successivement, sans hâte, sans impatience, sans exagération du désir, sans passion, sans visée ambitieuse.
  24. 24. 24 L’existence humaine est une actualisation sans arrêt de l’inconscient (« vasanas ») au moyen des « expériences » constituant le flux de la vie psychomentale, c’est l’inconscient qui est le principal responsable des « tourbillons » qui animent toutes les expériences de niveau inférieur. C’est cet inconscient qui détermine l’existence des différences interindividuelles et des variations ou conflits intra-individuels. Tous ces tourbillons, ces apparitions et disparitions d’états psycho-mentaux dont l’origine profonde est à situer au niveau des potentialités de l’inconscient, trahissent profondément, le refus de soi-même et du monde, dans la relation qu'il a avec soi-même, la soif de cesser d’être ce que l’on est. Notions et Parallèle avec la Psychologie Freudienne Nous avons rendu le terme « vasanas » par potentialité inconsciente, ce qui introduit une ressemblance avec les théories psychanalytiques, ressemblance qui est réelle mais ne va pas jusqu'à l’identité de conception. En effet à la différence de la psychanalyse freudienne, le yoga ne voit pas dans l’inconscient, la seule libido, mais l’ensemble des désirs d’autosatisfaction, de multiplication. Il est à la fois la matrice et le réceptacle de tous les actes, gestes et intentions (Kunkel - 1996), dominées par la « soif du fruit » (phalatrashna). Toujours à la différence de la psychanalyse, le yoga croit que les potentialités inconscientes peuvent être dominées, et comme « conquises » par l’ascèse et la technique d’unification des états de conscience qu'il préconise. Le Yoga : technique de relaxation ? Pour nos recherches, la question se pose des moyens et démarches adéquates pour développer, (notamment en contexte scolaire ou universitaire) les capacités émotionnelles. Dans la littérature scientifique, on recense une diversité de moyens proposant diverses façons de gérer son stress ou de se relaxer. Ces moyens (Relaxation, Training Autogène, Biofeedback, Sophrologie, Eutonie, etc.) semblent partager, de prés ou de loin, une source commune : le yoga et/ou la méditation. Par conséquent nous nous sommes penchés sur ces techniques de base ou techniques originelles et il est apparu que certains articles ou travaux semblaient confirmer que ces techniques permettent de mieux développer capacités et compétences émotionnelles. Ainsi Bernard AURIOL (1977) nous dit : « Le Training-Autogène de Schultz, l'Eutonie de Gerda Alexander et même la Sophrologie de Caycedo ont certes des points communs avec le Hatha-yoga traditionnel et s'inspirent parfois directement de lui ; cependant, à notre avis, ils n'en utilisent pas toutes les possibilités thérapeutiques. »
  25. 25. 25 2.5. Les différents Yoga, chemin de la Maîtrise de Soi Le terme généraliste de yoga contient en lui plusieurs formes d’exercices qui font appels au corps (Soma), à la psyché et à la sagesse philosophique. La technique yoguique complète, comprend donc un certain nombre de pratiques qui se déclinent en exercices qui mettent en action autant la psyché que le corps (soma) et que l’on peut diviser en 8 catégories : 1) - Les réfrènements ou Yama Le verbe sanskrit "yam" signifie "tenir en main, contenir, soutenir, porter réfréner, maîtriser, mettre en ordre a) « Satyam » véracité b) « Asteya » honnêteté c) « Aparigraha » détachement des biens ou contentement d) « Brahmacharya » modération ou déracinement de toute tendance proprement génitale e) « Ahimsa » Non violence L'Ahimsa est à la base d'une attitude politique, celle de GANDHI ou du pasteur Martin LUTHER KING. Ses méthodes élèvent l'humanité, à la fois ceux qui les mettent en pratiquent et ceux auxquels ils ont à s'opposer et qui finissent par abandonner leurs tyrannies sinon leur soif aveugle du pouvoir. Promouvoir l'Ahimsa, c'est aussi modifier les conditions qui mènent les individus ou les groupes à la violence : par exemple les fraudes et corruptions de toutes sortes, la valorisation absurde de richesses sans limites aux mains d'individus ignorants et superficiels, les guerres menées sous les auspices d'un idéalisme infernal ou d'un réalisme illusoire, la négligence des générations futures, etc. Un système économique sans régulation appropriée engendre la violence directement, tant il est vrai que la guerre devient le moyen ultime de faire triompher son mauvais droit. Un tel système engendre aussi la violence par la pauvreté qu'il concentre en des lieux concentrationnaires où sont bannis certains citoyens; le feu aux banlieues est une forme de jacquerie annonciatrice de plus graves affrontements. La dissolution des mœurs se pare des couleurs de la liberté : a-t-on mesuré l'impact délétère des films, vidéos ou produits multimédia sexuellement "hard" sur les enfants qui les contemplent en dépit des mises en garde hypocrites. Comment s'étonner des viols dans les caves, des enfants sans pudeur, des adultes sans vergogne, des parents sans retenue lorsqu'on prône le sexe déshumanisé qui étale la prostitution aux étranges lucarnes de tant de foyers. Au prétexte qu'il y aurait quelque intégrisme à interdire leur diffusion à l'écran.
  26. 26. 26 L'excès du chômage, l'entassement des citoyens dans des clapiers à étages, le durcissement des frontières, la culture des rendements à tout prix sur le plan industriel comme agricole nous promettent des lendemains qui déchantent après les bonnes intentions du progrès jusqu'au ciel. Ces réfrènements résument les moyens d'être libre et plus heureux. Le respect des 5 yamas permet à l’homme d’être dans Sa vérité. Voici ce qu’en dit AURIOL (1970) : " La notion d'ahimsa est à la base de la résistance non violente de Gandhi et a été imprudemment traduite par « amour ». Ahimsa veut dire littéralement « non-meurtre ». Pour le yogin ce terme finit par signifier « ne pas faire de peine » même « ne pas vouloir de peine à qui que ce soit ». Vivekananda précise : « avant tout ne pas nuire en pensée. Le vrai critère d 'Ahimsa est donc absence d’envie dans le corps. Nous savons d’après Freud que toute jalousie est interprétée dans l’inconscient comme un désir de prendre la place de... Prendre la place de quelqu'un équivaut à le tuer. Seule l’expérience psychanalytique expliquera les dérivés d’« Ahimsa » et comment non-meurtre devient absence d’envie. Le non-meurtre étant de règle, en sa présence cessent toutes inimités. Toute pensée de haine que vous pouvez avoir, précise Vivekananda, serait-ce au fond d’une caverne, s’emmagasine et retombera un jour sur vous avec une énorme puissance, sous la forme de quelque souffrance ici-bas. Si vous projetez de la haine et de la jalousie, elles vous reviendront avec intérêts composés. Nul pouvoir ne peut vous les faire éluder. Une fois que vous les avez mises en mouvement, il vous faut en supporter les conséquences. Cette affirmation qui parait d’ordre magique correspond à une profonde vérité psychologique. La psychanalyse a redécouvert comment le mécanisme d’autopunition joue quelques fois très longtemps après la faute réelle ou imaginaire. La fuite dans la maladie dans l’accident ou l’échec nous a livré ses secrets. Or ce n’est pas l’acte qui détermine la névrose, mais bien la pensée refoulée. Ici le Yoga est tout à fait d’accord avec la psychanalyse. Tous les refrènements ont pour but de parfaire l'Ahimsa ou non-violence et trouvent en elle leur justification. 2)- Les Niyamas ou disciplines a) propreté (çauca) - ablutions, purgations etc. b) sérénité (samtosha) - non amplification des nécessités de l’existence. c) ascèse (tapas) - acceptation des " contraires " (chaud et froid, envie de rester debout et assis), silence verbal et mimique.
  27. 27. 27 Notons que cet ensemble de renoncements entraîne, pour Patanjali, comme pour François d'Assise, l’abondance des possibilités auxquelles on renonce et leur possible utilisation sans esclavage à leur égard. 3)- les postures (asanas) : Ce n’est qu’ici qu’on peut réellement parler de yoga, au sens étroit du terme. En principe l’asana ne s’apprend que d’un maître ou " guru " et non par des descriptions dessins ou photographies. Ce qui, de toute façon est important, c’est le fait que l’asana donne une stabilité rigide au corps et en même temps, réduit l’effort physique au minimum. Il ne peut être considéré comme acquis, que dans la mesure où il est devenu, à force d’exercice, stable et agréable. Au début, l'asana est incommode voire insupportable ou impossible dans sa perfection. L'entraînement réduit progressivement l’effort, la douleur qui devient finalement tout à fait négligeable. La concentration ne sera évidemment favorisée que dans la mesure où l’asana sera devenu tout à fait naturel et indolore. Vachaspati écrit : " celui qui pratique l’asana devra user d’un effort qui consiste à supprimer des efforts corporels naturels. Autrement la posture restera irréalisable ". Autrement dit l’asana pratiqué pour la première fois induit un certain nombre de contractures inutiles à sa réalisation et nuisibles pour autant que ce sont surtout elles qui le rendent douloureux. Seule leur disparition permettra une parfaite réalisation de la posture ; l’acquisition d’une posture même très difficile apparemment n’est plus un problème à partir du moment où l’attention n 'est plus prisonnière des perceptions corporelles, c 'est-à-dire est concentrés sur un objet précis, serait-ce la zone douloureuse elle-même. Il s’agît dans la terminologie occidentale d’une parfaite relaxation obtenue habituellement sans faire appel aux suggestions du Training Autogène. Il existe un très grand nombre d’asanas possibles. Le but de ces positions est toujours le même : la cessation absolue du trouble de la part des contraires, la réalisation d 'une sorte de neutralité des sens, et la libération par rapport à la présence du corps qui n 'est plus mobile, agité, arythmique. De même qu'on parle beaucoup de " schéma corporel " quand il est pathologique, de même la maîtrise parfaite du corps en tant que relations réciproques implique qu'il ne pose plus de problème ni ne dérange l 'action ou la perception. Au niveau du corps l’asana est une " concentration en un seul point ", en ce sens que le corps est concentré en une seule position. De même que la concentration en un seul point met fin aux fluctuations et à la dispersion des états de conscience, de même l’asana met fin à la mobilité et à la susceptibilité motrice du corps, favorisant du même coup la concentration mentale. Il s’agit d'un effort à deux niveaux différents vers un certain type d'unification.
  28. 28. 28 4)- Le contrôle respiratoire (pranayama) : il s 'agit de rythmer aussi lentement que possible la respiration en la soumettant à un rythme stable et durable, tout en restant attentif à ne pas dépasser les possibilités du moment ce qui entraînerait automatiquement des ruptures de rythme. . . Pour Bhoja " il existe toujours une liaison entre la respiration et les états mentaux ". Comme le remarque Mircea ELIADE (1954) " il est question ici d’une observation qui dépasse le simple enregistrement du fait nu que, par exemple, la respiration d’un homme furieux est agitée, alors que celle du penseur se ralentit d’elle-même. Cette liaison respiration-état de conscience apparaît comme un instrument d'unification de la conscience, en ce sens que le yogi pourrait éprouver expérimentalement et en état de veille les états de conscience qui caractérisent le sommeil. Il faut noter à ce propos que le sujet non entraîné qui s'exerce à certains de ces rythmes s'endort aussitôt. Il serait ainsi possible de garder une vigilance normale, (en ce sens que la volonté garde la possibilité de passer d 'un état à l 'autre à tout moment), tout en passant à l 'état de " rêve " (ce qui n 'est pas sans rappeler la technique du rêve éveillé dirigé de R. DESOILLE, dont on sait d 'ailleurs qu’elle prend historiquement, son inspiration dans le yoga), à l 'état de conscience " cataleptique " ou à l 'état de conscience de " sommeil sans rêve ". Ces affirmations ont paru longtemps tout à fait paradoxales et sans valeur de crédibilité. Les recherches récentes dont nous parlerons dans le chapitre Yoga et Biologie nous portent aujourd'hui à moins de scepticisme. . La suppression de la discontinuité normale entre les différents états de conscience, et spécialement entre les états de conscience de la veille et ceux du sommeil, réalise l'unification de la conscience. Le but immédiat du pranayama est moins ambitieux : il s'agit de stabiliser la fluidité psychique, la mouvance des états de conscience et par conséquent l'instabilité et la dispersion de l’attention, tout cela par la stabilisation de la respiration d’abord au moyen d'un contrôle volontaire, plus tard de manière aussi automatique que possible afin que la respiration elle-même puisse être " oubliée " parce que parfaitement maîtrisée. Rappelons que les techniques respiratoires sont connues du taoïsme, des mystiques chrétiens (hésychastes) aussi bien que des courants mystiques de l'islam. Les exercices de pranayama engendrent classiquement une intense sensation d'harmonie, une plénitude rythmique, mélodique, un nivellement des aspérités physiologiques fonctionnelles. Le rythme respiratoire s'établit par égalisation du temps d'inspiration, de rétention et d'expiration. Chacun de ces temps est prolongé autant que possible et progressivement afin
  29. 29. 29 d'atteindre à la limite une suspension très longue de tout mouvement respiratoire. (état de conscience cataleptique). Le maniement de la respiration ne se limite d'ailleurs pas à l'acquisition de certains rythmes, la respiration par narine alternée en est un autre exemple et a des effets spécifiques. 5) - l'émancipation par rapport aux sensations (pratyhara) Pratyhara réalise une sorte d’isolement sensoriel sans suppression des sources externes de stimulation, par une sorte de déafférentation corticale physiologique par rapport aux organes des sens. Nous verrons que l'EEG. de yogins entraînés conserve le rythme alpha en présence des stimuli externes de toute nature : l’esprit connaîtrait " les choses telles qu’elles sont " sans recevoir aucune fluctuation en les connaissant. Il est impossible de percevoir la signification d’une telle phrase en dehors d’une pratique et de vérifications expérimentales précises. 6)- La concentration (Dharana) C'est la fixation de la pensée en un seul point, soit à différents niveaux corporels, soit sur le souffle lui-même, soit sur des notions philosophiques ou encore sur l’observation de ses propres pensées. Elle prépare la phase suivante. 7)- La méditation (Dhyana) Elle réalise un courant de pensée unifiée, continuum de l’effort mental excluant toute tension, pour assimiler l’objet de la méditation, libre de tout autre effort d’assimiler d’autres objets. A aucun moment le continuum mental ne s’enrichit latéralement, par des associations non contrôlées, des analogies, des symboles, etc. Il s’agit d’une expérience qui ne peut se comprendre correctement que dans la mesure où on a pu la mener à bien. Cet état peut être interrompu par les stimuli externes d’intensité suffisante ou par la volonté du méditant. 8) - " Samâdhi " ou "Samadhi" Union, totalité, accomplissement, achèvement, mise en ordre, rangement, concentration totale de l’esprit, contemplation, absorption. La huitième et dernière étape de la méditation dans le raja yoga ; étape qui conduit l’esprit de la personne a réaliser la Réalité Ultime. C'est la libération dans l'unification totale de soi, ou encore « enstase ». Il y aurait à ce niveau coïncidence réelle entre connaissance de l'objet et objet de la connaissance. Mircea ELIADE explique que le Samâdhi n'est pas conçu comme univoque. Il existe plusieurs sortes de Samâdhi, ou plutôt d'états " enstatiques " en voie de Samâdhi. Par exemple lorsque, abandonnant toute perception, même celle des " réalités subtiles ", on expérimente " le bonheur de l'éternelle luminosité et autoconscience du sattva ". Il nous parait possible,
  30. 30. 30 au niveau de description par témoignage auquel nous sommes réduits, de comparer cet état au régime des images « mystiques » qui a été décrit par DESOILLE dans la technique du Rêve Éveillé Dirigé : Les indiens connaissaient l'hypnose et la pratiquaient par des méthodes issues du yoga, ils la considéraient comme un état mental de concentration occasionnelle et provisoire sans réelle valeur de libération, au contraire... L'assimilation qu’on a voulu faire (105) de l'état de Samâdhi à l'Hypnose ne peut que faire sourire. En effet, l'état de " vikshipta " (hypnose) est expliqué par la pénétration spirituelle dans le corps d'autrui selon des croyances extrêmement archaïques. Provoquer cet état chez autrui est considéré comme un pouvoir magique auquel peut accéder, sans qu’il soit bon pour lui de l'utiliser trop systématiquement, le yogi entraîné. Le vikshipta, pour Bhatta Kallata n’est qu’une paralysie, d'origine émotive ou volitive du flux mental. Il est en deçà de l'état de conscience normal, alors que le Samâdhi est au delà 2.6. Classification des Yogas selon Maryse CHOISY Maryse CHOISY (1948), psychanalyste, a été pionnière en associant le yoga à la pratique de la psychothérapie. Elle a proposé une classification des différents yogas en fonction de l’objectif de chaque exercice. Elle esquisse là, les étapes caractéristiques du yoga de PATANJALI. 2.7. Yogas « Physiques » 1) Mantra yoga ou japa yoga (son et rythme) 2) Laya yoga ou nada yoga (son intérieur) 3) Raga yoga ou yoga musical 4) Yoga chromatique (couleur) 5) Yoga géométrique (lignes et formes) 2.8. Yogas « Philosophiques » 1) Gnana yoga (yoga de la connaissance) 2) Karma yoga (yoga de l’action) 3) Bhakti yoga (yoga du sentiment)
  31. 31. 31 2.9. Yogas « Psychosomatiques » 1) Hatha yoga (exercices du corps) 2) Raja yoga (exercices psychiques) 3) Kriya yoga (exercices ascétiques) 4) Tantra yoga (exercices de transformation de l'énergie nerveuse). 2.10. Conclusions L'influence du yoga sur la médecine et les sports en Occident se fait depuis longtemps avec des avancées et des reculs, mais toujours de plus en plus intense. En dehors des travaux de recherche physiologique ou psychophysiologique que nous devons à Th Brosse et Laubry, Risch, Filliozat, Bourdiol, Lefébure, de Sambucy, Henrotte pour ne citer que les auteurs français historiques, des essais d'application thérapeutique prennent une partie de leur inspiration dans les techniques indiennes : Thooris, Desoille, Schultz, Alexander, Caycedo, Forget, … etc. Plus proche de nous, des travaux réalisés dans les pays anglo-saxons et plus particulièrement aux USA sont apparus et je ne citerais que le plus important Jon KABAT- ZINN. Dans son sillage il a entrainé avec lui un aéropage de médecins français ou de scientifiques de différentes spécialité liés au médical, Christophe ANDRÉ, Claude BERGHMANS, Cyril TARQUINIO pour ne citer que les plus productifs en terme de parution. C’est dans leur sillage que nous souhaitons réaliser notre travail. 3. LA MÉDITATION 3.1. Généralités sociétales Dans les philosophies indianiste et bouddhique, l’Esprit4 est le point de départ, le point focal et aussi, en tant qu’esprit libéré et purifié, le point culminant. Toutes nos expériences passent par l’esprit et viennent de l’esprit. Par conséquent, il est le point de départ, l’objet de travail et l’aboutissement de la démarche. Il est donc le tout par lui-même, le Moyen, le Chemin et le But. 4 Esprit : ici le terme est à prendre dans son acception générale intégrant les différentes notions : esprit, mental, conscience,…. Nous développerons notions dans notre travail de thèse.
  32. 32. 32 En cela l’esprit est ce qui nous est le plus intime, le plus proche ; mais paradoxalement c’est aussi ce qui nous est le plus inconnu. Notre bonheur et notre insatisfaction sont des expériences de l’esprit et c’est pour cette raison que connaître sa nature et ses fonctionnements est important au premier degré. La Philosophie nous enseigne trois choses :  connaître l’esprit (Connais-toi toi-même…)  former l’esprit (Éduquer, Enseigner, Développer,…)  libérer l’esprit (Faire preuve d’esprit critique,…) Nombre d’études (BERGHMANS 2010) ont déterminées que la méditation est un bon outil de gestion du stress et de développement personnel. Il peut aussi être un bon accompagnement à la psychothérapie. La thérapie la plus naturelle de l'esprit, c'est la méditation. Encore faut-il être capable de se l'appliquer à soi-même, ou trouver quelqu'un qui puisse nous aider à la pratiquer. Elle est un moyen de se libérer de l’extérieur (afflictions émotionnelles) par l’intérieur. La méditation est la thérapie holistique par excellence, en ce sens qu’elle revient constamment à l’unité. Elle est auto-thérapeutique parce qu’elle a une fonction d’hygiène mentale ; elle est comme un bain quotidien. (Dr Jacques VIGNE, 2007) Point de vue cognitif, l’ATTENTION L’attention est une fonction de base de la cognition. Chaque perception nécessite un aspect d’attention sans quoi l’expérience ne saurait avoir lieu. En effet, l’attention permet d’observer l’objet de la cognition. A un niveau germinal l’attention est indissociable de l’expérience et nous en faisons tous l’expérience. Elle permet une approche grossière de l’objet, mais si nous sommes captivés ou intéressés par celui ci, un niveau plus profond entre en jeu où l’objet est perçu dans ses détails et est mis en relation au sujet et aux expériences passées. Cette étape est celle qu’on nomme en psychologie « pensée associative ». Elle est fondamentale car elle fait le lien avec la mémoire (le terme en sanskrit : smrti) et permet la catégorisation et ainsi la conceptualisation, chose qui est propre à l’être humain. Cette seconde phase comporte donc quatre aspects : perception des détails, subjectivisation, pensée associative et abstraction. Nous en faisons tous aussi l’expérience quotidiennement, des actions ordinaires aux fonctionnements mentaux plus subtiles. Néanmoins ce niveau n’est pas exempt d’erreurs de jugement et perceptuelles. En effet, des projections émotives et des préjugés intellectuels l’altèrent comme l’attachement ou les croyances (religieuses mais aussi sociales). A la base de ceux-ci réside la racine
  33. 33. 33 fondamentale de l’attachement à la prétendue permanence de soi et des phénomènes que l’on désigne dans le bouddhisme sous le nom d’ignorance. La notion de permanence étant, elle, renforcée et nourrie par le concept d’éternalisme judéo-chrétien qui, de fait est devenu une croyance. Au niveau supérieur nous entrons dans le domaine de l’attention juste (samma-sati) qui est la source de la compréhension juste. A ce stade les objets sont perçus dans leur vraie nature : impermanents, marqués par l’insatisfaction et sans substance véritable. Là, commence la pratique de l’attention en tant que discipline spirituelle. Son but est d’obtenir une conscience plus claire des choses dénuées de projection. Mais il faut savoir, aussi, que le terme sanskrit, smrti ou sati en pali, a une double connotation : attention d’une part, mémoire d’autre part. Or la mémoire est fondatrice de notre identité à plus d’un égard. En fait d’après Edward S. Casey, Memor en Latin a aussi la double connotation d’attention et de mémoire, ainsi que la racine grecque mna. Point de vue pratique Le point de départ de la méditation yoga est la concentration sur un seul objet, lequel peut être indifféremment un objet physique (bout de nez, point lumineux, etc.), une « vérité » métaphysique, ou Içvara (« la déité »). Cette concentration ferme et continue en « un seul point » (ekagrata) s’obtient par la désintégration du flux psychomental, c’est à dire de l’attention multilatérale, discontinue et dispersée ou diffuse. La concentration en un seul point a pour résultat immédiat la censure prompte, lucide, sans contention, de toutes les « distractions » et de tous les automatismes mentaux qui dominent, ou plutôt font, la conscience de l’homme (AURIOL, 1970). Abandonné au gré des associations (produites par les sensations corporelles et les potentialités inconscientes de l’imaginaire), l’homme « profane » passe sa journée à se laisser envahir par une infinité de moments disparates et comme extérieurs à lui-même. La conscience est continuellement dominée, modifiée par la situation et ce qu’elle induit au niveau subjectif. Les associations la dispersent, les passions la violentent, la « soif de vie » la trahit en la projetant au dehors d'elle-même, soit dans le monde objectif-subjectivisé, soit dans le monde subjectif-objectivisé. Le destin de la pensée elle-même est d’être pensée par les objets et sous les apparences de cette pensée se cache en réalité un scintillement indéfini, plus ou moins ordonné, alimenté par les sensations, la parole et la mémoire. C’est pourquoi la pratique de méditation se définit essentiellement par cette concentration en un seul point qui barre le fleuve mental et constitue un « bloc psychique », un continuum ferme et unitaire.
  34. 34. 34 L 'ekagrata apparaîtra sans doute aussi utopique et inaccessible à bien des lecteurs que la réalisation magique de la pierre philosophale dans le projet alchimiste. En effet, nous, occidentaux livrés à une débauche de stimuli de tous ordres, nous avons délaissé l’évolution progressive et la continuité pour un monde dans lequel tout n'est qu'abrupte osculation. C'est le monde du Zapping. Le monde du Zapping est un monde électronique fait d’immédiatetés, dans lequel les choses se bousculent sans connexions entre elles. De cet excès dans l'abandon au « divertissement » qui est presque nécessairement le notre, vient très probablement la réaction de refus (à l'égard d'une civilisation sans humanisme) autrefois concrétisée de manière spectaculaire dans le « mouvement de Mai 68 » ou le pèlerinage à Katmandou, mais aujourd’hui représentée par une attitude schyzo-frénétique dans l’évasion, le voyage, la fuite vers des horizons meilleurs. Comme le dit AURIOL (Thèse de doctorat 1970) « Dans un univers de « l'extraversion », la spécialisation et la standardisation ont pour conséquence un mimétisme de tous les individus, et, par conséquent, suscitent une ardente compétition. Dans cet univers la seule façon pour un individu de se distinguer est de faire la même chose que son homologue, mais mieux et plus vite. » Retrouver l’homme ou le dépasser dans une société de consommation qui ne voit en lui que le client obligé de toutes les machines à sous est peut-être le projet psychagogique essentiel dont témoigne la vogue de la méditation dont le but avoué est de ressouder les parties dispersées de notre être. Il est évident que l’on ne saurait obtenir « l'ekagrata » si, par exemple, le corps était dans une posture fatigante ou simplement difficile, ni si la respiration était désorganisée, arythmique. Il est important de noter, à ce stade, que le fondement de la méditation se base sur une posture correcte et détendue et le souffle. 3.1. Étymologie et Définition Étymologie et Historique « Méditation » vient de « meditari » qui signifie « être conduit » vers le centre et non pas se diriger vers le centre. Ce centre n'est pas «quelque chose » vers quoi l'homme se concentre, mais «quelque chose » qui concentre l'homme, en le « rassemblant » de l'intérieur, et vers l'intérieur. Il apparaît à deux moments dans l’histoire, voyons ce qu’en dit le dictionnaire : 1. 1 re moitié XIIe s. relig. meditatiun «contemplation» (Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, 38, 4);
  35. 35. 35 2. 1380 meditacion «action de réfléchir profondément» (Roques t.II, Paris, B.N. Lat. 13032, 7341: meditacio, cionis meditacion. pensée); 1626 méditation «écrit sur un sujet religieux (ou philosophique)» (A. de Laval, Dévote méditation sur les saints anges, titre). Empr. au lat. meditatio, -onis (dér. de meditari, v. méditer), «préparation (à un discours, à écrire)», «réflexion», sens très fréq. chez les aut. chrét., v. Blaise Lat. chrét. et Nov. Gloss., d'où l'évolution de sens dans la lang. religieuse. Voici une explication plus détaillée que propose (THOURAILLE – 2004 pp 41-42) « Le mot méditation, associe les idées de penser, de soigner et de milieu. La méditatio des latins était la réflexion, l'étude... Meditari veut dire réfléchir Àþx

×