Alphonse deLamartine  (1790 – 1869)
Alphonse de LAMARTINE                     (1790-1869)                              QUI SUIS- JE ?Poète, écrivain et homme ...
LAMARTINELes fleurons du romantisme
LE LACLe Lac est considéré, aujourd’hui encore, comme le fleuron de la poésie romantique. Ce poème fut inspiré àLamartine ...
Le lac•   Un soir t’en souvient-il ? nous vog….. en silence ;      Nous naviguions•   On n’entendait au loin, sur l’onde e...
Le lac « O temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !• Suspendez votre cours :• Laissez-nous sav….. les rapides ...
Le lac  « Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,• Hâtons-nous, jou……         !                              Preno...
L’ AUTOMNE•• Salut ! bois couronnés dun reste de ver…. !          La végétation  Feuillages jaunissants sur les gazons épa...
L’ automne• Ainsi, prêt à quitter lhorizon de la vie,  Pleurant de mes longs jours lespoir évanoui,  Je me retourne encore...
MILLY OU LA TERRE NATALE• La vie a disp…. , comme lépi sur laire,                   éparpillé  Loin du champ paternel les ...
HYMNE AU SOLEIL• Dieu! que les airs sont doux! que la lum…. est pure!   La clarté  Tu règnes en vainqueur sur toute la nat...
Chant d’amourUn de ses bras fléchit sous son cou qui le presse,Lautre sur son beau front retombe avec mollesse,Et le couvr...
Chant d’amourQue ton sommeil est doux, ô vierge ! ô ma colombe !Comme dun cours égal ton sein monte et retombeAvec un long...
A chaque vers, son mot!•   1/ « Salut! Bois ……… d’un reste de verdure »       a/ couverts      b/ habillés    c/ couronnés...
A chaque vers, son mot• 6/ « Un soir t’en souvient-il? Nous ……. en silence »       a/ marchions    b/ cheminions   c/ vogu...
Alphonse de LAMARTINE
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Alphonse de Lamartine

3 089 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 089
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 298
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Alphonse de Lamartine

  1. 1. Alphonse deLamartine (1790 – 1869)
  2. 2. Alphonse de LAMARTINE (1790-1869) QUI SUIS- JE ?Poète, écrivain et homme politique français, je suis né à Macon en 1790 et mourus à Paris en 1869. Je fus un des précurseurs du mouvement romantique. Mes œuvres principales : -Les méditations poétiques -Les recueillements -Les confidences -Le voyage en orient
  3. 3. LAMARTINELes fleurons du romantisme
  4. 4. LE LACLe Lac est considéré, aujourd’hui encore, comme le fleuron de la poésie romantique. Ce poème fut inspiré àLamartine par la liaison amoureuse qu’il eut en 1816-1817 avec Julie Charles, une femme mariée atteinted’un mal incurable qui l’emporta en 1817. Lamartine revient seul revoir les lieux quil a visités autrefois avecelle. Le Lac de Lamartine est devenu le poème immortel de linquiétude devant le destin, de lélan vers lebonheur et de lamour éphémère qui aspire à LÉternité.•• Dans la nuit éternelle emportée sans retour,• Ne pourrons-nous jamais sur l’oc… des âges Une grande mer• Jeter l’ancre un seul jour ?•• O lac ! L’année à peine a fi.. sa carrière, Terminé• Et près des flots chéris qu’elle devait revoir,• Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pie… Un gros caillou• Où tu la vis s’asseoir !•• Tu mug…… ainsi sous ces roches profondes, Soufflais fortement• Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,• Ainsi le vent jetait l’éc… de tes ondes Une mousse blanchâtre• Sur ses pieds adorés.•
  5. 5. Le lac• Un soir t’en souvient-il ? nous vog….. en silence ; Nous naviguions• On n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux,• Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence• Tes flots har……. . Mélodieux•• Tout à coup des accents inconnus à la terre• Du riv…. charmé frappèrent les échos Le bord de l’eau• Le flot fut attentif, et la voix qui m’est chère• Laissa tomber ces mots :•
  6. 6. Le lac « O temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !• Suspendez votre cours :• Laissez-nous sav….. les rapides délices déguster• Des plus beaux de nos jours !•• Assez de malheureux ici-bas vous imp…… , Supplient• Coulez, coulez pour eux ;• Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent,• Oubliez les heureux.•• Mais je demande en vain quelques moments encore,• Le temps m’échappe et fuit ;• Je dis à cette nuit : Sois plus lente, et l’au…. l’aube• Va dissiper la nuit.
  7. 7. Le lac « Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,• Hâtons-nous, jou…… ! Prenons du plaisir• L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;• Il coule et nous passons ! »•• Temps jaloux, se peut-il que ces moments d’iv….., Soûlographie• Où l’amour à longs flots nous verse le bonheur,• S’envolent loin de nous de la même vitesse• Que les jours de malheur ?•• Eh quoi ! n’en pourrons-nous fixer au moins la trace ?• Quoi ! passés pour ja…. ! quoi ! tout entiers perdus ! Pour toujours• Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,• Ne nous les rendra plus !
  8. 8. L’ AUTOMNE•• Salut ! bois couronnés dun reste de ver…. ! La végétation Feuillages jaunissants sur les gazons épars ! Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature Convient à la dou…. et plaît à mes regards ! La souffrance Je suis dun pas rêveur le sentier solitaire, Jaime à revoir encor, pour la dernière fois, Ce soleil pâlissant, dont la faible lum…. La clarté Perce à peine à mes pieds lobscurité des bois ! Oui, dans ces jours dautomne où la nature exp… Meurt A ses regards voilés, je trouve plus dattraits, Cest lad…dun ami, cest le dernier sourire Un au revoir Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !
  9. 9. L’ automne• Ainsi, prêt à quitter lhorizon de la vie, Pleurant de mes longs jours lespoir évanoui, Je me retourne encore, et dun regard denvie Je cont….. ses biens dont je nai pas joui ! Regarde Terre, soleil, vallons, belle et douce nature, Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau ; Lair est si parfumé ! la lumière est si pure ! Aux reg…. dun mourant le soleil est si beau ! Aux yeux
  10. 10. MILLY OU LA TERRE NATALE• La vie a disp…. , comme lépi sur laire, éparpillé Loin du champ paternel les enfants et la mère, Et ce fo… chéri ressemble aux nids déserts le logis Doù lhirondelle a fui pendant de longs hivers ! Déjà lherbe qui cr… sur les dalles antiques pousse Efface autour des murs les sentiers domestiques Et le lierre, flottant comme un manteau de deuil, Couvre à demi la porte et rampe sur le se… ; devant de la porte Bientôt peut-être... ! écarte, ô mon Dieu ! ce présage ! Bientôt un étranger, inconnu du village, Viendra, lor à la main, semparer de ces lie.. des espaces Quhabite encor pour nous lombre de nos aïe.. , les ancêtres Et doù nos souvenirs des berceaux et des tombes Senfuiront à sa voix, comme un nid de colo…. des pigeons Dont la hache a fauché larbre dans les forêts, Et qui ne savent plus où se poser après ! ...
  11. 11. HYMNE AU SOLEIL• Dieu! que les airs sont doux! que la lum…. est pure! La clarté Tu règnes en vainqueur sur toute la nature, O soleil! et des cie…, où ton char est porté, les nues Tu lui verses la vie et la fécondité! Le jour où, séparant la nuit de la lumière, Léternel te lança dans ta vas.. carrière, immense Lunivers tout entier te reconnut pour roi; Et lhomme, en tadorant, sincl… devant toi! Se prosterna De ce jour, poursuivant ta carrière enflammée, Tu décris sans repos ta rou.. accoutumée; ton chemin Léclat de tes rayons ne sest point affaibli, Et sous la main des temps ton front na point pâli!• Quand la voix du matin vient réveiller laur… , l’aube LIndien, prosterné, te bénit et tadore! Et moi, quand le midi de ses feux bienfaisants Ranime par degrés mes mem…. languissants, les bras et les jambes Il me semble quun Dieu, dans tes rayons de flamme, En échauffant mon sein, pénè… dans mon âme! entre Et je sens de ses fers mon esprit détaché, Comme si du Très-Haut le bras mavait touché! Mais ton sub…. auteur défend-il de le croire? magnifique Nes-tu point, ô soleil! un rayon de sa gloire? Quand tu vas mesurant limmensité des cieux, O soleil! nes-tu point un regard de ses yeux?
  12. 12. Chant d’amourUn de ses bras fléchit sous son cou qui le presse,Lautre sur son beau front retombe avec mollesse,Et le couvre à de.. : moitiéTelle, pour sommeiller, la blanche tourterelleCourbe son cou dalbâ… et ramène son aile blancSur son œil endormi !Le doux gémi……. de son sein qui respire une plainteSe mêle au bruit plaintif de londe qui soupireÀ flots harm…… ; mélodieuxEt lombre de ses cils, que le zéphyr soulève,Flotte légèrement comme lombre dun rê.. Un songeQui passe sur ses yeux !
  13. 13. Chant d’amourQue ton sommeil est doux, ô vierge ! ô ma colombe !Comme dun cours égal ton sein monte et retombeAvec un long sou… ! Un souffleDeux vagues que blanchit le rayon de la lune,Dun mouvement moins doux viennent lune après luneMur….. et mourir ! chuchoterLaisse-moi respirer sur ces lèvres ver……. rougesCe souffle parfumé !...Quai-je fait ? Tu téveilles :Lazur voilé des cieuxVient chercher doucement ta timide paupière ;Mais toi, ton doux regard, en voyant la lu….. , la clartéNa cherché que mes yeux !
  14. 14. A chaque vers, son mot!• 1/ « Salut! Bois ……… d’un reste de verdure » a/ couverts b/ habillés c/ couronnés 2/ « Le ……. de la nature convient à la douleur » a/ bonheur b/ deuil c/ chagrin 3/ « Je …………. ses biens dont je n’ai pas joui! » a/ contemple b/ regarde c/ mesure 4/ « Je suis d’un pas rêveur le sentier ……….. » a/ magnifique b/ splendide c/ solitaire 5/ « Dans ces jours d’automne où la nature ………… » a/ embellit b/ expire c/ s’éveille
  15. 15. A chaque vers, son mot• 6/ « Un soir t’en souvient-il? Nous ……. en silence » a/ marchions b/ cheminions c/ voguions 7/ « Le bruit des rameurs qui frappaient en cadence tes flots ………. » a/ mélodieux b/ harmonieux c/ tumultueux 8/ « O temps suspends ton ……. » a/ cours b/ vol c/ horloge 9/ « L’homme n’a point de ….., le temps n’a point de rive. » a/ rêve b/ port c/ salut 10/ « Aimons donc! De l’heure …….. , hâtons-nous, jouissons! » a/ évasive b/ fatidique c/ fugitive
  16. 16. Alphonse de LAMARTINE

×