Netvibes en bibliothèque universitaire

1 321 vues

Publié le

Anne-Christine Girard, rattachée à la cellule IngDoc du SCD d'AMU, présente le projet des portails documentaires Netvibes de la bibliothèque universitaire la semaine de formation organisée par le SCD d'AMU dans le cadre du projet européen ISTeMag pour l'Optimisation de l’Accès à l’Information Scientifique et Technique dans les Universités du Maghreb (http://istemag.org/)

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 321
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
202
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Netvibes en bibliothèque universitaire

  1. 1. Netvibes en BibliothèqueUniversitaire29/05/2013Anne-Christine GirardService d’ingénierie documentaire – SCD Aix-Marseille Université
  2. 2. Anne-Christine GirardService d’ingénierie documentaire – SCD Aix-Marseille Université2Programme- retour d’expérience : la création d’univers netvibes disciplinaires en BU : du projet à la réalisation- réalisation d’un univers netvibes par les stagiairesIntroductionLe projet de création d’univers netvibes en bibliothèque universitaire s’inscrit dans une réflexion plusglobale sur les nouveaux outils de communication.En effet, plusieurs constats ont conduit les bibliothèques à investir de plus en plus le web etaujourd’hui le web 2.0 :- le taux d’équipement des ménages français en ordinateur« Les chiffres de l’INSEE semblent souligner qu’il est effectivement temps de développer de nouveauxservices en ligne car depuis 2005 le taux d’équipement des ménages en ordinateur dépasse 50% etplus d’un foyer sur trois dispose aujourd’hui d’un accès Internet. »1- le mouvement général de baisse des inscriptions et de la fréquentation dans les bibliothèques(surtout en lecture publique) françaises et étrangères- le fort recul de la lecture de livres chez les moins de 40 ans- l’évolution du comportement des usagersLa culture du numérique prend le pas sur la culture de l’imprimé : les utilisateurs sont de plus en plusfamiliarisés avec les technologies (‘digital natives’2vs ‘digital immigrants’), ils sont dans une culture del’immédiateté, en attente d’une personnalisation des services, et de plus en plusactifs (‘consomm’acteurs’, ‘utilis’acteurs’).3Les pratiques documentaires en particulier ont évolué et la recherche d’information passe surtout parinternet et par Google.Les bibliothèques subissent la concurrence d’internet qui répond davantage aux attentes du public :pas de contraintes horaires, consultation directe de documents numériques, possibilité de participer àdes réseaux virtuels (web social ou communautaire).Face à ces mutations, les bibliothèques doivent s’adapter et proposer des produits et desservices en ligne conformes à cette culture numérique, qui lui permettront d’améliorerson image et de reconquérir son public.1Tosca Consultants. Logiciels portails pour bibliothèques et centres de documentation. L’offre d’outils de recherche fédérée etde gestion de contenu. ADBS éditions, 2007, p.52La génération qui a grandi dans un environnement numérique3Voir l’article de Touitou, Cécile. ‘Les nouveaux usages des générations internet : un défi pour les bibliothèques et lesbibliothécaires’. BBF, 2008, n°4, p. 67-70
  3. 3. Anne-Christine GirardService d’ingénierie documentaire – SCD Aix-Marseille Université3Le SCD de l’Université de Provence a donc décidé de s’investir dans la communication virtuelle avec :- ouverture d’un nouveau site web en février 2009- lancement de Blog’Up en avril 2009 (blog destiné à toute la communauté universitaire)- lancement d’applications web 2.0 en mai 2009 : profil Facebook, Delicious, Flickr, Slideshare,Netvibes du SCD- ouverture de 5 portails netvibes disciplinaires en octobre 2010- 25 univers netvibes, couvrant l’ensemble des pôles documentaires du SCD en janvier 2011- Twitter en juin 2011Web 2.0‘Les notions fondamentales [du web 2.0] sont :- les interactions entre internautes (collaboration, partage, communauté, réseau)> wiki, Flickr, Delicious, Facebook- linteraction avec les contenus proposés en ligne (possibilité dintervenir sur les contenus)> commentaire sur un blog ou sur une notice du catalogue de la bibliothèque- louverture (possibilité facile et rapide dentrer et de sortir des contenus) la gratuité de la plupart desservices, laccessibilité (sites visibles sur les navigateurs standards, applications en ligne)’4- la folksonomie : système de classification collaborative décentralisée et spontanée.Les applications web 2.0 permettent donc :- de créer du contenu : les blogs, les podcasts- de partager des données : Flickr, Delicious, Slideshare- de mutualiser le travail : Wiki- de participer à des réseaux sociaux : FacebookPourquoi développer des outils web 2.0 en bibliothèque : pour s’adapter aux publics, proposerdifférents modes de communication (ex. : Facebook pour cibler les étudiants jeunes qui ne consultentpas notre site web). Aller vers les lecteurs !Face aux évolutions apportées par le web 2.0 : « Quelles sont pour les bibliothécaires les nouvellesattitudes à adopter ? Il faut se projeter, aller au devant des besoins, ce qui suppose de connaître lepublic afin de la conquérir. Il s’agit de s’ouvrir à l’usager afin qu’il devienne contributeur, d’améliorerles outils et de délivrer de nouveaux services, et surtout de se positionner, face à l’offre croissante,comme lieu central. »54Source : http://www.pmtic.net/cles_web2/contenus/principes_generaux/definition.php5Gueguen, Katell. ‘Web 2.0 : quelles opportunités dans les pratiques professionnelles ?’. BBF, 2007, n°6, p. 94-95
  4. 4. Anne-Christine GirardService d’ingénierie documentaire – SCD Aix-Marseille Université4Netvibes du SCD : en un seul coup d’œil, petit panorama de tous les flux RSS, actualités et servicesvirtuels des bibliothèques de l’Université de Provence !Fils RSS« RSS (Really Simple Syndication) est un outil de veille, de communication et d’indexation descontenus des sites web.’‘(…), en s’abonnant à des fils RSS, l’internaute reçoit, sans avoir à visiter les sites de sa sélection, lesnouvelles informations – textes ou multimédia – publiées, sur le support de son choix : un ordinateurgrâce à un lecteur spécialisé (un agrégateur), un lecteur intégré sur un navigateur (Internet Explorerou Firefox), une boîte de courriels ou encore un téléphone portable.Pour un éditeur de site web, RSS permet de publier automatiquement toute nouvelle information etd’intégrer d’autres sources à son site. C’est la syndication de contenus. »6Le flux RSS est généralement marqué par une icône reconnaissable :Permet de suivre l’actualité de vos sites ou blogs préférés : plus besoin d’aller chercher l’information,en vous abonnant à un fil RSS, c’est l’information qui vient à vous !« Loutil RSS permet de tisser des liens avec linternaute qui pourra sabonner aux flux dactualités desa bibliothèque (animations, nouvelles acquisitions, bibliographies, coups de cœur, modificationspratiques sur les horaires, les tarifs, etc.). »7NetvibesNetvibes est un agrégateur de liens, qui centralise sur une même interface des fils RSS et desapplications appelées également ‘widgets’ (météo ou recherche dans Koha). L’interface est organiséeen onglets.Permet ainsi de faire de la veille et de partager celle-ci en créant un univers Netvibes dont laconsultation est publique. Permet de réaliser un portail documentaire thématique8.Depuis avril 2009, le SCD a ouvert un univers Netvibes qui centralise l’ensemble de nos fils RSS :http://www.netvibes.com/bibliotheques_universite_provence#Tout_savoir_sur_la_BU_!6Queyraud, Franck. Les fils RSS. In Outils web 2.0 en bibliothèques, sous la direction de Franck Queyraud et JacquesSauteron. Paris : ABF, 2008, p.35.7Queyraud, Franck, p.468Exemples de Netvibes en bibliothèques : http://www.bibliopedia.fr/index.php/Biblioth%C3%A8ques_sur_netvibes
  5. 5. Anne-Christine GirardService d’ingénierie documentaire – SCD Aix-Marseille Université5I) Retour d’expérience : la création de 25 portails disciplinairesLe site Web du SCD, ouvert en février 2009 est divisé en 4 grandes rubriques.La rubrique « Explorer par disciplines » présentait à l’origine les différentes collections disponibles surtous les supports ainsi que les outils permettant de localiser et d’accéder à ces ressources.Cette partie du site était trop statique et ne permettait pas aux responsables des pôles documentairesde valoriser les nouveautés ou de partager leur veille documentaire.Il a alors été décidé de créer des univers Netvibes dédiés à chaque discipline. Ces portails thématiquesdevant remplacer la rubrique « Explorer par disciplines » et permettre de valoriser la veille effectuéepar les responsables des disciplines, les collections et services du SCD mais également nos outils web2.0, de façon plus dynamique.En octobre 2009, création d’un groupe de travail Netvibes, constitué par les responsables des pôlesdocumentaires suivants : Sciences de la Terre et de l’Environnement, Philosophie, Chimie, Arts,Sciences de l’Education.Il est animé par Fanny Clain (chargée de la communication du SCD) et Anne-Christine Girard(responsable des ressources électroniques).Objectif de ce groupe de travail : définir le contenu et l’organisation des univers disciplinaires. Aprèsvalidation par la direction, les univers serviront de modèles et seront déployés dans toutes lesdisciplines, par chaque responsable de pôle documentaire.Chaque discipline a sa logique propre. Voici pourquoi pour la Chimie et les Sciences de la Terre et del’Environnement, les onglets sont dissociés par niveau d’étude (L1-L2 / L3-M1-M2 / Doctorants-Enseignants), alors que pour la Philosophie ils sont dissociés par type de support (BDD / Revues /Bibliothèques électroniques / Audiovisuel / Signets) et que pour les Arts, ils sont dissociés pardiscipline à l’intérieur des arts (Histoire de l’art / Arts plastiques / Musique / Cinéma / Théâtre).Tous les univers reprennent la charte graphique du SCD ainsi qu’un socle commun9: widgetsd’interrogation du catalogue, du SUDOC, des ressources électroniques, liens vers les services en lignedu SCD (demandes de PEB, suggestion d’achat, @zimut), les fils RSS de Blog’UP, des actualités dusite web, de Delicious etc.Les responsables de chaque univers mettent en valeur les nouvelles acquisitions, signalent les UFR etdépartements, les autres centres de ressources spécialisés, les sites web, blogs, revues électroniquesincontournables dans leur discipline etc.Il est important que chaque portail conserve un ancrage institutionnel. Il ne s’agit pas du portail privéd’un bibliothécaire mais d’un portail thématique du SCD de l’Université de Provence (d’où lesnombreux liens vers l’université, les départements, la plateforme de cours en ligne de l’Universitéetc.).9Cf. Memento graphique : indique la liste des widgets obligatoires et la charte graphique à respecter.
  6. 6. Anne-Christine GirardService d’ingénierie documentaire – SCD Aix-Marseille Université6Le 15 septembre 2010, 4 univers ont ainsi été ouverts (l’ouverture du portail des Sciences del’Education a été reportée). L’accès se fait à partir du site web, dans la rubrique « Explorer pardisciplines ».Ces portails serviront alors de modèles pour les responsables des autres pôles documentaires.En janvier 2011 toutes les disciplines doivent avoir créé leur propre univers.Des ateliers et des cours particuliers sont alors organisés afin d’accompagner les responsables desecteurs dans l’élaboration de leur portail netvibes. Des documents techniques (type ‘mode d’emploi’)sont également produits pour les aider.Chaque univers a été vérifié par les chefs de projet avant le lancement officiel en janvier 2011.Un compteur statistique a été installé (Google Analytics) sur tous les onglets de tous les portails.Afin d’assurer la promotion de ce nouveau service auprès des usagers, le lancement officiel a étéannoncé sur le blog, sur la liste de diffusion du SCD, par le biais de brochures et marque-pagesdistribués dans les bibliothèques.A la rentrée universitaire 2011, les responsables de pôles ont utilisé leurs portails lors des formationsdispensés aux usagers.Aujourd’hui : des ateliers (ou des rencontres individuelles) sont organisés tous les 2/3mois pour lesmises à jour.Les responsables des netvibes sont informés par les chefs de projet de tout changement impactantleurs univers (ex. : nouvelle ressource/désabonnement, changement d’outil de signalement desressources électroniques, remplacement de la plateforme de cours en ligne de l’Université Moodle parAmetice etc.)Conclusion- Ne pas négliger l’ancrage institutionnel : le projet doit être validé et soutenu par la Direction. Il doits’agir d’un projet d’établissement, qui valorise en priorité les services et ressources du SCD.- Mesurer le temps de travail, lors de la mise en place des portails, mais également celui consacré ausuivi, aux mises à jour, aux vérifications, aux formations.Prévoir également du temps pour la création de supports et de documentation technique.- Récupérer les statistiques d’utilisation : pour mesurer l’impact de ce service, pour justifier du tempsqui y est consacré, pour renforcer la communication.- Prévoir l’évolution des netvibes : suite à la fusion des universités, il a été décidé que les portailsseront conservés mais adaptés (charte graphique AMU).Nouveau projet en cours : création de nouveaux univers pour les autres disciplines (droit, scienceséconomiques, santé).
  7. 7. Anne-Christine GirardService d’ingénierie documentaire – SCD Aix-Marseille Université7II) Exercice pratique : création d’un univers netvibesRéflexion sur la création d’un univers (par groupe de 2 stagiaires) : organisation et contenu desonglets (Cf. tableau à remplir).Présentation de l’interface ‘administrateur’ (dashboards, onglets, widgets)Création d’un dashboard, d’onglets, ajout de widgets (création et récupération avec l’option‘Partager’).

×