Master 2 p3 2014

1 034 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 034
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Master 2 p3 2014

  1. 1. LA DOCUMENTATION ÉLECTRONIQUE EN SCD ANNE-CHRISTINE GIRARD, DÉPARTEMENT D'INGÉNIERIE DOCUMENTAIRE SCD UNIVERSITÉ D'AIX-MARSEILLE
  2. 2. Introduction : plusieurs constats • Taux d’équipement des ménages français en ordinateur • Mouvement général de baisse des inscriptions et de la fréquentation dans les bibliothèques • Fort recul de la lecture de livres chez les moins de 40 ans • Prédominance de la culture du numérique : ‘digital natives’ vs ‘digital immigrants’ 2
  3. 3. Plusieurs constats (suite) • La culture de l’immédiateté s’est imposée • Le public, habitué au web 2.0, attend des services personnalisés et personnalisables ; consomm’acteurs • Modification des pratiques documentaires → nécessité de réagir et de s’adapter aux nouveaux besoins et habitudes du public 3
  4. 4. → nécessité de réagir et de s’adapter aux nouveaux besoins et habitudes du public en proposant des produits et des services innovants: 1/ des accès à des collections électroniques 2/ des services en ligne
  5. 5. Première partie : les ressources électroniques I) Qu’est-ce que la documentation électronique ? II) La chaîne documentaire 5
  6. 6. I)Qu’est-ce que la documentation électronique ? 1.1) Typologie des ressources électroniques 1.2) Open access 1.3) Accès aux ressources électroniques 1.4) Présentation de ressources électroniques 6
  7. 7. Définition • Documentation électronique/Ressources électroniques • Documents : texte, image, son, vidéo • Disponibles au format électronique : numérisés ou produits directement au format numérique 7
  8. 8. 1.1) Typologie des ressources électroniques 1.1.1) Bases de données bibliographiques 1.1.2) Périodiques électroniques 1.1.3) Documents numériques 8
  9. 9. 1.1.1) Bases de données bibliographiques • Pour faire des recherches sur un sujet/auteur • Références d’articles, de livres, de comptesrendus de congrès. • Tous les éléments bibliographiques permettant de retrouver le texte intégral dans d’autres sources. 9
  10. 10. 1.1.2) Périodiques électroniques • Titres ‘individuels’ • Bouquets de revues : collection de périodiques électroniques, généralistes ou spécialisées. 10
  11. 11. 1.1.3) Documents numériques • Corpus de textes • Encyclopédies et dictionnaires • Livres électroniques • Musique • Vidéo 11
  12. 12. Offre du SCD AMU • 40 bases de données • 22 bouquets de périodiques électroniques (+20 000 titres) • 27 documents numériques • +70 000 livres électroniques Offre multidisciplinaire, en plusieurs langues, qui s’adresse à tous les niveaux d’études. 12
  13. 13. 1.2) L’Open access « Le libre accès (en anglais : Open Access), est la mise à disposition en ligne de contenus numériques qui peuvent eux-mêmes être soit libres (Creative commons, etc.), soit sous un des régimes de propriété intellectuelle. L’Open Access est principalement utilisé pour les articles de revues de recherche universitaires, sélectionnés par des pairs. » 2 types de libre accès : - voie ‘verte’ (Green Open Access) : auto-archivage. Les auteurs déposent des copies de leurs articles sur une page personnelle ou une archive. Ex : HAL - voie ‘en or’ (Gold Open Access ) : revues en livre accès (Open access journals) qui rendent leurs articles directement et immédiatement accessibles au public. Ex. : Public Library of Science, revues.org http://fr.wikipedia.org/wiki/Libre_acc%C3%A8s_%28%C3%A9dition_scientifique%29 13
  14. 14. Green Open Access HyperArticles en Ligne (HAL) : http://hal.archives-ouvertes.fr/ Plateforme d’auto-archivage « L'archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion d'articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, et de thèses, émanant des établissements d'enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés. » 14
  15. 15. Gold Open Access Revues.org : http://www.revues.org/ Portail de ressources électroniques en Sciences humaines et sociales, créé en 1999, donne accès aujourd’hui à 250 revues (françaises mais aussi espagnoles, portugaises, russes etc.). Edition électronique ouverte : offre une plateforme d’édition électronique complète aux revues publiées en France et hors de France Libre accès, sauf PDF réservés aux bibliothèques abonnées à OpenEdition freemium 15
  16. 16. Gold Open Access Persée : http://www.persee.fr/ Portail de revues en Sciences humaines et sociales Numérisation et mise en ligne de revues françaises Libre accès avec barrière mobile de 2 à 5 ans 16
  17. 17. 1.3) Accès aux ressources électroniques • Réservé à la communauté universitaire et aux lecteurs inscrits au SCD (question de droits d’accès). • Accès par mot de passe • Accès par reconnaissance d’adresse IP (Internet Protocol) ex. : 147.94.211.14 • Accès local : sur les différents campus, sans identification. • Accès distant/nomade : en se connectant à l’Environnement Numérique de Travail (ENT) 17
  18. 18. 1.4) Présentation de ressources électroniques L’interrogation des ressources électroniques • Recherche à partir d’une référence (nom et numéro de la revue) • Recherche de documents sur un sujet Les fonctionnalités avancées des ressources électroniques • Historique de recherche • Récupération des résultats de recherche • Création d’un dossier • Création d’alertes 18
  19. 19. II) La chaîne documentaire 2.1) Sélection 2.2) Acquisition 2.3) Commandes 2.4) Traitement 2.5) Evaluation 19
  20. 20. 2.1) Sélection • Veille documentaire : se tenir informé et diffuser l’information • Mise en place de tests • Ancrage dans la politique documentaire de l’établissement : répondre aux besoins des utilisateurs, équilibrer l’offre 20
  21. 21. Répartition par pôle documentaire (2011) SCD - UP Dépenses ressources électroniques 2011 Répartition par pôle Mathématiques Informatique 6% Arts 3% Pluridisciplinaire 12% Philosophie 6% Sciences de la matière et de l'Univers 13% Histoire 8% Sciences de la vie 6% Langues étrangères 6% Psychologie 8% Sciences sociales - Sciences économiques et politiques - Droit 7% Sciences de l'ingénieur 7% Littérature française et comparée, sciences du langage 9% Géographie Sciences de la Terre et de l'Environnement 9% 21
  22. 22. Répartition par départements documentaires (2012) 22
  23. 23. 2.2) Acquisition de ressources électroniques 2.2.1) Achat ou abonnement ? 2.2.2) Les différents modèles tarifaires des éditeurs 2.2.3) Les réseaux d’acquisition 2.2.4) La Bibliothèque Scientifique Numérique 23
  24. 24. 2.2.1) Achat ou abonnement • Achat de livres électroniques, de corpus ou d’archives de périodiques : achat pérenne mais droit d’accès annuel à la plateforme. • Abonnement : paiement d’un droit d’accès temporaire aux bases de données et périodiques électroniques 24
  25. 25. 2.2.2) Les différents modèles tarifaires des éditeurs • • • • • • • • • Abonnement lié au papier Tarif forfaitaire Tarif basé sur les effectifs des établissements (FTE : Full Time Equivalent, équivalent temps plein) Tarif basé sur le chiffre d’affaire : maintien des abonnements papier et paiement d’un surcoût électronique (5-15% du CA) Tarif basé sur le nombre d’accès simultanés Tarif basé sur le nombre de sites géographiques Tarif basé sur le nombre d’établissements abonnés en France Tarif basé sur les modalités d’accès (monoposte, à la bibliothèque, dans l’établissement, en accès distant) Autres critères : statistiques d’utilisation de la ressource, nombre de publications des chercheurs de l’établissement chez l’éditeur 25
  26. 26. 2.2.3) Les réseaux d’acquisition • Les consortiums • Le rôle de l’ABES 26
  27. 27. Les consortiums Les consortiums : intermédiaires entre les éditeurs et les bibliothèques, négocient les tarifs, mettent en place des groupements de commande. • CAREL (consortium pour l’acquisition de ressources en ligne) • COUPERIN (Consortium Universitaire de Publications Numériques) 27
  28. 28. Le rôle de l’ABES Le pôle ADELE (Achat de Documentation électronique) : • Mise en place de groupement de commandes pour l’acquisition de ressources électroniques • La négociation de licences nationales : achat groupé permettant d’acquérir la documentation électronique au niveau national et de desservir l'ensemble des communautés d'enseignement et de recherche françaises. 28
  29. 29. 2.2.4) La Bibliothèque Scientifique Numérique BSN : projet initié en 2008 2 objectifs : • Répondre aux besoins des enseignantschercheurs en IST • Améliorer la visibilité de la recherche française 29
  30. 30. La BSN : 8 thématiques 12345678- Acquisition des ressources électroniques - Couperin & Abes Dispositifs d’accès et d’hébergement - CNRS Dispositifs de signalement - Abes & CNRS Archives ouvertes - CNRS & Inria Numérisation - Persée & BNUS Archivage pérenne - CINES & BnF Editions numériques – CNRS & Aderes Fourniture de documents, prêt – CNRS & Abes 30
  31. 31. Istex : Initiative en Information Scientifique et Technique → http://www.istex.fr « Le projet ISTEX a pour principal objectif d’offrir, à l’ensemble de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche, un accès en ligne aux collections rétrospectives de la littérature scientifique dans toutes les disciplines en engageant une politique nationale d’acquisition massive de documentation : archives de revues, bases de données, corpus de textes… » • 1 Volonté nationale • 4 partenaires : CNRS, ABES, COUPERIN, Université de Lorraine (CPU) • 2 actions : acquisitions d’archives scientifiques négociées dans le cadre des licences nationales, et création d’une plateforme d’accès aux ressources électroniques 31
  32. 32. ISTEX 1ère étape : acquisition de ressources Les licences nationales : contrats négociés par l’ABES pour l’accès aux archives de revues et de livres électroniques (achats rétrospectifs) Financement par le Ministère Bénéficiaires : les usagers des établissements ayant une mission d’enseignement supérieur et/ou de recherche http://www.licencesnationales.fr/ 32
  33. 33. 8 licences nationales • Springer (septembre 2011) : archives des périodiques parus avant 1996 et e-books antérieurs à 2004 • Early English Books Online/EEBO (novembre 2011) : 125 000 livres publiés entre 1473 et 1700 en Angleterre • Grand Corpus des Dictionnaires de langue française (novembre 2011) : 24 dictionnaires proposés par les Editions Classiques Garnier Numérique • Eighteenth Century Collections Online/ECCO (juin 2012) éditée par Gale Cengage. Textes imprimés au Royaume-Uni entre 1701 et 1800 33
  34. 34. 8 licences nationales (suite) 4 signées en janvier 2014 : • Brill-revues : 220 titres de revues scientifiques publiées par Brill depuis les origines jusqu’à 2012, consacrées principalement aux humanités, aux sciences sociales, au droit international et aux droits de l’homme, et à la biologie. • Elsevier-revues : plus de 2200 titres de revues scientifiques publiées par Elsevier depuis les origines jusqu’à 2001. • Royal Society of Chemistry (RSC) : 118 titres de revues scientifiques publiées par la RSC depuis les origines jusqu’à 2010. • Nature, la revue scientifique généraliste de référence, des origines (1869) jusqu’en 2012. Et sept « Nature branded journals » des origines jusqu’en 2012. Consultables sur les plateformes des éditeurs. 34
  35. 35. Istex 2e étape : création d’une plateforme Prévision 2014 : • • • • Hébergement unique des ressources électroniques Moteur de recherche puissant Traitement des données Accès distant et pérenne 35
  36. 36. 2.3) Commandes En relation avec la cellule des marchés de l’université : respect du code des marchés publics En relation avec les services financiers de l’Université : suivi des factures et du budget En relation avec les services juridiques de l’Université : les licences d’utilisation 36
  37. 37. 2.4) Traitement • Paramétrages, personnalisation, déclaration des adresses Ips, vérification des accès locaux et nomades. • Signalement des ressources, valorisation, service après-vente : cf. partie 2 37
  38. 38. 2.5) Evaluation COUNTER (Counting Online Usage of Networked Electronic Resources) http://www.projectcounter.org/ Initiative internationale à destination des bibliothécaires, éditeurs et intermédiaires, visant à l'établissement de standards facilitant la récupération des statistiques de la consultation des ressources électroniques d'une façon harmonisée, crédible et homogène. Version 4 publiée en mars 2012. Les principaux éditeurs fournissent désormais des statistiques au format Counter. De plus en plus associé à SUSHI (Standardized Usage Harvesting Initiative) qui constitue un protocole facilitant la récupération automatique et la consolidation de statistiques provenant de sources différentes. La récupération des fichiers Counter se fait le plus souvent manuellement. 38
  39. 39. JR1 : Number of Successful Full-Text Article Requests by Month and Journal 39
  40. 40. DB1 : Total Searches and Sessions by Month and Database 40
  41. 41. Evaluation (suite) Récupération des statistiques une fois par an Définition d’indicateurs : • coût/session • coût/téléchargement • /recherche • /étudiants/chercheurs Recueil des statistiques pour justifier les dépenses, gérer les abonnements, évaluer l’impact des formations, faire de la veille sur des téléchargements abusifs etc. 41
  42. 42. Deuxième partie : les services I) Le signalement des ressources électroniques II) La promotion des ressources électroniques 42
  43. 43. I) Le signalement des ressources électroniques Les ressources documentaires sont éparpillées. L'usager de la bibliothèque numérique éprouve de grandes difficultés pour : - identifier les ressources - accéder au document lui-même Il doit effectuer différentes interrogations. Exploiter les résultats est délicat. Outils pour faciliter la recherche : • liste des ressources électroniques • moteur de recherche fédérée • résolveur de liens • outil de découverte • opac agrégateur Objectif du signalement : amélioration de la recherche 43
  44. 44. Les outils 1.1) Liste (s) des ressources électroniques 1.2) Moteur de recherche fédérée 1.3) Résolveur de lien 1.4) Outil de découverte 1.5) Opac agrégateur 44
  45. 45. 1.1) Listes des ressources • sur le site web : bu.univ-amu.fr/documentation • dans la liste des revues électroniques Bento : bit.ly/360bento 45
  46. 46. 1.2) Moteur de recherche fédérée Formulaire de recherche unique qui transmet la requête à différentes bases de données, récupère la liste de leurs résultats et l'affiche sur une page unique pour l'utilisateur. http://infobu.univ-cezanne.fr/ 46
  47. 47. 1.3) Résolveur de lien Permet de faire le lien entre description bibliographique et texte intégral : -Que la recherche s’effectue d’un moteur de recherche (Pubmeb, Google Scholar, Scirus...) ou des bases bibliographiques auxquelles la bibliothèque est abonnée - Que le texte intégral soit disponible en version papier ou électronique Si la bibliothèque n’offre pas le document recherché, un formulaire de demande de PEB prérempli est proposé. SMASH : Simplifier les moyens d’accès par Service Hypertexte 47
  48. 48. 1.4) Outil de découverte / Discovery tools Outils destinés aux bibliothèques, conçus pour fournir un seul point d'accès à toutes les ressources qu'elles proposent, et indifféremment du support, du mode et du lieu de stockage. • Summon (SerialsSolutions) ex. : http://osulibrary.oregonstate.edu/ • Primo (Ex Libris) ex. : http://decouverte.uquebec.ca/uqar 48
  49. 49. 1.5) Opac agrégateur OPAC : Online Public Access Catalog / Catalogue informatisé Pour connaître et localiser les documents d’une bibliothèque Opac de nouvelle génération ou Opac 2.0 : • Recherche simple ‘Googlelike’ • Suggestions : facettes, nuages de mots • Présentation enrichie des résultats : couverture, liens, commentaires et recommandations • Résultats issus du catalogue et d’autres sources http://vufind.org/demo/ 49
  50. 50. II) La promotion des ressources électroniques Informations sur les problèmes d’accès, les tests et les nouveautés diffusées sur les différents outils de communication virtuels du SCD : • Site web : http://bu.univ-amu.fr/ • Facebook, Twitter, univers netvibes Formations des personnels et des utilisateurs, guides d’utilisation, affiches etc. Assistance aux utilisateurs : le SAV assuré notamment grâce à @zimut 50
  51. 51. Assistance aux utilisateurs Le SAV assuré notamment grâce à @zimut : 51
  52. 52. Le web 2.0 52
  53. 53. Web 2.0 : notions fondamentales Les interactions entre internautes (collaboration, partage, communauté, réseau) > Wiki, Flickr, Delicious, Facebook L'interaction avec les contenus proposés en ligne (possibilité d'intervenir sur les contenus) > commentaire sur un blog ou un catalogue de bibliothèque 53
  54. 54. Web 2.0 : notions fondamentales L'ouverture (possibilité facile et rapide d'entrer et de sortir des contenus) La gratuité de la plupart des services L'accessibilité (sites visibles sur les navigateurs standards, applications en ligne) Notion de folksonomie (système de classification collaborative décentralisée spontanée) 54
  55. 55. En résumé http://blog.aysoon.com/Le-Web20-illustre-en-une-seule-image
  56. 56. Le web 2.0 en bibliothèque • Facebook : http://bu.univ-amu.fr/facebook • Twitter : http://bu.univ-amu.fr/twitter • Netvibes : http://bu.univ-amu.fr/netvibes • Slideshare : http://fr.slideshare.net/SCDAMU 56
  57. 57. Conclusion • Complémentarité des services sur place et des services distants • Évolution des outils plus que des fonctions : rôle de médiateur perdure • Web 2.0 nous donne juste de nouveaux outils pour satisfaire l’utilisateur en favorisant l’interactivité • Communication, formations • Évaluation des outils • Projet d’établissement, moyens humains 57

×