Les Escaliers :
DÉFINITIONS :
• Escalier :
ouvrage construit d'une suite
de degrés horizontaux
(marches ou paliers)
permet...
• L'escalier c'est souvent le cœur d'une
maison, le carrefour autour duquel
gravite toute l'activité du foyer. C'est
pourq...
Définition:
• ESCALIER : ouvrage construit d'une suite de degrés horizontaux (marches
ou paliers) permettant de passer à p...
La marche : c’est la surface plane
horizontale sur laquelle on pose le pied
pour monter (ou descendre) un escalier.
Elle p...
• La montée :
Distance verticale entre les niveaux des sols
finis
• L‘emmarchement : Dimension du passage
libre utile de l...
•La hauteur de marche : distance verticale
qui sépare 2 nez de marches consécutives.
. Dans l’escalier classique, la haute...
• La ligne de foulée :
• ligne conventionnel figurant la
trajectoire moyenne des pas d'une
personne sur un escalier.
Génér...
• L'échappée:
• hauteur libre de passage à l'aplomb des nez
d’une marche au-dessus d'un palier ou d'une
contremarche. Cett...
• Marche console : marche fixée à une
seule de ces deux extrémités à un mur
latéral, ou à une paroi centrale ou à un
fût c...
• Cage d’escalier : espace disposé dans une
construction pour recevoir l'escalier, elle peut
avoir des formes variable.
• ...
• Rampe : le garde corps établi à
l'extrémité des marches des escaliers.
• Main courante : Élément qu’on saisit
avec la ma...
Escaliers
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Escaliers

5 007 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 007
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
70
Actions
Partages
0
Téléchargements
112
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Escaliers

  1. 1. Les Escaliers : DÉFINITIONS : • Escalier : ouvrage construit d'une suite de degrés horizontaux (marches ou paliers) permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Un escalier est déterminé par les paramètres suivants: – Sa montée, – Son emmarchement, – Son giron, – Sa hauteur de marche.
  2. 2. • L'escalier c'est souvent le cœur d'une maison, le carrefour autour duquel gravite toute l'activité du foyer. C'est pourquoi ses qualités architecturales et pratiques doivent être considérées avec le plus grand soin. Lorsque bien conçu, un escalier s'intègre harmonieusement au décor qui l'accueille et ajoute à la valeur d'une maison. De plus, son utilisation est si aisée qu'on l'emprunte en toute confiance. Il est donc important de considérer chacune de ses caractéristiques avant d'arrêter son choix sur un design spécifique.
  3. 3. Définition: • ESCALIER : ouvrage construit d'une suite de degrés horizontaux (marches ou paliers) permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Un escalier est déterminé par les paramètres suivants – Sa montée, – Son emmarchement, – Sa hauteur de marche, – Son giron. – Son palier – Sa volée – Sa pente – Son échappée – Son nez de marche.
  4. 4. La marche : c’est la surface plane horizontale sur laquelle on pose le pied pour monter (ou descendre) un escalier. Elle peut être rectangulaire, trapézoïdale, en forme d'arc de cercle, ou de couronne circulaire. • Le palier : Plate-forme aménagée de distance en distance et spécialement à chaque étage. • Palier intermédiaire : palier inséré entre 2 volées. • Volée d’escalier : ensemble de marches ininterrompues entre 2 paliers. Elle peut être droite, avec tournant à marche rayonnante, quart ou demi tournant (simple ou double) hélicoïdale ou autre. Définition d’ordre technique:
  5. 5. • La montée : Distance verticale entre les niveaux des sols finis • L‘emmarchement : Dimension du passage libre utile de l'escalier (en langage courant c'est la largeur de l'escalier). Sachant que la largeur type ou l'unité de passage est de 60cm. Elle correspond à l'encombrement d'une personne. La largeur totale est un multiple en fonction du trafic passant par l'escalier.  Remarques: En pratique, on utilise des valeurs comprises entre 58cm et 63cm ( 59 pour les locaux d’habitation; 62cm pour les établissements recevant du public). •Le giron : Distance comprise entre les nez de 2 marches consécutives. Quand l'escalier est balancé la mesure du giron s'effectue sur la ligne de foulée.
  6. 6. •La hauteur de marche : distance verticale qui sépare 2 nez de marches consécutives. . Dans l’escalier classique, la hauteur de marches varie de 17cm à 18cm; pour les escaliers d’honneur on utilise une hauteur de 13cm et même 22.5 cm pour les escaliers hélicoïdaux avec un giron plus faible. Les escaliers dont la hauteur de marche est supérieure à 19cm sont des escaliers utilitaires ( échelles de meunier et similaires, escaliers pour habitation en duplex. Rapport hauteur de marche/ giron : En règle générale pour que l'escalier se monte sans fatigue, il convient d'appliquer la formule de Blondel : En pratique cette valeur varie de 60cm à 64cm, 62cm étant la plus employée. G + 2 H = 63cm
  7. 7. • La ligne de foulée : • ligne conventionnel figurant la trajectoire moyenne des pas d'une personne sur un escalier. Généralement, elle est concrétisée sur le dessin par une ligne située au milieu de l'emmarchement ou à 50 cm du collet. • La ligne de pente : • ligne imaginaire située sur la ligne de foulée et reliant les nez des marches successifs entre eux. • Pente de l’escalier : • angle aigue appelé encore angle d'inclinaison, compris entre la ligne de pente et sa projection sur un plan horizontale. • Remarque: la pente de l’escalier doit être constante.
  8. 8. • L'échappée: • hauteur libre de passage à l'aplomb des nez d’une marche au-dessus d'un palier ou d'une contremarche. Cette hauteur, en principe est de l'ordre de 2.10 m et n'est jamais inférieur à 1.90 m, cette mesure se fait à l'aplomb de la ligne de foulée. • Nez de marche: • partie située en avant de la marche. • Contre marche: Composante verticale d’une marche. Il existe deux types d’escalier : avec contremarche (où la partie arrière verticale de la marche est fermée) et sans contremarche (où la partie arrière verticale de la marche est ouverte). La présence de contremarches est souhaitable étant donné qu’elle élimine des distractions visuelles. • Collet : partie la plus étroite d'une marche balancée.
  9. 9. • Marche console : marche fixée à une seule de ces deux extrémités à un mur latéral, ou à une paroi centrale ou à un fût central. • Marche à noyau : marche console pour escalier hélicoïdale, constitué à son extrémité d'un noyau vide, ce noyau est constitué par un remplissage en béton, ou par un tube en acier. • Marche de départ : première marche d'un escalier, sa hauteur peut être différente de celle des autres marches. Dans les escaliers en bois, elle reçoit le pilastre de la rampe ou le poteau de départ ; sa contremarche est massive du coté du limon. • Marche d’arrivée : dernière marche de l'escalier.
  10. 10. • Cage d’escalier : espace disposé dans une construction pour recevoir l'escalier, elle peut avoir des formes variable. • Fut d’escalier : colonne centrale sur laquelle viennent se disposer et se fixer les marches d'un escalier hélicoïdale. Il peut être plein ou à noyau • Le jour : espace central autour duquel se développe un escalier. Cet espace est délimité par les mains courantes intérieures. • Mur d’échiffre : mur sur lequel s'appuient les premières marches d'un escalier • .
  11. 11. • Rampe : le garde corps établi à l'extrémité des marches des escaliers. • Main courante : Élément qu’on saisit avec la main, situé parallèlement à l’escalier et habituellement à côté de celui-ci. Une main courante fonctionnelle vise plusieurs buts : elle sert d’indicateur visuel pour l’escalier, elle contribue à maintenir l’équilibre et – fait plus important encore – elle constitue le seul moyen fiable d’éviter les faux pas et les chutes.

×