CNERIB, 12 avril 2011
MISE EN ŒUVRE ET CONTRÔLE
DU BÉTON: UNE DÉMARCHE
COHÉRENTE ET INTÉGRÉE
Par
Dr A. Brara,
Directeur de...
Sommaire
I- Rôle et principe du contrôle
(pourquoi contrôler et comment?)
II- Les essais de contrôle
(contrôle interne: ép...
I- RÔLE ET PRINCIPE DU
CONTRÔLE
1- Brève rétrospective historique
concernant le matériau béton et son
contrôle
1.1 Les liants et le béton
….Antiquité
2600...
…18ième au 19ième siècle
Seconde moitié du 18ième siècle: découverte par
des chercheurs anglais du rôle que joue l'argile
...
1.2 LE CONTRÔLE DU BÉTON: CHRONOLOGIE
Début du 20ième siècle: Apparition de la nécessité du
contrôle du béton
( Instructio...
Années 90: prise en compte des connaissances
actuelles sur le béton en matière de contrôle
(Règles BAEL 81, 83 et 91, Règl...
2- NÉCESSITÉ ET RÔLE FONDAMENTAL DU
CONTRÔLE
NOMBREUX FACTEURS INFLUANT SUR LA QUALITÉ DU
BÉTON
(composition, qualité des ...
II- LES ESSAIS DE
CONTRÔLE
1. ESSAIS DE CONTRÔLE : BUTS ET PROCESSUS
PROCEDURE MISE EN PLACE PAR L’ENTREPRISE
 Contrôle interne (épreuves d’études e...
2. LE CONTRÔLE INTERNE
2.1 LES ÉPREUVES D’ÉTUDE DES BÉTONS
DÉFINITION EN LABORATOIRE D’ UNE FORMULE NOMINALE DE BÉTON
 la...
RAPPEL DE LA NOTION DE RÉSISTANCE CARACTÉRISTIQUE
 Définition de la résistance caractéristique fck : valeur dont la propo...
Fabrication et régularité
Valeurs moyennes
visées par le chantier
Valeur lors de
l'établissement
Fabrication contrôlée, pr...
loi statistique la plus répandue et la plus utile, représentant
beaucoup de phénomènes aléatoires
Permet d’approcher de no...
2.2 LES EPREUVES DE CONVENANCE
VÉRIFICATION DE LA SATISFACTION AUX EXIGENCES DU
MARCHÉ DU BÉTON MIS EN ŒUVRE SUR CHANTIER
...
3- LES ÉPREUVES DE CONTRÔLE EXTERIEUR
VÉRIFICATION DE LA RÉGULARITÉ DE LA FABRICATION ET DE
L’ATTEINTE DES CARACTÉRISTIQUE...
3. 2 LE PROCESSUS D’ÉXECUTION
PRELEVEMENT ET ECHANTILLONNAGE SIMILAIRE POUR LES TROIS
TYPES D’ESSAIS DE CONTRÔLE (épreuves...
3.3 CRITERE DE CONFORMITE
CONFORMITÉ PRONONCÉE (ESSAIS DE CONTRÔLE EXTERIEUR ) PAR RAPPORT À
La consistance
Lot réputé co...
II- LES ESSAIS
D’INFORMATIONS
1- BUTS ET PROCESSUS DES EPREUVES D’INFORMATION
ESSAIS SUR LE MATÉRIAU PRÉLEVÉ DANS L’OUVRAGE (OU À
PROXIMITÉ IMMÉDIATE) E...
2- PROCESSUS D’EXECUTION
2.1 LES ESSAIS DESTRUCTIFS
CORPS D’EPREUVES
 EPROUVETTES MOULEES
Echantillons de béton frais pré...
PRELEVEMENT ET CONDITIONNEMENT DES CORPS D’EPREUVE
PRINCIPE: CONDITIONS AUSSI VOISINE QUE POSSIBLE DE CELLE DE
L’OUVRAGE
...
2.2 ESSAIS NON DESTRUCTIFS
2.2.1- SCLÉROMÈTRE
Mesure du rebondissement d’une masselotte projetée violemment par un
ressort...
2.2.1 PROCESSUS D’EXECUTION DES ESSAIS NON DESTRUCTIFS
Etalonnage et calibrage des appareils
 Etalonnage
• scléromètre : ...
3. CRITERE DE CONFORMITÉ
SELON TYPES D’ESSAIS (DESTRUCTIF ET/OU NON DESTRUCTIF)
Recours à la norme NA 17004 portant évalua...
CONCLUSION
• LE CONTRÔLE DU BÉTON DE SA FORMULATION JUSQU’À
SA MISE EN PLACE : UNE DÉMARCHE COHÉRENTE ET
INTÉGRÉE
• LA NON...
…MERCI POUR
VOTRE PATIENCE
ET
VOTREAIMABLE
ATTENTION
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mise en oeuvre et contrôle du béton

8 891 vues

Publié le

1 commentaire
5 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 891
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
527
Commentaires
1
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mise en oeuvre et contrôle du béton

  1. 1. CNERIB, 12 avril 2011 MISE EN ŒUVRE ET CONTRÔLE DU BÉTON: UNE DÉMARCHE COHÉRENTE ET INTÉGRÉE Par Dr A. Brara, Directeur de Recherche, CNERIB
  2. 2. Sommaire I- Rôle et principe du contrôle (pourquoi contrôler et comment?) II- Les essais de contrôle (contrôle interne: épreuves d’études et de convenance, contrôle externe) III- Les essais d’information (essais destructifs et non- destructifs)
  3. 3. I- RÔLE ET PRINCIPE DU CONTRÔLE
  4. 4. 1- Brève rétrospective historique concernant le matériau béton et son contrôle 1.1 Les liants et le béton ….Antiquité 2600 Av. J. C : Mélange de chaux, d’argile, de sable et d’eau en tant que liant connu par les égyptiens (pyramide d‘Abou Rawash) 1ièr Siècle: Amélioration de la prise et du durcissement de ce liant par le rajout de sable volcanique de Pouzzoles et de la tuile broyée constatées par les romains Panthéon de Rome, avec une coupole hémisphérique de 43,20 m de diamètre à base de béton de pouzzolane (construit sen 128 ap. J-C ) (Autres: la Voie Appia, les bains romains de Caracalla, le Colisée, l'aqueduc de Pont du Gard au sud la France)
  5. 5. …18ième au 19ième siècle Seconde moitié du 18ième siècle: découverte par des chercheurs anglais du rôle que joue l'argile dans l'hydraulicité de certains calcaires, et de l'importance de la granulométrie des sables destinés à la confection des mortiers (John Smeaton, James Parker) 1818 : découverte du ciment attribuée à Louis Vicat, jeune ingénieur français de l‘Ecole Nationale des Ponts et Chaussées (Paris) 1824: dépôt en du brevet de la marque ciment de Portland par un industriel Français 1855: dépôt de brevet du "ferciment", une combinaison de fer et de mortier pour les constructions navales et les caisses à fleur par Joseph Louis Lambot Fin du XIX siècle: apparition de constructions en béton armé (Angleterre, Etats unis et en France), ainsi que du mode de calcul des ouvrages avec ce matériau
  6. 6. 1.2 LE CONTRÔLE DU BÉTON: CHRONOLOGIE Début du 20ième siècle: Apparition de la nécessité du contrôle du béton ( Instructions relative à l’emploi du béton armé du 20 octobre 1906, ratio résistance l’écrasement de cube de 20 cm de coté à 90 jours/résistance des ouvrages <28% , soit une valeur moyenne de de 5.5 MPA pour la résistance de calcul !) Début années 40: dimensions minimale de l’éprouvette fonction de celle maximale des granulats employés (Règles BA 45) Années 60 : Apparition des moules cylindrique, des précisions sur la confection et du conditionnement des éprouvettes ainsi que des techniques d’essai, introduction de la notion de la contrainte nominale (80% de la valeur moyenne de la résistance pour la prise en compte de la dispersion des résultats) (Règles BA 60 puis Règlement CCBA 68)
  7. 7. Années 90: prise en compte des connaissances actuelles sur le béton en matière de contrôle (Règles BAEL 81, 83 et 91, Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites, équiv. DTR BC 2.41, ou BA 93) Années 2000  2005: Précisions et compléments sur les spécifications, les critères de conformité du béton ouvrable, performant et durable, harmonisation (européenne) des essais avec méthodes et appareillages différents (norme EN 206-1, béton: Spécification, performances, production et conformité, 2004, équiv. NA 16002, 2007)  2007: Corrélation des résultats d’essais de carottage et /ou d’essai non destructifs (scléromètre, ultrason) et résistance caractéristique du béton (NF EN 13791, 2007 , équiv. NA 17004, Evaluation de la résistance à la compression sur site des structures)
  8. 8. 2- NÉCESSITÉ ET RÔLE FONDAMENTAL DU CONTRÔLE NOMBREUX FACTEURS INFLUANT SUR LA QUALITÉ DU BÉTON (composition, qualité des intrants, qualification du personnel chargé de de la préparation et de la mise en œuvre) Nécessité du contrôle (malgré le surcoût) ROLE DU CONTROLE: ESSENTIELLEMENT PRÉVENTIF Assurance de de la conformité des bétons réalisés vis-à-vis des spécifications imposées par le maître d’ouvrage Absence de situation de litiges dans les chantiers de réalisation préjudiciable pour l’ensemble des co-contractants (Maîtres de l’œuvre et de l’ouvrage, bureau de contrôle, entreprise) Dilemme et controverses (acceptation ou refus de situation de constat de non vérification de la qualité requise du béton, confortement et/ou démolition d’ouvrage, retard, incidence financière) BIAIS DU CONTRÔLE Contrôle interne: épreuves d’études et de convenance contrôle externe Les épreuves d’information
  9. 9. II- LES ESSAIS DE CONTRÔLE
  10. 10. 1. ESSAIS DE CONTRÔLE : BUTS ET PROCESSUS PROCEDURE MISE EN PLACE PAR L’ENTREPRISE  Contrôle interne (épreuves d’études et de convenance)  Contrôle externe (via le maître d’œuvre et un bureau de contrôle) Assurance de la conformité des bétons réalisés vis-à-vis des spécifications imposées par le maître d’ouvrage
  11. 11. 2. LE CONTRÔLE INTERNE 2.1 LES ÉPREUVES D’ÉTUDE DES BÉTONS DÉFINITION EN LABORATOIRE D’ UNE FORMULE NOMINALE DE BÉTON  la description des moyens de fabrication, de transport, de manutention et de mise en place des bétons  la formule nominale du béton  Nature et provenance des matériaux  Courbes granulométriques et équivalent de sable (ES)  Dosage en kg/m3  Fabrication en laboratoire d’une gâchée avec les constituants à utiliser par le chantier et la confection de trois éprouvettes pour essais de compression à 28 jours  Assurance par le formulateur d’une résistance caractéristique garantie Résistance moyenne à viser fm ≥ Résistance caractéristique spécifiée fck (note de calcul et/ou classe d’environnement) + quantité min quantité min= (résistance à 28 jour CE - celle minimale de la classe du ciment utilisé Cmin, 1,10 fck) fm= min [fck+ (CE-Cmin), l,10 fck ]
  12. 12. RAPPEL DE LA NOTION DE RÉSISTANCE CARACTÉRISTIQUE  Définition de la résistance caractéristique fck : valeur dont la proportion de la population de celles qui lui sont inférieures est de p% de l’ensemble des résultats Exemple : 46 résultats d’écrasement d'éprouvettes numérotées de 1 à 46 Distribution de la fréquence des résistances à l’écrasement Si p=5 fck : valeur dont la proportion de la population de celles qui lui sont inférieures est de 5% de l’ensemble des 46 résultats (c-a-d environ 2) = 28 MPa Recours au maths: distribution gaussienne fck = fm (n) Ŕ k x s , avec k=f(p=5%, n=46) tabulé , s: écart-type k(p=5, n=46) = 1.53, fck = fm (n) Ŕ k x s = 33.3-1.53x3.3 = 28 MPa
  13. 13. Fabrication et régularité Valeurs moyennes visées par le chantier Valeur lors de l'établissement Fabrication contrôlée, production régulière Fabrication mal contrôlée, production irrégulière Résistance (MPa) Soient deux productions de béton visant une même résistance caractéristique de 25 Mpa donnant les distributions fréquentielles suivantes:
  14. 14. loi statistique la plus répandue et la plus utile, représentant beaucoup de phénomènes aléatoires Permet d’approcher de nombreuses autres lois statistiques , tout spécialement dans le cas des grands échantillons. Son expression mathématique est la suivante: La loi normale (loi de K. F. Gauss, 1777-1855) m est la moyenne s l'écart type n le nombre total d'individus dans l'échantillon n(x) le nombre d'individus pour lesquels la grandeur analysée a la valeur x.
  15. 15. 2.2 LES EPREUVES DE CONVENANCE VÉRIFICATION DE LA SATISFACTION AUX EXIGENCES DU MARCHÉ DU BÉTON MIS EN ŒUVRE SUR CHANTIER • Conditions de chantier  Approvisionnements réels  Matériels de fabrication  Moyens de contrôle  Durée et conditions de transport  Mise en place • Etape à effectuer avec un délai suffisant Possibilité d’ajuster les formules et de pouvoir effectuer certaines corrections.
  16. 16. 3- LES ÉPREUVES DE CONTRÔLE EXTERIEUR VÉRIFICATION DE LA RÉGULARITÉ DE LA FABRICATION ET DE L’ATTEINTE DES CARACTÉRISTIQUES PRESCRITES DES BÉTONS EFFECTIVEMENT MIS EN PLACE SUR CHANTIER Modalité du contrôle  Prélèvements réguliers et/ou aléatoire près du lieu d’utilisation  Prélèvements effectués par un organisme de contrôle habilité (CTC)
  17. 17. 3. 2 LE PROCESSUS D’ÉXECUTION PRELEVEMENT ET ECHANTILLONNAGE SIMILAIRE POUR LES TROIS TYPES D’ESSAIS DE CONTRÔLE (épreuves d’étude, de convenance et de contrôle extérieur) Moules et éprouvettes de dimensions normalisées (cylindres et cubes) Prélèvement à la sortie du malaxeur (ou camion: BPE) Serrage selon affaissement Echantillonnage selon le volume de la gâchée nombre de prélèvements (de 3 éprouvettes) et endroit = fct Volume V< 0.5 m3, (1p, ½) , 0.5 m3 V<2.0 m3 (2p, 1/3, 2/3), V> 2.0 m3 (3p, ¼, ½, ¾, ) OND Conservation et conditionnement: Conditions aussi voisines que possible de celles du moment de la mise en place
  18. 18. 3.3 CRITERE DE CONFORMITE CONFORMITÉ PRONONCÉE (ESSAIS DE CONTRÔLE EXTERIEUR ) PAR RAPPORT À La consistance Lot réputé conforme si les résultats sont compris dans la fourchette requise (10- 40(L), 50-90(P), 100-150(TP), 150-210 (F) cm, limites inf. et sup. : -10 mm et +20 mm) La résistance caractéristique spécifiée (note de calcul et/ou de classe d’environnement) Pour un béton fabriqué sur chantier ou en usine BPE, un lot est réputé conforme à la résistance caractéristique si fm≥ fck+ k1 fmi≥ fck- k2 avec fm moyenne arithmétique et fmi valeur minimale des résultats k1 et k2, fct (classe du béton, nombre de prélèvements) Lot: ensemble de béton mis en place faisant l’objet d’une même sanction de contrôle (partie d’ouvrage coulée en une seule fois) Exp: fc28=25 MPa, (n=3 p, k1= 1.5 ; k2=3.5, c-a-d fm≥ 26,5 MPa fmi≥ 21,5 MPa
  19. 19. II- LES ESSAIS D’INFORMATIONS
  20. 20. 1- BUTS ET PROCESSUS DES EPREUVES D’INFORMATION ESSAIS SUR LE MATÉRIAU PRÉLEVÉ DANS L’OUVRAGE (OU À PROXIMITÉ IMMÉDIATE) EN VUE DE LA DÉTERMINATION DE la résistance du béton de l’ouvrage au jeune âge et à moment donné (décoffrage, décintrage, mise en charge….) Carottage du béton frais la résistance du béton de l’ouvrage et appréciation de son comportement Carottage béton durci, scléromètre, ultrason N.B.: Complément facultatif du dossier d’étude des bétons, en relation avec un programme de bétonnage précis pour chaque phase de réalisation d’ouvrage, ou en cas de litige sur la conformité du béton mis en œuvre
  21. 21. 2- PROCESSUS D’EXECUTION 2.1 LES ESSAIS DESTRUCTIFS CORPS D’EPREUVES  EPROUVETTES MOULEES Echantillons de béton frais prélevés et conservés dans des conditions proches de celles de l’ouvrage  CORPS D’EPREUVE  CAROTTES – BÉTON FRAIS Enfoncement d’un carottier cylindrique dans le béton frais et son retrait à l’approche du jour J envisagé – BÉTON DURCI DE L’OUVRAGE Forage du béton durci de l’ouvrage à l’aide de couronne diamantée et injection d’eau
  22. 22. PRELEVEMENT ET CONDITIONNEMENT DES CORPS D’EPREUVE PRINCIPE: CONDITIONS AUSSI VOISINE QUE POSSIBLE DE CELLE DE L’OUVRAGE – Prélèvement: dans ou sur l’ouvrage – Serrage: même que celui de la mise en œuvre de l’ouvrage – Conservation: conditions aussi équivalente possible que celles de l’ouvrage (protégé, soumis aux intempéries, étuvé…)
  23. 23. 2.2 ESSAIS NON DESTRUCTIFS 2.2.1- SCLÉROMÈTRE Mesure du rebondissement d’une masselotte projetée violemment par un ressort comprimé sur une surface de béton (corrélation valeur de rebondissement/résistance du béton) L’essai au scléromètre et corrélation indice sclérométrique/résistance du béton 2.2.2- AUSCULTATION DYNAMIQUE Mesure de la vitesse de propagation du son dans le béton corrélée avec (la densité et par suite avec) la résistance du béton Appareil portable nouvelle génération pour le contrôle du béton par ultrason et principe de fonctionnement
  24. 24. 2.2.1 PROCESSUS D’EXECUTION DES ESSAIS NON DESTRUCTIFS Etalonnage et calibrage des appareils  Etalonnage • scléromètre : bloc néoprène ou 3 séries d’éprouvettes en béton (15, 25, 35 MPa) à écraser après mesure • appareil ultrason: tige étalon de DT connu  Calibrage • Scléromètre : Courbe de corrélation indice sclérométrique obtenue sur un échantillon de 30 éprouvettes du béton formulé (composition, nature des granulats, teneur en eau etc.) à écraser après mesures  Appareil ultrason: corrélation graphique entre de la vitesse de propagation V et la résistance à la compression du béton formulé (moins 30 éprouvettes avec E/C variant de 0.4 à 0.8 en lot de 03 éprouvettes et affectation des coef. d’influence pour les autres facteurs (type et dosage en ciments, granulats, humidité , maturité etc.) Echantillonnage Nombre de corps d’épreuves (moulés ou carottés), de points de mesure, de zones et d’aires d’essais statistiquement représentatifs norme NA 17004: Au moins 03 carottes par zone avec prise en compte de l’effet d’échelle dans l’échantillonnage (dans le cas de carottes de diam . < 100 mm Zone d’essais: lot de béton à tester aire d’essai : endroit d’extraction
  25. 25. 3. CRITERE DE CONFORMITÉ SELON TYPES D’ESSAIS (DESTRUCTIF ET/OU NON DESTRUCTIF) Recours à la norme NA 17004 portant évaluation de la résistance à la compression sur site des structures EXEMPLE  ESSAI DESTRUCTIFS  au moins 15 carottes disponibles Résistance caractéristique estimée sur site fck, is = Valeur minimale de (fm (n) Ŕ 1.48 x s, fck, is = fis, plus faible +4) (1) Avec s écart-type  seules 3 à 14 carottes disponibles Résistance caractéristique estimée sur site fck, is = Valeur minimale de (fm (n) Ŕ k, fck, is = fis, plus faible +4) avec k fct du nombre de carottes  ESSAIS NON DESTRUCTIFS (scléromètre, ultrasons) - Etablissement d’une relation de corrélation de résistance carotte /essai non destructif (min. 18 couples de résultats) - Utilisation de cette relation pour l’extrapolation des essais non destructifs (au moins 15 mesures) - Déduction de la résistance caractéristique estimée sur site en utilisant la formule (1)
  26. 26. CONCLUSION • LE CONTRÔLE DU BÉTON DE SA FORMULATION JUSQU’À SA MISE EN PLACE : UNE DÉMARCHE COHÉRENTE ET INTÉGRÉE • LA NON ADOPTION OU L’ADOPTION PARTIELLE DE CETTE DÉMARCHE EPROUVEE: RÉPERCUSSION NEGATIVE SUR LA QUALITÉ DE CE MATÉRIAU CONTRÔLE INTERNE •Formulation d’un béton sur la base de matériaux de provenances déterminées •Adaptation de cette formulation pour la prise en compte des conditions de chantier (fabrication, moyens, transport…) CONTRÔLE EXTERNE • Vérification de l’atteinte par le béton des caractéristiques spécifiées juste avant son placement •Vérification de la régularité de la production du matériau mise en place ESSAIS D’INFORMATION •Détermination des caractéristiques du béton mis en place à un moment donné •Vérification par le béton mis en place de la satisfaction des caractéristiques spécifiées et de leur régularité
  27. 27. …MERCI POUR VOTRE PATIENCE ET VOTREAIMABLE ATTENTION

×