Le projet urbain

Zaouche Lila
Plan de travail:
•Introduction
I-Définition.
II-Condition d’émergence: l’influence de Bologne
III-Les principes du projet ...
Introduction:
En ce début du millénaire, la prospection de la nouveauté, de la
différence et parfois de « l’authenticité »...
Définition:
Il s’agit d’un concept et d’une manière d’agir en formation qui
marquent un moment de transition entre la mani...
Condition d’émergence:
L’influence de Bologne:
La notion de projet urbain s’est développée en France à partir de 1983,
con...
Dans les années 70, cette opération suscita un grand intérêt partout
en Europe et plus particulièrement en France.
Ainsi d...
Les principes:
Le projet urbain ne se fait pas en un jour, il ne peux donc pas répondre
a la logique de l’urgence souvent...
Projet urbain contre planification urbaine:
Pour mieux appréhender le concept de projet urbain, il parait
intéressant de s...
Comparaison entre la planification urbaine et le projet urbain:
La planification urbaine
Références
théoriques

Le projet ...
Le projet urbain aujourd’hui:
Le défi d’aujourd’hui est de proposer des projets qui peuvent
dompter les contraintes, intég...
Conclusion:
Le projet urbain consiste à organiser la complexité de
l’environnement et rendre lisible une vision, une idée ...
Projet urbain 01
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Projet urbain 01

5 604 vues

Publié le

1 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • slm svp jai besoin d analyse urbaine du ville international
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 604
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
527
Commentaires
1
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Projet urbain 01

  1. 1. Le projet urbain Zaouche Lila
  2. 2. Plan de travail: •Introduction I-Définition. II-Condition d’émergence: l’influence de Bologne III-Les principes du projet urbain. IV-projet urbain contre planification urbaine V-Le projet urbain aujourd’hui •Conclusion •Bibliographie: « Le projet urbain » Patrizia Ingallina « édition : que sais-je ? » « projet urbain : ménager les gens, aménager la ville » Jean-Yves Toussaint et Monique Zimmermann. « édition: Magdaga » Internet.
  3. 3. Introduction: En ce début du millénaire, la prospection de la nouveauté, de la différence et parfois de « l’authenticité » a provoqué dans la plus part des villes la recherche systématique d’une plus grande participation de l’habitant a leur animation et leur fonctionnement, ce qui provoque le glissement d’un urbanisme fonctionnel à un autre, plus ouvert sur la société. Celui du projet urbain. Cette idée de projet urbain est fondamentalement transversale et interdisciplinaire ; elle renoue avec une prise en compte simultanée des données techniques, sociales, esthétiques et échappe, par exemple, aux dichotomies de la forme et de la fonction, du penser et de l’agir, du programme et du projet.
  4. 4. Définition: Il s’agit d’un concept et d’une manière d’agir en formation qui marquent un moment de transition entre la manière traditionnelle de penser l’urbanisme et une nouvelle approche, moins figée et plus ouverte aux transformations et aux débats. Le sens de cette notion est tiré d’expériences actuelles, discuté et discutable, le concept se construit au fur et à mesure des essais en impliquant une mobilisation plus large des savoirs et des compétences, elle répond à une logique de processus: processus complexe, associant continuité et changement. Ainsi pose-t-elle le problème du temps, d’une articulation dans la durée, du temps des discussions, des conceptions, des ajustements... On est passé d’une approche statique de l’urbanisme à une approche plus dynamique qui sollicite l’action du plus grand nombre (concertation) et fait ainsi confronter et évoluer nos modes de penser l’urbain.
  5. 5. Condition d’émergence: L’influence de Bologne: La notion de projet urbain s’est développée en France à partir de 1983, conduisant au passage d’une planification centralisée et technocratique à une approche plus ouverte aux débats et aux négociations. Dès la fin des années 60, on a vu apparaître une démarche semblable en Italie et plus précisément à Bologne. Le contexte italien est alors très différent du contexte français, où les pouvoirs publics sont encore préoccupés par la construction de grands ensembles et ou toute les considérations sont pour un urbanisme normatif et réglementaire. En Italie, les problèmes principaux sont la gestion du patrimoine ancien qui tombe en ruine et la nécessité de la réintroduction des logements sociaux dans les centres anciens. La démarche se fondait sur une vision de Recupero (récupération) urbain et considérait qu’on devait tenir compte de la ville existante dans sa globalité (tant du point de vue des échelles que de ses tissus urbain et social) ainsi que de l’opinion de ses habitants. Fait nouveau, la structure urbaine est appréhendée comme le fruit d’un processus historique, de la négociation de ce qui existait déjà et ce qui allait se construire.
  6. 6. Dans les années 70, cette opération suscita un grand intérêt partout en Europe et plus particulièrement en France. Ainsi des recherches sur les thèmes de l’architecture urbaine et de l’histoire furent initiés par des architectes français en s’inspirant du modèle italien et en l’interprétant à leur manière. On découvrit la nécessaire prise en compte des sciences sociales ainsi que de la géographie française dans la réflexion sur l’architecture et ses relations avec la ville. Bernard Huet, architecte ayant entre autres travaillé sur le réaménagement des Champs-Élysées, en rappelant cette opération écrit : « Ici on démystifie les interventions basées sur une planification centralisée et technocratique, et l’on démontre calmement, par les faits, comment inventer et utiliser des outils et des méthodes nouvelles pour opérer efficacement au seul profit des habitants. A Bologne même les architectes deviennent modestes. » Ces affirmations soulignent l’importance de cette opération pour l’époque et l’influence certaine sur le développement d’un nouveau regard sur les formes de planification adoptées jusqu’alors.
  7. 7. Les principes: Le projet urbain ne se fait pas en un jour, il ne peux donc pas répondre a la logique de l’urgence souvent invoqué par les maires. Il doit réunir des compétences multiples, car il s’applique a la ville qui est une réalité complexe ou formes matérielles et formes sociales sont liées dans des relations qui se sont établies dans le temps. Dans sa conception, il demande un savoir spécifique sur la ville, son processus de transformation, les lois qui règlent ses formes, les analyses a mener et les outils conceptuels a mettre au point afin d’établir une médiation entre les différentes échelles, de la parcelle à la ville. Il s’oppose à une pensée sectorielle de l’aménagement ce qui a créé des effets de coupure très nets entre villes et parfois a l’intérieur d’une même ville. Il se situe comme un projet d’ouverture qui impose une évolution des mentalités. Il doit permettre le débat et l’échange avec la population dont l’avis est déterminant.
  8. 8. Projet urbain contre planification urbaine: Pour mieux appréhender le concept de projet urbain, il parait intéressant de se pencher sur la théorie qui lui semble « opposée », en l’occurrence la planification urbaine. La plupart du temps, les doctrines urbanistiques s’élaborent, se définissent par le rejet du modèle précédent. Ainsi, le projet urbain naît du constat des dysfonctionnements de la ville et d’une critique de l’urbanisme fonctionnaliste. Or, les constructions massives, les grands programmes, la spécialisation de l’espace (bureaux ou résidentiel), la mono fonctionnalité ne permettent pas de répondre aux besoins multiples des individus et de la collectivité, et produisent rarement un lieu de vie agréable. Comparaison entre la planification urbaine et le projet urbain:
  9. 9. Comparaison entre la planification urbaine et le projet urbain: La planification urbaine Références théoriques Le projet urbain Fonctionnalisme Zonage Architecture urbaine Analyses typo morphologiques Démarche italienne puis française Approche -Quantitative -Sectorielle -Institutionnelle : décision hiérarchique, unitaire qui ne prend pas en compte les stratégies des différents acteurs. -Centralisée : aspect réglementaire et juridique, la norme s'applique sur tout le territoire sans tenir compte des particularités. -Qualitative -Globale -Partenariale : négociation entre les acteurs pour une élaboration commune du projet -Territorialisée : les caractéristiques naturelles et paysagères du site sont a la base du projet . Principes généraux -Deuil de l'histoire urbaine, rupture historique (tabula rasa). -Zonage : séparation des fonctions, des zones pour habiter, travailler, se divertir, circuler…) -Programmes de constructions nouvelles de logements et d'équipements. -Plan libre d'implantation du bâti (Plan de Masse) -Continuité historique de la ville traditionnelle. -Mixité fonctionnelle et sociale. -Travail sur l'existant : réhabilitation, reconversion. -Plan d'intégration harmonieuse, cohérence urbaine. Documents Plan et son règlement . Projet (dimension évolutive) Processus d'aménagement Processus hiérarchique, linéaire qui est l'expression de l'appareil administratif, nie les spécificités d'un territoire et ne permet pas de s'adapter dans le temps. Les plans deviennent vite caducs et nécessitent une révision. Processus qui s'effectue à partir de l'analyse des spécificités du site, favorise la créativité. Processus souple qui peut évoluer dans le temps.
  10. 10. Le projet urbain aujourd’hui: Le défi d’aujourd’hui est de proposer des projets qui peuvent dompter les contraintes, intégrer les programmes rejetés, laisser la place à la nature, favoriser les flux, respecter les valeurs écologiques, promouvoir une vie urbaine, dans une approche d’harmonie citadine. Il consiste également à trouver son efficacité opérationnelle dans un temps limité. Certains pensent que ce défi est insurmontable et que dans ces conditions, le travail de l’architecte serait plus efficace en se concentrant sur des objets architecturaux maîtrisables dans le cadre de sa discipline. Cependant le devoir des architectes urbanistes aujourd’hui est plus que jamais de faire usage de leur savoir-faire spécifique dans le domaine du projet pour optimiser les contraintes en jeu.
  11. 11. Conclusion: Le projet urbain consiste à organiser la complexité de l’environnement et rendre lisible une vision, une idée ou une valeur. Outil de synthèse, le projet urbain permet de mettre en forme et d’initier un processus de développement dynamique conduisant à cette lisibilité. Une fois compréhensible par tous, un projet est communiqué, débattu, discuté, remis en question, approuvé, et mis en œuvre...

×