Algeria 2 :
L'économie algérienne consolide sa position financière externe en 2011 :
Résultats prometteurs ouada-yazid.com...
paralysante, la désignation et nomination des dirigeants d'entreprises et des
institutions par piston ...
Abdelaziz ZEGGAG...
ouada yazid • Je partage parfaitement vos analyses, je milite pour ma part pour
l'émergence d'une économie de production e...
Fairouz BETTAYEB • Une économie qui est basée sur le prix du baril décidé par les
bourses mondiales et sur lequel nous n'a...
sadek KHEDDACHE • J'ajoute a ce qui a été dit précédemment que même les
producteurs privés commencent a subir la concurren...
Abdelaziz ZEGGAGH • Bonjour,
@Fairouz; j'aime bien ton exemple sur la ménagère, qui se démène pour répondre
aux besoins de...
sadek KHEDDACHE • Vous avez dit : à moins que le gouvernement ne soit pas
souverain et maître de ses décisions. Il ne l'es...
sadek KHEDDACHE • Qui va les identifier ??? vous savez bien qu'est ce qu'un
système .Les éléments visibles du système ( Mi...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Algeria : Critiques des réserves de change de l’Algérie. ( MARS 2012 )

256 vues

Publié le

Algeria : critiques des réserves de change de l’Algérie.( MARS 2012 )

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
256
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Algeria : Critiques des réserves de change de l’Algérie. ( MARS 2012 )

  1. 1. Algeria 2 : L'économie algérienne consolide sa position financière externe en 2011 : Résultats prometteurs ouada-yazid.com D.R L'économie algérienne a consolidé en 2011 sa position financière externe, soutenue par une forte accumulation de ses réserves de changes et une réduction de sa dette extérieure... 8 commentaires Abdelaziz ZEGGAGH • Je ne crois pas que l'accumulation des réserves soit un critère de performance pour notre économie, quand on n'arrive même pas à faire face à une semaine de froid. ouada yazid • Les réserves de changes sont une garantie pour le parachèvement des projets d'investissement structurants que l'Algérie a engagé dans le cadre du plan quinquennal à horizon 2014 et dont a besoin notre économie pour décoller. il y a 1 jour• J'aime sadek KHEDDACHE • Il n'y a eu aucun investissement productif et d’intégration économique, il y'a eu les infrastructures sur lesquelles on verra dans 5 ans des chameaux et des chèvres circuler au lieu de camions de marchandises d'entreprises nationales. On décollera l'économie avec quoi, quand tout a été détruit ? L’échelle des valeurs inversée, le niveau universitaire des plus médiocres dans le monde, une bureaucratie
  2. 2. paralysante, la désignation et nomination des dirigeants d'entreprises et des institutions par piston ... Abdelaziz ZEGGAGH • Ces projets structurants vont forcément engendrer, à cours termes, des couts d'entretiens supplémentaires exorbitants au lieu et place de la création de valeur. Cela ne veut pas dire qu'ils ne soient pas nécessaires, mais que la priorité aurait pu être donné à des investissements productifs et à la formation et au développement des ressources humaines, véritables garant du développement économique. sadek KHEDDACHE • Pour décoller une faut une politique économique, il faut une régulation économique, il faut une démocratie économique comme en chine, Il faut réhabiliter le mérite comme valeur dominante dans les processus de promotion sociale, politique et économiques, il faut une justice au dessus de tous , il faut intégrer le knowledge management de la Présidence au P/ APC et dans toutes les institutions et entreprises nationales , il faut éradiquer la corruption , il faut au moins 25 % de démocratie modèle USA , il faut réhabiliter la peine de mort pour les graves crimes économiques, et la liste est très longue encore . Donc on est comme en 1962, rien n'a été fait, au contraire certaine nobles valeurs ont été détruites. Les réserves de change peuvent fondre comme neige sous soleil , par des catastrophes naturelles graves , par un embargo pétrolier , par une guerre , par une chute brutale du dollar et du pétrole comme en 1985/86 , par le besoin démographique galopant , par une inflation des prix à l'import et comme nous dépendons à 80 % de l'extérieur , imaginez la catastrophe , par Dieu qui les a données car ce n'est pas des produits que le parti unique ou le régime actuel ont créé , etc ...Tout peut arrivé et ce sera le chaos , d'autant plus que l'injustice , la corruption ,la misère créée , sont partout .
  3. 3. ouada yazid • Je partage parfaitement vos analyses, je milite pour ma part pour l'émergence d'une économie de production et pour le décollage économique de nos PME. Les programmes et/ou mécanismes développés en Algérie ne semblent pas suffisant compte tenu des difficultés que rencontrent nos entreprises et ce, en dépit des moyens colossaux déployés par notre pays. Je vous invite à consulter mon site www.ouada-yazid.com, dédié à une économie hors hydrocarbures, soit à une économie de production. sadek KHEDDACHE • Yazid , Croyez moi que j'aimais mon pays ( Enfin je ne l’aime plus ; a travers ses gouvernants ) , c'est l'état déplorable dans lequel il est qui me fait parler ainsi . Croyez moi, que je sais qu'il y ' a en Algérie des hommes ou Obama et sarkozy ne seront même pas accepté chez eux comme élèves. L'énorme potentiel dont nous disposons notamment celui financier et humain, nous permet de rattraper très vite le retard et même devenir un pays émergent aux cotés des BRICS ( Brésil , Russie , Inde , Chine et Afrique du sud ) .Ceci est- possible à condition qu'on change très vite de politique . Que le régime reste au pouvoir ce n'est pas un problème , le problème qu'il soit nationaliste et patriotique , qu'il aime son pays , qu'il soit motivé et qu'il ait de la volonté pour le développement en faisant tous les efforts pour accéder a un mieux être qu’en France ou aux USA , arrêtons la corruption et l'import-import ; qu'il change de politique économique , qu'il change la médiocrité cravatée qui pousse le pays vers le chaos , voilà ce que nous cherchons . Regardez aussi comment avance et se développe le Vietnam avec presque rien comme ressources ! Ce qui nous fait très mal, c'est l’énorme, l'énorme gâchis d’argent, de temps et de toute une génération en compromettant l’avenir de celle future.
  4. 4. Fairouz BETTAYEB • Une économie qui est basée sur le prix du baril décidé par les bourses mondiales et sur lequel nous n'avons aucune influence....n'est pas une économie...!!! Pour les projets appelés structurants, il y’a qu' a voir leur couts intolérable par rapport a leur qualité et leur plus value, et qui n'apporte absolument rien de nouveau pour un développement économique productif..... Si on parle de projets structurants une autoroute, ou un barrage, ou quelques logements sur une période de 13 ans et avec nos finances, je crois que c'est vraiment décevant comme résultats..!!!! Une autoroute, un barrage, un village etc...Devrait se faire en même temps et en parallèle d'une véritable politique économique de production, ou de transformation ou de services...etc.... les infrastructures doivent suivre les besoins qui s'expriment au fur et à mesure que l'économie évolue ...... sadek KHEDDACHE • La logique économique comme le dit Fairouz , c'est bien l'engagement en parallèle d'une nouvelle politique économique d'intégration des importations , avec les infrastructures . 12 ans après la concorde civile donc l'affaire sécuritaire était bien réglée, c'est le statu quo .Mais la situation est bien grave. Toutes les entreprises économiques publiques sont en faillite ou en liquidation. Leurs relance est pratiquement impossible pour plusieurs raisons. D'ailleurs la liquidation urgente est bien la meilleures des solutions pour ces cadavres économiques .Le choix stratégique de création et de lancement de nouvelles entreprises, nécessite une étude pertinente et des compétences particulières que l'Algérie n'en a plus .Vous connaissez bien la marginalisation des compétences qui est un vieux phénomène politique chez nous. Ces études ne peuvent pas être faites par les pouvoirs publics car il n'en existe aucune compétence à leur niveau. La majorité des postes stratégiques et importants ont été attribués par désignation à certains proches du pouvoir, sans aucune compétence ou mérite du poste .Ce qui fait que tout est compromis. On ne peut ni redresser les entreprise en faillite, ni lancer de nouvelles .On compte alors sur le privé. Le privé algérien, c'est bien le trabendo, le business, la fraude, l'évasion fiscale, ...il ne joue pas du tout son rôle d'acteur économique .Alors l'état ne peut pas aussi baser son plan de développement sur ces voyous de l'économie .C'est pour cela que ça stagne, mais ça pourri aussi, et le pourrissement commence à sentir très mauvais.
  5. 5. sadek KHEDDACHE • J'ajoute a ce qui a été dit précédemment que même les producteurs privés commencent a subir la concurrence rude des importations de camelotes et de contrefaçons. Bientôt ils baisseront aussi le rideau et deviendront aussi des importateurs en mettant les quelques millions de travailleurs sans Sécurité Sociale a la rue. La rue regorge actuellement de chômeurs, le taux réel est de plus de 45 %. Sur les 9 millions d’employés, il y'a 5 millions chez le privé qui sont précaires et temporaires, et ne sont pas déclarés à la Sécurité Sociale, et dont les postes sont en rotation avec les licenciements et les remplacements permanents. Fairouz BETTAYEB • L'économie est le moteur de fonctionnement et de développement d'un pays ou société. Si un gouvernement n'a aucune stratégie économique, soit par paresse, ou incompétences ou soit par volonté...C'est qu'il a décidé implicitement de son échec... Les pouvoirs publics peuvent ils programmer volontairement leurs échecs ??? Faisons le raisonnement basique d'une ménagère 'sans les grande théorie économiques', qui a une bourse qu'elle doit gérer, elle organisera ses dépenses et les besoins de sa famille selon le contenue de cette bourse, et commencera même a essayer a arrondir ses moyens par des travaux domestiques ou artisanaux qu'elle essayera de revendre . Elle créera une micro activité économique selon ce qu'elle sait faire ....c'est le raisonnement basique de survie humaine....n'est ce pas ??? Comment à l'échelle d'un gouvernement on ne peut pas avoir juste un raisonnement vital ??? C’est un peu tirer par les cheveux...non ??? A moins que si le gouvernement n'est pas maitre de ses décisions et n'est pas souverain...... c'est pourquoi je repose la question qu'elle est notre veritable degré d'indépendance de décision et du choix de la gestion de nos affaires de nos finances et de notre destin ????...on doit connaitre la vérité.... pour pouvoir assoir un raisonnement ou des idées... Pour les entreprises déficitaires elles sont tout simplement entre de mauvaises mains...est ce voulu ??? Suivant une logique managériale il suffit de léguer/vendre/ louer/ou...etc ces boites a des vrais industriels ou entrepreneurs et on verra rapidement leurs transformations ..... Apparemment c'est la volonté politique qui ne suit pas ....est ce voulue aussi ??? Ou peut être on a pas de souveraineté sur ce volet ???? Beaucoup de points doivent être clarifies...... il y’a des chefs de gouvernements qui sont passé par la, pourquoi ne disent ils pas tout simplement la vérité, ou sont ils liés par un contrat de silence ????? Au détriment de leur pays...... et leur conscience et leurs morales....que deviennent elles...et leurs histoires ????
  6. 6. Abdelaziz ZEGGAGH • Bonjour, @Fairouz; j'aime bien ton exemple sur la ménagère, qui se démène pour répondre aux besoins de sa famille, je dis bien de sa famille, avec les moyens du bord, tu as touchée, je crois, à quelque chose de sensible. C'est un problème crucial avec nos gouvernants, cette relation qui lie les enfants à leur maman n'existe pas avec eux, ils sont là à la solde de ceux qui les ont placé, leurs enfants sont à l'abri ailleurs dans les meilleures écoles, leur seul souci est de servir et de se servir en accumulant le maximum de richesse en un laps de temps le plus court. Ils ne sont pas là pour servir le peuple, d'ailleurs ils ne sont même pas ses représentants légitimes, ils sont complètement déconnectés de la réalité du terrain, d'ailleurs ils ne se soucient même pas des préoccupations des citoyens parce qu'ils n'ont pas d'attachement comme celui de la ménagère à ses enfants.. Fairouz BETTAYEB • Donc @Abdelaziz tu rejoins mon opinion que nous sommes surement gouvernes par une entité étrangère, qui a place des gens pour son service, en leur laissant la liberté de se servir, sachant que ce qu'ils prennent est peut être une goutte d'eau de l'océan de nos richesses détournées ???? Qui nous gouverne réellement ??????? Je pense que le président doit y répondre, ou va t il y répondre un jour contraint par les événements ou une crise ou autres ???? Pourquoi attendre des conditions pareilles ???
  7. 7. sadek KHEDDACHE • Vous avez dit : à moins que le gouvernement ne soit pas souverain et maître de ses décisions. Il ne l'est pas .C'est le pouvoir occulte qui dirige les affaires du pays. Les ex chefs de gouvernements ont beaucoup parlé sur la gestion opaque et le pouvoir des hommes de l'ombre .Notamment je cite sid ahmed GHOZALI , ahmed BENBITOUR , et bien d'autres .Mais le pouvoir en place adopte actuellement à toutes les critiques ( quoique constructives ), la position : les chiens aboient , la caravane passe; ou encore ; il faut faire et laisser braire. . Un jour un bonhomme du FLN m'avait dit à ce propos : c'est une question de volonté politique .je lui ai répondu, on économise une bonne volonté politique au détriment du bien être social ??? Et il m'a répondu : quel social ???...Ils prennent les algériens pour des moutons de panurge , des bipèdes qui ne savent pas prendre leurs destins en main , ...En Algérie , on gouverne pas , on profite du poste pour s’enrichir et préparer son exil doré , en Algérie , Parler comme nous sommes entrain de le faire , ça veut dire h'na t'nouha ( On est pas opportunistes comme eux ) . sadek KHEDDACHE • J'ajoute qu'on stigmatise uniquement le pouvoir, Pensez vous que ce peuple n'est pas aussi responsable ? Ne mérite-il pas cette dictature et cette misère ??? Fairouz BETTAYEB • @Sadek, le pouvoir occulte ou hommes de l'ombre, qui sont ils, ils ont bien un nom, un visage...pourquoi on ne les identifie pas ??? En Italie la mafia est identifiée par ses parrains qui sont bien connus par tous, en Colombie, Nicaragua, ...en Russie, en Chine ...etc.... partout les maffias et leurs parrains sont connus à l'échelle mondiale..... La maffia algérienne est certainement connue aussi et a l'échelle internationale..... Alors pourquoi continuer a designer ces personnes par hommes de l'ombre ???? Maintenant comment cette mafia a pris la direction du pays ??? Partout ailleurs la mafia peut tourner autour des pouvoirs politiques mais ne peut jamais être le pouvoir même dans les pays les plus opaques en termes de démocratie et de transparence?????
  8. 8. sadek KHEDDACHE • Qui va les identifier ??? vous savez bien qu'est ce qu'un système .Les éléments visibles du système ( Ministres , walis , P-DG des Banques , P- DG des grandes entreprises publiques, DG des douanes , DGSN , Généraux , etc ) ne sont acceptés dans le système que s' ils souscrivent à un cahiers de charges politique informel ( La vraie politique c'est dans les coulisses , dans l'informel ,...) . Et dans les frontières rouges, il y 'a un interdit : " ne pas déranger la mafia ".

×