Innover pour préserver le tissu industriel

574 vues

Publié le

Innover pour préserver le tissu industriel

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
574
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Innover pour préserver le tissu industriel

  1. 1. Innover pour préserver le tissu industriel mardi 3 janvier 2012 Fredj MANSOUR PROMOTEUR DE PERFORMANCE CAEN, France Nous avons les moyens pour développer la croissance et l'emploi grâce à nos bonnes pratiques industrielles,qu'il faudrait enrichir perpétuellement par la préservation et le développement des savoirs faire, être et dire. L'homme créateur de richesse doit être la force d' entrainement de l'innovation industrielle . Fredj MANSOUR , Patrick LAMY , Ahmed Benarab , Anissa Kerkeni , Saad-eddine SEMMAR , MOULFI Benaouda ,Robin JACQUELINE , TANOH JEAN N'GUESSAN , LUCIA STANCULESCU,Belkhir GUELLIL,MICHAEL LECOQ,Mouna El Goul,Mohamed DZIRI,Sidi Boutayeb Gacem,SORAYA MOKRANI,Mohamed larbi Gourari,Anne VIDALENC,Sadek Kheddache , Laouar Souad,Pascal DEVAUX,Sylvain Capelle,Tatiana A.,Catherine MANSOUR, Robin JACQUELINE Chef de groupe Logistique, Robert BOSCH France Etablissement de Mondeville Caen, France Comment faire pour faire adhérer tous les acteurs d'une entreprise, tout niveau hiérarchique confondu. La France semble avoir le potentiel mais les Français sont trop confortablement "cocoonés" dans leurs certitudes d'être les meilleurs et qu'éventuellement ce serait que leur collègue fasse le plus gros du travail pour eux mêmes. Est-il trop tard pour changer les mentalités ?? j'ai pour ma part la sensation que le sens des responsabilités et du savoir bien faire ne fait plus partie de l'état d'esprit des acteurs. Comment réveiller ces hommes et femmes avant qu'il ne soit trop tard ? Cordialement.
  2. 2. Fredj MANSOUR PROMOTEUR DE PERFORMANCE CAEN, France Merci pour votre commentaire sur le management des hommes ,j'ai une réponse à votre interrogation ,mais je préfère que d'autres membres du groupe apporteront leur réponse . dans ce domaine la vérité est un mille feuilles, ensemble nous pourrions peut être trouver un consensus qui pourra vous satisfaire , merci à vous et au plaisir de vous lire. Mohamed GHODHBANI QA/QC Engineer / API 510 Pressure Vessels Inspector - OMV Tunisia Tunisie Personnellement je vois que l'innovation est fortement liée à deux acteurs ; les dirigeants des entreprises et le personnel de tous ses niveaux et catégories. En fait, l'innovation est un choix stratégique des meilleurs dirigeants et chefs d'entreprises qui sont conscients que le marché de nos jours est un marché dynamique et que la vie de l'entreprise n'est plus liée à un service ou un bien répondant aux normes en vigueur mais plutôt d'être un bien différent et compétitif en termes de valeur ajoutée technique pour le fameux client. Pour agir sur cet axe d'amélioration, il faut que les dirigeant des entreprises ou les entrepreneurs des projets innovants investissent pour la recherche et le développement (un exemple de l'entreprise NOKIA qui a un budget de plus de 35% alloué pour le R&D). Avec des séminaires et des présentations des stratégies des grandes entreprises (en termes d'innovation), les dirigeants seront plus conscients d'investir au sein de leurs entreprises et peut être aller encore loin pour financer des projets de recherche aux universités et écoles d'ingénieurs. Le deuxième acteur de l'innovation, c'est la ressource humaine de cette innovation ; ingénieurs, techniciens et
  3. 3. ouvriers qui doivent avoir l'esprit créatif et positif dans le sens d'accepter que le travail pour innover est un travail utile et rentable ce qui est très difficile, il est préférable de créer des contacts professionnels, des formations et des forums de discussions pour avoir une culture de développement et pour critiquer nous mêmes afin de "bouger" et créer . Dans la majorité des cas, il faut agir sur la motivation de cet acteur pour l'encourager et le supporter afin de réussir et d'accepter le cas d'échec afin de pouvoir évaluer la situation et relancer l'innovation. Merci pour le choix du sujet, J'attends vos commentaires. Fredj MANSOUR PROMOTEUR DE PERFORMANCE CAEN, France Bonjour Monsieur Ghodbani, Je vous remercie pour votre riche commentaire ,je laisse le soin au membre du groupe d'échanger avec vous,je vous souhaite une excellente journée et au plaisir de vous relire . très cordialement F.Mansour LIONEL COOLEN Chef de département non alimentaire, Intermarche VANNES, France Une piste de travail : la culture d'entreprise, l' amour du maillot. Il y'a quelque temps, lors de rencontres tant professionnelles que privées, les gens étaient fiers de travailler dans
  4. 4. leur société. Aujourd'hui ces valeurs disparaissent quotidiennement. Nous en sommes tous responsable. Des pistes restent à explorer pour retrouver cette fierté ! Guillaume LEDUC Chargé d'Applications Industrielles, Marie Frais / Groupe LDC / Sablé-sur-Sarthe Sablé-sur-Sarthe, France Je suis tout à fait en accord avec la piste de travail sur la culture d'entreprise de Monsieur Coolen. J'ai eu la chance jusqu'à présent de travailler au sein de société à marque forte et ceci est extrèmement fédérateur. Les gens sont généralement fiers de participer à l'élaboration de produits reconnus par le public. Des pistes pour fédérer nos équipes : - Les groupes de travail impliquant des cadres et des salariés avec un appui visible de la direction. Chose essentiel : l'animateur du groupe doit faire en sorte que le résultat soit visible de tous. - L'innovation est également essentielle. Il faut montrer à nos équipes, à nos clients et à nos concurrents que l'on apporte de la nouveauté sur notre marché. - L'écoute : toutes les remarques doivent être prise en compte et l'on se doit d'apporter une réponse argumentée. C'est certainement ce qui est le plus dur car on est souvent " la tête dans le guidon" - La reconnaissance du travail des autres. Cela ne coûte rien de remercier et de féliciter mais trop souvent, les gens ne prennent pas le temps de le faire. La performance de nos équipes doit être reconnue à sa juste valeur. - La compétition : nous sommes nombreux à avoir cette esprit de compétition et les performances de nos concurrents nous permettent souvent de nous dépasser. J'espère avoir donné quelques idées intéressantes pour nous faire avancer.
  5. 5. Mohamed larbi Gourari cadre supérieur retraité oran, Algérie L'innovation vient dans une situation, un acquis bien cerné, bien constaté... après un constat. On Innove par rapport a ce qui existe. Question peut on voir l’Innovation comme simple Philosophie? Nous parlons d'activité économique, d'Entreprises donc d'un solide notion d’intérêts (intellectuel, matériels, stratégique etc...). Alors là l’intérêt va devenir le catalyseur et donc la nécessité de l’innovation. Tout ceci est très simple a dire, très simple a prévoir et même a mettre sur un "programme" avec a la clé une entreprise performante c'est a dire qui a connue son Innovation a base d'Intelligence Industrielle. Notre ami Robert dit qu'en France il y a une espèce de résistance qui fait que l’Innovation va être une espèce d'utopie. Il y a une très belle théorie dite "les paradigmes", que je vais présenter et qui indique que si l'on ne vise pas le changement..d'autres le feront a notre place et...on disparait tout simplement, de là l'Innovation va devenir une question de vie ou de mort. Cher Monsieur il n'y a pas qu'en France ou la classe dirigeante se considère comme infaillible...les meilleurs. Si vous pouvez voir le cas chez nous, en Algérie, vous verrez que l'on bat des records d'autosuffisance. Vous posez une bonne question: peut on faire changer les mentalités? On ne changera pas pour le plaisir mais ça sera la nécessite de le faire qui va "booster" notre imaginaire: LE PARADIGME. Notre ami Mr GHODBANI parle d'une espèce de symbiose entre Dirigeants, cadres, maitrise et exécution, qui aura a provoqué, a permettre et d'avoir l'innovation. Je répond par une question: Peut on espérer, postuler a l’Innovation si l'on persiste a resté TAYLORIEN dans notre vision de l'entreprise et de son mode d'organisation?. Pour rappel, simplement, le TAYLORISME c'est la "nécessite" d'avoir des chefs et il n'est jamais permis aux subalternes de "REFLECHIR". Or Innover c'est avant tout, de là (je pense) qu'il est impossible d'avoir la "transcendance" ou l'INNOVATION si on a une stratification du pouvoir au sein de l'entreprise. Conclusions: L'innovation est ce une nécessité? OUI sinon on disparait L'innovation est ce un accessoire? NON, c'est effectivement une culture d'entreprise a enseigné L' innovation
  6. 6. Fredj MANSOUR PROMOTEUR DE PERFORMANCE CAEN, France Bonjour Monsieur Gourari Quoi dire sur votre commentaire sans être ridicule et je ne suis pas vacciné contre. Je vous exprime toute ma reconnaissance pour la Qualité de votre plume . Je vous souhaite une excellente journée et au plaisir de vous relire . Fredj MANSOUR PROMOTEUR DE PERFORMANCE CAEN, France CLIMAT SOCIAL DANS L'ENTREPRISE Produire des biens en Qualité, Délai et coût concurrentiel et rentable. Cela exige un bon climat social dans l'entreprise pour stimuler le personnel à s'investir dans le concept de l'amélioration continue. Le climat social est une résultante d’un ensemble de facteurs : Les rapports homme/entreprise, Les rapports homme/chaine de commandement,
  7. 7. Les rapports homme/équipe de travail, Les rapports homme /vision et valeurs de l’entreprise, Tous ces rapports qui constituent le corps social de l’entreprise Doivent être entretenus, enrichis et développés durablement. Dans le cadre de notre groupe de production d’idées, je vous Sollicite à contribuer par vos remarques, suggestions, et axes D’améliorations à nourrir l’intelligence collective au service De la compétitivité des entreprises. Je vous remercie et au plaisir de vous lire. Très cordialement . F.Mansour Mohamed GHODHBANI QA/QC Engineer / API 510 Pressure Vessels Inspector - OMV Tunisia Tunisie Je croix qu'un bon climat social ne peut avoir lieu que s'il y a un équilibre social entre les différents organes de l'entreprise : la direction, la RH, le personnel et le syndicat. En fait, la direction doit avoir une stratégie claire et motivante et elle doit veiller à assurer un sens d'évolution de tout son personnel. En plus, la RH doit penser à une meilleure gestion des ressources humaines à travers l'écoute des problèmes de tout le personnel de l'entreprise, veiller à assurer les formations nécessaires et facultatives et assurer le bon encadrement des nouveaux recrutés
  8. 8. qui sont le futur de la société. En outre, la discipline du personnel et son respect pour les engagements de sa société (qualité de produit, qualité de service, délai,...) sont primordiales pour mettre en application l'amélioration continue. En dernier lieu, le syndicat doit jouer le rôle d'un coordinateur social entre les 3 autres parties et avoir une responsabilité d'un leader social qui vise le meilleur climat social et ne pas jouer des rôles politiques pour des objectifs restreints pour les intérêts d'une partie sociale sur une autre. De nos jours, on passe la majorité de notre temps dans notre entreprise, il faut qu'on soit à l'aise pour assurer un meilleur rendement et il faut avoir l'esprit de travailler en famille professionnelle et qu'on travaille et on gagne pour nous mêmes. On ne peut avoir cette famille et ce climat idéal que s'il y a un une bonne ambiance et une meilleure coopération entre les dites parties. Fredj MANSOUR PROMOTEUR DE PERFORMANCE CAEN, France Bonsoir Monsieur ghodbani, Je partage votre analyse et vos propositions d'actions pour améliorer le climat social levier de la compétitivité des organismes publics et privés . En effet un organisme producteur de biens matériels ou immatériels un corps social composé de plusieurs têtes . il faudrait que toutes les têtes soient orientées dans la mêmes direction le client ou l'usager . Cette synergie pour la recherche de l'excellence afin servir le client en qualité , délai , coût relève de la responsabilité de la direction et de l'encadrement Tout système a besoin d'une force entrainement pour produire les résultats attendus .
  9. 9. Fredj MANSOUR PROMOTEUR DE PERFORMANCE CAEN, France Cliquer sur le lien pour lire l'article :Journée internationale de l'excellence le 11/11/11 à Tunis LA REVUE DE L'ENTREPRISE - Tunisie www.larevuedelentreprise.com Sadek Kheddache CONSULTANT EN MANAGEMENT ,INNOVATION ET STRATÉGIES DE DEVELOPPEMENT Algérie J’ai relu les interventions et je pense qu’il faut apporter un éclairage à ce sujet intéressant et même vital compte tenu de la célérité des progrès technologiques dans tous les domaines. Innover pour maintenir en vie un tissu industriel c’est depuis longtemps le crédo de plusieurs multinationales. Jamais de l’existence de l’homme depuis Adam, il n’y a eu un aussi grand boom des inventions et des innovations que durant ce dernier siècle. Et ça va encore plus vite, bientôt la voiture aérodynamique, genre Bruce Willis dans « le cinquième élément » ou des Iron Man. L'innovation industrielle est un sport cérébral sur une idée de nouveauté qui permet de la développer jusqu'à la façonner en projet .Elle n’est pas propre ou exclusive à l’entreprise économique, elle est dans la dynamique sociétale et civilisationnelle , et même dans un cercle familial. En un mot elle peut provenir de partout. Une géniale innovation peut provenir d’un indien, d’un africain, ou d’un Américain d’une strate sociale aristocratique .Au préalable elle germe en tant qu’idée , mais en entreprise , elle peut être vite discutée , analysée par plusieurs cerveaux , confrontée à des critiques de faisabilité , puis décidée en projet .l'innovation en entreprise est généralement engendrée et stimulée par la performance des concurrents et la perte de compétitivité sur le marché ou encore la satisfaction d’un besoin latent. La décision de l'engager au niveau de l'entreprise se concerte généralement au niveau du top management .Cette décision justement est très technique, complexe, et stratégique. Il faut pour cela un brainstorming au niveau de l'entreprise et une mobilisation de moyens humains et financiers pour la réaliser .il s’agit bien d’une nouveauté, exemple : TV numérique, téléphone portable .Innover, c’est concevoir un objet technique qui n’existe pas. Elle peut être de rupture totale avec les procédés technologiques ou de produit dans ses caractéristiques, comme elle peut être incrémentale et là c'est l'intervention au niveau interne de l’entreprise pour améliorer l’existant . C'est à partir de ce moment, après la prise de décision d’innover, que les stratégies d'implication de tous les hommes de
  10. 10. l'entreprise dans le projet d’innovation commencent. C’est vrai que tous les hommes de l’entreprise, du laboratoire ou d’une organisation, auraient ou auront à participer dans le projet mais à des degrés d’implication différents .Il faut savoir que l’innovation n’est pas l’invention , qu’elle ne se limite pas à l’innovation technologique , qu’elle n’est pas la recherche et développement (R&D) et qu’elle n’est pas une mise à niveau de compétitivité car il n’ y a pas de référentiel . Maintenant puisque notre sujet est celui de d’échanger les idées pour « innover » même en matière de stimulation de l’innovation en entreprise, afin qu’on puisse préserver l’outil de production et le développer , je pense qu’il faut réorienter le débat sur les moyens , les méthodes , les systèmes de motivation des hommes pour les amener à réfléchir sur des innovations . Comment pousser partout les hommes à avoir de la prolifération d’idées géniales, à développer, à projeter, à breveter et à concrétiser ? Fredj MANSOUR PROMOTEUR DE PERFORMANCE CAEN, France Bonjour Monsieur Kheddache, Je vous remercie pour votre excellente contribution à l’enrichissement de l'échange au sein de ce groupe de production d'idées Très Cordialement . F.Mansour
  11. 11. Anne VIDALENC CONSEIL & FORMATION RH, formation, GPEC, amélioration système de management, ORLEANS / CAEN, France @LIONEL COOLEN Je suis tout à fait en accord avec vous ? Il semble que je partage cette imagerie mythique. Sommes-nous pour autant dans le juste ? C'est peut-être parce que je n'y étais pas, et que c'était mieux avant ? ou ailleurs ? A celà prêt qu'au temps mémorable dont vous parlez, l'entreprise croyait souvent en retour en ses hommes pour longtemps et plus récemment arrivait à le leur induire, il n'y avait peut être pas la redondance de preuves du contraire ni une ultra médiatisation des plantages catastrophiques ? A mon humble avis, il ne suffit pas de concevoir des systèmes de management et de structuration des circuits d'information, l'efficience de ces systèmes réside dans l'intention de leur genèse et dans leurs objectifs, ils ne sont que des outils que nous orientons. Aussi, recueillir des données pour les stocker seulement, prendre des avis des subalternes pour le principe de l'avoir fait et n'en tenir compte qu'à l'occasion rare qui sera soulignée pour en stigmatiser l'exceptionnelle, prôner la gestion participatives pour que les petits chefs mangent à la place des grands, tout cela, c'est abêtir celui qui travaille, le saturer et lui confirmer qu'il ferait bien si ce n'est de rester, de devenir idiot et non concerné sauf par l'heure de passage à la cantine. Nous oublions souvent la grande intelligence du moindre individu, sous prétexte par exemple qu'il ne parle pas le même langage ou qu'il le parle avec une autre langue. Peut être est-il temps d'échanger plutôt que de communiquer, de prendre en compte les points de vue sans se sentir houspillé par la contredite et d'en extraire la richesse pour la porter aux summum. Ensuite, on peut éduquer l'autre à son langage. D'où l'importance de la formation continue ( qui permet aussi de laisser chacun souffler pour prendre le temps d'évoluer le bec ors de l'eau). @Mohamed Ghodbani personnellement, je ne vois pas le problème avec les chefs, avec le taylorisme, plus ! @Guillaume LEDUC On ne peut qu'adhérer à vos principes. Sans l'intention réelle et une vigilance du quotidien, sans la profondeur et la rigueur intérieure des individus qui les portent, ils deviennent l'insulte outrancière : féliciter devient infantiliser et "faire de la lèche", faire ensemble devient faire le travail du chef mieux rémunéré et causer au lieu d'agir, la compétition du groupe devient la concurrence malsaine dans le groupe, etc... Tout cela tient finalement en l'individu ? C'est une lourde tâche que de choisir ses collaborateurs, la culture d'entreprise ne tombe pas du ciel, elle se fonde sur les mentalités de tous ses membres et c'est la Direction qui se porte garante de la direction donnée.
  12. 12. commentaires un peu en vrac, merci de bien vouloir trir le grain de l'ivraie, Fredj MANSOUR PROMOTEUR DE PERFORMANCE CAEN, France Les outils de l'intelligence industrielle , Il y a quelques années ,nous avons eu besoin de compétences pour régler les machines ,les opérateurs n'étaient pas formé à corriger les processus . Aujourd'hui les opérateurs ont acquit l'autonomie de pilotage des machines donc nous avons besoin de compétences pour régler les problèmes sur toutes la chaîne des valeurs . Parmi les outils indispensables à l'amélioration de la compétitivité des entreprises ,je peux cité à titre indicatif : Hoschin des flux , Hoschin conception, TPM, Lean, R&D, Six-Sigma Méthode 8 D MSP , AMDEC , HAZOP, HACCP, Analyse de la valeur et Analyse fonctionnelle , Poka Yoké, JAT, Les 7 outils Nouveaux ...

×