Histoire. Partie 1 :
L’Europe et le monde au
e siècle
XVIII
Olaudah Equiano est né vers 1745 au Biafra (Nigéria
actuel). Vers 10 ans, il est capturé avec sa sœur par
des membres d'un...
Il s’agit du plan exact d’un navire existant, le Brooks, construit à
Liverpool en 1781, qui effectue la traite entre la Cô...
Il n’y a pas de travail plus rude que celui d’une plantation de canne
à sucre. Les esclaves qui y travaillent le font dix-...
Quoique que je ne sois pas de la même couleur que vous, je vous
ai toujours regardé comme mes frères. La nature vous a for...
Quoique que je ne sois pas de la même couleur que vous, je vous
ai toujours regardé comme mes frères. La nature vous a for...
02 les traites négrières et l'esclavage
02 les traites négrières et l'esclavage
02 les traites négrières et l'esclavage
02 les traites négrières et l'esclavage
02 les traites négrières et l'esclavage
02 les traites négrières et l'esclavage
02 les traites négrières et l'esclavage
02 les traites négrières et l'esclavage
02 les traites négrières et l'esclavage
02 les traites négrières et l'esclavage
02 les traites négrières et l'esclavage
02 les traites négrières et l'esclavage
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

02 les traites négrières et l'esclavage

514 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
514
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
74
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

02 les traites négrières et l'esclavage

  1. 1. Histoire. Partie 1 : L’Europe et le monde au e siècle XVIII
  2. 2. Olaudah Equiano est né vers 1745 au Biafra (Nigéria actuel). Vers 10 ans, il est capturé avec sa sœur par des membres d'une tribu rivale. Il est détenu en Afrique de l’ouest pendant sept mois puis vendu à des négriers britanniques, qui le transportent à La Barbade puis en Virginie. Après avoir été au service d’un officier de marine britannique qui le baptise du nom de Gustave Vasa, il est vendu à un négociant de Philadelphie qui lui permet d’acheter sa liberté en 1766. Installé à Londres de 1783 jusqu'à sa mort en 1797, il écrit ses mémoires, qui connaissent un grand succès. Il fût l’un des opposants à la Traite des Noirs les plus actifs.
  3. 3. Il s’agit du plan exact d’un navire existant, le Brooks, construit à Liverpool en 1781, qui effectue la traite entre la Côte de l’Or et les Antilles. 454 noirs sont représentés ici ; le nombre est conforme aux directives du Dolben’s Act de 1788, qui réglemente en Angleterre le nombre maximum de captifs à embarquer, en fonction du tonnage du navire. Mais à l’époque, le Brooks est déjà connu pour avoir convoyé plus de 600 captifs par traversée. Les hommes sont parqués de la proue jusqu’au centre, les femmes, dans le dernier tiers, et les enfants enfin, à la poupe. Tous ont les mains attachées, de plus les hommes sont enferrés aux chevilles deux par deux. Plans et coupes rendent compte précisément de l’espace minimal individuel, sur les deux ponts et les deux entreponts. Entre deux planches, la hauteur de 83 cm permettait à un homme petit de s’asseoir et à un grand de se tenir sur les coudes. Mais la largeur allouée à chacun, entre 40 et 43 cm, obligeait la plupart à se tenir sur le côté, plutôt que sur le dos comme le montrent les plans. En cette fin du XVIIIe siècle, Liverpool édifie sa puissance commerciale sur la traite négrière ; il arme 130 navires négriers par an, une activité de traite bien supérieure à celle de Nantes, principal port négrier français, qui y expédie 46 navires en 1789.
  4. 4. Il n’y a pas de travail plus rude que celui d’une plantation de canne à sucre. Les esclaves qui y travaillent le font dix-huit heures par jour. On fait lever les nègres environ une demi-heure avant le jour, c’est-à-dire sur les cinq heures du matin. Certains travaillent dans les champs de canne à sucre, d’autres au moulin de la sucrerie. D’après J.-B. LABAT, Nouveau voyage aux Îles de l’Amérique, 1722
  5. 5. Quoique que je ne sois pas de la même couleur que vous, je vous ai toujours regardé comme mes frères. La nature vous a formés pour avoir le même esprit, la même raison, les mêmes vertus que les blancs. Je ne parle ici que de ceux d'Europe ; car pour les Blancs des Colonies, je ne vous fais pas l'injure de les comparer à vous ; je sais combien de fois votre fidélité, votre probité, votre courage ont fait rougir vos maîtres. Si on allait chercher un homme dans les îles de l'Amérique, ce ne serait point parmi les gens de chaire blanche qu'on le trouverait. CONDORCET, Réflexions sur l’esclavage des Nègres, publié sous un pseudonyme en 1781
  6. 6. Quoique que je ne sois pas de la même couleur que vous, je vous ai toujours regardé comme mes frères. La nature vous a formés pour avoir le même esprit, la même raison, les mêmes vertus que les blancs. Je ne parle ici que de ceux d'Europe ; car pour les Blancs des Colonies, je ne vous fais pas l'injure de les comparer à vous ; je sais combien de fois votre fidélité, votre probité, votre courage ont fait rougir vos maîtres. Si on allait chercher un homme dans les îles de l'Amérique, ce ne serait point parmi les gens de chaire blanche qu'on le trouverait. CONDORCET, Réflexions sur l’esclavage des Nègres, publié sous un pseudonyme en 1781

×