Le développement durable

428 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
428
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
93
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le développement durable

  1. 1. Si le projet d’Eco-Vallée dans la Plaine du Var a reçu le label « opération d’intérêt national », c’est surtout pour l'étendue de son ambition dont l'impact concerne le niveau national. Rares sont les initiatives de développement d’un territoire dont la vision soit aussi « grand angle ». Economie et emploi, écologie, aménagement et transport, logement et vie quotidienne : dans toutes ces dimensions, l’Eco-Vallée compte apporter des réponses efficaces et originales. Parce que la vie de chacun se compose de multiples facettes - le travail et le logement, le sport et la culture, la vie de famille et la vie sociale…-, les enjeux sont forcément multiples. Imaginer un autre mode d'aménagement et de développement, tel est le défi de l’opération Eco-Vallée. Certes, il ne s’agit pas d’une ville nouvelle implantée sur un terrain vierge : l’opération doit s’adapter à un territoire existant, à son histoire, aux forces et aux faiblesses de son développement passé. Le projet a toutefois l’ambition de redonner à la plaine du Var son harmonie, sa cohérence, tout comme renforcer sa richesse naturelle et humaine. Source : http://www.ecovallee-plaineduvar.fr
  2. 2. Son isolation sera renforcée pour empêcher toute déperdition. Problème : le bâtiment doit être fait en verre, tout comme ceux du quartier des affaires de l'Arénas. Pas vraiment adapté au chaud climat méditerranéen ! Le promoteur devra donc avoir recours à de nouveaux produits verriers : du verre sérigraphié avec des inclusions pour éviter l'effet de loupe. « Pour parfaire le tout, les parois seront doublées en façade selon le système du double vitrage », souligne Alain Philip, adjoint au maire en charge de l'urbanisme. D'autre part, des panneaux solaires tapisseront le toit pour la production d'eau chaude mais aussi pour produire de l'électricité qui sera ensuite revendue à EDF : « Ces capteurs seront installés dès l'origine et donc parfaitement intégrés à l'architecture ». Philippe FIAMMETTI, Nice-Matin, mars 2009
  3. 3. - bureaux haut de gamme Montel 10 000m², - bureaux milieu de gamme Borel 10 000m², - locaux mixtes Infinitis 6 000m², - locaux d’enseignement et recherche Appell 2 500m². - commerces-services en RdC 1 800m², - logements en accession Les Blavet, Cailletier, Nostral 10 000m² , - logements locatifs Le Rolle 1 000m², - logements locatifs Le Cinsault 3 000m², - résidence étudiante La Folle Noire 1 000m²
  4. 4. Selon une étude CCI-BMJ Ratings, les émissions d’un centre commercial périphérique peuvent être 2 à 3,5 fois supérieures à celles d’un centre commercial situé en ville avec une mixité de logements et desservi par les transports en commun. Les Echos, 10.01.2010
  5. 5. L’agriculture a-t-elle encore un avenir dans la plaine du Var ? Les exploitants agricoles espèrent une réponse des pouvoirs publics… en attendant, la sinistrose pousse comme le chiendent. Dans la plaine du Var, on s’inquiète. La fameuse opération d’intérêt national (OIN) laissera-t-elle une place à l’agriculture ? Michel Dessus se fait le porte-parole d’une profession menacée : « Honnêtement, tout cela me fait peur. Cette OIN ressemble à une grosse machine bien lancée, qui va finir par nous manger ». Président de la chambre d’agriculture du 06, ce professionnel reconnaît que « 40% des exploitants de la plaine du Var n’attendent qu’une chose : le déclassement de leur propriété en zone agricole, pour vendre et mettre un terme à leur activité ». Mais le reste (la majorité) entend bien continuer à vivre de la terre. La terre, voilà l’enjeu. Dans un département où le foncier disponible devient (très) rare, la plaine du Var fait figure de dernier espace libre. […] « Nous craignons vraiment qu’au final moins de 250 hectares ne soient attribués à l’agriculture dans le cadre de l’OIN, et sur des terrains escarpés » déplore Michel Dessus. « Or, en dessous de 200 hectares cultivés, l’activité devient inutile, et notre agriculture disparaîtra ». Jacques BELLEDONNE, www.letuyo.info, 6 mars 2009
  6. 6. + Création d’activités + Attractivité de Nice – Sort de l’agriculture ? + Création d’emplois + Meilleurs logements + Cadre de vie plus agréable – forte concurrence spatiale + Recherche d’économies d’eau + Recherches d’économies d’énergie – Question des transports non réglée pour l’instant – Crues du Var ?

×