Histoire. Partie 2 :
Guerres mondiales et régimes
totalitaires (1914-1945)
• Thème 1. La Première Guerre mondiale :
vers u...
Le 28 juin 1914, l’archiduc François-
Ferdinand et son épouse sont assassinés à
Sarajevo par Gavrilo Princip, jeune
Bosnia...
Nous sommes maigres et affamés. Notre
nourriture est si mauvaise que nous en tombons
malades. On devrait montrer aux gens ...
L’approvisionnement du marché du boulevard Auguste -
Blanqui est inférieur à la moyenne. La pomme de terre
manque totaleme...
« Leur artillerie lourde est comme eux, elle n'est que
bluff. Leurs projectiles ont très peu d'efficacité... et tous
les é...
Vendredi 5, samedi 6 [mars 1915] : Depuis lundi, les Allemands
réquisitionnent toutes les matières premières [...]. A part...
Les Arméniens, qui
forment une race de
l’Empire ottoman, ont
adopté des idées perfides
qui troublent l’ordre
public. Ils o...
Le 23 février, c’était la « journée internationale des femmes ». Le
lendemain, le mouvement, loin de s’apaiser, est en rec...
Lénine
Dans la nuit du 24 au 25 octobre 1917, les
bolcheviks, dirigés par Lénine et Trotski, prennent
le pouvoir par un co...
Lénine
Le gouvernement ouvrier et paysan crée par
la révolution des 24 et 25 octobres propose à
tous les peuples belligéra...
Ces gens là [le nouveau gouvernement] veulent sauver la
propriété bourgeoise, l’exploitation capitaliste. C’est pour cela
...
L’Allemagne perd 15% de son territoire et
10% de sa population. Elle reconnaît sa
responsabilité dans le déclenchement de
...
Partout en Europe les
affaires se compliquent et le
feu couve. […] Je ne parle ni
du conflit serbo-roumain, ni
de celui de...
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Première guerre mondiale
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Première guerre mondiale

314 vues

Publié le

La première guerre mondiale

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
314
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
60
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Première guerre mondiale

  1. 1. Histoire. Partie 2 : Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) • Thème 1. La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)
  2. 2. Le 28 juin 1914, l’archiduc François- Ferdinand et son épouse sont assassinés à Sarajevo par Gavrilo Princip, jeune Bosniaque soutenu par la « Main noire », société secrète nationaliste serbe. La mort d’un prince héritier est vue par les dirigeants autrichiens comme l’occasion d’en finir une bonne fois pour toute avec la menace serbe. L’Autriche-Hongrie adresse un ultimatum inacceptable à la Serbie. Le refus serbe conduit à la mobilisation autrichienne, puis à la déclaration de guerre à la Serbie, le 28 juillet 1914. Par un effet d’engrenage, la Russie lance la mobilisation générale pour soutenir la Serbie, entraînant la déclaration de guerre de l’Allemagne à la Russie le 1er août, et son invasion de la Belgique le lendemain, avant la déclaration de guerre à la France, le 3 août. Le 4 août, le Royaume-Uni, déclare la guerre à l’Allemagne. D’après A. LOEZ, La Grande Guerre, La Découverte, 2010
  3. 3. Nous sommes maigres et affamés. Notre nourriture est si mauvaise que nous en tombons malades. On devrait montrer aux gens de l’arrière ces figures terreuses, jaunes, misérables et résignées. […] Tjaden regrette que nous ayons gaspillé pour les rats les tranches de pain qu’ils avaient mordues. Nous aurions dû les conserver. Maintenant personne ne les refuserait. L’eau nous manque aussi, mais nous en souffrons moins. Vers le matin lorsqu’il fait encore sombre, voici que par l’entrée de notre abris se précipite une troupe de rats fugitifs, qui grimpent partout le long des murs. Tout le monde crie, peste et tape sur eux. Les visages sont crispés, les bras frappent, les bêtes poussent des cris perçants. E. M. REMARQUE, A l’Ouest rien de nouveau, 1928
  4. 4. L’approvisionnement du marché du boulevard Auguste - Blanqui est inférieur à la moyenne. La pomme de terre manque totalement et le poisson est n’offert qu’en très petite quantité. Les ménagères, très nombreuses, se pressent aux étalages des marchands de volailles et de gibier. Certaines se plaignent de la cherté de la vie mais n’en achètent pas moins des poulets de 15 francs ou des lièvres de 25 francs. Au marché de Bercy, boulevard de Reuilly, l’approvisionnement est très réduit.
  5. 5. « Leur artillerie lourde est comme eux, elle n'est que bluff. Leurs projectiles ont très peu d'efficacité... et tous les éclats... vous font simplement des bleus. » Le Matin, 15 septembre 1914 « L'inefficacité des projectiles ennemis est l'objet de tous les commentaires. Les shrapnells éclatent mollement et tombent en pluie inoffensive. Quant aux balles allemandes, elles ne sont pas dangereuses : elles traversent les chairs de part en part sans faire aucune déchirure. » L'Intransigeant, 17 août 1914 « Nos troupes, d'ailleurs, maintenant, se rient de la mitrailleuse (...) On n'y fait plus attention. » Le Petit Parisien, 11 octobre 1914
  6. 6. Vendredi 5, samedi 6 [mars 1915] : Depuis lundi, les Allemands réquisitionnent toutes les matières premières [...]. A partir de lundi prochain, nous seront rationnés pour la viande [...]. Pour punir les Lillois d’avoir crié « Vive la France » le 4 mars [...], les Allemands nous obligent à payer une amende de 500 000 francs et la circulation est interdite après 5 heures du soir. 22 [septembre 1915] : Quatre Lillois ont été fusillés [...]. Ce sont Camille Jacquet, marchand de vins en gros pour avoir caché l’aviateur anglais, [...] un sous-lieutenant Deconninck ; un voyageur de commerce Maretens qui avait seulement prêté des vêtements civils aux territoriaux. Sylvère Verhulst le passeur d’Anvers qui faisait traverser l’Escaut à ces mêmes soldats. 16 [janvier 1916] : Les Anglais bombardent Lille de 10 heures du soir à 4 heures du matin. [...] Nous avons une vie fort triste, nous sommes à la merci d’un bombardement, des explosions, des maladies contagieuses. Nous sommes abrutis par la canonnade [...] ; les vivres sont de plus en plus rares et de plus en plus chers.« Journal de M. DEGRUTÈRE, cité dans A. BECKER, Journaux de combattants et civils de la France du Nord dans la Grande Guerre, Paris, 1998
  7. 7. Les Arméniens, qui forment une race de l’Empire ottoman, ont adopté des idées perfides qui troublent l’ordre public. Ils ont provoqué des conflits sanglants. Ils ont osé se joindre à la Russie, et aux ennemis en guerre avec notre Empire. Notre gouvernement se voit forcé de prendre des mesures extraordinaires. Affiche placardée par le gouvernement ottoman, 1915 Il s’agissait pour le ministre de l’Intérieur ottoman, Talat Pacha, de faire de l’Anatolie un espace homogène sur le plan ethnique et donc d’en chasser les Arméniens. Ils devaient être déportés vers les déserts de Mésopotamie. Mais déporter une population entière vers une région inhospitalière, c’est déjà organiser sa disparition. A quoi il convient d’ajouter les conditions inhumaines du transfert, les violences, les massacres locaux Entretien avec F. GEORGEON, Les Collections de l’Histoire, 2009
  8. 8. Le 23 février, c’était la « journée internationale des femmes ». Le lendemain, le mouvement, loin de s’apaiser, est en recrudescence : la moitié des ouvriers industriels de Petrograd font grève le 24 février. Le mot d’ordre « Du pain » est écarté ou couvert par d’autres formules : « A bas l’autocratie » et « A bas la guerre ». Le 25, la grève prend une nouvelle ampleur : il se produit des conflits avec la police. Le 26, les soldats ont reçu l’ordre rigoureux de tirer. « Tirez sur l’ennemi », commande la monarchie. « Ne tirez pas sur vos frères et vos sœurs! », crient les ouvriers. « Marchez avec nous! » Le 27, l’un après l’autre, dès le matin, avant de sortir des casernes, les bataillons de réserve de la Garde se mutinent. Vers midi, Petrograd est devenu un champ de bataille. D’après L. TROTSKI, Histoire de la révolution russe, Le Seuil, 1950
  9. 9. Lénine Dans la nuit du 24 au 25 octobre 1917, les bolcheviks, dirigés par Lénine et Trotski, prennent le pouvoir par un coup d’Etat. Les principales opérations commencèrent vers deux heures du matin. L’on occupa les gares, la centrale d’électricité et les entrepôts d’approvisionnement, le pont du Palais d’Hiver. D’après L. TROTSKI, Histoire de la révolution russe, Le Seuil, 1950
  10. 10. Lénine Le gouvernement ouvrier et paysan crée par la révolution des 24 et 25 octobres propose à tous les peuples belligérants et à leurs gouvernements d’entamer des pourparlers immédiats en vue d’une paix juste et démocratique […] dont a soif l’écrasante majorité des classes ouvrières et laborieuses, épuisées, harassées, martyrisées par la guerre. La grande propriété foncière est abolie immédiatement sans aucune indemnité. Les domaines des propriétaires fonciers, ainsi que toutes les terres des nobles, des monastères, de l’Eglise sont mis à disposition des soviets paysans. Décrets signés par le président du Conseil des commissaires du peuple, Vladimir OULIANOV-LÉNINE
  11. 11. Ces gens là [le nouveau gouvernement] veulent sauver la propriété bourgeoise, l’exploitation capitaliste. C’est pour cela que ces messieurs éprouvent à notre égard une telle peur et une telle haine. Car ils savent que nous voulons abolir la propriété privée; que nous voulons briser la domination de la classe bourgeoise; que nous voulons sans relâche faire avancer la révolution dans l’intérêt des travailleurs. R. LUXEMBOURG, Die Rote Fahne, novembre 1918
  12. 12. L’Allemagne perd 15% de son territoire et 10% de sa population. Elle reconnaît sa responsabilité dans le déclenchement de la guerre et doit payer des réparations. Son armée ne peut dépasser 100 000 hommes et les armements modernes lui sont interdits. L’Empire austro-hongrois disparaît. De nouveaux Etats sont crées comme la Tchécoslovaquie. Née de la partition de l’Autriche-Hongrie, la Hongrie perd des territoires au profit de la Tchécoslovaquie. L’Empire ottoman est démembré. Il perd une partie de ses territoires au profit de la Grèce. Ses territoires arabes sont confiés sous mandat à la France (Syrie, Liban) et au Royaume-Uni (Palestine, Transjordanie, Irak, Koweït)
  13. 13. Partout en Europe les affaires se compliquent et le feu couve. […] Je ne parle ni du conflit serbo-roumain, ni de celui des Tchèques et des Polonais, ni de la possibilité d’une intervention des Yougoslaves contre l’Italie et d’autres encore. De quelque côté qu’on se retourne, on ne trouve que des explosifs qui fusent déjà. On peut dire qu’il y a dans l’histoire peu d’exemples d’une conférence de paix ayant aussi bien réussi à déchaîner plus d’appétits et à créer plus de causes de conflits. P. CAMBON, ambassadeur de France à Londres, Lettres, 11 octobre 1919

×