WUNSCH Sara - Mémoire Mayotte

939 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
939
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
72
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

WUNSCH Sara - Mémoire Mayotte

  1. 1. REMERCIEMENTS Je tiens à présenter mes sincères remerciements à toutes les personnes ayant contribué à la rédaction de ce mémoire. A tous ceux et celles qui ont pris de leur temps de répondre à mon questionnaire, aux agences de voyages qui ont bien voulu me recevoir pour me donner des informations, à toutes les personnes privilégiées comme Bertrand Billerey qui ont su m’apporter des réponses et attirer mon attention sur les éléments essentiels. Un grand merci à Bertrand Plas qui a été l’inspiration de ce sujet de mémoire passionnant. Merci à l’ESC pour l’opportunité de faire un mémoire de recherche appliquée qui nous permet de nous instruire et de grandir, tant sur le plan personnel que professionnel. Un grand merci également à notre tuteur et responsable de programme Mr. Luc Florent pour son aide et ses conseils précieux.
  2. 2. 3 AVANT-PROPOS Géographie et histoire de Mayotte : ses liens avec la métropole L’île de Mayotte se situe dans l’hémisphère sud entre l’équateur et le tropique du Capricorne et se trouve dans la partie Ouest de l’océan Indien entre l’Afrique et Madagascar. Elle se tient donc à 8 000 km de la Métropole et à 1 500 km de l’île de la Réunion. D’origine volcanique, elle est la plus ancienne île de l’archipel des Comores. Avec une superficie de 374 km², Mayotte comprend deux îles principales, la Petite-Terre et la Grande-Terre, et plus d’une trentaine d’îlots épars parsemés dans un lagon étendu sur plus de 1 500 km². Les côtes de l’île de Mayotte sont très découpées, on y trouve des baies profondes bordées de mangroves, des caps rocheux et de presqu’îles. C’est ce qui lui donne sa forme particulière qui lui a valu le surnom " d'île hippocampe ". L’hippocampe Mahorais s’élève des profondeurs océaniques pour culminer à 660 m. Son relief est moins accentué que ses sœurs comoriennes du fait de l'érosion et de l'enfoncement de son plateau. Le volcanisme ancien a cependant laissé des traces, notamment un cratère occupé par le lac Dziani en Petite-Terre. L'île principale, Grande-Terre, découpée et pentue, est formée de 6 massifs érodés dont le point culminant est le Mont Bénara (660 m) dans la partie centrale suivie par le mont Choungui dans le sud (594 m). 1 1 Photo : Mont Bénara et Mont Choungui (Source: journaldutreck.com)
  3. 3. 4 L'îlot de Pamandzi et le rocher de Dzaoudzi, reliés par une digue appelée le Boulevard des Crabes, constituent Petite-Terre. Le chef-lieu administratif est situé à Dzaoudzi, mais l'activité économique est concentrée autour de Mamoudzou, en Grande-Terre. Le charme de Mayotte réside dans son lagon corallien, l’un des plus beaux et plus vastes du monde. Il est limité par une barrière de corail longue de plus de 160 km, presque continue, coupée par une dizaine de passes. Le climat, de type " tropical humide " offre une température moyenne annuelle de 25,6°C et alterne deux saisons. D’une part, la saison des pluies, d'octobre à mars, pendant laquelle la mousson venant du nord arrose l'île. Les températures sont élevées et le taux d'humidité très important. D’autre part, d'avril à septembre c’est la saison sèche pendant l'hiver austral. Les alizés venant du sud-est rafraîchissent l'atmosphère, le taux d'humidité est moins important, et la pluie se raréfie.2 En ce qui concerne l’histoire de Mayotte on peut dire qu’elle est riche de croisements entre civilisations. Au XVe siècle, Mayotte servait de point de ravitaillement aux premiers européens. Cette terre de tradition est d’obédience musulmane et de rite sunnite. La religion musulmane, implantée à Mayotte depuis le XVème siècle, occupe une place majeure dans l'organisation de la société. 95 % des Mahorais sont musulmans mais leur pratique de l’islam est modérée. 2 Photo : Boulevard des Crabes (Source: Site MDE Mayotte)
  4. 4. 5 Le 25 avril 1841, pour écarter le danger des attaques extérieures, notamment comoriennes, le sultan d’origine malgache Andriantsouli cède l'île de Mayotte à la France, représentée par le Commandant Passot. Mayotte devient alors protectorat français. L’esclavage est aboli dès 1846. De 1886 à 1892, la France établit son protectorat sur les trois autres îles des Comores, l'archipel étant placé sous l'autorité du gouverneur de Mayotte. La loi du 25 juillet 1912 rattache la colonie de " Mayotte et Dépendances " à la colonie française de Madagascar. A la fin de l’année 1974, Mayotte refuse l’indépendance à 63,8%. Au début de l’année 1976, la population de Mayotte est consultée à nouveau, elle veut rester française à une écrasante majorité. La loi du 22 décembre 1979 réaffirme l’ancrage de Mayotte dans la République française en stipulant que "l'île de Mayotte fait partie de la République française et ne peut cesser d'y appartenir sans le consentement de sa population". Peu après, le référendum statuaire lui apporte le statut de Collectivité Territoriale à caractère départemental. Le 18 avril 2008 une résolution à l'unanimité invita le gouvernement français à transformer la collectivité en DROM : département-région d'outremer. Il appartenait alors au gouvernement de consulter la population Mahoraise sur le processus de départementalisation. Lors de cette consultation, le 29 mars 2009, les électeurs ont approuvé le processus proposé à 95,2 %. C’est ainsi que le 31 mars 2011, Mayotte s’ancre dans la départementalisation en devenant le 101ème département français.
  5. 5. 6 Carte de Mayotte
  6. 6. 7 Contenu REMERCIEMENTS........................................................................................................................... 2 AVANT-PROPOS ............................................................................................................................ 3 Géographie et histoire de Mayotte : ses liens avec la métropole ........................................ 3 Carte de Mayotte .................................................................................................................. 6 INTRODUCTION.............................................................................................................................. 9 I. Mayotte : Environnement global et géopolitique........................................................... 11  Influence des évènements politiques :..................................................................... 12  Les enjeux Economiques :....................................................................................... 14  Phénomènes Socio-culturels : ................................................................................. 17  Développement Technologique : ............................................................................ 20  Contexte Environnemental :.................................................................................... 21  Environnement Légal :............................................................................................ 24 II. Evolution du marché : dessin des perspectives .............................................................. 27 Une demande inégale : Etat des lieux et perspectives ....................................................... 28 Une offre touristique limitée : Etat des lieux et perspectives ............................................ 33  Les transports :........................................................................................................ 33  L’offre hôtelière :..................................................................................................... 38  L’offre touristique : ................................................................................................. 40 La concurrence : Mayotte en tant que département ......................................................... 42 Evolution du marché et développement à long terme....................................................... 43  Perspectives touristiques : aspect général.............................................................. 43  Perspectives touristiques appliquées à Mayotte.................................................... 45  Mise en œuvre des modalités de développement stratégique.............................. 48 III. Perspectives de développement touristique de Mayotte : Suggestions & Recommandations .................................................................................................................. 50 Les tendances du tourisme et comportements des consommateurs ................................ 51 Suggestions & Recommandations....................................................................................... 54 Recommandation N°1 : Créer une image marque pour Mayotte................................... 54 Recommandation N°2 : Assainir l’environnement pour favoriser de développement touristique....................................................................................................................... 59
  7. 7. 8 Recommandation N°3 : Mayotte une destination dynamique....................................... 61 CONCLUSION .............................................................................................................................. 65 LEXIQUE – DEFINITIONS ................................................................................................................ 67 BIBLIOGRAPHIE............................................................................................................................ 69 ANNEXES I : Interview Nouvelles frontières............................................................................... 72 ANNEXES II: Interview Look voyage.......................................................................................... 74 Annexe III : Questionnaire de recherche ................................................................................ 75 Annexe IV : Résultats du sondage........................................................................................... 78 Annexe V : Recherches Internet.............................................................................................. 82
  8. 8. 9 INTRODUCTION Le tourisme pris dans sa dimension internationale est une des activités majeures de l’économie mondiale. Dans les départements et territoires français d'Outre-Mer, le tourisme constitue également un phénomène économique majeur. Du fait de la disparité géographique, historique et culturelle, de la multiplicité des cadres institutionnels et de la diversité des situations, l'outre-mer française, sous d'apparentes similitudes constitue un ensemble très hétérogène. Dans un contexte économique et social actuellement fragile, ces destinations jouissent d'une position géographique et d'atouts naturels exceptionnels insuffisamment mis en valeur. C’est le cas de Mayotte. Cette île surnommée « l’île hippocampe » en raison de ses côtes très découpées et de sa forme atypique jouit de richesses naturelles multiples qui en font une destination touristique potentielle idéale. Voisine de la Réunion et située à 8000 Km de la métropole, Mayotte ne connait malheureusement par le même succès touristique que les autres départements d’Outre-Mer français. Le retard de Mayotte tant au niveau structurel qu’institutionnel a constitué jusqu’à présent un frein pour le développement touristique de l’île. Par ailleurs Mayotte face à des difficultés financières récurrentes se trouve dans une situation économique de dépendance avec la métropole. En tant que nouveau département depuis le 31 mars 2011, de nombreux changements ont gagnés l’île. Cependant, la question du tourisme reste pendante pour Mayotte. Son potentiel d'attractivité est fortement combattu par l'éloignement de son marché principal qui est encore aujourd’hui majoritairement métropolitain. L’île n’a pour l’instant pas encore trouvé un positionnement qui lui permette de se développer et de rivaliser efficacement avec les destinations les plus proches. Une question se pose désormais par rapport à l’avenir de cette île en ^pleine métamorphose : avec la richesse de son patrimoine culturel et environnemental et malgré son retard de développement structurel, quelles sont les perspectives de développement touristique de Mayotte en tant que nouveau département français ?
  9. 9. 10 A présent il s’agit ; d’identifier de quels atouts ce nouveau département dispose en terme de compétitivité, et de déterminer dans quel contexte touristique il évolue. Une analyse approfondie de l’environnement global fait état des lieux des éléments géopolitiques ayant une incidence sur le développement Mahorais. Cela implique une étude des changements liés à la départementalisation de la destination. L’impact de ces changements sur le secteur du tourisme soulève alors de nouvelles questions quant aux perspectives de développement de l’île. Par ailleurs, l’évolution des tendances touristiques de l’offre et de la demande se dessine également en fonction du marché global. Pour mieux les comprendre, l’analyse interne expose dans un premier temps le marché du tourisme à Mayotte tel qu’il est actuellement face aux tendances touristiques à venir. Cela permet ; d’identifier la concurrence, de comprendre quels sont les marchés à saisir, ceux à éviter et quelles sont les possibilités de positionnement. Pour ce jeune département, il s’agit avant tout de créer de la valeur ajoutée pour faire face à la concurrence et faire preuve de compétitivité. Pour finir, il s’agit donc de déterminer les perspectives de développement touristique à Mayotte à court, moyen et long terme. Dans cette optique des modalités de développement stratégique ont déjà mises en place. Il s’agit de les identifiées et de porter un regard critique et constructif sur leur mise en place grâce à l’analyse faite au préalable de tous les éléments incidents. Cette dernière partie consacrée au développement du territoire est ponctuée de suggestions et de recommandations issues d’une réflexion personnelle en vue d’étayer les perspectives de développement touristiques de l’île hippocampe en fonction du potentiel et des ressources disponibles. Il faut bien garder à l’esprit que « le développement touristique doit reposer sur des critères de durabilité, il doit être supportable à long terme sur le plan écologique, viable sur le plan économique et équitable sur le plan éthique et sociable pour les populations locales »3 3 Conférence mondiale du tourisme durable à Lanzarote (28 avril 1995)
  10. 10. 11 I. Mayotte : Environnement global et géopolitique Le tourisme représente actuellement 7 % des entreprises actives de Mayotte. Il concerne à peine 2 % des effectifs salariés. Sur les 1 963 offres d’emplois enregistrées par Pôle emploi au cours de l’année 2011, seulement 76 émanaient du secteur de l’hôtellerie et de la restauration. Cela représente 18 % de moins par rapport à l’année 2010. Pourtant, le tourisme constitue pour Mayotte l’un des secteurs d’activités présentant un grand potentiel de création de valeur ajoutée et d’emploi. La structuration du secteur touristique dépend de l’environnement global. L’ensemble des éléments externes agit de façon plus ou moins prononcée sur la vitesse ainsi que sur les modalités de développement du tourisme à Mayotte. On peut répartir ces éléments d’influence en cinq catégories. Pour ce faire, l’outil marketing PESTEL nous permet une analyse de l’environnement global en étudiant les aspects Politiques, Economiques, Socio-culturels, Technologiques, Environnementaux et Légaux. Evaluer l’environnement géopolitique de cette manière aboutit à la détermination des facteurs d’influence de l’offre et de la demande. L’étude du marché se complète avec l’identification de la concurrence, permettant ainsi l’élaboration progressive de stratégies de développement.
  11. 11. 12  Influence des évènements politiques : Mayotte s’ancre dans la départementalisation le 31 mars 2011 en devenant officiellement le 101ème département français. L’année 2011 est également marquée par de multiples conflits sociaux dont le plus important a été le mouvement contre le coût de la vie, initié le 27 septembre. Pendant 44 jours, l’activité économique mahoraise a été paralysée par des manifestations, des barrages routiers, la fermeture forcée des écoles, des commerces, des banques, des entreprises et de certaines administrations. Ce mouvement social s’est traduit par des fermetures d’entreprises, du chômage partiel et des licenciements massifs. La départementalisation de Mayotte implique différents changements visibles sur un plan national et communal.4 La transformation du statut de Mayotte entraîne au niveau juridique un alignement de son système sur le système français. De même, au niveau réglementaire, Mayotte doit se soumettre au droit commun. Cet alignement implique d’une part de nouveaux droits mais aussi de nouveaux devoirs pour la population mahoraise. De cette façon, les mahorais bénéficient d’une partie du système des prestations sociales comme les allocations familiales, les allocations de rentrée scolaire, l’allocation adulte handicapé, l’allocation d’aide au logement familial. L’inscription de Mayotte dans le droit commun implique également la création d’une identité fiscale dont la mise en place est prévue d’ici le début de l’année 2014. Actuellement, les impôts collectés pour la collectivité comme l’impôt sur le revenu, sur les sociétés et droits de douane seront, dès la mise en place de l’identité fiscale de Mayotte, transférés pour le compte de l’Etat. De manière générale, l’application effective du droit commun suppose la réalisation de nombreux chantiers majeurs dans le système mahorais. Dans un objectif de conformité et d’efficacité, cela implique la réalisation d’un état-civil fiable et exhaustif, la mise à jour du cadastre et la maîtrise de la langue française par l’ensemble des citoyens mahorais, en particulier les enfants scolarisés. 4 Source : rapport 2012 de L’IEDOM: Institut d’Emission des Départements d’Outre-Mer
  12. 12. 13 Les changements au niveau communautaire résident dans une nouvelle transformation statutaire de Mayotte. Dans le droit communautaire, Mayotte possède le statut de Pays et Territoires d'outre- mer (PTOM). En tant que PTOM, l’île de Mayotte bénéficie d’aides communautaires au développement grâce aux Fonds européen de développement (FED) contrairement aux pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (pays ACP). Cependant, au 1er janvier 2014 Mayotte devrait accéder au statut de région ultrapériphérique (RUP) et ainsi bénéficier de fonds européens de développement régional (FEDER5 ) en faveur de son développement socio- économique et environnemental. Les enjeux qui y sont liés sont considérables pour le développement du département compte tenu des spécificités de l’île et des retards structurels à combler. L’acquisition du statut de RUP nécessite au préalable une décision à l’unanimité des 27 Etats membres de l’UE. Depuis 2008, un processus d’information de la Commission Européenne sur l’évolution statutaire de Mayotte et les effets de la départementalisation a été engagé et concrétisé par l’extension progressive du droit commun à Mayotte. Dans l’attente de l’adoption des règlements définitifs de l’Union européenne, Mayotte prépare dès à présent une stratégie de projets identifiant et répondant aux enjeux principaux de l’île. 6 7 5 La signification des différents acronymes utilisés est disponible à la fin du rapport dans la rubrique Lexique 6 Manifestation contre la vie chère à Mamoudzou, Sept. 2011 (Source photo : L’express) 7 Manifestation contre la vie chère à Mamoudzou, Sept. 2011 (Source photo : Mayotte Hebdo)
  13. 13. 14  Les enjeux Economiques : L’économie de Mayotte subit une transformation majeure. On observe une économie de subsistance existant aux côtés d’une économie émergente moderne. Longtemps dominée par les secteurs du BTP8 et du commerce, une évolution des équilibres est constatée au sein du secteur moderne, des services aux entreprises et à la personne, du tourisme et de l’aquaculture qui sont des filières en plein développement. Pourtant, de façon générale, l’économie de l’île est lourdement dépendante de l’aide financière de l’Etat. Ces aides servent particulièrement à soutenir les secteurs de l’administration publique et des services, la construction et travaux publics et les recettes relativement modestes de la pêche, de l’agriculture et de l’élevage. La disponibilité de données économiques récentes à ce sujet reste malheureusement limitée. Le défi auquel Mayotte doit actuellement faire face est celui de la vie chère. Il s’est illustré par la contestation sociale de l’automne 2011. Un article du journal mahorais ; le Malango constate : "les facteurs explicatifs sont nombreux et, pour la plupart d’entre eux, sont inextricablement liés à la condition ultramarine. Les marges de manœuvre dont disposent les pouvoirs publics sont obérées par l’opacité entourant la comparaison des prix et la spécificité du jeu de la concurrence à Mayotte et, plus généralement, dans les DOM".9 Les collectivités territoriales mahoraises présentent une situation budgétaire structurellement dégradée depuis plusieurs années, en raison de l’insuffisance des ressources de fonctionnement et des problèmes permanents de trésorerie. Les recettes du Conseil Général reposent largement sur des ressources douanières ainsi que sur celles des communes. Il faut noter que le Conseil Général de Mayotte est en situation de déficit budgétaire structurel chronique, mais non en déséquilibre budgétaire. Selon l’institut d’émission des départements d’outre-mer, le montant du déficit s’élèverait à 80 millions d’Euros. Alors que les recettes courantes stagnent, les charges de fonctionnement sur la période 2006–2010 ont progressé de 7,5 % par an10 . 8 BTP : Bâtiment et Travaux Publics 9 Passage cité du N°521 du Malango Quotidien, Article écrit par E.T. le 23 juillet 2012. 10 Source : rapport 2012 de L’IEDOM: Institut d’Emission des Départements d’Outre-Mer
  14. 14. 15 11 Contrairement aux autres DOM, Mayotte ne dispose pas de comptes économiques régionaux. Les comptes économiques régionaux mesurent les agrégats économiques tels que la consommation finale, la formation brute de capital fixe, etc. Dans ce contexte, il est donc difficile d’obtenir une mesure fiable et régulière du Produit Intérieur Brut (PIB). Les derniers travaux de l’INSEE ont permis d’estimer le niveau du PIB à 1 374 millions d’euros en 2009 ce qui correspond à une progression de 53 % en valeur entre 2005 et 2009. Cela représente un taux de croissance annuel moyen de 11,2 %, largement supérieur à ceux de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Guyane et de La Réunion dont les taux de croissance annuels moyens sont, sur la même période, 1,6 %, 2,7 %, 6,1 % et 4,7 %12 . 11 Source : rapport 2012 de L’IEDOM: Institut d’Emission des Départements d’Outre-Mer Tableau pris dans la section « changements légaux et fiscaux suite à la départementalisation » 12 Source graphique et recensement : INSEE, ISFP, ISEE, CEROM 11
  15. 15. 16 Avec une population estimée à 210 000 habitants en 2009, le PIB par habitant s’élevait à 6 570 Euros. Il équivaut à un peu plus d’un tiers de celui de la Réunion mais reste cependant cinq fois plus faible que celui de la France métropolitaine. Toutefois, le PIB de Mayotte est plus élevé que celui de l’île Maurice, qui est l’une des économies les plus avancées de la zone. 13 Sur un plan économique plus global, un rapport du Sénat de 2011 souligne l’importance stratégique du secteur du tourisme pour le développement de l'emploi en France14 . Depuis dix ans, la croissance moyenne de l'emploi dans le secteur du tourisme est de l'ordre de 27 000 emplois par an. Peu de secteurs économiques atteignent une telle performance. De plus, le compte satellite du tourisme évalue le nombre des emplois induits à un autre million de personnes : soit un total de 2 millions de personnes qui vivent grâce au tourisme au niveau national français. Les investissements dans le tourisme, évalués à partir de la formation brute de capital fixe (FBCF) de la seule branche hôtels-restaurants, s'élevaient en 2009 à 4 milliards d'Euros, soit 1 % de la FBCF totale de l'économie française. Ces investissements étaient comparables en ordre de grandeur à ceux réalisés la même année par le secteur du bâtiment (4,1 milliards d'Euros). 13 Source graphique: annuaire professionnel de Mayotte 15ème édition 2011/2012 14 Rapport du Sénat, Bécot, Septembre 2011
  16. 16. 17 Ce poids économique est plus que doublé, si l'on rajoute l'investissement en résidences secondaires, soit 4,1 milliards d'Euros en 2007 (dernière année connue), et dans les autres équipements touristiques, soit 1 milliard d'Euros en 200715 . Pour Mayotte le tourisme reste une économie non négligeable. Près de 24 millions d’Euros de dépenses touristiques ont été comptabilisées pour 2011.  Phénomènes Socio-culturels : La population mahoraise est issue d'un métissage entre les populations d'origine bantoue et les différentes vagues d'immigration, principalement malgache. En 10 ans, cette population a connu une croissance de 42% pour atteindre 186 452 habitants en 2007. En 2009, la population est même estimée à 210 000 habitants16 . L’île se caractérise par une très forte densité : 511 habitants au km², faisant de Mayotte la seconde île la plus peuplée du sud-ouest de l’Océan Indien, après l’île Maurice. La population est de plus en plus concentrée autour d'un pôle urbain, Mamoudzou, chef- lieu de l'île qui absorbe plus de 53 000 habitants soit 28% de la population totale.17 Cette croissance démographique élevée s’explique d’une part par la natalité élevée et d’autre part par un fort taux d’immigration, essentiellement clandestine provenant des îles voisines. 15 Paragraphe repris et réécrit depuis le rapport Bécot du Sénat, Septembre 2011 16 Source : INSEE, estimation 2009 17 Source : INSEE, estimation 2007
  17. 17. 18 Un défi démographique qui engendre de nouvelles et nombreuses problématiques, comme le foncier ou l'enseignement. 18 A la rentrée 2011, Mayotte comptait plus de 84600 élèves scolarisés contre 52275 élèves en 2000, soit une augmentation de près de 62% en l’espace de 11 ans. Le système éducatif de Mayotte est confronté à un double défi constitué d’une part, de la forte progression des effectifs scolaires et le manque d’infrastructures qui en découle. D’autre part, les résultats scolaires restent défaillants, en raison de l’environnement socioculturel spécifique et du niveau d’illettrisme important chez les jeunes mahorais19 . Enfin, l’immigration illégale reste très persistante. Les principaux moteurs de l’immigration clandestine sont : la recherche d’une sécurité économique, sociale et sanitaire ainsi que l’espoir d’acquérir la nationalité française. 18 Source INSEE ; provenance du graphique Wkipédia, rubrique démographie de Mayotte 19 Paragraphe repris et réécrit, inspiré de l’article « Un nouveau département confronté à de lourds défits » écrit par E.T. et parut dans le N°521 du Malango Quotidien
  18. 18. 19 Bien qu’il soit difficile d’obtenir des chiffres exacts, la population immigrée clandestine, étant essentiellement originaire des Comores, pourrait s’élever entre 50 000 et 60 000 personnes environ20 . « Son importance reflète les limites de la politique actuelle de reconduite à la frontière : en 10 ans, l’équivalent de la population mahoraise a été expulsé. Le coût de cette politique s’élève, chaque année, entre 50 et 70 millions d’euros ». « Face à ce constat, une nouvelle politique de coopération avec les Comores s’impose ainsi que la mise en place d’un nouveau visa qui remplacerait le « visa Balladur » aujourd’hui en vigueur à Mayotte21 .» En ce qui concerne les problèmes de sécurité publique, Mayotte n’est pas touchée par un phénomène important de délinquance. Cependant, l’immigration clandestine est à l’origine d’un phénomène dit « délinquance de survie ». C’est pourquoi il convient toutefois de rester attentif aux évolutions futures. Les mouvements sociaux de l’automne 2011 ont influé négativement sur les chiffres de la délinquance tant en matière d’atteintes aux personnes que d’atteintes aux bien. Le développement touristique de la destination aurait des effets bénéfiques en termes d’emplois et d’intégration sociale. Il convient de noter que la plupart de ces emplois dans ce secteur sont faiblement qualifiés et représentent un moyen de lutter contre la pauvreté. Le secteur touristique est très souvent un facteur d’intégration pour des populations particulières comme les femmes et les jeunes. Ces aspects sont souvent soulignés par les responsables politiques de nombreux pays dans les forums internationaux consacrés au tourisme. 20 Selon le rapport réalisé par les trois parementaires : Jean-Pierre Sueur, président (Soc. – Loiret), Christian Cointat (UMP – Français de l’Étranger), et Félix Desplan (Soc. – Guadeloupe) 21 Selon le rapport réalisé par les trois parementaires : Jean-Pierre Sueur, président (Soc. – Loiret), Christian Cointat (UMP – Français de l’Étranger), et Félix Desplan (Soc. – Guadeloupe)
  19. 19. 20  Développement Technologique : Les nouveaux systèmes de distribution des produits touristiques, et plus précisément ceux liés à Internet, favorisent la comparaison. Le touriste peut ainsi choisir les solutions les plus avantageuses ou les plus conformes à ses goûts personnels. Selon une étude de Médiamétrie en 2009, près de 60% des foyers français ont accès à internet. Par ailleurs, selon le baromètre d’Opodo, 3 français sur 4 utilisent Internet pour préparer leur séjour et un tiers d’entre eux leur réservation en ligne. Il est désormais devenu incontournable pour une destination touristique de planifier et d’organiser son développement et sa promotion en utilisant Internet de façon optimale. Il s’agit donc désormais d’accompagner le client dans ses démarches grâce aux outils technologiques à disposition. Cela implique de proposer tous les médias possibles en faisant de la publicité sur chacun d’entre eux. Cependant, les comparateurs en ligne ne sont pas d’une grande aide à l’heure actuelle car Mayotte est une destination qui apparaît peu dans leur système. Cela s’explique par le prix du billet d’avion, le manque d’infrastructure à proposer aux clients, et la quasi inexistence de packages. Pour l’instant les technologies de promotion et de commercialisation liées à internet ne sont pas des atouts pour Mayotte car ils sont clairement dominés par leurs concurrents. Pour cela, dans le cadre du développement touristique de sa destination, Mayotte devra s’affirmer sur les réseaux internet. D’autant que, l'attractivité des destinations métropolitaines et la conjoncture actuelle pousse beaucoup de français à donner la préférence au tourisme national. Les Français, qui généralement partent à l'étranger ont également tendance à se rapatrier sur le territoire national dès que les conditions économiques, de sécurité ou politiques se dégradent au niveau international. L'espace français est devenu un espace de repli, une garantie pour les vacances tant pour les français que pour nos voisins européens. L’environnement technologique englobe aussi le développement technologique de l’île qui pourrait représenter une menace environnementale. Le risque industriel, le risque de rupture de barrage, ainsi que le risque du transport de matières dangereuses sont développés ci-après dans la partie contexte environnemental.
  20. 20. 21  Contexte Environnemental : L’ouverture récente de Mayotte au tourisme constitue une opportunité pour créer une véritable identité touristique mahoraise, respectueuse de l’environnement et susceptible de concilier développement durable et mise en valeur du territoire. Mayotte a cependant un petit handicap, c’est une île qui comporte des « risques ». Un risque résulte de la conjonction d’un aléa non maîtrisé ou non maîtrisable et de l'existence d’un enjeu : personnes, biens ou environnement22 . Tous les ans, Mayotte est affectée par de fortes pluies. L’île est par ailleurs susceptible d’être menacée par des tempêtes tropicales ou des secousses sismiques. De plus, elle subit par endroit des glissements de terrain, des inondations ou encore des coulées de boue qui sont le résultat direct des intempéries. L’ensemble de ces phénomènes climatiques peuvent avoir des conséquences financières ou humaines, non seulement sur les biens et l’environnement, mais également pour la population. Dans le département, six risques naturels majeurs ont été recensés23 : 22 Définition du DDRM (Dossier Départemental des Risques Majeurs), réalisé par la Préfecture de Mayotte 23 Source : Risques majeurs et risques technologiques/iconographie reprise du DDRM réalisé par la Préfecture de Mayotte
  21. 21. 22 L’île de Mayotte est soumise à trois risques technologiques majeurs24 : Il existe des mesures pour la prévention de ces risques majeurs. La prévention des risques majeurs regroupe l’ensemble des actions à mettre en œuvre afin d’éviter que le risque ne survienne et/ou d’en limiter les conséquences s’il devait malgré tout se produire. Parmi ces actions, il y a l’information préventive aux autorités et à la population. La prise en compte des risques est capitale dans l’aménagement du territoire. L’objectif est donc de limiter les enjeux dans les zones dites « à risque » et protéger les zones déjà urbanisées qui sont plus vulnérables. Dans le développement des structures touristiques, l’aménagement du territoire est le facteur numéro un à prendre en considération. Une destination ne peut se développer que si elle offre un environnement fiable et sécurisé à ses visiteurs. 25 24 Source : Risques majeurs et risques technologiques/iconographie reprise du DDRM réalisé par la Préfecture de Mayotte 25 Précipitation Mayotte déc. 2008 (Source DDRM, photos BRGM)
  22. 22. 23 En ce qui concerne les phénomènes récents, Mayotte a été affectée par la tempête tropicale baptisée FAME entre le 24 et le 26 janvier 2008. Cette tempête est passée de modérée à forte à proximité de Mayotte environ 100 km au Sud-Sud-Ouest de l’île, et a engendré de très fortes précipitations et de nombreux dégâts sur les berges des cours d’eau et les chaussées. En décembre 2008, il y a eu également un épisode de fortes pluies frappe Mayotte avec des précipitations atteignant les 250 mm en 48h (comme l’illustre les photos présentées ci-dessous)26 . 26 Source DDRM, photos BRGM
  23. 23. 24 Le climat tropical humide de Mayotte offre une température moyenne annuelle de 25,6 °C. Deux saisons s’alternent : d’une part, la saison des pluies d'octobre à mars, pendant laquelle la mousson qui vient du nord arrose l'île. Pendant cette saison, les températures sont élevées et le taux d'humidité très important. 80 % des précipitations surviennent lors de cette période. C'est également la saison des cyclones et des dépressions tropicales. L’avantage est que Mayotte est protégée à l’est par Madagascar ce qui l’expose moins au risque cyclonique. La saison sèche est d'avril à septembre pendant l'hiver austral. Les alizés viennent du sud-est et rafraîchissent l'atmosphère, le taux d'humidité est moins important, et la pluie se raréfie.  Environnement Légal : En 2009, le Sénat a choisi d'utiliser le terme « outre-mer » comme un substantif pluriel pour désigner l'ensemble des zones géographiques de la France hors métropole. C’est-à-dire : DOM, COM et Nouvelle-Calédonie. Le Parlement a ainsi adopté, en mai 2009, une loi pour « le développement économique des outre-mer ». Depuis l'indépendance des Comores en 1976, les habitants de Mayotte, qui avaient choisi de rester français, réclamaient le statut de département. Le 29 mars 2009, les Mahorais ont été appelés aux urnes dans le cadre d’une consultation. A 95.2% ils s’expriment en faveur de la départementalisation. Face à une population déterminée, la loi organique n° 2009-969 du 3 août 2009 relative à l'évolution institutionnelle de la Nouvelle-Calédonie et à la départementalisation de Mayotte, stipule dans l’article 63 qu’à compter de la première réunion suivant le renouvellement de son assemblée délibérante en 2011, la collectivité départementale de Mayotte est érigée en une collectivité régie par l'article 73 de la Constitution, qui prend le nom de "Département de Mayotte” et exerce les compétences dévolues aux « départements d'outre-mer et aux régions d'outre-mer». Ceci est effectif depuis le 31 mars 2011. Depuis le 17 mai 2012, c’est le Guadeloupéen Victorin Lurel qui est le Ministre des Outre-mer.
  24. 24. 25 Mayotte, devenue département le 31 mars 2011, n'a pas de conseil régional, mais seulement un conseil général. La loi statutaire de 2001 attribue les compétences en matière de tourisme au Conseil Général. A travers le Schéma de développement et d’aménagement du tourisme et des loisirs de Mayotte, le Conseil Général définit les orientations stratégiques en matière de tourisme que le Comité départemental du tourisme de Mayotte (CDTM) met en œuvre. Avant sa départementalisation, Mayotte se caractérisait par une dualité des droits, qui s’accompagnait d’un double système d’état civil obéissant à des règles différentes. L’état civil des Mahorais musulmans ayant conservé leur statut personnel de droit local (inspiré du droit musulman et des coutumes mahoraises) était confié aux cadis, tandis que l’état civil des résidents relevant du droit commun dépendait des mairies. Dans le cadre du processus de départementalisation, une réforme de l’état civil a été engagée en 1999 et a abouti en 2010. La gestion de l’ensemble de l’état civil (de droit local comme de droit commun) a été confiée aux mairies, et une Commission de révision de l’état civil (CREC) a été créée.
  25. 25. 26 De façon générale, les changements statutaires de Mayotte impliquent encore actuellement des modifications de son système de fonctionnement. Son alignement sur le droit commun bénéficie en grande partie au développement de la population grâce à l’accès aux prestations sociales. En revanche la question de l’immigration clandestine à Mayotte reste toujours pendante. Face à un taux d’immigration qui suscite déjà l’inquiétude, les nouvelles prises en charges par l’état et l’accès facilité aux aides sociales soulève de nouvelles questions quant à une possible augmentation de l’immigration. La politique d’émigration est une question devant être tout d’abord traitée au niveau nationale pour pouvoir être applicable au niveau domien. Par ailleurs, Mayotte reste dans l’attente de l’acquisition de son statue de RUP. Une fois encore, l’avancement concernant sa rupéisation repose sur l’appui du gouvernement français. La démarche ayant était faite sous le précédent gouvernement Mayotte attend donc toujours le soutiens du gouvernement en vigueur pour l’acquisition de son nouveau statut et par conséquent l’acquisition des fonds de développement européens. Ces derniers sont très attendus car, dédiés au développement social, économique et environnemental, ils vont accroitre le potentiel de la population mahoraise ainsi que les capacités du conseil général à s’inscrire dans une stratégie de développement en menant à bien les projets d’amélioration structurelles de l’île. Sont concernés notamment les efforts en cours quant à la scolarisation et l’assainissement de l’île. Ce sont autant d’éléments de l’environnement global qui constituent les freins et les tremplins attenants au développement touristique. Dans un contexte idéal, l’acquisition des fonds européen pour le développement de Mayotte constitueraient une réponse efficace à la situation économique. Ils permettraient dans une certaine mesure de rééquilibrer l’économie de subsistance avec celle du secteur moderne. La question de la vie chère à Mayotte reste encore en grande partie liée à son insularité et à son éloignement de la métropole. La départementalisation pourrait ne pas atténuer ce problème à court terme. Pourtant, Mayotte reste l’économie la plus avancée de la zone. Il s’agit maintenant d’en tirer profit. Pour finir, malgré certains risques, la condition environnementale de Mayotte est plus que propice à l’accueil de touristes. Les risques étant connus et définis dans des zones géographiques spécifiques, ils peuvent être limités par la construction de structure adaptées. Ils ne constituent donc pas un frein au développement touristique.
  26. 26. 27 II. Evolution du marché : dessin des perspectives Les contraintes induites par l’environnement global influencent bien évidemment le développement de l’offre et de la demande. Pour répondre à une problématique visant à déterminer l’avenir de Mayotte dans sa perspective de développement du tourisme, l’état des lieux de sa présence sur le marché en tant que produit touristique prend tout son sens. En définissant la constitution du marché actuel ainsi que les forces et faiblesses de cette destination, les marchés les plus porteurs touristiquement sont mis en lumière et l’on entrevoit ainsi ceux qui restent à exploiter. De cette façon, le Conseil Général et le Comité Départemental du Tourisme de Mayotte ont déjà émis plusieurs stratégies de développement basées les prédictions d’évolution des marchés connus. Bien que Mayotte soit désormais un département français, sa composition touristique et ses modalités de développement n’ont rien de comparable aux autres départements métropolitains. Ces derniers bénéficiant d’une attention plus particulière et de moyens autrement plus importants sur le plan humain et financier. L’étude visant à analyser l’expansion touristique de Mayotte utilise donc comme points de comparaison la situation des autres départements d’outre-mer ainsi que les îles et pays se situant dans la zone géographique à proximité de Mayotte.
  27. 27. 28 Une demande inégale : Etat des lieux et perspectives En 2010, près de 53 000 touristes se sont rendus à Mayotte, soit 3 000 de plus qu’en 2009. Les touristes proviennent essentiellement de France métropolitaine ou de la Réunion et leur durée moyenne de séjour sur l’île s’établit à 27 jours en 2010. En 2011, ce sont 48 200 touristes qui ont choisi la destination Mayotte, soit 4 800 touristes de moins qu’en 2010. Cela représente une diminution de 9 %. La baisse de fréquentation est particulièrement forte au dernier trimestre. Cette diminution soudaine s’explique par les manifestations contre la vie chère qui se sont multipliées en fin d’année. 27 On observe également que les événements politiques et économiques qui ont touchés Mayotte en 2011 ont grandement influencé la composition du panel touristique. Les touristes en provenance de la métropole sont restés à peu près aussi nombreux qu’en 2010, soit 53% du marché. En revanche, le nombre de visiteurs en provenance de la Réunion à drastiquement chuté, passant de 23 300 en 2010 à 19 100 en 2011, soit une diminution de 18 %.28 27 Graphique : élaboration personnelle (Source : INSEE, CDT, CTM) 28 Source : INSEE, CDM, CTM ; enquête des flux touristiques 2010 et 2011 0 10000 20000 30000 40000 50000 60000 2009 2010 2011 Nombredetouristes Fréquentation touristique globale Proportion des touristes d'autre provenance Proportion des touristes métropolitains Proportion des touristes réunionnais
  28. 28. 29 En ce qui concerne les différents types de tourisme, on note que les touristes d’agrément représentent près de 14 000 visiteurs en 2011, contre 17 000 en 2010. De même, le tourisme d’affaires est en recul. La baisse pour ces deux secteurs est de 18 %. En revanche, le tourisme affinitaire progresse légèrement de 3% en 2011 représentant ainsi la moitié des touristes : 24 500 en 2011 contre 23 800 en 2010.
  29. 29. 30 Concernant la durée moyenne de séjour, précédemment mentionnée comme étant de 27 jours, elle reste stable entre 2010 et 2011. Les écarts entre les durées de séjour sont plus marqués par catégorie de touriste29 , par exemple, les touristes en provenance de la métropole restent en moyenne 10 jours de plus que ceux qui résident à La Réunion. Cela s’explique par la durée de vol ainsi que par le motif du voyage. Evolution de la fréquentation touristique selon le motif de voyage 30 29 Source INSEE Mayotte Infos N°58-Juillet 2012 30 Tableau issus de l’Enquête des flux touristiques : les résultats ont été établis à partir de l’exploitation de l’enquête sur les flux touristiques réalisée à l’aéroport de Pamadzi. Cette enquête a été menée par l’INSEE de Mayotte en partenariat avec le Comité du Tourisme
  30. 30. 31 L’hébergement des touristes se répartie de la façon suivante : 73 % des touristes résident chez des parents, amis ou relations contre 17% des touristes accueillis par les hôtels. La clientèle hôtelière est composée à 65 % de touristes d’affaires. 31 En 2010, les dépenses touristiques sur l’île s’élèvent à 29,5 millions d’Euros, ce qui représente une moyenne de 71 € par jour et par personne. Cette moyenne masque toutefois une grande disparité selon la catégorie de tourisme. En effet, les touristes d’affaires dépensent en moyenne trois fois plus que ceux venus rendre visite à des proches. Globalement, ce sont les touristes d’agrément qui effectuent plus de la moitié des dépenses totales, le reste de répartissant entre touristes d’affaires 21 % et touristes affinitaires 27 %. Dépenses moyennes par jour et par personne 31 Tableau issus de l’Enquête des flux touristiques : les résultats ont été établis à partir de l’exploitation de l’enquête sur les flux touristiques réalisée à l’aéroport de Pamadzi. Cette enquête a été menée par l’INSEE de Mayotte en partenariat avec le Comité du Tourisme
  31. 31. 32 Si l’on récapitule brièvement, la majorité du tourisme à Mayotte est affinitaire (personnes en visite chez la famille ou amis). Ils dépensent peu et leur hébergement se fait chez des particuliers. L’intérêt de ce marché d’un point de vue commercial réside uniquement dans la vente du billet d’avion. Vient ensuite le tourisme d’agrément représentant quant à lui un potentiel non négligeable étant donné qu’il s’agit du type de tourisme dont la recette financière est de loin la plus importante tant dans les dépenses effectuées sur l’île que par l’achat du billet d’avion, voire d’un package, de chambre d’hôtel et d’activités annexes. Le tourisme d’affaire en revanche est un marché essentiel pour le remplissage hôtelier en et hors saison. Il représente également le quart restant des dépenses effectuées sur l’île. Les chiffres de la fréquentation touristique de Mayotte appuient le fait que la demande est existante. Cependant il est évident qu’elle reste encore mal exploitée. L’offre étant limitée, la demande reste stagnante. Comme l’a dit l’économiste Jean- Baptiste Say : « toute offre crée sa propre demande ».
  32. 32. 33 Une offre touristique limitée : Etat des lieux et perspectives Afin de vendre Mayotte en tant que produit touristique il convient de déterminer ce que cette destination a à offrir. Cela commence par la question d’acheminement des touristes jusqu’à l’île. Quels sont donc les modes de transports disponibles pour atteindre Mayotte et pour s’y déplacer ? La démarche se poursuit avec les différents modes d’hébergement et plus particulièrement l’offre hôtelière. Quelle qualité de service et quelles prestations hôtelières sont mises à disposition des touristes ayant actuellement choisi la destination Mayotte ? Le dernier point abordé est la clef du succès d’une destination. Il s’agit de la diversité des activités et des points d’intérêt de l’île qui lui apporte la valeur ajouté faisant d’elle une destination unique, un produit touristique original et compétitif.  Les transports : Le transport est un secteur clé à Mayotte, compte tenu de son insularité et de ses caractéristiques topographiques et démographiques particulières. L’île est dépendante à la fois du maritime et de l’aérien pour ses échanges avec l’extérieur. Le transport intérieur est handicapé par un réseau routier saturé autour de Mamoudzou, et par une absence de transport en commun organisé. Transports aériens Cinq compagnies aériennes desservent régulièrement Mayotte. La compagnie aérienne dominante est Air Austral, qui représente 70 % des passagers en 2010.
  33. 33. 34 L’unique piste actuelle mesure 1 934 mètres de long et permet d’accueillir de gros porteurs tels que Boeing 777-200 et Airbus A330-200 d’une capacité de plus de 350 passagers. Elle reste toutefois trop courte pour que ces appareils effectuent des liaisons directes entre Mayotte et la métropole à pleine charge. Ainsi, tous les vols longue distance au départ de Dzaoudzi doivent effectuer une escale technique intermédiaire à la Réunion, Madagascar ou au Kenya. Air Austral, compagnie aérienne historique de Mayotte, avait projeté une liaison directe entre Mayotte et Paris à partir de la piste actuelle à compter d’octobre 2011, en investissant dans de nouveaux appareils, deux Boeing 777-200 LR. La puissance des réacteurs de ce type d’appareil permettait en effet d’opérer sur des pistes courtes et le temps de vol métropole- Mayotte aurait été réduit à 9 heures et demi. En définitive, les difficultés financières d’Air Austral conjuguées au surcoût du kérosène distribué à Mayotte ont conduit la compagnie à renoncer à son projet. Pour le moment, Air Austral continue à assurer quotidiennement la liaison entre Mayotte et La Réunion en Boeing 737-800 ou 777-200 selon les jours, garantissant ainsi une correspondance journalière pour Paris. Depuis 2006, Kenya Airways propose trois rotations hebdomadaires sur Paris via Nairobi. Corsairfly assure depuis mai 2010, deux liaisons hebdomadaires directes au départ de Paris et via Madagascar au retour. Un troisième vol par semaine est prévu, pendant la période estivale, entre juin et septembre. Corsairfly est, à ce jour, la seule compagnie régulière à avoir signé la charte Karam sur Mayotte. Cette charte engage la compagnie à offrir un nombre de sièges plus important en période estivale aux tarifs les plus bas offerts sur la période. Les clients de cette compagnie pourraient également bénéficier d’un service de transfert par TGV de/vers la province grâce à un accord signé avec la SNCF. Enfin, en ce qui concerne des compagnies régionales comme Air Madagascar, Inter Iles Air ou encore Air Austral, elles effectuent des vols réguliers en partance et à destination des îles voisines.
  34. 34. 35 Les tarifs des billets d’avion à destination de la métropole sont élevés. Ils sont varient entre 900 et 1 800 Euros l’aller-retour hors taxe selon la saison, en classe économique. Toutefois, depuis 2004, dans le cadre de la « continuité territoriale », les résidents de Mayotte peuvent disposer d’une remise pour un aller-retour en métropole. En application de la loi programme pour l’Outre-mer du 21 juillet 2003, le Conseil général reçoit chaque année, de la part de l’Etat, une dotation destinée à faciliter les déplacements des résidents mahorais entre Mayotte et la métropole. Cette subvention est soumise à des conditions de ressources et permet de couvrir une partie importante du prix du billet. Enfin, les jeunes Mahorais effectuant leurs études à La Réunion ou en métropole peuvent également bénéficier d’un aller-retour gratuit par année universitaire, dans le cadre du « passeport mobilité »32 . Le trafic de l’aéroport de Dzaoudzi continue de s’intensifier. En 2011, 290 000 passagers ont été enregistrés, soit une progression de 3,6 % par rapport à 2010. La construction de la piste longue devrait conforter le développement de la desserte aérienne de l’île ainsi que la progression du nombre de touristes. Sa livraison est prévue pour fin 2013. La mise en place des vols directs permettra d’une part d’assurer la continuité territoriale pour les mahorais et de réduire les temps de transport par un gain de trajet d’environ 5 heures. D’autre part, la piste longue sera adaptée à divers types d’appareils ce qui va favoriser l’ouverture à la concurrence entre les compagnies et ainsi tendre vers une réduction des coûts des billets d’avion à long terme. Cependant, il faut noter que les tarifs du carburant restent plus élevés à 32 Source : Rapport 2012 de L’IEDOM: Institut d’Emission des Départements d’Outre-Mer
  35. 35. 36 Mayotte et limiteront la répercussion des gains de coût du transport aérien sur les prix du billet à court terme33 . Transports maritimes Mayotte est bien située par rapport à d’autres territoires. Elle se situe à une nuit de navigation de Madagascar et environ deux jours des Seychelles et de Zanzibar. Mayotte a donc une carte à jouer pour s’inscrire dans des itinéraires de croisière régionaux. Pourtant, en 2011 seuls 3 paquebots ont fait escale à Mayotte transportant 1 126 croisiéristes, en recul de 31 % par rapport à 2010. Ces derniers chiffres sont bien loin des performances des années 2001-2007. L’évolution du trafic des croisières à Mayotte était relativement stable entre 2001 et 2006. La meilleure année pour l’île était en 2007 avec l’accueil en escale de 38 paquebots et 7 853 passagers. Ce pic de fréquentation est notamment lié à l’arrivée de la compagnie Costa Croisière dans l’Océan Indien. Le trafic a chuté fortement en 2008 malgré un programme prévisionnel d’escale très prometteur qui aurait dû permettre d’atteindre les 19 000 passagers. Cette baisse est liée au retrait du Royal Star de la compagnie Starline et à l’annulation de plusieurs escales notamment à cause des infrastructures insuffisantes et du phénomène de piraterie qui agite le bassin dans son ensemble. En termes d’image, au-delà des effets négatifs de la crise sociale mahoraise du dernier trimestre 2011 et des risques réels de piraterie dans le canal du Mozambique, les contre- performances enregistrées depuis 2008 s’expliquent aussi par des problèmes d’organisation pour la prise en charge des touristes durant leur escale. Afin de pallier à ces manquements, un partenariat a été constitué en 2011 entre la préfecture, le 33 Source : cahier d’acteurs du site www.debatpublic-pistelonguemayotte.org
  36. 36. 37 Conseil général, les chambres consulaires, les autorités portuaires, les professionnels du tourisme et le CDTM. Ce dernier consiste à optimiser la circulation des flux des passagers, à garantir d’une part leur sécurité sur les sites de visite et, d’autre part, les meilleures conditions d’accueil, d’information et d’orientation possibles. Déployé à chaque arrivée de bateaux de plus de 300 passagers, il est destiné à regagner la confiance des compagnies de croisière dont l’activité mondiale est en pleine expansion et à positionner ainsi Mayotte comme une escale incontournable de l’Océan Indien. Le CDTM était présent au salon Seatrade à Hambourg en septembre 2011 destiné aux professionnels des croisières, pour promouvoir la destination34 . La mise en service d’un nouveau ponton des croisiéristes depuis novembre 2010 s’inscrit également dans cet effort de promotion de Mayotte dans les croisières Océan Indien. Transports au sol sur le territoire mahorais Les deux principaux moyens de transport en commun présents à Mayotte sont la barge, et les taxis. Un service régulier de barges maritimes relie les îles de Petite-Terre et de Grande- Terre, distantes de 2,6 km. Géré par le Conseil Général, c’est le Service de Transport Maritime (STM) qui assure le transport aller-retour des passagers et véhicules entre les deux îles principales. C’est une liaison vitale en raison de la présence de l’aéroport sur Petite-Terre mais également parce qu’elle permet à des milliers de personnes de rejoindre chaque jour Grande-Terre pour y travailler. La barge assure un aller-retour toutes les demi-heures de jour et toutes les heures de nuit jusqu'à 00h30 en semaine et 3h00 le week-end. Le coût d’un ticket piéton aller est de 0,75€, alors que le coût d’un ticket voiture est de 15€. Le paiement du titre de transport s’effectue à la gare maritime de Mamoudzou. 34 Source : direction du port, rapport 2012 de L’IEDOM: Institut d’Emission des Départements d’Outre-Mer
  37. 37. 38 Le réseau routier de Mayotte se compose de 90 kilomètres de routes nationales et de 139 km de routes départementales, desservant l’ensemble des communes de l’île. La Direction de l’aménagement, de l’environnement et du logement (DEAL) est responsable de la gestion du réseau. Le réseau routier se dégrade rapidement, surtout en période de fortes pluies, compte tenu de l’insuffisance des structures mises en place lors de la création de ces routes. Le taxi est le seul transport en commun en circulation sur les routes de Mayotte. En ville, le prix de la course est fixé depuis le 1er octobre 2009 à 1,20€ le jour et 1.65€ le soir. Des taxis brousse sont aussi mis à la disposition des passagers souhaitant s’aventurer plus au nord ou au sud de l’île. La grille tarifaire varie de 1,20€ à 5,30€ par course.  L’offre hôtelière : En 2011, la CCI recensait 395 entreprises actives appartement au secteur « services d’hébergement et de restauration » sur un total de 5 697, soit 7 %. La CCI couvre entre 60 et 70 % du tissu entrepreneurial mahorais. Mayotte dispose de deux bassins d’implantation hôtelière : Petite-Terre et la commune de Mamoudzou qui accueillent essentiellement une clientèle de tourisme d’affaires et d’agrément, disposant d’un budget important ; les régions hors agglomération disposent de structures d’accueil qui s’apparentent à des centres de vacances et offrent des prestations balnéaires. La région nord-ouest ne compte que très peu d’hôtels en comparaison à la côte est et au sud de l’île. En 2011, le CDTM recensait dans son parc hôtelier 72 établissements dont 11 hôtels, 7 résidences de tourisme et 54 chambres d’hôtes et gîtes. Le nombre de chambres s’élève à 559 pour une capacité d'hébergement de 1 119 lits, soit 10 % de plus par rapport à 2010. La capacité hôtelière à Mayotte reste toutefois faible, au regard notamment des îles voisines : La Réunion dispose de plus de 2 500 chambres d’hôtel, Maurice dépassant les 11 500 chambres. L’essor de l’écotourisme a fait émerger des chambres d’hôtes ou meublées à Mayotte. Ce qui représente 195 chambres pour
  38. 38. 39 391 lits. Ce sous-secteur, quasi inexistant dans le nord de l’île, englobe des établissements très disparates dont seules quelques unités peuvent être commercialisées par les réseaux traditionnels tels que les tours opérateurs et agences de voyages.35 En 2010, Mayotte comptait encore quatre établissements hôteliers classés (trois d’entre eux ont deux étoiles, trois étoiles pour le quatrième). Les conditions d’attribution des étoiles ayant changé, six hôtels se sont porté candidats en 2011 pour une nouvelle attribution. Parallèlement à la classification en étoiles des établissements hôteliers, le CMDT a relancé en 2010 la mise en place d’un label qualité tourisme « ylang » des chambres d’hôtes et gîtes avec le soutien de la préfecture et du Conseil Général. Les hébergements sont classés de 1 à 5 ylangs pour les gîtes et de 1 à 4 ylangs pour les chambres d’hôtes en fonction de la qualité de la prestation, du type d’hébergement et de l’accueil offerts. Sur les 54 gîtes et chambres d’hôtes existants en 2011, 19 ont reçu le label. La démarche est volontaire et à l’initiative du propriétaire. Le 24 mai 2011, est paru au Journal officiel le décret n° 2011-566 relatif à l’aide à la rénovation des hôtels de tourisme situés dans les départements d’Outre-mer. Le dispositif, qui s’adresse aux hôtels construits depuis plus de 15 ans, prévoit une aide de 7 500 Euros par chambre, dans la limite de 100 chambres par établissement, et de 6 500 Euros par chambre, pour les établissements de classe inférieure à trois étoiles. Les demandes d’aides sont instruites par la Préfecture36 . 35 Source rapport 2012 de L’IEDOM: Institut d’Emission des Départements d’Outre-Mer 36 Informations prises sur le site de la préfecture de Mayotte
  39. 39. 40  L’offre touristique : Mayotte est dotée d'un des plus beaux et plus grands lagons fermés du monde, mais aussi d'un environnement terrestre très riche et préservé, aussi bien pour sa faune que pour sa flore. Les loisirs et activités touristiques sont donc tout naturellement centrés sur cet environnement enchanteur. Mayotte offre la possibilité d’effectuer des promenades en mer et d’aller à la rencontre d’une faune et d’une flore marines peu communes, avec notamment la célèbre réserve de la passe en « S », les îlots de sable blanc sur la barrière de corail, les dauphins et les tortues accessibles et visibles toute l’année, les baleines entre juillet et octobre et les raies Manta présentent d’avril à mai. Ces conditions privilégiées ont favorisé la multiplication de clubs de plongée et autres structures proposant la découverte de fonds marins et de l’éco-environnement (mangroves, coraux, etc.). La navigation de plaisance est également pratiquée toute l’année parmi la multitude d’îlots du lagon, alors que les amateurs de sports de voile profitent des alizés de " l’hiver austral " entre juin et octobre. En 2007, Mayotte recensait une trentaine de structures de ce type (croisières inter- îles, bateaux-écoles, ski nautique, clubs de plongée, etc.), sans compter les pêcheurs louant habituellement leur barque le week-end pour compléter leurs revenus. Les croisières à destination des îles voisines connaissent un succès croissant, alors que le "farniente" est très répandu sur les magnifiques baies et anses des côtes mahoraises très découpées. Les plages de Mayotte, qui baignent dans des eaux chaudes, calmes, et translucides, sont toutes facilement accessibles. Encore peu développées, les activités liées à la découverte de l’arrière-pays constituent également un vecteur de développement touristique pour les prochaines années.
  40. 40. 41 Les excursions sont parfois associées à des thèmes particuliers visant à faire découvrir, outre la faune et la flore terrestres (sentiers botaniques, ylang, vanille, makis, roussettes…), la culture mahoraise. L’île est parcourue par 200 km de sentiers. L’entretien de 70 km de ces sentiers a été financé en 2011 par l’Etat dans le cadre des mesures d’urgence à la suite de la crise sociale du dernier trimestre. Par ailleurs, un schéma des randonnées et des loisirs de Mayotte devrait être réalisé en partenariat avec la Fédération française des randonnées pédestres. Mayotte est dans l’ensemble assez sportive, les sports aériens tels que ULM, aviation, parapente commencent à trouver leur public, alors que les sports marins comme la voile, la planche à voile, le kayak de mer, la plongée sous- marine en apnée ou en bouteilles, connaissent déjà un très fort succès. La course de pneu est une tradition mahoraise que les enfants pratiquent toute l’année mais aussi aux côtés des adultes lors de la grande course annuelle. Les athlètes accomplis peuvent se mesurer lors de manifestations diverses organisées tout au long de l’année. Enfin, un tourisme culturel se développe par le biais de l’Ecomusée de la vanille et de l’ylang-ylang et de l’Ecomusée du sel. Malgré ses atouts, le tourisme à Mayotte demeure modeste, en raison de la faiblesse tant qualitative que quantitative des infrastructures d’accueil, d’une promotion encore récente, du coût élevé du transport aérien, du manque de qualification de la main- d’œuvre disponible et d’une qualité des prestations se situant en deçà des standards internationaux. Enfin, la destination Mayotte a été fortement décriée à l’occasion de la crise sociale du dernier trimestre 2011.37 37 Informations tirées des différents sites d’information touristiques. Cf. Bibliographie
  41. 41. 42 La concurrence : Mayotte en tant que département Comme le dit très justement un article du Malango Mayotte sur le tourisme à Mayotte38 : « Si l'on regarde les choses objectivement, force est de constater que la lutte sera dure pour faire de Mayotte une destination concurrentielle avec ses voisins comme les Seychelles, Maurice, Madagascar, la Réunion ou même Zanzibar, la Tanzanie et le Kenya. » En termes de concurrence, la zone Océan Indien regorge de destinations à l’attrait touristique évident. Dans un contexte où chaque marché possède ses propres règles en matière de concurrence, Mayotte en tant que novice va devoir jouer des coudes. Il est certain que le marché de la croisière est à récupérer à tout prix. Les escales concurrentes à proximité sont Nosy-be, les Comores et Madagascar. Pour l’instant ce sont ces trois destinations qui accueillent les croisiéristes au détriment de Mayotte grâce à leurs infrastructures plus adaptées. C’est pourquoi Mayotte doit sans hésiter mettre en avant ses atouts et la valeur ajoutée de sa destination pour reconquérir les compagnies de croisière comme Carnival, MSC, Costa, Tui, etc. qui dominent dans la zone. En ce qui concerne le tourisme d’affaire, on considère la Réunion comme seul concurrent dominant de la zone. En revanche, en plus de la Réunion, l’île Maurice et les Seychelles représentent de très sérieux concurrents dans la catégorie incentive du tourisme d’affaire. Par ailleurs, ces mêmes destinations sont une concurrence sérieuse au tourisme d’agrément. Elles ont toute en commun leurs activités touristiques aquatiques et leur cadre insulaire paradisiaque. Elles se différencient en revanche par leur cadre culturel. C’est là que Mayotte a une carte à jouer pour pouvoir s’imposer comme île originale et ainsi se faire nom comme destination touristique incontournable. Il ne faut pas négliger que pour l’instant, les visites familiales représentent plus de 40% des touristes venant à Mayotte. Ce marché n’est évidemment pas soumis à la concurrence mais sa fréquence dépend de la fluctuation des prix et de l’accès à l’île. 38 Disponible sur www.malango-mayotte.fr
  42. 42. 43 Evolution du marché et développement à long terme  Perspectives touristiques : aspect général Après le salon TOP RESA 2012, Claire Planchard écrit39 : L'année 2013 donnera-t- elle le bol d'air tant espéré en 2012? Après deux années 2010 et 2011 particulièrement difficiles, les professionnels du voyage à forfait en rêvent mais ne se font plus beaucoup d'illusions. «En 2012 on espérait se refaire une santé, mais on ne s'attend plus aujourd'hui à de bons résultats. Il est probable que cette année les marges ne soient pas en progression», confiait René-Marc Chikli, le président du CETO. Dans un contexte déjà délicat, les professionnels du tourisme semblent être confrontés à des clients de plus en plus difficiles. Les marges quant à elles sont de plus en plus contraintes. Il parait maintenant indispensable pour les professionnels du tourisme de se battre avec des armes marketing solides pour proposer des offres et des prix qui satisferont les consommateurs. Les pays émergents appelés BRIC, Brésil, Russie, Inde et Chine sont en ligne de mire. Ils viennent mettre hors-jeu les tour-opérateurs français sur des marchés profitables, comme les Maldives. «Ce sont des acteurs qui paient cash, en avance et ne discutent pas les tarifs, cela à un effet durable sur les prix mais réduit aussi les capacités», selon Jean-Paul Chantraine. C’est une concurrence que l’on peut qualifier d’inquiétante qui pousse les TO à revoir leurs stratégies d'engagement et d'achat. Face aux changements de comportement d'achat du client, les TO doivent tirer leur épingle du jeu. La priorité devient de créer l'exclusivité et toujours avoir une longueur d'avance dans l'offre de produits et de services. Beaucoup considèrent qu’Internet n'aura pas la réponse à tout. Il est vrai que l’on observe déjà une certaine déception en matière de qualité. 39 Paragraphe repris de l’article de Claire Planchard : L'association professionnelle CETO DANS son baromètre trimestriel sur le salon professionnel du tourisme TOP RESA à Paris
  43. 43. 44 L’enquête précédente montre que dans le cas de voyage à l’étranger ou dans les DOM, ce sont les agences de voyages ou prestataires de service qui sont privilégiés. Pourtant, lorsque l'on analyse l’offre au niveau des packages d’agences de voyages proposant Mayotte on constate qu’elle est quasi inexistante. De plus, les prix des billets d’avion qui montent à plus de 1500 € en saison haute, c'est à dire pendant les vacances scolaires, placent Mayotte parmi les destinations les plus chères du monde. D’autant que le prix des prestations est sans aucun rapport avec ceux qu'on peut trouver dans tous les pays alentours. Le manque de structures d'accueil à l’heure actuelle ne joue pas en la faveur de Mayotte. De plus le niveau de prestations est souvent insuffisant pour attirer des touristes qui ont mis un tel prix dans le billet d'avion. Dans ce contexte, comment promouvoir la destination Mayotte ?
  44. 44. 45  Perspectives touristiques appliquées à Mayotte En 2010, le budget du CDTM était de 2,8 millions d’Euros. A la fois coordinateur et animateur du développement touristique de l’île, le CDTM avait multiplié les actions de promotion et de communication pour faire connaître la destination Mayotte et rechercher une clientèle correspondant aux potentialités locales. Le CDTM a également contribué à l’élaboration des objectifs du Plan d’aménagement et de développement durable (PADD) dans le domaine des équipements touristiques, sous forme de propositions et de conseils comme la Création de structures d’hébergement, de résidences hôtelières, ou encore le suivi de la réalisation de nombreux projets tels que : la maison de la mer, l’écomusée de l’histoire, la construction de la Maison du tourisme, l’aménagement des ports de plaisance, etc. Ces orientations ont été proposées dans le cadre d’une stratégie « écotouristique ». Selon leurs conclusions, les contraintes physiques, spatiales, socio- économiques et environnementales de l’île ainsi que la forte concurrence des destinations voisines écartent l’hypothèse d’un tourisme de masse à Mayotte. Il met plutôt en avant les richesses spécifiques de l’île, à savoir son lagon unique, sa nature riche et diversifiée tant maritime que terrestre ainsi que sa culture locale authentique. L’Etat œuvre également en faveur du tourisme grâce au Contrat de projet 2008-2013 qui prévoit un peu moins de 6 millions d’Euros pour la construction d’équipements touristiques tels que des pontons et mouillages ainsi que l’aménagement de plages. 40 40 Source : rapport 2012 de L’IEDOM: Institut d’Emission des Départements d’Outre-Mer
  45. 45. 46 Dans le sillage des efforts menés les années précédentes pour la promotion de la destination Mayotte, le CDTM était présent en 2011 au salon Top Résa qui réunit les professionnels du tourisme. Ce salon fut l’occasion de présenter le label « Iles Vanilles » qui regroupe les six îles de la zone Océan Indien c’est-à-dire : Mayotte, Maurice, Comores, Madagascar, Seychelles, La Réunion. Pour leur première action, les « Iles Vanilles » ont annoncé la création d’un carnaval annuel. Le carnaval sera accueilli tous les ans par une région différente. Le premier s’est tenu aux Seychelles les 2, 3 et 4 Mars 2012. En 2011, Mayotte a accueilli la 10ème édition du Raid l'Arbre Vert Amazones, un raid multisports exclusivement réservé aux femmes, qui a permis de valoriser la destination Mayotte au travers des médias nationaux et régionaux. Le CDTM était également présent en janvier 2011 au salon de la plongée toujours dans un objectif de valorisation de la destination Mayotte. Enfin, pour la promotion de l’île et le développement d’un partenariat avec La Réunion, une antenne du Comité du Tourisme y a été installée et inaugurée par le CDTM et le Conseil Général.
  46. 46. 47 Comme cela a été mentionné plus tôt, Mayotte devrait accéder au statut de région ultrapériphérique (RUP) et bénéficier au 1er janvier 2014 de fonds européens en faveur de son développement socio-économique et environnemental. Il s’agit d’un exercice inédit dont les enjeux sont considérables pour le développement du département compte tenu des spécificités de l’île et des retards structurels à combler. Afin de préparer la rédaction des futurs programmes européens et d’assurer le suivi de la gestion de ces futurs fonds sur la période 2014-2020, un plan d’action a été défini pour Mayotte, celui-ci n’est pour l’instant pas disponible au grand public. Les objectifs connus sont les suivants41 :  Ouvrir le marché mahorais aux pays voisins, pour une liste de produits de première nécessité dans l’objectif de lutte contre la vie chère.  Diminuer les taxes d’importation des produits de première nécessité tout en augmentant celles des produits dits « de luxe ».  Assurer la transparence de la formation des prix auprès des consommateurs. Faire connaître les prix des mêmes produits en métropole. Sanctionner les entreprises qui pratiqueraient des marges trop élevées.  Engager rapidement une réflexion sur les solutions qui permettraient de limiter le poids des monopoles à Mayotte et, plus généralement, dans les outre-mer.  Favoriser la consommation des produits issus des productions locales.  Prévoir un programme de construction de 600 classes supplémentaires dans les écoles primaires à Mayotte, d’ici 2017, avec une participation budgétaire de l’État.  Assurer la prise en charge effective des mineurs étrangers isolés par une intervention des pouvoirs publics, en collaboration avec l’ensemble des acteurs locaux. 41 Application des stratégies, source : Selon le rapport réalisé par les trois parlementaires : Jean-Pierre Sueur, président (Soc. – Loiret), Christian Cointat (UMP – Français de l’Étranger), et Félix Desplan (Soc. – Guadeloupe)
  47. 47. 48  Œuvrer activement pour la conclusion d’accords bilatéraux entre la France et les Comores dans le domaine de l’immigration.  Mettre fin au « visa Balladur » qui n’a aucunement mis fin à l’immigration illégale et lui substituer un dispositif d’attribution de visa plus réaliste et rigoureux afin de mieux maîtriser l’immigration.  Renforcer la sécurité publique de La Réunion et de Mayotte par : - la création d’un second escadron de gendarmerie installé soit à Mayotte, soit à La Réunion ; - la possibilité de réquisitionner des moyens aériens civils pour permettre l’acheminement des moyens de sécurité entre les deux départements.  Prévoir une transition réaliste pour l’application de la fiscalité de droit commun, sur une période à définir.  Prévoir une subvention d’équilibre de l’État aux collectivités territoriales, pour financer le plan de redressement qui apparaît indispensable afin de faire face à des difficultés ciblées et circonscrites.  Mise en œuvre des modalités de développement stratégique En janvier 2011, la Préfecture et le Conseil Général ont lancé des appels à projets concernant quatre des neuf sites du PADD (Plan d’Aménagement et de Développement Durable) présentant le plus grand potentiel de développement touristique pour Mayotte. Les quatre sites qui ont été retenus sont : o Bambo-Est sur la commune de Bandrélé, o M’tsanga Chechi (M’tsanga Beach) sur la commune de Sada, o M’tsanga Gouéla sur la commune de Bouéni o Mariam Lidi sur la commune de Bouéni.
  48. 48. 49 Ces sites stratégiques ont été choisis dans le cadre du PADD car ils sont susceptibles d’accueillir des projets hôteliers d’envergure, afin d’accroître la capacité globale d’hébergement à Mayotte et de renforcer l’attractivité touristique du territoire et cela en dérogation à la Loi Littoral. Cette loi détermine les conditions d’utilisation et de mise en valeur des espaces terrestres, maritimes et lacustres. Elle s’applique aux communes riveraines des océans, mers, étangs salés et plans d’eau naturels ou artificiels de plus de 1 000 hectares. L’objectif est d’accueillir 120 000 à 150 000 visiteurs par an à l’horizon 2020 contre 53 000 actuellement. Dans ce contexte, les actions en matière de tourisme s’orientent plutôt vers une clientèle à la recherche d’authenticité et disposant de revenus confortables42 . Les critères d’attribution ont pris en compte non seulement l’intérêt du projet pour le développement touristique, en particulier la correspondance du projet au potentiel du site, mais également le respect de l’environnement et l’inscription du projet dans une démarche de développement durable. Trois des quatre sites ont été pourvus en 2011. Bambo-Est a été attribué au groupe Hilton dont le projet se monte à 40 millions d’Euros et comporte une capacité de 160 chambres. M’tsanga Chechi a été attribué à un projet ayant pour atout principal de proposer une activité de pêche au gros. Enfin, M’tsanga Gouela comportera des hébergements de type éco-lodge. La crise sociale du dernier trimestre 2011 accompagnée des 44 jours de grève a sensiblement impacté le secteur touristique. Les pertes se sont chiffrées à 1,5 millions d’Euros. Dans le cadre du plan de relance, et afin de soutenir le secteur, l’Etat a financé 60 contrats emploi solidarité pour une durée de six mois dans le but d’assurer une présence sur les plages et les sentiers de randonnée où l’insécurité avait redoublé pendant les mouvements sociaux. De son coté, Atout France a bénéficié d’un financement de 60 000 Euros pour l’accompagnement du CDTM dans l’ingénierie des projets touristiques. Enfin, 150 000 Euros ont servi à promouvoir une formule combinée Mayotte/La Réunion, qui sera présentée lors du prochain salon Top Résa. 42 Paragraphe et informations reprises et modifiées : du rapport 2012 de L’IEDOM: Institut d’Emission des Départements d’Outre-Mer
  49. 49. 50 III. Perspectives de développement touristique de Mayotte : Suggestions & Recommandations Tel un récapitulatif de l’ensemble des éléments mis en avant dans tout au long de ce mémoire, le SWOT (Strengh, Weakness, Opportunity, Threat) ci-après regroupe les forces et les faiblesses de l’île de Mayotte amenant ainsi aux opportunités de développement et aux menaces qui leurs sont liées. FORCES FAIBLESSES  Le lagon sûr qui offre de nombreuses possibilités  L’hygiène et l’aspect sanitaire des zones publiques  Une nature préservée dans laquelle il est possible de faire des randonnées inoubliables  Le manque de structure d’accueil tant en hôtellerie qu’en accueil maritime pour les croisiéristes  une culture authentique et originale  Le prix du billet d’avion  la francophonie  La saisonnalité mal exploité  Peu de décalage horaire  La situation de vie chère  Un grand potentiel pour de nombreuses activités extérieures  Les risques environnementaux OPPORTUNITES MENACES  Développement de structures hôtelières  Le développement de nouvelles structures peut dénaturer le paysage de l’île et amoindrir sont attrait  Création de structure d’accueil et d’orientation pour les touristes,  Développement du marché des croisières  Avec la départementalisation et l’occidentalisation de Mayotte, attention à la perte d’identité culturelle qui constitue à l’heure actuelle un des atouts majeur de l’ile  Un très grand potentiel de développement des activités touristiques : plongée, randonnée, croisière inter-îles, ULM, parapente, planche à voile, kayak de mer…  Les risques environnementaux peuvent se traduire dans le futur en menace pour le secteur touristique s’ils ne sont pas correctement étudiés et pris en compte dans le développement du territoire  Partager la culture locale : écomusée, course de pneu, traditions mahoraises, exploitation d’ylang…  Concurrence des îles voisine nécessite que Mayotte développe une réelle image de marque
  50. 50. 51 Les tendances du tourisme et comportements des consommateurs Avant d’émettre mes suggestions et recommandations pour le développement touristique de l’île, j’ai souhaité me pencher plus amplement sur les tendances du tourisme ainsi que les habitudes des consommateurs. Selon le Réseau de Veille en Tourisme voici les tendances touristiques qui se dessinent et mon interprétation quant à l’exploitation de ces tendances sur la destination Mayotte.  Les vacances multi-destinations. Les voyageurs veulent tirer le maximum de leurs vacances. C’est là que le marché de la croisière intervient et constituant une opportunité majeure pour Mayotte.  Les voyages de niche poursuivront leur essor: du voyage culinaire à la retraite de yoga, les touristes recherchent des itinéraires spécialisés qui conviennent à leurs intérêts.  La renaissance des voyages de groupe. Avec la reprise économique, de nombreux voyageurs recherchent les mêmes expériences exotiques de voyage à un faible coût, ce que leur offrent les voyages de groupe. Mayotte n’est pas une destination propice pour le tourisme de masse, en revanche elle s’inscrit parfaitement dans un cadre de tourisme de niche. La renaissance des voyages de groupe peut être l’opportunité de saisir un marché de niche (voyages spécialisés en plongée, trekking…) en l’exploitant par petit groupe de 10 à 20 personnes.  Le tourisme culturel. Un bel emplacement ne suffit plus à satisfaire les voyageurs qui exigent plus d’interactions significatives avec les cultures locales et des visites spécialisées avec des artisans et des experts dans des domaines variés.
  51. 51. 52  La résurgence des experts en voyage. D’une part, Internet est devenu tellement saturé d’informations qu’en faire le tri devient un processus long, pénible et parfois hasardeux. D’autre part, les fréquentes demandes spécialisées et particulières des consommateurs favorisent le retour en force des voyagistes et des agents de voyages. Ce qui encourage selon moi, la destination Mayotte à miser sur les tourismes de niches, vendus par des voyagistes spécialisés.  Des voyages d’expériences en famille. Les parents désirent exposer leurs enfants aux cultures et aux modes de vie des régions qu’ils visitent. Les familles veulent élargir leurs horizons et expérimenter d’autres cultures. Mayotte étant francophone et ayant une culture très déplaisante pour les métropolitains peut également jouer sur ces atouts.  Le retour des voyages en train. Ce type de package est de plus en plus recherché. Corsair Fly, l’une des compagnies qui dessert Mayotte devrait bientôt signer des accords avec la SNCF et donc être en mesure de proposer ce type de package.  Les forfaits en ligne combinant l’hôtel et le stationnement gratuit à l’aéroport ainsi que la navette vers l’aéroport suscitent également l’enthousiasme.  Le «dernière minute» gagne du terrain: planification, transaction, chasse aux aubaines. En ce qui concerne Mayotte, Le last minute proposé à des prix cassés peut être un moyen de faire connaître la destination et de sortir de l’image de la destination chère et donc peu accessible.  Les voyageurs qui recherchent des vacances à bas prix utilisent les sites Web de comparaison comme Kayak, Booking, Travelocity… pour trouver les meilleures offres, exerçant ainsi une plus grande pression sur les prix. Mayotte doit garder une certaine cohérence quant à sa cible. Le billet d’avion étant un
  52. 52. 53 poste important de dépense, il faut donc satisfaire le touriste avec des prestations de qualité équivalentes à des prix raisonnables. C’est donc une clientèle plutôt aisée qui doit être ciblée. Pour se faire, le référencement de Mayotte sur ces sites devrait présenter des packages vol + hôtel dans une catégorie, moyen, voire haut de gamme.  L’engouement pour les achats collectifs de type Groupon entraînera graduellement une modification de la demande des services de voyage. A mon avis, d’après la clientèle que l’on cherche à cibler, l’achat collectif n’est pas le canal de distribution à privilégier.  L’intérêt pour les médias sociaux ne s’amenuise pas, au contraire. Dans cette optique, la présence de Mayotte en tant que destination touristique sur les réseaux sociaux est indispensable. A l’heure actuelle, 10 103 personnes aiment la page Facebook de Mayotte. La page Facebook de Mayotte est pour l’instant peut attrayante et ne fournit aucune information sur les évènements passés, présents ou à venir sur l’île. (elle manque également de photos).
  53. 53. 54 Suggestions & Recommandations Tout d’abord, dans le cadre du développement touristique de sa destination, Mayotte devra s’affirmer sur les réseaux internet. D’autant que, l'attractivité des destinations métropolitaines et la conjoncture actuelle pousse beaucoup de français à donner la préférence au tourisme national. Les Français, qui généralement partent à l'étranger ont également tendance à se rapatrier sur le territoire national dès que les conditions économiques, de sécurité ou politiques, se dégradent au niveau international. L'espace français est devenu un espace de repli, une garantie pour les vacances tant pour les français que pour nos voisins européens. Il faut profiter de cette tendance pour vendre la destination Mayotte comme une destination sécurisée dans le prolongement du territoire national. Une vérité souvent oubliée : la marque est la vraie valeur d’une entreprise. Recommandation N°1 : Créer une image marque pour Mayotte La plupart des opérateurs touristiques institutionnels43 ont très tôt compris l’importance d’être présent sur le net. Cela peut paraitre surprenant car, n’ayant rien à vendre, à l’inverse des agences de voyages qui doivent vendre des forfaits, les OT ont investi le web comme un outil de communication supplémentaire. Près de 30% des français déclarent consulter le site d’office du tourisme avant de décider de leur destination ou préparer leur séjour. Cela montre de manière évidente que les opérateurs touristiques ont un rôle prédominant à jouer dans la création de l’image de marque d’une destination et ce, bien avant les voyagistes. C’est pour cette raison que la première partie des recommandations porte sur la création d’une image de marque pour la destination Mayotte. Il s’agit d’essayer de faire de l’image de Mayotte une destination française sûre et abordable pour pouvoir récupérer toute cette clientèle française et européenne qui se repli d’habitude sur la destination France en cas de coup dur économique ou d’instabilité politique. 43 OT, CDT, CRT
  54. 54. 55 Il faut que Mayotte s’inscrive dans tout ce qu’il y a de plus rassurant en tant que destination « française » mais également doit développer une réelle identité mahoraise, avec un patrimoine culturel fort et qui lui est propre. Suggestion et modalités de développement à la recommandation N°1 Si personne ne nie l’incontournable nécessité d’être présent sur le web, encore faut-il être efficace. Mayotte doit tout d’abord soigner son image à travers les réseaux sociaux comme Facebook. La page doit être régulièrement tenue, des photos attrayantes doivent y apparaître tout comme l’agenda des évènements. La page Facebook est aussi le lieu d’échange de commentaires des touristes actuels et potentiels. Selon moi, des efforts supplémentaires doivent être fait quant à la visibilité de l’offre touristique de Mayotte sur l’outil de recherche Google. En effet, lorsque l’on tape Mayotte dans le moteur de recherche Google la recherche nous mène aux résultats suivants :
  55. 55. 56 On notera la totale absence de liens commerciaux, généralement signalés par une surbrillance jaune. Pour la plupart des destinations du monde, ces liens apparaissent, il s’agit souvent des liens vers des comparateurs tels que Booking.com, TripAdvisor ou encore Kayak. Ces liens commerciaux qui parfois irritent les utilisateurs sont toutefois très utiles d’un point de vue commercial car ils font part de l’offre. Là où se trouve l’offre se crée une demande. On remarque cependant que le CDTM et le conseil général se trouvent dans les premiers choix proposés par ce moteur de recherche. J’ai effectué la même recherche dans deux autres moteurs de recherche, à savoir Bing et Yahoo. A l’inverse les résultats obtenus sont des liens vers des comparateurs de vols ainsi que des offres d’emplois sur Mayotte44 . Toujours dans une optique de développement touristique de la destination Mayotte, je recommande quelques mesure simple et peu couteuses pouvant facilement être applicables aux budgets d’office de tourisme ou ici au CDTM. Tout d’abord, il s’agirait de privilégier le référencement naturel. Il ne coute rien et assure sur le long terme une présence sur les moteurs de recherche. D’autant que par cette action, un des plus grands atouts de Mayotte en matière d’attrait touristique sera préservé. Il fait partie des trois secteurs menacés et liés à l’écologie. A savoir : o Préservation du lagon o Préservation de l’environnement en général et gestion des déchets en particulier o Préservation de la culture locale San la préservation de ces trois secteurs, la promotion touristique de Mayotte serait grandement menacée. Un site internet vit également à travers l’animation, les newsletters régulières et les messages ciblés. Lorsque l’on effectue une recherche sur la destination Mayotte directement dans TripAdvisor, on obtient une comparaison de 7 hôtels sur l’île, et quelques conseils sur les points d’intérêt et les activités proposées. Ce canal de communication reste encore à exploiter. De plus il présente de nombreuses 44 Informations complémentaire disponible en Annexe
  56. 56. 57 opportunités car maintenant le site de TripAdvisor est relié à sa page Facebook et permet de profiter de l’expérience des autres voyageurs et de rentrer en contact avec eux pour avoir des informations. Cette nouvelle application permet également de voir, qui dans nos contacts s’est déjà rendu dans cette destination. Les réseaux sociaux ont une vraie valeur rassurante pour les internautes car ils sont alimentés par des amis, de la famille ou par des consommateurs qui partagent les mêmes centres d’intérêt. Les chiffres sont significatifs ; pour le seul mois de juillet 2009 ce sont 250 millions de visiteurs qui se sont rendu sur Youtube, Facebook et MySpace. Il est clair que pour les internautes, l’avis d’autres consommateurs compte désormais d’avantage que la plus belle brochure. De la même façon, cet aspect du web est important pour en savoir plus sur le panel des visiteurs. L’une des clefs du web est aujourd’hui la connaissance de son auditoire. En ce sens, les réseaux sociaux constituent un complément intéressant de diffusion de messages vers les cibles qualifiées en créant un « buzz » autour d’une destination ou d’un évènement. Mayotte doit impérativement tenir une place de choix dans ces différents sites de référencement car ce sont eux qui régissent le marché du voyage en ligne. En plus d’être un moyen rapide et efficace de communication c’est aussi un moyen peu coûteux. Sur une échelle plus vaste, un des moyens de communication maintenant souvent adopté par les Comités de tourisme souhaitant donner une nouvelle impulsion à leur destination, se trouve être le spot publicitaire télévisé. Cette année c’est l’Irlande qui est à l’honneur, on voit souvent leur « teaser » apparaître sur nos petits écrans aux heures de grande audience. Ces spots publicitaires représentent un moyen de communication qui touche une cible large et permettent ainsi de véhiculer un message. Dans l’objectif de créer une image de marque pour la destination Mayotte ce procédé, onéreux certes, est cependant à envisager dans un premier temps. Cela donnerait l’occasion de faire connaître, à la fois la magnificence du paysage mahorais, la chaleur et les traditions hautes en couleurs, les activités multiples et variées de l’île et tout ça en faisant ressortir le caractère sécuritaire du nouveau département français.
  57. 57. 58 L’objectif selon moi est de mélanger l’exotisme et le confort en jouant sur le caractère rassurant du département français. En réalisant l’une de mes interviews, le caractère sanitaire douteux de l’île a été plusieurs fois mentionné45 . En faisant de plus amples recherches en quête de témoignages je suis tombée à plusieurs reprises sur le commentaire suivant : « le "front de mer" et la rue du Commerce sont tout simplement indignes d'une ville qui veut accueillir des touristes. On ne peut s'empêcher d'imaginer ce qui se passe dans la tête d'un touriste qui descend d'un de ces paquebots de luxe qui font escale à Mayotte quand il passe à côté de poubelles qui débordent, de canettes métalliques et de papiers qui traînent et qu'il respire l'odeur qui s'échappe des toilettes publiques. Tout cela ne donne guère envie de s'attarder ou de revenir, et quelle image de marque pour Mayotte ». La photo postée par l’auteur du commentaire a été retirée du site. Elle montrait la première vision qu'ont les croisiéristes lorsqu'ils descendent du ponton et traversent la route pour se rendre à pied dans le centre de Mamoudzou. 45 Cf. Interview réalisée en agence Nouvelles Frontières
  58. 58. 59 Recommandation N°2 : Assainir l’environnement pour favoriser de développement touristique. La Création de structures d’hébergement, de résidences hôtelières, ou encore le suivi de la réalisation de nombreux projets tels que : la maison de la mer, l’écomusée de l’histoire, la construction de la Maison du tourisme et l’aménagement des ports de plaisance, sont au cœur des considérations actuelles du CDTM. Qu’en est-il de la mise en place d’un service public dédié à l’assainissement des rues, des bords de plages et de l’environnement en général ? etc. Ces orientations ont été proposées dans le cadre d’une stratégie « écotouristique », on suppose donc que les problèmes d’assainissement sont pris en compte dans le cadre du développement structurel de Mayotte dans un premier temps et dans le cadre de son développement touristique dans un second temps. L’Etat œuvre également en faveur du tourisme grâce au Contrat de projet 2008-2013 qui prévoit un peu moins de 6 millions d’Euros pour la construction d’équipements touristiques tels que des pontons et mouillages ainsi que l’aménagement de plages. Cela suggère un effort supplémentaire pour atteindre le marché des croisières. Suggestion et modalités de développement à la recommandation N°2 Mise en garde quant aux projets d’assainissement. Cela s’est déjà vu dans beaucoup de destinations qui avant de connaitre une forte notoriété en matière de tourisme vivait dans une précarité de système de traitement des ordures. Avec l’arrivée des touristes ; il faut avoir conscience de la multiplication du travail du traitement des déchets. L’île doit être préparée à cela tant pour le respect des populations locales que pour ses ambitions de développement touristique. Au regard du marché des croisières, il est indispensable pour Mayotte de se définir comme une destination incontournable de l’océan indien. Le marché des croisières est une des alternatives au problème de saisonnalité du tourisme. Les croisières sont
  59. 59. 60 souvent disponibles toute l’année elles permettraient donc à Mayotte de profiter de ce marché comme d’un régulateur touristique. Toujours dans un objectif de réguler et de trouver un équilibre à la saisonnalité, on notera que le mois d’août est le mois le plus touristique, mais en ce qui concerne le tourisme d’affaires, juillet, août et septembre sont les mois les plus creux. Bien que moins attractif, le mois de mai est apprécié par l’ensemble des touristes. Celui d’octobre est marqué par une augmentation significative du tourisme d’agrément, témoin d’une activité touristique de loisirs en hausse. Mayotte ne doit pas négliger le marché du tourisme d’affaire, d’ailleurs il semblerait que ce n’est point son intention au regard des projets de construction hôtelière adapté à ce marché. Pourtant il est encore très peu exploité sur l’île comparée à ses voisins. Le tourisme d’affaire offre de multiples possibilité et s’étend même jusqu’au marché de « l’Insentive ». Il semblerait que Mayotte ne soit pas encore une destination de référence pour ce type de voyage. Il serait intéressant que Mayotte développe l’éventualité de s’introduire sur ce marché pour compléter son offre.

×