Vincent Jost 
Juste pour te lire 
- Collection Philosophie - 
Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur 
http://www....
Table des matières 
Juste pour te lire.......................................................................................
Juste pour te lire 
Auteur : Vincent Jost 
Catégorie : Philosophie 
Date de publication originale : EN COURS DE PREPARATIO...
Juste Pour te lire 
Je vous invite ici à passer un petit temps avec vous... 
Juste Pour te lire 2
Ma proposition 
Je ne sais par quel hasard ces lignes se sont retrouvées sous tes yeux. 
Peut être m'a-t-on recommandé à t...
Juste pour te lire 
propose de conter ta préhistoire. 
Ma proposition 4
Ta genèse 
Ta genèse vient de la rencontre de tes deux moitiés originelles. Il se peut 
que cette rencontre n'ait pas été ...
Juste pour te lire 
encore le juste croisement des oreilles de tes géniteurs : deux belles oreilles 
ovales, mélange des d...
Petit point I 
Tu vois bien, je t'avais dit que je te connaissais. Je pense même te 
connaître mieux que tu n'en as consci...
Peur primale 
Tu as Peur. 
Dès ta naissance, et autant que tu l'admettes dès ce stade, jusqu'à ta mort ta 
peur ne te quit...
Juste pour te lire 
doute, pas le propre de l'autre. 
En fait, depuis longtemps tu as jugé celui qui t'a permis de me lire...
Petit point II 
Alors, voilà, tu commences à te demander pour qui je me prends pour te 
parler aussi crûment. Tu as sans d...
Extérieur 
Là, oui, tu te souviens de ce petit rien à présent et qui représentait tant 
pour toi. De ce blouson que portai...
Juste pour te lire 
Ta découverte forcée de l'extérieur a donc été, pour toi, une nouvelle 
source de besoins, une nouvell...
Petit point III 
De toutes les périodes de la vie, on dit que c'est l'enfance la plus belle. 
On le dit, on le croit sincè...
L'enfance 
Cela fait bientôt deux secondes, deux minutes, deux heures ou deux ans 
que nous ne nous sommes pas vus, alors ...
Juste pour te lire 
l'avenir sera un jour passé et que si personne ne regarde en arrière, à quoi 
auront servi tous ces av...
Juste pour te lire 
plutôt Laborieux. 
Enfin, la troisième réaction, celle que tu attendais et que tu trouvais, si 
ce n'e...
Juste pour te lire 
programme. 
C'est donc en état de déséquilibre qu'il t'a fallu entrer dans un nouveau 
monde, le monde...
Petit point IV 
Si tu as bien assimilé l'idée directrice vers laquelle tu m'emmènes depuis 
le début de ta lecture, jusqu'...
Ton Adolescence 
Cela a été la période la plus riche et la plus décisive pour réaliser ce que 
tu es. C'est donc une pério...
Révélation 
Étonnant n'est-ce pas comme je te connais ? Mon secret, je peux bien te 
l'avouer. À ce stade de ta lecture, m...
Juste pour te lire 
ensemble soit bouleversé. Ton père a quitté ta mère, ton frère est parti de la 
maison, on t'a appris ...
Formation 
Parce que personne n'est entièrement rattaché à son enfance, tu n'as pas 
été complètement guidé dans tes choix...
Juste pour te lire 
l'autre et t'apercevoir que l'autre est reconnu, il fallait que toi aussi on te 
reconnaisse. 
C'est a...
Petit point V 
Courte mais si intense cette adolescence. Qu'as-tu donc fait de sa 
flamme incandescente ? 
Depuis que tu e...
PDF version Ebook ILV 1.4 (juillet 2010)
Vincent jost juste pour te lire
Vincent jost juste pour te lire
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Vincent jost juste pour te lire

66 vues

Publié le

Vincent jost juste pour te lire

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
66
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Vincent jost juste pour te lire

  1. 1. Vincent Jost Juste pour te lire - Collection Philosophie - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.inlibroveritas.net
  2. 2. Table des matières Juste pour te lire.........................................................................................1 Juste Pour te lire..................................................................................2 Ma proposition.....................................................................................3 Ta genèse.............................................................................................5 Petit point I..........................................................................................7 Peur primale.........................................................................................8 Petit point II.......................................................................................10 Extérieur............................................................................................11 Petit point III......................................................................................13 L'enfance............................................................................................14 Petit point IV.....................................................................................18 Ton Adolescence...............................................................................19 Révélation..........................................................................................20 Formation...........................................................................................22 Petit point V.......................................................................................24 i
  3. 3. Juste pour te lire Auteur : Vincent Jost Catégorie : Philosophie Date de publication originale : EN COURS DE PREPARATION Et tout ceci juste pour te lire, toi l'homme du XXIème siècle. C'est un début d'une oeuvre assez ambitieuse. Mais qu'en pensez-vous? Licence : Art libre (lal) 1
  4. 4. Juste Pour te lire Je vous invite ici à passer un petit temps avec vous... Juste Pour te lire 2
  5. 5. Ma proposition Je ne sais par quel hasard ces lignes se sont retrouvées sous tes yeux. Peut être m'a-t-on recommandé à toi ? C'est peut-être un ami qui te veut du bien, ou alors un ennemi qui espère te voir souffrir qui m'a permis d'être là, avec toi. Cela en fait, m'importe peu. Seulement, sache que tu ne pourras pas sortir indemne de ces mots ! Tu as encore la possibilité de ne pas poursuivre cette lecture, tu peux en effet ne pas encore être prêt à te voir tel que tu es. Et si tel est le cas, mieux vaut aller chercher d'autres pages à tourner, ou d'autres liens à ouvrir. Si je ne sais pas pourquoi tu es là, à cet instant et malgré mes prévenances, je sais par contre qui tu es. Tu es vivant ! Le fait que tes yeux puissent se poser sur moi, que ton cerveau transcrive ces signes en mots puis en phrases afin de former quelque chose de concret dans ton esprit est très révélateur de l'existence de ta vie. Tu lis, donc tu penses et donc tu es. Ayant maintenant la conviction profonde de ta réalité, je peux te proposer d'aller plus en amont de ta présentation. C'est vrai : tu me lis, donc tu es. Tu penses et tu existes, tu poursuis ta lecture et petit à petit je te cerne de mieux en mieux. J'ai précédemment dit que tu étais Vivant, oui tu es Vivant. Mais d'entre tout ce qui vit, tu es de cette race rare des Hommes qui lisent. Mais n'allons pas si vite. Tu es Vivant et tu es un Homme. Je dis bien un Homme avec un grand H, je ne parle pas simplement d'un ADN de type humain, mais de ce qui nous différencie de l'être dont seuls les instincts guident son chemin. Et c'est donc à toi, que j'aie choisi parmi de nombreux autres, à qui je Ma proposition 3
  6. 6. Juste pour te lire propose de conter ta préhistoire. Ma proposition 4
  7. 7. Ta genèse Ta genèse vient de la rencontre de tes deux moitiés originelles. Il se peut que cette rencontre n'ait pas été voulue ou qu'au contraire elle soit l'aboutissement d'une attente plus ou moins longue. Elle peut être accidentelle ou scientifique, amour ou violence mais en tout état de cause, cette rencontre s'est produite et cela peu importe la manière. Tu aimes, ou tu aurais aimé que tout commence par une belle histoire, mais la vie est ainsi faite et nul ne peut décider de sa provenance. En général, c'est la sélection naturelle qui va choisir le représentant le plus capable du donneur mâle. Mais il arrive aussi parfois que ce soit le hasard au sein d'un prélèvement qui choisisse finalement l'élu fécondateur. Et que la sélection naturelle ait été remplacée par la sélection scientifique, cela ne change rien au fait que c'est cette moitié sera la clé de ce que tu seras aux yeux du monde : Une double X ou un mélange de X et Y. Et c'est donc cette heureuse partie de toi, qui me lis en partie, qui a permis de féconder ton autre moitié, qui se trouve devant moi, maintenant. La réserve génétique des donneuses femelles se plaît en effet à mettre à disposition de la vie sa contribution une seule fois par mois. Bien sûr, la capricieuse peut parfois en expulser plusieurs en même temps, mais généralement cela se produit mois après mois, l'un après l'autre jusqu'à son ultime don. Une fois que cette invraisemblable rencontre s'est produite, tes deux moitiés se sont partagées les rôles afin de te définir tel que tu es, là, maintenant, face à moi. En effet, au court d'une longue partie de cartes, ils t'ont composé. Tu as les yeux bleus du mâle ou peut être les verts de la femelle ou bien sans doute les yeux noirs provenant d'une génération précédente. Tu as aussi les oreilles un peu rondes ou bien vraiment très longues ou bien Ta genèse 5
  8. 8. Juste pour te lire encore le juste croisement des oreilles de tes géniteurs : deux belles oreilles ovales, mélange des deux. Voilà le jeu qui se joue, en fonction de la dominance des gènes ou de leur faculté à se mélanger. Voilà simplement ce qui fait que tu es toi, mais que tu ES tout de même. En moyenne, il t'aura fallu neuf mois pour que la partie de cartes s'achève et que l'on puisse enfin te faire utiliser tes poumons. Je dis bien en général, car il est aussi probable que tes deux moitiés originelles ne soient pas très joueuses et décident d'en finir plus rapidement avec la distribution des sous-ensembles qui te font. Alors, on dira que tu es né prématurément et il aura donc fallu te surveiller un peu plus, afin de vérifier que les distributions vitales avaient bien eu lieu. La partie de cartes achevée, ton corps va continuer à évoluer. Mais cette évolution nul ne pourra plus la maîtriser sans passer par de l'artificiel. Tes gènes sont là et s'exprimeront lorsque leur temps sera venu, ton destin génétique est fixé et va se poursuivre jusqu'à ta fin. Ta genèse 6
  9. 9. Petit point I Tu vois bien, je t'avais dit que je te connaissais. Je pense même te connaître mieux que tu n'en as conscience. Non que je sache mieux que toi ce que tu es capable de savoir sur toi, mais seulement moi, j'ose te rappeler ce que tu feins d'ignorer de toi-même. Alors si tu veux poursuivre ton introspection avec moi, je te propose de poursuivre. Mais juste avant, dis-moi, me suis-je trompé jusque-là sur ta préhistoire ? Non ! C'est bien ce que je pensais. Bon maintenant que tu as bien réfléchi sur ta genèse, chose qui fait que tu sois, il est grand temps que je te parle un peu de ton histoire. Petit point I 7
  10. 10. Peur primale Tu as Peur. Dès ta naissance, et autant que tu l'admettes dès ce stade, jusqu'à ta mort ta peur ne te quittera pas. Pourquoi penses-tu avoir crié en arrivant au monde ? − Parce que tes poumons se sont dilatés une première fois et que cela t'a fait mal ? − Parce que l'air qui est passé par ta trachée et qui a rempli tes poumons t'a fait l'effet d'un gaz irritant en pénétrant ton corps ? Non, rien de tout cela. La partie de cartes s'étant achevée, tes deux moitiés se sont diluées pour te réaliser. Et une première fois te voila seul, séparé du cordon qui t'alimentait, de la poche qui te protégeait, te voilà seul, nu et vulnérable. Alors, tes cris, tes pleurs ne sont pas une réponse à une douleur physique, mais un appel au secours, un appel à l'antisolitude, un cri de rage contre ta condition Humaine. Tu es là depuis à peine quelques secondes et tu as déjà tout compris à la vie qui t'attend : tu es et resteras à tout jamais dépendant de l'autre. Alors, tu pleures pour que l'on te remarque, pour ne pas rester seul de peur de mourir sans que personne ne comble ta dépendance. Et ainsi pendant plusieurs années l'autre, ton géniteur, ton éducateur, ta mère ou ton père, peu importe comment il se nomme et qui il est pour toi à présent, l'autre t'a fourni assez d'attention pour que notre rencontre puisse se réaliser aujourd'hui. Tu te dis « oui, cet autre s'est occupé de moi, mais tout de même il aurait pu mieux faire ». Car tu es toi, dépendant dès ta naissance tu crois encore et tu attends toujours que l'on s'occupe de toi, que l'on réponde à tes attentes qui te sont propres, mais qui ne sont, sans aucun Peur primale 8
  11. 11. Juste pour te lire doute, pas le propre de l'autre. En fait, depuis longtemps tu as jugé celui qui t'a permis de me lire. Tu l'as jugé pour ce qu'il ne t'a pas fourni et non pour ce qu'il est. Lui aussi attend de pouvoir me lire, lui aussi est dans un état de dépendance envers son autre. Comme toi, il a crié lors de sa naissance et comme toi il a jugé celui ou ceux qui ont fait qu'il soit ton autre : lui aussi a peur, il est ton semblable. Et pourtant, tes premiers cris se sont estompés. Ta peur primale s'est atténuée à tel point que si je ne te l'avais pas rappelé précédemment, tu ne t'en souviendrais pas à présent. En fait, ton enfance t'a fait entrer pleinement dans ton état de dépendance. Une dépendance qui au fil des jours est devenue une normalité. Et que ton autre soit un monstre t'ayant fait subir toutes sortes d'atrocités, où qu'il soit ce monstre qui combla tes moindres volontés, il fit en sorte de calmer ta peur primale pour t'en créer de nouvelles. Peur primale 9
  12. 12. Petit point II Alors, voilà, tu commences à te demander pour qui je me prends pour te parler aussi crûment. Tu as sans doute envie de me zapper, histoire de retourner dans le petit monde qui s'est construit autour de toi, petit à petit. Mais en même temps, tu te demandes jusqu'où mon analyse de toi va me conduire, va te conduire. En surface, tu te dis que ces nouvelles peurs dont je te parle sont inexistantes, mais au fond, respire et vois comme tes boyaux te serrent, au fond, tu sens très bien de quoi je vais te parler ! Oui, c'est bien d'elles dont je te parle, tes peurs de manquer. A force que l'on réponde à tes cris, ta peur pour ta survie s'est muée en peur de manque. Tes premiers cris qui appelaient « Au secours ! Maintenant que je vis, je ne veux pas mourir ! Je suis incapable de m'assumer, il faut que l'on s'occupe de Moi ! » sont devenus ces cris plus égoïstes du type « C'est l'heure ! J'ai faim ! Je m'ennuie ! J'ai mal ! Que celui qui s'occupe de moi accourt sur-le-champ ! » Dès ton plus jeune âge et ce, jusqu'à ton adolescence, tes peurs vont s'accroître ainsi au même rythme que tes besoins. Ta première nouvelle peur fut celle de manquer ton repas. Puis te sont venues la peur de manquer d'attention, la peur que celui qui s'occupe de toi ne soit plus là pour toi. Et finalement, après ces peurs basiques, tu as développé un autre type de peur, la peur de la non-reconnaissance de Toi qui va se concrétiser en développant de nouveaux manques, de nouvelles peurs. Petit point II 10
  13. 13. Extérieur Là, oui, tu te souviens de ce petit rien à présent et qui représentait tant pour toi. De ce blouson que portait l'un de tes copains de classe, ce cartable qu'il avait ou bien encore sa force ou sa grandeur qui en faisait un adversaire redoutable pendant les petits combats de court d'école. Tu te souviens bien de tous ces petits riens qui te manquaient, qu'il te fallait. Et ainsi, tes peurs ont accru en toi ; peur de ne pas avoir suffisamment pour être valorisé auprès des autres, peur de ne pas être à la hauteur face à l'autre. Et ces peurs t'ont fait être de plus en plus exigeant envers ceux qui se sont occupés de toi. Leur impossibilité à répondre à toutes tes attentes est devenue pour toi des manques d'attention, des manquements à ton intégrité face à la société extérieure vers laquelle ils t'avaient eux-mêmes placé : l'école, l'Extérieur. Et c'est ici, en grande partie, que ta vie actuelle s'est lentement dessinée. La peur à cela de positif, elle est assimilée dans ton corps, dans ton esprit à une action. Et comme toute action donne lieu à une réaction, il a bien fallu que tu réagisses face à tes peurs. Ta première réaction fut de réagir comme tu avais appris à le faire ; tu te mis à crier. Crier pour que l'on te remarque, crier pour qu'autour de toi tout se fasse comme par le passé, que le monde extérieur comble tes manques.−Et comme tu es de ces pauvres mais très rares personnes à qui le monde extérieur donne tout ce qu'ils demandent, en lisant ces lignes tu te demandes comment l'extérieur aurait dû réagir à ce moment clé de ta vie. −Et comme tu es certainement de ces nombreuses personnes à qui le monde extérieur donne la chance de réagir autrement, tu as appris à le faire. Extérieur 11
  14. 14. Juste pour te lire Ta découverte forcée de l'extérieur a donc été, pour toi, une nouvelle source de besoins, une nouvelle source de manques, une nouvelle source de peurs. Et que ton enfance ait marqué ta vie à jamais à cause de traumatismes liés à une maltraitance que t'aurait infligée un Autre, ou qu'elle se soit passée simplement sans que tu ne puisses plus t'en souvenir précisément, elle t'a forgé tel que je te vois, tel que je te sens, tel que je t'écris. En fait, le fond de l'Homme qui se trouve face à moi à présent n'est autre que le résultat des interactions qui se sont produites entre tes attentes et leurs gestions par l'extérieur ; ton enfance. Extérieur 12
  15. 15. Petit point III De toutes les périodes de la vie, on dit que c'est l'enfance la plus belle. On le dit, on le croit sincèrement lorsqu'on voit un enfant. Mais toi, voudrais-tu réellement retourner en enfance ? Si ta réponse est oui, tu peux alors stopper la lecture, ce qui va suivre n'est pas pour toi. Je veux te décrire comment s'est passée ton enfance et si tu veux y retourner, c'est qu'en fait, tu n'en es pas encore sorti. Et il n'est jamais très bon de savoir à l'avance son avenir. Alors si tel est le cas, si vraiment tu es encore psychologiquement bloqué au stade de l'enfance au point de croire qu'il serait bon d'y retourner, il est temps de nous séparer. Garde-moi précieusement, marque cette page et reprends-moi quand tu auras grandi. À bientôt mon ami. Petit point III 13
  16. 16. L'enfance Cela fait bientôt deux secondes, deux minutes, deux heures ou deux ans que nous ne nous sommes pas vus, alors j'en profite pour te saluer, toi, l'ex-enfant devenu grand. Comme j'ai commencé à te l'expliquer auparavant, c'est à ce stade que les bases de ta personnalité se sont construites. Et je sais à coup sûr pouvoir te dire que ton enfance s'est tout de même bien passée par rapport à celle que d'autres que toi ont eue. Non ! Comment ça non ! Tu as ces lignes sous tes yeux qui te font lire en toi et tu ne sais encore pas reconnaître que puisque tu es là c'est que ton enfance s'est plutôt bien passée ! Certes, tous tes besoins n'ont pas été assouvis. Mais tout de même, tes besoins vitaux t'ont été donnés. Tu as été abreuvé et nourri suffisamment pour survivre. Tes maladies ont été soignées, ton corps a été assez armé pour affronter toutes les agressions extérieures et, puisque tu me lis, je peux aussi affirmer que l'on a même veillé à ce que tu sois éduqué. Souviens-toi du quatrième paragraphe de ce livre et ose encore me dire que ton enfance fût la plus détestable de toutes. Te voilà revenu ? Non ? Parfois, il est bon de revenir un peu en arrière. (Aparté) : ici, je vais t'octroyer une légère pause. Jusqu'à présent je n'ai fait que te lire et, pour te remercier de me laisser faire ainsi, je vais tout de même te donner une petite astuce qui pourra t'aider un jour, dans ta vie. Lorsque ce jour il te faudra faire un choix, prendre un tournant pour te diriger vers les voies de l'avenir, surtout n'oublie jamais de regarder en arrière. Souvent cela te fera mal, mais cela te permettra de bien repérer les erreurs à ne plus reproduire. Beaucoup de ceux qui ont lu ce conseil avant toi m'ont d'abord répondu qu'il ne servait à rien de regarder le passé, qu'il fallait seulement construire l'avenir. Ils avaient simplement oublié que L'enfance 14
  17. 17. Juste pour te lire l'avenir sera un jour passé et que si personne ne regarde en arrière, à quoi auront servi tous ces avenirs du passé ? La pause est finie. Oui, c'est cela, tu es Vivant ! Et comme tu vis, forcément, ton enfance s'est plutôt bien passée. Les bases de ta personnalité sont en fait issues des réactions que ton entourage a eues en réponse à tes attentes. Tu les connais ces réactions, elles sont trois. Et face à ses trois dernières, tu as toi aussi réagi en te formant, par expérience, une matrice pour ta future personnalité. La première, que tu redoutais le plus, c'était le non. Le non strict et sans espoir de pouvoir combler un jour le manque que tu avais exprimé. Ce non à ta demande d'un petit quelque chose qui représentait tant pour toi. Ce non qui t'a révolté, qui t'a fait détester ceux qui le prononçaient. Ce non qui parfois t'a aussi obligé à ne pas y faire attention afin d'obtenir quand même ce que tu désirais franchissant ainsi la ligne de l'interdit. Et finalement, ce non que tu redoutais tant, te fit ne plus perdre du temps à demander. Ce non pouvait alors te faire réagir de ces deux façons : − Tu pris, tout simplement, tout ce que tu pouvais prendre et cela, peu importait la manière, du moment que ton besoin était assouvi. Tu développais ainsi un caractère plutôt Arriviste. − Tu finis par admettre ta soumission totale envers l'autre et tu n'osas plus rien vouloir. Tu ne pris plus que ce que l'on voulait bien te donner. Tu développais ainsi un caractère plutôt Soumis. La seconde réponse, celle qui allait te réclamer un effort et que tu trouvais injuste, était la réciproque. Celui que tu sollicitais voulait bien consentir à faire en sorte que ton souhait soit réalisé mais seulement en échange d'un effort de ta part. Il voulait que tu sois le meilleur à l'école, il te demandait de ranger tes affaires, d'être sage, bref il fallait toujours que tu donnes pour recevoir. Ce fut pour toi très dur et petit à petit tu finis par croire que rien ne se donnait, que tout devait forcément avoir un prix. Plus tard, tu en as payé le prix, n'est-ce pas ? Tu développais ainsi un caractère L'enfance 15
  18. 18. Juste pour te lire plutôt Laborieux. Enfin, la troisième réaction, celle que tu attendais et que tu trouvais, si ce n'est naturelle, au moins normale, c'était une réponse positive. Tu demandais, tu avais. Tout allait pour le mieux pour toi lorsque tu te retrouvais dans cette situation simple. Simple pour tout le monde. En effet, simple quand elle est possible pour celui qui t'accordait ce que tu voulais, car ainsi il n'avait pas à s'occuper de ta construction. Simple pour toi puisqu'aucun effort ni aucune frustration ne venaient s'associer à tes demandes. Tu développais ainsi un caractère plutôt Attentiste. Et là, tu vas me dire que ton cas ne figure totalement dans aucune de ces formes de réponse. Heureusement pour toi car si l'on t'avait toujours répondu strictement d'une seule de ces manières, tu serais aujourd'hui trop formaté pour que je puisse t'aider. Par contre, de ces trois réactions possibles, il en est une qui a été prédominante lors de ton enfance et c'est donc elle qui prévaut inconsciemment en toi. Or c'est un bon équilibre entre ces trois formes de réactions, ces trois formes de réponses face à tes recours qui auraient pu t'aider dans la construction basique de ta personnalité. L'équilibre absolu t'aurait appris qu'il faut demander ce que l'on veut, et que parfois pour l'obtenir, il faut aussi donner de soi.Cela t'aurait appris aussi que d'autres choses peuvent tout simplement être données, données pour rien, par amour, mais données. Et tu aurais ainsi beaucoup mieux assimilé le sens du non, la nécessité et le bon droit de l'interdit. Puis finalement, tu aurais aussi appris que parfois, le franchissement des lignes est nécessaire pour concrétiser un réel besoin. Comme ta vie serait belle si l'on t'avait équilibré tes demandes, te dis-tu. Mais parce que l'équilibre parfait n'est pas humain et que tu es un Homme et que ces autres à qui tu réclamais étaient aussi des Hommes, le déséquilibre primaire s'est lentement installé en toi comme le ver dans un L'enfance 16
  19. 19. Juste pour te lire programme. C'est donc en état de déséquilibre qu'il t'a fallu entrer dans un nouveau monde, le monde qui allait définitivement être ton dernier stade d'évolution avant de devenir un Homme. L'enfant déséquilibré que tu étais devait à présent affronter sa plus courte période de vie pour beaucoup, la période de tous les dangers : l'adolescence. L'enfance 17
  20. 20. Petit point IV Si tu as bien assimilé l'idée directrice vers laquelle tu m'emmènes depuis le début de ta lecture, jusqu'à la fin de ton enfance tu auras été dirigé, voire même contrôlé par tes besoins, tes manques, tes peurs. La première et la plus vitale fut ta peur pour ta survie, ta peur de mourir : ton premier cri. Puis, petit à petit, tu compris très vite que ce besoin te serait comblé. Alors, en même temps que tu as commencé à découvrir, envier l'extérieur, tu as développé en toi de nouveaux besoins. Et ce n'est pas la génération de tes besoins qui t'a construit jusque-là, c'est la réponse, l'action qu'a entrainée ta demande, la corrélation entre ton nouveau besoin et ta manière de l'obtenir ou de l'abandonner, qui a formé les fondations de ton mécanisme psychologique. C'est donc avec ces valises que tu es sorti d'une enfance de dépendance totale pour faire tes premiers pas vers la liberté espérée de l'adolescence. Petit point IV 18
  21. 21. Ton Adolescence Cela a été la période la plus riche et la plus décisive pour réaliser ce que tu es. C'est donc une période qui reste présente bien clairement à ton esprit, même si je vois bien que tu essayes de la dissimuler derrière un léger voile. Je vois bien que tu as oublié toute la richesse de ces années, maintenant que tu es paisiblement installé dans ta vie. Mais souviens-toi, il n'y a pas si longtemps, tu rêvais... Tu te rêvais autrement n'est-ce pas ? Ton Adolescence 19
  22. 22. Révélation Étonnant n'est-ce pas comme je te connais ? Mon secret, je peux bien te l'avouer. À ce stade de ta lecture, mets-toi un peu à ma place et qu'imagines-tu pouvoir voir ? Toi, oui simplement toi et tes yeux. Tes yeux où ces lignes se moirent, ces lignes étant toi ; oui, je suis simplement toi, ou plutôt ton reflet. Mais maintenant, voyons un peu ton adolescence. Peut-être y es-tu encore ? Et à bien lire en toi peut-être que je pourrais t'aider à choisir le chemin qui te mènera au moins pire Homme que tu es en devenir. Et si tu es déjà un Homme, sache qu'en regardant en face ton adolescence, tu pourras trouver le moyen d'y retourner afin de changer l'Homme que tu es en l'Homme que tu voudrais être. Souviens-toi de mon aparté ! Jusqu'avant cette période, tes besoins n'étaient concentrés que sur toi. Tu as bien découvert l'autre et l'extérieur, mais tu n'as pas tout de suite pris conscience de sa propre individualité, de ses besoins. Mais ta vie, ton expérience, ton éducation t'ont peu à peu ouvert une nouvelle porte. Tu pris conscience des choses et des autres. Sans doute n'avais-tu pas cerné toute la complexité de l'autre, mais tu finis par admettre que l'autre était un élément à prendre en compte dans l'élaboration de tes besoins. Tu compris peu à peu la loi dite de l'action-réaction. Tu savais qu'il suffisait de modifier un paramètre pour que tout un Révélation 20
  23. 23. Juste pour te lire ensemble soit bouleversé. Ton père a quitté ta mère, ton frère est parti de la maison, on t'a appris des choses que tu ne savais pas sur toi, on t'a changé d'école... Un paramètre et une vie change ! En tant qu'adolescent, tu as continué à produire de nouveaux besoins, mais ces derniers n'étaient plus sans conséquence. Peut être était-ce un jour particulier, ou alors ce sentiment s'est peu à peu révélé à toi, mais toujours est-il qu'un jour tu pris conscience d'être. Et ce fut un bouleversement pour toi. Car en prenant conscience de ton existence, tu pris aussi conscience de l'existence pleine et entière de l'autre. Très vite, tu compris qu'à présent il te fallait prendre une place et cette place ne pouvait pas t'être donnée, il te fallait la construire. C'est là que ta construction basique a dirigé tes premiers choix. Durant cette période charnière, à l'orée de ta vie d'adulte, tu fus soit Soumis, Arriviste, Laborieux ou Attentiste, tu fus et fis selon la force de tes envies et selon tes possibilités. Révélation 21
  24. 24. Formation Parce que personne n'est entièrement rattaché à son enfance, tu n'as pas été complètement guidé dans tes choix par un seul des caractères développés pendant cette dernière. Le plus grand bouleversement de ta vie aura été ta prise de conscience de l'existence de l'autre. Et si souvent, comme le dit Sartre : L'enfer, c'est les autres, je pense aussi pouvoir t'affirmer que parfois, au contraire : le salut vient des autres. Comme on modèle la pâte, on forme un Homme. Et c'est durant cette période que s'est ouverte à toi la porte de la connaissance. La connaissance universelle, celle qu'on enseigne dans les écoles. La connaissance de l'autre, celle que l'on ne peut acquérir qu'en le fréquentant et en l'observant. C'est aussi la période de la connaissance la plus précieuse qui soit et que l'on perd très souvent, la connaissance de soi par la formation de soi et le regard de l'autre. Avide d'apaiser tes sens, te souviens-tu des expériences faites sur ton corps, sur les réactions des autres ? Te remémores-tu tout ce que tu as mangé, bu ou inhalé ? C'est aussi la saison de ton corps. Il lui fallait être beau pour plaire à l'autre, plaire à tes yeux et que tu ais été ou non beau, jamais tes yeux ne se voyaient autrement que laid.À découvrir le monde, te découvrir, découvrir Formation 22
  25. 25. Juste pour te lire l'autre et t'apercevoir que l'autre est reconnu, il fallait que toi aussi on te reconnaisse. C'est alors que tu as commencé à rêver ailleurs que dans tes rêves ; c'est alors que tu fus à l'apogée de ton être. Tu savais enfin pourquoi ta présence était précieuse au monde et il te suffisait d'agir pour que l'univers change par ton simple battement d'ailes. Invulnérable et immortel tu commençais ton adolescence avec la certitude de former au bout un Homme dont tu serais fier et dont l'autre se souviendrait. Mais ces promesses d'un avenir hors du commun durent rapidement se confronter aux réalités humaines et à ton caractère. Le problème pour un adolescent, c'est que son autre est souvent lui aussi adolescent. Il possède lui aussi le même désir de reconnaissance, et lui aussi se croit intouchable. De ce fait, tes rêves se sont pour la plus part brisés contre les rêves des autres et tu ne pus jamais devenir ce que tu te croyais être. Au sortir de ton adolescence, tu n'étais plus l'enfant qui y était entré ni tout à fait l'Homme qui me lit. Et même si une partie de tes rêves avait trouvé le terrain sur lequel pousser, ton ambition première te semblait à jamais perdue ! Tu devenais adulte. Formation 23
  26. 26. Petit point V Courte mais si intense cette adolescence. Qu'as-tu donc fait de sa flamme incandescente ? Depuis que tu es adulte, bien rangé dans ta vie ou dérangé par ton manque de rangement, tu souffres de ne pas être un peu plus l'Homme de tes rêves. Tu mènes parfois ta vie ainsi depuis tant d'années que sans moi tu aurais presque oublié d'avoir un jour rêvé. Mais encore une fois, je te somme de tourner les pages. Va, retourne en arrière et souviens-toi de mon aparté. Tu n'es pas l'unique stationné de ce parking des rêves oubliés. Ils n'attendent que toi pour s'élancer, d'une façon différente peut-être, vers la naissance de l'Homme que tu es. Enfin, tu me reconnais, je suis ton rêve révolté qui vient pour te libérer... ... Ferme ce livre et bats des ailes, que notre envol fasse changer le monde... Petit point V 24
  27. 27. PDF version Ebook ILV 1.4 (juillet 2010)

×