Mon offre éditoriale

53 vues

Publié le

Communication Corporate et Brand Content
Stratégie de contenus - Rédaction en chef - Production de contenus.
Pullman / Jaeger LeCoultre / Auchan / ING Direct / Alstom / Butagaz / Maille / Suez / Peugeot

Publié dans : Marketing
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
53
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mon offre éditoriale

  1. 1. STRATÉGIE ET PRODUCTION DE CONTENU Ségolène Boutin Brand content manager
  2. 2. MÉTIERS # STRATÉGIE ET CONCEPTION
 CHARTES ÉDITORIALES / STRATÉGIE DE CONTENUS ET DISPOSITIFS ÉDITORIAUX / LIGNES ÉDITORIALES # PRESSE / EDITION
 CONCEPTION ET RÉALISATION DE SUPPORTS ÉDITORIAUX ON/OFF : MAGAZINE, BLOGS, RAPPORTS ANNUELS, BROCHURES… # RÉDACTION EN CHEF ET PRODUCTION ÉDITORIALE
 REFONTE DE CONTENUS DE SITES / RÉSEAUX SOCIAUX / MAGAZINES ON/OFF : RÉDACTION, SUIVI DE PRODUCTION VIDÉOS, ICONO, ILLUSTRATIONS… BRAND CONTENT - CORPORATE 
 COMMUNICATION INTERNE - BTOB
  3. 3. BOOK
  4. 4. AUSHOPPING
 STRATÉGIE DE CONTENUS Enjeu : Mise en place du service AUSHOPPING.COM dans les galeries commerciales d’Auchan > lui donner de la visibilité et de la notoriété pour générer du trafic sur le site et en galerie. Solution : enrichir la marque en contenu pour lui créer un univers avec une tonalité impliquante et connivente. Moyens : 
 - création d’une newsletter hebdomadaire parallèlement à la refonte de la plateforme et la création d’une rubrique blog « Inspirations »
  5. 5. PULLMAN BRAND CONTENTDANS LES HÔTELS DIGITAL : SITE CORPORATE ET RÉSEAUX SOCIAUX MOBILE HÔTELS PULLMAN 
 STRATÉGIE GLOBALE DE CONTENUS Enjeu : Repositionner la marque pour sortir de son image d’hôtels standardisés Solution : enrichir la marque en contenu pour lui créer un univers spécifique, parallèlement à une nouvelle identité visuelle et éditoriale Moyens : 
 - création de supports (le magazine et applications mobile et tablette)
 - refonte des supports existants (site, les newsletters et réseaux sociaux)
 - production de contenu et déploiement sur tout l’écosystème pour atteindre la cible à chaque points de contact
  6. 6. THEPULLMANMAGAZINEN°02 EXTRAORDINARY TRAVELLERS The changing pace – and faces – of modern travel LAÏLA MARRAKCHI - Desert Detour ROCK RECAPTURED - Portfolio by Richard Bellia Original Fiction by LAWRENCE OSBORNE PULLMAN IN MOTION Around the World in Pullman Hotels & Resorts D E S T I N A T I O N S C R E A T I O N S I D E A S No 02 «THE PULLMAN MAGAZINE»  Conception de la formule, supervision et pilotage de la réalisation des magazines
  7. 7. 76 PULLMANHOTELS.COM THE PULLMAN MAGAZINE 77 EVENTS PULLMAN LOVES CONTEMPORARY ART Pullman is committed to artists of diverse origins and sensitivities, providing support for the risk-taking that lies at the heart of the creative act. In 2013, starting in Paris, London and Brussels, Pullman has begun building a contemporary art collection with work from both emerging and established living artists like photographer Robert van der Hilst. Launched with Pullman Dubai Deira City Centre, Pullman Artnight, a series of signature events, offers an exclusive and original experience: from the moment our guests arrive, they embark on an exciting journey into the heart of the Pullman brand. NEW BRAND IDENTITYPullman’s new logotype and symbol evoke the yin and yang of business and leisure, the duality that informs the new upscale positioning of Pullman hotels. Pullman’s worldwide communications campaign, which includes a new website (September 2013), extends this invitation to today’s travellers: DESIGN YOUR JOURNEY.  PULLMAN IN MOTIONDEVELOPMENT AND DYNAMISM AT A GLANCE EXTENDING A WARM WELCOME In Pullman hotels welcoming guests isn’t a job – it’s a philosophy. Based in the lobby and instantly identifiable, Pullman Welcomers greet guests and remain the guests’ point of contact throughout their stay. COMFORT PERFECTED A room in a Pullman hotel is not only a place for sleeping. It’s a place for relaxing, working, or simply for doing nothing, with your head in the clouds. Or more precisely, with your head on a memory foam pillow. Guest amenities include the Bois d’ Orange range from Roger&Gallet. And technology is now a major priority, starting with the Connectivity Lounge powered by Microsoft in our lobbies and extending to free Wi-Fi. THOUGHTS FOR FOODPullman’s culinary offerings can be ”customised” for every moment and every taste. From a business- meeting Power Lunch in 45 minutes flat to a light dinner, from an afternoon tea break to after-work tapas. At midday or midnight, with or without jet lag, standing at the bar or seated at a table, in your room or in the lobby... And a chance to explore the wine list and sample wines by the glass at Vinoteca By Pullman. 80HOTELS & RESORTS 5 CONTINENTS MODERN STYLE Pullman is currently working with the Paris-based fashion designer featured on page 20 of this issue of THE PULLMAN MAGAZINE. This collaboration will result in a completely new look for staff in all Pullman hotels. Stay tuned…  NEW DIRECTION FOR PHOTOGRAPHY Pullman has adopted a new direction in the way photography is used to express the brand’s modern, cosmopolitan image. Photographer Carole Bellaïche was chosen to interpret this new direction. EXPANSION, RENOVATION Pullman currently has 80 hotels across Europe, the Asia-Pacific region, Africa, the Middle East and Latin America. By 2015–20, Pullman expects to have 150 international hotels and resorts, located in the world’s major cities and regions and in prime tourist destinations.  Visit Pullman in Motion online: pullmanhotels.com/pullmaninmotion PullmanEindhovenCocagne-Netherlands©HugoPotharst ©CaroleBellaïche DESIGNS ON THE FUTURE Pullman has teamed up with some of the world’s most forward- thinking designers, among them Mathieu Lehanneur (see page 14) and Christophe Pillet (see page 93). Their brief: to extend the cosmopolitan, vibrant and in-style aesthetic of the Pullman brand. OPENINGS Overlooking the crystal waters of the Andaman Sea, the Pullman Phuket Arcadia Naithon Beach offers guests a luxurious, sophisticated experience. With 277 rooms, villas and pool villas, this is a contemporary resort where relaxation is a top priority. The Dhatri Spa, named for the Hindu god of well-being and tranquillity, features an array of treatments including, naturally, Thai massage. Those visiting on business will appreciate the resort’s innovative approach to meetings and events, including outdoor venues and specialised break ideas. And for those travelling with kids, there are Kids Clubs for all ages and a dedicated video game area. All the dining options – two restaurants, three bars and a deli – are designed with an eye to the flow between inside and outside, ensuring that guests can always enjoy the magnificent views afforded by the resort’s clifftop perch. PHOTOGRAPHY NARONG RATTANAYA OPENINGS / RESORT PULLMAN PHUKET ARCADIA NAITHON BEACH 63THE PULLMAN MAGAZINE62 PULLMANHOTELS.COM The Indian Effect n a week in the Indian city of Ahmedabad, Terence Dougherty became frightened in a way he never would again in his life. The mysterious blobs and lariats of the Hindi signage, the urgent streaming density of the crowds, hot colours, sharp smells and promiscuous mingling of indoors and out gripped him in their foreignness like a kind of drug, which powerfully confused his mind. An unmarried, middle-aged American professor of design, he’d won a grant giving him a month in Ahmedabad to study the history of Indian fabrics. His first few days had been – to him – a revelation at the failure of his own nerve. Instead of searching out the massive mills, the many learned local historians, or the famous local textile museum as planned, he spent his time within the dark quiet rooms and courtyards of “Pratima”, his host’s old teak house, watched over by the sullen maid, drinking tea, note-taking from his books and feeding bits of mango to the flocks of green parrots that alighted on the ledges there each day in puffs of air. Evenings he chatted with his host, Yosh, who taught at a small teacher’s college, and supplemented his income lending his ancestral family home to visiting foreigners. Yosh was small, explosively funny, pug-faced, pot-bellied, and possessed of a voice which broke continually upwards in interrogative crests. Repeatedly he tried to draw Terence from the house, at night, when coolness fell like a curtain of water poured on the air and the grinding traffic abated. Twice, he relented, and accompanied his eager host to dinners at poorly lit restaurants, where he picked at his tikka masala while doing his best to satisfy Yosh’s seemingly insatiable curiosity about the sexual mores of American college life. After a few days, he was letting down his guard, and getting ready, he thought, to strike out solo into the city or possibly even country at large. He was not an adventurous man, but emboldened by being this far from all his points of reference, he’d screwed up his courage and for two days lived amidst the pleasant fantasy of taking a bus into the Indian hinterland and disappearing. Then something happened. A short story by Eli Gottlieb ILLUSTRATION JAN FEINDT BEDTIME READING I 59THE PULLMAN MAGAZINE Suit Lanvin Shirt Kris van Assche lanvin.com cosstores.com cerruti.com mykita.com krisvanassche.com ruedumail.com 14 15PULLMANHOTELS.COM THE PULLMAN MAGAZINE Power of Love Mathieu Lehanneur Heard of “making beautiful music together”? French designer Mathieu Lehanneur posits a more modern metaphor for falling in love: Listening to a beautiful playlist together. For his interactive art installation, Power of Love, Lehanneur focuses “on the ideal moment of the first encounter”. He created a digital “fire” then used a 3D printer to transform frame into flame. An MP3 player concealed within this golden fire of passion connects to two pairs of headphones – each dispensing a different melody. RK Mathieu Lehanneur is developing a new design concept for working interiors in Pullman hotels. PHOTOGRAPHY FLORIAN KLEINEFENN COURTESY OF EXQUISEDESIGN© STARTERS 6 7PULLMANHOTELS.COM THE PULLMAN MAGAZINE 10 84 20 31 24 40 48 12 38 80 Behind the Scenes 5 FROM THE EDITOR Curiouser and curiouser 6 CONTENTS 9 CONTRIBUTORS Starters 10 THE VIEW FROM… Pullman Beijing West Wanda by Stefen Chow 12 STATUE SYMBOLS Terracotta Woman by Marian Heyerdahl 14 POWER OF LOVE Installation by Mathieu Lehanneur 16 WORLD BRIEFING With content from The Economist Newspaper and Intelligent Life 18 SNAKE OIL? Infographic by David McCandless Profiles 20 WHY PARIS FASHION (STILL) ROCKS Article by Martine Sitbon 24 LEONARDO LETELIER, SOCIAL ENTREPRENEUR Profile by Andrew Downie Special Section: Hidden Pleasures 26 A SHARPENING OF THE SENSES Manifesto by Alexander Sharkey 31 THE HIDDEN LONDON OF SIR JOHN SOANE Walking tour by Alexander Sharkey 35 SPAIN-SUR-SEINE With Alberto Herraiz of El Fogón 38 THE SENSORY PLEASURES OF INDIA Travel suggestions by Monisha Rajesh Art 40 A WANDERING EYE Portfolio by Robert van der Hilst Style 48 LAST NIGHT IN BANGKOK Fashion story by Olaf Wipperfürth 60 OUR MAN IN BANGKOK Interview with Pen-Ek Ratanaruang Bedtime Reading 62 “THE INDIAN EFFECT” A short story by Eli Gottlieb Shopping 68 POSTCARD MOMENTS A roundup of some finer things destined for the world traveller Pullman Pages 75 WELCOME 76 PULLMAN IN MOTION Development and dynamism at a glance 78 OPENINGS Hotel openings in London, Dubai, Phuket 84 AUSTRALIA Pullman in the Great Southern Land 86 PORTRAIT Olivier Poussier, sommelier extraordinaire 89 NEIGHBOURHOODS With Welcomers from Pullman Paris Bercy and Pullman Paris Tour Eiffel 95 PARTNERSHIP Pullman teams up with Damman Frères contents 96 LE CLUB ACCORHOTELS Advantages and convenience 97 DIRECTORY Pullman hotels & resorts around the world Stay in Touch 99 STILL CURIOUS? Pull up to the iPad version of THE PULLMAN MAGAZINE
  8. 8. Contenus enrichis (diaporama, vidéo et audio) 600 téléchargements pour le premier numéro
  9. 9. UNE VERSION ONLINE, UNE NEWSLETTER ET UNE APPLICATION SMARTPHONE Une sélection d'articles de The Pullman Magazine disponible sur le site internet et l’application de Pullman, traduits en 6 langues.
  10. 10. EN PARALLÈLE - Refonte complète du site et production de tous les contenus - Refonte de l’identité graphique et création d’une charte éditoriale - Campagne presse WELCOME TO A NEW GENERATION OF HOTELS
  11. 11. JAEGER-LECOULTRE 
 REFONTE CONTENUS SITE ET ANIMATION ÉDITORIALE
  12. 12. PERIAL 
 REFONTE DE L’ÉCOSYSTÈME ÉDITORIAL
  13. 13. ASSET MANAGEMENT ASSET MANAGEMENT PERIAL DÉVELOPPEMENT PRÉSENTE DE LA LUMIÈRE AU VÉGÉTAL, DE L’ESTHÉTISME AU FONCTIONNEL… SEVEN, 12 500 M2 DE BUREAUX ET DE BIEN-ÊTRE. ÉDITIONS
 Brochures et rapports annuels
  14. 14. PAGES JAUNES 
 ZOOM ON ANIMATION ÉDITORIALE
  15. 15. ING DIRECT 
 LIGNE ÉDITORIALE MÉDIAS SOCIAUX ET ANIMATION DES PAGES
  16. 16. PRODUCTION DES CONTENUS : POSTS, VIDÉOS, DATAVISUALISATION…
  17. 17. BUTAGAZ 
 CONCEPTION ET ANIMATION DU BLOG « LES GAZTRONOMES » ANIMATION DE LA PAGE FACEBOOK BOB
  18. 18. MAILLE 
 REFONTE CONTENUS SITE : TRADUCTION ET ADAPTATION DE LA VERSION ANGLAISE
  19. 19. MANPOWER 
 REFONTE CONTENUS SITE MILUMEL 
 REFONTE CONTENUS SITE ET ANIMATION ÉDITORIALE (NEWSLETTERS)
  20. 20. Numéro 07_Juin 2011 | P02 ALGER, L'ABOUTISSEMENT D'UN CHANTIER TITANESQUE | P10 LA DIVERSITÉ COMME FACTEUR DE PERFORMANCE | P34 L'EAU, UN DÉFI COLLECTIF | P46 À LA DÉCOUVERTE DU 8e CONTINENT | SUPPLÉMENT 4 PAGES SUR DEGRÉMONT LA NOUVELLE DONNE ENVIRONNEMENTALE AUSTRALIE Magazine SUEZ ENVIRONNEMENT utilisateur 3 - mercredi 8 juin 2011 15:09:38 SUEZ07_FR_TOTAL.indd 01SUEZ07_FR_TOTAL.indd 01 11-06-08 15:1011-06-08 15:10 SUEZ
 MAGAZINE INTERNE/EXTERNE MONDE
  21. 21. L’AGRICULTURE DE DEMAIN : RÉPARER ET ÉCONOMISER POUR MIEUX PRÉSERVER AUJOURD’HUI, LES AGRICULTEURS DOIVENT RELEVER UN DOUBLE DÉFI : AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ ET LA RENTABILITÉ DES CULTURES TOUT EN VEILLANT À PRÉSERVER LES RESSOURCES. AFIN DE LEUR DONNER LES MOYENS D’Y PARVENIR, SUEZ ENVIRONNEMENT NE CESSE D’INNOVER. N°15 - MARS - AOÛT 2014 25DOSSIER_ Alors que les ressources en eau se raréfient, le secteur agricole en est le plus grand consommateur. L’agriculture a en effet multiplié sa consommation par six en moins d’un siècle. ©CAMERONDAVIDSON/CORBIS 70%des prélèvements en eau, c’est la proportion consommée par l’agriculture dans le monde. SUEZ ENVIRONNEMENT MAGAZINE24 _DOSSIER
  22. 22. La production de déchets continue d’augmenter dans le monde. Cependant, une part croissante des déchets est valorisée pour être transformée en ressources secondaires. SUEZ ENVIRONNEMENT MAGAZINE30 _DOSSIER SUEZ08_FR_030041_DOSSIER.indd 30SUEZ08_FR_030041_DOSSIER.indd 30 11-11-15 16:2511-11-15 16:25 ©MHPRODUCTIONS/PHILIPPEMENCIA RESSOURCE ET LE DÉCHET DEVINT N°8 - NOVEMBRE 2011 31DOSSIER_ SUEZ08_FR_030041_DOSSIER.indd 31SUEZ08_FR_030041_DOSSIER.indd 31 11-11-15 16:2511-11-15 16:25 (32 %) et le stockage (31 %)(3) . Autre pays où SITA est présente : la Chine qui est devenue en 2005 le premier producteur de déchets devant les États-Unis. Cela s’explique notamment par sa forte croissance économique et son poids démographique. Aujourd’hui dans les pays avancés, l’ère du trai- tement des déchets, qui consistait simplement à les éliminer, est totalement révolue. Place à une “nouvelleécole”,quiprivilégielavalorisationsous toutes ses formes : organique, matière ou énergé- tique (voir encadré : “La valorisation à la loupe”). L’Union européenne souhaite que la gestion des déchets devienne le socle d’une w 04_ La production de résine PET recyclée (“r-PET”) pour des usages alimentaires se développe : en 2009, France Plastiques Recyclage (créée par SITA France et Paprec Group) a reçu la validation de l'Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, pour son processus de décontamination du r-PET. 03_ En Australie, le “Product Stewardship Act” est entré en vigueur le 8 août 2011. Cette législation cadre, qui vise à améliorer le cycle de vie des produits, devrait permettre de renforcer le recyclage et la valorisation des déchets. 03_ 04_ L’Australie, par exemple, a longtemps privi- légié la mise en décharge en raison de la taille de son territoire et de la faible densité de sa popu- lation. Mais le pays a pris conscience des enjeux environnementaux et mise aujourd’hui sur la valorisation des déchets (notamment organique pour enrichir les sols). LA VALORISATION SOUS TOUTES SES FORMES Enrevanche,danslespaysdensémentpeuplés, l’incinération est privilégiée, comme au Japon (74 %), au Danemark (48 %) ou encore aux Pays-Bas (39 %). De son côté, le Royaume-Uni, qui a longtemps préféré l’enfouissement, revoit aujourd'hui sa stratégie pour se conformer aux objectifs européens (voir l’encadré sur SITA UK). L'Allemagne fait la part belle au recyclage (48 %) et à la valorisation énergétique (34 %). Enfin, la France présente une répartition relativement équilibrée entre le recyclage et la valorisation agronomique (36 %), la valorisation énergétique UNMARCHÉ DE300MILLIARDS D’EUROS Il est encore difficile d’évaluer le marché mondial des déchets, car dans de nombreux pays, cela reste une activité qui relève du secteur informel. On estime cependant qu’il atteindrait 300 milliards d’euros, toutes activités économiques confondues, de la collecte au recyclage(1) . Cette estimation prend en compte la majorité des pays de l’OCDE, ainsi que quelques pays émergents tels que la Chine ou le Brésil. (1) Source : Du rare à l’infini - Panorama mondial des déchets, Catherine Gaillochet et Philippe Chalmin, Économica, 2009. ©ABACAPRESS/KRISTIANGEHRADTE ©PIERREEMMANUELRASTOIN N°8 - NOVEMBRE 2011 33DOSSIER_ SUEZ08_FR_030041_DOSSIER.indd 33SUEZ08_FR_030041_DOSSIER.indd 33 11-11-15 16:2511-11-15 16:25 ©SUEZENVIRONNEMENT BÂTIR LA SOCIÉTÉ DU RECYCLAGE : AUGMENTER LA VALORISATION, GÉRER L'ÉLIMINATION. LA GESTION DES DÉCHETS SE PRÉSENTE SOUS DES FORMES VARIÉES ADAPTÉES AUX SPÉCIFICITÉS LOCALES ET AUX CHOIX POLITIQUES DES PAYS. MAIS MALGRÉ CETTE DIVERSITÉ DE PRATIQUES, LA VALORISATION, SOUS TOUTES SES FORMES, MONTE RAPIDEMENT EN PUISSANCE. EXPLICATIONS. QU’EST-CE QU’UN DÉCHET ? D’après l’Union européenne, il s’agit de « toute substance ou tout objet dont le détenteur se défait ou dont il a l’intention ou l’obligation de se défaire(1) ». Pendant longtemps, le déchet a été considéré comme un élément nocif qui devait juste être abandonné et mis hors de portée, en décharge, à la périphérie des villes. L’augmentation de la production de déchets conjuguée à la prise de conscience environne- mentale a conduit la Commission européenne à fixer comme objectif un découplage entre la croissance économique et la production de déchets. Un des moyens de parvenir à cet objectif de “société du recyclage” consiste à suivre une approche du cycle de vie permettant ainsi un rendement élevé des ressources. C’est dans ce contexte que s’inscrit la valorisation des déchets. Des progrès considérables ont déjà été accomplis danslaplupartdespayseuropéens:en2008,40% desdéchetsménagersfinissaientendéchargedans l’Union européenne, contre 68 % en 1995. Si cettepartdevraitencoreseréduiredanslesannées à venir, l’enfouissement continuera à être néces- saire, ne serait-ce que pour accueillir les déchets ultimes, non valorisables. DES CONTEXTES ET DES SPÉCIFICITÉS LOCAUX Si les pays avancés sont déjà dans la logique de la valorisationindustrielledesdéchets,laplupartdes pays émergents commencent eux aussi à mettre enplacedespolitiquesetdesstratégiesspécifiques pour gérer leurs déchets dont le volume s’accroît aurythmedel’urbanisationetdudéveloppement économique. Les quantités produites sont égale- mentliéesautyped’industriesdéveloppées.Ainsi, les déchets d’ordinateurs devraient augmenter de 200 % à 400 % d’ici 2020 en Afrique du Sud et en Chine, et de 500 % en Inde(2) ! En matière de traitement des déchets munici- paux, de grandes tendances se dégagent en fonc- tion des spécificités de chaque pays. 01_Les déchets d’ordinateurs devraient augmenter de 200 % à 400 % d’ici à 2020 en Afrique du Sud et en Chine, et de 500 % en Inde. 02_En Europe, la réduction de la mise en décharge devrait contribuer à une augmentation de l’incinération qui pourrait concerner 39 % des déchets municipaux en 2020. Source : AEE (2011). 01_ 02_ 524 kgpar habitant, c’est la quantité de déchets ménagers produite en Europe en 2008. En 2020, elle devrait passer à 558 kg. Source : AEE (2011). 30%C’est l’augmentation de la productivité des ressources entre 1992 et 2007. Sur la même période, la productivité du travail et la productivité énergétique ont augmenté de 85 %. Source : AEE (2010), périmètre UE-12. ©INTERLINKSIMAGE/LEIMDORFERGILLES SUEZ ENVIRONNEMENT MAGAZINE32 _DOSSIER SUEZ08_FR_030041_DOSSIER.indd 32SUEZ08_FR_030041_DOSSIER.indd 32 11-11-15 16:2511-11-15 16:25 MISER SUR LA VALORISATION SUEZ ENVIRONNEMENT A MIS LE CAP SUR LA VALORISATION DES DÉCHETS, LEUR OFFRANT AINSI UNE SECONDE VIE ET LEUR DONNANT UNE NOUVELLE VALEUR. CHRISTOPHE CROS, DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, EN CHARGE DES ACTIVITÉS DÉCHETS EUROPE, ET DIRECTEUR GÉNÉRAL DE SITA FRANCE, NOUS OFFRE UN ÉCLAIRAGE SUR LES AMBITIONS DU GROUPE DANS CE DOMAINE. CHRISTOPHE CROS / DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT DE SUEZ ENVIRONNEMENT ©DR N°8 - NOVEMBRE 2011 35DOSSIER_ SUEZ08_FR_030041_DOSSIER.indd 35SUEZ08_FR_030041_DOSSIER.indd 35 11-11-15 16:2611-11-15 16:26 économiecirculairedanslaquelleles déchets sont valorisés et réintègrent le cycle de production économique. Les industriels leaders de leur marché sont désormais des pionniers en matière de développement durable et entraînent ainsi leurs concurrents dans un cercle vertueux. Face à cette tendance vers la valorisation qui se généralise dans le monde, SITA développe son expertise dans chaque domaine afin d’offrir des solutions à toutes les problématiques de la valorisation. DES SOLUTIONS POUR TOUS En ce qui concerne la valorisation matière, SITA dispose d’un pôle d’expertises qui propose une offre complète de services, depuis la valorisation desmatériauxrecyclablesetdesproduitsenfinde vie jusqu’à la production de matières premières recyclées de haute qualité. SITA Recyclage a par ailleurs développé une entité spécifique pour les DEEE (déchets des équipements électriques et électroniques). Dans le domaine de la valorisation organique, SITA assure la conception et l’exploitation d’unités de compostage pour valoriser la fraction fermen- tescible des déchets ménagers ou industriels. Concrètement, ils sont épandus directement sur les champs ou transformés en compost. De son côté, SUEZ ENVIRONNEMENT s'estengagéàaméliorersonefficacitéénergétique de 5 % en 2012 par rapport à 2008. En2010,SUEZENVIRONNEMENTexploi- tait 118 plates-formes de compostage, 48 sites d'incinération, 601 stations de tri et 138 centres de stockage. Dans le monde, ce sont 50 mil- lions de personnes qui bénéficient des services de collecte des déchets du Groupe. Fort de son expertise qui porte sur tous les aspects de la valori- sationdesdéchets,SUEZENVIRONNEMENT a aujourd’hui pour ambition de répondre aux attentes de ses clients en matière d'économie cir- culaire et de les aider à devenir des leaders de la performance environnementale. (1) Article 3 de la directive cadre déchets 2008/98. (2) Selon le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement). (3) Sur 37,9 millions de tonnes de déchets collectés par le service public en 2009. (Source : Ministère du développement durable.) LA VALORISATION À LA LOUPE La valorisation consiste dans le réemploi, le recyclage ou toutes autres actions visant à obtenir, à partir des déchets, des matériaux réutilisables ou de l’énergie. Il existe trois formes de valorisation : • la valorisation organique qui peut se faire sous forme de compostage (transformation des matières fermentescibles par des micro-organismes, en présence d’oxygène et d’eau) ou de méthanisation (procédé de fermentation, qui aboutit à un dégagement de biogaz pouvant être valorisé) ; • la valorisation matière (ou recyclage) qui se caractérise par le réemploi, la réutilisation, la régénération, de matière (papier, plastiques, métaux...) ; • la valorisation énergétique des déchets, qui consiste en la récupération de l’énergie à partir de la combustion des déchets dans une unité de valorisation énergétique. w 91%c’est le pourcentage de déchets stockés par SUEZ ENVIRONNEMENT dans des centres équipés d’un système de captage et de traitement du biogaz en 2010. En 2008, ce chiffre était de 85 %. 36,8%c’est le taux global de valorisation matière des déchets ménagers et industriels banals traités par SUEZ ENVIRONNEMENT en 2010. En 2008, ce chiffre était de 31,6 %. 05_ et 06_ En 2010, SUEZ ENVIRONNEMENT a mis sur le marché 13,6 millions de tonnes de matières premières secondaires et de compost qui ont été extraits des 37 millions de tonnes de déchets dont le traitement avait été confié au Groupe. 05_ 06_ ©MAGNUM/MARKPOWER ©MHPRODUCTIONS/PHILIPPEMENCIA SUEZ ENVIRONNEMENT MAGAZINE34 _DOSSIER SUEZ08_FR_030041_DOSSIER.indd 34SUEZ08_FR_030041_DOSSIER.indd 34 11-11-15 16:2511-11-15 16:25 DES DOSSIERS POUR DONNER UNE VISION GLOBALE SUR UN SUJET D’ACTUALITES
  23. 23. LES PUITS DU DÉSERT AU CŒUR DU DÉSERT, LA VIE saires, les écoles, c’est bien. Mais sans eau, rien de tout cela n’est possible », explique-t-elle. À son départ, elle promet à Mohamed Ixa de l’aider pour la construction d’un puits. Un an plus tard, Mohamed Ixa et son équipe lui présentent une idéed’association,Tidène,afindemettreenordre de marche leur projet. Christel Pernet monte alors de son côté en France l’association Puits du désert, pour récolter des fonds. Tidène en gèrera opérationnellement la mise en œuvre. L’aventure peut commencer… De 2003 à 2007, le projet se met en place. Les premiers puits sont creusés au cœur de la vallée de Tidène. Puis la guerre civile oblige les deux associations à envisager de creuser plus au sud, dans le désert, où l’on compte de nombreux éle- AUX CÔTÉS DES ASSOCIATIONS TIDÈNE ET PUITS DU DÉSERT, LE FONDSSUEZENVIRONNEMENTINITIATIVESAINVESTI280000EUROS SUR QUATRE ANS POUR LA RÉALISATION DE 14 PUITS AU CŒUR DU DÉSERT DU NIGER. ET PAR UN EFFET DE LEVIER, CE SONT AU TOTAL UNE SOIXANTAINE DE PUITS QUI ONT AINSI ÉTÉ CREUSÉS. RETOUR SUR CE PROJET. LE PROJET DES PUITS DU DÉSERT A COMMENCÉ PAR UN ATTERRISSAGE D’URGENCE. De retour de mission humani- taire, l’avion de Christel Pernet, victime d’un problème de filtrage d’essence, se pose en plein désert du Ténéré, au Niger, grâce aux indications données par radio par un touareg, Mohamed Ixa, directeur d’une agence de voyages, qui avait intercepté l’appel. L’aviatrice reste quelques jours sur place. Ce séjour lui fait entrevoir ce qu’est la vie sans eau. «Toutcequiaétéfaitdepuisdesannées,lesdispen- 01_Dans le désert, de nombreux éleveurs et caravanes sont confrontés à la nécessité vitale d’un approvisionnement en eau. 02_03_Grâce au soutien du Fonds SUEZ ENVIRONNEMENT Initiatives notamment, les associations Tidène et Puits du désert ont pu construire une soixantaine de puits donnant aux populations nomades un accès à l’eau. 04_Christel Pernet, Présidente de Puits du désert, se réjouit de l’impact social des puits. Les enfants vont pouvoir être scolarisés. ©PUITSDUDÉSERT ©PUITSDUDÉSERT 01_ 02_ Pour en savoir plus : w suez-environnement.fr w lespuitsdudesert-tidene.org SUEZ ENVIRONNEMENT MAGAZINE18 _INITIATIVES SOLIDAIRES INITIATIVES SOLIDAIRES_ du Fonds, et Dominique Pin, ancien Directeur GénéraldéléguéduGroupeetConseilduFonds. « La qualité de la relation partenariale, le concours d’acteurs publics permettent à cette ini- tiative de durer dans le temps », explique Myriam Bincaille. « Et le projet répondait à nos critères : prise en compte des particularités locales, améliora- tion durable des conditions de vie des populations soutenues, transfert de savoir-faire… » Un partenariat efficace Un investissement à hauteur de 280 000 euros sur quatre ans est acté par le Fonds SUEZ ENVIRONNEMENT Initiatives, qui conduira à la création de 14 puits. « Notre participation a eu un effet de levier incroyable. À notre suite, de nouveaux parte- naires(1) ont adhéré au projet, permettant au total la construction d’une soixantaine de puits don- nant aux populations nomades un accès à l’eau », poursuit-elle. Christel Pernet note de son côté un fort impact social. « Libérées de la corvée d’eau, les femmes peuvent travailler et les enfants être scolarisés. » Aujourd’hui, le projet est une réussite exem- plaire, récompensé par l’attribution d’un label de qualité en 2012, lors du 6e Forum Mondial de l’eau. « Le Fonds est l’acteur qui a le plus participé, la tête de pont », remercie la Présidente de l’asso- ciation Puits du désert. « Son engagement a donné jour à ce merveilleux projet ! » (1) La fondation du Sénat américain, le club Rotary International et même le chanteur Eddy Mitchell, qui a fait don à l’association Puits du désert de la recette de son dernier concert, ont à leur tour contribué au financement du projet. veurs et caravanes confrontés à la nécessité vitale d’un approvisionnement en eau. Plus isolés, plus profonds aussi, ces puits pastoraux, situés dans des zones de pâturages pour le bétail des caravanes, nécessitentleconcoursdenouveauxfinancements. En France, l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse, ainsi que la ville de Grenoble acceptent alors de s’engager aux côtés des deux associations, à la condition qu’un acteur privé s’investisse également dans le projet. Christel Pernet contacte alors le Fonds SUEZ ENVIRONNEMENT Initiatives, persuadée que l’image du Groupe et son savoir-faire rassu- rera les bailleurs de fonds potentiels. Le dossier est étudié dans les moindres détails par ses référents, Marie-AngeDebon,DirecteurGénéralAdjointde SUEZENVIRONNEMENTenchargedel’Inter- national, Myriam Bincaille, Déléguée Générale IBRAHIM RISSA / DIRECTEUR DE L’ASSOCIATION TIDÈNE ET CHARGÉ DE MISSION À L’ASSOCIATION PUITS DU DÉSERT MOHAMED IXA / PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION TIDÈNE « Le nord Niger, c’est 1,5 fois la France, avec une population estimée à 487 313 habitants en 2010. Notre zone d’intervention prioritaire est située au sud-est d’Agadez avec 50 000 habitants et cinq millions de têtes de bétail. Les puits pastoraux permettent aux nomades de transhumer avec leurs animaux autour des zones où quelques brins d’herbes poussent. La durée de vie d’un puits pastoral est de 50 ans environ. Des coordonnées GPS sont associées au puits, ce qui permet de cartographier les points d’eau. Les populations pourront ainsi rester nomades aussi longtemps qu’elles le veulent. ©PUITSDUDÉSERT©PUITSDUDÉSERT 04_ 03_ Sur place, nous travaillons avec cinq entreprises privées locales, ce qui génère de l’emploi. Les équipes des chantiers campent autour du puits deux mois, le temps de sa réalisation. L’association se charge de leur approvisionnement en eau et en vivres. Une fois le puits réalisé, un comité de gestion du point d’eau s’occupe de son entretien. Une personne du comité est chargée quant à elle du transfert de compétence. Il va sans dire que le puits appartient à tout le monde. L’eau est un bien social à disposition de tous. » “TOUT CE QUI A ÉTÉ FAIT DEPUIS DES ANNÉES, LES DISPENSAIRES, LES ÉCOLES, C’EST BIEN, MAIS SANS EAU, RIEN DE TOUT CELA N’EST POSSIBLE.” CHRISTEL PERNET / PRÉSIDENTE DE PUITS DU DÉSERT “L’EAU EST UN BIEN SOCIAL À DISPOSITION DE TOUS.” 19N°15 - MARS - AOÛT 2014 DES REPORTAGES DANS LE MONDE ENTIER LOÏC ET GEOFFROY DE LA TULLAYE / EXPLORATEURS DEUX FRÈRES FOUS DE L’EAU SUEZ ENVIRONNEMENT MAGAZINE38 _VU PAR LES FRÈRES HYDRO-TROTTEURS Loïc et Geoffroy de La Tullaye, deux frères aventuriers, explorent le monde depuis 2002 dans le but de répertorier les pratiques et usages de l’eau. Loïc est ingénieur agronome et Geoffroy issu du monde de la finance et des marchés. Après quelques années en entreprises et quatre expéditions de plusieurs mois autour du monde, ils créent BIGLO, la première agence de sensibilisation autour du thème de l’eau et du développement durable au service des entreprises, des institutions et du public. L’agence se veut être le support et le relais de l’expérience acquise par les frères de la Tullaye depuis plus de dix ans sur le terrain. Leur but est de sensibiliser le grand public aux enjeux de l’eau, tout en créant des synergies dans une dynamique de recherche de solutions concrètes et innovantes. Avec pour principes “responsabilité et engagement”, les frères de La Tullaye réalisent aujourd’hui des supports sur les enjeux liés à l’eau. Ils alternent expéditions et expertise dans leur agence BIGLO(2) . faitpartiedenosviesdepuisplusdedixans…Enréalité,tout acommencéen2002.Nousavionsenvied’entreprendreun tour du monde depuis longtemps, mais nous ne voulions pas uniquement arpenter le globe en quête d’expériences individuelles fortes. Nous aspirions à construire quelque chose, à créer de la valeur, à faire bouger les choses. Nous nous intéressions alors à l’eau, à son pouvoir, à ce qu’ellepermet…Nousavonsalorsdécidéd’enfairenotrefilrouge,lemoteurdenotre voyage!C’estainsiqu’estnéleprojetHydrotour.Ethasardducalendrier,ils’estavéré que 2003 était l’année internationale de l’eau douce, avec en questionnement sous- jacent, l’approvisionnement en eau potable de notre planète. Noussommesalorspartisdans34paysetpendant15moisàladécouverted’initia- tivesréaliséespardesindividus,desassociationsetdesentreprisesautourduthème delapréservationdel’eau.Cetteexpéditionaétédécisivepournous!Ellenousafait prendre conscience du caractère presque magique de pouvoir simplement tourner un robinet pour obtenir de l’eau… Si ce geste est en effet une évidence pour nous, l’accèsàl’eauestloind’êtrefacilepourdesmillionsdepersonnesàtraverslemonde. Pendant les années qui ont suivi, nous avons entrepris trois autres expéditions(1) quinousontmenésd’unquestionnementàunautre.Avecl’expéditionYangtsénous avons traversé l’Empire du Milieu, d’ouest en est, pour nous rendre compte que l’accèsàl’eauestdéterminantpourledéveloppement.L’expéditionKachgarnousa, quant àelle,montrédurantquatremoisl’évolutiondelaglobalisationdeséchanges et ses impacts sur la ressource. Puis, en longeant le rift est-africain, nous avons parcouruplusde13000kilomètresavecuneseulequestionentête:yaura-t-ilassez d’eau sur Terre pour nourrir neuf milliards d’habitants en 2050 ? Grâce au soutien financier de SUEZ ENVIRONNEMENT, qui a été déterminant, nousavonspufinancerletournageetlemontagedenosdernièresexpéditions.Nos films diffusés sur France 5 et postés sur le Web ont été suivis par des milliers de personnes ! À travers ces films, nous ne cherchions pas à moraliser mais à offrir de la matière à la réflexion, à responsabiliser et à sensibiliser. Qui a en effet conscience quepourfabriquerunjeanilfaut11000litresd’eau?Aveccesfortesaudiences,nous nous sommes rendu compte que ces problématiques intéressaient le grand public. Cettedémarcheglobalenousadoncconduitsen2005àcréerBIGLO,uneagence de sensibilisation dédiée exclusivement au thème de l’eau et du développement durable. Elle est venue en appui à nos projets et nous a permis de mettre au service de nos clients et partenaires notre vision du développement durable. Prochain départ ? Avril 2014, en direction du Nouveau Monde ! Notre parcours à travers le Brésil, le Pérou, la Bolivie et le Chili tournera autour de la technologie et sera guidé par une question que nous sommes loin d’être les seuls à nous poser : l’eau a-t-elle le pouvoir de freiner nos ambitions de développement ? L’eaunouspermetdemieuxappréhendernosorigines.Commentprétendresavoir où l’on va si nous ignorons d’où nous venons ? Chaque nouvelle plongée dans l’uni- vers de l’eau constitue pour nous un voyage dans l’espace et le temps. Paul Claudel ne disait-il pas de l’eau qu’elle est « le regard de la Terre, son appareil à regarder le temps »… (1) Yangtsé en 2008, Kachgar en 2010 et Grand Rift en 2012. (2) L’agence BIGLO est structurée autour de trois pôles de compétence : Conseil, Production et Animations. L’EAU ©BIGLO.LESFRÈRESDELATULLAYE Pour en savoir plus : w lesfrereslatullaye.fr w facebook.com/LesfreresLaTullaye w twitter.com/freresLaTullaye w biglo.fr ©BIGLO.LESFRÈRESDELATULLAYE N°15 - MARS - AOÛT 2014 39VU PAR_ DES PORTRAITS D’ICI ET D’AILLEURS
  24. 24. Quelles sont les certitudes scientifiques concernant le changement climatique ? Si l’on considère la dernière période de référence (1960-1990), on ne peut nier que la température de l’air et celle des océans montent. Plus généralement, ce sont toutes les composantes du système climatique qui se trouvent affectées, avec notamment des modifications touchant le rythme et l’intensité des précipitations, ainsi que l’étendue des surfaces couvertes de neige ou de glace. L’élévation du niveau des mers – de l’ordre de trois millimètres par an – s’impose aussi comme un indicateur très fort du changement. Même s’il est difficile de prédire avec précision ne manquent pas. Des études ont notamment montré que les énergies renouvelables avaient le potentiel pour satisfaire la moitié de la demande énergétique à l’horizon 2050. À condition, bien sûr, qu’une volonté politique coordonnée aille dans ce sens... Quelles seront les conséquences du réchauffement sur les précipitations ? Deux évolutions symétriques sont à prévoir : moins de pluies là où il n’y en a déjà pas beaucoup, et davantage dans les régions traditionnellement très humides. Ainsi, le Nord de l’Europe risque de subir de très nombreuses inondations alors que les pays du Sud devraient voir se renforcer leur vulnérabilité face aux sécheresses. Tous ces dérèglements auront un coût, aux sens économique mais aussi sanitaire et,éventuellement,humanitaireavecl’apparition de réfugiés climatiques. La gestion de l’eau est donc au cœur des enjeux... Effectivement. En la matière, les préoccupations se portent sur les aspects à fois quantitatifs et qualitatifs. On sait que l’augmentation des températures se traduira par une augmentation de la demande en eau – qu’elle soit potable, d’irrigationoudestinéeàassurerlerefroidissement des installations de production d’énergie. Cela peut poser problème dans les régions montagneuses et les plaines environnantes, où l’alimentation dépend de l’épaisseur – de plus en plus faible au fil des ans – du manteau neigeux. Outre d’éventuelles situations de pénurie, le réchauffement climatique risque d’entraîner une dégradation de la qualité de la ressource 01_Aujourd’hui, la température de l’air et des océans monte et cause d’importants bouleversements. 02_Le rythme et l’intensité des précipitations changent. Les pays du Nord, entre autres, risquent de subir de plus en plus d’inondations. w le climat d’une région donnée à un horizon de 50 ans, le réchauffement global est déjà une réalité observable. Et il sera d’autant plus importantsil’oncontinueàémettredesgazàeffet de serre dans les proportions actuelles. Est-il encore possible d’enrayer ce mouvement ? Selon le dernier rapport d’évaluation du GIEC, la température moyenne en France devrait grimper d’environ 2° à 2,5°C entre la fin du 20e et la fin du 21e siècle. Mais le réchauffement atteindrait 4° à 5°C si aucune mesure n’était prise : d’où l’importance de mener une politique volontariste de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pour faire émerger une société sobre en carbone, on estime qu’il ne faudrait utiliser que 20 % des réserves fossiles existantes (gaz, pétrole et charbon). Autant dire que le défi est considérable ! Cependant, les solutions ©RADIUSIMAGES/CORBIS©DONPAULSON/SUPERSTOCK/CORBIS 01_ 02_ 21TÉMOIN_ RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE COMMENT LIMITER SON IMPACT SUR LA RESSOURCE EN EAU ? JEAN JOUZEL / VICE-PRÉSIDENT DU GROUPE D’EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L’ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Un changement sans équivalent au cours des dix derniers siècles, essentiellement imputable à l’activité humaine et exigeant de changer de modèle de développement : c’est ainsi que Jean Jouzel définit le réchauffement climatique. Pour le climatologue, la nécessaire réduction des émissions de gaz à effet de serre n’empêchera pas les dérèglements. La problématique de l’accès à une eau de qualité, notamment, va s’exacerber et entraîner des contraintes de plus en plus fortes. Une bonne raison pour apprendre à protéger et à gouverner collectivement la ressource. Entretien. Climatologue, chercheur au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE), Jean Jouzel est connu du grand public pour sa contribution au travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), dont il est vice-président du groupe scientifique depuis 2002. Le GIEC a reçu en 2007 le prix Nobel de la paix (partagé avec Al Gore). Membre du Conseil économique, social et environnemental, Jean Jouzel a par ailleurs été président du Haut Conseil de la science et de la technologie entre 2009 et 2013. ©CLICHÉCEA SUEZ ENVIRONNEMENT MAGAZINE20 _TÉMOIN DES INTERVIEWS SUR DES SUJETS D’ACTUALITE
  25. 25. LEGRAND
 MAGAZINE BTOB Réponses LE MAGAZINE DES SOLUTIONS TERTIAIRES ET INDUSTRIELLES n°102 DÉC2012 Dossier_ Datacenter,“Hub” pourdonnées connectées Tendances métiers_ Nouvellenorme NF_EN61439-2 Legrand&Vous_ Conférenceau sommetpourle véhiculeélectrique L’écoquartier Darwin à Bordeaux
  26. 26. RÉPONSES _ N°101 - SEPTEMBRE 2012 L’ÉCLAIRAGE EN PLEINE (R)ÉVOLUTION — ET SI LE 21e SIÈCLE ÉTAIT UN NOUVEAU «SIÈCLE DES LUMIÈRES» ? SOUSLATRIPLEIMPULSION RÉGLEMENTAIRE(GRENELLE1ET2, RT2012),ARCHITECTURALE(NOUVEAUX MATÉRIAUXPOURFAÇADES),ET TECHNOLOGIQUE(DÉTECTION CRÉPUSCULAIRE,DEPRÉSENCE,DE LUMINOSITÉ,SOURCE,ETC.),L’UNIVERSDE L’ÉCLAIRAGEPOURBÂTIMENTS TERTIAIRESESTENPLEINE(R)ÉVOLUTION. Dossier_ L’éclairage SOLUTIONS TERTIAIRES ET INDUSTRIELLES 21
  27. 27. 16 Chantier_ Économie durable RÉPONSES _ N°102 - DÉCEMBRE 2012 SOLUTIONS TERTIAIRES ET INDUSTRIELLES 17 INTERVENANTS Maître d’ouvrage : Évolution Architecture : Gravière et Martin BE : BETEREM Ingéniérie Agence Aquitaine Poitou-Charentes Installateur : CEGELEC Bordeaux Tableautier : CME Sud-Ouest MATÉRIEL TGBT XL3 TD XL3 Coffrets Atlantic Disjoncteur DPX3 630 A Baies VDI LCS2 Raccordement rapide Programme Mosaic Boîtes de distribution de zone LCS2 Détection de l’éclairage ECO1 BAES ECO1 LOCALISATION Bordeaux (33) ProjetDarwinàBordeaux Unécoquartier branchéélec _ À Bordeaux, c’est la tendance verte. Vert comme la tonalité que veulent donner les concepteurs de l’écoquartier de la Bastide Niel, un nouveau lieu avant-gardiste. Au-delà de la démarche en faveur du développement durable, la société Évolution — à l’initiative du projet — a voulu une installation électrique moderne et répondant auxaspirationsdumoment. Legrandaréponduprésent. 01_Cetteanciennecasernedatantdeplus d’unsiècledeviendraunlieuavant-gardiste. 02_LessolutionsmodulairesPuissance³ offrentungaindetempsavéréaumontage. 03_LeTGBTXL3 estl’unedes composantesdel’offreglobaleLegrand. 04_Lesespacesdetravailsontdépouillés. L’alimentationsefaitparboîtesdezone et raccordementrapidesituéesenhauteur. w Darwin,c’estlenomdel’importantprojetderéno- vation de la friche militaire de la caserne Niel situéesurlesbordsdelaGaronneauxportesducentre-ville de Bordeaux. C’est ici que la société de communication ÉvolutionetsonDirecteurPhilippeBarontdécidédecréerde toutes pièces l’écoquartier de la Bastide Niel. Le concept : faire cohabiter sur près de 20 000 m2 des entreprises éco- innovantes, des commerces responsables, des associations culturelles et citoyennes et des institutions impliquées dans la défense de l’environnement et la maîtrise de l’énergie. «Techniquement,l’idéeétaitaussidemontrerqu’ilétaitpossible de réhabiliter un ensemble architectural datant du XIXe et le transformerenbâtimentsrépondantauxcritèresBBC»,explique Mickaël Debarre, Responsable Activité tertiaire chez Cegelec Bordeaux. BRANCHÉETMODULABLE — « Lorsque nous avons conçu le projet, nous voulions à la fois associerdel’originalité,dubrutetdel’apparent,maisaussides installationsmodernes,déclareÉricTrouilh,régisseurdupro- jet Darwin (groupe Évolution). Notre cahier des charges était résuméparlestroisE :esthétique,économiqueetécologique ». Nous pourrions également ajouter technique, car un des impératifsduchantierétaitdefournirunmaximumdemodu- larité et de souplesse pour la mise à disposition des courants fortetfaible.Lesgrandsopenspacesaccueillantlesdifférents locatairesonteneffetl’obligationd’êtrecloisonnablesfacile- ment. L’idée d’installer un système de connectique rapide s’estviteimposée.Desboîtiersderaccordementrapidepour lecourantfortetfaibleetl’éclairageetdesboîtesdedistribution dezonepourleVDIsontdisséminésunpeupartoutsansêtre ORIGINALITÉ COURANT FORT DESIGN ÉCOLOGIE RÉNOVATION COURANT FAIBLE c’est la superficie de l’écoquartier Bastide Niel. 1ha 01 03 02 04 TENDANCE RÉPONSES _ N°101 - SEPTEMBRE 2012 SOLUTIONS TERTIAIRES ET INDUSTRIELLES24 —«Pourdesimmeublesdegrande hauteur(IGH),commedansle quartierd’affairesdeLaDéfenseà Paris,lescertifications environnementalesontpoussé l’architectureàintégrerdeplusen plusd’élémentsdestinésàgérerla lumièrevial’orientationdubâtiment parrapportausoleil,maisaussiviale traitementdesesfaçades. L’enveloppeextérieuredubâtiment estconçueparlefaçadierenétroite relationavecl’architecteetla maîtrised’œuvre,quivonts’assurer quesoncoûtestraisonnableet répondauxperformancesattendues enacoustique,thermiqueetde luminosité.Unefoislafaçade réalisée,onlasimulepourétudier sonrôleenmatièred’éclairement naturel,onétudiecommentréaliser lecalepinagedesfauxplafondspour répondreauxexigencesHQEdu bâtiment,lescirculationssont pensées,lesluminairessaupoudrés partoutoùcelaestnécessaire…le Bureaud’étudesfluidesvasuggérer àl’architecteetaumaîtred’œuvre deschoixdesourceslumineuses,de détectiondelumièrephotosensible etautressystèmesdegradation,de détectiondeprésence(pourles piècesaveugles),pourunegestion intelligentedel’éclairage.Àtoutes cescompétencestechniques mobiliséesaujourd’huis’ajouteront bientôtcellesdephysio-biologistes, surlesquestionsdeperceptionetde bien-êtredesoccupants:comment lechoixdelalongueurd’ondepeut-il améliorerlequotidiendu collaborateur?» JULIEN WUIDART CHARGÉDEPROGRAMMES, DÉVELOPPEMENTBUREAUX FRANCE,UNIBAIL-RODAMCO «Lesexpertises semultiplientautour delalumière.» — Début 2018, la tour Phare dressera ses 300 mètres de béton et de verre entre le Cnit et la Grande Arche. Pour son architecte, l’Américain Thom Mayne, la lumière y jouera un rôle clé : la façade Sud, en forme de vague, est recouverte d’une double peau métallique ayant vocation à casser l’énergie du soleil avant qu’elle ne pénètre dans le bâtiment. Au fil des saisons, un logiciel optimise la position de chaque panneau selon la course du soleil. Résultat : l’apport de lumière est préservé, mais celà au détriment de l’apport énergétique... QuandlatourPharedomptera l’énergiesolaire… PRIVILÉGIER LA LUMIÈRE NATURELLE —Cetexempleillustrelapréoccupationactuelledes investisseurs dès lors qu’il s’agit de concilier la conceptiondubâtimentavecsafutureexploitation. Pensés en amont afin d’optimiser les apports en lumièrenaturelle,lesbâtimentsdenouvellegénéra- tionprennentdeplusenplusencomptel’ensemble des critères (orientation du bâtiment, priorité à la surface de vitrage, choix des matériaux intérieurs, importancedeladétectionetd’unerégulationopti- miséedel’éclairage,etc.)àmêmedeprivilégierla lumière naturelle au service et pour le confort des occupants.Letoutenrespectantlesattentesdel’ex- ploitantenmatièred’efficacitéd’éclairementet d’ef- ficacitéénergétique.Au-delàdel’aspectréglemen- taire–lecodedutravailimposeunminimumde300 lux/plandetravail,avecunaccèsàlalumièredepuis sonpostedetravail,saufcasparticulier(bureauxen sous-sol)–,lesdifférentescertificationsenvironne- mentales(HQE,parexemple)stipulentqu’unplateau de bureau doit avoir un niveau d’éclairement uni- forme,quelecollaborateursoitsituéenpremierjour (en bordure de façade, là où entre le soleil) ou en deuxièmejour(plusàl’intérieurdel’espace),quitteà cequelalumièrenaturellesoitappuyéeparunéclai- rage artificiel adapté au bon endroit et au bonmoment.Unesourcedelumièrequipourraêtre assuréepardesLEDs,nouvellesolutionpourl’éclai- ragedesbureaux,efficaceentermesd’éclairement, commeentermesd’économiecôtémaintenanceet facturationfinalepourl’exploitant(2) . LA QUÊTE DU BLANC LUMINEUX —Infine,leconfortdel’occupant(collaborateur,visi- teur,client)estessentiel:leconfortvisuelquepro- curelalumièreestdeplusenplusprisencomptepar lesconcepteurs,dumaîtred’œuvreàl’architecteen passantparledesignerintérieur.Uneapprochequi peutêtresimple–combinantdétectiondeprésence/ mouvement avec variation de luminosité, pour le maintienautomatiqued’unbonniveaud’éclairement aupostedetravail-,voirepluscomplexe.Commeaux Pays-Bas où, dans certains bureaux, le niveau de blancdelaluminositéextérieureestprisencompte pourgraduerlalumièreartificielleintérieure,auplus près du spectre naturel. Une démarche baptisée «Mood Lighting» solutionnée à base de LEDs, sourceconnuepoursesqualitésd’éclairementetde bien-être. (2)Cf.Réponsesn°100,-«L’éclairageréinventé»-p.32. «Lecodedu travailimpose unminimumde 300lux/plande travail,avecun accèsàla lumièredepuis sonpostede travail.» «Proposer unegestion intelligente del’éclairage: systèmede gradationetde détectionde présence.» L’immeubleAlphaenIsère, adaptableàtouteslesorientations. LatourPhare,uneréalisation signéeUnibail-Rodamco. Dossier_ L’éclairage 25 ©Morphosis/Unibail-Rodamco/L’AutreImage ©TOMASINIDESIGN
  28. 28. LE MAGAZINE INTERNATIONAL DE LA MARQUE NUMÉRO 11 — AUTOMNE 2013 NUMERO SPÉCIAL LA NOUVELLE PEUGEOT 308 DESIGN, EFFICIENCE, EXPÉRIENCE DE CONDUITE, QUALITÉ STYLE : UN DESIGN À LA FRANÇAISE LE PEUGEOT i-COCKPIT POUR UNE EXPÉRIENCE DE CONDUITE INÉDITE PEUGEOT
 DISPOSITIF ÉDITORIAL INTERNE MONDE EN 2 LANGUES (AN/FR)
 ON/OFF
  29. 29. • 2012 : 20 millions d’euros (+7 %). • Salariés : une quinzaine en France plus une force de vente d’une vingtaine de personnes. Une trentaine au siège situé au Royaume-Uni. Gü en chiffres Pour faire découvrir ses produits et gagner en notoriété, la marque Gü a mis sur pied des dégustations originales baptisées « office drops ». Ce sont des distributions gratuites de produits Gü invendus dans les entreprises. Chaque semaine, suite à un tirage au sort, une ou deux entreprises réceptionnent des cartons « gürmands », composés de desserts : Moelleux au chocolat, Cœur fondant au chocolat, Banoffee, Tiramigü, Cheesecakes à la myrtille, au citron, à la mangue & fruits de la passion ou encore au spéculoos… (1) Seules les sociétés comptant plus de 100 salariés peuvent en bénéficier, car les stocks de desserts livrés sont très importants. Objectif notoriété 38 L’INVITÉ 8,9% de part de marché des desserts en valeur en France en 2012 39 L’INVITÉ | InMotion | Cette année, votre marque Gü distribuée en grandes surfaces a multiplié par 2,5 son chiffre d’affaires en France. Comment expliquez-vous cette « success story » ? Franck Guignon : Elle repose sur plusieurs facteurs. D’abord, l’intuition de départ des créateurs de la marque pour qui il y avait une place pour des produits de pâtisserie haut de gamme dans les rayons de nos grandes surfaces européennes. Gü est devenu depuis une référence sur ce seg- ment. Et nous avions besoin de notoriété, surtout en France car les marques de des- serts frais ont beaucoup d’ancienneté si nous les comparons à une jeune marque comme la nôtre. Pour y répondre, nous avons mené une stratégie offensive avec des investissements publicitaires en TV et affichage relayés par de la promotion natio- nale mais aussi grâce à une stratégie hors- média musclée (échantillonnage, « office drops »).La notoriété de Gü a été multipliée par cinq en trois ans sur son cœur de cible. | InMotion | Pouvez-vous revenir sur la genèse de la marque ? F. G. : Cette année, nous célébrons ses 10 ans. Elle est née en 2003 en Angleterre de l’inspiration d’un Anglais, le financier James Averdieck, et de sa coopération avec un chef pâtissier français : Frédéric Ponnavoy. En 2010, Gü a été rachetée par Noble Foods, leader de la distribu- tion d’œufs en Grande-Bretagne, qui lui a apporté ses capitaux, son savoir-faire mar- keting et sa connaissance des circuits de la grande distribution. Mais l’ADN de la marque est resté le même. Derrière chaque produit lancé (une trentaine de références) comme notre tout nouveau « Précieux au caramel », il y a l’initiative de Frédéric Ponnavoy notre « directeur artistique » gustatif,l’âme créa- tive de la marque. Un chef français est tou- jours rassurant pour les consommateurs. | InMotion | Vous parlez de création, qu’est-ce qui vous différencie de vos concurrents ? F. G. : Nous prêtons un soin extrême aux ingrédients composant tous nos desserts. Nous nous sommes délibéré- ment positionnés dès le début comme une marque de pâtisseries premium utilisant des ingrédients haut de gamme sélectionnés pour leurs goûts comme du chocolat 100 % beurre de cacao, du citron vert du Pérou ou encore de la vanille de Madagascar. Notre cœur de cible, c’est la femme entre 25 et 49 ans CSP+. Nos produits valent le double de nos concurrents et nos codes de com- munication – packaging, film publicitaire, affichage, Facebook… – se démarquent des desserts généralement vendus en grande surface en évoquant l’univers du luxe, des cosmétiques et du parfum. FranckGuignon Directeur général Gü. PEUGEOT n’est pas la seule marque dont la stratégie est la montée en gamme pour une cible grand public. Grâce à son célèbre moelleux au chocolat et à ses déclinaisons de cheesecakes, Gü Desserts a réalisé une percée remarquée en Europe et notamment en France sur le créneau des desserts pâtissiers haut de gamme vendus en grande distribution depuis 2006. Un bel exemple de réussite. Interview de Franck Guignon, directeur général de Gü. LES INGRÉDIENTS D’UNERÉUSSITE PREMIUM 13 DOSSIER 12 DOSSIER DIS-MOI COMMENTTU PERSONNALISES ETJESAURAI QUITUES… Du parfum aux cartes bancaires, des smartphones aux chaussures en passant par les bouteilles de soda, la vague de la personnalisation sur de nombreux objets est devenue une lame de fond consumériste, partout dans le monde. Comment PEUGEOT répond à cette demande ? Avec une offre de plus de 5000 combinaisons pour la nouvelle PEUGEOT 108. Nouvelle PEUGEOT 108 thème Diamond. Nouvelle PEUGEOT 108 thème Kilt. Nouvelle PEUGEOT 108 thème Dressy. «Que ce soit en Europe, en Amérique latine ou même en Chine, sous l’effet des standards industriels de consommation,le client ressent de plus en plus le besoin de s’affirmer en tant qu’in- dividu. Nous sommes dans l’ère du mar- keting de l’ego », explique Audrey de la Brosse, chargée d’études chez PEUGEOT. « Nous devons en tenir compte et investi- guer cette piste. » POURQUOI LA NOUVELLE PEUGEOT 108 ? Pour Laurent Petitfrère, chef de produit 108, proposer de la personnalisation sur cette petite urbaine est idéal, pour quatre raisons. « Elle répond à une demande forte des clients du segment A, elle nous différencie sur un marché déjà bien investi dans cette tendance, elle optimise notre marge sur un véhicule économique à l’achat et à l’usage, et enfin elle valorise la PEUGEOT 108 en la rendant encore plus désirable. » DESSINE-MOI LA VOITURE QUI ME RESSEMBLE « La cliente choisit sa 108 sur mesure parmi un éventail de combinaisons
  30. 30. GROUPE ACCOR 
 DISPOSITIF D’INFORMATION INTERNE MARQUES FRANCE
  31. 31. PÔLE EMPLOI 
 MAGAZINE INTERNE RAPPORTS D’ACTIVITÉ ACTIONS LE MAGAZINE DESAGENTS DE PÔLE EMPLOI N° 28 MAI/JUIN 2014 LE DOSSIER SUR TOUS LES FRONTS POUR L’EMPLOI DES JEUNES P.05 Arnaud Kerdraon / Référent réglementaire et applicatif (RRA) au pôle emploi de Libourne P.16 À LA DÉCOUVERTE DE L’AGENCE DE SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON P.13 ATTIRER LES JEUNESVERS LES SERVICES À LA PERSONNE P.18 LE NOUVEAU PROGRAMME EUROPÉEN ERASMUS+ P.19 «Faire gagner du temps aux équipes en leur apportant des réponses. » PoleEmploi28.indb 1 16/06/14 12:36
  32. 32. ALSTOM 
 COMMUNICATION INTERNE CASH FLOW
  33. 33. Ségolène Boutin 120, rue Marcadet 75018 Paris segoleneb@gmail.com 06 59 40 78 26 BRAND CONTENT MANAGER 2016 ALL CONTENTS - DIRECTRICE CONSEIL • Élaboration de stratégie de contenus et lignes éditoriales - Conseil en e-marketing et social marketing - Conception, pilotage et animation. Projets : BPCE (conception, réalisation et animation de votrecoach.fr, dispositif Experts), Alstom (communication interne Cash Flow), Engie (campagnes internes), Institut Curie (Rapports annuels et brochures)… 2012 - 2016 DDB - DIRECTRICE CONSEIL • Élaboration de stratégie de contenus et lignes éditoriales - Conception, pilotage et animation. Projets : Pages Jaunes (Animation du Blog Zoom on et des réseaux sociaux - bons plans géolocalisés), Jaeger-LeCoultre (création et animation de jaegerlecoultre.com, catalogues) Accor Pullman (création et réalisation de The Pullman Magazine, Grand Prix Stratégies du Brand Content 2013 et Top Com 2014, création et animation de pullman.com), ING Direct (création de la ligne éditoriale et animation des pages réseaux sociaux), Butagaz (conception et animation du blog Les Gaztronomes, animation de la page Facebook Bob) 2000 - 2012 TAGARO DDB - DIRECTRICE DE CLIENTÈLE DIGITAL CONTENT • Pilotage et conseil éditorial, dispositifs de communication, conseil en e-marketing et social marketing. Projets : Club Med, Vallourec, Bouygues Telecom, Pôle emploi, FNCA, Accor Thalassa, Hachette Livre, Novotel, Soferim, Forcemat… 1999 - 2000 DYNACOM - RESPONSABLE PROJET 1994 - 1999 SECRÉTAIRE GÉNÉRALE DE RÉDACTION ET JOURNALISTE Maroc Hebdo International (Magazine d’informations) Citadine (Magazine féminin) : Rubriques Mode, Beauté et Tendances Medina (Magazine de tourisme) SUD-OUEST - JOURNALISTE FORMATIONS Conception et ergonomie web SEM et SEO Stratégie et marketing digital Maîtrise en littérature comparée LANGUES Anglais : lu et écrit Espagnol : lu et écrit CENTRES D’INTÉRÊT Mode et beauté Médias Société : évolutions et tendances Culture et divertissement COMMUNICATION ÉDITORIALE CORPORATE ET MARQUE Lignes éditoriales, brand content, web marketing, médias sociaux, refonte de site CONCEPTION, RÉALISATION ET ANIMATION DE DISPOSITIFS ÉDITORIAUX Conception et évolution des formules et des lignes éditoriales en fonction des objectifs et des résultats, production des contenus (rédaction et suivi de production icono et audiovisuel, mesure de l’audience) MANAGEMENT Pilotage et coordination des équipes, montée en compétences VEILLE Ecoute des marchés et des évolutions techniques, comportementales et économiques UNE RIGUEUR JOURNALISTIQUE ACQUISE AU FIL DE MON PARCOURS DANS LA PRESSE ÉCRITE UN RESPECT DE LA LIGNE ÉDITORIALE ET DE LA JUSTESSE DES MOTS UNE EXPÉRIENCE DE 20 ANNÉES À LA COMMUNICATION CORPORATE ET MARQUE UNE FORMATION LITTÉRAIRE, MARKETING ET DIGITALE
  34. 34. Ségolène Boutin Brand content manager segoleneb@gmail.com 06 59 40 78 26

×