La raison une éducation en anglais
est bon pour les étudiants du Québec
Je suis un anglophone. Je viens de Toronto. Mais j...
En outre, la grande majorité des études suggèrent qu'il ya des avantages à l'apprentissage
d'une langue seconde. Les jeune...
pas en natif, et il était clair que j'étais un anglophone. De nombreux clients étaient
désagréables. Un client a même refu...
compétences linguistiques, ils peuvent se sentir frustrés et perdent des opportunités. Ils
peuvent retirer davantage vers ...
Soderman, Anne K. «Programmes d'immersion linguistique pour les jeunes enfants? Oui
... mais procéder avec prudence: les j...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Education en Anglais

106 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
106
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Education en Anglais

  1. 1. La raison une éducation en anglais est bon pour les étudiants du Québec Je suis un anglophone. Je viens de Toronto. Mais je crois que je comprends certaines des préoccupations ministre de l'Éducation Malavoy au sujet de l'éducation en anglais (voir Séguin). La langue est l'une des forces les plus puissantes dans nos vies. Il façonne notre façon de penser. Il façonne la façon dont nous résolvons les problèmes. Dans une certaine mesure, la langue façonne notre corps même. Je sais que quand je passe de l'anglais vers le français, je me tiens différemment. Ma voix change de tonalité. Je ne suis pas une personne différente, mais je ne suis pas tout à fait la même chose. Pour Malavoy, au début de l'enseignement en anglais doit sembler un peu comme le trafic de drogue. (Ou peut-être la métaphore plus appropriée serait de Big Mac contre la contrebande?) Il doit ressembler à l'enseignement en anglais obtiendrez enfants du Québec "accroché" sur la culture anglophone. Qu'il en faire des Québécois de moins en affaiblir la communauté québécoise. Mais ces craintes sont infondées. Enfants du Québec ont beaucoup à gagner d'apprentissage de l'anglais précoce. Et, en fin de compte, la flexibilité des langues peut en fait aider à préserver l'identité québécoise, plutôt que de l'affaiblir. Il ya un grand nombre de recherches sur la façon dont les jeunes apprennent les langues. L'une des études les plus complètes trouve pas de mal aux jeunes enfants qui ont appris une langue seconde (Petitto et Kovelman). Les enfants ne prennent pas de retard dans leur langue maternelle. Ils se sont rencontrés tous les bons objectifs de développement (Petitto et Kovelman,).
  2. 2. En outre, la grande majorité des études suggèrent qu'il ya des avantages à l'apprentissage d'une langue seconde. Les jeunes enfants qui apprennent une langue seconde peuvent devenir des penseurs plus souples que les enfants unilingues (Soderman). Ils semblent se développer de meilleures compétences en mathématiques (Soderman). Certains chercheurs soupçonnent qu'ils peuvent même développer de nouvelles structures cérébrales. Ces structures peuvent promouvoir de meilleures compétences de résolution de problèmes (Soderman). En bref, la recherche montre que langue seconde étude ne diminue pas la fluidité native chez les jeunes enfants. Il ouvre simplement de nouvelles options à leur disposition. C'est peut-être pourquoi nous «sentir différent» lorsque l'on parle une langue seconde. La nouvelle langue donne à nos cerveaux la chance de vivre quelque chose de nouveau. Parler une seconde langue nous aide à comprendre les différences sur un tout nouveau niveau. Il élargit notre perspective. Cela semble être le cœur de la question pour le Québec. Québec doit se demander si elle peut conserver son identité sans forcer les enfants à perdre des occasions d'élargir leurs perspectives. (Étude de l'anglais étant juste une de ces possibilités). Une autre façon de poser la question est la suivante: Comment le Québec de maintenir son identité dans un environnement mondial où la flexibilité et l'ouverture peut être plus utile que la rigidité et la méfiance? Permettez-moi tout d'abord dire que je comprends la méfiance envers la langue anglaise au Québec. Il ya profondes raisons historiques et politiques de cette méfiance. Cependant, parfois, cette méfiance s'illustre dans la vie curieux. Par exemple, pendant un certain temps, j'ai travaillé comme commis dans un magasin à Montréal. Mon français ne passe
  3. 3. pas en natif, et il était clair que j'étais un anglophone. De nombreux clients étaient désagréables. Un client a même refusé de revenir à la boutique! Elle a dit qu'elle a refusé de faire des emplettes où un anglophone travaillé. Je ne suis pas sûr de savoir comment quitter le magasin a aidé cette femme et comment elle a contribué à maintenir l'identité française. Elle a fait ses sentiments à ma connaissance. Mais je ne suis pas quelqu'un qui exerce un pouvoir, si son geste n'a pas entraîné de changement. Le magasin a perdu un client, mais ce n'était pas assez pour les faire me virer. Et si on m'avait congédié pour avoir anglophone? Cela aurait-il apporté quelque chose? J'ai parfois l'impression qu'une position fermé et rigide est utilisé pour soutenir l'identité française au Québec. Que les gens pensent que la seule chose à faire est de fermer toutes les enceintes sur anglaise, jusqu'à ce que le Québec est laissé seul dans la paix. Mais cela ne peut pas arriver et cela n'a rien à voir avec le reste du Canada. Le simple fait est que les Canadiens anglophones ne sont pas les seuls étrangers plus. Nos vies sont partie intégrante des systèmes mondiaux de médias, le commerce et la politique. À moins que le Québec propose de changer le cours de l'histoire, ces forces mondiales ne deviennent plus intenses. Les entreprises reconnaissent. Alors faites universités. Les éducateurs reconnaissent que pour réussir dans le milieu de travail, les étudiants doivent être en mesure d'apprécier la diversité linguistique, culturelle et nationale. Et pour réussir personnellement, ils doivent apprendre à naviguer différence sans devenir paralysé. Construire des murs n'est pas toujours le meilleur moyen de préserver l'identité. Si les étudiants du Québec n'ont pas à apprendre à être flexibles dans leur façon de penser et de
  4. 4. compétences linguistiques, ils peuvent se sentir frustrés et perdent des opportunités. Ils peuvent retirer davantage vers l'intérieur. . . Ou encore, ils peuvent être tentés de tourner le dos à une culture qui les confine. Ils peuvent idolâtrer les influences qui leur communauté cherche à exclure. C'est un moment important pour le Québec dans ce sens. Il faut trouver un moyen d'être flexible et ouverte aux étrangers, y compris les anglophones, sans renoncer à son sentiment de soi. Je crois que cela est possible. En fait, je trouve que l'ouverture est généralement un signe de force dans l'identité. Enfants du Québec n'ont pas à renoncer à leur sens de l'histoire, de la langue ou culture particulière à prospérer dans un monde globalisé. Ayant un sens distinct de la maison ne fera que contribuer à naviguer différence. Mais ils doivent avoir les compétences nécessaires pour naviguer différence. La langue est une façon de faire acquérir ces compétences. Apprendre une nouvelle langue n'est pas ré-écrire nos identités. Il les enrichit. Références Petitto, Laura-Ann, et Ioulia Kovelman. «Le paradoxe bilingue: Comment Signature enfants francophones bilingues Aidez-nous à résoudre les problèmes de bilingues et nous enseigner au sujet des mécanismes du cerveau sous-tend toute acquisition d'une langue." Apprentissage des langues 8.3 (2003): 5-18. Imprimer. Séguin, Rhéal. "Plus l'histoire du Québec, Langue Less 'étranger." The Globe and Mail le 11 octobre 2012. Web.
  5. 5. Soderman, Anne K. «Programmes d'immersion linguistique pour les jeunes enfants? Oui ... mais procéder avec prudence: les jeunes enfants peuvent bénéficier de programmes d'immersion double langage qui sont pertinents du développement. Contributeurs: Soderman, "Phi Delta 3,91 Kappan: (2010): 54 +. Web.

×