Dossier de presse de So Mobility

3 516 vues

Publié le

Plus d'infos sur ce projet qui a une grande ambition pour améliorer les déplacements en ville. Contact presse: 01 41 23 82 58.

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 516
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 426
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier de presse de So Mobility

  1. 1. DOSSIER DE PRESSE 07 octobre 2015
  2. 2. SOMMAIRE 1. Le contexte de la région parisienne 2. So Mobility – les objectifs généraux et les partenaires • Faire la démonstration que la smart city va réellement améliorer la mobilité urbaine • Les partenaires 3. So Mobility – les axes de travail en détail • Agir sur le trafic • Faciliter le stationnement • Développer une application multimodale en temps réel • Anticiper les nouveaux modes de déplacement 1
  3. 3. I. Le contexte de la région parisienne 2
  4. 4. L’agglomération parisienne est l’une des plus congestionnées d’Europe. Les Parisiens passent en moyenne 55 heures par an coincés dans les embouteillages, tandis que ceux-ci continuent d’augmenter. En effet, le nombre de déplacements en transports en commun a eu beau augmenter de 20% depuis 2001, selon une étude du STIF, le nombre de kilomètres d'embouteillages a progressé de 26% en quatre ans (de 2010 à 2013) aux heures de pointe (Etude v-Trafic). Conscientes de la nécessité de réduire le niveau de particules encombrant l’air citadin tout au long de l’année, de plus en plus de villes développent des politiques de mobilité durable. Elles consistent non seulement à renforcer le réseau des transports en commun, à mettre en place des dispositifs d’auto-partage, à développer les pistes cyclables, mais aussi à rétablir une conduite plus apaisée en ville. Les collectivités locales ont ainsi fait des efforts très importants, au cours des quinze dernières années, en investissant massivement dans les infrastructures de transports en commun. Le développement des tramways ou encore le projet de construction du Grand Paris Express en sont des illustrations visibles (200 km de métro, 68 nouvelles gares). Il apparait aujourd’hui nécessaire de développer des stratégies qui mobilisent d’autres éléments que les seules infrastructures de transport. Parmi ces éléments, les outils de la mobilité numérique, qui permettent des approches innovantes guidées par les usages. 3
  5. 5. II. So Mobility – les objectifs généraux et les partenaires 4
  6. 6. 5 En s‘appuyant sur un territoire volontaire pour faire les preuves des concepts, mesurer les effets et tester les modèles économiques, So Mobility cherche à démontrer qu’une vision transversale de la mobilité peut effectivement influencer le développement des nouveaux usages. Ce projet n’est pas un projet technologique ; les membres du consortium se proposent d’agir sur les comportements, proposer des pistes réglementaires, et définir des expérimentations grandeur nature qui valideront les choix d’architectures et les dispositifs pertinents. Pour cela le consortium associera les salariés des grandes entreprises, les citoyens de la ville, les pouvoirs publics et les entrepreneurs autour de démarches pragmatiques. So Mobility cherche également à trouver un modèle économique le plus économe possible en fonds publics de manière à assurer la pérennité des services apportés aux utilisateurs. Faire la démonstration que la smart city va réellement améliorer la mobilité urbaine
  7. 7. 6 Les partenaires se sont également mobilisés parce qu’ils sont présents physiquement sur le territoire qui va servir de pilote ; ils pourront donc avoir une influence sur les habitudes notamment de leurs propres salariés. La méthode sera ouverte, collaborative et les acteurs du numérique et de la mobilité seront sollicités notamment tout le réseau de start-ups d’Issy et d’ailleurs. Les partenaires
  8. 8. III. So Mobility – les axes de travail en détail 7
  9. 9. 8 Quatre axes de travail ont été identifiés mais il est bien entendu que So Mobility veut se différencier en traitant ces axes en transversal, en réfléchissant aux impacts que peut avoir sur les autres axes, une action sur un axe en particulier. L’implantation d’une solution technologique ne vient que pour permettre d’aider à orienter les comportements des usagers ou à répondre à une demande de ces mêmes usagers. Circuler moins, mieux, au bon moment, au bon endroit, et en tenant compte des cas prioritaires Agir sur le trafic ● Travailler sur une fluidification du trafic Par exemple en rendant les feux de signalisation plus intelligents : Des feux capables de s’adapter aux flux, aux comportements, et de gérer au mieux la circulation. Certaines évoquent la possibilité de réduire de 15 à 20 % le temps d’attente aux feux de circulation. ● Travailler sur la logique « d’effacement de trafic » Par exemple en valorisant les tiers lieux : Pourquoi ne pas travailler une heure ou deux (ou une journée), dans un lieu connecté près de chez soi avant de prendre sa voiture (ou son train) pour rejoindre son bureau. Des lieux favorisant le co-working ou le télétravail permettraient de contenir le flux de circulation en amont des principaux bassins d’activité.
  10. 10. 9 Apporter une réponse aux 20 % des conducteurs qui cherchent une place de stationnement Faciliter le stationnement • Orienter les conducteurs vers les places libres Par exemple en expérimentant des dispositifs techniques 000complémentaires (capteurs connectés via LORA, système prédictif, 000système communautaire, etc.) • Proposer une gestion dynamique du stationnement dans les parkings privés et publics • Faciliter le stationnement des véhicules de livraison Par exemple en organisant des lieux de collecte pour éviter les arrêts 000en double file réguliers Développer une application multimodale en temps réel Faciliter pour l’usager la connexion des différents modes de transport • Travailler sur l’ouverture des données pour définir une offre multimodale Imaginez une application, personnalisée selon vos préférences de déplacement, vous indiquant quel est le moyen de transport le plus efficace au moment où vous partez (voiture, bus, métro, vélo, etc.) selon vos critères. Cela suppose d’accéder à des informations de trafic en temps réel, tous modes de transports confondus.
  11. 11. 10 Intégrer les nouveaux modes de déplacementsAnticiper les nouveaux modes de déplacement • Travailler sur l’autopartage De nombreuses solutions existent mais l’offre est fragmentée, peu standardisée et son modèle économique n’est pas mature. Il s’agit aussi d’intégrer ces offres dans le paysage et de l’articuler avec les autres solutions de transport. Pour ce qui est de l’autopartage électrique, il est essentiel de bien gérer les positionnements des bornes mais également les horaires de recharge. • Véhicule autonome Il pourrait par exemple être envisagé de tester le concept de véhicule sans chauffeur, individuel ou collectif pour montrer son insertion possible sur un trajet domicile-travail. • Réussir le co-voiturage sur les trajets urbains Alors que le covoiturage longue distance a fait ses preuves, le covoiturage sur de courtes distances peine à décoller. Le covoiturage n’est utilisé́ que dans 5% des cas comme le maillon d’un déplacement multimodal. On doit réfléchir à l’intégration du covoiturage dynamique et mieux prendre en compte la dimension récurrente du trajet domicile –travail.
  12. 12. Contacts presse Nadège Moreira Nadege.MOREIRA@ville-issy.fr, 01 41 23 82 58 Charlotte Mouraret cmouraret@image7.fr, 06 89 87 62 17

×