Bruxelles et les grandes 
métropoles européennes 
Constats économiques et 
démographiques 
Journée de la Société de démogr...
La situation bruxelloise 
La démographie 
Les composantes de la croissance de la population en 
RBC
1970 1981 1991 2001 2008 2012 (c) 
Bruxelles-Capitale 26,6 28,8 31,1 31,5 32,1 32,6 
Flandre 26,9 29,2 31,0 27,9 25,3 24,7...
Un regain de dynamique de la croissance centrale par 
rapport à la croissance suburbaine et dans la ville-centre 
une croi...
En périphérie, un glissement 
de la croissance vers des 
communes moins prestigieuses
L'économie : une croissance économique 
insuffisamment créatrice d'emplois, en particulier 
d'emplois peu qualifiés 
Rappo...
Conclusions : le parallélisme entre renouveaux 
démographique et économique métropolitains n'est que 
partiel et la conjon...
La situation dans l'UE
La démographie 
La dynamique des grandes FUAs 
% 
Taux de 
croissance 
annuel 
moyen 
national 
1995-2008 FUA > 
Différent...
Les mauvaises dynamiques 
relatives concernent : 
- des villes d'ancienne 
industrialisation, sans véritable 
statut métro...
Le poids des bilans 
migratoires 
- Au niveau national, on peut opposer le 
bilan migratoire faible de la France aux 
bila...
L'économie 
Is bigger better ?
- Dans tous les pays, les FUAs > 1 000 000 hab. ont en moyenne des PIB/hab. > aux moyennes 
nationales ; 
- Ce n'est pas v...
Le chômage 
métropolitain 
- Même si beaucoup de métropoles 
dynamiques attractives ont des taux de 
chômage relatifs favo...
Quelles conclusions pour Bruxelles ? 
Bruxelles présente des structures qui s'accordent avec un statut de grande 
métropol...
20141128 demogr bxl_08_cv
20141128 demogr bxl_08_cv
20141128 demogr bxl_08_cv
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

20141128 demogr bxl_08_cv

1 030 vues

Publié le

Les dynamiques démographiques et économiques des métropoles européennes (1995-2010), Christian Vandermotten (ULB)

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 030
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
593
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

20141128 demogr bxl_08_cv

  1. 1. Bruxelles et les grandes métropoles européennes Constats économiques et démographiques Journée de la Société de démographie 28 novembre 2014 Christian Vandermotten Faculté des Sciences IGEAT, Institut de Gestion et d'Aménagement du Territoire
  2. 2. La situation bruxelloise La démographie Les composantes de la croissance de la population en RBC
  3. 3. 1970 1981 1991 2001 2008 2012 (c) Bruxelles-Capitale 26,6 28,8 31,1 31,5 32,1 32,6 Flandre 26,9 29,2 31,0 27,9 25,3 24,7 Wallonie 24,6 28,4 29,9 27,3 25,5 25,3 Royaume 26,1 28,9 30,7 28,0 26,0 25,7 Bruxelles-Capitale 1,98 1,71 1,80 2,03 2,07 2,05 Flandre 2,22 1,69 1,58 1,56 1,82 1,85 Wallonie 2,29 1,64 1,75 1,76 1,84 1,85 Royaume 2,21 1,67 1,66 1,67 1,85 1,87 Bruxelles-Capitale 13,5 12,4 13,3 15,0 17,0 16,9 Flandre 15,1 12,9 12,2 10,2 10,9 10,9 Wallonie 14,1 12,4 12,9 11,7 11,5 11,5 Royaume 14,6 12,7 12,6 11,1 11,7 11,7 Bruxelles-Capitale 16,1 23,9 28,2 28,0 28,1 31,5 Flandre 3,0 4,1 4,4 4,9 5,8 6,8 Wallonie 11,4 12,7 11,3 9,7 9,3 9,6 Royaume 6,9 12,4 8,9 8,7 9,1 10,2 Part des 20-39 ans dans la population totale Indice synthétique conjoncturel de fécondité (nombre d'enfants par femme) Taux de natalité (nombre de naissances pour 1000 habitants) Pourcentage d'étrangers (a) (a) Vu l'ampleur des phénomènes d'acquisition de la nationalité belge, les étrangers ne représentent, surtout dans les années récentes, qu'une f raction de la population d'origine étrangère (moins de 4/10 aujourd'hui pour les personnes d'origine marocaine, turque ou congolaise) (b) 1971 pour l'ISF (c) 2011 pour le pourcentage d'étrangers
  4. 4. Un regain de dynamique de la croissance centrale par rapport à la croissance suburbaine et dans la ville-centre une croissance plus centrale
  5. 5. En périphérie, un glissement de la croissance vers des communes moins prestigieuses
  6. 6. L'économie : une croissance économique insuffisamment créatrice d'emplois, en particulier d'emplois peu qualifiés Rapport entre la croissance du PIB et celle de l'emploi (2004-2010) Rapport (a)/(b) Croissance de la valeur ajoutée Croissance de l'emploi Bruxelles-Capitale 1,2 0,7 1,8 Périphérie f lamande 1,8 1,2 1,6 Périphérie w allonne 2,2 2,5 0,9 Aire métropolitaine de Bruxelles 1,5 1,0 1,4 Aire métropolitaine d'Anvers 0,7 1,2 0,6 Aire métropolitaine de Gand 1,3 1,6 0,8 Aire métropolitaine de Charleroi 0,5 1,1 0,4 Aire métropolitaine de Liège 1,4 1,0 1,4 Reste de la Flandre 1,3 1,2 1,1 Reste de la Wallonie 1,1 1,1 1,0 Royaume 1,3 1,1 1,1
  7. 7. Conclusions : le parallélisme entre renouveaux démographique et économique métropolitains n'est que partiel et la conjonction des deux phénomènes accentuent la dualisation dans la ville et entre celle-ci et sa périphérie. En même temps, c'est la position métropolitaine et internationale de Bruxelles qui y soutient l'immigration, y compris celle des « pauvres »
  8. 8. La situation dans l'UE
  9. 9. La démographie La dynamique des grandes FUAs % Taux de croissance annuel moyen national 1995-2008 FUA > Différentiel de taux de croissance 1995-2008 1000000 hab FUA 500000 à 1000000 hab FUA 200000 à 500000 hab Reste du territoire Irlande 1,66 0,04 - -0,45 0,09 Chypre 1,43 - - 0,09 -0,18 Espagne 1,15 0,09 0,41 -0,25 -0,06 Suisse 0,61 0,06 0,13 -0,23 0,00 France (métropolitaine) 0,56 0,20 0,23 0,05 -0,24 Pays-Bas 0,48 0,00 0,16 -0,15 0,10 Royaume-Uni (1995-2006) 0,47 -0,06 -0,20 0,05 0,14 Grèce 0,42 0,36 - 0,35 -0,35 Portugal 0,41 0,18 - 0,10 -0,24 Belgique 0,40 0,10 -0,18 -0,11 0,04 Danemark 0,38 ... - ... ... Autriche 0,35 0,23 0,03 -0,03 -0,22 Suède 0,31 0,64 0,27 0,02 -0,38 Finlande 0,30 0,74 - 0,54 -0,50 Italie 0,24 0,13 0,17 0,21 -0,18 Slovénie 0,08 - 0,27 -0,24 -0,08 Allemagne 0,06 0,24 0,00 -0,04 -0,20 dont ouest (vs. moyenne nationale) 0,23 0,08 0,04 ... dont est (vs. moyenne nationale) 0,25 -0,55 -0,60 ... Slovaquie 0,03 - -0,06 0,16 -0,01 République tchèque 0,01 0,28 -0,16 0,08 -0,05 Pologne -0,09 0,08 0,25 0,04 -0,08 Hongrie -0,22 0,07 - -0,04 -0,03 Estonie -0,60 - 0,35 - -0,22 Roumanie -0,73 0,35 - 0,38 -0,10 Bulgarie -0,87 1,12 - 0,75 -0,35 Lituanie -0,96 - 0,68 0,39 -0,40 Lettonie -1,01 - 0,12 - -0,07 - La dynamique relative des plus grandes FUAs (et des capitales dans les petits pays d'Europe centre-orientale) est favorable vs. le reste des territoires - Les situations sont plus contrastées pour les FUAs intermédiaires - Le Royaume-Uni fait exception en montrant (en dehors du cas de Londres, que l'on observera ci-après) un glissement de la population vers les petites FUAs et surtout le reste du territoire
  10. 10. Les mauvaises dynamiques relatives concernent : - des villes d'ancienne industrialisation, sans véritable statut métropolitain (Ostrava, la Ruhr, Lille et le bassin minier, le bassin lorrain, Oviedo, Bilbao, Lodz, Katowice) ; - l'Angleterre, en dehors de Londres, où l'on assiste à un glissement général de la population vers les zones non métropolitaines ; - le sud de l'Italie ; - Athènes et Salonique, où l'ampleur de la crise est telle que l'on assiste à une baisse absolue de la population métropolitaine
  11. 11. Le poids des bilans migratoires - Au niveau national, on peut opposer le bilan migratoire faible de la France aux bilans forts d'autres pays d'Europe occidentale (Suisse, Belgique, Royaume- Uni). L'Allemagne occupe une position intermédiaire, mais il faudrait y ajouter les bilans entre l'est et l'ouest du pays - Depuis la crise, les bilans des pays de la périphérie méditerranéenne les plus touchés par la crise se sont sensiblement affaiblis, mais restent néanmoins soutenus par l'ampleur de l'immigration extra-européenne - Les plus grandes FUAs ont des bilans plus favorables que l'ensemble du pays, avec la notable exception parisienne et, depuis la crise, en Espagne. Les bilans sont devenus négatifs à Dublin, Athènes et Salonique - Les bilans relatifs des grandes FUAs sont aussi défavorables dans le sud de l'Italie, dans des villes d'ancienne tradition industrielle, dans la plupart des villes anglaises en dehors de Londres
  12. 12. L'économie Is bigger better ?
  13. 13. - Dans tous les pays, les FUAs > 1 000 000 hab. ont en moyenne des PIB/hab. > aux moyennes nationales ; - Ce n'est pas vrai pour les FUAs intermédiaires, qui ont cependant le plus souvent des PIB/hab. supérieurs au reste des territoires ; - Les choses sont plus contrastées en termes de dynamique (sauf en Europe centre-orientale, où les capitales creusent l'écart.
  14. 14. Le chômage métropolitain - Même si beaucoup de métropoles dynamiques attractives ont des taux de chômage relatifs favorables, ce n'est pas le cas pour toutes, ce qui n'empêche pas une attractivité migratoire forte : c'est le cas de Bruxelles, Berlin et Vienne - Les métropoles grecques perdent maintennat des habitants, avec un bilan migratoire négatif, ... - ..., mais en Espagne par contre l'attractivité migratoire des grandes villes reste étonamment forte en valeur absolue au régard des niveaux absolus de chômage dont elles soufffrent En conclusion, les rapports entre l'immigration et le chômage sont complexes. Certaines catégories de mouvements migratoires ne sont certainement pas guidés par une rationalisation des conditions du marché du travail par les migrants, qui sont en outre une catégorie très segmentée
  15. 15. Quelles conclusions pour Bruxelles ? Bruxelles présente des structures qui s'accordent avec un statut de grande métropole fortement tertiarisée et bien insérée dans les réseaux internationaux Ce statut génère des performances économiques favorables, mais aussi une forte dualisation sociale Cette dualisation traverse aussi les mouvements migratoires qui se dirigent vers cette métropole. Une part de ces mouvements ne répond pas aux logiques soi-disant rationnelles de l'économie « d'en haut », de sorte qu'ils sont importants eu égard à la situation du chômage (même si celui-ci n'atteint des niveaux dramatiques qu'à l'échelle de la Région de Bruxelles-Capitale) En fait, ce qui est exceptionnel à Bruxelles, c'est la conjonction entre une structure sociale « à l'anglo-saxonne » (les pauvres au centre, les riches en périphérie) ET une limitation politico-administrative étroite

×