Ridha M E K K I L

217 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
217
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ridha M E K K I L

  1. 1. ‫ﻗـﻮﻯ ﺗـﻮﻧـﺲ ﺍﻟﺤــﺮّﺓ‬ Forces de la Tunisie LibreRidha Chiheb Mekki : représentant du groupe de réflexion « Forces de la Tunisie Libre » Une nouvelle conception pour une Tunisie MeilleureLes « Forces de la Tunisie Libre(FTL) » représenté parM.Mekki (inspecteur d’enseignement secondaire) commeétant un groupe de réflexion, d’action et de recherche.FTL est un groupe innovateur, sociétal et solidaire qui cibledes institutions nouvelles et gouvernance innovante.A cet effet, l’ « Expert » a interviewé M.mekki pour nouséclairer sur ce groupe, sa vision et ses objectifs.Quel est l’origine de cet organisme ?FTL a commencé à se former à partir du 14-15 janvier 2011 àun rythme croissant, mais les racines de ses membres
  2. 2. fondateurs datent depuis les années 70 et les années 80(lemouvement estudiantin).La révolution tunisienne a consolidé le rôle de participationcitoyenne effective dans l’élaboration du programme de l’étapeà venir en se basant sur les slogans de la révolution,principalement l’emploi des marginaux, la liberté, la dignité et lafierté du tunisien.De quoi est-il constitué ?Ce groupe est constitué de citoyens et citoyennes d’anciensuniversitaires dans tous les domaines, employés et retraités dela fonction publique et de la fonction privée, hommes etfemmes, c’est une microsociété constituée principalement dejeunes.Les « Forces de la Tunisie Libre » sont des groupes deréflexion et d’action répartis dans toutes les régions du payspour la construction et l’élaboration d’un projet meilleur etrévolutionnaire. FTL est contre toute organisation partisaneclassique, sa première préoccupation se résume dansl’établissement d’une nouvelle relation de la société avec l’Etat.Comment le peuple tunisien s’organise t-il à l’intérieur del’Etat, à côté de l’Etat ?Par le biais de l’exercice de l’autorité économique, politiqueet administrative par les citoyens et les officiels, afin degérer les affaires de la société à tous les niveaux. Les FTLproposent l’approche de la gouvernance participative. Celaimplique des procédés et des institutions à travers lesquellesles citoyens et les groupes articulent leurs intérêts, exercentleurs droits, rassemblent leurs devoirs, et font la médiationde leurs différences.La bonne gouvernance est un processus ascendant où laparticipation des pauvres, des marginaux et des exclus demanière égale, est l’expression du reste de la société. Lagouvernance participative est une option en faveur despauvres, sans ignorer les autres intérêts, justes et légitimes.Pour qu’une bonne gouvernance s’installe, ses différentsacteurs doivent articuler leurs intérêts, négocier dans uncadre de valeurs éthiques, trouver des zones d’entente pour
  3. 3. parvenir à des objectifs politiques et à la mise en place d’unprogramme progressiste concret pour une nouvelle TunisieComment pourrait-il prendre en charge sa propre destinéeet être à la base des projets et en être la source génératricedont il dessine l’ossature, les objectifs, assure le suivi etexerce le contrôle ?La Tunisie nouvelle projetée par l’approche participative sebasera sur des instances locales et régionales.Les citoyens et citoyennes auront l’autorité de délibérer, dedécider, de contrôler, d’assurer le suivie, et de révoquer leursreprésentants éventuellement.Les plans de développement local doivent relever de lacompétence absolue de ces conseils de délibération populaire.Quels sont vos objectifs ?Notre but ultime est d’encourager tous les efforts quicontribuent à la formation d’un nouveau tissu social participatif,un tissu qui dépasserait les anciennes oppositions et lesdualités inutiles entre Etat et société, entre gouvernant etopposants ; car l’ancien est en train de finir :les partis nepeuvent plus réaliser les changements réels du 21ème siècle.Nous devons nous harmoniser en tant que forces libres dansnotre façon, de nous organiser avec notre manière et deproposer les solutions.Notre organisation est horizontale : place à la raison et à lavolonté libre et la recherche scientifique qui sont seuls garantsde résultats concrets.Notre travail est associatif, professionnel et créateur d’emplois.On doit donc réfléchir avec nos voisins proches et lointains(pays arabe, méditerrané, le Nord de l’Europe).Le projet tunisien n’est qu’un sous projet de la transformationsocioculturelle dans le monde entier. Si la mondialisation estirréversible dans le sens où la société moderne bouge dansl’interdépendance alors que pour la globalisation : les aspectsfinanciers et économiques du monde moderne sont pour larecherche du particularisme.
  4. 4. En effet, les changements du monde sont l’interférence etl’interchangeabilité qui sont à la base d’une transformationgénérale et d’une harmonisation.Le monde évolue harmonieusement, le nord ne s’oppose pasau sud bien au contraire.Place au communautaire, à la solidarité qui sont les piliersd’une citoyenneté universelle.S’il est vrai que nous n’évoluons pas de la même façon, de lamême vitesse, l’essentiel est de rechercher les outils, lesinstruments, et les méthodes d’un développement national etmondial cohérent.Les honnêtes gens, citoyens du monde se réservent le droitd’encourager les efforts communs.Notre groupe de réflexion et d’action est en pleine évolution eten plein progrès quantitatif et qualitatif qui a encore desproblèmes à régler et des décisions à prendre d’ici son premiercongrès.Cette évolution est due à l’expansion des réseaux sociaux, auxnouvelles technologies de l’information et ainsi qu’à la proximitéphysique.

×