Mallette Pédagogique Astronomie - JdS

1 987 vues

Publié le

Descriptif complet de la mallette pédagogique d'astronomie créée par Sophie Champoiral pour le Planétarium de Strasbourg durant un stage de deux semaines au Jardin des Sciences.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 987
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mallette Pédagogique Astronomie - JdS

  1. 1. Descriptif de la Mallette Pédagogique du Planétarium A l’intention du Jardin des Sciences Suite au stage au JdS Du 22 avril au 3 mai 2013 Sophie Champoiral Master 2 – Enseignement
  2. 2. Sommaire Partie 1 : Description de la mallette…………………………………..3 Pourquoi créer une mallette pédagogique ?…….………………………………………….4 Règlement et utilisation de la mallette……………………………………………………..4 Emprunt et retour…………….…………………………………………………….4 Matériel…………………………………………………………………………….4 Comment utiliser la mallette ?.…………………………………………………….………5 La séquence d’enseignement………………………………………………………5 Les prolongements…………………………………………………………………6 Matériel nécessaire à la confection des maquettes…………………....…...………...……..7 Rangement de la mallette…………..…..……………………………….………………….9 Partie 2 : Contenu de la mallette……………………………………11 Guide de l’enseignant………………………………………………………………..…...12 Carnet de l’élève………………………………………………………………………….29 Corrigé du carnet……………………………………………………………………...….33 Les fiches…………………………………………………………………………………37 Système solaire…………………………………………………………………37 Jour/Nuit………………………………………………………………………..38 Saisons………………….………………………………………………………39 Lunaison………………………………………………………………………..40 Météorite………………………………………………………………………..42 Cadran solaire…………………………………………………………………..43 Carte du ciel…………………………………………………………………….45 Le formulaire de retour…………..………..…..………………………………………….46 Schémas de montage des maquettes………...………………..…………………………..47 2
  3. 3. Partie 1 : Description de la mallette pédagogique 3
  4. 4. Pourquoi créer une mallette pédagogique ? Créer une mallette pédagogique du Planétarium permettra de répondre à la demande des enseignants concernant la possibilité de mettre en œuvre des activités d’astronomie en classe via des expériences et des modélisations. Elle doit être transportable, solide, ludique et faire des liens avec le Planétarium et ses séances afin d’amener les enseignants à vouloir venir ou revenir au Planétarium. Elle se base sur les programmes scolaires 2008 et est donc accessible aux élèves de cycle 3. Des activités de prolongement sont également proposées en annexe, afin de rendre la mallette plus intéressante. Elle contient des fiches pédagogiques pour guider l’enseignant et les élèves dans les activités, des maquettes pour modéliser les apprentissages, un guide de l’enseignant pour que ce dernier puisse utiliser aisément le contenu de la mallette, un carnet de bord à remplir par les élèves afin de conserver une trace écrite et des flyers du Planétarium pour inciter les classes et les familles à s’y rendre. Cette mallette ne comporte pas de lien direct avec les séances du Planétarium dans le sens où elle peut être empruntée et utilisée sans que la classe n’ait vu aucune séance. Cependant, la mallette tente de corréler les activités avec une séance afin que les enseignants souhaitant aller plus loin dans leur projet d’astronomie puissent y trouver leur compte au Planétarium. Règlement et utilisation de la mallette Emprunt et retour La mallette pourra être empruntée, sur réservation, pour une durée comprise entre une semaine et un mois. Cette durée doit être définie au moment de la réservation. Lors de l’emprunt, il s’agira d’effectuer un état des lieux de la mallette avec un personnel du JdS et l’enseignant. L’enseignant s’engage alors à restituer l’ensemble de la mallette et celle-ci dans son intégrité. Un formulaire de retour peut être rempli par l’enseignant s’il le souhaite (cf p. 46). Matériel Afin de pouvoir remplacer le matériel utilisé lors de l’emprunt, tel les pics à brochette pour la construction du cadran solaire, les bougies pour l’expérience de la répartition de l’énergie, ou encore les objets cassés ou perdus, le JdS pourra mettre en place un prix de location de la mallette, compris idéalement entre 10 et 30€ par semaine. 4
  5. 5. Comment utiliser la mallette ? La mallette se compose de plusieurs activités : - Une séquence d’enseignement d’astronomie condensée, suivant quatre thèmes des programmes du B.O 2008 (cycle 3) : o Le système solaire o La rotation de la Terre et l’alternance jour/nuit o La révolution de la Terre et l’enchainement des saisons o La Lunaison - Trois activités pour aller plus loin : o L’étude d’une météorite o La construction d’un cadran solaire o Le repérage dans le ciel à partir d’une carte L’enseignant peut choisir de ne faire que la séquence d’astronomie, ou une partie de la séquence, ou encore seulement les activités annexes s’il a déjà traité les programmes d’astronomie. De même, de part les nombreuses maquettes mises à disposition, l’enseignant peut choisir, s’il a lui-même conçu une séquence d’astronomie plus adaptée à ses méthodes d’enseignement, de n’utiliser que les maquettes pour enrichir son cours. La séquence d’enseignement Il est important que l’enseignant ait lu Le guide de l’enseignant (cf p. 12) au préalable. Ainsi, il pourra aisément mettre en place les activités de la mallette. Le but de cette séquence est que les élèves remplissent leur « Carnet de bord » (cf p. 29), qui est un petit recueil des informations d’astronomie qu’ils vont pouvoir trouver à travers les activités. Pour chacune des activités il y a une ou plusieurs maquettes (cf p. 7 et 47) et une fiche pédagogique (cf p. 37). Les élèves doivent se servir du tout pour trouver les réponses aux questions posées sur les fiches, qui leur servent de guide. 5
  6. 6. Afin que les élèves s’immergent complètement dans leurs recherches, la mallette s’axe autour d’un petit jeu de rôle où les élèves sont des astronautes en quête d’information sur l’espace qui les entourent. Cette séquence s’étale idéalement sur quatre séances de 45 minutes. Les prolongements L’étude de la météorite est l’activité finale et subsidiaire à la séquence d’enseignement de la mallette. Il s’agit simplement de se pencher sur ce qu’est une météorite et sur son origine. L’enseignant peut photocopier la fiche (cf. p. 42) ou utiliser ses informations pour effectuer de nouvelles recherches. Cette séance dure environ 20 minutes. Le cadran solaire est une activité à part entière qui consiste en l’élaboration d’un petit cadran solaire permettant aux élèves de mettre en relation rotation de la Terre, heure solaire et heure légale. Il s’agira de photocopier la fiche de construction afin de la distribuer aux élèves (cf p. 44). Cette séance dure environ 30 minutes. La carte du ciel est un outil permettant aux élèves de constater que les étoiles restent fixes, la Terre elle, étant en mouvement. Cela leur permettra également de se repérer dans le ciel grâce à quelques constellations. Les cartes du ciel sont distribuées, par groupe, et l’on cherche ensemble comment l’utiliser en se référant à la fiche « Carte du Ciel » (cf p. 45). Cette séance dure environ 30 minutes. 6
  7. 7. Les maquettes Les maquettes utilisées lors des activités ont été conçues par Michel Diskus (formateur en sciences et technologie à l’IUFM d’Alsace). Il possède donc tous les gabarits de montage (distances et angles) ainsi que les précisions techniques pout certaines d’entre elles. Ces maquettes seront idéalement rangées dans différentes boîtes (voir p. 9 le schéma de la mallette). Elles seront montables et démontables aisément par les enseignants, à l’aide de schémas simples. Matériel nécessaire à la confection des maquettes par le JdS : Total du matériel : - 74 pics à brochette en bois - Environ 2m² de polystyrène compact (2cm d’épaisseur) - Peinture noire (supports) - Peinture de couleur pour les planètes - Verni-colle - Boules de polystyrène (diamètre) : o 20 cm  Jupiter (2) o 17 cm  Saturne (2) o 7 cm  Uranus (2) + Terre (4) o 6 cm  Neptune (2) o 5 cm  Terre (20) o 3 cm  Lune (16) - Pâte FIMO - 2 feuilles cartonnées format A3 - Ficelle - Sable - Etiquettes de papier - Un feutre rouge - Une règle - Des ciseaux - Les gabarits des maquettes 7
  8. 8. Maquette système solaire (x2) : - Deux morceaux de polystyrène compact de 7*2*50 cm - 9 pics à brochette - Boules de polystyrènes et pâte FIMO à l’échelle des tailles : Echelle de taille (diamètre) : 1. Mercure : 4,8 = 0,6 cm 2. Venus : 12,2 = 1,7 cm 3. Terre : 12,7 = 1,8 cm 4. Mars : 6,8 = 1 cm 5. Jupiter : 142 = 20 cm 6. Saturne : 120 = 17 cm 7. Uranus : 47 = 6,7 cm 8. Neptune : 45 = 6,4 cm - Mélange peinture noire + verni-colle (support + pics) - Peintures de couleur pour les planètes et le Soleil + verni-colle (mélangé) - Etiquettes numérotées Maquette saisons (x4) : - Un rond d’environ 45cm de diamètre sur 2 cm de hauteur en polystyrène compact, troué au centre pour faire passer une lampe sans abat-jour - 4 boules de polystyrène pour les Terre - 4 pics à brochette - Mélange peinture noire + verni-colle (support + pics) - Mélange peinture (bleue, verte et blanche) + verni-colle - Etiquettes printemps, été, automne, hiver + solstices + équinoxes Maquette Lunaison (x4) : - Deux morceaux de polystyrène compact d’environ 40*6*2 cm - 4 petites boules de polystyrène (Lune) - 1 boule de polystyrène moyenne (Terre) - 5 pics à brochette - Mélange peinture noire + verni-colle (support + pics) - Mélange peinture (bleue, verte et blanche) + verni-colle (Terre) - Sable (Lune) 8
  9. 9. Maquette inclinaison des rayons (x2) : - Deux représentations de la Terre inclinées (hiver et été) d’environ 45cm de diamètre sur papier cartonné - 1 bloc de polystyrène compact d’environ10*7*2cm - 4 pics à brochettes représentant les rayons - 1 feutre rouge et une règle pour discerner le rayon à placer Maquette fuseaux horaires (x4) : - 1 boule de polystyrène - 1 pic à brochette - Mélange peinture noire + verni-colle (pic) - Mélange peinture (bleue, verte et blanche) + verni-colle (Terre) - Ficelle Rangement de la mallette La mallette doit être relativement facilement transportable d’une classe à l’autre. De même, sont contenu doit être simple à retrouver et son rangement précis. Voici une proposition de rangement. Les boîtes seront idéalement étiquetées avec leur contenu. La mallette ferait donc 100*50*25cm. 9
  10. 10. 10
  11. 11. Partie 2 : Contenu de la mallette pédagogique 11
  12. 12. Mallette pédagogique d’astronomie du Planétarium de Strasbourg Le Guide de l’Enseignant Niveau : Cycle 3 Nombre d’élèves : entre 20 et 30 Durée de la séquence : 4 séances de 45 minutes Prolongements : 2 activités de 30 minutes 12
  13. 13. Sommaire Partie 1 Description de la mallette Contenu de la mallette______________________________________1 Quelques rappels sur la démarche scientifique 2 Description de la mallette 2 Règlement de la mallette 2 Quelles combinaisons possibles avec le Planétarium ? 3 Déroulement des différentes activités 3 Partie 2 Descriptif des activités de la mallette Partie programme Introduction 5 Début de la séquence 5 Organisation des séances 6 Séance 1 : Système Solaire 6 Séance 2 : Rotation de la Terre 8 Séance 3 : Révolution de la Terre 9 Séance 4 : Lunaison 12 Partie hors programme Etude d’une météorite 15 Construction d’un cadran solaire 16 Utilisation d’une carte du ciel 16 13
  14. 14. Contenudelamallettepedagogique A vérifier avant emprunt et au moment du retour. Merci d’indiquer toute dégradation ou perte. - Le guide de l’enseignant - Le carnet de l’élève, à photocopier. - Le carnet de l’élève corrigé - 4x4 fiches pédagogiques plastifiées (Système Solaire, Jour/Nuit, Saisons, Lunaison) - 2 Maquette du système solaire (2 supports + 16 planètes + 2 Soleil) - 4 Maquette des saisons (4 supports ronds, 16 Terres) - 4 Maquette de la lunaison (4 supports en croix, 16 Lunes, 4 Terres) - 4 Maquette des fuseaux horaires - 4 petites lampes sans abat-jour - 15 Lampes de poche - 2 thermomètres - 4 bougies - Un briquet - 2 représentations planes de la Terre - 4 instruments de mesure des rayons - Fiche construction d’un cadran solaire - 30 pics à brochettes (à utiliser pour le cadran solaire) - 4 Cartes du ciel - Fiche d’utilisation d’une carte du ciel - Un morceau de météorite - Des flyers du Planétarium - Le formulaire de retour sur la mallette 14
  15. 15. Quelques rappels sur la démarche scientifique « La première démarche de l’esprit scientifique est d’explorer le réel ; cette démarche première dans l’ordre logique est aussi la plus essentielle. Le réel ne peut être identifié spontanément par la pensée rationnelle ; il ne peut qu’être découvert par une information sensorielle méthodique, par des enquêtes organisées (observations), contrôlées et confrontées, enregistrant les perceptions que l’Homme peut tirer de ses sens et des instruments qui les prolongent et les précisent. »1 La démarche scientifique permet à l’élève, après s’être retrouvé face à une situation problématique, de rechercher en manipulant, en observant, en confrontant ses hypothèses à celles des autres, afin de s’approprier les résultats de sa démarche de par des explorations concrètes de l’information à dénicher. Elle lui permet de s’approprier complètement les représentations finales d’un sujet donné, l’ayant lui-même vécu et expérimenté. Description de la mallette La mallette pédagogique du Planétarium a été élaborée au Jardin des Sciences en avril 2013. Nous remercierons particulièrement Michel DISKUS pour sa contribution ludico-pédagogique et son esprit de partage et d’entraide, la plupart des maquettes contenues dans cette mallette étant de son invention. La mallette pédagogique du Planétarium contient un certain nombre d’objets, d’instruments, de fiches et de maquettes. Il va du devoir moral de chacun d’y prêter le plus grand soin, afin que cette mallette puisse perdurer dans le temps. Nous conseillons aux professeurs de bien mettre en garde leurs élèves concernant la manipulation des objets. Règlement de la mallette La mallette est soumise à quelques règles de vie, afin que chacun puisse en profiter comme il se doit. Si vous constatez qu’un objet de la mallette manque à l’emprunt ou à la restitution de cette dernière, veuillez nous en faire part lors de l’état des lieux de retour, afin que nous puissions procéder à un remplacement le plus rapidement possible. De même, si une maquette est cassée ou abîmée, merci de nous en informer. Dans tous les cas, si vous avez une suggestion ou une critique à faire concernant une activité de la mallette, n’hésitez pas à remplir le formulaire de retour contenu dans celle-ci. 1 Jean-Pierre Urbain, Le livre du ciel, Ed. Les 400 coups, Québec, 2002 15
  16. 16. Quelles combinaisons possibles avec le Planétarium ? Si vous n’êtes pas encore venu au Planétarium ou bien si la séance à laquelle vous avez assisté vous a plu, sachez que nous proposons près d’une dizaine de spectacles différents selon l’âge et le thème choisi. Des planètes du système solaire aux galaxies plus éloignées, en passant par un voyage dans le temps et la conquête spatiale, nous proposons également une initiation à l’astronomie pour les plus petits ou encore une découverte du ciel de nuit afin de se repérer parmi les étoiles… Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter notre site internet : www.planetarium.unistra.fr ou encore les brochures laissées dans la mallette, que vous pouvez garder. Les séances, animées par des médiateurs scientifiques, permettent une véritable immersion des élèves dans le thème de l’astronomie. Les visites de la Coupole de l’Observatoire que vous pouvez combiner à une séance de Planétarium proposent une approche plus historique de cette science. Enfin, la crypte aux étoiles, la galerie du Planétarium, permet de se retrouver parmi des instruments de mesure et des bornes interactives autour desquels on peut ensemble s’interroger sur l’astronomie. Déroulement des différentes activités La mallette pédagogique du Planétarium s’axe autour de plusieurs points. Elle contient diverses activités qui peuvent être traitées séparément : o La séquence d’activités d’astronomie en référence aux programmes 2008, pouvant elle-même être séparée en trois :  Le système solaire  Les conséquences de la rotation et de la révolution de la Terre  La Lunaison o Des activités hors programme, pour aller plus loin :  L’étude d’une météorite  La carte du ciel et son utilisation.  Comment construire un cadran solaire ? COMPETENCES VISEES DANS LA SEQUENCE - Savoir pratiquer une démarche d’investigation : se questionner, manipuler, observer, conclure. - Savoir utiliser ses connaissances pour rechercher de nouveaux résultats et de nouvelles interprétations. 16
  17. 17. OBJECTIFS Activité 1 – Le Système Solaire - Connaitre les noms et l’ordre des huit planètes du système solaire - Connaitre quelques caractéristiques de chacune des planètes - Différencier planète rocheuse et gazeuse Activité 2 : La Rotation de la Terre - Comprendre les conséquences de la rotation de la Terre sur l’alternance jour/nuit - Comprendre le phénomène jour/nuit aux Pôles Activité 3 : La Révolution de la Terre et son inclinaison - Comprendre par la modélisation les conséquences de la révolution de la Terre et de son inclinaison sur o Les saisons o Le temps d’ensoleillement - Connaitre les termes de solstice et équinoxes, leurs dates ainsi que leurs caractéristiques. Activité 4 : La lunaison - Connaitre les différentes phases de la Lune - Comprendre le phénomène d’éclipse Activité 5 : La carte du ciel - Savoir se repérer dans le ciel de nuit - Retrouver les constellations Activité 6 : Le cadran solaire - Construire un cadran solaire - Retrouver l’heure sur un cadran solaire COMPETENCES TRANSVERSALES - Se repérer dans un espace en trois dimensions - Utiliser les jeux d’ombres et de lumière pour comprendre des phénomènes astraux - Utiliser les mathématiques au service de l’astronomie 17
  18. 18. DESCRIPTIF DES ACTIVITES DE LA MALLETTE Partie programme : La séquence d’activités d’astronomie en cycle 3. Introduction L’activité peut se dérouler sous la forme d’un jeu de rôle si l’on souhaite faire la totalité des activités. Cependant, il faudra commencer par expliquer aux élèves que l’on va faire une réelle distinction entre réel et imaginaire. La mallette pédagogique du Planétarium leur permet en effet d’apprendre l’astronomie autour d’une histoire fictive. Pour aller plus loin en astronomie2 : - Activités pour découvrir le ciel et les planètes, M. Wendling, Ed. Milan Jeunesse, Toulouse, 2012 - Atlas du ciel et de l’espace, R. Scagell, Ed. Milan, Toulouse, 2009 - Encyclopédie Junior L’espace, L. Salès, M. Wendling et A. Willemez, Ed. Fleurus, Paris, 2006 - Le ciel à petits pas, M. Mira-Pons et R. Barborini, Ed. Acte Sud Junior, Luçon, 2010 Pour aller plus loin dans la science-fiction : - Une navette bien spéciale, A. Norriss, Ed. Pocket Jeunesse, Paris, 2002 - Le Petit Prince, A. De Saint Exupéry, Ed. Gallimard Jeunesse, 2013 - La Grande Ourse et 15 autres récits de constellations, B. Heller-Arfouillere, Ed. Flammarion, 2008 Début de la séquence Pour commencer la séquence via le jeu de rôle, il suffit de commencer par lire le texte suivant à la classe : « La NASA a récemment reçu des ondes radio venues de l’espace. Elles nous proviennent de très loin et nous avons réussi à les décrypter. Vous avez sûrement deviné… Nous avons été contactés par des extra-terrestres ! D’après ce que l’on a pu comprendre, ils doivent se poser en urgence afin de pouvoir réparer leur vaisseau. Cependant, il leur manque certaines informations sur notre système solaire. La Terre a donc décidé d’envoyer ses quatre meilleures équipes dans l’espace afin de retrouver ces informations cruciales. 2 Ces livres sont disponibles en vente à l’accueil du Planétarium. 18
  19. 19. Vous devez partir le plus rapidement possible ! Les Etats-Unis, la Russie, la Chine et la France sont les pays qui ont été désignés pour envoyer leurs équipes. » *Constituer les quatre équipes* « Prenez ces carnets de bord et surtout notez soigneusement toutes les informations que nous ont demandé nos visiteurs. Nous comptons sur vous ! » *Distribuer les carnets de bord* Répartir ensuite les élèves, par groupe, à des tables collées deux à deux. Organisation des séances Séance 1 : Le Système Solaire (45 minutes) PROGRAMMES 2008 - Savoir que le Soleil est une étoile, centre d’un système solaire constitué de planètes dont la Terre. - Différencier les planètes du système solaire (caractéristiques, ordre de grandeur) - Vocabulaire : planète gazeuse / rocheuse OBJECTIFS DE LA SEANCE - Connaitre les noms et l’ordre des huit planètes du système solaire - Avoir une approche des différentes tailles des planètes et des distances entre celles-ci - Connaitre quelques caractéristiques de chacune des planètes - Différencier planète rocheuse et gazeuse RESUME Les élèves ont une maquette du système solaire à l’échelle de taille (sauf le Soleil) à reconstituer à partir de boules représentant les planètes. Après quelques tentatives, ils vérifient leurs représentation en s’aidant de la fiche pédagogique où des questions/réponses sont données sur les diverses planètes, leur permettant de retrouver l’ordre du système. PRE-REQUIS - Notion de planète - Notion d’échelle de taille et de distance MATERIEL - Les deux maquettes Système solaire - La fiche pédagogique numéro 1 : A la découverte du système solaire - Le carnet de bord de l’élève 19
  20. 20. DEROULEMENT La première mission est une mission de coopération. Deux équipes doivent donc se mettre ensemble afin de retrouver l’ordre des planètes, leur distance au Soleil et leur échelle de taille. On présente une maquette du système solaire à chacun des deux groupes. Les planètes ne sont pas fixées sur le support ; ce sera aux élèves de retrouver l’ordre de celles-ci. Les planètes sont sur les pics à brochettes qui peuvent être insérées dans les trous de la maquette. On leur demande alors de soumettre leurs hypothèses quant à l’ordre des planètes. Après quelques tentatives et confrontations d’idée, on donne la fiche pédagogique n°1 aux élèves. En lisant celle-ci, ils découvrent les noms, les caractéristiques et l’ordre des planètes. On demande alors aux élèves de remplir leur journal de bord. Une fois que l’ordre a été trouvé, on leur demande s’ils pensent que l’échelle de taille est la bonne sur la maquette. L’important est de faire comprendre aux élèves que l’échelle de taille des planètes est réelle. On leur demandera alors selon eux quelle taille devrait avoir le Soleil par rapport à cette maquette (réponse : environ 2 m). Seconde question : est-ce que les distances sont les bonnes sur la maquette ? Logiquement non, puisque cela voudrait dire que Jupiter nous cacherai toute la vue. 20
  21. 21. Pour répondre à cette question, on donne les distances en km afin que élèves les mettent à l’échelle : Si Mercure était à 1 cm du Soleil, à combien de centimètres seraient les autres planètes ? Séance 2 : La Rotation de la Terre (40 minutes) PROGRAMMES 2008 - Repérer et comprendre le mouvement apparent du Soleil au cours d’une journée - Connaître le sens et la durée de rotation de la Terre sur elle-même - Savoir interpréter le mouvement apparent du Soleil par une modélisation. OBJECTIFS DE LA SEANCE - Comprendre, par la modélisation, les conséquences de la rotation de la Terre. - Comprendre, par la modélisation, la corrélation entre les jours et les nuits de 6 mois aux Pôles et l’inclinaison de la Terre par rapport à son orbite. RESUME Les élèves tentent de découvrir, à l’aide d’une représentation de la Terre et d’une lampe de poche, le mouvement de la Terre pour reproduire l’alternance jour/nuit. PRE-REQUIS - Lumière et ombres. - Notion d’étoile et de planète. MATERIEL - Une Terre par binôme - Une lampe de poche par binôme - Les fiches pédagogiques numéro 2 : La Terre tourne, oui, et … ? - Le carnet de bord de l’élève - Une chaise qui puisse tourner sur elle-même DEROULEMENT On donne aux quatre groupes d’élèves la fiche pédagogique et on lit la première question. Les élèves peuvent formuler des hypothèses, puis on effectue l’expérience. On relève l’étiquette de la fiche pour obtenir la réponse. On poursuit la lecture de la fiche, on distribue une Terre et une lampe de poche par binôme et on réalise les expériences afin de comprendre le mouvement de la Terre pour que l’alternance jour/nuit se fasse. 21
  22. 22. On continue de lire la fiche, afin de bien différencier rotation et révolution. On peut demander à un élève de mimer une rotation, puis une révolution. Ensuite, on peut lui demander de mimer les deux à la fois : cela représente le mouvement de la Terre. Les élèves remplissent leur carnet de bord. Séance 3 : La Révolution de la Terre (50 minutes) PROGRAMMES 2008 - Mettre en lien l’évolution de la durée du jour au cours de l’année et les saisons. - Définir les termes équinoxes, solstices. OBJECTIFS DE LA SEANCE - Comprendre par la modélisation les conséquences de la révolution de la Terre et de son inclinaison sur l’enchainement des saisons - Connaitre les termes de solstice et équinoxes, leurs dates ainsi que leurs caractéristiques. - Comprendre l’évolution de la durée du jour au cours de l’année RESUME On part de la question « Pourquoi fait-il plus chaud en été et plus froid en hiver en France ? » Les élèves, par la modélisation et l’expérimentation pourront comprendre quels sont les liens entre l’inclinaison de la Terre et les saisons. Ils aborderont également la notion de fuseau horaire. 22
  23. 23. PRE-REQUIS - Comprendre le mouvement de rotation de la Terre dans l’alternance jour/nuit - Comprendre le concept de révolution de la Terre autour du Soleil - Savoir mesurer une distance à la règle - Savoir lire une température sur un thermomètre MATERIEL - Les quatre maquettes des saisons - Les quatre lampes sans abat-jour - Les quatre maquettes d’inclinaison des rayons - Les fiches pédagogiques numéro 3 : La Terre et le Soleil, une histoire de saisons - Les carnets de bord DEROULEMENT On demande aux élèves : « Pourquoi fait-il plus chaud en été et plus froid en hiver en France ? » Les élèves répondent et confrontent leurs idées, leurs hypothèses, que l’on peut noter au tableau. Les élèves s’emparent alors de la fiche pédagogique sur les saisons. Ils commencent par lire l’idée reçue et éliminer une réponse simpliste, les amenant à se pencher plus personnellement sur la question. Sur la fiche, on leur demande alors d’observer la maquette. Réinvestissement : effet, la Terre est inclinée sur son axe de rotation et est toujours dirigée vers l’étoile Polaire. Ce qui fait qu’elle est toujours penchée par rapport au Soleil, mais pas dans la même direction toute l’année. 23
  24. 24. Première partie : L’inclinaison et la surface éclairée On suit l’expérience numéro 1 de la fiche avec les rayons et le schéma plan de la Terre. On mesure X en été puis en hiver, et on se rend compte qu’avec l’inclinaison de la Terre, X est plus grand en hiver. Cela veut donc dire qu’en hiver, le même nombre de rayon éclaire une surface plus grande. Comme il est difficile pour des élèves de cycle 3 de comprendre le lien entre surface et répartition de l’énergie, la fiche propose une expérience complémentaire afin de s’approprier cette notion. 24
  25. 25. On prend quatre bougies, comme on avait quatre rayons sur la maquette. Les bougies, comme les rayons de Soleil, éclairent et chauffent. On place les quatre bougies, en carré d’environ 10 cm de côté, sous le thermomètre. On relève la température (environ 23°C) puis on attend 15 minutes (en attendant, on peut faire la deuxième partie de la fiche). On doit trouver approximativement 35-40°C. On prend le deuxième thermomètre mais seulement on colle les quatre bougies, ce qui représente le même nombre de « rayons » mais sur une surface plus petite. En un quart d’heure, on observera que la température sera montée à 60°C. Deuxième partie : La couche d’atmosphère à traverser On suit l’expérience de la fiche. Les élèves mesurent la couche d’atmosphère à traverser en hiver et en été. Ils constatent que celle-ci est plus grande en hiver. Comme l’atmosphère est froide, si les rayons mettent plus de temps à la traverser, ils deviennent moins chaud jusqu’à leur arrivée sur Terre. Troisième partie : Le temps d’exposition au Soleil Les élèves prennent les maquettes des fuseaux horaires et la fiche pédagogique, et essayent de répondre aux questions. Une fois qu’ils ont compris que chaque fuseau représente une heure, on baisse la lumière afin d’éclairer à l’aide de la lampe les fuseaux de la Terre à chaque saison. En comptant les fuseaux horaires éclairés à chaque solstice et équinoxe (se référer à la maquette des saisons pour ne pas se tromper), on constate que le temps d’ensoleillement n’est pas le même. On retrouve 16h en été, 8h en hiver, 12h à l’automne et au printemps. C’est la troisième raison qui fait qu’il fait plus chaud en été. Les élèves remplissent leur carnet de bord. La Lunaison (45 minutes) PROGRAMMES 2008 - Connaître les différentes phases de la Lune, savoir que ces phases se reproduisent toujours dans le même ordre et la même durée. - Savoir que les phases de la Lune s’expliquent par la révolution de la Lune autour de la Terre. - Comprendre les phases de la Lune par une modélisation OBJECTIFS DE LA SEANCE - Comprendre par la modélisation les différentes phases de la Lune - Comprendre le mouvement de la Lune autour de la Terre et ses conséquences - Comprendre le phénomène d’éclipse solaire et de Lune 25
  26. 26. RESUME Les élèves tentent de trouver la position de la Lune autour de la Terre dans les différentes phases de sa Lunaison. Ils manipulent des maquettes afin de comprendre quels jeux d’ombres et de lumière s’exercent dans ce système. PRE-REQUIS - Notion de planète, étoile, satellite, révolution, rotation MATERIEL - Les quatre maquettes de la lunaison - Les fiches pédagogiques numéro 4 : La Lunaison - Une Terre par binôme - Une Lune par binôme - Une lampe de poche par binôme - Les carnets de bord DEROULEMENT Les élèves prennent la fiche pédagogique et se posent des questions sur les phases de la Lune. Qu’est ce que la Pleine Lune ? Cela arrive-t-il souvent ? Comment s’appellent les autres phases ? Ils lisent alors la fiche pédagogique et découvrent les différentes phases de la Lune observables dans le ciel. On met alors la classe dans l’obscurité. Les élèves prennent une Lune et une lampe de poche et tentent de reproduire les différentes phases de la Lune. Enfin, on arrive à la question : pourquoi peut-on voir la Pleine Lune et pas la Nouvelle Lune ? Les élèves proposent leurs représentations via un schéma sur une feuille à part. On prend la une Terre et une Lune, où le Soleil est modélisé par une lampe de poche. On demande alors aux élèves d’essayer de concrétiser leurs représentations et de vérifier si elles fonctionnent, d’essayer de retrouver les différentes phases de la Lune. L’un tient la Lune, l’autre la Terre et le Soleil. 26
  27. 27. Une fois qu’un élève a trouvé de quelle manière la Lune effectue sa révolution, ou bien que la classe est à court d’idées, on sort la maquette Terre- Lune que l’on monte avec les Lunes et quelques Terres. On découvre alors, en dépliant la première languette de la fiche pédagogique, que la Lune a une révolution inclinée par rapport à la révolution de la Terre autour du Soleil. En vérifiant sur la maquette, on comprend comment est-ce que l’on peut voir les différentes phases de la Lune. On complètera en même temps le schéma dans le carnet de bord des élèves. On se demande ensuite pourquoi est-ce que l’on voit toujours la même face de la Lune. En faisant une expérience de mise en situation, on se rend compte que c’est parce que la Lune tourne sur elle-même en même temps qu’elle tourne autour de la Terre. Enfin, on s’interrogera sur les éclipses. Qu’est-ce qu’une éclipse ? Comment peut-elle avoir lieu ? Les élèves cherchent grâce à la maquette. Ils finissent par lire la fin de la fiche pédagogique et l’on essaye de reproduire avec la maquette Terre-Lune-Soleil les conséquences d’une éclipse solaire et d’une éclipse de Lune. Les élèves peuvent alors finir de remplir leur carnet. 27
  28. 28. Partie hors programme : Etude d’une météorite, construction d’un cadran solaire et repérage dans le ciel. Etude d’une météorite Une fois que les élèves ont rempli leur carnet, ils doivent pouvoir retrouver, grâce à la synthèse située à la dernière page de leur carnet, le mot « météorite ». Le jeu de rôle peut se poursuivre : « Nous recevons un appel… - Merci, Terriens, pour toutes ces données ! Nous pouvons maintenant nous poser en toute sécurité pour réparer notre vaisseau. Cependant, il est encore trop tôt pour nous rencontrer. Nous vous laissons, en gage de notre reconnaissance, un présent venu de l’espace. Prenez-en bien soin et n’hésitez pas à l’étudier sous toutes ses coutures ! Nous reviendrons bientôt… A moins que vous veniez nous rendre visite au Planétarium ? Une mésaventure de nos amis Sissuit et Kouak y est déjà diffusée ! (spectacle « Planètes à l’horizon ») Au revoir, Terriens ! » On sort alors le morceau de météorite de la mallette. Qu’est-ce qu’une météorite ? D’où vient-elle ? On peut faire passer la météorite à chaque élève pour qu’il la touche et donne ses impressions. Ensuite, on découvre la fiche pédagogique sur les météorites. Construire un cadran solaire Après avoir abordé les notions de temps, il est possible de construire un cadran solaire avec les élèves. Il suffira pour cela de suivre la fiche de construction « Cadran Solaire ». Utiliser une carte du Ciel Savoir utiliser une carte du ciel est très simple. Cela peut permettre une entrée en matière dans la littérature mythologique via les contes sur les constellations. Il suffit de se référer à la fiche d’utilisation « Carte du Ciel ». 28
  29. 29. 2929
  30. 30. 30
  31. 31. 31
  32. 32. 32
  33. 33. 33
  34. 34. 34
  35. 35. 35
  36. 36. 36
  37. 37. Les fiches pédagogiques Celles-ci seront idéalement plastifiées. Nous présentons ici uniquement le contenu rédactionnel des fiches. La mise en forme et la décoration avec des photos de corps célestes, une police d’écriture plus attractive et une mise en page ludique (cf. livre Le jour et la nuit, Kididoc, Ed. Nathan, 2011) sont encore à concevoir. Les fiches doivent être organisés interactives, où les questions posées cachent les réponses par un moyen de volets à déplier, soulever, tirer etc. Le code couleur est le suivant : Vert = questionnement Orange = manipulation Bleu = information Fiche n°1 : Rocheuse ou gazeuse, votre planète ? Spectacle corrélé : « Le Rêve de Clara » Dans quel ordre sont situées les planètes ? Prends la maquette des planètes et essaye de les replacer dans le bon ordre. Les quatre premières planètes du système solaire sont composées en majorité de roches et de matière solide. On dit qu’elles sont rocheuses, ou telluriques. Elles sont très proches du Soleil et très proches les unes des autres. Les quatre dernières planètes, qui sont également les plus grandes, sont composées presque uniquement de gaz, c’est pourquoi on ne peut s’y poser. Elles possèdent toutes des anneaux, même si l’on n’arrive pas à les distinguer aussi bien que chez Saturne. Qui sommes-nous ? (NB : système de volets qui se rabattent : fermés = question, ouverts = photo + réponse) 1. Je suis la planète la plus proche du Soleil. Sans atmosphère, ma température est insupportable !  Mercure. En effet, cette petite planète peut atteindre 430°C le jour et -185°C la nuit ! 2. Moi, au contraire, je possède une épaisse atmosphère, ce qui me apparaitre toute brillante au Soleil.  Venus. Mais mon atmosphère ne permet pas la vie. Je suis recouverte de gaz toxiques et l’effet de serre fait monter ma température à la surface jusque 490°C ! 3. Je suis en partie bleue, d’une température convenable et pleine de vie, je suis…  La Terre, bien sûr ! Seule planète du système solaire habitable à ce jour. Atmosphère, oxygène, eau, tout s’y prête. Attention cependant, car elle est très fragile… 37
  38. 38. 4. Les Hommes ont déjà envoyé quelques robots sur mon sol. Et ils se posent des questions…  Mars. Toute rouge à cause de la couleur de mes roches, les Hommes se demandent si j’ai pu un jour contenir de l’eau liquide. J’ai en effet des traces intrigantes à ma surface. 5. Je suis la plus grande planète du système solaire. Je tourne très rapidement sur moi- même, ce qui me confère de jolis dessins.  Jupiter. Ces dessins sont en fait des gaz de différentes couleurs, qui forment des tempêtes perpétuelles à ma surface. 6. Mes anneaux, voici ce qui me caractérise. Mais j’ai aussi beaucoup de satellites.  Saturne. Environ 60 satellites au total. L’un d’entre eux est si énorme qu’on l’a appelé Titan. Il est plus grand que la planète Mercure ! 7. Je suis toute bleue et toute lisse. Même si on ne les voit pas, j’ai aussi des anneaux.  Uranus. On m’a longtemps considéré comme une étoile, tant je suis lointaine. On ne peut m’observer qu’avec une lunette astronomique. 8. Je suis la dernière planète du système solaire. Je ressemble beaucoup à ma voisine.  Neptune. Je me trouve juste avant la ceinture d’astéroïde qui délimite notre système. Je mets 160 ans à faire un tour du Soleil, tant mon orbite est large… Fiche n°2 : La Terre tourne, oui, et … ? (Spectacle corrélé : « Le Ciel de Saison ») Pourquoi a-t-on l’impression que c’est le Soleil qui tourne autour de la Terre ? Installes toi sur une chaise que l’on peut faire tourner sur elle-même. Demande à un ami de te faire tourner sur cette chaise (pas trop vite !). Regarde droit devant toi, n’as-tu pas l’impression que c’est la pièce qui tourne autour de toi ?  C’est une question de point de vue ! Comme nous sommes sur Terre, on a l’impression que c’est le Soleil qui tourne autour de nous. Cependant, c’est bien nous qui tournons ! / ! Révolution ≠ rotation ! Une rotation, c’est le fait de tourner sur soi-même, comme une toupie. Une révolution, c’est le fait de tourner autour d’un objet, comme la Terre autour du Soleil. Essaye de représenter la rotation de la Terre avec la maquette. Attention au sens de rotation ! Quand tu regardes au dessus du Pôle Nord, elle doit tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Eclaire la Terre avec le Soleil. Où fait-il nuit ? Où fait-il jour ? Le Soleil se lève-t-il à l’Est ou à l’Ouest ? Je vais t’apprendre quelque chose. Au Pôle Nord, il fait nuit 4 mois dans l’année, pendant qu’il fait jour au Pôle Sud. Pendant 4 autres mois, cela s’inverse. Comment est-ce possible ? (NB : Il faut incliner la Terre.) 38
  39. 39. En effet, la Terre est inclinée, d’environ 23°. Son axe de rotation (l’axe autour duquel elle tourne) est toujours dirigé vers une certaine étoile : l’étoile Polaire. Les jours et les nuits sont donc dues à la rotation de la Terre. Mais alors, pourquoi le jour dure-t-il plus longtemps en été ? Passons à la plaquette suivante…. Fiche n°3 : La Terre et le Soleil, une histoire de saisons… (Spectacle corrélé : « Le Ciel de Saison ») Idée reçue : « Les saisons ont quelque chose à voir avec la distance de la Terre au Soleil » FAUX ! Si c’était le cas, il ferait l’été sur toute la planète en août, et l’hiver partout en décembre… Alors qu’en réalité, les saisons sont inversées dans l’hémisphère Nord et Sud ! Alors POURQUOI fait-il plus chaud en été et plus froid en hiver dans l’hémisphère Nord ? Regarde la maquette qui représente les saisons. Que remarques-tu ? Vers quel côté est penchée la Terre en hiver ? En été ? 1. Inclinaison des rayons : surface éclairée. Nous l’avons vu dans la deuxième plaquette : La Terre tourne sur elle-même autour d’un axe de rotation qui est toujours dirigé vers l’étoile Polaire. Comme la Terre est penchée par rapport au Soleil, est-ce que cela veut dire que les rayons sont aussi penchés par rapport à la Terre ? Prends les plaquettes représentant la Terre en hiver et en été. Prend l’instrument représentant les rayons. Place le rayon rouge droit sur Strasbourg sur la planète en hiver : il faut que le bout du rayon coïncide avec la cathédrale. Place les autres rayons pour qu’ils touchent tous la surface de la Terre. Mesure la longueur entre les deux rayons. Fais la même chose en été. Que remarques-tu ? En effet, en été, le même nombre de rayons chauffe une surface beaucoup plus petite. C’est la première raison pour laquelle il faut plus chaud en été. Pas convaincu ? Prends le thermomètre et place 4 bougies en carré, chaque côté faisant environ 10 cm. Mesure la température avant allumage, puis au bout d’un quart d’heure. Maintenant, prend le deuxième thermomètre et fais la même chose mais les 4 bougies doivent être collées les unes aux autres. Mesure avant allumage et au bout d’un quart d’heure. Que remarques-tu ? 39
  40. 40. 2. Couche d’atmosphère à traverser Mesure le rayon de Soleil qui illumine Strasbourg, entre le début de l’atmosphère et la Terre. Compare les résultats entre l’hiver et l’été. Que constates-tu ? Tu vois en effet que les rayons ont une plus grande distance d’atmosphère à traverser en hiver. En traversant cette atmosphère froide, les rayons du Soleil perdent de leur chaleur. C’est la deuxième raison pour laquelle il fait plus froid en hiver et plus chaud en été. 3. Temps d’exposition au Soleil Regarde la maquette. Que représentent les traits ? Combien y en a-t-il ? Combien de temps dure une journée ? Que peux-tu en déduire ? Cela s’appelle des fuseaux horaires. C’est un découpage de la Terre en heures. Cela nous permet de connaitre l’heure partout dans le monde à chaque instant ! Sais-tu comment l’on appelle les jours qui séparent les saisons ? Equinoxes d’automne (21 septembre) et de printemps (21 mars) Solstice d’été (21 juin) Solstice d’hiver (21 décembre) Vérifie avec la maquette : place la terre en hiver, et compte le nombre de fuseaux horaires éclairés par le Soleil. Fais de même pour l’été, l’automne et le printemps. Que remarques-tu ? Le jour et la nuit durent le même nombre d’heure aux équinoxes. Le jour dure 16h et la nuit 8h au solstice d’été. Le jour dure 8h et la nuit 16h au solstice d’hiver. Qu’est-ce qu’il se passe quand on éclaire un endroit pendant longtemps ? Quand on éclaire un endroit pendant plus longtemps, cet endroit devient plus chaud. C’est la troisième raison pour laquelle il fait plus chaud en été et plus froid en hiver. Fiche n°4 : La Lunaison (Spectacle corrélé : Poussière de Lune) Voici les différentes phases de la Lune, que tu peux observer tout au long de son cycle. On appelle cela un cycle car il se répète en boucle à l’infini. C’est la Lunaison, qui dure environ 27 jours. NB : Insérer ici des photos des 8 phases principales de la Lune. 40
  41. 41. Pourquoi voit-on la pleine Lune et pas la nouvelle Lune ? Essaye de faire un schéma de ce que tu penses. Ton schéma peut-il correspondre à la réalité ? Essaye de le réaliser avec la maquette Terre- Lune. Fais bouger la Lune autour de la Terre, comme tu le penses. Retrouves-tu les différentes phases de la Lune ? Retrouve-t-on la Pleine Lune et la Nouvelle Lune ? La Lune a en réalité une orbite inclinée par rapport à la Terre. Monte la maquette de la lunaison, tu peux voir qu’elle est parfois en dessous de la Terre, parfois au dessus ! Ajoute le Soleil à cette maquette. Comprends-tu maintenant pourquoi l’on ne peut pas voir la Nouvelle Lune ? Soit nous sommes dans la nuit et la Nouvelle Lune est de l’autre côté de la Terre.. Soit nous sommes dans le jour, mais la Lune, elle, est à contre-jour ! Vérifie avec la maquette que l’on peut retrouver toutes les phases de la Lune. As-tu déjà entendu parler de la face cachée de la Lune ? Pourquoi voit-on toujours la même face de la Lune ? On sait que la Lune est en révolution autour de la Terre : c’est son satellite. Est-elle aussi en rotation ? Essaye de mimer le mouvement de la Lune autour d’un ami qui fait la Terre : il faut toujours que tu lui montre la même face ! La Lune est en effet en révolution ET en rotation. Elle tourne sur elle-même de manière à ce que l’on voit toujours la même face. Et les éclipses, comment ça arrive ? Essaye de reproduire une éclipse avec ta maquette. Tu constates qu’en effet, une éclipse ne peut se produire que durant la Nouvelle Lune, c’est-à- dire quand celle-ci se trouve entre la Terre et le Soleil. Comment la révolution de la Lune autour de la Terre est inclinée, il arrive que celle-ci passe exactement entre le Soleil et un point où l’on se trouve sur Terre. Elle projette alors son ombre sur Terre en cachant le Soleil, cela s’appelle une éclipse solaire. Et les éclipse de Lune, qu’est-ce que c’est ? Essaye de trouver avec ta maquette. C’est en effet le fait que la Lune passe derrière l’ombre de la Terre lors d’une Pleine Lune. Celle-ci est alors cachée. 41
  42. 42. Fiche n° 5 : Les météorites Qu’est ce qu’une météorite ? De premier abord cela ressemble souvent à un simple morceau de roche, mais il s’agit de matière extraterrestre âgée de 4,5 milliards d’années. Les météorites proviennent de corps célestes que sont les astéroïdes ou les planètes. Elles sont arrachées lors de collisions entre ces objets célestes. Si leur trajectoire croise celle de la terre elles sont violemment freinées par l’atmosphère terrestre et s’échauffe violemment en pénétrant dans cette atmosphère. D’où viennent les météorites ? Il y a différentes origines pour les météorites mais la plupart sont issues des astéroïdes. Seules quelques météorites, parmi les plus rares, sont des fragments de la planète Mars ou de la Lune. Les astéroïdes sont des petites planètes rocheuses de taille variable et de forme irrégulière. Ils gravitent entre Mars et Jupiter dans une zone appelée la ceinture des astéroïdes. Au cours des millions d’années, des collisions se produisent dans cette zone qui est plutôt encombrée. Ainsi, par ces rencontres forcées, les astéroïdes se brisent et donnent naissance à des fragments de toutes tailles. Ces morceaux prennent des directions variables dans l’espace et parfois croisent l’orbite de la terre et tombent alors sur notre planète pour devenir alors une météorite. 42
  43. 43. Fiche n° 6 : Le cadran solaire Pré-requis : - Comprendre le fonctionnement de l’alternance jour/nuit due à la rotation de la Terre. - Savoir utiliser une boussole. - Connaitre la notion d’angle droit. Avant de commencer la construction d’un cadran solaire, il faut s’assurer que les élèves ont bien saisi les notions relatives à la rotation et à la révolution de la Terre liées à l’écoulement du temps, ayant pour conséquence une alternance jour/nuit cyclique. Une fois que l’on a bien vérifié ces notions, on se pose la question suivante : comment faisaient les Hommes pour connaitre l’heure quand ils n’avaient pas de montre ? Il y a de fortes chances pour qu’une majorité des élèves aient entendu parler des cadrans solaires. On leur demande alors quelles représentations ils s’en font : où as-tu entendu parler de cadran solaire ? Comment cela fonctionne-t-il ? A-t-on obligatoirement besoin de soleil ? Peut-on planter un bâton n’importe où et n’importe comment pour pouvoir lire l’heure ? Etc. Ensuite, il suffira de suivre la fiche de construction suivante : 1. Imprimer ou reproduire le gabarit ci-joint (de préférence sur papier cartonné) et en distribuer un à chaque élève. 2. A partir d’une carte de France, déterminer quelle latitude est la plus proche de votre ville. 3. A l’aide d’un pic à brochette en bois, percer délicatement un trou à la bonne latitude. 4. Percer un trou au centre du cadran. 5. Plier le cadran en suivant les pointillés. 6. Faire passer le pic dans les deux trous réalisés. 7. Vérifier que le pic à brochette forme bien un angle droit avec le cadran. 8. Orienter le cadran à l’aide d’une boussole, dans un endroit bien plat. 9. Il suffit à présent de lire l’heure.. solaire ! En effet, les élèves vont remarquer que le cadran a une ou deux heure de décalage avec l’heure « réelle », en fonction de si on se trouve à l’heure d’hiver ou à l’heure d’été. Il suffira d’expliquer que l’on a régulé l’heure à une heure « légale », afin de permettre des économies d’énergie en utilisant moins d’électricité pour s’éclairer. C’est pour cela que l’on change d’heure en été. On se décale encore un peu plus par rapport à l’heure solaire, pour notre propre intérêt. 43
  44. 44. 44
  45. 45. Fiche n°7 : La carte du ciel (Spectacle corrélé : Figures de l’astronomie grecque) Pré-requis : - Connaitre la différence entre l’heure légale et l’heure solaire (voir fiche cadran solaire). - Connaitre les points cardinaux. Les élèves se munissent des cartes du ciel de la mallette pédagogique. Ils les manipulent et cherchent leur fonctionnement. Pour utiliser la carte, il suffit simplement de faire coïncider les deux croix entre la carte du ciel et le repérage, sur l’étoile Polaire. Ensuite, on choisit l’heure à laquelle on veut voir le ciel. Attention au décalage entre l’heure légale et l’heure solaire. Sur le cadran, c’est l’heure solaire qui est indiquée. Il faut rajouter 1h en hiver et 2h en été pour avoir l’heure légale. Ensuite, on choisit la date à laquelle on veut observer les étoiles. Il suffit alors de faire coïncider l’heure du repérage avec la date de la carte, en faisant pivoter cette première. On se placera alors dans la bonne direction dehors, éventuellement à l’aide d’une boussole, afin de pouvoir comparer carte et ciel étoilé. Exemples de recherches : Quelle constellation apparait plein Sud tel jour à tel heure ? Entre quelle date et quelle date peut-on voir Pégase à 21h ? 45
  46. 46. Retour sur la Mallette Pédagogique du Planétarium Date : Niveau de la classe : Etes-vous déjà venu au Planétarium avec votre classe ?  Oui  Non Avez-vous pu mener à bien les activités de la mallette ?  Oui  Non Si non, est-ce un problème de :  Temps  Niveau de difficulté  Matériel  Compréhension du guide / des activités  Autre Pouvez-vous être plus précis ? ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… Etes-vous satisfait des maquettes ?  Oui  Non Quelle(s) maquette(s) vous a/ont déçu et pourquoi ? ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… Souhaiteriez-vous faire un commentaire à propos de la mallette ? (critique, suggestion…) ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… 46
  47. 47. Schéma de montage des maquettes Maquette des Saisons 47
  48. 48. Maquette du Système Solaire 48
  49. 49. Maquette de la Lunaison 49

×