DIALOGUE	
  POLITIQUE	
  NATIONAL:	
  PROPOSITIONS	
  DE	
  LA	
  FUSION,	
  OPL	
  ET	
  
KONTRAPEPLA	
  
UN	
  CONSENSUS...
faire	
  des	
  sacrifices	
  	
  dans	
  la	
  recherche	
  d’un	
  consensus	
  minimal	
  visant	
  la	
  construction	...
•
•

Considérant	
  que	
  la	
  signature	
  et	
  le	
  respect	
  d’un	
  Accord	
  Politique	
  constitue	
  
une	
  u...
En	
  guise	
  de	
  conclusion	
  :	
  
POUR	
  ASSURER	
  LA	
  REUSSITE	
  DE	
  CE	
  GRAND	
  PROJET	
  DE	
  SAUVETA...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

HAITI: PROPOSITIONS DES PARTIS POLITIQUE FUSION, OPL ET KONTRAPEPLA POU UN DIALOGUE NATIONAL

1 188 vues

Publié le

Récemment en Haiti nombreuses sont les personnalités politiques a l'intérieur des institutions de la société, les partis politiques, le secteur prive et les trois pouvoirs de l'etat qui parlent de la nécessite d'un dialogue politique entre les secteurs. Suite aux démarches du President de la république d'Haiti Michel Martelly et a son discours du 13 Janvier 2014, trois partis et regroupements politiques (Fusion, OPL et Kontrapepla) ont sorti les propositions suivantes pour faire avancer le débat.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 188
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

HAITI: PROPOSITIONS DES PARTIS POLITIQUE FUSION, OPL ET KONTRAPEPLA POU UN DIALOGUE NATIONAL

  1. 1. DIALOGUE  POLITIQUE  NATIONAL:  PROPOSITIONS  DE  LA  FUSION,  OPL  ET   KONTRAPEPLA   UN  CONSENSUS  NATIONAL  MINIMAL  POUR   LE  RELÈVEMENT  NATIONAL       CONTEXTE   Avec  un  passé    très  lourd  de  conséquences  :  colonie,  société  esclavagiste,  guerre  de   la  terre  brulée  pour  arracher  son  indépendance,  absence  de  cadres  pour  faire   fonctionner  le  nouvel  État,  mise  en  quarantaine  par  les  puissances  coloniales   esclavagistes,  spectre  de  retour  de  l’ancienne  métropole  battue  par  l’armée   indigène,  occupation  militaire  américaine  directe  pendant  près  de  vingt  ans,   diverses  formes  d’ingérence  et  de  mise  sous  tutelle  internationale,  Haïti,  après  210   ans  d’existence,  traîne  un  douloureux  héritage  et  n’arrive  pas  encore  à  sortir  du   bourbier.  Au  contraire,  les  dernières  décennies  ont  vu  cette  situation  se  détériorer   complètement.  À  la  perte  quasi  totale  de  tous  les  attributs  de  souveraineté,  à   l’approfondissement  d’une  misère  abjecte  dans  laquelle  végète  la  grande  majorité   de  la  population,  est  venu  se  greffer  le  risque  d’un  chaos  généralisé  remettant  en   cause  la  survie  même  de  cette  entité  nationale,  déjà  qualifiée  au  titre  du  chapitre  VII     de  la  Charte  de  l’ONU,  de  menace  pour  la  paix  et  la  sécurité  internationales.    Aujourd’hui,  le  pays    atteint  un  niveau  de  délabrement  plus  qu’alarmant  après  tant   de  décennies  perdues  dans  des  brigandages  politiques  à  répétition,  de  soumission   avilissante  au  diktat  étranger,  de  violences  fratricides  gratuites,  de  gabegies   administratives,  de  corruption,  de  formes  rétrogrades  de  gouvernance  autoritaire  et   parasitaire.  Cette  situation  qui  fait  douter  plus  d’un  de  la  capacité  des  élites   haïtiennes  à  prendre  en  main  la  destinée  de  leur  nation  est  sur  le  point  de   contredire  la  vielle  formule  :  un  pays  ne  meurt  jamais.     Après  deux  siècles  de  mauvaise  gouvernance,  l’échec  frappe  à  nos  portes  et  nous   devons  tous  payer  la  facture.  Après  plusieurs  années  de  troubles  politiques,  le  pays   bascule  totalement  dans  l’amateurisme  et  l’irresponsabilité.  Le  comportement   délétère  du  pouvoir  en  place  pousse  une  bonne  frange  du  secteur  politique  et  de  la   société  civile  à  sortir  de  la  stratégie  de  l’accommodement  pour  poser  de  façon   sérieuse  et  définitive  le  problème  de  la  reconstruction/refondation  de  l’État-­‐Nation.   En  un  mot,  comment  sortir  Haïti  de  l’indignité  pour  en  faire  un  pays  où  il  fait  bon   vivre  pour  toutes  et  pour  tous  ?     Ce  tableau  alarmant  doit  nous  interpeller  et  certainement  nous  conduire  à   l’élaboration  et  à  la  signature  d’un  accord  global  et  national.  Le  président  Martelly   semble  prendre  conscience  de  la  nécessité  d’un  dialogue;  ses  visites  auprès  des   partis  politiques  laissent  augurer  une  ère  de  recherche  de  compromis.    La   Commission  de  la  Conférence  Episcopale  pour  la  médiation  s’est  proposée  comme   facilitatrice  dans  le  cadre  d’un  dialogue  entre  les  différents  secteurs/acteurs   politiques.     Nous,  signataires  du  présent  engagement,  croyons  fermement  que  chaque  secteur   de  la  vie  nationale  aurait  donc  intérêt    à    utiliser  la  voie  du  dialogue  et  à  accepter  de  
  2. 2. faire  des  sacrifices    dans  la  recherche  d’un  consensus  minimal  visant  la  construction   d’une  nouvelle  Haïti.       CONTENU  DE  L’ACCORD  POLITIQUE  GLOBAL     L’Accord  politique  devra  aborder,  entr’autres,  les  questions  fondamentales   suivantes  :   • QUELLE  HAITI  POUR  QUELS  CITOYEN  ET  CITOYENNE  ?   • QUELLE  ECOLE    POUR  QUELLE  SOCIETE?   • COMMENT  AMENAGER  LE  TERRITOIRE  NATIONAL  DANS  L’INTERET  DE  LA   POPULATION  ?   • QUELLE  POLITIQUE  ENVIRONEMENTALE,   • COMMENT  DIVORCER  DE  FAÇON  DEFINITIVE  D’AVEC  LES  ELECTIONS   FRAUDULEUSES,  VERITABLES  SOURCES  DE  DESTABILISATION  DU  PAYS  ?   • QUEL  TYPE  DE  GOUVERNANCE  ?   • QUEL  CHOIX  ECONOMIQUE  ?   • QUELLE  POLITIQUE  ENERGETIQUE  ?   • QUELLE  POLITIQUE  DE  L’HABITAT  ?   • QUELLES  POLITIQUES  PUBLIQUES  ?   • QUELLE  POLITIQUE  ETRANGERE   • COMMENT  GARANTIR  L’ACCORD  ?       STRATEGIE  DE  MISE  EN  OEUVRE   Tenant  compte  de  l’état  de  dislocation  de  toutes  les  institutions  du  pays,  il  serait   utopique  de  rechercher  maintenant  un  consensus  national  sur  l’ensemble  des  points   qui  composent  l’Accord.  Nous  pensons  qu’il  y  a  lieu  de  choisir  une  stratégie  en  trois   étapes  :  à  court,  moyen  et  long  termes.       A  COURT  TERME   • Conscients  de  la  gravité  de  la  crise  politique  et  institutionnelle  que  traverse   notre  pays  ;   • Convaincus  qu’il  faut  prendre  toutes  les  dispositions  qui  s’imposent  pour   engager  des  discussions  sérieuses  entre  des  acteurs  politiques  et  des   organisations  de  la  société  civile  ;   • Considérant  qu’il  importe  de  préserver  la  stabilité  politique  du  pays  ;   • Considérant  les  retards  successifs  enregistrés  dans  la  tenue  des  élections  ;   • Considérant  que  le  président  de  la  République  a  la  responsabilité   constitutionnelle  de  garantir  le  bon  fonctionnement  des  institutions  du  pays  ;   • Considérant  que  les  dispositions  nécessaires  n’ont  pas  été  prises  à  temps  afin   de  réaliser  les  élections  visant  à  remplacer  le  premier  tiers  du  Sénat  arrivé  en   fin  de  mandat  et  tous  les  membres  des  collectivités  territoriales  ;   • Considérant  que  l’actuelle  machine  électorale  souffre  d’un  énorme  déficit  de   crédibilité;   • Considérant  qu’il  importe  de  préserver  ou  de  créer  un  climat  d’apaisement   favorable  à  la  réalisation  de  bonnes  élections  ;  
  3. 3. • • Considérant  que  la  signature  et  le  respect  d’un  Accord  Politique  constitue   une  urgente  nécessité  pour  atteindre  ces  objectifs  ;   Considérant    l’absence  d’une  alternative  nationale  et  solide  capable  de   prendre  en  main  la  direction  du  pays  afin  d’éviter  le    chaos  qui  servira  de   prétexte  à  un  durcissement  de  la  tutelle  internationale  ;       L’ACCORD  POLITIQUE  #1  porte  sur  les  mesures  à  prendre  pour  la  tenue  d’élections   à  la  fin  de  l’année  2014.  Dans  cette  optique  l’Accord  incluera  :   • La  mise  en  place  d’un  gouvernement  de  sauvetage  national    dirigé  par  un   Premier  ministre  de  consensus  jusqu’à  la  fin  du  mandat  présidentiel.   • Ce  gouvernement  sera  composé  de  personnalités  connues  et  crédibles  du   monde  politique  (partis  politiques),  de  la  société  civile,  du  secteur  des  droits   humains,  le  secteur  femme,  le  secteur  paysan.  Ce  nouveau  gouvernement   aura  une  feuille  de  route  avec  quatre  objectifs  principaux  :     1. Combattre  la  corruption  ;   2. Harmoniser    les  rapports  entre  les  trois  pouvoirs  de  l’État  ;   3. Créer  les  conditions  pour  la  réalisation  de  bonnes  élections   inscrites  dans  le  cadre  de  la  quête  de  la  souveraineté  nationale   pour  les  2/3  du  Sénat,  le  renouvellement  de  la  chambre  des   députés  et  des  membres  des  collectivités  territoriales  à  la  fin   de  l’année  2014  ;   4. Mettre  en  place  les  mécanismes  en  vue  de  la  convocation  des   États  Généraux  de  la  Nation.   • La  mise  en  place  d’un  Conseil  Électoral  Provisoire  de  consensus  qui  aura  la   responsabilité  de  l’organisation  des  élections  au  mois  d’octobre  2014.   • La  mise  en  place  dans  les  trois  (3)  jours  suivant  la  signature  de  l’Accord  d’un   Observatoire  National  chargé  du  suivi  de  l’application  du  présent  Accord.       MOYEN  TERME   L’Accord  #  2  portera  sur  les  questions  suivantes  :   • L’Elaboration  d’un  pacte  de  gouvernabilité  ;   • La  mise  en  application  des  résolutions  du  Sénat  de  la  République  relatives  au   départ  de  la  MINUSTAH  ;   • La  recherche  d’un  consensus  pour  la  préparation  d’un  nouvel  amendement   constitutionnel.     LONG  TERME   L’Accord  #  3  ou  final    portera  sur  les  questions  d’ordre  structurel  par  :   • La  convocation  des  États  Généraux  en  vue  de  la  Refondation  de  l’Etat-­‐Nation     impliquant  :   • La  recherche  d’un  consensus  national  sur  la  reconstruction    d’Haïti  ;   • Le  débat  national  sur  l’aménagement  du  territoire  ;   • L’adoption  d’une  nouvelle  politique  de  l’habitat  ;   • Le  choix  d’une  nouvelle  politique  économique  et  sociale  ;   • Le  choix  d’une  politique  énergétique,    etc.      
  4. 4. En  guise  de  conclusion  :   POUR  ASSURER  LA  REUSSITE  DE  CE  GRAND  PROJET  DE  SAUVETAGE  NATIONAL,   LES  PARTIES  SIGNATAIRES  DE  L’ACCORD  POLITIQUE  GLOBAL  DOIVENT  METTRE   EN  PLACE  UN  OBSERVATOIRE  NATIONAL  CHARGÉ  DU  SUIVI  DES  ENGAGEMENTS   PRIS.  CETTE  INSTANCE  SERA  COMPOSÉE  DE  PERSONNALITÉS  DU  SECTEUR   RELIGIEUX,    DE  DIFFÉRENTS  SEGMENTS  DE  LA  SOCIÉTÉ  CIVILE  ET  DU  SECTEUR   PRIVÉ  DES  AFFAIRES.     SA  MISSION  PRINCIPALE  CONSISTERA  A  :     • OBSERVER  LE  COMPORTEMENT  DES  SIGNATAIRES  DE  L’ACCORD   POLITIQUE  GLOBAL  ;   • RAPPELER  AUX  PARTIES  LES  ENGAGEMENTS  PRIS  CHAQUE  FOIS  QU’IL  Y  A   DÉRIVES  ;   • RAMENER  LES  PARTIES  A  LA  TABLE  DE  CONCILIATION.       Fait  à  Port  au  Prince,  le  14  janvier  2014       Pour  l’OPL                                                                  Pour  la  Fusion                                                                    Pour  KONTRAPEPLA       Sauveur  P.  Etienne                                    Edmonde  S.  Beauzile                                                Jean  William  Jeanty       Vasco  Thernelan                                          Rosemond    Pradel                                                            Rudolph  Prudent       Francois  A.  Joseph                                    Victor  Benoit                                                                              Maxime  Magloire    

×