HAITI: PETITE HISTOIRE DES BANDES ARMEES

1 344 vues

Publié le

Ce document trouve sur l'internet décrit comment Jean Bertrand Aristide et les politiciens du parti Fanmi Lavalas ont transforme des jeunes militants en politiques en des gangs qui terrorisaient la population.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 344
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

HAITI: PETITE HISTOIRE DES BANDES ARMEES

  1. 1. HAITI: Petite histoire recente des bandes armees A la difference de Francois Duvalier qui avait cree une milice avec des chaines d'autorite claire, un Commandant central (madame Max Adolphe), des casernes de VSN, des commandants departementaux, des commandants de ville et de village etc, Aristideavait une structure plus anarchique ou (probablement selon son point de vue) plus "celeste". Aristide etait le soleil et autour de lui orbitaient differents corps obscurs, des planetes et des asteroides d'importance variable. De la meme facon que les evenements enregistres sur la planete Jupiter, (comme par exemple la fameuse tempete appelee la tache rouge de Jupiter qui souffle depuis quelques siecles sur cette planete sans manifester aucun signe d'affaiblissement) n'ont aucun impact sur les evenements qui se passent sur la planete Terre, il n'y avait aucune relation directe entre les actions des differents chefs chimeres. Tous dependaient d'Aristide qui etait le seul juge de la validite de leurs actions, qui les utilisait puis les faisait disparaitre lorsqu'il estimait qu'ils etaient genants. Chaque chef Chimere etait tout puissant dans sa zone, mais aucun n'avait d'autorite sur les autres. Il y avait un seul chef, Jean Bertarnd Aristide, et tous les autres operaient ou pire etaient en vie au gre de sa fantaisie. Aristide ne partageait pas "son" pouvoir. Au contraire, il permettait l'existence de differents petits centres de pouvoir entre lesquels il maintenait une rivalite de facon a etre le seul arbitre et seul chef 1- A propos de Labanye, Hermione Leonard, Dread Wilmen et Cite Soleil. Soyons clair. Labanye est une crapule, un assassin et un individu peu recommandable. Il est aussi veridique. Son histoire est liee a Cite Soleil et a l'utilisation qu'Aristide a fait de ce bidonville pour assurer son pouvoir personnel. Cite Soleil a 32 quartiers. Chaque quartier abritait une base. Les bases avaient ete creees comme des goupes de support aAristide, une continuation des Comites de Quartiers apparus peu apres la chute de Jean Claude Duvalier. La structure desComites de Quartier etait une reproduction d'une structure similaire mise en place a Cuba sous le regime de Fidel Castro et toujours existante. Les comites de Quartier a Cuba ont une base ideologique, la defense de la Revolution. Les bases en plus d'une justification ideologique, tendaient plus vers le culte de la personnalite (Aristide ou la mort). Tres vite, Aristide a eu besoin de disposer de ce que les Americains appellent "plausible deniability". Ils voulait reprimer l'opppostion tout en etant capable de maintenir son discours officiel de paix et de democartie. Il a donc commence a utiliser les bases comme vehicule de sa violence para-estatale et choisi d'enlever a l'Etat le monopole de la violence. Au debut son instrument favori etait Hermione Leonard, dont il avait fait la Directrice Departementale de l'Ouest (DDO) de la Police.
  2. 2. Hermione Leonard est un personnage interessant par elle meme. Apparemment, alors qu'elle se trouvait au Canada, elle avaitintegre un groupe des residents Haitiens choisis par Lavalas pour recevoir une formation de policiers en preparation du retour d'Aristide. Ces "policiers" qui avaient recu une formation dans un endroit appele Regina avaient ete baptises evidemment du nomde Policiers de Regina. Pour montrer sa gratitude au Canada, Aristide, avait decide de choisir des policiers de Regina pour integerer sa securite rapprochee. C'est ainsi que Hermione Leonard s'etait retrouvee l'une des gardes de corps d'Aristide. Tres vite elle etait devenue sa maitresse et avait meme accouche d'un fils pour Jean Bertrand Aristide. Elle avait donc des liens personnels avec Aritide. C'est aussi le cas de Myrlande Liberus, ancienne senateur de l'Oues, soeur de Simpson Liberus, maitresse et Manman pitit deJean Bertrand Aristide. (A la meme epoque, toujours a la demande d'Aristide, les USA de Bill Clinton, avaient decide de former des boat people incarceres a la base militaire de Guantanamo a etre eux aussi des policiers, toujours pour preparer le retour d'Aristide. Decider que des gens qui etaient en situation illegale [ils voulaient entrer aux USA sans visa, donc en violation de la loi] pouvaient se transformer en policiers est typiquement une idee Lavalassienne. Le fait que Bill Clinton aie appuye cette idee bizarre donne uneidee de la faiblesse coupable de Bill Clinton pour Aristide. Lorsque Aristide a commence a avoir des problemes avec les Americains, les policiers Guantanamo ont ete elimines en douceur de la Police Nationale. A ma connaissance, il n'y en a plus. La plupart des policiers Regina restants ont ete revoques par Mario Andresol l'annee derniere.) Pendant son exil aux USA, en l'absence de loi sur la Police, Aristide preparait deja sa Police avant son retour. On peut aussi penser qu'il avait deja decide de detruitre l'Armee d'Haiti. Revenons a Hermione Leonard. Le mariage d'Aristide a Mildred Trouillot avait constitue un coup pour elle. Face a cette realite, elle s'etait choisie un concubin, Woody Therassan et utilise son influence pour le faire installer chef du BRI, l'un des corps specialises de la Police. Woody Therassan est actuellement en prison a Miami pour trafic de drogue. Des avions charges decocaine avaient l'habitude d'aterrir sur la fameuse Route Neuve qui relie Cite Soleil a la Roue Nationale Numero 1, a proximite deTi Tanyen. Le destinataire etait Jacques Beaudoin Ketant, compere de Jean Bertrand Aristide. Ketant est aussi en prison aMiami. Selon des rumeurs que je ne peux pas verifier, Woody Therassan avait ete expulse des USA a la suite d'activites criminelles, en d'autres termes, c'etait un "deporte". Cela ne l'avait pas empeche de se retrouver un cadre important de la Police Nationale d'Haiti. On lui reproche aussi des cas d'enlevements et un cambriolage semblant a une SOGEBEL a Delmas.
  3. 3. Avant le retour d'Aristide en 1994, les Americains avaient insiste pour qu'il ne fasse pas de vengeance. Cela ne l'a pas empechede detruire les FADH et il y a eu toute une serie d'assassinats curieux comme celui de Mireille Durocher Bertin. La presence aPort-au-Prince d'un Ambassadeur Americain, William Lacy Swing totalement acquis a la cause Lavalas a permis a Aristide defaire ce qu'il voulait sans pression des USA. Son seul probleme a ete la campagne des 3 ans. Aristide voulait prolonger son mandat de 3 ans pour "recuperer" les 3 ans passes en exil. Le fait que pendant ce temps il avait le controle total des fonds Haitiens places a l'etranger et voyageait partout en qualite de President Constitutionnel ne constituait qu'un detail ennuyeux. A sa grande surprise, Clinton a refuse la prolongation du mandat d'Aristide et Rene Preval est devenu President. En tant que DDO, Hermione Leonard a eu a organiser la repression legale (avec la Police) ainsi que la repression illegale. Puisqu'Aristide ne voulait pas exposer la Police dans les actions illegales, Hermione a fait appel aux bases de Cite Soleil, quidepuis 1995 s'etaient transformees en des structures politico-mafieuses. Les Baz avaient recu de l'argent et des armes d'Aristide et se livraient aussi au trafic de la drogue. Lors de la creation du parti d'Aristide, Fanmi Lavalas, les Baz ont ete integrees dans ce parti sous le nom de "Ti Fanmi Lavalas". A Cite Soleil la Baz la plus puissante numeriquement et la mieux armee etait la Baz localisee dans le quartier de Boston. Son chef etait Robinson Thomas (Labanye), assiste de son garde de corps Kolobri ou Kolibri. Les deux travaillaient a la Mairie de Cite Soleil. Plusieurs chimeres recevaient des cheques de la TEleco, L'Adminiatration Portuaire Nationale (APN), l'ONA, le Parlement etc. La Baz Boston avait des relations avec la plupart des baz des autres quartiers de Cite Solei, notamment Soleil 19 (Baz Bellecou, dirigee par Amaral Duclonat. La seule Baz franchement hostile a la Baz Boston etait la Baz de Bois-Neuf dirigee par Emmanuel Dread Wilmen. Wilmen avait ete libere de prison au retour au pouvoir d'Aristide. Wilmen etait en prison pour l'assassinat crapuleux du Docteur Ary Bordes, l'un des pionniers de l'hygiene publique en Haiti. Hermione Leonard a donc tranforme la Baz Boston en ses hommes de main favoris et les utilisait pour reprimer l'opposition. Cela permettait a Aristide depretendre qu'il tolerait la democratie. Hermione Leonard faisait partie des allies de Jocelerme Privert. En automne 2002, Dread Wilmen a lance une attaque contre la Baz Boston. Il voulait devenir comandant supreme de Cite Soleil. A l'epoque, Hemione Leonard a apporte son soutien a Labanye et la Baz Bois Neuf a ete decimee. Dread Wilmen a du se repllier sur son fief de Bois Neuf. Preoccuppe par le refus de l'opposition de ceder a sa volonte, Jean Bertand Aristide fit appel a Jean Claude Jean Baptiste et le nomma chef de la Police. Face au rejet de la Communaute Internationale, il fit marche arriere en apparence et nomma Jocelyne Pierre chef de la Police. Toutefois, Jocelyne Pierre n'etait qu'un paravent. Jean Claude Jean Baptiste commandait de fait laPolice assiste de Jean Robert Esther et du fameux Secretaire d'Etat a la Securite Publique, par ailleurs parent de Mildred
  4. 4. Trouillot Aristide. Jean Claude Jean Baptiste decida de prendre personnellement le controle de la DDO. Hermione Leonard avaitmanifeste de la jalousie vis a vis de Mildred Trouillot Aristide et il fallait la ramener a l'ordre. Puisque les gangs armes de Cite Soleil constituaient une partie importante de son pouvoir, la decision fut prise de "changer l'etat-major" de la BAZ Boston, en clair d'eliminer Labaye et Kolibri. Roland Francois, leader de la Baz de Fort Touron, et allie d'Hermione Leonard avait ete precedemment liquide. Toutefois, afin d'obtenir le meilleur avantage politique de l'operation, Jean Claude Jean Baptiste decida de combiner l'eliminationde Labanye et Kolobri a celle d'Andy Apaid du Groupe des 184. Apaid avait decide d'amener sa caravane de l'espoir a Cite Soleil. Apaid et une partie de son groupe devaient etre elimines a Cite Soleil. Parallelement une equipe de tueurs importes de hors deCite Soleil devait eliminer Labanye et Kolobri le meme jour. Le communique etait pret suivant lequel au cours d'echanges de tirs,des gens de Cite Soleil auraient ete tuees par le Groupe des 184 (Labanye et Kolibri). Enrages, les gens de Boston se seraient lances a l'assaut des 184, et Apaid et son groupe auraient ete elimines. Par la suite le gouvernement aurait manifeste son regret et Hermione Leonard aurait du demissionner pour n'avoir pas assure la securite des 184. 2 choses ont fait echoue le plan: Le type recrute par Jean Claude Jean Baptiste, Johnny Occilius, a pris peur. Ancien associe de Roland Francois, chef de gangde Fort Touron, Johnny Occilius s'est doute qu'il serait abattu apres la mort de Labanye afin de proteger le secret. Il a pris la fuite sans guider les tueurs. Labanye et Kolobri n'ont pas ete abattus. Johnny Occilius a obtenu l'asile politique aux USA et de son refuge il a denonce Lavalas Un membre de l'ambassade de France qui accompagnait les 184 a fait appel a la securite de l'Ambassade. Les francais sont descendus et ont disperses les chimeres et extraits les 184 de Cite Soleil. Jocelerme Privert a essaye de recuperer ce qu'il pouvait du plan en accusant Apaid d'avoir abattu des gens de Cite Soleil. Toutefois les cadres extraits de la morgue n'ont convaincu personne et le plan d'arreter Apaid n'a pas ete mis a execution. Apres la fuite d'Aristide em Fevrier 2004, l'infame Gerard Latortue s'est mis en tete de se reconcilier avec les chimeres et a voulu negocier avec eux au lieu de les mettre hors d'etat de nuire. Peu de temps apres le depart des Marines et l'ariivee des Bresiliens, l'Operation Bagdad a commence. La MINUSTAH a refuse d'affronter les chimeres et l'insecurite a augmente. Latortue n'a pas hesite a faire tirer sur les anciens militaires, notamment a Petit Goave, a Freres et au Plateau Central. Latortue n'a pas touche aux Chimeres. Dread Wilmen a reussi a abattre Kolibri, le fidele lieutenant de Labanye. Latortue s'est rejoui de la mort de Labanye en declarant que la violence entrainait la violence.
  5. 5. Labanye, pour son malheur a choisi Evens Ti Kouto comme nouveau garde de corps et no 2. Evens Ti Kouto a trahi Labanye au profit de Dread Wilmen et Evens a assassine Labanye et livre son cadavre a Dread Wilmen. Labanye a ete grille et devore par les chimeres de Boston. Evens Ti Kouto est devenu le chef de la Baz Boston. Lorsdes "funerailles" de Dread Wilmen, etaient presents Ti Blanc (William Baptiste), un kidnappeur bien connu, Amaral, Rene Momplaisir etc. A la mort de Dread Wilmen (une consequence de l'assassinat du consul Francais au Cap-Haitien), l'equipe de Bois Neuf arevendique le leadership des chimeres de Cite Soleil et cree un comite compose uniquement de gangsters de Bois Neuf pour diriger la Cite. Cela n'a pas plu aux autres bandits, notamment Amaral et Evens ti Kouto. Ils ont marginalise le gang de Bois Neuf et actuellement Cite Solei est commandee par Rene Momplaisir, Amaral Duclona et Bwa Liann, aka Evens Ti Kouto. 2- Le groupe Cinq pour l'Enfer C'est un groupe de tueurs integres par Aristide au sein de la Police Nationale. Ils etaient responsables de la politique Zero Tolerance. Cette politique consistait en l'execution sans jugement de delinquants genants. Ce groupe seravit aussi a l'assassinat d'ennemis politiques. Le Groupe Zero Tolerance de Carrefour est celebre pour avoir abattu de sang-froid les quatre fils de Viola Robert. Viola Robert est une marchande qui vendait sur la route de Carrefour. L'un de ses fils, apparemment beau garcon, avaiteu la malencontreuse idee de courtiser la maitresse d'un civil, ami d'un policier de Carrefour. Pour se venger, le civil en questionavait convaincu le policier qu'au autre fils de Viola Robert entretenait des relations amoureuses avec Sheila, la maitresse du policier (les deux filles habitaient la meme maison). Une equipe composee de policiers Zero Tolerance et du civil enleva les filsde Viola Robert et les assassina. Une enquete de l'Inspection generale elucida rapidement l'affaire, mais Aristide refusa que dessanctions soient prises contre les policiers. Le rapport fut tranmis a la presse qui devoila les noms des assassins, sans aucune consequence. Les deux femmes, dont l'une s'appelait Sheila se refugierent dans la residence de Jean Nesly Lucien, alors Directeur de la Police, a Tabarre. Viola Robert, son mari et son dernier fils recurent l'asile politique aux USA a la demande du senateur Democrate Ted Kennedy, grand ami d'Aristide et on ne parle plus de Viola Robert. les membres du groupe 5 pour l'Enfer ont ete chasses de la Police apres la fuite d'Aristide. Aucun d'entr'eux n'a ete arrete, encore moins juge. 3- Brignol Lindor. Brignol Lindor a ete assassine parce que Lavalas voulait pacifier Petit Goave, bastion de Hubert de Ronceray et n'y arrivait pas. Percu comme journaliste GNB, Brignol Lindor a ete tue afin de "calmer" Petit Goave. Selon la pratique Lavalas, un soidisant incident a ete arrange au prealable. Un membre de l'organisation Lavalas Domi nan Bwa a ete soi-disant agresse et conduit al'Hopital. En "represailles" les membres de Domi Nan Bwa ont assassine Brignol Lindor qui avait ete precedemment denonce par l'un des maires Lavalas de la ville parce qu'il donnait la
  6. 6. parole a l'opposition. Lavalas a pretendu que cet assassinat n'etait pas politique, mais qu'il s'agissait de regements de comptes. Le Ministre du Commerce d'alors, Guy Paul,s'etant imprudemment avance sur ce dossier a perdu son visa d'entree aux USA. Le proces des assassins de Brignol Lindor n'a jamais eu lieu. La these des reglements de comptes a aussi ete utilisee a Saint Marc. La clinique d'un docteur Mayette, cousin de Amanus Mayette, depute de Lavalas a Saint Marc et chef de la Baz Lavalas Bale Wouze (avec Buron Audige) a servi de detonateur a larepression de Lavalas contre l'Organisation RAMICOS (anti-lavalas). La violence et la rapidite de la reaction de Bale Wouze (pro-Lavalas), ainsi que le nombre eleve des morts suggerent que l'operation a ete soigneusement planifiee et que l'incendie de laClinique etait un coup monte. Apres l'arrestation de Yvon Neptune et de Jocelerme Privert, leurs avocats Lavalas ont crie al'arrestation politique et pretendu que les "incidents" de Saint Marc etaient un cas de reglements de compte entre groupes armes rivaux. Quelle surprise. Le fait que la visite de Neptune avait precede de peu le debut du Massacre de La Scierie etait simplement une coincidence. 4- Montages de Piatre et de la Convergence Les explications de Labanye sont claires. Signalons qu'Annette Auguste, So Ann, mambo connue et soeur de Arsene Auguste ancien footballeur Haitien du Racing Club Haitien, aujourd'hui decede etait aussi specialisee dans l'organisation de"manifestations" Lavalas pour contrecarrer l'opposition. Elle avait notamment organise le "rigoisage" des memebres del'opposition le 3 decembre 2002 sur la Place d'Italie. C'et une personne tres dnagereuse. 5- L'affaire Jean Dominique. Comme a son habitude, Aristide a voulu faire d'une pierre deux coups. Un haut representant de l'Administration Clinton avaitvisite un haut representant du gouvernement Haitien d'alors. Le representant Americain avait clairement explique a son interlocuteur que les USA n'avaient pas de problemes avec le maintien de Lavalas au pouvoir. Les USA ne souhaitaient pas toutefois voir Jean Bertrand Aristide revenir au pouvoir a cause de la nature conflictuelle du personnage. Le representant desUSA avait demande a son interlocuteur Haitien de lui proposer le nom d'une personnalite Haitienne, membre de Lavalas et susceptible d'etre accepte par la societe Haitienne en tant que candidat a la Presidence. Apres avoir reflechi, le haut personnage Haitien avait propose le nom de Jean Dominique. Ce personnage Haitien affirme ne pas avoir parle a Aristide de la conversation qu'il avait eu avec l'envoye Americain. Il suppose que les Americains ont approche Aristide et lui ont propose de ne pas se representer a la Presidence, mais d'acepter le choix deJean Dominique comme candidat Lavalas. Une alternative est que son bureau etait sous ecoutes. Peu de temps apres cette conversation, Jean Dominique etait mort.
  7. 7. Aristide a essaye de faire porter les soupcons sur l'opposition. Le local du KID, le parti de Evens Paul a ete incendie par des"militants Lavalas" qui l'accusaient de l'assassinat de Jean Dominique. Lorsque cela n'a pas marche et que Preval a designe uneprocureur special pour enqueter sur l'affaire, les soupcons ont ete orientes vers Dany Toussaint, ancien militaire, traitre a l'Armee,qui avait accepte de soutenir Aristide contre les Fadh, de meme que Mondesir Beaubrun, Wilthan Lherisson, Cherubin etc. Il n'y ajamais eu de proces dans cette affaire. Dany Toussaint n'est pas un ange. Loin de la. Toutefois j'ai toujours ete persuade que dans ce cas-la, il etait innocent. En accusant Dany Toussaint, Aristide se debarrassait d'un rival potentiel a la Presidence qui etait a l'epoque trop populaire. Un rappel: avant son depart du pouvoir, Rene Preval avait fait un discours remarque en demandant que Lavalas explique la mortde Jean Dominique. Lavalas n'a toujours rien explique. Quelques precisions sur les noms cites. Ronald Camille, alias Ronald Cadavre, controlait tous les gangs depuis Delmas 4 jusqu'au port. Il etait Chef de Securite a l'APN et controlait le Marche Tete Boeuf, ainsi que la Saline et le Marche de la Croix desBossales. Toutes les marchandes lui payaient un tribut hebdomadaire a travers des "inspecteurs de marche". Son frere Franco Camille qui avait fini ses etudes secondaires, meme commence des etudes universitaires et le conseillait. Un peu comme dans le film "Le Parrain". Ronald Kadav etait le chef de gang le plus puissant de Port-au-Prince en termes financiers. Ronald Kadav est l'assassin du medecin senateur OPL Yvon Toussaint. Il s'etait rendu au domicile d'une maitresse de Toussaint un soir ou le Senateur y passait la nuit. Apres avoir creve un pneu de la voiture de Yvon Toussaint, il avait tranquillement fait appeler le Senateur pour lui signaler que sa voiture etait en panne. Lorsque Yvon Toussaint etait descendu pour constater les degats et changer de pneu, Ronald Cadavre avait abattu Yvon Toussaint. Ronald Cadavre ne s'etait pas cache et la Police l'avait identifie le meme jour. De plus, sa voiture etait tombee en panne alors qu'il rentrait chez lui, son forfait accompli. Ronald Kadav est descendu pour aller chercher un mecanicien. la Police a retrouve son vehicule avec toutes les fiches d'identite ainsi que son nom. Un mandat d'arret a ete emis contre lui. Il n'a jamais ete arrete. A l'epoque Rene Preval essayait de mettre sur pied un accord avec l'opposition afin de former un gouvernement et de realiser deselections. Apres l'assassinat d'Yvon Toussaint, l'OPL s'est retire des negociations. Les autres partis regroupes au sein del'Espace de Concertation ont fait un accord avec Preval qui les a evidemment roules par la suite. Les "elections" de 2000 ont consacre la victoire totale du parti d'Aristide, Fanmi Lavalas. Lorsque le president du CEP Leon Manus, vieillard d'age canonique, s'est inquiete de la facon dont les votes etaient tabules, il a ete menace
  8. 8. par Aristide et Preval. Il s'est refugie a l'Ambassade d'Allemagne et a ete exfiltre par helicoptere. Leon Manus vit aujourd'hui en exil aux USA. Apres les elections municipales et legislatives, Simpson Liberus, frere de Myrlande Liberus s'est retrouve depute de Carrefour et un de ses allies a ete elu dans le cartel des maires de Port-au-Prince. Les inspecteurs de marches fideles a Ronald Kadav ont ete ejectes et remplaces par des inspecteurs proches de Roland Francois, chef de la Baz de Fort Touron. Ronald Kadav s'en est plaint a Aristide, sans succes. Furieux de la perte d'argent que cela representait, il a fait tirer un soir sur des personnes quiattendaient des camionettes pour aller a la Plaine du Cul-de-Sac. Le Premier Ministre Jacques Edouard Alexis annonca que cette action barbare etait liee au banditisme et que des arrestations etaient imminentes. Le lendemain, il changea de discours et accusa l'opposition d'etre responsable de ce massacre. Personne ne fut arrete. Felix Bien Aime, Gwro Fefe, chef de la Baz de Grand Ravine, un autre allie de Simpson Liberus fut nomme directeur du Cimetierede Port-au-Prince, toujours en 2000. Il y avait au moins 10 enterrements par jour au Cimetiere de PAP a l'epoque et chaque enterrement payait 500 gourdes au cometiere. Ce pactole de plus de 5000 gourdes etait partage entre Gwo Fefe, Baz Gran Ravin et Simpson Liberus. Un jour la mairesse de l'epoque, une dame Duperval, indignee de voir que l'argent du cimetiere n'arrivait pas dans les caisses dela mairie, tenta de revoquer Felix Bien Aime et de le remplacer par un administrateur plus honnete. Mal lui en prit. Des le lundi suivant elle se fit revoquer par le Ministre de l'Interieur. Finalement Gwo Fefe se fit descendre sous les ordres de son patron bien aime, JBA. Gwo Fefe etait devenu trop gourmand et menacait de raconter dans quelles conditions le bebe de Nanoune Myrtil avait disparu. Ce malheureux bebe de sexe masculin etait ne le 29 Fevrier 2000 a minuit, ce qui le dotait, parait-il, de pouvoirs surnaturels. Le malheureux bebe fut enleve asa mere a la maternite de l'Hopital General pendant qu'elle dormait et sacrifie au cours d'une ceremonie vaudou. Selon les rumeurs, il fut pile tout vivant dans un mortier avec des feuilles et sa chair distribuee a des dignitaires du regime Lavalas au cours d'une parodie obscene. Jean Marie "Pompon" Cherestal eut une fois a faire une declaration publique pour dementir sa presence acette ceremonie. Cherestal a affirme qu'il etait un catholique fervent et qu'il ne saurait participer a une telle ceremonie. Il n'a pas dementi que la ceremonie avait eu lieu. Apres le depart de Madame Duperval Gwo Fefe s'attendait a recuperer son poste au Cimetiere de Port-au-Prince. Lorsqu'il ne fut point re-installe, il commenca a menacer de raconter ce qu'il savait. On lui arrangea un rendez-vous avec le groupe Cinq pour l'Enfer et son cadavre se retrouva a Ti Tanyen.
  9. 9. Finalement Ronald Kadav atteint un point ou il savait trop de choses : Yvon Toussaint, Jean Dominique etc. Il commit l'erreur dedescendre en plein jour le garde de corps d'un depute Lavalas devant le parlement. A la surprise generale, Aristide le fit arreter et incarcerer au Penitencier National, malgre les protestations de Rene Civil et de Paul Raymond, respectivement chefs de l'organisation politico-mafieuse JPP (Janl Pasel Pase) et TKL Saint Jean Bosco. Ronald Kadav etait apparemment seropositif pour le virus HIV et suivait un traitement anti-retroviral. Pendant son inacrceration, il n'a pas pris ses medicaments et son etat s'est aggrave rapidement. Ronald Kadav est mort en prison. A la mort de Ronald Kadav, son frere Franco Kadav lui a succede comme chef de gang. Aristide, avec magnanimite lui a permis d'assumer le trone. Toutefois Roland Francois, chef de la Baz Fort Touron a pense que le moment etait venu pour devenir le grand chef de la Saline, du marche de la Croix des Bossales et essaye de remplacer Ronald Kadav. Mal lui en a pris. Comme mentionne par Labanye, Roland Francois est mort. Sa femme a denonce par la suite, le groupe des 5 pour l'Enfer. Rappelons que d'autres groupes Zero Tolerance existaient au Palais National, au sein de l'Unite de Securite et de Garde du Palais National (USGPN). Une bonne partie de ces groupes habitaient au Bel-Air et ont constutue les noyaux de l'Operation Bagdad etde l'Armee Rat qui ont terrorise Port-au-Prince pendant des mois. Certains menacent de reprendre du service a partir du 12 juin si Preval ne fait pas revenir Aristide. Le pire dans cette affaire est que la PNH connait les noms de tous les gangs de Portau-Prince ainsi que l'identite de leurs leaders. Finalement, la jeune Cassandra Dolce a ete liberee Jeudi soir apres versement d'une deuxieme rancon par sa famille. Bon weekend. J'espere que tu edifie sur le fonctionnement de l'Etat Lavalas sous Jean Bertrand Aristide et sur ce qui nous menace avec le retour de Lavalas au pouvoir. Certaines gens disent que Lespwa est different de Lavalas. Toutefois, un juge corrompu Jean Peres Paul, qui avait convoque une greve des magistrats afin d'empecher la tenue d'une session judiciaire destinee au jugement des kidnappeurs et emis un ordre de liberation en faveur de Monsieur Handal, a fait arreter le Directeur del'UCREF depuis lundi. Jean Perez Paul reclame des excuses de la presse et des organisations de droit humain qui l'ont traite de"petit juge". En effet, il est un grand juge. Il est meme le juge le plus connu d'Haiti.
  10. 10. A la fin de l'annee 2000, lorsqu'Aristide s'est porte candidat a la Presidence, les baz et les chefs de gangs etaient alles manifester leur soutien a leur chef. Le commandant de la Police de Delmas a reconnu Ronald Kadav parmi les manifestants et a voulu l'arreter. Le Commissaire a failli subir le supplice du collier (Pere Lebrun). Les Commissaires de Police de la zone metropolitaine sont alles se plaindre au Premier Ministre de l'Epoque, Jacques Edouard Alexis, President du CSPN, le Conseil Superieur de la Police Nationale. Alexis leur a fait comprendre que la situation etatit fragile et leur a conseille d'aller passer quelques jours en Republique Dominicaine. Ils ont pris l'avion. Alexis a pris les ondes pour annoncer que les Commissaires de Police de la Zone Metropolitaine preparaient un coup d'etat et que les preuves seraient communiquees au peuple bientot. On attend encore les preuves en question. C'est ainsi que Guy Philippe, Gilbert Dragon etc se sont rettouves putschistes. Hermione Leonard s'est elle retrouvee DDO. C'est dommage que personne n'ecrive une histoire des gangs en Haiti. Les accusations de Labanye ne sont pas graves. D'ailleurs il est mort pour avoir en partie leve le voile sur la nature du regime Lavalas et son utilisation des gangs. .Il faut se demander pourquoi les juges nommes par Lavalas et laisses en poste par l'infame Gerard Latortue sont plus preoccupes depourchasser des fonctionnaires honnetes comme Monsieur Noel que des prevaricateurs. ----------------------------------------------------------------------------Témoignages de Robenson THOMAS (alias Labanyè) Je suis Robenson Thomas alias Labanyè NIF : 003-997-973-8, aussi connu sous le nom de Yves Loiseau, NIF : 008-657-665-4, j'habite Cité Soleil depuis 27 ans, j'occupe le poste de Chef de la Sécurité à la Mairie de Cité Soleil, je suis aussi le Chef Brigadierde KAYDEPA un organisme affilié à la CAMEP et membre de soutien de l'USP (Unité de la Sécurité Présidentielle). J'ai recours àla Presse aujourd'hui pour dénoncer toutes les manipulations du Gouvernement Lavalas qui ont porté la population de Cité Soleil à ne plus avoir confiance en moi, je vais dénoncer certains événements survenus dans le pays dont mes amis et moi, avions participé parfois comme « auteurs » ou « témoins ». Je commence par parler des événements qui s'étaient déroulés le jour des funérailles de Brignol Lindor à Petit-Goâve.La veille des funérailles, j'avais été contacté par Hermione Léonard, Oriel Jean et Marcellus Camille, les instructions reçues étaient de donner une bastonnade en bonne et due forme aux personnes venues rendre un dernier hommage au journaliste Brignol Lindor et crier « Vive Président Jean-Bertrand Aristide ». Un Galil
  11. 11. m'avait été livré par Oriel Jean et Marcellus Camille, arme que je devrais utiliser pour créer la panique à l'enterrement. A la fin de l'année dernière, une nouvelle fois, Mme Hermione Léonard et Marcellus Camille nous avaient convoqués et nous avaient confiés 2 véhicules pour nous rendre à Petit-Goâve pour affronter les membres de l'opposition qui manifestaient contre le Président Jn-Bertrand Aristide. C'était un dimanche, à cause du décès du Commissaire de Gouvernement de Petit-Goâve survenu ce jour là, nous avions été obligé de retourner à Port-au-Prince et de ne pas affronter l'Opposition comme prévu. De retour dans lacapitale, j'ai reçu un appel venant du numéro (407-5413) de la part du Ministre Jocelerme Privert qui voulait connaître la raison quiavait précipité notre retour à Port-au-Prince. Je lui ai expliqué la raison précédemment évoquée et il m'a demandé de retourner à Petit-Goâve dans l'immédiat. Je lui ai fait comprendre que c'était impossible. La police à Petit-Goâve n'était pas au courant denotre présence dans la ville, nous sentant exposés à un affrontement et craignant d'être victimes, nous avions été obligés derebrousser chemin. Ce jour là, les affrontements ont fait 5 victimes. Je veux préciser que nous n'avions pas participé à ces actes parce que nous avions eu le temps de retourner à Port-au-Prince. Par la suite, nous avions appris que c'était le Ministre Privert quiavait commandité ces actes. Pour vous prouver que le Gouvernement Lavalas est un gouvernement irresponsable, habitué aux « montages », je vous donne, en exemple, 2 scénarios réalisés par Lavalas. Le 17 décembre (jour de la manifestation de la Convergence au Pont Morin.Contacté par téléphone ce jour par Mme Hermione Léonard et un policier nommé Windsor de la DDO, ils m'avaient demandé deleur envoyer 5 individus au Pont Morin, on devrait procéder à leur arrestation pour faire croire à la population qu'ils étaient deslavalassiens venus troubler les activités de la Convergence. Ces 5 individus ont été envoyés sur les lieux, arrêtés, présentés devant les caméras de la télévision et plus tard dans la journée, ces mêmes individus, escortés ont été reconduits chez eux ont reçu la somme de $300.- chacun. Manifestation organisée à Piatre.Le chef de la Sécurité du Palais National, Oriel Jean m'appela ce jour-là à partir du no. 558-8367, il m'avait remis la somme de$3000.- à ma disposition, il avait mis 2 autobus « Service Plus » pour le transport des manifestants à qui j'ai moi-même payé $50 et $100. Ces manifestants devraient se rendre à Piatre pour demander la condamnation de Prosper Avril de façon à faire comprendre à la communauté internationale qu'ils étaient des habitants de Piatre victimes venus manifester et demander justice. En réalité, tous ces manifestants venaient de Cité Soleil. Dossier du Journaliste Jean Dominique.-
  12. 12. Beaucoup de gens ont été accusés, arrêtés par le Gouvernement Lavalas qui veut les faire passer pour les auteurs du crime surla personne de Jean Dominique. Les nommés Ti Lou et Guilou sont encore en prison alors qu'ils sont guère des coupables. Lapersonne responsable de cet acte est l'ancien Magistrat de Port-auPrince, Harold Sévère qui travaille jusqu'à date, au Palais National. Quand Harold Sévère soumit le dossier Jean Dominique à Sò Ann, cette dernière eut à contacter les frères Kadav qui se sont rendus à La Saline pour négocier avec Guy Benson et Ti Pongnèt du Portail Léogâne. Etant mis au courant dudit dossier, Guy Benson questionna le montant offert pour réaliser cette mission. La promesse de $60,000.- avait été faite, montant qu'il recevrait après exécution de la mission. C'est ainsi qu'une Daihatsu Charade de couleur beige a été remise à Guy Benson pour réaliser cette mission. Après avoir commis le crime, sur le chemin du retour, longeant la route de Delmas, arrivé au niveau de la Route del'Aéroport, où il devrait rencontrer les frères Kadav pour recevoir son salaire, Guy Benson fut exécuté. Le même sort était réservé à Ti Pongnèt, le chef de la Base de « Kosovo », qui eut à exécuter Jean-Claude Louissaint, le gardien tué avec Jean Dominique, il s'était rendu auprès des frères Kadav. il fut tué pour les mêmes raisons : Pour empêcher que le secret soit dévoilé. Harold Sévère, le commanditaire du crime qui observait à distance les actions menées par Benson et Ti Pongnèt, après s'être rassuré que tout était terminé, il avait regagné son poste au Palais National. J'ai été mis au courant de ce dossier par un ami du nom deElysée qui faisait partie de la base de Ronald et de Franco Kadav. Elysée m'avait fait le récit du déroulement de cette mission. Il fut tué quelque temps après par Belot, un policier cantonné au Commissariat de P-A-P (Cafétéria). Le Désarmement La veille du jour prévu pour le désarmement, Marcellus Camille ainsi que Mme Hermione Léonard qui nous avait convoqué à son bureau à la DDO, ils nous avaient mis au courant des procédés qui seraient mis en place pour cette mission, Mme Hermione Léonard nous avait confié avoir reçu des ordres du Président JeanBertrand Aristide. Le jour du désarmement, logés à l'Hotel « Snobism », nous avions reçu, aux environs de 3 heures du matin des uniformes de Police. Habillés en policiers, nous nous étions rendus à Cité Soleil pour effectuer le désarmement. La majorité des policiers à qui l'on avait confié cette mission était au courant du montage, alors que d'autres policiers pensaient que c'était sérieux. Nous autres, de notre côté, nous avions pour mission dediriger les vrais policiers vers les maisons qui devraient être perquisitionnées, une façon de mettre en confiance les nôtres. La mort de Roland François Tout ce qu'avait affirmé Johnny Occilius c'est la Vérité. Celui qui a tué Roland s'appelle Pierre Richard, il est Inspecteur au Postede Police de Delmas 62, il travaille
  13. 13. avec le Ministre de l'Intérieur Jocelerme Privert et celui des TPTC Harry Clinton. Le vrai nomde Pierre Richard est Romain Wisler. Les événements survenus à Cité Soleil lors de la visite de la Caravane du Groupe des 184.Depuis le 10 juillet à 10 heures du soir, le Ministre de l'Intérieur Jocelerme Privert m'avait contacté par téléphone à partir du no. 558-0631 pour me poser la question à savoir si j'allais permettre au Groupe des 184 de « prendre Cité Soleil aux mains de Lavalas ». Je n'étais pas au courant de la visite du Groupe fut ma réponse. Il m'a ordonné d'empêcher que le Groupe des 184 rentre à Cité Soleil, j'ai accepté de tout faire pour donner satisfaction au Ministre de l'Intérieur. Le 11 juillet à 9 heures du soir, Hermione Léonard m'appela à son tour à partir du no. 256-5909 pour me demander de ne pas accepter ce qu'elle considère comme une impertinence de la part du Groupe des 184. Mon travail fut d'empêcher le déroulementdes activités prévues dans Cité Soleil. Vers 1 heure du matin, Hermione Léonard me rappela du no. 401-5843 pour m'ordonner defaire disparaître tout ce qui avait été préparé pour les activités du Groupe des 184 (chaises, stands etc.), cette réunion, si elle se déroulait, m'avait-elle souligné, Lavalas ne pourrait plus avoir le contrôle à Cité Soleil. A son tour, le Ministre Jocelerme Privert m'appela pour les mêmes raisons, il a même ajouté que nous devrions tout briser, badigeonner le local d'excréments pour rendre impossible l'utilisation des lieux par le Groupe des 184. Une partie du travail avait déjà été exécuté sous les ordres de la DDO. Ensuite Fritz Pierre de l'Eglise St-Joseph me laissa un message venant du no. 408-2631 me passant les mêmes ordres que j'avais reçus précédemment des autres, je n'avais même pas eu le temps de lui retourner cet appel. Hermione Léonard nous apporta des maillots jaunes, blancs et bleus, des banderoles, du papier, des bidons de spray que l'on devrait utiliser pour écrire sur les murs « Vive Aristide » et la somme de $200 avait été versée à chacun de ces manifestants comme gratification. Le 12 juillet, vers 7heures du matin, Hermione Léonard m'appela pour me demander de réunir toutes les bandes de raras de Cité Soleil. Le nommé « Shaba » venu du Bel-Air et « I don't Care » venu de la zone de Delmas 2 ou Delmas 4 ont été délégués à Cité Soleil pour nous renforcer et manifester en faveur de Lavalas. Les policiers de DDO avaient fait leur apparition à Cité Soleil, ils se trouvaient en face d'un véhicule qui avait été utilisé pour bloquer la chaussée, les clés dudit véhicule avaient été confisquées par notre équipe. Les policiers avaient commencé par tirer des coups de feu, de notre côté, nous avions riposté. Un des policiers dela DDO du nom de Johnny appela Kolobri venant du no. 550-3030 pour lui faire savoir que les policiers sur place appartenaient à lamême Base et qu'ils devraient se mettre ensemble pour mener les opérations et qu'il n'était pas nécessaire de continuer à tirerdes coups de feu dit-il. C'est à ce moment que la Caravane arriva à Cité Soleil, elle fut bloquée pendant quelques instants. Peu de temps après, nous avions reçu l'ordre de débloquer la
  14. 14. route pour permettre au Groupe des 184 de pénétrer la Cité. Contacté par téléphone par le Ministre Privert pendant que la Caravane se trouvait sur les lieux, le Ministre Privert m'avait encore passé les ordres de briser les vitres des voitures, de lancer des pierres sur les participants de la réunion mais d'éviter ne pas utiliser nos armes. Hermione Léonard apparut à Cité Soleil, peu de temps après, dans une jeep Rocky de couleur bleue aux vitres teintées, elle était venue nous livrer des pancartes portant les messages « Andy Apaid = voleur », « A bas 184 », ces pancartes avaient été distribuées aux groupes de raras qui étaient sur place. Au moment du départ de la Caravane, la Police nous avait garanti qu'elle n'allait pas réagir et que nous pouvions agresser le Groupe des 184 jusqu'à l'intérieur de la cour du local. Les gens qui nous accompagnaient ainsi que d'autres venus d'ailleurs avaient attaqué la Caravane à coups de pierres, nos efforts furent vains, nous n'avions pas réussi à les calmer et la situation avaitdégénérée. En fin de compte, la Caravane a pu laisser Cité Soleil, par chance, il n'y avait pas eu de morts dans le rang du Groupedes 184. D'où viennent les victimes ? Le lundi 14 juillet, le Ministre Privert m'appela à partir du téléphone 558-0631 pour me faire part de son intention d'envoyer un avocat du nom de Me Fleury qui devrait m'accompagner à l'Hôpital de l'Université d'Etat dans le but de contacter le responsablede la morgue pour nous entendre avec lui afin de lui donner 5 noms et afin qu'il nous cherche 5 corps qu'il nous ont remis afin que nous puissions dire qu'ils ont été tués par le Groupe des 184 à Cité Soleil. Me Fleury, par la suite, m'appela du 403-2368 pour me mettre au courant des démarches qu'il avait entreprises pour faire chanter les funérailles de ces victimes. Ces funérailles ont coûté au Ministre Privert la somme de $8,000 par victime. Me Fleury, sachant qu'il ne s'agissait pas vraiment des victimes deCité Soleil en a bien profité, il a collecté pour sa part $2,000 par victime. Les funérailles ont eu lieu en l'Eglise Ste Anne. C'étaitdes morts qui sentaient si mauvais que l'assistance ne pouvait pas respirer. Quant aux blessés, c'est un film que Me Fleury a monté. Certains ont simplement mis des pansements, d'autres se sont blessés eux-même. Ainsi ils ont porté plainte au Parquet contre le Groupe des 184. Ces individus avaient reçu chacun la somme de $300.Peuple Haïtien, comme je vous l'ai déjà dit, je suis Labanyè et je dois vous expliquer pourquoi je viens témoigner aujourd'hui. 1- Après les élections du 21 mai 2000, pour n'avoir pas voulu collaborer avec Lavalas, j'ai été jeté en prison pendant une périodede 10 mois sur de fausses accusations. Certains de mes amis avaient été voir Mme Hermione Léonard à mon sujet, elle leur avaitdéclaré que je ne pourrais jamais sortir de la prison pour avoir refusé de collaborer avec le pouvoir Lavalas, Mme Léonard a aussi déclaré même au prix 1 million de dollars je ne pourrais être libéré. Après maintes démarches, elle
  15. 15. m'avait finalement aidé à recouvrer ma liberté et c'est ainsi que j'avais commencé à collaborer avec le pouvoir Lavalas. 2- Au fil du temps, je m'étais rendu compte que le pouvoir m'utilisait et qu'il n'y avait pas de limite aux actions que les responsables me demandaient de mener. 3- Comme l'avait affirmé Johnny Occilius, le pouvoir Lavalas est en train de comploter pour mettre fin à mes jours. 4- J'ai aussi décidé de dire toute la vérité pour essayer d'aider ce pays. Je donne la parole à un ami ici présent, qui va vous parler de la mort de Ti Leslie habitant de Delmas 4 La mort de « Ti Leslie » un habitant de Delmas 4 Je suis Junior Louissaint, mieux connu sous le sobriquet de Gigi. Je viens éclaircir les faits sur la mort de Ti Leslie qui était un lavalassien habitant à Delmas 4, Lavalas a voulu nous faire croire qu'il était passé à l'Opposition. Le mois dernier, au cours de la soirée, une pick-up du Commissariat de la Police de P-A-P (Cafétéria) dans laquelle se trouvait Ti Leslie, un nommé Jean Robert (homme de main qui travaille à la station des Gonaïves comme responsable des débardeurs, qui asubi une promotion, car, on le voit circuler dans les voitures de police, armé d'un Galil) il y avait aussi un groupe d'individus dénommé « 5 pou lenfè », ils étaient venus nous chercher, Labanyè et moi, pour nous faire vivre la façon qu'ils vont faire valser Ti Leslie pour répéter leur propos. Nous avions accepté l'invitation, car ils pourraient interpréter notre refus comme un certain abandon de Lavalas, étant déjà mis au courant de leurs intentions, ils pourraient nous considérer comme des partenaires gênants et que nous pourrions dévoiler leurs secrets, c'est pourquoi nous avions été obligés d'aller assister à cette scène. Jean Robert transportait dans la voiture une machette et une scie, un individu du groupe 5 pour lenfè» avait un pneu et un bidon d'essence en sa possession. Nous étions arrivés à Ti Tanyen où ils avaient conduit Ti Leslie, dans unezone retirée jusqu'au fond il avait été étendu par terre, menottes aux poignets, encore vivant, ils lui avaient scié le cou, la tête placée dans un sachet. Utilisant le pneu et l'essence, ils lui avaient mis le feu sur le corps jusqu'à le réduire en cendres. Les restes (os) avaient été écrasés à coups de fer et mélangés aux cendres pour être ensuite mis sous terre afin de ne laisser aucune trace. La tête de Ti Leslie fut transportée au Palais National par Jean Robert et les autres membres du groupe « 5 pou lenfè » après quoi, ils nous ont ramenés chez nous à Carrefour Boston. Les 5 individus suivants : Jean Robert, Dauphin, Belot, Maxime, Sony travaillent tous pour le compte de Jean-Claude Jean-Baptiste et Jean Claude Desgranges. Ce dernier n'a qu'à leur signaler le nom de quelqu'un à être éliminé, le groupe dénommé « 5 pou lenfè » procède de la façon dont je viens de vous expliquer plus haut, la tête de
  16. 16. la victime transportée au Palais National et transmise à leur chef qui n'est autre que Jean-Bertrand Aristide. Ces individus ne sont pas à leur coup d'essai, sur la liste qu'ils détiennent, les noms de bon nombre de personnes y figurent. Comme Johnny l'avait dit, nous avions vu l'élimination de Féfé, Roland et même de Ronald Kadav à qui Lavalas avait donné beaucoup plus de pouvoir que certains Commissaires de Police, Lavalas n'a eu aucun mal à avoir sa peau. Nous demandons à tous les militants de se reprendre et regarder en face le chemin où Jean Bertrand Aristide nous entraîne tous. Nous avons constaté que Aristide qu'on avait connu en 1990 n'est plus le même Aristide aujourd'hui.

×