Réponse	
  de	
  Stanley	
  Lucas	
  à	
  Gérard	
  Bissainthe	
  et	
  a	
  son	
  marassa	
  défroque	
  
Letitiah	
  Se...
Est-­‐ce	
  bien	
  vous,	
  Bissainthe,	
  le	
  même	
  quidam	
  qui	
  a	
  bénéficié	
  d'un	
  poste	
  
diplomatiqu...
militaire	
  des	
  Etats-­‐Unis	
  et	
  remplacé	
  les	
  militaires	
  américains	
  par	
  ceux	
  des	
  Nations	
  ...
Mes	
  choix	
  sont	
  clairs.	
  Je	
  connais	
  parfaitement	
  mes	
  racines.	
  L'intelligence	
  politique	
  
de	...
pandan	
  ke	
  yo	
  pa	
  peye	
  taks.	
  Mwen	
  kwè	
  nan	
  jènn	
  ki	
  vle	
  etidye,	
  travay	
  di	
  pou	
  ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Reponse de Stanley Lucas à Gerard Bissainthe et a son marassa défroqué Letitiah Sept

744 vues

Publié le

Suites à des attaques personnelles et mensongères contre lui Stanley Lucas répond au prêtre défroqué Gerard Bissainthe et un alias Letitiah Sept que nombreux croient que c'est un prête nom de Jean Bertrand Aristide sur l'internet.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
744
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Reponse de Stanley Lucas à Gerard Bissainthe et a son marassa défroqué Letitiah Sept

  1. 1. Réponse  de  Stanley  Lucas  à  Gérard  Bissainthe  et  a  son  marassa  défroque   Letitiah  Sept    Juillet  2014     Quelle  affaire  !  Quelle  histoire!         Subitement,  A  brule  pourpoint,  Bissainthe  le  moralisateur,  Bissainthe  le  petit  prêtre   défroqué,  l'ancien  diplomate  corrompu  de  la  mission  d'Haïti  a  Genève  (klike  la:   http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=9380  )  porte  des   accusations  graves  avec  des  suppositions.  Hm!  Ce  faisant,  il  tente,  mais  en  vain,   d’expurger  du  sang  de  la  pierre  avec  des  quiproquos  tirés  par  les  cheveux.  Pour  un   Bissainthe,  dont  tout  un  chacun  n’a  jamais  oublié  l’échec,  peu  glorieux,  de  son   passage  raté  au  timon  des  affaires  en  Haïti,  je  crois  franchement  son  raisonnement   enfantin  et  même  tout  à  fait  inquiétant.    Bissainthe,  détenteur  d'un  passeport   américain,  dans  ses  écrits  est  plus  soucieux  des  autres  intérêts  que  ceux  d'Haïti.  Le   Président  Obama  a  à  sa  disposition  des  institutions  pour  défendre  les  intérêts  des   Etats  Unis,  il  n'a  point  besoin  d'un  défroque  comme  Bissainthe.  Nous,  nous   continuerons  de  défendre  les  intérêts  du  peuple  Haïtien  trahi  par  des  défroques   comme  Bissainthe.  Pour  cet  homme  d'hier  avec  la  mentalité  archaïque  du  18e  siècle   un  haïtien  ne  peut  pas  travailler  pour  une  ONG  qui  opére  au  niveau  global.  Pour  lui   c'est  une  menace,  un  conflit  d'intérêt.  Ne  comprenant  qu'une  simple  lettre  de   démission  suffit.  Vraiment  arriéré  ce  Bissainthe!  Prière  de  vérifier  le  lien  suivant:   http://www.iri.org/news-­‐events-­‐press-­‐center/frequently-­‐asked-­‐questions/haiti-­‐ faqs         La  dépendance  d'aujourd'hui  dont  souffre  cruellement  notre  pays  exsangue  et  qu’il   traine,  tel  ce  lourd  boulet  attaché  aux  jambes  de  l’esclave  que  nous  étions  avant   1804,  fait  partie  de  ce  patrimoine  peu  reluisant  que  vous  avez  laissé  à  ma   génération.  C’est,  a  contrario,  celle-­‐ci  qui  essaye  de  prendre  en  main  et  de  gérer   cette  catastrophe  que  la  génération  Bissainthe,  à  l’instar  de  celles  d'Aristide  et  de   Préval,  nous  ont  flanqués  en  héritage.     Bissainthe,  vous  faites  partie  de  cette  école  qui  nous  a  laissé  un  passif  que  nous,   citoyen  droit  et  fier  de  notre  pays,  essayons  d’épurer  aux  fins  de  le  relever  et  de  lui   donner  figure  humaine.  Vous,  lors  de  votre  temps  de  gestion  de  la  res  publica,   occupé  par  des  priorités  plus  personnelles  que  collectives  n'avez  point  su  édifier  et   construire  des  institutions  solides  et  pérennes,  voir:   http://metropolehaiti.com/metropole/archive.php?action=full&keyword=Gerard+ Bissainthe&sid=0&critere=0&id=9380&p=1       A  ce  carrefour  important  de  la  vie  nationale,  une  jeune  génération  ayant  dans  ses   rangs  des  hommes  d'Etat  n’a  plus  rien  à  faire  des  petits  plaisantins  et  autres   Pinocchio  du  genre  «  koupe  mwen  debo  »  qui  participent  au  blocage  du  pays  dans   l'espoir  d'obtenir  un  job  diplomatique.          
  2. 2. Est-­‐ce  bien  vous,  Bissainthe,  le  même  quidam  qui  a  bénéficié  d'un  poste   diplomatique  à  Genève,  qui  nous  livrez  ce  genre  de  réflexions  primaires  sur  moi  et   l'administration  d'Obama?  Quelle  déception  et  quel  crétinisme!         Le  petit  crétin,  qui  devrait  apprendre  les  a,b,c  de  la  politique  étrangère  des  Etats   Unis,  ne  sait  pas  que  les  américains  démocrates  et  républicains  ne  font  pas  de   différence  quand  il  s'agit  de  défendre  leurs  intérêts  a  l'étranger?  Le  fruit  de  votre   réflexion  sur  moi  et  l'administration  Obama  est  le  produit  d'un  cerveau  en   dégradation  et  d'une  imagination  superficielle  et  primaire.  En  plus  vous  n'avez   aucune  compréhension  des  mécanismes  institutionnels  de  la  démocratie  sinon  vous   n'auriez  pas  pondu  autant  de  bêtises.  Lorsque  vous  étiez  au  timon  des  affaires  vous   étiez  tellement  préoccupe  par  vos  woulman  personnels  et  des  affaires  de  chèques   que  la  construction  d'institutions  pour  Haïti  n'était  pas  dans  votre  agenda     Chercheriez-­‐vous  à  vous  refaire  une  virginité    perdue  ou  le  faites-­‐vous  exprès?   Voudriez-­‐vous  nuire  ou  serait-­‐ce  de  la  jalousie?  Est-­‐ce  l'assurance  que  vous   n'obtiendrez  pas  à  votre  âge  malgré  vos  demandes  répétées  un  nouveau  poste  dans   la  diplomatie  a  cause  de  votre  corruption  passée?  Ou  alors,  peut-­‐être  de  la  pure   démagogie  ?  Au  fait,  le  faites-­‐vous,  selon  ce  qui  se  raconte,  pour  un  homme  d'affaires   haïtien  connu,  énervé  contre  mes  positions  sur  la  reconquête  de  la  souveraineté   nationale  que  vous  avez  vendu,  sur  la  tentative  de  coup  d'état  inconstitutionnel  et   électoral  écartés  et  sur  le  coup  d'état  économique?  Pourquoi  venez-­‐vous  me  visiter  à   Washington  pour  arguant  que  vous  voulez  être  mon  collaborateur  et  aujourd’hui   fabriquez-­‐vous  des  accusations  bidon?  Décidément,  Bissainthe,  vous  êtes  un  drôle   de  zigoto  !         A  votre  âge  vous  devez  faire  attention  à  ce  que  vous  dites.  Une  recherche  rapide   permet  de  constater  que  l'IRI  est  une  organisation  non  gouvernementale  qui  n'est   affiliée  a  aucun  parti  politique  voir:  http://www.iri.org/frequently-­‐asked-­‐questions     .  Pour  plus  de  détails  sur  l'ancien  programme  d'Haïti  voir:   http://www.iri.org/news-­‐events-­‐press-­‐center/frequently-­‐asked-­‐questions/haiti-­‐ faqs         Habitue  a  vendre  les  autres  vous  ne  pouvez  pas  comprendre  que  beaucoup   d'Haïtiens  comme  Toussaint  Louverture  peuvent  faire  des  expériences   internationales  garder  leur  nationalité,  l'amour  de  la  mère  patrie  et  défendre  ses   intérêts.  Je  ne  suis  pas  américain  comme  vous.  Je  suis  un  citoyen  Haïtien.  Vous   pouvez  être  un  membre  d'un  parti  aux  Etats  Unis  moi  je  ne  peux  pas.  Etes-­‐vous   jaloux  du  fait  qu'en  vingt  ans  j'ai  pu  faire  la  connaissance  et  développer  des  relations   avec  des  leaders  du  monde  comme  l'ont  fait  les  pères  de  notre  indépendance?  Sauf   un  salaud  et  un  vendu  prouve  comme  vous  peut  porter  des  accusations  aussi  vils  sur   un  citoyen  qui  n'a  jamais  cessé  de  défendre  les  intérêts  nationaux.     De  plus,  s'agissant  de  notre  souveraineté  nationale,  on  sait  qui  a  fait  les  choix   officiels  de  l'hypothéquer.  Cela  a  commencé  en  1994  avec  votre  «  marassa  »   défroqué,  dans  la  prêtrise,  Aristide,  qui  a  demandé  officiellement  l'intervention  
  3. 3. militaire  des  Etats-­‐Unis  et  remplacé  les  militaires  américains  par  ceux  des  Nations   Unies  en  1995.  En  février  2004,  c’est  toujours  lui  qui  sollicite  encore  l'intervention   pour  se  cramponner  à  ce  pouvoir  dont  vous  êtes  chagrin.       Aristide,  avait  déclaré  que  trois  mille  soldats  suffiraient.  Pour  les  affairistes  (dont   vous  faites  partie)  qui  ont  la  mémoire  courte,  cliquez  ici:     http://solutionshaiti.blogspot.com/2010/10/haiti-­‐15-­‐octobre-­‐2009-­‐ quinzieme.html       N'est-­‐ce  pas  votre  frère  défroque  qui  demandait  aux  soldats  de  l'Afrique  du  Sud  de   réprimer  nos  frères  lors  de  la  célébration  de  nos  200  ans  d'indépendance?  Voir:   http://metropolehaiti.com/metropole/archive.php?action=full&keyword=mbeki+a ux+gonaives&sid=0&critere=0&id=7742&p=1  Vous  les  défroques  vous  avez   tellement  fait  de  mal  a  notre  pays  que  Dieu  dans  son  jugement  dernier  vous  enverra   en  enfer.           C'est  le  droit  de  Bissainthe  de  percevoir  ainsi  les  choses.  Il  est  américain,  je  ne  le  suis   pas.  La  reconquête  de  notre  souveraineté  nationale  ne  se  fera  pas  avec  des   démagogues  ou  des  ultranationalistes  bidon,  mais  plutôt  par  la  compétence,   l'expérience,  un  plan  pour  la  reconstruction  des  institutions  démocratiques  et  le   développement  économique.  A  l'analyse  du  comportement  passé  de  ces   démagogues  et  des  ultranationalistes,  on  constate  qu'ils  ne  cherchaient  qu'un  job,  «   yon  ti  zo  pou  yo  souse  ».         Bissainthe,  je  vous  sais  octogénaire,  donc  immanquablement  diminué  dans  vos   capacités  intellectuelles.  Vous  avez  cet  âge  où  vous  voyez  en  l'autre  ce  que  vous   espériez.  C’est  pourquoi  vous  jetez,  à  qui  va,  votre  venin.  Je  comprends  vos  attaques   injustifiées  et  non  factuelles  !       Vous  avez  vécu  les  relations  internationales  d'un  autre  moment.  Nous  ne  sommes   plus  au  19e  ou  au  20e  siècle,  monsieur  le  professeur  et  vous  maitrisez  fort  mal  les   nouvelles  théories  qui  régissent  les  relations  internationales.  Si  vous  l’ignoriez,  le   monde  ne  vit  plus  en  vase  clos.  Nous  sommes  dans  une  globalisation,  un  monde   interdépendant.  Les  citoyens  de  l’ancien  continent  l'ont  bien  appréhendé.  Ce  sont   ces  nouvelles  notions  de  coopération  qui  ont  donné  naissance  à  l'Union  Européenne   où  vous  auriez  du  profiter  de  votre  passage  pour  vous  abreuver  de  ce  savoir   immémorial.    Si  vous  l’ignoriez,  cette  nouvelle  forme  de  coopération  a  permis  à  deux   anciens  présidents  des  Etats-­‐Unis,  Clinton  et  Bush,  d'aider  les  victimes  du  tsunami   en  Asie.  Voyons,  Bissainthe,  il  n'existe  pas  de  «  loup  garou  »  au  21esiècle,  ce  concept   moyenâgeux  est  le  produit  d'une  mentalité  archaïque,  d’un  passé  révolu  !  Ne  dites   plus  n’importe  quoi  !  Ne  laissez  pas  les  gens  gausser  sur  votre  carence   d’informations!  Je  trouve  aussi  étonnant  que  vous  etes  contre  toute  démarche   permettant  à  nos  compatriotes  aux  Etats  Unis  de  régulariser  leur  situation  précaire   alors  que  vous  détenez  un  passeport  américain.    
  4. 4. Mes  choix  sont  clairs.  Je  connais  parfaitement  mes  racines.  L'intelligence  politique   de  l'homme  d'état  se  traduit  par  sa  capacité  de  les  transposer  dans  les  nouvelles   réalités  du  21e  siècle.  Je  maitrise  les  expériences  culturelles,  politiques,  sociales  et   économiques  passées  de  mon  pays.  Toussaint  Louverture  avait  su  dialoguer,   travailler  avec  Sonthonnax  et  les  espagnols  pour  obtenir  la  libération  générale  des   esclaves.  Dessalines  a  achevé  la  victoire  militaire.  Toussaint  n'était  pas  un  «  loup   garou  »,  et  nous  étions  en  1803  !           Ces  leçons  de  notre  patrimoine  ont  forgé  ma  vision  des  relations  internationales.  La   diplomatie  et  le  dialogue  font  partie  de  l’art  de  la  guerre.  Mon  choix  a  été  toujours   clair  et  combien  différent  de  celui  des  ultranationalistes.  Dans  mon  combat   patriotique  pour  la  reconquête  de  la  souveraineté  nationale,  j'ai  choisi  la  voie  de  la   construction  d'un  leadership  politique  compétent  et  responsable  muni  d'un  plan,  la   construction  d'institutions  démocratiques  capables  de  répondre  aux  aspirations   politiques,  économiques  et  sociales  des  citoyens  Haïtien.  Comme  Toussaint  l'avait   fait  avec  Sonthonnax,  pourquoi  ne  pas  tirer  le  maximum  de  l'envoyé  spécial  Bill   Clinton,  pour  améliorer  le  sort  des  illégaux  haïtiens  aux  Etats  Unis  qui  veulent  le  TPS   et  ceux  qui  sont  dans  le  grangou  klowox  en  Haïti?  Les  pays  de  l’Asie  du  Sud-­‐Est,   aidés  récemment  par  Clinton  et  le  père  Bush,  ont  bien  gardé  leur  souveraineté  tout   en  bénéficiant  de  leurs  efforts?  Where  is  the  problem?         Si  nous  en  avons  un,  il  porte  le  nom  des  trois  anciens  présidents  qui  ont  laissé  avec   vous  in  héritage  catastrophique.  Ces  présidents  étaient  sans  plan  pour  Haïti,   incapables  d’œuvrer  et  de  mettre  sur  pied  les  institutions  dont  le  pays  a  besoin  pour   se  développer  économiquement  et  faire  fleurir  la  démocratie.  Pis,  Ils  ont  exécutes  un   agenda  antidémocratique.             Bissainthe,  en  tant  que  citoyen  américain,  vous  avez  le  droit  d'entrer  dans  des   discussions  internes  de  la  politique  américaine  et  d’analyser  les  différences  qui   existent  entre  Obama  et  les  républicains.  Moi,  a  contrario,  je  n'ai  pas  le  droit  de   m’exprimer  sur  les  affaires  internes  des  Etats  Unis  :  je  ne  suis  pas  américain,  je  suis   Haïtien.       Malgré  ce  genre  de  distraction  a  la  Bissainthe,  mwen  konnen  ki  kote  mwen  ye  e  ki   kote  mwen  prale.  Distraksyon  sa  yo.  ti  kout  kouto  pa  amba  sa  yo,  pa  kapab  detounen   mwen  de  goumen  ke  map  mennen  kont  otut  avakbob  ki  entere  peyi  Dayiti.       Mwen  rele  Stanley  Lucas,  mwen  se  yon  patryot  de  dwat  kap  goumen  pou  dwa   granmoun  peyi  a.  Stanley  Lucas,  se  yon  sitwayen  Ayisyen  ki  kwè  nan  demokrasi,   devlopman  ekonomik  ki  chita  sou  kompetisyon.  Stanley  Lucas  kwè  tou  nan  bonjan   dyalog  ak  diplomasi  pou  pèmèt  peyi  Dayiti  jwenn  nich  pal  nan  posibilite  ekonomik   mondyal  yo.  Stanley  Lucas  radikalman  opoze  a  neg  ki  genyen  mantalite  diktatè,  kap   volè  lajan  ak  byen  leta,  ki  nan  kokayine,  kap  boule  moun,  ki  nan  kidnapping,  kap   volè  eleksyon  et  ki  kom  dirijan  ofisyèl  fè  tout  Ayisyen  wont  nan  mande  okipasyon.   Mwen  kwè  nan  patwon  ki  respekte  règ  kompetisyon  ekonomik,  mwen  pa  kwè  nan   patwon  feodal  gwoup  boudon  kap  sèvi  ak  leta  tankou  chwal  papa  kap  bay  monopol  
  5. 5. pandan  ke  yo  pa  peye  taks.  Mwen  kwè  nan  jènn  ki  vle  etidye,  travay  di  pou  yo  rive,   mwen  pa  kwè  nan  chimè.  Mwen  kwè  nan  yon  polis  pwofesyonèl  kap  pwoteje  tout   moun  san  fos  kote,  mwen  pa  kwè  nan  komisyon  sekirite  prezidansyèl  ak  CNDDR   Preval  kap  simaye  ensekirite.  Mwen  kwè  nan  aplikasyon  konstitisyon  1987,  mwen   pa  kwè  nan  koudeta  ke  Gayo  Dosinvil  ak  INITE-­‐GPR  bay  pou  bloke  peyi  a.  Mwen  kwè   nan  yon  salè  minimom  200  goud  pou  travayè  yo  ak  mezi  akompagnatris  tankou   mete  bis  leta  a  la  dispozysyon  travayè  yo  gratis  ti  cherie.  Mwen  kwè  nan  modènize   teleko  pou  leta  ak  envestiè  etranje,  peyi  a  fè  lajan,  mwen  pa  kwè  nan  fè  kado  teleko   pou  degouden  amba  tab.  Mwen  kwè  nan  yon  ajanda  nasyonal  kote  nou  kapab  di  Bill   Clinton  men  sa  nou  atann  de  li  tankou  nou  di  tout  rès  kominote  entènasyonal  la  sa   nou  atann  de  yo.  Si  li  genyen  yon  lot  ajanda  li  mèt  ambake.  Mwen  kwè  ke  Klinton   kapab  ede  Ayisyen  illegal  Ozetazini  jwenn  TPS  ak  residans.  Mwen  kwè  nan  kapasite   peyi  Dayiti  ak  tout  Ayisyen  mwen  pa  kwè  nan  dependans  ni  nan  okipasyon  ke   Aristide  lage  sou  do  peyia.  Mwen  kwè  nan  souverenete  peyi  ak  kooperasyon   entènasyonal,  mwen  pa  kwè  nan  okipasyon.     Stanley  Lucas     2009/7/14  Gerard  Bissainthe  gerarbis@orange.fr       Le  BEBE  HAITI  de  Stanley  a  encore  besoin  d'une  maman  pour  lui  donner  le   sein  et  changer  ses  langes.       Finalement  Stanley  Lucas  attend  de  Bill  Clinton  qu'il  se  conduise  comme  un  vrai   Gouverneur  d'Haïti,  alors  que  ce  gentil  monsieur  n'a  jamais  ete  elu  a  ce  poste  et  qu'il   est  en  train  de  tenter  dans  le  pays  toutes  les  aventures  et  mesaventures  qui  lui   passent  par  la  tete,  sous  l'ombrelle  protectrice  de  son  épouse,  sais  jamais  avoir  à  en   repondre  devant  des  citoyens  haitiens  qui  ne  lui  ont  jamais  donné  aucun  mandat.  La   démocratie  responsable  n'est  pas  celle  de  la  tutelle  recemment  condamnée  par   Obama  à  la  dernière  réunion  des  pays  d'Amérique  Latine.       Bill  Clinton,  champion  et  implementeur  apparement  incorrigible  de  l'obsolete   tutelle-­‐protectorat,  devrait  accorder  son  violon  avec  celui  du  "Commander-­‐In-­‐Chief"   qui  a  déclare  ouverte  la  nouvelle  ere  du  "Partenariat"  qui  demande  aux  tuteurs  de   disparaitre  pour  faire  place    aux  partenaires  négociant  sur  pied  d'égalité  des   contrats  definissant  et  defendant  leurs  interets  respectifs.       Avec  ses  suggestions  d'un  autre  age,  du  temps  de  la  féodalite,  Stanley  ressemble  a  un   "lougarou  que  jou  bare".  Stanley,  si  tu  ne  peux  pas  ou  ne  veux  pas  ecouter  Toussaint   et  Dessalines,  ecoute  au  moins  Obama  qui  te  dit  qu'un  autre  jour  se  lève  avec  les   couleurs  d'une  nouvelle  aurore.  L'objectif  c'est  l'indépendance  et  le  respect  intégral   de  la  souverainete  nationale.  C'est  ca  qu'il  faut  viser       Gérard  Bissainthe   14  juillet  2009    

×