2014
Rapport de TFE
Entreprise d’accueil :
Bouygues Bâtiment IDF - Construction Privée
2bis avenue du Canada
ZA Courtaboeu...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
3
Stéphane CAZI...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
5
Stéphane CAZI...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
7
Stéphane CAZI...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
9
Stéphane CAZI...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
11
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
13
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
14
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
15
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
16
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
17
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
18
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
19
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
20
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
21
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
22
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
23
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
24
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
25
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
26
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
27
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
28
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
29
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
30
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
31
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
32
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
33
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
34
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
35
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
36
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
37
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
38
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
39
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
40
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
41
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
42
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
43
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
44
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
45
Stéphane CAZ...
Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
Rapport de TFE
46
Stéphane CAZ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mise en place d’une démarche lean construction dans le pilotage des corps d’état secondaire

97 vues

Publié le

Ce TFE présente une étude théorique du Lean Mangement et l’application concrète d’un
de ces outils sur un chantier. Il se déroule à Paris sur un projet d’un immeuble neuf de bureaux
en pilotage de corps d’état secondaire. Le projet est chiffré à 235 M€ pour une surface SHON de
72 000 m².
Venue des usines Toyota au cours des années 70, le Lean Management est une
philosophie de production visant à maximiser la valeur ajoutée en limitant les gaspillages. Cette
démarche industrielle a été déclinée en une version adaptée au chantier, le Lean Construction.
Elle s’accompagne d’outils d’analyse et d’amélioration, dont certains ont été utilisés lors de ce
TFE.
Après un état de l’art sur le Lean Construction, l’étude se penchera sur les non valeurs
ajoutées du chantier. Il apparaitra que l’utilisation d’un des outils du Lean, le 5S, permet de
réduire les gaspillages et de maximiser la production. Nous détaillerons la méthode suivie et les
résultats obtenus

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
97
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mise en place d’une démarche lean construction dans le pilotage des corps d’état secondaire

  1. 1. 2014 Rapport de TFE Entreprise d’accueil : Bouygues Bâtiment IDF - Construction Privée 2bis avenue du Canada ZA Courtaboeuf 91978 LES ULIS Cedex Dates du stage : 1 avril 2014 au 1 août 2014 Lieu de stage : Campus Evergreen EOLE 85 avenue Gabriel Péri 92120 MONTROUGE Tel : +33 1 80 61 35 00 Fax : +33 1 69 07 31 59 Tuteur en entreprise : M. Frédéric Chazaly Chef de service Direction Production 2 f.chazaly@bouygues-construction.com Conseiller pédagogique : M. Serge Goepp Stéphane Cazin B3 – C2P 5611Y Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire
  2. 2. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 3 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y REMERCIEMENTS En premier lieu je souhaite remercier l’ESTP, ses professeurs et son administration qui m’ont permis d’obtenir les connaissances nécessaires au bon déroulement de ce stage. Je remercie aussi M. Serge GOEPP pour avoir été mon professeur référent ainsi que pour m’avoir initié au LEAN. Je tiens à remercier M. Jean-Claude GUEGUEN et M. Taha IBN SALAH, respectivement directeur de projet et directeur responsable de production, pour m’avoir permis d’effectuer ce stage sur le chantier EOLE. Je remercie également M. Rémy GALIBERT, de la direction des ressources humaines, pour m’avoir permis d’intégrer l’entreprise Bouygues Bâtiment Ile-de- France Construction Privée. Je remercie ensuite M. Frédéric CHAZALY, Responsable CEA/CET, pour avoir été mon maître de stage et m’avoir accueilli dans son équipe. Je remercie aussi M. Jean-François CHARROIN, Responsable CEA superstructure, pour son suivi, ses encouragements et ses conseils. Enfin je remercie toute l’équipe du chantier EVERGREEN EOLE à Montrouge avec qui j’ai eu la chance de travailler et tout particulièrement mes collègues de l’équipe CEA superstructure, M. Thomas MUNOZ FERNANDEZ, M. Antoine POUPET et M. Arthur ROUMIAN, pour leur temps partagé avec moi et leur bonne humeur quotidienne.
  3. 3. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 5 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS 3 RESUME 7 SUMMARY 9 I. INTRODUCTION 11 II. PRESENTATION DU STAGE 13 1. BOUYGUES BATIMENT IDF - CONSTRUCTION PRIVEE 13 2. L’OPERATION EVERGREEN EOLE A MONTROUGE 13 3. LE PILOTAGE DE CORPS D’ETAT 15 4. L’OBJET DU STAGE 16 III. LE LEAN MANAGEMENT 17 1. LA THEORIE LEAN 17 2. LE LEAN CONSTRUCTION 19 IV. MISE EN PLACE DU LEAN SUR LE CHANTIER 25 1. ETUDE INITIALE 25 2. DEVELOPPEMENT DE LA MEHODE 5S 29 3. UNE DEMARCHE DURABLE ? 36 V. CONCLUSION 40 BIBLIOGRAPHIE 41 ANNEXES 42 1. PLANS DU PROJET 42 2. ORGANNIGRAME DU CHANTIER 44 3. PLAN DE CLOISONNEMENT DU NIVEAU 1 46
  4. 4. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 7 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y RESUME Ce TFE présente une étude théorique du Lean Mangement et l’application concrète d’un de ces outils sur un chantier. Il se déroule à Paris sur un projet d’un immeuble neuf de bureaux en pilotage de corps d’état secondaire. Le projet est chiffré à 235 M€ pour une surface SHON de 72 000 m². Venue des usines Toyota au cours des années 70, le Lean Management est une philosophie de production visant à maximiser la valeur ajoutée en limitant les gaspillages. Cette démarche industrielle a été déclinée en une version adaptée au chantier, le Lean Construction. Elle s’accompagne d’outils d’analyse et d’amélioration, dont certains ont été utilisés lors de ce TFE. Après un état de l’art sur le Lean Construction, l’étude se penchera sur les non valeurs ajoutées du chantier. Il apparaitra que l’utilisation d’un des outils du Lean, le 5S, permet de réduire les gaspillages et de maximiser la production. Nous détaillerons la méthode suivie et les résultats obtenus Mots-clés : chantier, pilotage CET/CEA, théorie de production, amélioration continue, roue de Deming, Lean Construction, Lean Management
  5. 5. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 9 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y SUMMARY This final year internship report presents a theoretical study of the Lean Management approach as well as a practical application of one of its tool on a construction site. It takes place in Paris on a new office building site during the secondary trades phase. The project is worth 235 M€ for a gross floor area of 72 000 square meters. Coming from Toyota’s factories during the 70s, the Lean Management is a production philosophy. It aims at the maximizing of the added value by eliminating wastings. This industrial approach was declined into a more suitable version for sites, the Lean Construction. It comes with a panel of analysing and improving tools. Some of which were used during this internship. After a state-of-the-art review on Lean Construction, this study will focus on the not added value of the construction site. It will show that the use of one Lean tool, named 5S, allows minimising the wasting while maximising the production. The method followed and the results obtained will be explained in detail. Keywords: construction site, secondary trades, production theory, continuous improving, Deming’s wheel, Lean Construction, Lean Management
  6. 6. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 11 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y I. INTRODUCTION Traditionnellement pour produire plus, il faut travailler plus, ou avec plus de moyens. C’est cette pensée qui a dominé l’industrie du XXème siècle. Cependant une théorie alternative venue du Japon vient perturber les traditions. Le Lean Management fait connaitre à l’industrie un revirement fondamental dans son management de la production depuis une quarantaine d’années. Le secteur de la construction a tardé à prendre ce virage. Séduit par les possibilités d’amélioration en termes de qualité et de productivité, le BTP français s’ouvre progressivement à cette théorie. La démarche Lean est applicable à n’importe quelle entité productrice. C’est une théorie pratique qui résout les problèmes sur le terrain. Mais pour être efficace dans un domaine, elle a besoin de pionniers. Les groupes de construction s’essaient depuis quelques temps au Lean et s’approprient ses outils. Les chantiers pilotes sont de plus en plus nombreux et les avantages et enjeux du Lean de mieux en mieux compris. Cependant le Lean dans la construction n’est pas encore un standard. Il s’agit d’une démarche expérimentale à laquelle peu de personnes sont formés. L’objectif de ce TFE est d’amorcer une démarche Lean sur un chantier. Pour cela nous suivrons le principe PDCA, fondamental lorsque l’on souhaite devenir une organisation Lean. Comment peut-on tirer parti du Lean Management pour améliorer la phase corps d’état secondaire d’un chantier ? Pour parvenir à une réponse, et une méthodologie de mise en place, il faudra commencer par analyser le chantier et déterminer ses aspects néfastes pour la production. Ensuite, nous devrons sélectionner l’approche Lean la plus adéquate pour répondre à ces problèmes. Enfin, l’approche retenue sera développée et mise en place de façon concrète dans le pilotage des corps d’état secondaire sur le terrain.
  7. 7. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 13 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y II. PRESENTATION DU STAGE 1. BOUYGUES BATIMENT IDF - CONSTRUCTION PRIVEE Construction Privée est une filiale de Bouygues Bâtiment Ile de France spécialisée dans la construction neuve pour des acteurs privés. Malgré une conjoncture difficile, l’entreprise à évoluée ces dernières années de manière significative, aussi bien en terme de performance que de positionnement sur son marché. En 2013, Construction Privée a réalisé, avec ses 770 collaborateurs, 415 millions d’euros de chiffre d’affaire. Son activité est basée sur 6 marchés : les bureaux, la santé privée, l’hôtellerie, le scolaire privé, les centres commerciaux et les centres culturels et cultuels. L’année 2014 est une année de production importante avec la livraison et le démarrage de nombreuses opérations. Construction privée affiche une ambition claire : être leader sur son marché en étant une entreprise dynamique et pionnière. Récemment, Construction Privée a livré le centre commercial Beaugrenelle, vient de terminer le gros-œuvre de l’opération EOLE et débute le temple Mormon de Paris ainsi qu’un centre de formation pour EDF. 2. L’OPERATION EVERGREEN EOLE A MONTROUGE Le campus EVERGREEN du Crédit Agricole L’opération sur laquelle j’ai effectué mon stage est le chantier EOLE au 85 avenue Gabriel Péri à Montrouge (92). Il s’agit d’un immeuble de bureaux de 8 niveaux de superstructure et 5 d’infrastructure venant s’inscrire dans l’extension du campus EVERGREEN du Crédit Agricole. Le projet est de 235 M€ pour une SHON de 72 000 m². Le bâtiment est le futur siège social de Crédit
  8. 8. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 14 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y Agricole CIB et est certifié HQE, Breeam et RT 2012. A terme le bâtiment devra accueillir près de 5 000 personnes. La durée de l’opération est de 2 ans avec une livraison prévue au 1er aout 2015. La phase gros-œuvre s’est achevée lors du Drapeau le 30 juillet 2014. Le chantier EOLE est complexe tant il est diversifié. Le projet peut être séparé en 3 entités distinctes (plans du projet en annexe 1) :  Le bâtiment principal  L’aile Ouest (ou zone 58)  Le pavillon d’accueil Le pavillon d’accueil est un exercice de style architectural. Il est en quelque sorte l’emblème du projet EOLE et deviendra l’entrée officielle du campus. Accolé au bâtiment principal, le pavillon possède une équipe d’encadrement dédié. Il s’agit d’une zone décorée avec un niveau de finition exigeant. L’aile Ouest est en réalité une extension du bâtiment principal. Elle comporte 7 niveaux de bureaux et 2 de sous-sols. Réalisée en avance, elle fait office de zone témoin du chantier. Alors que le gros œuvre du bâtiment principal se termine à peine, les corps d’états techniques ont terminé les réseaux et les corps d’états architecturaux sont à plus de 50% d’avancement dans cette zone. On y trouve notamment un témoin des sanitaires, un témoin acoustique, un témoin de macro-zoning, etc. Ces témoins reçoivent les visas du client, de l’architecte et de la MOE. Ils servent ensuite de premier de série pour le reste de l’exécution. Cette zone possède aussi son équipe dédiée. Le bâtiment principal est le premier élément du projet en termes de surface. C’est dans cet ensemble que se trouve toutes les particularités du projet : parkings, cuisines, auditoriums, zones décorées, salle des marchés, zone de la direction générale, etc. C’est dans la superstructure de cet espace que j’ai effectué mon TFE. A mon arrivée sur site, le gros-œuvre était à environ 70% d’avancement, les corps d’états techniques commençaient à investir le R+1, les corps d’états architecturaux débutaient au R-1 et les premiers éléments de façade se mettaient en place.
  9. 9. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 15 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y En tant que pilote CEA de la superstructure, je suis directement rattaché à M. Jean- François CHARROIN, responsable CEA superstructure zone bureau. Mon maître de stage, M. Frédéric CHAZALY, est responsable CEA/CET/Synthèse. L’organigramme complet du chantier peut être trouvé en annexe 2. Organigramme CEA simplifié 3. LE PILOTAGE DE CORPS D’ETAT Mon rôle sur le chantier est de piloter les corps d’états architecturaux. Les deux premières semaines du stage sont l’occasion de découvrir le chantier, ses intervenants et ce qu’on attend de moi. Je débute donc comme assistant conducteur de travaux sur le rez-de- chaussée et le rez-de-jardin avant de devenir autonome et de me voir présenté mes vraies responsabilités. La zone d’intervention qui m’est confiée est le niveau 1 du bâtiment principal. Sur EOLE, l’encadrement est réparti par niveau. Il y a donc un responsable pour chaque étage. Compte tenu de la dimension d’un étage, près d’un hectare de surface, une telle organisation permet d’avoir une meilleure vue d’ensemble de l’avancement et un enclenchement des tâches plus logique. Le premier niveau possède une particularité très importante pour le projet : une salle Directeur de projet JC. GUEGUEN Responsable CEA/CET/Synthèse F. CHAZALY CEA superstructure JF. CHARROIN Pilotage R+1 S. CAZIN Pilotage R+2 A. POUPET Pilotage R+3 T. MUNOZ FERNANDEZ Pilotage R+4 A. ROUMIAN Etudes CEA G. COURTEILLE Directeur responsable de production T. IBN SALAH
  10. 10. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 16 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y des marchés de 1150m². C’est en effet ici que les traders du Crédit Agricole seront réaffectés. Le reste du niveau est composé de plateaux de bureaux en open-space, de locaux techniques, de huit blocs sanitaires et de quatre paliers d’ascenseurs. Sur site, je dois quotidiennement veiller à la bonne exécution des travaux, aux contrôles qualité des ouvrages effectués et à la sécurité des compagnons. En parallèle, je dois planifier les travaux, anticiper la coordination des différents intervenants, assurer le respect du planning et animer les réunions de coordination hebdomadaires. Par ailleurs, et bien que les corps d’états techniques soient sous-traités en macro-lot, notre rôle de responsable de zone nous demande d’en assurer un suivi et un certain pilotage en plus des corps d’états architecturaux. 4. L’OBJET DU STAGE Conjointement à mon rôle de pilote CEA, l’objet de ce travail de fin d’études est la mise en place d’une démarche Lean Construction. Cette mise en place nécessite d’abord une phase d’observation et d’analyse de la situation actuelle du chantier. Après cette étude menée, il sera possible de choisir les outils les plus appropriés à mettre en place et à développer. La méthode Lean et ses outils sont traités en détail dans la partie suivante.
  11. 11. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 17 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y III. LE LEAN MANAGEMENT 1. LA THEORIE LEAN A. QU’EST-CE QUE LE LEAN ? DEFINITION Le Lean Management est une théorie de production moderne développée au Japon par Toyota dans les années 1970. La philosophie Lean pourrait se définir ainsi : « Mettre à contribution tous les acteurs pour éliminer les gaspillages qui réduisent l'efficacité et la performance d'une entreprise, d'une unité de production, grâce à la résolution de problèmes sur le terrain. » Si nous revenons sur cette définition, nous voyons apparaitre le terme de gaspillages (du japonais mudas). Ces gaspillages, aussi appelés non valeurs ajoutées, représentent les opérations n'apportant pas de valeur ajoutée pour le client et doivent être éliminés. Ils sont au nombre de sept :  Surproduction  Stocks  Transports  Processus superflus  Mouvements superflus  Attentes  Rebuts Toute production, comme le fait de construire, n’est qu’une traversée d’un flux de processus. La durée totale de cette production se nomme le temps de traversée, ou Lead Time. Si l’on retire de ce flux toutes les opérations qui n’apportent pas de valeur ajoutée, on raccourcit la longueur du flux et on réduit d’autant le temps de traversée. Il y a donc eu un gain de production. « Lean » signifie à juste titre « amincir » en anglais. Représentation du temps de traversée Flux initial Flux amincit
  12. 12. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 18 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y La pensée Lean est donc radicalement différente d’une approche classique « matériel et main d’œuvre ». C’est en luttant contre les non valeurs ajoutées, et non en travaillant plus et plus vite, que l’on augmente sa capacité de production. LA ROUE DE DEMING Le Lean Management est fondé sur la stratégie des petits pas (appelée kaizen) et s'appuie sur le PDCA comme moteur de l'amélioration continue. Le PDCA, ou roue de Deming, est un système de management de la qualité en quatre étapes. 1. Plan : identifier, préparer et planifier 2. Do : développer et mettre en œuvre 3. Check : contrôle et vérifier 4. Act : réagir, ajuster et agir La répétition de ces étapes est représentée par la rotation de la roue. L’expérience capitalisée est représentée par la cale, empêchant la roue de redescendre, et le système de perdre en qualité. C’est ainsi que par une amélioration continue et une capitalisation de l’expérience on obtient un système performant. Devenir une organisation apprenante est un principe fondamental du Lean Management. Le Lean s’accompagne d’outils tels que le 5S, la méthode Kanban, le VSM, le LPS, le six sigma, etc. Les outils les plus adaptés à la construction et aux problématiques de chantier seront détaillés dans une section dédiée. B. HISTORIQUE DU LEAN MANAGEMENT LA PRODUCTION DEPUIS 1880 Pour comprendre d’où vient le Lean, il nous faut faire une brève chronologie des théories de la production du XIXème et XXème siècle. Commençons tout d’abord par le Taylorisme fondé par Frederick W. Taylor (1856-1915). Cette théorie s’est développée dans un contexte de forte industrialisation. L’objectif unique est la productivité en mettant en place une organisation scientifique du travail. La production fonctionne à la chaine avec des postes de travail mono-tâche. Les ouvriers sont entièrement déresponsabilisés et ne font que répéter quotidiennement la même série de mouvements. Nous sommes dans une logique de production poussée. Le Taylorisme donna l’inspiration au Fordisme, fondé par Henry Ford (1863-1947). Dans un contexte de production de masse, peu concurrentiel et de forte consommation, c’est l’avènement du travail à la chaîne. Les lignes de production doivent fonctionner à 100% de leur La roue de Deming
  13. 13. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 19 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y capacité en permanence sans se soucier des problèmes, que l’on règlera plus tard. Là encore les salariés sont déresponsabilisés de leurs productions. Le Toyotisme, ou Toyota Production System, vient prendre le contrepied de ces deux théories. Créé dans les années 1970 par Sakichi, Kiichiro et Eiji TOYODA, la production est désormais tirée par le marché. Le contexte est bien plus concurrentiel et internationalisé, ce qui exige plus de flexibilité dans la production. Les journées de travail sont organisées selon les besoins du consommateur et les gammes de produits s’élargissent. Le stockage massif n’est plus une option et la production s’organise en flux tendu (principe du juste à temps). L’ouvrier devient donc polyvalent et doit être plus qualifié. Il se voit confié plus de responsabilités et notamment en termes de qualité. TEMOIGNAGE SUR LE TOYOTISME Le Toyotisme et le Fordisme sont donc radicalement opposés, comme l’explique M. Gary CONVIS, ancien salarié de Ford et patron de l’usine Toyota de Georgetown : « Le mot d'ordre chez Ford était produisez le plus possible à n'importe quel prix et réglez les problèmes plus tard. […] Lorsque j'étais chez Ford, si on ne produisait pas à 100 %, il fallait s'expliquer auprès de la division. On n'arrêtait jamais la chaîne. Ici, (chez Toyota) on ne produit pas 100 % du temps. La force de Toyota, selon moi, est que la haute direction connait les avantages du système Andon (outil du Toyotisme). […] Depuis que je suis chez Toyota, on ne m'a jamais fait de reproche pour avoir arrêté la production et privilégié la sécurité et la qualité au détriment des objectifs de fabrication. Tout ce qui les intéresse, c'est de savoir ce que vous faîtes pour résoudre les problèmes et identifier leurs causes et quelle aide ils peuvent vous apporter. Je dis à nos collaborateurs qu’il y a deux façons de se faire mal voir ici : l’absentéisme et ne pas donner l’alarme si vous avez un problème. Donner à chaque individu le sentiment de sa responsabilité dans la qualité est vraiment essentiel. » La direction de Toyota règle les problèmes de qualité à la source. Ce faisant, elle gagne du temps et de l'argent en aval. En alertant sur les problèmes et en les corrigeant au fur et à mesure, on élimine les gaspillages. La productivité augmente. Les adeptes du Fordisme qui font tourner leurs chaînes au maximum de leur capacité et laissent s'accumuler les problèmes sont distancés. On retrouve bien dans le Toyotisme le principe du Lean : l’amélioration continue par l’élimination des gaspillages. C’est cette pensée qui sera plus tard reprise par le MIT afin de créer le Lean Management tel qu’on le connait aujourd’hui. 2. LE LEAN CONSTRUCTION A. LE LEAN ADAPTE AUX BESOINS DU SECTEUR DE LA CONSTRUCTION Le Lean Management est applicable à toute activité de production. Cependant, de par son histoire, cette théorie s’est développée dans les industries et notamment dans l’industrie automobile. Il est donc normal que les termes et les outils employés leurs soient adaptés. Le
  14. 14. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 20 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y Non qualité Reprises Déchets Coûts Retard secteur de la construction étant une industrie bien à part, il a fallu adapter le modèle. C’est ainsi qu’est né le Lean Construction. Le principe reste le même : devenir une entreprise apprenante grâce à l’amélioration continue. L’objectif est simple : supprimer la non valeur ajoutée. Les sept gaspillages ont évolué pour s’adapter à la réalité d’un chantier de BTP. Ils sont maintenant au nombre de huit :  Manque de communication et non implication  Temps morts  Transports et déplacement de stock  Processus superflus  Déplacements superflus  Retouches et reprises  Déchets  Stocks en attente Le coût de la non qualité dans le BTP a fait l’objet d’études par l’observatoire de la qualité, l’AQC et L’UNSFA. Les différents rapports s’accordent à dire qu’aujourd’hui la non qualité représente 10% du chiffre d’affaire en coûts cumulés du secteur de la construction. Si l’on prend les déchets, l’un des gaspillages facilement quantifiable, on sait aujourd’hui que ce poste représente environ 0,4% du CA, soit 10 à 20% de la marge d’un chantier ! Ces gaspillages sont de plus intimement liés. En effet, une non qualité entrainera une reprise générant des déchets pour un coût et un délai supplémentaire. Ce retard, venant s’insérer dans des délais généralement très serrés, favorise l’apparition de nouvelles non qualité. Les gaspillages sont intriqués les uns dans les autres et génèrent de la non valeur ajoutée. Au final tout se tient, une dégradation de la performance de production résultera en une dégradation de la valeur finale pour le client. B. LES OUTILS DU LEAN Le Lean est une théorie pratique. Cette démarche est applicable sur le terrain et ses résultats sont visibles concrètement. Pour garantir l’efficacité du Lean, il faut respecter six principes opérationnels : Le Lean est une démarche qui s’accompagne d’une multitude d’outils. Ces outils peuvent être regroupés en trois familles : diagnostique, collaboration et amélioration. Les outils les plus performants et les plus appliqués sont détaillés ci-après. Gaspillages Eliminer les gaspillage Terrain sur le terrain Faire Faire avec les compagnons et les chefs d'équipe Rapide Changement rapide (1 à 5 jours) Mesurer Mesurer les progrès Durée dans la durée
  15. 15. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 21 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y LES OUTILS DE DIAGNOSTIQUE : GEMBA WALK Il s’agit d’une marche anti-gaspillage dont l’objectif est d’identifier des sources d’amélioration de la production. C’est une visite de chantier qui se focalise exclusivement sur l’identification et la description des non valeurs ajoutées. La marche s’effectue à l’aide de fiches, de photos, d’un mètre, etc. Elle doit être effectuée régulièrement pour donner une vision correcte des mudas (gaspillages). Le Gemba Walk se termine par une séance de débriefing où des solutions sont proposées. VA/NVA Le diagnostic Valeur Ajoutée / Non Valeur Ajoutée est chronophage mais redoutable pour identifier les gaspillages sur un poste de travail. Pour que cet outil fonctionne il faut impliquer l’équipe travaillant sur le poste que l’on souhaite diagnostiquer. Cette démarche doit être volontaire. Sur une période de temps donnée (une demi-journée par exemple), un observateur, ou une caméra, chronomètre chaque action de l’équipe. Les séquences sont ensuite triées et hiérarchisées. On les classe comme valeur ajoutée ou non et on mesure le pourcentage de NVA. Si ce taux est élevé, il faut s’intéresser aux causes de cette NVA et trouver des solutions immédiates afin de gagner en productivité. Prenons l’exemple d’un poste de travail présentant un taux de NVA élevé. Le triage des séquences montre que la NVA vient principalement du muda de déplacements superflus trop élevé. Une analyse du poste de travail montre que le magasin est très éloigné et que les compagnons font l’aller-retour chaque fois qu’une pièce vient à manquer. Une solution immédiate d’amélioration est de rapprocher la zone de stockage du poste de travail ou bien de prévoir la veille le matériel nécessaire pour le lendemain et de le préparer. VSM La Value Stream Mapping, ou cartographie de la chaîne de valeur, permet de détecter en amont les gaspillages en réduisant le Lead Time. Pour se faire, il faut réfléchir à la chaine de valeur dès la préparation de chantier. Traditionnellement, chaque intervenant sur la chaîne de valeur se ménage sa marge afin de ne pas être pris de court par les délais. Ou bien, on ignore certains problèmes comme le stockage qui sera réglé en phase chantier, etc. On obtient une VSM sous-optimisée dite VSM actuelle. L’objectif de l’outil est d’imaginer l’état idéal, le zéro gaspillage, et de le transcrire en chaîne de valeur. On obtient la VSM future qui servira de support au planning et au phasage du chantier.
  16. 16. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 22 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y LES OUTILS DE COLABORATION LPS Le Last Planner System est un outil de planning collaboratif. Pour simplifier il s’agit d’un diagramme GANTT fait de façon hebdomadaire par les intervenants eux-mêmes (en respectant le planning marché). Le niveau de détail est tel qu’il permet un enclenchement des tâches au plus juste, sans temps morts. De plus cette méthode responsabilise les acteurs. En effet, chacun gère ses interfaces et est responsable si tout n’est pas prêt pour le début de sa tâche ou si une gêne est causée à l’intervenant suivant par sa faute. Pour garantir le planning journalier, chacun doit vérifier une check-list avant inscription au planning et mise en production d’une tâche:  Espace sécurisé et disponible  Main d’œuvre qualifiée et disponible  Informations fiables  Equipements conformes et disponibles  Matériaux livrés  Travail préalable effectué  Conditions extérieurs Ces 7 points réunis garantissent que la tâche est bonne à produire. Enfin, de façon à rendre ce planning fiable pour tous, il convient de mesurer le taux de promesses tenues afin de faire prendre conscience à tous de leur responsabilité les uns envers les autres. JUSTE A TEMPS Cette méthode consiste à travailler en flux tendu. Sur un chantier cela demande une grande coordination avec son fournisseur. L’objectif est de livrer au bon moment, la bonne quantité de matériaux. Les gains sont doubles : le juste à temps permet de ne pas saturer le chantier de stockage et il protège aussi contre l’obsolescence ou la détérioration des stocks.
  17. 17. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 23 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y LES OUTILS D’AMELIORATION 5S Le 5S est une méthode d’optimisation du poste de travail. La pensée sous-jacente est en réalité très simple : un poste de travail plus ergonomique est moins à même de générer des gaspillages et favorise donc la production. Les 5S peuvent se traduire du japonais par : 1. Trier 2. Ranger 3. Garder propre 4. Standardiser 5. Améliorer Trier signifie mettre les boulons de 16 avec les boulons de 16 mais aussi séparer les différents flux de production, circulation et stockage. Ranger indique qu’il faut situer (quoi ? où ? comment ? combien ?) clairement chaque composant de son poste de travail. Garder propre est nécessaire pour maintenir un poste de travail rangé et aussi pour des raisons de sécurité sur un chantier. Cela doit aussi servir à détecter les anomalies. Standardiser et rendre visible. L’organisation du poste doit être claire au premier coup d’œil par le biais de marquages ou d’affichages. Enfin, il faut améliorer cette organisation. Le Lean repose sur la roue de Deming et l’amélioration continue. C’est en capitalisant son expérience et en la faisant évoluer que l’on devient meilleur. La méthode 5S est la base du Lean. Elle met en avant les compagnons qui sont souvent force de proposition dans l’amélioration de l’ergonomie de leur poste de travail. Elle est la solution à bien des problèmes soulevés par les outils de diagnostic. De plus cette méthode favorise l’amélioration continue et l’apprentissage de l’entreprise. Enfin pour fonctionner, le 5S se doit d’être généralisé, visible et durable. Seiri Seiton Seiso Seiketsu Shitsuke Trier Ranger Garder propre Standardiser Améliorer La méthode 5S
  18. 18. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 24 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y QUALITE INTEGREE Construire la qualité est un principe, pas une technologie. Les compagnons doivent en être conscients et l’encadrement ainsi que la direction de projet aussi. La qualité doit être garantie par les standards de travail. Si un défaut est masqué et n’est pas résolu et remonté dans la hiérarchie, il n’y a pas d’apprentissage. Le défaut est à même de se reproduire entrainant ainsi la production dans un cercle vicieux générateur de non qualité. Alors que si ce même défaut est mis en évidence et résolu (éventuellement par l’utilisation de la roue de Deming), cela permet à l’entreprise de s’améliorer, de capitaliser de l’expérience et de sortir du cercle vicieux. Le travail de l’encadrement est de favoriser cette remonter d’information et ne pénalisant pas les arrêts justifiés de production.
  19. 19. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 25 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y IV. MISE EN PLACE DU LEAN SUR LE CHANTIER 1. ETUDE INITIALE A. POINT ZERO SUR LES GASPILLAGES Le début du stage fût pour moi l’occasion de me familiariser avec le chantier, son fonctionnement et ses intervenants. J’ai aussi pu découvrir que certains problèmes semblaient récurrents. Dans l’optique d’engager une démarche Lean et afin de pouvoir en mesurer l’efficacité, il me fallait faire un point zéro, un état descriptif des mudas en présence. Pour ce faire j’ai utilisé un outil de diagnostic du Lean, le Gemba Walk. Durant deux semaines j’ai quotidiennement effectué un tour de chantier spécifiquement dédié à l’identification des gaspillages. J’ai ensuite regroupé et compilé ces relevés afin d’avoir une vue d’ensemble des gaspillages du chantier. Ce travail m’a permis d’obtenir la liste suivante : POINT SUR LES 7+1 GASPILLAGES DU LEAN CONSTRUCTION MANQUE DE COMMUNICATION ET NON IMPLICATION  L’isolation en sous face de plancher haut est posée sans tenir compte des maçonneries et cloisonnements  Les cloisons sont montées sans les plans des diverses réservations  Incompréhension dans qui dois faire les réservations : plaquiste ou CET  Un mur devant s’insérer entre deux gaines ne peut pas être monté car l’espace laissé est trop réduit  Des cloisons ferment des espaces avant que les maçonneries ne soient réalisées  Les ouvertures de baies des huisseries bois sont absentes  Cloisons refermées avant calorifugeage des tuyaux TEMPS MORTS  Descente et déplacement d’un échafaudage et attente du compagnon afin de pouvoir approvisionner une zone en ciment  Absence d’axes de géomètre pour implantation des cloisons et maçonneries  Non fermeture des cloisons suite à la question de l’encastrement ou non des plomberies  Non fermeture des cloisons pour vissage huisseries bois  Maçonneries en attente du retrait de l’isolant  Maçonneries en attente des découpes dans le BA18  Grand nombre d’intervenants, long transit de l’information  Interruption de la pose des cloisons par manque d’information sur les « écailles »  Interruption de la pose de maçonnerie car relevé d’étanchéité béton non conforme  Interruption de la pose de maçonnerie car une cloison empêche la jonction avec le voile béton TRANSPORT ET DEPLACEMENT DE STOCKS  Déplacement de tuyaux et gaines pour plaquiste
  20. 20. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 26 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y  Déplacement de big bags de sable pour plaquiste  Déplacement d’huisseries, parpaings et gaines pour plaquiste  Déplacement de tuyaux et de la zone de stockage des petits éléments de plomberie pour plaquiste  Déplacement de chemins de câbles et sacs de ciment pour plaquiste  Déplacement de canalisations, gaines et sacs de ciment pour plaquiste  Déplacement de gaines pour maçon  Déplacement d’un big bag de gravât pour maçon (demandé depuis 6 jours)  Déplacement de canalisations pour maçon Bilan : Après 6 jours de présence, il a fallu faire déplacer de grandes quantités de stocks a minima 9 fois avant de pouvoir réaliser cloisons et maçonneries. PROCESSUS SUPERFLUS  Contrôle des huisseries métalliques stockées et posées  Report des hauteurs sous-faux plafond sur les plans du prestataire du lot serrurerie DEPLACEMENTS SUPERFLUS  Huisseries métalliques stockées dans 9 zones sans logique ni repérage. Temps de recherche de la bonne huisserie long  Fabrication du ciment éloigné des zones de travail  L’encombrement général du niveau ne permet pas de stocker le matériel adapté au bon endroit au bon moment RETOUCHES, REPRISES  Découpe de l’isolant par le plaquiste pour réaliser des cloisons dalle à dalle  Manque de clarté de certains plans quant à l’implantation des cloisons -> Réalisation de vues détaillées et ajout de côtes.  Découpe de cloisons (à 4 reprises minimum) pour jonction voile béton et mur maçonnerie  Découpe de cloisons pour gébérit car plombier en retard  Découpe de cloisons pour réservations manquantes (sous les 2 rampes)  Huisseries de dimensions différentes mal positionnées « par habitude »  Reprise de plans pour accès PMR et trappes de visite/façade de gaine DECHETS  Big bag de gravats sur palette cassée gênant le maçon depuis 6 jours  Zones encombrées par des déchets (laine de roche, chute de gaines)  Absence de balisage/affichage des zones de bennes à déchets STOCK EN ATTENTE  Grande quantité de matériaux stockée de façon « sauvage », S1 très encombré  Portes livrées depuis 3 semaines non posées alors qu’une partie des ouvertures est déjà réalisée  Obsolescence d’une huisserie métallique suite à un changement dans la taille de la baie car réservation béton non conforme  Zone de déchargement des camions fortement encombrée, seulement un chemin subsiste  Tout stockage évoqué au muda de transport et déplacement de stock
  21. 21. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 27 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y Cette liste qualitative est représentative des gaspillages qui affectent le chantier et l’on voit d’ores et déjà apparaitre certains postes prédominants. Cependant ce résultat n’est pas très visuel. Afin d’en obtenir une meilleure lisibilité, j’ai compilé cette liste dans un tableau où figure le nombre d’occurrence pour chaque muda. Comme la liste n’est pas exhaustive, il me fallait pondérer chaque gaspillage en fonction de sa répétition et de son influence sur la production. Ces pondérations sont de facto subjectives mais tentent de retranscrire au mieux le poids que représente chaque gaspillage sur EOLE. Mudas Résultat Pondération Nombres d'occurrence Manque de communication et non implication 7,0 1,0 7,0 Temps morts 12,0 1,2 10,0 Transports 24,3 2,7 9,0 Processus superflus 2,0 1,0 2,0 Déplacements superflus 18,0 6,0 3,0 Retouches et reprises 10,5 1,5 7,0 Déchets 5,1 1,7 3,0 Stocks en attente 15,0 3,0 5,0 Trois pondérations peuvent sembler exagérées, celles des transports et déplacements de stocks, de déplacement superflus et de stocks en attentes. Ces trois gaspillages sont intriqués les uns dans les autres. Un sur-engorgement des plateaux par du stockage rend l’exécution difficile. Les stocks doivent être déplacés quasi-systématiquement avant de pouvoir tracer une cloison ou accéder avec un échafaudage mobile. Cet engorgement ne permet pas non plus un stockage réfléchi et organisé. Le matériel nécessaire à un poste de travail peut donc se retrouver très éloigné dudit poste, obligeant les compagnons à des vas et viens continus. Pour terminer, ces stocks sont en attentes, certains depuis plusieurs semaines. Par ailleurs lors d’une visite, le CSPS fait la remarque sur l’état d’encombrement des plateaux et des circulations. En plus d’un problème de production, ce sur-stockage pose de sérieux problèmes de sécurité et doit être réglé sans délai.
  22. 22. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 28 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y Au vue des coefficients de pondération affectés à ces postes, c’est sans surprise que l’on retrouve les transports, les déplacements superflus et les stocks en attentes comme trio de tête des facteurs de non valeur ajoutée du chantier. A noter toutefois le muda de temps morts qui représente 17% des gaspillages. B. ETUDE DES SOLUTIONS Le principal problème soulevé est le sur-stockage. A quoi est-dû ce sur-stockage ? Tout d’abord rappelons que l’étude se centre sur les corps d’état secondaire. Ces corps d’état n’ont pas de zones de stockage dédiées et stockent donc dans les plateaux de bureau, i.e. dans les zones de travail. De plus chacun est libre de stocker ce qu’il veut, où il veut. Grossièrement, la première place libre la plus proche de l’aire de déchargement deviendra la zone de stockage. Par ailleurs, l’approvisionnement des sous-traitants ne fait pas l’objet d’un réel suivi par l’encadrement. De peur d’être pris de court, et par soucis d’économie, les entreprises préfèrent donc faire acheminer trop de matériel sur site plutôt que pas assez. La grandeur du chantier consommera de toute façon ce surplus. Les niveaux sont donc bien plus engorgés qu’il ne le devrait, et cela s’accumule. Il faut donc traiter le problème sur ces deux aspects. Concernant le stockage « sauvage », les circulations encombrées et les zones de travail impraticables, le chantier a besoin de s’améliorer durablement. Nous avons donc besoin d’une méthode permettant de maitriser l’organisation et l’ergonomie du chantier. Pour cela nous allons utiliser un des outils de la démarche Lean Construction : le 5S. Concernant les livraisons, il s’agit d’un problème de pilotage. M. CHARROIN demande donc aux pilotes de s’intéresser de plus près aux livraisons des entreprises et met en place un tableau de suivi des approvisionnements. Temps morts 14% Transports 28% Processus superflus 2% Déplacements superflus 21% Retouches et reprises 12% Déchets 6% Stocks en attente 17% Poids relatifs des différents gaspillage sur EOLE
  23. 23. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 29 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y 2. DEVELOPPEMENT DE LA MEHODE 5S J’ai donc retenu le 5S comme outil d’amélioration. Au vue de la problématique c’est la solution la plus évidente. Il faut maintenant mettre en place cet outil. Pour cela, je m’appuierai sur la roue de Deming. C’est donc en quatre étapes que se fera la transition du chantier vers le 5S. Je focaliserai la réflexion sur le niveau 1 puisqu’il s’agit de celui dont j’ai la charge. Cependant j’ai aussi travaillé avec les pilotes du rez-de- jardin et du rez-de-chaussée pour mettre en place la démarche à leur étage. Pour rappel, la démarche 5S s’articule de la façon suivante : A. PLAN : ELABORATION DU ZONING Avant de voir les fruits du 5S sur le chantier il faut réfléchir sur le zoning à retenir. En effet, la première étape est de trier les flux. Il faut différencier les zones de travail, des circulations et des zones de stockage. Je choisis de retenir une quatrième zone pour le regroupement des bennes à déchets. Le plan de cloisonnement du niveau 1 peut être trouvé en annexe n°3. Trier Ranger Garder propre Standardiser améliorer
  24. 24. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 30 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y  Il n’est pas possible de stocker contre les façades car le clos couvert doit pouvoir passer un échafaudage roulant.  Il n’est pas possible de stocker dans les circulations du projet car le plénum de faux-plafond y est rempli de réseaux.  Des travaux de CET doivent avoir lieu en faux-plafond sur toute la surface du niveau. Il va donc falloir faire un compromis. Pour des raisons d’accès aux éléments centraux (sanitaires, locaux techniques, cages d’escalier et paliers d’ascenseur) je choisis de prendre les circulations définitives comme circulation de chantier. Les escaliers d’accès seront aussi mis en évidence. Tous les éléments centraux sont des zones très denses en travaux, elles seront donc qualifiées de zones de travail. Il nous reste à disposition les plateaux en open-space. Mise à part les réseaux en faux plafond, peu de travaux auront lieu dans ces zones au cours des 2 prochains mois. Les CET et CEA se chevauchant, le niveau a besoin de très grands espaces de stockage, du moins jusqu’au début des travaux en faux plancher. Les plateaux seront donc les zones de stockage du niveau, exception faite d’une bande d’1,5 mètre de large le long des façades. Il reste à répartir régulièrement des espaces déchets sur le niveau et une première version du plan de zoning voit le jour. Première version du plan de management visuel du niveau 1 Conjointement avec les pilotes du rez-de-chaussée et du rez-de-jardin, nous convoquons les sous-traitants à une réunion pour leur présenter la démarche. La direction de chantier nous demande d’utiliser le terme de « management visuel » plutôt que 5S. Plus « user friendly » ce choix d’appellation met en avant la phase de standardisation du 5S. Il faut rendre visible les changements, de façon claire et compréhensible par tous. Conjointement au plan de zoning, je procède donc à la création d’affiches pour la mise en place sur site.
  25. 25. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 31 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y B. DO : MISE EN PLACE IN SITU ET IMPLICATION DES SOUS-TRAITANTS LANCEMENT AUPRES DES ENTREPRISES SOUS-TRAITANTES La réunion se déroule en présence de chefs de chantier des CET et des CEA, des pilotes de zones et du service logistique du chantier. Nous y présentons l’outil que nous comptons mettre en place. Nous mettons en avant ces avantages pour les équipes travaux à savoir :  Moins de déplacements de matériel et donc moins de temps perdu et moins de pénibilité pour les compagnons.  Moins de déplacement des compagnons et plus de présence sur le poste de travail  Des circulations plus claires afin de se déplacer aisément et en sécurité  Moins de pertes de temps donc un gain en productivité L’objectif affiché est clair. Avec le management visuel, on améliore les conditions de travail, on gagne du temps, de l’énergie, du confort et l’on réduit les risques de chutes de plain- pied. Le management visuel est fait pour faciliter la vie aux entreprises. Nous sensibilisons par ailleurs les entreprises à arrêter de surcharger les livraisons et de prévoir les camions en fonction de l’activité. Le matériel ne servant pas sur le niveau où il est stocké doit être évacué. Enfin, et parce que les niveaux sont déjà largement surchargés en matériel, la mise en place des zones de stockages sera progressive afin de ne pas rebuter immédiatement les entreprises. Nous nous attaquons donc bien aux trois principaux gaspillages de ce chantier : Les transports, les déplacements superflus et les stocks en attente. L’accueil est plutôt sceptique mais l’idée n’est pas rejetée pour autant. Cette approche systématique de zoning est plutôt nouvelle et ces hommes de terrain ne l’ont encore jamais vu à l’œuvre. Cependant, si cela permet réellement de régler certains conflits et de désengorger la situation actuelle, les entreprises se disent prête à essayer. Stockage de faux plancher en zone 58 bien que la tâche soit terminée
  26. 26. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 32 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y MISE EN PLACE IN SITU Maintenant que les sous-traitants sont informés, il faut s’exécuter. Pour parler précisément, il s’agit de tracer au sol les différentes zones et de mettre en place la campagne d’affichage. Les premiers traçages de zones font leurs apparitions dans les plateaux. Il faut maintenant éduquer les entreprises sur le rangement qu’elles ont à faire. C’est aussi l’occasion de remettre propre le niveau. Pour rappel, les zones de stockage sont au centre des plateaux de bureau. Sur ces deux photos on voit qu’une partie du matériel ne respecte pas les zones. Cette situation se répète des dizaines de fois lors du traçage des zones. Demander aux entreprises de déplacer tout leur matériel peut être à double tranchant et risque de mettre le management visuel à mal. Nous y allons donc progressivement afin de garder les sous-traitants dans une dynamique constructive et volontaire. Nous mettons aussi en place la campagne d’affichage ci-dessous.
  27. 27. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 33 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y C. CHECK : PREMIERS RETOURS Une douzaine de jours après la réunion de lancement, nous commençons à avoir des retours sur le management visuel. Malheureusement la mise en place des zones est laborieuse. Les entreprises ont le sentiment de devoir faire encore plus de manutention pour être conformes aux plans de stockage. De plus, les niveaux étant relativement sales, les marquages au sol n’ont pas tenus. Il est trop tôt pour pouvoir démontrer un réel résultat et je crains que les entreprises ne se démotivent. La première mise en place du management visuel a le goût d’un demi-échec. Pour relancer le projet, je décide de faire rentrer les entreprises dans la réflexion sur le 5S. Pour ce faire, je demande aux chefs de chantier des entreprises quelles seraient leurs propositions afin d’améliorer ce qui a été fait jusqu’à maintenant. Certaines idées ont fait la majorité parmi les sous-traitants :  Les zones de stockage ne devraient pas être libres mais attribuées par entreprise. Ainsi chacun maîtrise ses espaces de stockage disponibles et assure son entretien. L’idée fait l’unanimité et deux entreprises me font part par mail d’un schéma de repérage des zones de stockage qu’elles souhaiteraient.  Le niveau est sale et les sous-traitants demandent une action de l’entreprise générale. Cela aidera de plus le marquage à tenir plus longtemps.  Certaines zones de travail sont difficiles d’accès dû à des différences de niveau de 65 cm (hauteur du plénum de faux plancher). Des escaliers d’accès sont nécessaires.  L’affichage est bien accueilli et devrait être encore plus présent. D. ACT : CORRECTIONS ET DEVELOPPEMENT Les demandes ci-dessus, recevant l’aplomb de la majorité des entreprises, seront toutes prises en compte. Ainsi nous intégrons les sous-traitants dans le processus d’amélioration. Ils sont force de proposition et adhèrent d’autant plus au projet. C’est donc avec une motivation nouvelle et des entreprises enthousiastes que l’on reprend le management visuel pour sa deuxième version. ATTRIBUTION DES ZONES DE STOCKAGE Un nouveau plan de management visuel a vu le jour. Ce dernier intègre l’attribution des zones de stockage à chaque sous-traitant intervenant sur le niveau. Ce plan sera remis à jour quatre fois en trois mois avec l’arrivée de nouveaux intervenants. Ces attributions tiennent compte des souhaits des entreprises lorsqu’elles en formulent, du volume de matériel utilisé et de la localisation des postes de travail. Je repère de plus l’espace de déchargement du lift, zone sensible qui doit rester dégagée afin de fluidifier l’accès au seul moyen d’approvisionnement du niveau (un second accès sera créé ultérieurement)
  28. 28. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 34 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y
  29. 29. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 35 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y NETTOYAGE DU NIVEAU Devant l’état général du niveau et afin de repartir sur une bonne base, ma hiérarchie accepte un nettoyage exceptionnel du niveau. ESCALIERS D’ACCES Il s’agit d’une amélioration des circulations et accès du chantier mais aussi d’une amélioration nécessaire de sécurité. Douze escaliers métalliques en caillebotis ont été commandés et installés sur le niveau en guise de test. Douze autres ont suivi peu de temps après. L’AFFICHAGE L’affichage est un moyen facile et pratique de faire passer de l’information. En plus des affiches déjà mises, une seconde campagne est mise en place :  Repérage des locaux techniques et des finitions  Circulations globales du chantier  Plan de niveau TRAÇAGE IN SITU Enfin nous retraçons sur site les zones définies par le management visuel et les résultats ont été bien plus encourageants. L’attribution des zones s’avère bénéfique pour tous. Chacun est responsable de son stockage et n’interfère pas avec celui des autres. C’est d’autant plus facile pour le pilote lorsqu’il y a un souci.
  30. 30. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 36 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y 3. UNE DEMARCHE DURABLE ? MESURE DU RESULTAT Malheureusement la mesure du résultat n’est pas aussi simple qu’une mesure sur un mètre. Pour quantifier le chemin parcouru grâce à la mise en place du 5S, il faut revenir à la situation de départ, au point zéro. Lors de ma deuxième semaine de présence, j’ai été appelé 9 fois pour de gros problèmes de stockage gênant la production. Lors de mon dernier mois de stage, pour un avancement des travaux équivalent, je n’ai été appelé qu’une fois pour ce sujet. Le stockage gênant en question se trouvait dans la zone devant rester libre autour du Lift. Le stockage ne respectait donc pas le zoning du management visuel. Les niveaux sont biens moins encombrés (confère photos point zéro page 27), les circulations sont dégagées et les accès sont indiqués. Ainsi les compagnons peuvent se déplacer sans risque, n’ont pas besoin de faire de manutention avant de prendre possession d’un poste de travail et peuvent déplacer leur magasin à proximité de la zone de travail. Si l’on revient à nos mudas, les transports et les déplacements de matériel ont drastiquement chuté. Si dès la sortie du camion, la palette est positionnée au bon niveau sur une zone de stockage de l’entreprise, il n’y aura pas besoin de la déplacer avant le début des travaux de faux plancher, et le matériel aura normalement été posé d’ici là. Les déplacements superflus
  31. 31. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 37 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y sont réduits eux aussi. Finies les longues manutentions avec le transpalette. Finis les aller-retour au magasin situé à l’opposé du chantier. Le troisième poste, les stocks en attente, s’est lui aussi fortement amélioré par l’implication des pilotes dans l’approvisionnement des sous-traitants. Un quatrième gaspillage, les temps morts, représentait aussi une part important de non valeurs ajoutées. La mise en place du 5S a indirectement contribué à améliorer ce poste. Avec l’affichage mis en place les compagnons ne se perdent plus, il y a moins de confusions possibles. Il n’y a plus non plus d’attente due à une entreprise qui doit déplacer ses palettes pour que l’on puisse travailler. Le résultat est donc positif et ses effets sont visibles même s’ils ne sont pas mesurables quantitativement. UN APPRENTISSAGE DU STOCKAGE L’inconvénient majeur du 5S, est le traçage au sol. Il ne tient pas plus d’une semaine. Il n’était pas possible de renouveler hebdomadairement un tel travail. Les zones se sont donc progressivement estompées. Mais les esprits étaient déjà marqués et l’affichage du plan de management visuel omniprésent sur le chantier. Même si les zones n’étaient plus visibles au sol, les chefs faisaient toujours référence à leurs zones de stockage et continuaient de respecter au mieux ses frontières. Les circulations sont elles aussi restées dégagées. Il y a donc eu une vraie prise de conscience de la part des acteurs du chantier sur les problématiques de stockage et d’organisation du travail sur le niveau, et un vrai apprentissage. Voici deux exemples illustrant la continuité du 5S bien qu’il ne soit plus visible : Avant, stockage “sauvage” et circulation encombrée Après, stockage en milieu de plateau, sur une zone de stockage attribuée (bien que non matérialisée)
  32. 32. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 38 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y Avant, stockage “sauvage” et circulation encombrée Après, stockage en milieu de plateau, sur une zone de stockage attribuée (bien que non matérialisée) et utilisation d’un rack Sans marquage, le stockage est pratique, permet de circuler le long de la façade et laisse le maximum d’espace libre pour les travaux de faux plafond DES ADAPTATIONS NECESSAIRES Un problème de taille est venu perturber l’organisation du stockage. Nous demandons l’approvisionnement complet du niveau en dalle de faux plancher (soit plus de 500 palettes). Cet approvisionnement anticipé est nécessaire car les palettes ne pourront plus être transportées une fois les réseaux de sol commencés. Il faut donc livrer et répartir les palettes du niveau. Mais ces palettes doivent être stockées proche d’éléments porteurs à cause de leur poids. Les zones
  33. 33. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 39 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y de stockage actuelles se trouvent toutes en milieu de dalle et ne conviennent donc pas. Il a donc fallu aménager des espaces supplémentaires contre les voiles pour pouvoir stocker le faux plancher.
  34. 34. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 40 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y V. CONCLUSION Ce TFE met en application deux des outils fournis par le Lean Construction. Le premier, le Gemba Walk, a permis de dresser un diagnostic et de fournir une liste détaillée des gaspillages du chantier. Cette liste doit nous rendre conscient que les vrais problèmes de production, se trouvent en amont de la production elle-même, et c’est en amont qu’ils doivent être résolus. Cela nous amène au second outil, le 5S. Le 5S est la base du Lean Management. C’est un outil d’amélioration qui, par l’organisation du poste de travail, permet de lutter contre les gaspillages et d’augmenter la productivité. On a pu voir l’efficacité du 5S au travers de ses résultats. Le niveau est rangé, les circulations sont délimitées, les zones de stockage biens définies. Le stockage, si problématique lors du point zéro, n’est désormais plus une menace pour la production. Cependant un chantier n’est pas une usine. L’activité est constante et change quotidiennement. Les marquages au sol ne tiennent pas. Et quand bien même ils tiendraient, ils deviendraient obsolètes au fur et à mesure de l’avancée du chantier. Le zoning doit être revu constamment pour être adapté et modifié. En corps d’état secondaire, on travaille en plancher bas et en plancher haut sur chaque mètre carré du projet. Il y a donc nulle part où l’on peut s’installer définitivement. Ainsi le zoning connait ses limites. D’autres outils auraient pu être expérimentés, et le projet gagnerait à ce qu’ils soient mis en place. On peut penser à conduire une étude VA/NVA des sous-traitants. Cela permettra de déceler les gaspillages de chaque activité et de mener des actions correctives. Avec plus de préparation on pourrait mettre en place le LPS et diminuer les temps d’enchainement de tâches. On peut aussi encore plus se rapprocher des sous-traitants et faire du 5S, non plus sur le niveau mais dans leur magasin ou dans leur organisation de poste. En corps d’état secondaire, faire progresser ses sous-traitants, c’est faire progresser l’entreprise générale et faire progresser le chantier.
  35. 35. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 41 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y BIBLIOGRAPHIE Bouygues Bâtiment IDF. «Politique et stratégie de Construction Privée.» 2014-2015. Gobin, Christophe. «Constructibilité et "lean production".» Le Moniteur n°5737, 2013. Goepp, S. Vinci Construction France. Présentation Lean Construction - ESTP C2P. 2014. Liker, Jeffrey. Le modèle Toyota : 14 principes qui feront la réussite de votre entreprise. 2004.
  36. 36. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 42 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y ANNEXES 1. PLANS DU PROJET Zone 58 Bâtiment principal Pavillon d’accueil
  37. 37. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 43 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y
  38. 38. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 44 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y 2. ORGANNIGRAME DU CHANTIER JC. GUEGUEN (17/7/29/54) Directeur de Projet (ESTP 83) L. LANGLAIS (16/16/16/37) Assistante de Direction (BAC PRO 96) I. BEZARD (5/5/2/40) Assistante travaux V. AGDAG Assistante travaux P. PERROT (25/17/3/59) Gestion de plans (Brevet Technique Maîtreur 88) J. PIAT (3/3/3/23) Prévention Sécurité (Master Management Sécurité et Environement du Travail 2012) T. VOYVODOV (10/10/12/34) Contrôleur Financier (BTS Gestion des Entreprises) E. GUITTON (2/2/5/27) Contrôleur Financier (Master 2 Compta/Contrôle Audit 2010) E. KOUEGOUE (6/2/6/31) Contrôleur Financier (BTS Compta 2003) O. ROUTTIER ( 24/0/24/48) Relation Client / Modifications du Projet (ESTP 89) T. IBN SALAH (16/0/16/40) Directeur Responsable de Production (Mohamadia 97) F. AUMONT (23/15/23/49) Méthodes (Génie Civil 89) F. DELAHAYE (1/1/1/22) Méthodes (ESTP 2012) B. LECOMTE (15/0/15/41) Coordination Etudes (CHEBAP 95) PILOTE.BAT(Intervenant extérieur) Planification P. GARIN (21/9/21/47) Responsable GO / C&C (ESTP 91) B. LE GOFF (0/0/0/54) Services Généraux (Ing.Spécialisé de St Cyr 82 et Ing.BTP 95) K. AGBODRA (6/6/12/42) (Licence de lettre 94) (22) V.HALL (L'IAE de Gustave EIFFEL à Créteil) G. LEBRAY (10/10/10/30 ) Responsable GO (GPIB 2003) G. VERNAY (0/0/0/25) Production GO (ESTP2012) N. BLIN (0/0/0/25) Production GO (ESITC 2012) L. TAMBO (0/0/0/24) ST GO (POLYTECH Orléans) (20) M. LEPINE ( CFA d'Alembert) A. DIOUF (0/0/0/28) VRD / ESPACES VERTS Ouvrages Extérieurs (Master 2 Sciences de l'Ingénieur/Génie Civil 2010) Y. GUILLON (18/18/22/48) Responsable Clos & Couvert (Les Mînes 90) G. CAFFIERS (0/0/0/25) Façades (BTS Bâtiment 2009) H. KACHOUR (7/7/7/29) Bardage / Couvertines / Nacelles (BTS Bâtiment 07) M. MERLE (0/0/0/23) Etanchéité / Serrurerie (Les Mïnes de Douai) F. CHAZALY (17/2/17/41) Responsable CEA / CET / Synthèse (IUP 95) (ECAM 2001) J. GUILLEMIN (4/4/4/27) Pilotage infra (EYROLLE 09) E. LECERCLE (12/6/32/56) Ascenseurs / Cuisines / GE / Audiovisuel / Essais (ESTP 80) P. BRUGIER (6/6/34/54 ) Macro lot VINCI ENERGIES (BTS Construction Métallique 79) ORGANIGRAMME MONTROUGE EOLE A. EIWINGER (11/0/11/35 ) CET et Parking
  39. 39. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 45 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y A. DIOUF (0/0/0/28) VRD / ESPACES VERTS Ouvrages Extérieurs (Master 2 Sciences de l'Ingénieur/Génie Civil 2010) Y. GUILLON (18/18/22/48) Responsable Clos & Couvert (Les Mînes 90) G. CAFFIERS (0/0/0/25) Façades (BTS Bâtiment 2009) H. KACHOUR (7/7/7/29) Bardage / Couvertines / Nacelles (BTS Bâtiment 07) M. MERLE (0/0/0/23) Etanchéité / Serrurerie (Les Mïnes de Douai) F. CHAZALY (17/2/17/41) Responsable CEA / CET / Synthèse (IUP 95) (ECAM 2001) J. GUILLEMIN (4/4/4/27) Pilotage infra (EYROLLE 09) E. LECERCLE (12/6/32/56) Ascenseurs / Cuisines / GE / Audiovisuel / Essais (ESTP 80) P. BRUGIER (6/6/34/54 ) Macro lot VINCI ENERGIES (BTS Construction Métallique 79) G. COURTEILLE (22/16/22/45) Etudes CEA et exécution zones décos (DUT Génie Civil 90) N. CHELARU KWARTNIK ( / / / ) Niveaux TCE T. ENJALBERT (4/4/4/28) RdJ (EPF 2009) P. PENAR (1,5/1,5/1,5/22) Pilotage RdJ (Licence Pro MCTB 2013) M. SIMON (1,5/1,5/4/25) Pilotage RdC (BTS Bâtiment 2011) JF. CHARROIN (9/0/9/32) CEA superstructure zones bureaux (ESTP 2005) T. MUNOZ FERNANDEZ (1/1/1/26) Travaux GO / CEA zone 58 ( BTS 2012) A. ROUMIAN ( / / / ) Pilotage Etages bureaux ( ) S. CAZIN E. COUTE (13/13/13/34) Pavillon d' Accueil / Marketing Suite (Licence CTGPIB 2000) P. MACÉ (4/4/4/26) TCE Pavillon d'Accueil (Licence MCTBat 2010) B. DEPRET BIXIO Directeur Directeur Adjoint Chef de Service Chef de Service Adjoint Chef de Groupe Principal CT2 CT1 Gestion Secrétariat Stagiaires Ancienneté BY BAT Ancienneté CPI Ancienneté Prof Age Stagiaires, Apprentis et Intérimaires A. EIWINGER (11/0/11/35 ) CET et Parking
  40. 40. Mise en place d’une démarche Lean Construction dans le pilotage des corps d’état secondaire Rapport de TFE 46 Stéphane CAZIN B3-2014 5611Y 3. PLAN DE CLOISONNEMENT DU NIVEAU 1

×