Fait N°3 un déséquilibre nord sud v1

695 vues

Publié le

la ville de Sousse connait aujourd'hui des disparités socio-économiques, territoriales et environnementales entre le Nord et le Sud. Ces disparités présentent un risque majeur pour le futur développement de la ville

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
695
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fait N°3 un déséquilibre nord sud v1

  1. 1. FAIT N°3FAIT N°3Un déséquilibre Nord/sudFévrier 2013
  2. 2. DESCRIPTIONSectorisation par activité économique et Développement à deux vitessesde la ville.La localisation centralisée des services et des commerces au centre a entrainél’extension de l’activité touristique essentiellement balnéaire vers le Nord Est de laville, une zone qui attire de plus en plus les familles les plus aisées. Cette extensions’est accompagnée par un processus d’affinage du centre repoussant l’habitat descatégories sociales défavorisées vers la périphérie Sud de la ville, où les premiersnoyaux d’une implantation industrielle commençaient à voir le jour et le prix dunoyaux d’une implantation industrielle commençaient à voir le jour et le prix dufoncier demeurait abordable.Aujourd’hui deux espaces urbains émergent de l’analyse : une zone Nord quiconnaît un développement exponentiel des activités touristiques et de loisirs, avecune catégorie résidentielle assez luxueuse ; et une zone Sud avec une activitééconomique principalement industrielle qui s’étend sur une superficie importanteet côtoie des quartiers majoritairement spontanés abritant une classe défavorisée.Février 2013 Un déséquilibre Nord/Sud 2
  3. 3. DESCRIPTIONProlifération des quartiers spontanés.Le développement économique qu’a connu la ville de Sousse depuis desdécennies, l’a rendu l’une des destinations les plus exposées à l’exode rurale.L’intensification des flux migratoires à destination de la ville, s’est accompagnéepar une prolifération spectaculaire de quartiers spontanés soutenue par lafaiblesse, voire l’absence, d’intervention des agences foncières dansl’aménagement de la zone urbaine sud. La rapidité avec laquelle ces quartiers sesont développés a rendu les autorités publiques incapables de suivre au mêmerythme la mise en place des infrastructures et des équipements nécessaires.Inégalités face aux équipements.Inégalités face aux équipements.Actuellement, la distribution disproportionnelle des services de base, entre leNord et le Sud, met en évidence le creusement des inégalités entre les deux zonesurbaines. La délégation de Sidi Abdelhamid continue à avoir un taux deraccordement au réseau public d’assainissement de 84 %, inférieur aux tauxmoyens des trois autres délégations. Les écoles primaires dans la zone Sud neconstitue que 5% des écoles présentes sur le territoire communale, de même queles établissements de soins sont absents au niveau de ce périmètre. Pourtant, lastratification sociale et la faiblesse de la mixité fonctionnelle ne constituent pas lesseuls points de disparité Nord – Sud qui marquent la ville actuellement.Février 2013 Un déséquilibre Nord/Sud 3
  4. 4. DESCRIPTIONLe Sud plus exposé aux problèmes environnementaux.D’un point de vue écologique, la zone Sud semble être la plus exposée aux problèmesenvironnementaux.En effet cet espace urbain est intercalé entre deux oueds : « Hallouf » au Nord et« Hamdoun » au Sud. Ces oueds sont insuffisamment aménagés et constituent un point derejet pour les déchets solides et les assainissements anarchiques industriels et urbains. Ellessont souvent à l’origine de mauvaises odeurs et de prolifération des insectes surtout enpériode estivale, quand le débit d’écoulement diminue et que les eaux stagnent. De plus, cesoueds drainent leurs pollutions directement dans la mer en occasionnant la dégradation de laqualité des eaux côtières. D’ailleurs, la plage de Sidi Abdelhamid est interdite de baignadedepuis des années à cause de la qualité médiocre de ses eaux. Par ailleurs, cette partie dudepuis des années à cause de la qualité médiocre de ses eaux. Par ailleurs, cette partie dulittoral a été sujette à de forts remaniements des dunes et à une érosion importante qui aprovoqué la disparition complète des plages dans plusieurs endroits sous l’effet de la jetéesud des infrastructures portuaires et des ouvrages de protection.Les espaces verts et les esplanades sont faiblement représentés et les jardins publics sontconcentrés dans moitié Nord de la ville. La Sebkha de Sousse est également menacée par lapollution rejetée par les services communaux, qui y déversent les encombrants et les déchetsde construction et par les eaux usées non traitées en provenance de la station d’épuration deSousse Sud, lors des périodes de surexploitation. La propreté de ces quartiers n’est pas dansla majeure des cas assurée. Les ordures ne sont pas déversées dans les conteneurs lorsqu’ilsexistent, et la municipalité du fait de ses ressources économiques et humaines limitées,n’arrive pas à couvrir toutes les zones.Février 2013 Un déséquilibre Nord/Sud 4
  5. 5. JUSTIFICATIONSMenaces au niveau de la cohésion socialeLes disparités socio – spatiales, territoriales et écologiques entre le Nord et le Sudconstituent une menace réelle de la cohésion sociale à l’intérieur de la communede Sousse. Ces inégalités sont des freins incontestables à l’intégration des individusdans la vie participative et leur attachement à la ville. En se sentant marginalisés,les habitants du Sud auraient tendance à ne plus partager les mêmes valeurs etrègles de vies qui sont acceptés par chacun dans la ville, ce qui comprometl’équilibre et la cohérence sociale entre les quartiers. L’absence des espaces vertsl’équilibre et la cohérence sociale entre les quartiers. L’absence des espaces vertset des lieux de distraction et de loisirs, lieu de convivialité et de mixité sociale, et ladégradation esthétique du paysage urbain contribuent également à creuser encoreplus le fossé entre les citoyens du Sud et ceux du Nord.Février 2013 5Un déséquilibre Nord/Sud
  6. 6. JUSTIFICATIONSRisques liés à la santé publiqueLa dégradation de l’environnement urbain ne se limite pas à ces aspects. Il est égalementmarqué par la faiblesse d’accès aux services, par la qualité médiocre de ses logements et parsa marginalisation spatiale.La faiblesse des infrastructures surtout au niveau des quartiers spontanés, les flasques d’eaustagnante, l’absence de canalisation et la pollution des zones humides créent des conditionsmalsaines qui peuvent révéler des risques de contamination microbienne et d’apparition demaladies dans ce périmètre Sud. Les menaces d’atteinte à la santé s’aggravent d’autantplus que la plage de Sidi Abdelhamid, quoique contaminée, continue cependant à accueillirles baigneurs des quartiers de proximité, fautes de moyens pour aller ailleurs. Ceci constitueune problématique d’envergure, surtout quand nous savons que les personnes défavoriséesune problématique d’envergure, surtout quand nous savons que les personnes défavoriséessont davantage confrontées à la maladie que d’autres.L’accumulation des déchets solides et la faiblesse des campagnes sanitaires et de propretéoccasionnent également l’éparpillement de cette pollution et poussent les habitants à selivrer au brulage des déchets à l’air libre, ce qui contribue à augmenter la pollutionatmosphérique.Plusieurs habitations dans la zone Sud sont construites soit sur les berges ou dans les lits desoueds, soit à l’intérieur du domaine public maritime. La population qui y réside est de ce faitla plus exposée aux risques d’inondations, en cas de crues ou d’élévation du niveau de la mer.Au profit d’une zone Nord, bien aménagée, équipée et entretenue, un processus demarginalisation, subie ou volontaire, a contribué à l’apparition d’une zone urbaine sudprécaire et fragilisée.Février 2013 6Un déséquilibre Nord/Sud
  7. 7. DEFIS ECONOMIQUES3.1 Promotion de l’activité commercialePour faire revivre la zone Sud, il est primordial de soutenir le développement desactivités commerciales. Ceci contribuera à développer la mixité fonctionnelle dansles quartiers du Sud.Février 2013 7Un déséquilibre Nord/Sud
  8. 8. DEFIS DE GOUVERNANCE3.2 Mobilisation des acteurs pour le développement de la zone Sud.Pour répondre au cumul de difficultés qui touchent ces territoires, les actionsrequièrent une grande diversité d’interventions ; aucun acteur public ou privé nepeut agir seul avec une pleine efficacité.La politique envers les quartiers défavorisés requiert l’appui de tous les acteursconcernés pour agir sur tous les leviers à la fois : développement social et culturel,revitalisation économique, emploi, rénovation urbaine et amélioration du cadre derevitalisation économique, emploi, rénovation urbaine et amélioration du cadre devie, sécurité, citoyenneté et prévention de la délinquance, santé...3.3 Participation citoyenne dans la planificationLe tissu associatif, les institutions et la commune doivent collaborer pour susciterdes comportements positifs de participation et éviter les comportements dedestruction. Impliquer et intégrer les citoyens comme acteurs dans la planificationet la prise de décision seraient des atouts pour soutenir le développement local.Février 2013 8Un déséquilibre Nord/Sud
  9. 9. DEFIS DE GOUVERNANCE3.4 Les critères d’un urbanisme durable.L’urbanisme durable vise à fournir des réponses à des problématiques multiplessocio – spatiales et environnementales subies par la zone Sud de la ville de Sousse.Ce concept réside dans la volonté de freiner l’étalement urbain et la fragmentationfonctionnelle des espaces bâtis pour limiter les nuisances environnementales liéesau trafic, à la pollution et au mitage du paysage et favoriser la mixité sociale et laau trafic, à la pollution et au mitage du paysage et favoriser la mixité sociale et ladéconcentration des services et des équipements.Février 2013 9Un déséquilibre Nord/Sud
  10. 10. DEFIS D’URBANISME3.5 La mixité fonctionnelle au SudL’activité économique dans la partie sud de la ville de Sousse est réduite auxactivités de la zone industrielle et à quelques petits commerces éparpillés. Cettepartie de la ville n’est donc animée que pendant les jours ouvrables quand la zoneindustrielle est en fonctionnement. L’objectif de ce défi serait d’assurer une mixitéfonctionnelle par la création d’autres activités (espaces commerciales, centres deloisirs, espaces culturels..) qui maintiendrait un dynamisme continue au sud de laville.3.6 De nouvelles centralités à Sousse.Ce défi a pour objectif de favoriser l’émergence de centralités locales réparties surtoute la ville et notamment au Sud. Il s’agit d’intégrer des activités diversifiées(culturelles, sociales, économiques, etc.) dans les quartiers sud de la ville et defavoriser l’échange avec leurs environnements immédiats.Février 2013 10Un déséquilibre Nord/Sud
  11. 11. DEFIS D’URBANISME3.7 Prolifération des quartiers spontanésFace à la prolifération des quartiers spontanés il est important non seulement demettre fin aux nouvelles constructions mais aussi d’intervenir sur les constructionsexistantes.D’une part, il est primordial d’adopter les outils et les mécanismes pour arrêter lerôle d’échappatoire que les constructions anarchiques actuelles jouent face à lapression de la demande en logements.D’autre part, la réhabilitation des quartiers spontanés est nécessaire pour assurerD’autre part, la réhabilitation des quartiers spontanés est nécessaire pour assurerla requalification de l’espace urbain Sud dans la ville de Sousse. Le renouvellementet le réaménagement des ces quartiers permettraient en premier lieu d’améliorerla qualité de vie de ses habitants et en deuxième lieu d’augmentera leursattractivité pour d’autres couches sociales et d’autres activités.Février 2013 11Un déséquilibre Nord/Sud
  12. 12. DEFIS D’URBANISME3.8 Mise à niveau des équipements et des infrastructures publicsCe défi revient à restructurer les quartiers dégradés dans la zone Sud, en assurantl’aménagement des routes et le raccordement de tous les logements au réseaupublic d’assainissement et d’eau potable afin d’assurer aux habitants l’accès auxservices publics urbains.La distribution diversifiée et équitable des équipements, des services et descommerces faciliteront la proximité des habitants aux commodités de la viequotidienne réduisant ainsi la mobilité intra-communale et allégeant la pressionquotidienne réduisant ainsi la mobilité intra-communale et allégeant la pressionexercée sur le centre et le Nord de la ville.Enfin, une attention particulier à l’espace public (parc, jardins, esplanades, etc.)contribuerait à une amélioration paysagère et fonctionnelle des quartiers etprocurerait aux habitants des lieux de distraction et d’échange, nécessaires à lacohésion sociale et au bien-être humain.Février 2013 12Un déséquilibre Nord/Sud
  13. 13. DEFIS SOCIAUX3.9 La mixité sociale des logements.La mixité sociale est un enjeu colossal pour bâtir une ville harmonieuse et ouvertepour tous. La cohabitation sur le même territoire de groupes divers revient àréduire la stratification et la ségrégation sociale en proposant une réforme de lapolitique de construction des logements. La réhabilitation des quartiers spontanéset leur intégration dans les plans d’aménagement urbain de la ville, en tenantcompte des facteurs socio-économiques actuels caractérisant la population localede la périphérie Sud, serait un premier pas dans la lutte contre la marginalisationde ces quartiers. La diversification du parc de logement (sociaux, collectifs,individuels…) serait un atout pour favoriser le maximum l’échange entre lesdifférentes classes. Le rapprochement des couches renforcera la cohésion.individuels…) serait un atout pour favoriser le maximum l’échange entre lesdifférentes classes. Le rapprochement des couches renforcera la cohésion.3.10 Proximité des équipements, des activités de loisirs et culturelles.La distribution inégale des déterminants sociaux de la santé et de l’éducation etses différentes manifestations de fragilité sociale ne sont ni naturelles niinévitables. Assurer la proximité des équipements socio-collectifs (maison dejeunesse, aires de jeux pour enfants, stades de quartiers…) ou de base (écoles,établissements de soins…) et l’implantation de sites aménagés pour la distractionet le plaisir revient à réviser sérieusement les plans et les stratégies de distributiondes biens et des équipements dans les différentes aires urbaines du territoirecommunale d’une manière équitable.Février 2013 13Un déséquilibre Nord/Sud
  14. 14. DEFIS SOCIAUX3.11 Diminution de l’échec scolaire et lutte contre les inégalités deschances.La lutte contre l’abandon scolaire et le développement d’une stratégie locale pourdiminuer les inégalités des chances dans la zone Sud devrait être une priorité pourles acteurs privés comme pour les acteurs institutionnels.3.12 Lutte contre la pauvreté.La lutte contre la pauvreté urbaine et l’exclusion sociale dans la zone sud est undéfi majeur pour le renforcement de la cohésion sociale dans la ville de Soussedéfi majeur pour le renforcement de la cohésion sociale dans la ville de Sousseainsi que pour la promotion des droits sociaux et économiques des individus.3.13 Lutte contre les inégalités sociales face à la santé.Les habitants des quartiers populaires dans la zone sud sont les plus exposés auxeffets néfastes de la pollution des « oueds » mais ces habitants n’ont pas lesmoyens qui facilitent l’accès au système de soins et qui permettent de luttercontre les inégalités face à la santé. L’intégration de tous les habitants dans lesystème sanitaire est un défi important pour le développement humain de la villede Sousse.Février 2013 14Un déséquilibre Nord/Sud
  15. 15. DEFIS SOCIAUX3.14 Lutte contre les inégalités face à la culture.L’exclusion sociale des catégories les moins aisées de la ville de Sousses’accompagne souvent avec une exclusion culturelle remarquable qui se manifesteà travers l’absence d’activités et de structures culturelles. Ainsi, le développementd’une politique culturelle dans les territoires les plus défavorisés est indispensablepour la croissance économique de ces territoires ainsi que pour la diminution de laségrégation sociale ; la promotion de l’identité et l’image de la zone sud.3.15 Réinsertion socioprofessionnelle des populations à risque.3.15 Réinsertion socioprofessionnelle des populations à risque.La réinsertion socioprofessionnelle de certaines populations à risque dans la ville,comme les jeunes ex-prisonniers, est l’un des défis importants pour lutter contrel’exclusion que certaines catégories subissent sur plusieurs dimensions(économique, psychologique et sociale).3.16 La réduction du taux de chômage.La réduction du fossé qui se creuse entre Sousse Nord et Sousse Sud exige laréduction du taux de chômage à travers des stratégies locales de lutte contre lechômage.Février 2013 15Un déséquilibre Nord/Sud
  16. 16. DEFIS SOCIAUX3.17 La responsabilité sociale des grandes entreprises implantées dans laville.La participation des grandes sociétés industrielles et commerciales dans desmissions sociales à but non lucratif est indispensable pour la durabilité de la villede Sousse notamment en matière de lutte contre la pauvreté et les inégalités.Février 2013 16Un déséquilibre Nord/Sud
  17. 17. DEFIS ENVIRONNEMENTAUX3.18 Valorisation des zones humidesLes oueds « Hallouf » et « Hamdoun » qui délimitent l’espace urbain sud de la ville,traversent les agglomérations et constituent des figures de discontinuitésphysiques, voir même symboliques, qui coupe la ville et dégrade sa dimensionpaysagère. Ce phénomène est accentué par la pollution et l’instabilité de cesécosystèmes. La dépollution des zones humides constituerait donc, un point dedépart pour restaurer le rôle naturel de ces écosystèmes.L’aménagement des oueds protégerait les infrastructures, les terres et leshabitants des risques d’inondation et permettrait de lutter contre l’érosion et lesglissements du sol. Enfin, la réhabilitation de ces zones humides permettrait de lesintégrer dans la dimension paysagère globale et de les valoriser, en le considérantcomme des ressources et des richesses naturelles qu’il faut en tirer profit.17Février 2013 Un déséquilibre Nord/Sud
  18. 18. DEFIS ENVIRONNEMENTAUX3.19 Réhabiliter la plage SudLes acteurs locaux concernés doivent porter une attention particulière pour laréhabilitation de la plage sud de la ville. Ceci permettrait la proximité des quartiersavoisinants à un site agréable et salubre de détente et de baignade. Ce quicontribuerait à réduire les inégalités et le risque d’atteinte à la santé publique.Ce défi consiste donc à éliminer les sources de nuisances qui dégradent la qualitéde cette partie du littoral, à reconstituer et nettoyer les plages et enfin à leséquiper afin qu’elles puissent être exploitées.3.20 Mise à niveau environnementale des entreprises.3.20 Mise à niveau environnementale des entreprises.Les injustices liées à des contextes territoriaux peuvent être multiples. Celles quisont les plus facilement identifiables dans la zone sud de la ville sont les nuisancesenvironnementales : pollution sonore, qualité de lair et rejets industriels noncontrôlés. La population de la zone sud est la plus exposée aux risquestechnologiques et industriels. La mise à niveau environnementale des industriesserait un atout pour protéger aussi bien les milieux naturels que les habitantscontre la pollution générée par ces dernières.Ceci serait également capital pour responsabiliser les professionnels et instaurerchez eux la notion d’économie et d’industrie durable, qui passe par une préventionà la source des nuisances et une meilleure gestion des ressources.18Février 2013 Un déséquilibre Nord/Sud
  19. 19. PROJETSCréation de la station d’épuration Sousse HamdounDate prévu fin des travaux : 2015Maitrise d’ouvrage : ONASContenu : nouvelle station d’épuration et de traitement des eaux.Localisation : Sousse SudFévrier 2013 19Un déséquilibre Nord/Sud
  20. 20. PROJETSProjet pilote de réhabilitation et d’aménagement du quartier ElMatarDate de lancement: 2007Maitrise d’ouvrage : Agence de Réhabilitation et de Rénovation urbaine (ARRU)Contenu : surface totale de146 ha, logements existants 21 ha, aménagement de74ha de terrains, aménagement de Oued El Hallouf et de 40ha d’équipementpublicLocalisation : Sousse Sud, Quartier El Matar : Périmètre délimité au sud par laroute ceinture, au nord par les avenues des Phéniciens et Najechi, à l’ouest par laroute Zaouia (RL822) et à l’est par la ligne de métro du SahelAvancement : à l’arrêtFévrier 2013 20Un déséquilibre Nord/Sud
  21. 21. PROJETSProjet de lutte contre la pauvretéDate prévu de lancement: 2013Maitrise d’ouvrage : Municipalité de SousseContenu : Mise en place d’un programme de lutte contre les causes de lapauvreté : abandon scolaire, absence de réinsertion des anciens prisonniers…Enpauvreté : abandon scolaire, absence de réinsertion des anciens prisonniers…Encollaboration avec le tissu associatifLocalisation : ville de SousseFévrier 2013 21Un déséquilibre Nord/Sud

×