Innovations™ Magazine July - September 2014 French

702 vues

Publié le

TDW Innovations™ Magazine July - September 2014 French

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
702
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Innovations™ Magazine July - September 2014 French

  1. 1. GRANDS rêves, GRANDS budgets, GRANDS résultats. ® V O L . V I , N O. 3 | J U I L L E T- S E P T E M B R E 2 0 1 4
  2. 2. 1 INNOVATIONS•JUILET-SEPTEMBRE2014 2 | PERSPECTIVES DE LA DIRECTION C’est ça “le bon vieux temps” 4 | PERSPECTIVE MONDIALE Les solutions font face aux défis de pipeline 6 | MISE AU POINT TECHNOLOGIQUE Le pétrole léger de réservoirs étanches est-il une menace ? 8 | QUESTIONS DE SECURITE La sécurité automatisée : des systèmes de raclage avancés 10 | PENSER À L’AVENIR Relever les défis du marché du pétrole et du gaz en 3D 12 | RAPPORT SUR LE MARCHE L’Australie en vedette 20 | POINTS DE CONTACT Des événements, publications et conférences au sujet des pipelines 28 | ZOOM SUR Les quatre étapes du système de raclage progressif 14 | En couverture : Une histoire digne du Texas Avec de plus en plus de règlements, les opérateurs doivent travailler dur pour surmonter les défis communs du schiste Eagle Ford. 22 | Nouveaux Liens : l’Europe se tourne vers la sécurité énergétique De nombreux pays européens s’orientent vers un approvisionnement en énergie plus stable et l’infrastructure nécessaire pour les soutenir afin de se protéger contre les vicissitudes de la géopolitique. D I V I S I O N S RÉDACTEUR-EN-CHEF Jim Myers Morgan DIRECTEUR DE RÉDACTION Waylon Summers DIRECTEUR ARTISTIQUE Joe Antonacci PRODUCTION DE CONCEPTION Kat Eaton, Mullerhaus.net PRODUCTION NUMÉRIQUE Jim Greenway, Ward Mankin PHOTOGRAPHIE Adam Murphy, Cody Johnson DESSINS DE COUVERTURE Greg Copeland represented by Deborah Wolfe, Ltd. T.D. Williamson Amérique du Nord et Amérique du Sud +1 918 447 5000 Europe/Afrique/Moyen Orient +32 67 28 3611 Asie/Pacifique +65 6364 8520 Offshore Services +47 5144 3240 info@tdwilliamson.com | www.tdwilliamson.com Désirez-vous partager votre point de vue sur le contenu de notre magazine ? Envoyez-nous un courriel :Innovations@tdwilliamson.com V O L . V I , N O . 3 | J U I L L E T - S E P T E M B R E 2 0 1 4 InnovationsMD est une publication trimestrielle produite par T.D. Williamson. ®Marque déposée de T.D. Williamson, Inc. aux États-Unis et autres pays. MD Marque déposée de T.D. Williamson, Inc. aux États-Unis et autres pays. © Droit d’auteurs 2014. Tous droits réservés par T.D. Williamson, Inc. Toute reproduction totale ou partielle sans autorisation est interdite. Imprimé aux États-Unis d’Amérique. 14 10 22 Élimine le besoin d’ouvrir / fermer les vannes lors du lancement - une conception innovante de baril à flux continu prolonge la durée de vie de la vanne. Libère un racleur sphérique en utilisant un système de lancement à double axe. Simplifie l’opération de lancement par le chargement de plusieurs racleurs sphériques simultanément. *Peut également être utilisé pour lancer des outils standards de nettoyage, de séparation ou d’inspection. Plusieurs options de lancement - programmée, par télécommande ou par interrupteur de commande. Pour en savoir plus sur le système de raclage automatisé de TDW ou l’ensem- ble de notre portefeuille de services de pipeline et des solutions de raclage, contactez votre représentant TDW ou consultez www.tdwilliamson.com. Nous sommes prêts à démarrerSystème de raclage automatisé SmartTrap® AMÉRIQUE DU NORD ET AMÉRIQUE DU SUD +1 918 447 5400 EUROPE / AFRIQUE / MOYEN-ORIENT +32 67 28 3611 ASIE-PACIFIQUE +65 6364 8520 Services Côtiers +1 832 448 7200 ®Marque déposée de TD Williamson, Inc. aux États-Unis et dans d’autres pays. ™ Marque de commerce de TD Williamson, Inc. aux États-Unis et dans d’autres pays. © Copyright 2014 Tous droits réservés. T.D. Williamson, Inc. Scannez avec votre smartphone pour une démonstration.
  3. 3. 2 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 En 1985, Fortune magazine a publié une prévision bien sombre : dans l’état de Texas, « on ne reverra plus les beaux jours du pétrole ». Selon Fortune, la seule manière qu’un Texas à bout de souffle pourrait renouer avec la prospérité serait de diversifier ses activités et de s’éloigner de la production d’énergie. C’était il y a 30 ans. Un bond dans le temps en 2014, et il paraît évident que Fortune a eu tort. L’industrie du pétrole et du gaz est en plein essor au Texas, et le boom d’activité s’étend bien au-delà des frontières de l’État de l’étoile solitaire. La dynamique mondiale - le schiste américain, la croissance économique en Asie-Pacifique, la reconfiguration des systèmes d’approvisionnement européens, l’expansion des infrastructures en Russie et dans la région de la mer Caspienne - font de ce moment une aubaine pour l’industrie du pétrole et du gaz. En d’autres termes, le bon vieux temps est de retour - au Texas et dans le reste du monde. La transformation est partout. Le plus grand changement fondamental aux États-Unis est l’émergence des gaz de schiste, qui est en train de transformer l’offre et la demande intérieures et de générer un besoin historiquement élevé d’expansion et de modification de l’infrastructure de pipelines. Le Nord-Est américain possède dorénavant, avec les gisements d’Utica et de Marcellus, les plus grandes réserves de gaz d’Amérique. Par conséquent, les flux d’énergie qui ont été en place pendant 30 ou 40 ans sont inversés. Aujourd’hui, les gaz abondants sont envoyés vers le sud. En Chine, la classe moyenne, en pleine croissance, gonfle la demande en énergie, ce qui augmente les possibilités d’exportation pour un certain nombre de fournisseurs, dont l’Australie, le plus grand producteur de gaz de la région. L’Indonésie et la Malaisie ont également besoin de plus d’énergie que jamais afin de nourrir leurs économies à croissance rapide, et le Japon continue de chercher des sources diversifiées après Fukushima. Tous ces facteurs font que les besoins en nouvelles infrastructures et en maintenance des infrastructures existantes sont plus élevés que jamais. Les pays européens s’attèlent à améliorer leur sécurité énergétique grâce à des changements qui permettent un l’approvisionnement à partir de sources nouvelles et différentes. En Russie et dans les pays de la mer Caspienne, l’ augmentation de la production de pétrole brut et de gaz naturel a créé une formidable opportunité pour développer PAR BRUCE THAMES VICE PRÉSIDENT DIRECTEUR & DIRECTEUR GÉNÉRAL DÉLÉGUÉ, T.D. WILLIAMSON P E R S P E C T I V E S D E L A D I R E C T I O N C’est ça “le bon vieux temps” l’infrastructure nécessaire à la croissance des exportations essentielles à ces économies. Penser à tout ce qui se passe dans l’industrie du pétrole et du gaz en ce moment provoque une certaine exaltation. Naturellement, avec tous ces changements,il faudra se préparer à relever de nouveaux défis. Je suis toujours étonné et inspiré par l’engagement de notre personnel à mieux servir nos clients. Travailler en étroite collaboration avec nos employés pour relever les défis uniques de notre clientèle m’enthousiasme. C’est pour cela que j’aime tant mon travail ... surtout pendant ce bon vieux temps. 3 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014
  4. 4. “Reliable Pipes” 2014 Reliable Pipes 2014 (« Des tuyaux fiables »), un atelier de trois jours qui a récemment eu lieu à Abu Dhabi, a octroyé aux exploitants de pipelines une meilleure compréhension des causes profondes de la défaillance d’un pipeline, ainsi que des méthodes pratiques pour éviter de tels incidents. En plus des analyses détaillées de la conception et de la construction d’un pipeline, les présentateurs et les participants ont discuté des différentes phases de la gestion des risques, de l’application et de l’efficacité des systèmes de gestion de l’intégrité des pipelines (PIMS), de la technologie d’isolation SmartPlug® et des systèmes de réparation d’urgence des pipelines (EPRS). ABU DHABI ITALIE CAMEROUN Préserver la faune Afin d’éviter l’immersion de deux sections de 13 km de l’oléoduc Tchad - Cameroun, dans le cadre du vaste projet de construction du barrage de Lom Pangar, il fallait modifier les lignes. Un impact minimal sur l’environnement était indispensable, car la zone est proche du parc national de Deng Deng. Les objectifs du programme de modification étaient de rediriger et de renforcer les deux sections de l’oléoduc afin de s’assurer qu’ils soient capable de soutenir les colonnes d’eau de 20 mètres qui se seraient finalement installées à la fin du barrage, le tout sans arrêter le fonctionnement de la ligne. Après plus de 30 opérations de perçage et d’obturation en charge exécutées par par T.D. Williamson, le projet d’isolation et les modifications de pipeline ont été achevés avec un impact minimal sur la jungle environnante, sans perturber le flux du pipeline. Glisser dans la mer du Nord À quelques 125 km au nord-ouest des îles Shetland, dans le secteur britannique de la mer du Nord, le principal propriétaire de deux gisements de gaz et de condensat a connu des dégâts sur une partie de l’une de ses conduites de flux de 18” en raison d’une ancre. Le contractant chargé de la réparation de la conduite a utilisé des racleurs à haut pouvoir de friction, modernisées avec des transpondeurs, et le système de surveillance SmartTrack™ pour effectuer l’isolement, le remplacement de la conduite, et les réparations nécessaires en toute sécurité. UneVueMondiale Solutions de pipelines à pression à travers le monde ROYAUME-UNI Une Raffinerie sous pression Quand la section d’une conduite de vapeur fonctionnant à 235° C se corrode et que deux valves deviennent défectueuses, les conséquences peuvent être dramatiques, et des mesures doivent être prises pour les remplacer. Lorsque la ligne fait partie d’un processus critique dans une grande raffinerie, le défi est de réparer la ligne sans interrompre la production. Tel était le défi des ingénieurs d’une raffinerie de Sardaigne. Cette raffinerie, qui transforme environ 15 millions de tonnes de pétrole brut chaque année, a utilisé la technologie STOPPLE® pour isoler en toute sécurité sa ligne à haute température pour assurer la continuité des travaux de réparation ; le tout sans perte de production. NORVÈGE Se préparer à l’avenir Dans la zone de Utsira, en mer du Nord, la construction de nouveaux pipelines est en cours. Deux lignes en particulier - l’une de gaz de 16” et l’autre de pétrole de 18” - nécessitent un suivi de racleurs dans le cadre des processus de pré-mise en service et de mise en service. Le principal propriétaire/exploitant de ces lignes louait un système de suivi des racleurs SmartTrack™. Le système comprend des transpondeurs, un kit de suivi sur la face supérieure, ainsi qu’un émetteur-récepteur à distance, permettant à l’opérateur de suivre facilement et de surveiller chaque système de raclage doté d’un transpondeur. GOLFE DU MEXIQUE La friction monte Un opérateur dans le golfe du Mexique a dû remplacer deux composants communs flexibles qui étaient défectueux ; l’un sur un riser caténaire de gaz en acier de 14” et l’autre sur un riser de pétrole de 10”.Afin d’éviter la dépressurisation du pipeline au cours des activités de maintenance, l’opérateur a choisi d’isoler à distance le riser de 14” environ 45 mètres au-dessous du joint à l’aide du système d’isolation SmartPlug®. En outre, l’opérateur a choisi quatre racleurs à haut pouvoir de friction pour isoler le riser de pétrole de 10” d’une manière similaire. 5 INNOVATIONS•JULY-SEPTEMBER2014 INNOVATIONS•JULY-SEPTEMBER2014 4
  5. 5. Découvrez la GUIDE DE SYSTÈMES DE RACLAGE DE TDW en ligne pour en savoir plus sur les pourquoi, comment et quand du raclage. Choisir le bon système de raclage la performance, mais se débarrasser de la cire améliore l’intégrité des pipelines, en facilitant l’efficacité directe des outils d’inspection dans des lignes - ce qui est de plus en plus important. En effet, le département de la sécurité des pipelines et des matières dangereuses aux États-Unis (PHMSA) envisage de réglementer les inspections de l’intégrité des conduites de collecte. Un représentant du PHMSA, Damon Hill signale que bien que l’agence n’ait pas constaté d’élément qui montre que l’huile de schiste a un effet direct sur l’intégrité du pipeline, il continue d’étudier les risques potentiels pour les conduites de collecte. Augmenter le flux : Plus facile, moins cher, plus sûr Il faudrait une combinaison de techniques de nettoyage mécaniques, chimiques, et d’autres pour éliminer la totalité de la cire et des débris de pipelines qui transportent du pétrole de schiste ou des liquides de gaz naturel (LGN), explique Olga Kondratyeva, directrice technique du raclage chez TD Williamson. Pour commencer, il faut ramollir la cire avec des produits chimiques, puis déployer des séries de racleurs de nettoyage, de travailler progressivement avec des outils légers - comme des racleurs en mousse  - puis des outils plus agressifs, en utilisant une combinaison de lames d’uréthane, des coupelles, des disques, et des brosses métalliques. Mme Kondratyeva suggère également qu’il faut beaucoup de patience : « les opérateurs ont dû exécuter manuellement jusqu’à 60 raclages pour nettoyer une seule ligne », a-t-elle déclaré. Une fois que le pipeline est propre, le raclage de routine - généralement effectué toutes les semaines pour la plupart des lignes de brut paraffineux - évite que des contaminants comme la paraffine ne s’accumulent et contribue à maximiser le débit. Pour permettre aux opérateurs d’atteindre ces objectifs, le fournisseur de services de pipeline TD Williamson (TDW) a mis au point un lanceur de racleurs automatisé qui peut être programmé à distance pour lancer jusqu’à quatre racleurs de manière séquentielle, à des moments et des intervalles déterminés. Le système automatisé SmartTrap® Pig - ou « lanceur AutoPig » est une extension de la gamme de produits SmartTrap qui comprend déjà les systèmes AutoSphere et AutoCombo. Le lanceur AutoPig est actuellement dans la phase de validation de la conception, et sa commercialisation est prévue plus tard cette année. Le lanceur AutoPig a été créé à la demande des opérateurs qui ont apprécié les capacités de l’AutoCombo - qui lance à la fois fois des sphères et des racleurs - et ont ensuite fait appel à TDW pour d’autres lanceurs dédiés aux racleurs. Mme Kondratyeva avance que le lanceur AutoPig aidera les opérateurs à réagir à la pression des coûts en réduisant considérablement les déplacements effectués par les équipes sur le terrain. Selon elle, la sécurité par rapport aux lanceurs manuels traditionnels sera renforcée, par rapport aux lanceurs manuels traditionnels. « La phase la plus risquée d’une opération de raclage est l’ouverture et la fermeture de la porte », dit Mme Kondratyeva. « Avec le lanceur AutoPig, la fermeture de la porte est ouverte et fermée moins souvent que lorsque vous les lancez manuellement. La ligne est également sous pression et hors pression moins souvent.» Ce torrent d’huile de schiste continue à agiter l’industrie du pétrole et du gaz américain, alors les opérateurs cherchent continuellement de nouvelles façons d’augmenter le débit. Des innovations comme le lanceur AutoPig qui augmente la sécurité et la performance, tout en réduisant les coûts, continueront à faire des vagues. Lors d’une réunion de l’Association américaine sur le carburant et la pétrochimie, Michael Wojchiechowski, économiste chez Wood Mackenzie, évoque la production à partir de gisements de schiste aux Etats-Unis comme « un raz-de- marée de pétrole» - en d’autres termes, une force non maîtrisable. Mais, comme les opérateurs de Bakken à Eagle Ford et de Niobrara à Marcellus le savent, assurer ce flux est une tâche épineuse. L’un des défis à relever est posé par la teneur élevée en paraffine de l’huile de schiste. L’huile de schiste contient des paraffines extrêmement variables. En fait, pas moins de 70 types différents se retrouvent dans un seul échantillon d’huile prélevé à Eagle Ford, selon un rapport récent de la revue Hydrocarbon Processing. Outre les problèmes liés au traitement et au raffinage, des problèmes provenant de la paraffine contenue dans l’huile de schiste pourraient conduire à des catastrophes financières dès l’ouverture du puits. Par exemple, les dépôts cireux tenaces qui s’accumulent sur les parois de la ligne de collecte peuvent réduire le diamètre interne de la canalisation, ce qui provoque une réduction de débit ou interrompt complètement la production. De plus, quand la cire adhère aux côtés et au dessus de l’intérieur des tuyaux, l’eau peut s’accumuler dans les points bas, favorisant la croissance des bactéries qui peuvent causer de la corrosion et des orifices. Les compresseurs doivent travailler davantage pour pomper par le biais de lignes remplies de paraffine, ce qui augmente les coûts de fonctionnement. Il n’est alors pas surprenant que le contrôle de la paraffine est une préoccupation majeure dans les gisements de schiste. Il ne s’agit pas uniquement de garder l’alésage du tube ouvert : le but ultime est de dégager complètement le pipeline, puis de prévenir les futures accumulations de cire. Non seulement la propreté d’une canalisation est essentielle au maintien de Cela va au delà de simplement garder l’alésage du tuyau ouvert : le but ultime est de dégager le pipeline complètement, puis prévenir de futures accumulations de cire. Un raz-de-marée de pétrole Les menaces imminentes TDW Pigging Products & Services TDW Pigging Products & Services Guide to Pigging ®Registered trademark of T.D.Williamson, Inc. in the United States and foreign countries. TM Trademark of T.D.Williamson, Inc. in the United States and foreign countries. © Copyright 2013 All rights reserved. T.D.Williamson, Inc. Pub: 35-426-0913 North and South America: 918-447-5400 • United Kingdom: (44) 1-793-603600 • Europe / Africa / Middle East: 32-67-28-36-11 • Asia / Pacific: 65-6361-8520 INNOVATIONS•JULY-SEPTEMBER2014 7 INNOVATIONS•JULY-SEPTEMBER2014 6 M I S E A U P O I N T T E C H N O L O G I Q U E
  6. 6. Il n’y a qu’une seule “règle d’or” pour l’exploitation sûre d’un système de lancement automatique : il faut bien démarrer. F O R M A T I O N O P T I O N S  D E  F E R M E T U R E OPTIONS DE REGLAGE É T U D E  D U  S I T E REGLAGE F E R M É O U V E R T O U V E R T Parfois, garantir une installation sûre et efficace est aussi simple que de prévoir des puisards adéquats, des égouts et des réservoirs dans les zones où des déversements pourraient survenir. Il s’agit de faire en sorte qu’il y ait un endroit pour évacuer la pression de gaz du lanceur avant qu’il ne soit ouvert, ou en utilisant des tuyaux d’alimentation de différentes tailles ou des vannes à clapet anti-retour d’étranglement pour compenser les caractéristiques d’écoulements anormaux. “La règle d’or” Comme de nombreux professionnels expérimentés du pétrole et du gaz vous le diront, il n’y a vraiment qu’une seule “règle d’or” pour l’exploitation sûre d’un système de lancement automatique : bien démarrer. Pour ce faire, il faut un ingénieur expert sur place pour effectuer des tests initiaux du système et de la pression jusqu’à la mise en service. Il faut également faire en sorte que chaque membre de votre équipe soit bien formé et à l’aise avec le fonctionnement du système. En plus de la pratique des opérations sur le terrain, la formation théorique est essentielle pour tirer pleinement parti des avantages d’un système de démarrage automatique. En outre, apprendre à vos équipes comment dépanner, reconfigurer les mots de passe, et redémarrer manuellement et reprogrammer l’électronique, si le système est hors service . Les lanceurs automatiques font partie d’une vaste opération, mais leur importance en ce qui concerne la sécurité de l’équipe et de l’environnement local ne peut pas être sous-estimée. Les opérateurs qui se familiarisent avec cette technologie se rendent vite compte de ses avantages. “Dans la mesure où l’équipe n’est plus obligée de faire autant de purges avec le système automatisé, son exposition au danger est considérablement réduit”, note Lee Shouse, directeur de la R & D chez le fournisseur de service de pipeline TD Williamson. Shouse, qui a passé des décennies sur les chantiers avant son poste actuel, a formé des dizaines de grands opérateurs sur la configuration et le fonctionnement en toute sécurité des systèmes d’auto-lancement, y compris l’utilisation de composants nécessaires tels que la D-2000 la porte à fermeture et ouverture rapide. Comme les performances de l’auto-lanceur sont largement indépendantes de l’interaction du technicien, les opérateurs apprécient également les avantages en matière de fonctionnement régulier et l’entretien à long terme. En d’autres termes, « les systèmes de raclage fonctionnent comme prévu, quelles que soient les conditions météorologiques », selon Shouse. Le flux Ainsi, votre nouveau lanceur automatique est en place. Il a été spécialement conçu pour répondre aux spécificités du site. Grâce à un programme de maintenance pré-établi, la suppression du liquide avec des sphères, l’entretien régulier et le nettoyage avec des racleurs, ainsi que l’inspection sont tous sous contrôle. Le flux réduit à cause de lignes inondées et les inconvénients liés au lancement manuel des racleurs appartiennent au passé. Lorsque les pipelines sont autorisés à accumuler du liquide, vos employés votre installation seraient à risque de conséquences dangereuses. VOIR LA VIDEO INNOVATIONS•JULY-SEPTEMBER2014 INNOVATIONS•JULY-SEPTEMBER2014 8 9 Imaginons ce scénario: Votre site de production se trouve dans une vallée. C’est un endroit stratégique, mais la faible élévation est loin d’être idéale. Cela veut dire qu’il faut surveiller de près le risque potentiel d’inondation en raison d’une accumulation de liquide dans les oléoducs. Que ce soit dû à des hydrocarbures, à de l’eau ou à du liquide, une fois que vous avez assez d’accumulation, vous risquez une diminution du débit ou même un arrêt. Lorsque les pipelines accumulent des liquides vos employés et votre installation courent le risque de conséquences dangereuses : arrêts d’urgence, gel, corrosion excessive, et autres problèmes. Vous connaissez les lanceurs de racleurs manuels que vous utilisez en amont, mais ils nécessitent un suivi constant, et, par conséquent, votre programme d’entretien de raclage peut être interrompu en raison d’impondérables. Vous vous demandez : « si l’on investit dans l’un des nouveaux systèmes de raclage automatisé, pourrions-nous vraiment rendre le processus plus sûr et plus efficace ? » La réponse est « oui ! » Se préparer à l’automatisation Les systèmes de lanceurs de racleurs manuels permettent aux opérateurs de fixer des calendriers prédéterminés pour le raclage de routine. Ces programmes peuvent éviter que des éléments susceptibles de réduire l’efficacité ou d’interrompre la production s’accumulent, ce qui pourrait exposer le personnel et l’environnement à des conséquences imprévues ou des situations non contrôlées. Ils peuvent également être utilisés dans le cadre d’un programme de raclage préemptif : les opérateurs peuvent lancer des systèmes de raclage pour mesurer et contrôler les conditions d’intégrité de pipelines et pour identifier les problèmes de sécurité potentiels avant que la situation ne devienne dangereuse. Bien sûr, être préemptif et proactif nécessite parfois un peu de créativité et beaucoup de savoir-faire - surtout quand il s’agit d’assurer qu’un système de démarrage automatique soit approprié pour un emplacement donné. Pour certains vieux pipelines, les problèmes d’installation se posent en raison de l’emplacement déjà existant d’une source d’alimentation ou de l’installation de production. Mais comme le raclage n’est pas toujours la première priorité lors de la sélection du site ou de la construction des installations, même dans les meilleurs pipelines il peut échouer selon la topographie. Voici encore une raison pour laquelle il est essentiel d’effectuer une enquête approfondie du site avant d’investir dans un nouveau système de lancement automatique. Un sondage du site vous aidera à identifier tous les obstacles logistiques et vous donnera les réponses pour l’installation et la configuration du meilleur lanceur. Q U E S T I O N S D E S É C U R I T É Automatiser la sécurité Il ne faut pas sous- estimer l’importance des lanceurs automatiques en matière de sécurité des travailleurs et de protection de l’environnement
  7. 7. Relever les défis du pétrole et du gaz en 3D Récemment, un patient a été admis à l’hôpital universitaire de Coventry en Angleterre avec une blessure potentiellement mortelle. Son bassin a été gravement écrasé. Dans presque n’importe quel autre hôpital dans le monde, les médecins auraient pris un scanner, fait de leur mieux pour analyser la blessure, et commencé l’opération. Mais à Coventry, les chirurgiens n’étaient pas satisfaits par cette procédure. L’opération allait être compliquée. Le patient souffrait d’un défaut osseux segmentaire ; son os était brisé en plusieurs parties. Le scanner leur a montré une représentation en deux dimensions de la blessure. Le scanner, c’était bien, mais dans ce cas compliqué, ce n’était pas suffisant. Ils voulaient un outil pratique pour les aider à planifier l’opération. Ils ont décidé de faire preuve de créativité. Le Dr Richard Wellings de Coventry a téléphoné au Dr Greg Gibbons, Directeur du Département de Recherche sur les procédés de fabrication à l’Université de Warwick. Le Dr Wellings connassait bien les imprimantes 3D et leurs applications potentielles en médecine, mais il n’avait pas encore franchi le pas pour l’utiliser dans une situation aussi cruciale que celle-ci. Il a demandé au Dr Gibbons s’il pouvait faire une copie du bassin de la victime de l’accident pour le lendemain matin. Les délais étaient serrés, mais le Dr Gibbons a relevé le défi. En moins de sept heures, Dr Gibbons a pu à partir d’un tomodensiomètre (CT-Scan) imprimer une réplique exacte des os endommagés. Résultat : les chirurgiens pouvaient toucher et sentir la réplique, et planifier avec précision le déroulement de l’opération avant d’entrer dans le bloc opératoire. L’opération a été un succès retentissant. Il peut être surprenant d’apprendre que cette histoire n’est pas particulièrement unique en son genre : bien que l’impression 3D ne soit pas exactement monnaie courante, elle se fait une place petit à petit. Cette technologie est désormais dans des centaines d’industries. Dans l’industrie alimentaire et des boissons, les boulangers professionnels utilisent le ChefJet ™, une imprimante 3D qui crée des bonbons décoratifs pour faire des gâteaux incroyables. Dans la vente de détail, 4 AXYZ, une société basée à Seattle, expérimente des techniques de « bois intelligent » truffé de capteurs pour la domotique. Dans l’aéronautique, l’impression 3D est en passe de révolutionner l’industrie. Les Chinois, par exemple, ont récemment utilisé le procédé de la fabrication par addition de couches de titane pour imprimer le cadre du principal pare-brise d’un avion commercial C-919. Il ne leur a fallu que 50 jours et environ 50 000 USD - bien moins que les deux ans et les 500 000 dollars, qu’il aurait fallu avec les méthodes traditionnelles. Ils ont également fait l’économie d’une quantité incroyable de matières premières. Selon Dr Gibbons, il y a des gaspillages énormes dans l’industrie aérospatiale, la conséquence inévitable du procédé d’usinage traditionnel. « Il n’est pas rare que l’on gaspille 20 pièces pour obtenir la pièce finale », dit Gibbons. « Vous consentez beaucoup d’efforts afin d’obtenir un énorme bloc de titane de qualité aérospatiale, puis une fois que vous avez fabriqué ce bloc [pour obtenir la pièce nécessaire pour l’industrie aérospatiale], vous devez en jeter 95 % pour faire autre chose, comme des clubs de golf. » Parce que l’impression en 3D fixe juste le matériel dont on a besoin, elle réduit considérablement les déchets. Selon Gibbons, les déchets lors de l’impression des composants en titane ne devraient pas dépasser un pour cent lors de la fusion au laser à haute résolution, et moins de dix pour cent des systèmes de revêtement pour la fabrication de gros composants. Nouvelles solutions aux problèmes classiques liés au gaz et au pétrolel L’industrie du pétrole et du gaz commence également à embrasser la révolution de l’impression 3D, en particulier dans les cas où les services d’ingénierie sont invités à résoudre des défis uniques, comme l’inspection d’une conduite de l’hydrogène. L’intérieur d’une conduite d’hydrogène est l’un des environnements les plus hostiles de la planète. C’est une bataille constante entre l’acier et l’hydrogène - et c’est l’hydrogène qui gagne presque à chaque fois. Jour après jour, le revêtement métallique d’une conduite d’hydrogène se délite petit à petit, alors que l’hydrogène transforme son intérieur en poussière, molécule après molécule. La haute pression, un environnement extrêmement sec, un coefficient de friction élevé, tous ces éléments mettent à mal les outils, ce qui rend difficile l’entretien de routine. Ainsi, lorsque l’exploitant d’une conduite d’hydrogène de 18 pouces demandait des inspections de sa conduite, il a voulu faire faire des inspections de sa conduite, seule une société a accepté, le fournisseur de services de pipeline T.D. Williamson (TDW). L’environnement d’hydrogène éprouvant a obligé à des changements de conception et à prendre en considération des éléments qui ne le sont pas habituellement parmi les outils d’inspection. Par exemple, toutes les pièces métalliques - des grandes structures de l’outil à la plus petite vis - devaient prendre en considération la protection face au le phénomène de fragilisation par l’hydrogène. La fragilisation par l’hydrogène effrite de nombreux matériaux généralement utilisés dans les outils d’inspection qui, en fin de compte, se cassent très rapidement. Une des parties les plus critiques, les capteurs exposés - responsables de la transmission de données claires sur l’état de la ligne - a constitué un nouveau défi : les matériaux qui pourraient résister à la fragilisation par l’hydrogène ne ressemblaient en rien à ce que les ingénieurs de l’entreprise avaient utilisé auparavant. C’est là que l’impression 3D est arrivée. Grâce à l’impression 3D, les ingénieurs ont construit des pièces témoins pour déterminer la meilleure conception pour relever les défis. Lorsque vous construisez quelque chose d’aussi complexe qu’un nouvel outil d’inspection de conduite d’hydrogène, plusieurs possibilités doivent être prises en considération. Prenez les câbles, par exemple. Lors du prototypage, les circuits des câbles de routage peuvent être l’un des plus grands défis: Les outils sont 1 http://igcc.ucsd.edu/assets/001/504640.pdf ChefJet™ est une marque déposée de 3D Systems Corporation (“3D Systems”) SUITE À LA PAGE 27 À l’intérieur d’une ligne d’hydrogène, on trouve l’un des environnements les plus brutaux de la planète. C’est une bataille constante entre l’acier et l’hydrogène - et l’hydrogène est presque toujours le vainqueur. INNOVATIONS•JULY-SEPTEMBER2014 11 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 10 P E N S E R À L’ A V E N I R Le prototypage rapide permet aux opérateurs de pétrole et de gaz de travailler plus efficacement.
  8. 8. FACTEURS POTENTIEL DU GAZ DE SCHISTE Environnement politique, Infrastructure, Expertise, Personnel Au septième rang dans le monde pour les ressources de gaz de schiste considérée comme techniquement extractible Et le premier exportateur du gaz naturel liquide d'ici 2020 13 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 L’Australie en vedette : Ce que les échecs et les succès du schiste d’autres pays apprennent à l’Australie En 2011, les grandes socitétés de gaz et pétrole telles que ExxonMobil, Marathon Oil, Talisman Energy, et Chevron ont toutes mis le cap vers la Pologne. L’Administration pour l’information énergétique des États-Unis (EIA) a estimé que les réserves potentielles des schistes du pays étaient de 5.3tn mètres cubes - les plus grandes en Europe. Le bassin de la Baltique, un gisement de gaz de schiste géant qui s’étend du nord de la Pologne à la Lituanie, étaient en passe de devenir la prochaine ville phare dans l’exploitation de schiste, semblables à Williston, dans le Dakota du Nord ; Williamsport, en Pennsylvanie ; et Carrizo Springs, au Texas. Et pourtant, à la fin de 2013, seulement 49 puits avaient été forés dans ce pays d’Europe de l’est - un contraste frappant avec le projet de Marcellus en Pennsylvanie, où 4 969 puits ont été forés pendant la même période. Quarante-neuf puits, c’est juste le travail d’une semaine aux Etats-Unis, ce n’est même pas suffisant pour que les sociétés d’exploration évaluent pleinement le projet. Ainsi, après trois ans de progrès lents en Pologne, les grandes entreprises de l’énergie ont progressivement focalisé leur attention ailleurs. Malgré la promesse d’importantes réserves de schiste, la quête pour les déterrer restée bloquée à un stade précoce dans le processus de production - et la plupart des opérateurs ne voulaient pas attendre. À première vue, une énorme quantité de ressources non conventionnelles en Pologne semblait être un gage de succès. Mais les experts conviennent qu’un seul facteur ô combien essentiel manque à l’appel : jusqu’à présent, le gouvernement du pays doit encore développer une politique énergétique viable, et le rejet politique de la fracturation crée un environnement hostile aux opérateurs. Élements essentiels pour la réussite du schiste Selon une interview de Oil & Gas Financial Journal avec Tom Petrie de Petrie partenaires, les contraintes politiques présentent l’un des plus grands obstacles à l’exploitation de gisements de schiste. Quand il s’agit de pétrole et de gaz non conventionnels, il ne, il ne suffit pas d’avoir simplement une grande quantité de réserves estimées et une géologie favorable. Afin de développer un projet d’exploitation de schiste, un pays doit également posséder - ou avoir la capacité de mettre en place - les éléments suivants : Il est naturellement difficile pour un projet de de réunir toutes ces conditions. Pour cette raison, les leaders mondiaux dans la production n’ont pas toujours besoin d’avoir la plus grande quantité de ressources potentielles. Par exemple, l’EIA classe les États-Unis au quatrième rang des pays disposant des ressources de gaz de schiste techniquement récupérables - après la Chine, l’Argentine, et l’Algérie - mais il est politiquement prêt à développer ses gisements de schiste, qui ont également une géologie favorable. Les sociétés d’énergie aux États-Unis ont l’avantage de disposer de la technologie, de nombreuses équipes de fracturation, et des sociétés de services pétroliers réactives. Comme vous pouvez le constater, prédire la prochaine grande « frontière » en matière d’exploitation de schistes est plus compliqué que de choisir des gisements de schiste viables. Donc, après avoir soigneusement analyser les critères ci-dessus, quel pays sera le prochain à bénéficier de l’essor du gaz de schiste? Feu vert pour l’Australie L’EIA classe l’Australie à la septième place dans le monde pour les ressources de gaz de schiste techniquement récupérables. Mais alors que l’Australie présente un marché plus petit que la Chine ou la Russie, il a l’avantage d’un environnement plus propice aux opérateurs. En fait, une étude réalisée par the Economist Intelligence Unit montre que le pays peut devenir le plus grand exportateur de gaz naturel liquéfié d’ici 2020. Le Queensland à lui seul a l’intention de forer plus de 18 000 puits dans les 20 prochaines années, et devrait produire 25,3 millions de tonnes de gaz de schiste par an d’ici 2020. Toutefois, l’Australie est encore dans les premiers stades du processus d’exploitation de gisement de schiste. Comme la plupart des autres pays dans le monde, ce pays est encore au stade de l’exploration et au tout début de la phase de production. La géologie de l’Australie semble être adéquate, mais plus d’évaluation est nécessaire. « Malheureusement, c’est le risque de cette industrie », dit Abdel Zellou, Ph.D. - un directeur de développement du marché dans l’industrie de collecte et de production chez TD Williamson - quand on parle de la géologie complexe des gisements de gaz de schiste. « Même sept ans après le début du boom du schiste aux États- Unis, dans certains articles l’on se demande toujours si l’ampleur des réserves est exacte. Il ya beaucoup d’incertitude. » Plus important encore : les progrès politiques significatifs. Dans l’ensemble, le gouvernement australien accueille à bras ouverts l’exploitation du pétrole et du gaz. L’Australie occidentale (AO) - environ un cinquième des réserves de gaz de schiste dans le monde - est en train d’adopter des règlements pour commencer la fracturation commerciale dans la région, et le gouvernement de l’AO a déclaré que la production commerciale débuterait d’ici cinq à 10 ans.. En outre, les évaluations ont donné de bons résultats dans le bassin de Cooper, un gisement de schiste situé dans le nord-est de l’Australie du Sud. Tudor Pickering a qualifié le bassin de « viable » en raison de la bonne rentabilité des puits, de l’environnement fiscal positif, d’une plate- forme existante, de la capacité de fracturation, des infrastructures existantes, et l’investissement de 1,5 milliard de dollars déjà réalisés dans le cadre de coentreprises. Le bassin de Cooper a déjà attiré Chevron, ConocoPhillips, Statoil, Total, Hess, et BG Group. Les leçons à tirer des marchés expérimentés Le prochain défi de l’Australie sera de se doter de l’infrastructure, de l’expertise et du personnel professionnel nécessaires à la réussite. Zellou dit que l’Australie et d’autres pays dans les premiers stades de développement de projets de schiste peuvent apprendre beaucoup des renseignements récoltés sur le marché de l’industrie de schiste américaine. Zellou souligne que les entreprises australiennes doivent avoir une « méntalité » de fabrication” et se rendre compte qu’il faut des années de forage et la construction d’infrastructures avant qu’un marché ne commence à produire. Il suggère également aux entreprises qui sont SUITE À LA PAGE 27 Prédire le site du prochain grand boom de l’exploitation du schiste est plus compliqué qu’il n’y parait. Il ne suffit pas de décider de forer dans un gisement viable. D’autres facteurs entrent en ligne de compte. n Incitations économiques n Disponibilité de services n Accès au marché/prix n Infrastructure n Accès au capitaux n Acceptation réglementaire et environnementale INNOVATIONS•JULY-SEPTEMBER2014 12 R A P P O R T S U R L E M A R C H É
  9. 9. Comme la plupart des histoires sur le Texas, celle-ci à propos du gisement de gaz de schiste (GDS) d’Eagle Ford est empreinte de grands rêves, de grands budgets, et de grands résultats. Le gisement en lui même est énorme. Traversant une superficie d’environ 52 000 kilomètres carrés (20 000 milles carrés), le gisement de schiste s’étend sur 25 comtés du centre-sud du Texas et correspond à la superficie du Costa Rica. Selon les consultants en énergie Wood Mackenzie, l’investissement en capital dans ce projet est énorme, atteignant 28 milliards de dollars en 2013. Et la production est immense : vers la fin de 2013, l’Eagle Ford a battu le Bakken dans la course pour atteindre le chiffre très convoité d’un million de barils d’équivalent pétrole (BOE) par jour. Certains experts prédisent que vu la force de la production d’Eagle Ford et du bassin Permien, d’ici la fin de l’année 2014 le Texas pourrait devenir le deuxième producteur mondial de pétrole derrière l’Arabie Saoudite. Alors, comment imaginer qu’une petite bactérie pourrait pourrait assombrir l’horizon ? Les bactéries ont été un problème récurrent pour les opérateurs d’Eagle Ford depuis que le développement a commencé en 2008. Non seulement les bactéries rongent la paroi des pipelines, créant des petits trous, elles contribuent également à la productions du sulfure d’hydrogène (H2S), un gaz corrosif et mortel. Les niveaux élevés de paraffine dans la région posent aussi un problème, laissant des dépôts d’encrassement dans les canalisations qui menacent de réduire le débit. Les préoccupations sur l’utilisation de l’eau continuent à occuper les esprits des opérateurs et des écologistes. En bref, les entreprises se heurtent à des défis opérationnels auxquels elles n’avaient pas été confrontées dans les développements conventionnels. Mais Eagle Ford est loin d’être conventionnel. La plupart des opérateurs à Eagle Ford font preuve d’ouverture concernants les défis auxquels ils font face. La bonne nouvelle est se consultent entre eux afin d’obtenir des réponses et de trouver un terrain d’entente en partageant des informations à l’occasion de divers forums aux Etats-Unis et à l’étranger. Les opérateurs se sont également appuyés davantage sur leurs fournisseurs pour obtenir du soutien, un élément souligné par Valerie Mitchell, directrice générale de Newfield Exploration Co., qui a fait appel à des partenariats plus solides entre les prestataires de services et les opérateurs à l’occasion de son discours à la Conférence sur le développement médiocontinental de gaz non conventionnel (DUC) à Tulsa, en Oklahoma, en mars. • Des possibilités hors du commun pour les prestataires indépendants et les petites entreprises • Eagle Ford met au défi les opérateurs fiscaux • Une consommation d’eau très élevée au Texas, en proie à la sécheresse • La réglementation des pipelines se durçit • Les perspectives compensent largement les défis à relever ENCOUVERTURE 15 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 14 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 Une histoire digne du TEXAS Les défis opérationnels du gisement de gaz de schiste Eagle Ford
  10. 10. Alors que la question reste de savoir si certains « géants » continueront de participer à l’essor de l’énergie de schiste, il ne fait aucun doute que Eagle Ford a créé une manne financière pour les autres. Après tout, la production est 25 fois plus élevée aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a quatre ans : quelqu’un doit profiter de toute cette croissance. Les gagnants semblent être les prestataires indépendants et les petites entreprises. En fait, lorsque le Chronicle a analysé les données compilées par Bloomberg, il a constaté que dans les trois premiers projets de gaz de schiste, les petites entreprises dépassent les grandes de 5 pour 1 en termes de superficie. « Les indépendants ont sauté tout de suite sur cette occasion, ils ont donc obtenu les meilleures parcelles », a déclaré Kenneth Medlock, directeur du Centre pour les études de l’énérgie de l’Université Rice. Selon Standard & Poors, les meilleurs titulaires de baux Eagle Ford comprennent EOG Resources, Apache Corp, Chesapeake Energy Corp, BHP Billiton Ltd, ConocoPhillips, Marathon Oil Corp, Anadarko Petroleum Corp, et Pioneer Natural Resources, entre autres. Eagle Ford met au défi les opérateurs fiscaux Maintenant que certains des acteurs clés à Eagle Ford ont fait leur entrée en scène, il est temps de revenir aux bactéries et aux autres antagonistes. Lors de la conférence de DUG à Tulsa, Tom Petrie, de la banque d’investissement Petrie Partners, a réussi à identifier les quatre catégories de risques encourus par les entreprises actives en amont et dans le collecte de pétrole et de gaz opérant à Eagle Ford : »» L’environnement »» Les infrastructures »» La volatilité des prix »» Une mondialisation qui évolue Abdel Zellou dit être d’accord avec la liste de Petrie - et il pousse la liste encore plus loin en suggérant que les opérateurs en actives en amont et dans le collecte de pétrole et de gaz ont des préoccupations différentes qui correspondent globalement à la liste de Petrie. « Les entreprises actives en amont sont mises à rude épreuve avec la géologie de l’Eagle Ford, ainsi que par le besoin d’une collecte de données précise sur les réserves », dit Zellou. « Les activités midstream et gathering se distinguent par un ensemble tout à fait unique de défis et d’attentes. » Selon Zellou, les problèmes principaux pour les opérateurs du secteur intermédiaire dans les bassins schisteux sont : »» Les infrastructures et l’entretien des infrastructures »» L’accumulation de paraffine »» La corrosion interne et externe des tuyaux »» Les questions et contraintes environnementales »» Le règlement de conduites de captage »» L’absence de personnel qualifié »» La volatilité des prix De toute évidence, les fournisseurs de services ne peuvent pas atténuer la volatilité des prix ou modifier les habitudes de recrutement, mais ils peuvent aider les opérateurs à mieux répondre à d’autres défis d’Eagle Ford. Pensez à l’entretien des infrastructures, en particulier en ce qui concerne la paraffine et la corrosion. Bien que le manque d’infrastructures est un problème reconnu dans les gisements de Marcellus et Utica, situés dans le Nord-Est des États Unis, il y a généralement une infrastructure suffisante dans l’Eagle Ford pour éviter les goulots d’étranglement de la tête de puits. Au lieu de cela, les défis de l’Eagle Ford portent sur le fait que les opérateurs essaient de transporter du gaz naturel liquide utilisant les pipelines existants construits à la base pour transporter du gaz naturel classique. Par exemple, à Eagle Ford le gaz humide est plein de condensats de gaz de schiste dont la composition et la concentration varient d’un puits à l’autre. Dans INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014ENCOUVERTURE 17 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 16 MEXIQUE ÉTATS-UNIS SCHISTE EAGLE FORD SAN ANTONIO AUSTIN HOUSTON TEXAS Apache450 0 100 200 300 400 500 600 700 800 639 EOG Chesapeake BHP Billiton ConocoPhillips Marathon Oil Corp Anadarko Petroleum Corp Pioneer Natural Resources 430 332 204 200 92 227 PREMIERS TITULAIRES DE BAUX À EAGLE FORD Surface nette par 1 000 (estimations de Standard & Poors sur base d’informations publiques, 2013) Des possibilités hors du commun pour les petites entreprises Le gisement de schiste d’Eagle Ford, dans le sud du Texas, est l’un des projets non conventionnels les plus complexes en Amérique du Nord en termes de géologie et de géophysique. Vu que la perméabilité de la roche était très faible - empêchant le pétrole et le gaz naturel de s’écouler vers un puits de production - Eagle Ford n’avait guère suscité l’intérêt de l’industrie. Enfin, seulement jusqu’en 2008, jusqu’à ce que Petrohawk Energy (acquis depuis par BHP Billiton Ltd) a démontré l’efficacité de la fracturation hydraulique à Eagle Ford, en creusant un puits d’un débit initial de 7,6 millions de pieds cubes de gaz naturel par jour. Bien que la fracturation hydraulique a a permis de démarrer l’exploitation d’Eagle Ford, les caractéristiques uniques de ce gisement continuent à poser problème. Dans leur rapport intitulé « Une approche analytique à la cartographie des emplacements favorables à Eagle Ford », les auteurs Murray Roth, Michael Roth, et Ted Royer décrivent Eagle Ford comme « manifestement entraînée par la profondeur ». A Eagle Ford, le rapport explique que le pétrole est produit à des profondeurs de 1 500 à 2 400 mètres, (5 000 à 8 000 pieds) au nord-ouest, le gisement évoluant vers des condensats et des hydrocarbures liquides, pour finir par du gaz sec extrait à des profondeurs de 3000 à 3 600 mètres (10 000 à 12 000 pieds) au sud-est. Combinées avec la variabilité de production d’unpuit à l’autre, en raison de ces problèmes de profondeur il est plus difficile de trouver l’emplacement idéal, de creuser des puits, et d‘optimiser la production. Cette prospection est parfois tellement difficile que certaines grandes sociétés américaines ont abandonné, et sont train de vendre leurs biens à Eagle Ford. Royal Dutch Shell en fait partie. Abdel Zellou, un expert midstream et gathering chez TDW, dit que lors d’un atelier organisé par la Société d’ingénieurs du pétrole (SPE) à Dubaï, il a appris que la principale raison du retrait des investissement est que Shell ne détient pas d’emplacements idéaux dans la région. Shell a récemment confirmé son intention de « se concentrer sur les opportunités présentant de meilleurs indicateurs économiques ailleurs en Amérique du Nord et partout dans le monde ». La compagnie n’a pas encore annoncé le nom d’un acheteur pour ses 106 000 hectares de baux à Eagle Ford, qui sont situés dans les comtés de Dimmit, de LaSalle, et de Webb, produisant environ 32 000 BOE par jour. Bien que Shell soit l’une des premières sociétés pétrolières à se retirer publiquement d’un gisement de GDS américain, cette grande entreprise, basée à La Haye, ne semble pas être la seule à avoir des doutes sur l’exploitation du schiste, du moins selon un récent article du Houston Chronicle. Il a signalé qu’il y a deux ans BP a réduit de 1,1 milliards de dollars ses actifs de gaz de schiste, car la valeur de leurs réserves a chuté avec les prix du gaz naturel. Cette annonce a été faite après que la part nette de la production de BP aux États- Unis a chuté de 15 %. Le Chronicle a également souligné que les 7 % de retour sur capital d’Exxon Mobil pour son activité en amont aux États- Unis l’an dernier ont été éclipsés par le 24 % de retour que lui ont valu ces activités de production internationale d’énergie.
  11. 11. Extêmement sec Sécheresse modérée Sécheresse sevère Sécheresse extême Sécheresse exceptionelle Auteur: Michael Brewer, NCDC/NOAA Le sécheresse carte de Texas Le 10 décembre 2013 anti-évaporation sur les puits. Omar Garcia, président et chef de la direction du groupe de l’industrie South Texas Energy & Economic Roundtable, a déclaré que plusieurs opérateurs intensifiaient leurs efforts. S’adressant au San Antonio Express-News, Garcia a noté que certaines entreprises font état d’une diminution de leur consommation d’eau de près de 30 %. Il croit que l’utilisation de l’eau douce dans l’Eagle Ford devrait continuer à diminuer alors que de nouvelles technologies sont utilisées par les opérateurs et les sociétés de services qui les soutiennent. Plus de règlementations pour les pipelines Bien que l’eau utilisée dans la fracturation hydraulique dans l’Eagle Ford et d’autres gisements de gaz de schiste en Amérique ne soit pas soumise aux principaux règlements fédéraux, la donne est toute autre pour les pipelines. Le Pipeline and Hazardous Materials Safety Administration (PHMSA) envisage de réglementer des conduites de collecte. Si cette règlementation est adoptée, des inspections d’intégrité seront probablement exigées, ce qui créera plus de pression sur les entreprises de services pour fournir des services de raclage et d’inspection des conduites de plus en plus performants. Mais même si le gouvernement américain n’agit pas, certains Etats ont déjà pris les choses en mains. En décembre, le Dakota du Nord - où se trouve le gisement de Bakken - a annoncé que près de 28 968 km (18 000 miles) de conduites de collecte souterraines non réglementées auparavant étaient maintenant sous la juridiction de la Commission industrielle de l’État. Lynn Helms, directrice du département des ressources minérales du Dakota du Nord, a qualifié cette décision de « plus grand amendement des règles sur le pétrole et le gaz dans l’histoire du Dakota du Nord ». En avril, le président de la Commission de la fonction publique du Dakota du Nord Brian Kalk a déclaré qu’il est « très probable » que son agence encourage les législateurs de l’État à créer un programme d’inspection pour les oléoducs de l’Etat, une proposition faite juste après un déversement de 20600 barils de pétrole brut dans une zone agricole près de Tiago, Dakota du Nord. Bien qu’il n’y ait pas d’action locale semblable en cours au Texas - un état que M. Zellou décrit comme adoptant une attitude des plus favorables envers l’industrie du pétrole et du gaz - la réglementation de la PHMSA pourraient faire en sorte que les pipelines de gaz en zones rurales fassent l’objet d’une règlementation dans les cinq ans à venir. Les perspectives compensent largement les défis à relever Malgré les défis auxquels ils sont confrontés, les opérateurs de Eagle Ford sont presque unanimes dans leur engagement dans la région. Selon le cabinet d’études GlobalData, le forage et le développement dans le Eagle Ford devraient continuer sans relâche, avec la quasi-totalité des opérateurs les plus en vue en saillie durant au moins cinq ans au rythme de forage actuel. Dans une récente entrevue Houston Chronicle, David Banks, directeur général de la région Eagle Ford chez BHP Billiton Petroleum, a déclaré que la société s’attend à rester dans le sud du Texas pour aussi longtemps que 50 ans. « Nous sommes encore dans l’enfance de la révolution du gaz de schiste », dit Zellou, ajoutant que certaines entreprises E & P cherchent encore à déterminer la taille de leurs réserves à Eagle Ford. En d’autres termes, il y a encore beaucoup de chapitres à écrire dans cette histoire au Texas. Et un coup d’oeil au programme de la Conférence de DUG de Eagle Ford en septembre 2013 - rempli de séances sur le renforcement de la récupération, la manipulation et la variabilité, les meilleures pratiques de gestion de l’eau, et bien d’autres sujets encore - indique que les entreprises apprennent de plus en plus et travaillent ensemble à faire de l’histoire d’Eagle Ford un véritable succès. INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014ENCOUVERTURE 19 un rapport récent publié dans le Pipeline and Gas Journal, les ingénieurs du Southwest Research Institute à San Antonio ont attiré l’attention notamment sur le fait qu’il y avait beaucoup plus d’hexane dans les échantillons d’Eagle Ford qu’il n’y en a dans ceux d’autres gisements de gaz de schiste. La production d’Eagle Ford est également chargéé de paraffine, qui peut recouvrir les parties supérieures et latérales des parois intérieures des pipelines, ce qui permet à l’eau remplie de bactéries de croupir au fond de la conduite. L’eau ainsi que les bactéries menacent de provoquer la corrosion, causer de fuites, et augmenter la proportion de sulfure d’hydrogène (H2S), potentiellement mortel. « La paraffine est un problème général à Eagle Ford. Un opérateur m’a dit qu’il avait un demi centimètre de paraffine couvrant 75 % de leur conduite », explique Steve Appleton, directeur général régional de TDW. « Et la paraffine accumulée crée des problèmes imprévus avec des bactéries nocives. Les opérateurs déversent des biocides dans leurs conduites pour tuer les bactéries, mais si les bactéries sont en dessous de la paraffine, les biocides ne peuvent pas les atteindre. » Pour lutter contre ces risques, explique Appleton, les fournisseurs de services aident les opérateurs à définir et à mettre en oeuvre des programmes de raclage plus rigoureux. Un raclage régulier contribue non seulement à une meilleure productivité, il offre également des opportunités économiques, par la récupération des condensats qui peut être vendu avec profit aux raffineurs. Des besoins en eau considérables dans un Texas frappé par la sècheresse Parce que l’eau est l’élément le plus important dans les fluides de fracturation, l’utilisation de l’eau et sa conservation sont des préoccupations essentielles dans chacun des sites d’exploitation de schiste américains. Mais à Eagle Ford, la question est encore plus compliquée. En Février, Ceres, un groupe d’investisseurs basé à Boston qui s’intéresse aux questions de développement durable, a déclaré que l’exploitation de schiste à Eagle Ford a utilisé plus d’eau sur une période de 18 mois que tout autre gisement de schiste, avec un total de 19,2 milliards de gallons, ou 4,5 millions de gallons par puits. Comme si ces chiffres n’étaient pas suffisamment parlants en soi, il faut également rappeler que la plupart des régions du Texas souffrent de sécheresse chronique depuis des années. Ceres a constaté que 98 pour cent des puits d’Eagle Ford étaient dans les zones de stress hydrique moyen ou élevé, avec 28 pour cent dans les zones de stress élevé ou extrême. Le rapport indique également que les opérateurs doivent mettre en place une gestion de l’eau plus créative. Plus précisément, ils devraient réduire la consommation d’eau douce, et commencer à mieux planifier dans le long terme les infrastructures de l’eau nécessaires au développement du gaz et du pétrole. Le groupe préconise également le recyclage de l’eau, qui est plus fréquente dans le Nord que dans le Texas, bien que la première installation de recyclage de l’eau a été construite à Eagle Ford en 2011. Ces suggestions n’ont guère surpris les opérateurs. Les effets sur l’eau de l’extraction par des moyens “non- conventionnelles” forment souvent la pièce maîtresse des colloques en exploration et production, comme lors de la conférence DUG Eagle Ford en septembre dernier à San Antonio, Texas. Est-ce que le partage d’information a apporté des progrès? Eh bien, Ceres a reconnu que certains opérateurs ont un coup d’avance dans le jeu, citant Pioneer Natural Resources qui a installé des couvertures LA CROISSANCE DES BACTÉRIES CRÉE DES DOMMAGES À L’INTÉRIEUR DU TUYAU ET SE NOURRIT DU SULFURE D’HYDROGÈNE (H2 S) L’ACCUMULATION DE PARAFFINE RÉDUIT LE FLUX ET EMPÊCHE LES BIOCIDES À ATTEINDRE LES BACTÉRIES INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 18 CONDUIT Eagle Ford a l’avantage des infrastructures existantes. Mais peut-il faire face aux particularités de la production gaz de schiste?
  12. 12. 21 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 20 Vous pouvez compter sur les experts chez TDW ­— nous faisons des présentations techniques et des démonstrations à travers le monde. Pour en savoir plus : tdwontour@tdwilliamson.com. JUILLET 2014 21-25 Conférence de l’Association de la sécurité des pipelines de Louisiana Nouvelle Orléans, LA, USA 22-25 Symposium estivale de la FEPA Orlando, FL, USA 28-30 Salon & Conférence des opérations de la SGA Nouvelle Orléans, LA, USA 12-14 Sommet sur les opérations de l’Association d’énergie du Midwest Rochester, MN, USA 15 50ème Anniversaire de TDW Swindon, UK 19-20 Conférence régionale de l’Ouest sur le gaz Tempe,AZ, USA 25-27 Exhibition sur les pipelines et l’énérgie Tulsa, OK, USA 25-27 Conférence centrale de NACE 2014 Tulsa, OK, USA 8-10 L’Association de gaz d’ Oklahoma Norman, OK, USA 9-10 Salon & Conférence de Sables bitumineux Fort McMurray,AB, Canada 14-16 L’Association de gaz d’Arkansas Fayetteville,AR, USA 15-17 DUG Eagle Ford San Antonio,TX, USA 30-2 Conférence & Exhibition Internationale sur les Pipelines Calgary,AB, Canada TDW Evènements, Publications & Conférences SEPTEMBER 2014AOÛT 2014 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 Points de Contact Ce symbole indique queTDW présentera une publication à cet événement Conférence de l’Association de la sécurité des pipelines de Louisiana Du 21 au 25 JUILLET | Nouvelle Orléans, LA | USA Symposium estivale de la FEPA Du 22 au 25 JUILLET | Orlando, FL | USA Salon & Conférence des opérations de la SGA Du 28 au 30 JUILLET | Nouvelle Orléans, LA | USA Sommet sur les opérations de l’Association d’énergie du Midwest Du 12 au 14 AOÛT | Rochester, MN | USA Conférence régionale de l’Ouest sur le gaz Du 19 au 20 AOÛT | Tempe, AZ | USA Salon de Pipeline & Energie Du 25 au 27 AOÛT | Tulsa, OK | USA NACE 2014 Conférence Centrale Du 25 au 27 AOÛT | Tulsa, OK | USA L’Association de gaz d’Oklahoma Du 8 au 10 SEPTEMBRE| Norman, OK | USA L’Association de gaz d’Arkansas Du 14 au 16 SEPTEMBRE | Fayetteville, AR | USA DUG Eagle Ford Du 15 au 17 SEPTEMBRE | San Antonio, TX | USA Salon & Conférence de Sables bitumineux Du 9 au 10 SEPTEMBRE | Fort McMurray, AB | Canada Conférence & Exhibition Internationale sur les pipelines Du 30 SEPTEMBRE AU 2 OCTOBRE | Calgary, AB | Canada 50ème Anniversaire de TDW 15 AOÛT | Swindon| UK INTERNATIONAL PIPELINE CONFERENCE AND EXPOSITION Du 30 septembre 30 au 2 octobre 2014 Calgary,AB, Canada Parmi les événements les plus attendus de l’année, la Conférence et Exposition internationale sur les pipelines 2014 (IPC / IPE) est conçu pour informer, éclairer et motiver. En plus de fournir aux participants un large éventail de sessions techniques, de tutorat et de discussions, L’IPC poursuit son soutien en investissant dans la recherche sur les pipelines et des initiatives éducatives. Nous vous invitons à la présentation d’affiches de TDW et à visiter le stand pour en savoir plus sur : les inspections d’intégrité, la plate-forme de données SpirALL® MFL, les progrès dans l’évaluation non destructive et l’identification positive des matériaux, ainsi que le système d’isolation innovant STOPPLE®. Saisissez cette occasion pour découvrir notre technologie et rencontrer nos experts en personne. IPE Stand No. 308 T.D. Williamson #IPC2014
  13. 13. ARTICLEVEDETTE Aux États Unis, le développement des gisements de schiste est considéré comme un moyen d’améliorer l’autosuffisance énergétique et et en faisant du pays un exportateur net de gaz naturel en moins d’une décennie. Actuellement, les États-Unis ne sont pas le seul pays ayant un plan visant à accroître la sécurité énergétique : les 28 pays de l’Union européenne sont également sur le chemin de l’indépendance énergétique, principalement en diversifiant leurs approvisionnements en gaz naturel et en construisant des milliers de kilomètres de nouveaux pipelines. Sur les 188 030 km (116 837 miles) des pipelines cités en 2013 par le Journal Pipeline and Gas dans son étude comme étant en construction dans le monde., 21 148 km se situent en Europe. Ce total comprend le Corridor gazier du Sud de 3 500 km (2 175 miles), dont la réalisation a été récemment approuvée, qui débutera dans le vaste champ de gaz de Shah Deniz en Azerbaïdjan et qui abouira en Italie, reliant sept pays sur son parcours. Alors que les opérateurs de gaz naturel européen étendent leur portée, leurs besoins sont également en hausse. De plus en plus, ils demandent à leurs prestataires de services non seulement des outils, mais également des solutions complètes pour assurer l’intégrité des pipelines, de la préparation pour des inversions de pipelines en Pologne à l’optimisation du débit aux Pays-Bas. Vers un approvisionnement plus stable En Pologne, le charbon est roi. Assis sur le plus grand gisement mondial de la roche noire combustible, la Pologne est classée parmi les 10 plus grands producteurs de charbon de la planète. Le charbon est la source de 80 à 90 % de la production d’électricité en Pologne, selon la stratégie de la politique énergétique du gouvernement polonais. Il est également considéré comme l’épine dorsale de l’économie de la nation, qui est fortement basée sur l’industrie. Mais la Pologne ne tourne pas uniquement au charbon. Le pays a besoin de pétrole brut et de gaz naturel pour alimenter les secteurs du transport et du chauffage. Un importateur net d’énergie, la Pologne importe environ 95 % de son pétrole et 65 % du gaz naturel de l’étranger, principalement de la Russie. Cependant, la Pologne est en train d’étendre son propre réseau de gaz naturel, à la fois pour réduire sa dépendance aux exportations énergétiques russes et pour diversifier son bouquet énergétique et se départir du charbon afin d’atteindre les objectifs de l’UE en matière de changement climatique. À la fin de 2014, l’opérateur national polonais GAZ- SYSTEM aura réalisé un projet sur cinq ans de 1,95 milliards d’euros (2,69 milliards de dollars) qui comprend le premier terminal de gaz naturel liquéfié du pays (GNL), en cours de construction à Świnoujście Port sur la mer Baltique, capable de réceptionner des approvisionnements de diverses sources, et plus de 1 200 kilomètres (745 miles) de nouvelles conduites de transport de gaz. Ces lignes relieront le terminal de gaz naturel liquéfié au réseau de gaz naturel polonais et, grâce à son réseau domestique, à des lignes de transport de gaz tchèques et allemands. Bien qu’il soit peu probable que le gaz naturel détrône le charbon en tant que monarque énergétique de la Pologne, grâce à la croissance de l’infrastructure du gaz naturel, le pays se dirige vers une meilleure sécurité énergétique et un ciel plus propre. En même temps, les opérateurs polonais sont confrontés à des demandes de plus en plus élevées concernant la gestion d’actifs, y compris l’intégrité des pipelines. Tomasz Olma, qui fait autorité depuis plus de 20 ans dans le domaine du raclage et des inspections chez chez TD Williamson en Pologne, a vu l’industrie du pétrole et du gaz de la nation adopter des méthodes plus sophistiquées pour maintenir et réhabiliter leurs pipelines. « Depuis l’introduction du système de raclage intelligent en Pologne dans les années 1990, les opérateurs se sont tournés vers des méthodes d’inspection de pointe comme le contrôl l’emploi de la technologie magnétique de flux de fuite se tourne vers la sécurité énergétique DE NOUVELLES CONNEXIONS: L’Europe • À double sens: la solution du pipeline bidirectionnel • La société néerlandaise NAM découvre un nouveau moyen de passer à travers la cire • Le gaz naturel américain peut-il aider l’UE ? • Une politique axée sur la stabilité des approvisionnements • Garantir une source d’approvisionnement bienveillante 23 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 22
  14. 14. INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 (MFL) pour détecter des pertes de flux magnétiques, la corrosion, et la perte de paroi dans les conduites métalliques » dit- il. L’intérêt pour les solutions clés en main de fournisseurs de services qui regroupent une multitude d’innovations est remarquable, ajoute- t-il, car elles contribuent à une livraison logique et séquentielle des produits et services, ce qui permet de rationaliser les projets en termes de temps et de coûts. Ce besoin est d’autant plus évident que GAZ- SYSTEM met en œuvre son programme de construction de nouvelles interconnexions et d’amélioration des infrastructures pour permettre l’inversion du sens des flux. Et tandis que ces mouvements sont destinés à maintenir l’approvisionnement des citoyens polonais en gaz naturel, la motivation pour eux a commencé avec le pétrole. Garantir une source d’approvisionnement bienveillante Selon le CIA World Factbook, 14 198 km (8 822 miles) de conduites de gaz et 1374 km (853 miles) de pipelines de pétrole en Pologne se trouvèrent en 2013, dont la plupart avaient plus de 30 ans. L’un d’eux est l’oléoduc « l’Amitié », qui démarre au cœur de la Russie et scinde la Pologne en deux, d’est en ouest. Aussi connu sous le Druzhba, le Pipeline de l’Amitié est opérationnel depuis 1962 et est le plus long pipeline du monde, collectant et transportant du pétrole de la Sibérie occidentale, l’Oural et la mer Caspienne sur plus de 4000 kilomètres (2500 miles) vers l’Ukraine, la Biélorussie, la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque et l’Allemagne. Il a une capacité de plus de 2 millions de barils par jour (mbj), dont quelque 1,4 à 1,6 mbj vont directement aux consommateurs dans l’UE. Malgré son nom prônant l’amitié, cet oléduc a parfois été une source de friction ainsi que d’énergie. Pendant l’hiver de 2006, par exemple, un différend contractuel avec le Bélarus a incité la Russie à mettre fin à la circulation du gazoduc Amitié. Trois ans plus tard, en Janvier 2009, à cause d’un désaccord avec l’Ukraine sur le prix du gaz naturel, la Russie a cessé presque toutes ses exportations de gaz naturel vers l’Europe. Ces incidents ont mis en évidence la vulnérabilité de la circulation de l’énergie en Europe et a servi de rappel à la Pologne sur les dangers de devenir trop dépendant d’un fournisseur unique en énergie. Le magazine The Economist suggère que la crise du gaz naturel 2009 de 2009 a décidé à Pologne à accélérer la construction du terminal méthanier à Świnoujście. Et il ne fait aucun doute que le désir de Varsovie de réduire sa dépendance énergétique envers la Russie est à l’origine de sa décision de rendre bidirectionnel une partie du gazoduc Yamal (ou Jamal, en polonais), de façon à assurer le transport de gaz depuis d’Allemagne à titre de précaution en cas de changements de politique. Cela marche dans les deux sens : la solution du pipeline bidirectionnel Bien que la Pologne produit environ un tiers de son gaz naturel domestique, les deux tiers de la demande du pays sont satisfaits par les importations en provenance de la Russie, l’Allemagne et la République tchèque. L’organisation d’informations indépendante Natural Gas Europe affirme que, historiquement, la part du lion des importations de gaz naturel de la Pologne - environ 80 %- est venue de Russie via le gazoduc Yamal de 56 pouces, qui se termine en Allemagne. En 2012, le Yamal a livré 9 milliards de mètres cubes (mmc) de gaz naturel russe à la Pologne, selon la revue statistique annuelle de BP. Suite à la cessation par la Russie de ses exportations de gaz en 2009, l’opérateur polonais national GAZ-SYSTEM a commencé à modifier le gazoduc Yamal pour permettre des flux de transport dans les deux sens et ce, de façon permanente, au point de jonction entre le réseau polonais et le réseau allemand. En cas d’interruption de la fourniture de gaz en provenance de Russie, GAZ-SYSTEM sera en mesure d’inverser les flux dans le pipeline, permettant à l’Allemagne de transporter son produit aux consommateurs de la Pologne. Le flux est ouvert depuis le mois d’avril de cette année. Il soutient une capacité de flux inversé jusqu’à 2,3 milliards de mètres cubes par an, avec la possibilité d’augmenter à 5,5 milliards de mètres cubes en cas de rupture d’approvisionnement. “L’investissement au niveau de la jonction entre la section polonaise du gazoduc Yamal et le système de transmission appartenant à l’opérateur allemand est déterminant pour l’amélioration des capacités de transport entre la Pologne et l’Allemagne,” a déclaré GAZ-SYSTEM dans un communiqué. Au cours d’une année, le centre de services de T.D. Williamson Pologne basé à Varsovie a été engagé pour réaliser une série d’opérations de renforcement de l’intégrité de pipelines visant à: • Réaliser une étude de faisabilité à multi-facettes qui comprend une analyse des données existantes, des entretiens avec les superviseurs de premier niveau en charge de la maintenance du gazoduc et une inspection physique de l’état du pipeline • Préparer un plan de nettoyage et d’inspection qui utiliserait une gamme de systèmes de raclage à débarrasser le pipeline de quantités anormales de condensat, de l’huile, de rouille et de sable • Effectuer des perçages et des obturations en charge pour remplacer une section du pipeline sous une voie ferrée avec plusieurs vannes à passage réduit qui ne pourraient pas supporter l’augmentation de pression • Contrôler le pipeline en utilisant des outils d’inspection intelligents • Préparer une pompe pour la maintenance du pipeline • Renforcer les sections du pipeline présentant des signes de corrosion externe avec un revêtement composite • Effectuer des testes hydrostatiques de la ligne afin de s’assurer que celle-ci peut supporter une pression de 1,5 fois supérieure à la pression de service maximale admissible (MAOP) Bien sûr, le test ultime pour cette liaison réversible avec l’Allemagne aura lieu le jour où la Russie arrêtera ses livraisons de gaz naturel à ses voisins de l’Ouest. INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014ARTICLEVEDETTE 25 “Investir dans la connexion de la section polonaise du gazoduc Yamal et le système de transmission appartenant à l’opérateur allemand possède une importance fondamentale à améliorer les capacités de transport entre la Pologne et l’Allemagne.” UKRAINE RUSSIE BELARUS POLOGNE ROUMANIE ALLEMAGNE ITALIE LITHUANIEYAMAL PIPELINE DRUZHBA PIPELINE AUTRICHE HONGRIE CROATIE MOLDAVIE REPUBLIQUE CZECH 24
  15. 15. généralement construits pièce par pièce à l’aide de la CAD. Par conséquent, il est pratiquement impossible de voir si les câbles sont en mesure de s’adapter correctement tant que le prototype n’est pas construit. Les câbles varient en épaisseur et dans le différentiel de la courbe, ce qui créée des problèmes inattendus. Jusqu’à ce qu’un ingénieur connecte les fils sur un modèle de test, il ne fait que des suppositions éclairées quant à savoir s‘ils vont bien se connecter. Un dispositif de détection de déformations de 4 pouces est l’une des nombreuses pièces imprimées par les ingénieurs TDW pour les aider dans leur processus de R & D. En utilisant des méthodes traditionnelles, un ingénieur pourrait modéliser une nouvelle pièce sur CAO, envoyer le dessin à l’atelier d’usinage, puis attendre quelques semaines à un mois pour qu’un prototype soit construit. Ce n’est qu’alors que l’ingénieur pourra faire des tests préliminaires pour savoir si la nouvelle pièce est compatible avec les autres pièces de la conception, et, bien sûr, si les câbles conviennent. Grâce à l’impression 3D, cependant, un ingénieur peut envoyer une conception CAO directement à l’imprimante, et avoir réponse à ses questions en quelques heures. Inutile de dire que, cette capacité d’imprimer rapidement des conceptions de test peut faire gagner des mois lors d’un processus typique de R & D. Réduire les doublons, Accroître l’efficacité L’impression 3D facilite également la collaboration: Lorsque les ingénieurs font développer différents outils par plusieurs équipes, la répétition du travail est difficile à éviter. Bien que les entreprises conservent des bibliothèques de pièces CAO virtuelles, les ingénieurs ne peuvent pas voir comment les pièces s’imbriqueraient dans leurs conceptions, de sorte qu’ils finissent souvent par passer des heures à concevoir et à recréer des pièces qui étaient disponibles dans la bibliothèque. L’impression 3D permet aux entreprises de créer une contrepartie physique à ces bibliothèques virtuelles : « au lieu de se tourner vers des designs virtuels, les ingénieurs peuvent choisir des pièces pré- fabriquées en plastique en interne ». Des pièces comme des joints en U et les bras de capteurs s’uniformisent, non pas parce que « les règles disent que nous devrions utiliser le modèle standard », mais parce que les ingénieurs peuvent voir par eux-mêmes que le modèle standard fonctionne. « Le prototypage rapide permet de disposer rapidement d’une pièce », explique Davin Saderholm, directeur de développement de nouveaux produits à TDW. Quant à l’outil d’inspection de la ligne d’hydrogène - à l’aide du prototypage rapide grâce à l’impression 3D - il a été livré au client dans des délais très réduits, en dépit des défis uniques à releverIl est évident que l’impression 3D est en train de transformer le processus clé dans de nombreux secteurs d’activité. Que ce soit dans votre avion ou dans votre pipeline, à la maison ou même à l’intérieur de votre corps, il est presque certain que l’impression 3D arrivera bientôt dans votre vie et dans votre entreprise. Le Dernier Cri DEPUIS LA PAGE 13 impliquées dans l’exploitation des gisements de schiste aux États-Unis de partager leurs connaissances avec les opérateurs en Australie. Par exemple, l’industrie américaine du pétrole et du gaz entreprend actuellement des investissements de 890 milliards de dollars sur 12 ans dans ses infrastructures en aval et de collecte. L’Australie peut en apprendre beaucoup sur la planification, les ressources et les travailleurs impliqués dans ce processus. Comme pour le personnel et l’expertise professionnelle, l’Australie fait face aux mêmes défis que tous les pays qui exploitent le schiste : il ya une pénurie de main-d’œuvre dans le domaine du pétrole et du gaz dans le monde entier, en particulier un manque d’experts. Une façon de naviguer entre les écueils consiste, pour les opérateurs, à travailler avec des entreprises de services qui ont déjà des connaissances dans le domaine - les entreprises qui sont déjà passées par le processus aux États-Unis. En route vers le succès Jusqu’à présent, l’Australie a satisfait de nombreuses conditions pour l’exploitation du gaz de schiste. Le contexte politique du pays semble prometteur et, comme la Pologne l’a démontré, c’est peut être l’étape la plus difficile pour de nombreux pays. Le développement d’un projet d’extraction de GDS peut être beaucoup plus facile : bien qu’il nécessite beaucoup de temps et d’efforts, l’ensemble du processus d’exploitation de schiste reste le même à travers le monde. L’environnement politique amical et ouvert de l’Australie et la volonté de travailler avec des entreprises internationales nous aidera à mettre ce pays dans les conditions de devenir l’un des plus grands exportateurs de gaz naturel liquide dans le monde. 26 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 La société néerlandaise NAM découvre un nouveau moyen de passer à travers la cire Tandis que la Pologne continue à se sortir d’une situation géopolitique épineuse avec son principal fournisseur de gaz, un important fournisseur de gaz naturel aux Pays-Bas travaille sur l’intégrité du pipeline et l’assurance du flux, des pipelines et l’optimisation des flux, des objectifs clé pour la sécurité. Les Pays-Bas ne possèdent pas seulement le gisement de gaz le plus important en Europe, avec le gisement géant de Groningen, le pays est aussi une plaque tournante clé pour le transport et la transformation des combustibles liquides. C’est aussi l’un des plus grands importateurs et exportateurs de pétrole brut et de dérivés du pétrole. Par conséquent, l’entretien des conduites est une priorité pour le pays et la société d’exploration néerlandaise NAM. Récemment, NAM, une coentreprise (joint-venture) entre Shell et ExxonMobil, devait simplifier la connexion d’arrivée à terre en amont de deux installations d’exploration et de traitement urbaine à la raffinerie de Shell à Pernis, près de Rotterdam. Avec une capacité d’environ 400 000 milliards de barils par jour (BBD / j), Shell Pernis est le plus grand centre de raffinage d’Europe. Le Projet de NAM nécessitait l’abandon et le remplacement d’un système de raclage situé en surface entre les installations de production et de raffinage par une installation en Y enterrée raclable, capable de résister à des pressions jusqu’à 95 bar (1377,9 psi) pour ensuite employer des racleurs pour nettoyer les conduites. En outre, les conduites arrivant au gratoir étaient de divers diamètres. Parce que la ligne en provenance de la station de mesure est de 8 pouces, et la ligne en provenance de la station de gaz est de 10 pouces, il était nécessaire de recourir à des racleurs à double diamètre. Après un premier nettoyage, les ingénieurs NAM ont pu constater qu’il y avait plus de cire dans le pipeline que prévu à l’origine et qu’il leur faudrait un outil plus efficace pour se débarrasser des dépôts. La réponse est venue sous la forme du système de raclage PitBoss ™ de TDW, un outil de nettoyage en profondeur qui est équipé de brosses métalliques souples. Bien expert de raclage européenne Ann Mariën dit que les brosses métalliques souples ne sont pas normalement utilisés pour enlever la cire parce qu’ils obtiennent “encombré” immédiatement, les capacités d’auto-nettoyage du système de raclage PitBoss autorisés à expédier le problème de la cire de NAM. Le système de raclage PitBoss a également aidé les ingénieurs à resoudre un autre problème : la corrosion. «Il y avait de la corrosion par piqûres, mais aussi très probablement des débris qui devaient être retirés de ces piqûres, et tout cela a pu être effectué au moyen du même outil. Nous avons également pris des mesures supplémentaires pour prévenir la corrosion », a déclaré Cindy Dirkx, ingénieur Pipeline chez NAM. « Je suis convaincue que cette solution de nettoyage sur mesure a contribué à éviter que le phénomène de dégradation des pipelines ne se poursuive ». Le gaz naturel américain peut-il aider l’UE? Ces nouvelles connexions et le développement des infrastructures ne changent rien au fait que l’UE ne dispose pas des ressources en combustibles fossiles suffisantes pour répondre à tous ses besoins. L’Institut de relations internationales et des affaires européennes (IIEA) dit que l’UE importe déjà 70 pour cent de son pétrole et 50 pour cent de son gaz naturel. Ajoutant à ces difficultés, l’Agence internationale de l’Energie (AIE) prévoit que la dépendance extérieure de l’UE ne fera que croître à court terme, avec une augmentation de 20 pour cent au cours des 20 prochaines années. Les États-Unis ne sont pas étrangers à la situation en Europe à la situation en Europe est confrontée: Pas plus tard qu’en 2007, les réserves de gaz naturel américaines s’amenuisaient au point que l’administration Bush envisageait d’importer du gaz en provenance de marchés moins stables. Et bien que le boom de schiste qui a soutenu l’Amérique reste à se produire en Europe, la production croissante de gaz naturel en provenance des gisements de schistes des régions comme le Dakota du Nord ou le Texas puisse aider l’UE à diminuer sa dépendance par rapport à des sources d’approvisionnement moins stables. Les États-Unis n’exporte pas encore son gaz naturel, mais le ministère de l’Energie a commencé à délivrer des permis d’exportation à des entreprises américaines, et des terminaux d’exportation de gaz naturel sont déjà dans leurs premières phases de construction. En attendant, les pays européens poursuivent leur politique de sécurisation énergétique. Les opérateurs vont continuer à construire de nouveaux pipelines et à modifier l’utilisation des infrastructures existantes. Et les prestataires de services de fournir des solutions d’intégrité avancées et complètes qui aideront l’Europe à atteindre plus rapidement et en toute confiance ses objectifs. NAM est dédié à la création d’un avenir énergétique durable Nederlandse Aardolie Maatschappij BV (NAM) fait de l’exploration et de la production de pétrole et de gaz aux Pays-Bas depuis 1947. Aujourd’hui, NAM est le premier producteur de gaz naturel aux Pays-Bas, avec une production annuelle en 2012 de 59,6 milliards de mètres cubes, ce qui représente 75 % du total de la demande néerlandaise en gaz naturel. Le gisement de Groningue représente environ 70 % de la production de gaz de NAM, le reste provient de plus de 175 champs moins importants sur le territoire néerlandais et en mer du Nord. NAM continue également de produire du pétrole, qui représente un cinquième de la production aux Pays- Bas. La société s’est engagée à oeuvrer pour la nation néerlandaise en employant des techniques innovantes permettant d’optimiser la production et d’assurer un approvisionnement en énergie sûr et durable. NAM a deux actionnaires : Shell (50 %) et ExxonMobil (50 %). NAM met en oeuvre les processus opérationnels de Shell et ses systèmes de sécurité. 27 INNOVATIONS•JUILLET-SEPTEMBRE2014 Surmonter les défis en 3D DEPUIS LA PAGE 11
  16. 16. PhasesFourBY THE NUMBERS of PROGRESSIVE PIGGING 28 29 ZOOM SUR Les Quatre Phases D’UN PROCESSUS DE RACLAGE PROGRESSIF 1 2 3 4 MOUSSE Les racleurs en mousse sont peu coûteux et indispensables. Ils fournissent des informations utiles aux opérateurs concernant l’état de leur conduite et la faisabilité du raclage. Souple et résistant, le racleur en mousse fournit lors de son inspection visuelle après son passage dans la conduite des données qui vont souvent enclencher l’étape suivante de ce processus progressif. CHIMIQUE Le traitement chimique est réalisé par l’injection d’une substance chimique entre deux racleurs en uréthane, avec pour finalité de diminuer la cohésion de tous les contaminants et débris qui se sont attachés à la paroi de la conduite. Les disques de ces racleurs de séparation contribuent également à détacher les débris qui se trouvent en amont et en aval de la substance chimique. Les racleurs de séparation racleurs de séparation contribuent également à détacher les débris qui se trouvent en amont et en aval de la substance chimique. URÉTHANE Les racleurs en uréthane sont utilisés dans la phase que l’on peut vraiment qualifiée de “progressive”. Il existe tout un ensemble de modèles de racleurs de ce type qui vont de simples moulages en uréthane avec coupelles et disques à des modèles à armature métallique, de nature très agressive, équipés de coupelles et disques en uréthane moulé et de centaines, voire des milliers de fines brosses en acier. SPECIALISÉ Les défis uniques des opérateurs de pipelines demandent des solutions uniques, tels que des systèmes de raclage en acier ultra-agressifs avec des mandrins en acier à ressort (pour enlever les dépôts de corrosion à l’intérieur des piqûres), ainsi que des systèmes de pulvérisation (pour l’élimination des débris). UN FLUX REDUIT ET UNE AUGMENTATION EN COMPRESSION signifient que les opérateurs de pipeline courent des risques opérationnels et perdent des profits. Afin d’atténuer ces pertes inutiles et de maximiser le débit du pipeline, l’industrie compte sur le raclage progressif. En raison de la variété de facteurs complexes propres à chaque pipeline, le développement et la mise en œuvre d’un programme de raclage progressif sont un véritable défi. Pour simplifier le processus, le programme peut être divisé en quatre phases principales : mousse, produits chimiques, uréthane, et produits spécialisés. L’ordre des phases de raclage et le choix des outils de raclage mis en oeuvre dépendra des caractérisques de la conduite et de son état. 5% DE DÉPÔTS GROSSIERS >30% de réduction du débit >100% plus de pression 5% DE DÉPÔTS LISSES 10% de réduction du débit 30% plus de pression TUYAU PROPRE Pas de réduction du débit Pression Normal
  17. 17. Amérique du Nord & Amérique du Sud Europe / Afrique / Moyen Orient Asie / Pacifique Offshore Services +1 918 447 5000 +32 67 28 3611 +65 6364 8520 +47 51 44 32 40 ® Registered trademark of T.D. Williamson, Inc. in the United States and in other countries. ™ Trademark of T.D. Williamson, Inc. in the United States and in other countries. ©Copyright 2014 All rights reserved. T.D. Williamson, Inc. Partenariat de Confiance Depuis quatre générations, des entreprises du monde entier font confiance à l’engagement continuel de TDW pour assurer la performance de leurs pipelines. Vous pouvez également nous faire confiance. Perçage et obturation en charge • Nettoyage • Services d’Integrité des Pipelines TDWilliamson.com

×