Lettre semestrielle septembre 2015

828 vues

Publié le

Edito : l'État français doit enfin choisir ! Les MOOC à Télécom ParisTech - Développement international : le monde à portée de main - Bilan de la rentrée scolaire - Un professeur à l'honneur : Eric Moulines - 4 nouvelles chaires avec les entreprises - Les télécoms mènent à tout : témoignage de Bernard Duverneuil, diplômé, DSI Essilor

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
828
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
274
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Lettre semestrielle septembre 2015

  1. 1. Arrivé mi-2007 à la création de ParisTech, aux ambitions révi- sées depuis sous le coup de l’Université Paris-Saclay, me voici aujourd’hui associé à la déclinaison du rapport Attali* sur l’évolution de l’X et son rapproche- ment éventuel avec 9 autres Grandes Écoles ! Tournerait-on en rond ? Si les gouvernements (de droite puis de gauche), qui se sont succédé depuis 8 ans ont été constants sur la volonté de provoquer des regroupements dans l’enseignement supérieur, de préserver à peu près ses budgets, de faire de Paris-Saclay un campus de visibilité mon- diale et de soigneusement éviter la question de la sélection à l’entrée des formations du supérieur (on s’en félicitera moins), il faut en pointer la part d’inconstance, sur deux aspects majeurs, source d’instabilité stratégique pour notre École : –veut-on tirer vers le haut les meilleurs ou mettre tout le monde au même régime ? Initiativesd’excellence(2011)ouCommunautés d’Universités et d’Établissements (2013) ? –accepte-t-on un regroupement de Grandes Écoles ou veut-on prioritairement regrouper Grandes Écoles et universités ? ParisTech (2007), Université Paris-Saclay (2012) ou «École polytechnique de Paris » (2015) ? En attendant que l’État choisisse, Télécom ParisTech poursuit une stratégie la plus rési- liente possible à toutes les alternatives et prépare son implantation à Paris-Saclay et sa transformation pour y devenir le « Collège de l’innovation par le numérique », au service du pays. *pour en savoir plus : https://gargantua.polytechnique.fr/siatel-web/linkto/ mICYYYU6i5YK N° 13 oct. 2015 Yves POILANE (84) Directeur de Télécom ParisTech L’Étatfrançaisdoitenfinchoisir! Télécom ParisTech La lettre d’information semestrielle de Télécom ParisTech Infos Édito Les MOOC à Télécom ParisTech par Jean-Pascal Jullien Directeur de la Formation Initiale Télécom ParisTech s’est lancée dans la production de MOOC grâce au soutien de l’Institut Mines-Télécom qui apporte des ressources financières, matérielles et humaines et, depuis 2014, grâce au mécénat décennal de Patrick Drahi (88) qui finance la production d’un catalogue de MOOC de qualité dans le domaine du Numérique pour les publics francophone, anglophone et arabophone. L’École a contribué à un premier MOOC (réalisé en 2014) Principes des réseaux de données (session le 17 septembre). Elle est aussi impliquée dans une série de MOOC en production courant 2015: Monter son MOOC de A à Z ; Introduction aux communications par satellites ; Introduction au traitement numérique avec Matlab ; Objectif IPV6 : vers l’Internet nouvelle génération (1re session le 22 octobre) ; Innover et entreprendre dans un monde numérique (1re session le 28 octobre) ; Routage et qualité de service dans l’Internet (1re session le 5 novembre); Comprendre la 4G (1re session le 5 novembre). Une autre série est en projet pour une production en 2016. La direction de la Formation Continue a aussi produit le MOOC : «Fondamentaux du Big Data», pour créer une synergie avec notre mastère spécialisé «Big Data». Cet engagement de Télécom ParisTech dans le développement de MOOC illustre la stratégie que l’École a souhaité adopter dans ce domaine pour l’année écoulée et les deux années à venir : - faire que le plus grand nombre d’enseignants s’engage dans la conception de MOOC, pour «se faire la main» ; - multiplier les formes de MOOC ainsi que les publics visés (futurs candidats, étudiants de l’École, adultes en activité...) pour tester les business models associés ; - monitorer toutes les expériences pour assurer le partage au sein des équipes pédagogiques et avec la direction, ainsi que la construction progressive d’une stratégie plus élaborée à partir de 2018 ; - se concentrer sur deux plateformes, l’une francophone (FUN-MOOC), l’autre anglophone (Coursera, avec qui l’Institut vientdesigneruneconventiondedistribution de contenu). Le collège de l’innovation par le numérique de Paris-Saclay Retrouvez l’offre de Télécom ParisTech sur : www.telecom-paristech.fr/MOOC/
  2. 2. Télécom ParisTech Infos Télécom ParisTech revendique une forte internationalisation à « domicile » illustrée notamment par la plus importante pro- portion d’étudiants étrangers de toutes les Grandes Écoles françaises d’ingénieur (environ 45%), par plus de 40 nationa- lités présentes, par une offre de cursus anglophone (à Sophia, grâce à Eurecom) et par les activités « Vivre l’international à l’École ». Télécom ParisTech renforce enfin cette internationalisation en imposant à partir de la rentrée 2016 l’obligation d’une mobi- lité à l’étranger d’au moins 3 mois, pouvant être validée par un stage et/ou un séjour d’études. 150 élèves environ seront concer- nés chaque année. La mobilité s’inscrit dans le cadre de la filière suivie par l’élève en 2e et 3e années. Parmi les dispositifs d’accom- pagnement, un diplômé conseille depuis trois ans les élèves désireux d’effectuer un stage ingénieur à l’étranger et sollicite le réseau des alumni à cet effet. Développement international : Le monde à portée de main Les mobilités en formation s’appuient quant à elle le plus souvent sur des partena- riats établis avec des établissements interna- tionaux prestigieux que l’École s’emploie à renforcer. Parmi la centaine d’accords, dont une trentaine de double-diplômes, citons les plus récents : ParisTech Shanghai Jiao Tong, dont l’École est membre (conven- tion d’échange et de double-diplôme), RMIT University (Australie, convention d’échange), Israel Institute of Technology- Technion (convention de l’Insti- tut Mines-Télécom), Columbia University (double diplôme de master en bio-ingénierie). Les mobilités sont soutenues par des financements publics, fran- çais, européens ou étrangers, mais ces soutiens demeurent insuffi- sants,  qu’il   s’agisse  d’accueillir d’excellents étudiants étrangers ou de permettre aux élèves ingénieurs à ressources modestes de pouvoir par Jean-François NAVINER Directeur des relations internationales vivre une expérience internationale dans de bonnes conditions. Les dons des alumni à la Fondation Télécom, les aides aux élèves boursiers pour une mobilité à l’étranger ou les bourses pour attirer des étudiants étrangers (tel le programme « jeunes entre- preneurs » soutenu par Patrick Drahi), les prêts à taux zéro proposés par la caisse d’Entraide de Télécom ParisTech alumni, complètent donc de façon indispensable ces dispositifs. Bilan de la rentrée scolaire 2015 D’octobre à décembre 2015 Forums prépas dans 60 lycées de France Les 14 et 15 novembre 2015 Salon des Grandes Écoles : à la Cité de la Mode et du Design. Les élèves de Télécom ParisTech à la rencontre des classes prépas par Jean-Pascal Jullien Directeur de la Formation Initiale Diplôme IG 2012 2013 2014 2015 Intégration en 1re année 146 145 151 151 Intégration en 2e /3e années 94 112 130 109 En première année du cursus ingénieur Télécom ParisTech, nous avons recruté 133 élèves par le concours commun Mines Ponts, en légère croissance (+3 CC) par rap- port à l’année dernière, en conformité avec notre plan stratégique. Concernant l’admission par voie univer- sitaire, seulement 5 élèves intègrent notre cursus ingénieur en provenance de Licence (-3 L3), parmi les 16 admis par notre jury d’admission. Nous intégrons aussi 13 élèves ayant validé un Diplôme Universitaire de Technologie (DUT) dans le cursus ingé- nieur en alternance, nombre stable par rap- port à l’année précédente. Au total, on observe donc une stabilité des élèves recrutés en première année, alors que nous visions une légère progression. Le recrutement direct en 2e et 3e années du cursus ingénieur retrouve un effectif proche de celui de la rentrée 2013, pour les raisons suivantes : • la diminution du nombre des élèves poly- techniciens venant terminer leur cursus chez nous (-12), ce qui est lié à la priorité donnée à l’École polytechnique aux cursus à l’inter- national ; • une baisse en 2015 des recrutements à l’étranger (-8) ; particulièrement nette en provenance d’Asie (-7). Notons aussi en 2015, l’intégration d’un militaire, d’un HEC et d’un élève en VAE, qui contribuent à la diversité de nos modes de recrutement. Ces chiffres marquent un palier sur une trajectoire que l’on souhaiterait croissante avec un objectif de 300 élèves recrutés à l’horizon de la rentrée 2017, qui figure dans notre plan stratégique actuel. Pour retrouver la trajectoire croissante, et face à l’incertitude sur l’avenir de notre formation par apprentissage, nous allons étudier la possibilité d’augmenter notre recrutement par le Concours Commun Mines-Ponts, nous participons aux travaux suite au rapport Attali consacré à la straté- gie de l’X sur l’articulation des formations des «écoles d’application» (dont la nôtre) et la 3e année du cycle polytechnicien, et nous poursuivrons l’effort d’élargissement de la base de notre recrutement à l’inter- national tant par le biais d’Eurecom que de ParisTech et de l’Institut Mines-Télécom, tout en maintenant une forte sélectivité. Rentrée scolaire : retrouvez-la en images sur www.telecom-paristech.fr/rentree/
  3. 3. Télécom ParisTech Infos « Bouclant une boucle » de près de 31 ans, Éric Moulines (86),  pilier   scientifique  et charismatique de Télécom ParisTech, s’en est retourné en juin 2015 à l’École Un professeur à l’honneur : Éric Moulines polytechnique qu’il avait quittée en 1984 pour rejoindre « l’ENST » (comme on appelait l’École à l’époque) tout d’abord en tant qu’élève. Alors qu’il devait rester trois ans à « l’ENST », Éric s’y est attaché, épanoui et a fait rayonner durant trois décennies les activités de recherche de l’École dans les domaines de pointe des statistiques. Les approches markoviennes furent au centre de ses travaux qui seront couronnés en 2010 par la prestigieuse médaille d’Argent du CNRS, venant récompenser plus de 350 publications, citées près de 15 000 fois par des scientifiques du monde entier. De ce fait, il est aujourd’hui l’une des figures emblématiques du profil « inventeur/chercheur », l’un des trois profils que Télécom ParisTech pousse auprès de ses étudiants (aux côtés du profil « entrepreneur/intrapreneur » et du profil « transformateur/traducteur » du numérique). par Patrick Duvaut Directeur de la Recherche Éric a scellé un maillon emblématique de l’alliance stratégique entre Télécom ParisTech et l’École polytechnique dans le domaine du Big Data, en créant, avec ses collègues, en septembre 2014, le premier Master M2 national de « Mathématiques de la Science des Données », copiloté par les deux établissements au périmètre de l’Université Paris-Saclay. Éric prévoit de focaliser ses futurs travaux à l’X sur les « systèmes complexes et les données volumineuses ». Il sera par ailleurs le moteur du développement de nouvelles collaborations entre l’École polytechnique et Télécom ParisTech autour de la science des données, tant en formation qu’en recherche. Nous aurons donc la chance de continuer à le croiser dans les couloirs, bureaux, salles de Télécom ParisTech, rue Barrault à Paris et, à partir de 2019, a fortiori, à Palaiseau. AGENDA 2015 - 2016 2 oct. Colloque de la chaire Big Data & Market Insights : bdmi.wp.mines-telecom.fr/2015/09/03/bdmi-day/ 3 oct. 20 ans de la promotion 1995 à l’École : www.telecom-paristech.org 10 oct. Fête de la Science - Année de la Lumière 2015 : visites de laboratoires, animations de chercheurs et étudiants, et conférences de Bernard Duverneuil (88), DSI Essilor, et de Philippe Grangier, Prof IOGS. www.telecom-paristech.fr/annee-de-la-lumiere/ 12 oct. Michael Ohana, fondateur de la société AlumnEye, répond sur « les Processus de recrutement en Banque et en Master Finance » à l’invitation de l’association étudiante Télécom Business & Finance 13 oct. Dîner de collecte à l’UNESCO en faveur des écoles Télécom : Geoffroy Roux de Bézieux, invité d’honneur, interviendra sur le thème « Des Télécoms vers le numérique : un enjeu industriel ? » www.fondation-telecom.org/actualites/save-the-date-259/ 6 nov. Rencontre de la Chaire Valeurs & Politiques des Informations Personnelles (ouvert à tous) 14 nov. 25 ans de la promo 1990 à l’École : www.telecom-paristech.org 25 nov.. Vincent Taupin (85), président de la Banque Edmond de Rothschild, s’exprime sur les «stratégies d’investissements dans les PME innovantes», à l’invitation de l’association étudiante Télécom Business & Finance 3-4 déc. Conférence de l’Institut Interdisciplinaire de Innovation i3 , notre laboratoire commun avec Mines ParisTech et l’X, à Mines ParisTech 11 fév. 2016 Forum des Télécommunications (Porte de Versailles) www.forumdestelecommunications.fr/ avril 2016 18e Prix des Technologies Numériques - Paris www.telecom-paristech.fr/actualites/agenda.html Enseignement, Recherche et Innovation : 4 nouvelles chaires avec les entreprises Poursuivant sa politique d’animation de l’innovation par le numérique, Télécom ParisTech convainc et s’engage dans 4 nouvelles chaires avec des entreprises : Modélisation, Caractérisation et Maîtrise des expositions aux ondes électromagnétiques (C2M), financée par Orange et en parte- nariat avec Télécom Bretagne ; Ingénierie et innovation frugale, première chaire mul- ti-partenaires de l’Université Paris-Saclay, financée par Essilor et en partenariat avec AgroParisTech (porteur) et l’Institut d’Optique Graduate School ParisTech ; Cybersécurité, financée notamment par Airbus et Orange, en partenariat avec Télécom Bretagne (porteur) et Télécom SudParis ; Entrepreneuriat Numérique Étudiant (CENE), financée par LVMH. Ces chaires soutenues par des entreprises, développent avec celles-ci sur cinq ans des actions de recherche et de formation, ainsi qu’une animation partagée sur la thématique, favorisant ainsi l’innovation. Saluons le dynamisme des enseignants et chercheurs investis dans ces travaux sou- vent interdisciplinaires. Retrouvez son témoignage sur www.telecom-paristech.fr/telecom_paristech/telecom_paristech_alumni_reseau_des_diplomes.html
  4. 4. Télécom ParisTech Infos Abonnement en ligne et vos réactions sur : www.telecom-paristech.fr/lettreinfo Télécom ParisTech Infos : www.telecom-paristech.fr Directeur de la publication : Yves Poilane Rédacteur en chef : Dominique Célier Rédaction : Patrick Duvaut, Jean-Pascal Jullien, Jean-François Naviner Réalisation : Télécom ParisTech/Direction de la Communication 46, rue Barrault 75634 Paris Cedex 13 Impression : LA FIRME - 21, rue Aristide Briand 94340 Joinville-le-Pont Dépôt légal : septembre 2015 - Semestriel - ISSN : 2105-1380 « Pourquoi avais-tu choisi Télécom ParisTech à l’époque ? À la sortie de l’X, je souhaitais m’orienter vers l’École d’Application qui me fourni- rait une solide formation en informatique. Il était évident que l’informatique allait connaître un véritable développement dans tous les secteurs de l’écono- mie, et mon goût pour cette discipline s’était déjà déve- loppé à l’X. J’ai opté pour l’École car elle proposait un solide cursus en informatique et Système d’Information, alors que le secteur des télé- coms était lui aussi florissant. Quels sont les souvenirs les plus mar- quants à Télécom ParisTech ? Au-delà des matières scientifiques, les langues ont occupé une place importante dans la formation d’ingénieur. Mon sou- venir le plus marquant est le cours d’arabe dispensé par un professeur formidable ; il nous a non seulement fait découvrir une langue, mais a tenu à nous conduire en terre arabe pour mieux la connaître et apprécier la culture associée. Avec une douzaine d’ara- bisants nous avons pu découvrir la Jordanie puis l’Égypte. C’est un souvenir merveil- leux, grâce à ce professeur profondément humaniste, épicurien et généreux. Parle-nous de tes 25 années de carrière. J’ai toujours œuvré dans l’informatique, les Systèmes d’Information, le numérique. Je considérais qu’il était nécessaire d’avoir une spécialité d’ingénieur, d’avoir un métier. Les premières années ont donc été consa- crées à apprendre ce métier, en SSII prin- cipalement. Puis je me suis tourné vers le conseil car il m’était apparu plus intéressant d’influer sur les orientations et les décisions à prendre. Ce fut donc du conseil en mana- gement, puis en stratégie. Beaucoup de mis- sions de schémas directeurs, d’organisation des DSI... Ce fut ensuite le grand moment de la bulle internet, qui m’a conduit à faire le grand saut et à monter ma propre start-up internet. La bulle a éclaté avant de n’avoir pu lever tous les fonds nécessaires. Je me suis tourné vers la grande entreprise, pour mettre enfin en œuvre ce que j’avais recommandé aux autres. C’est ainsi que je suis devenu DSI du Groupe Lagardère en 2001. Déjà, il était évident que le numérique allait bouleverser le monde des médias. Je n’ai pas été déçu ! Puis, lorsque je suis arrivé chez Essilor en 2009, comme DSI du groupe, la trans- formation numérique y était également en marche… En quoi le numérique est-il désormais stratégique pour Essilor ? Essilor appréhende la dimension numérique dans l’ensemble de ses fonctions (marketing, ventes, supply chain, finances, com,…) par l’introduction des technologies internet, des réseaux sociaux, du big data, etc. Mais le cœur même d’Essilor fait l’objet d’une évolution importante, avec de nouveaux business models, de la dématérialisation et le passage du produit au service. Et ce n’est que le début d’une formidable période d’innova- tion ! Comment ne pas imaginer l’impact de technologies comme la réalité augmentée, les objets connectés ou l’impression 3D ? En quoi ta formation à Télécom ParisTech t’a-t-elle aidé dans ta carrière ? Avoir un vrai savoir-faire dans un domaine choisi me paraît essentiel pour un manager ou un dirigeant. L’expérience acquise dans la pratique, sur le terrain, est irremplaçable et fait toute la différence entre un décideur froid et généraliste, et un homme de l’art, non seulement expérimenté mais aussi meilleur visionnaire. La formation Télécom ParisTech m’a fourni cette spécialisation et apporté au scientifique que j’étais une com- pétence d’ingénieur, c’est-à-dire de concep- teur, de réalisateur et d’organisateur. Que sais-tu de la stratégie de l’École ? Qu’en penses-tu ? Je ne peux que féliciter l’École d’avoir embrassé cette stratégie axée sur le numé- rique. Innover et entreprendre dans un monde numérique ! Je crois que mon par- cours reflète bien cette devise, et je me réjouis de voir que nos grandes écoles d’ingénieur, qu’il faut défendre comme une des grandes réussites de notre système éducatif, se posi- tionnent de manière aussi volontariste sur ce secteur de l’économie qui me paraît encore – au bout de 30 ans – le plus porteur pour notre économie. J’ajouterai que la France a de nombreux atouts dans ce domaine, du système éducatif à la French Tech en passant par nos grands groupes leaders internatio- naux dans la haute technologie, et qu’il est vital de le reconnaître et de l’encourager ! » Avec ses collaborateurs, Laurent Vacherot (79), DGA Essilor, et Dominique Terosier (96), DSI Europe, on peut penser que l’avenir numérique d’Essilorestentredebonnesmains! Bernard Duverneuil (88) - DSI du Groupe Essilor Bernard Duverneuil (88) est directeur des systèmes d’information du groupe Essilor, leader mondial des verres correcteurs. Il fut élu DSI de l’année 2012 et est également Vice-Président du Cigref. Les Télécoms mènent à tout…

×