Microsoft Word - Projet Perso Monnaies Regionales.doc

131 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
131
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Microsoft Word - Projet Perso Monnaies Regionales.doc

  1. 1. 1     Théo  le  Besnerais     Tuteur  :  Frédéric  Mazet   Entreprise  :  Credit  Agricole  Leasing  &  Factoring   Année  :  2014  /  2015,  M1  BFGR  Groupe  B   Lundi 1 juin 2015     Mémoire: « Les Monnaies régionales : le modèle de Monnaies Régionales peut- il réellement se développer et s’imposer en Europe ? Les Monnaies Régionales sont-elles une alternative à la crise économique en Europe? »
  2. 2. 2       Master 1 Monnaie Banque Finance Assurance : «  spécialité  Banque  Finance  Gestion  des  Risques   BFGR  »                             « Les Monnaies régionales : le modèle de Monnaies Régionales peut-il réellement se développer et s’imposer en Europe ? Les Monnaies Régionales sont-elles une alternative à la crise économique en Europe ? »
  3. 3. 3               Les   Monnaies   Régionales,   sociales   et   complémentaires   apparaissent   comme   une   innovation  monétaire  de  la  société  civile,  comme  une  réappropriation  citoyenne  de   la  monnaie.  Celle-­‐ci  est  alors  tournée  en  un  outil  malléable,  permettant  d’orienter   production   et   consommation.   Dans   une   perspective   de   développement   local   endogène,  elles  présenteraient  trois  potentialités  :  la  territorialisation  des  activités,   la  dynamisation  des  échanges  et  la  transformation  des  pratiques,  des  modes  de  vie,   et   des   représentations   sociales.   Ce   mémoire   propose   d’explorer   le   spectre   des   monnaies  régionales  et  complémentaires  dans  un  contexte  européen  ;  de  voir  dans   quelle   mesure   elles   pourraient   y   participer   au   développement,   et   sous   quelles   formes.  L’essor  d’Internet  et  de  monnaies  virtuelles  dans  les  jeux  en  ligne  ont  rendu   ce  phénomène  qui  existe  depuis  les  débuts  de  l’histoire  de  la  monnaie  un  peu  plus   familier.   Toutefois,   la   grande   majorité   de   ces   initiatives   ont   un   but   social   et   non   commercial.   Dans   le   contexte   de   crise   économique   et   financière,   j’ai   souhaité   m’interroger   sur   ce   phénomène,   dont   les   partisans   soutiennent   qu’il   peut   devenir   une  solution  systématique  aux  problèmes  économiques  actuels.  L’argument  central   des   théoriciens   des   monnaies   complémentaires   est   la   résilience   que   procure   la   diversité  monétaire  à  l’économie.  
  4. 4. 4     SOMMAIRE   REMERCIEMENTS  ............................................................................  5   INTRODUCTION  ..............................................................................  6   CONTEXTE  POLITIQUE  ET  GEOGRAPHIQUE  ......................................  6   1.  LA  MONNAIE  CETTE  INCONNUE  .............................................................  7   1.1    L’eau  et  la  monnaie,  deux  flux  d’eau  ......................................................  7   1.2  Faire  de  la  monnaie  un  bulletin  de  vote  ...................................................  7   1.2.1  Valeurs  et  monnaies  citoyennes  .........................................................................  7   1.2.2  Contester  l’Euro  et  soutenir  l’économie  .............................................................  8   1.2.3  Antécédents  historiques  .....................................................................................  9   1.2.4  Absence  de  diversité  nuit  à  l’efficacité  .............................................................  10   1.2.5  Des  exemples  concrets  de  monnaies  complémentaires  ...................................  12   1.3  Frein  à  l’évasion  grâce  aux  renforcements  de  la  production  .................  14   1.3.1  La  richesse  se  crée  quand  la  monnaie  circule  ...................................................  14   1.3.2  Un  point  entre  besoins  sans  réponse  et  ressources  sous  employés  .................  15   1.3.3  Ce  qui  compte  reste  invisible  ............................................................................  16   1.4  Des  richesses  non  valorisés  en  monnaie  ................................................  16   2.  L’AVENIR  DES  MONNAIES  REGIONALES  .................................................  17   2.1  Qu’est  ce  qu’une  Région  et  une  Monnaie  Régionale  ?  ..........................  17   2.1.1  Vers  une  monnaie  labellisée  .............................................................................  18   2.1.2  Le  rôle  de  l’Euro  et  le  «  Régio  »  ........................................................................  19   2.1.3  Vision  et  réalité  ................................................................................................  20   2.2  Quelles  propositions  pour  la  digitalisation  d’une  monnaie  régionale  ?  .  21   2.2.1  Un  nouveau  moyen  de  paiement  digital  et  local  ..............................................  21   2.2.2  La  nécessité  d’une  meilleure  réactivité  ............................................................  22   3.   UN   PROJET   POUR   UNE   EUROPE   DES   REGIONS  :   «  MISE   EN   PLACE   D’UNE   MONNAIE  REGIONALE  ».  .......................................................................  23   3.1  La  phase  de  définition  de  la  monnaie  :  bien  cerner  les  exigences  et  le   périmètre  de  la  monnaie  .............................................................................  23   3.1.1   Le   «  diagnostic  »   de   l’existant  :   une   nouvelle   monnaie   peu   connue   des   habitants  ...................................................................................................................  23   3.1.2  Les  ressources  à  disposition  pour  réaliser  un  circuit  monétaire  .......................  24   3.1.3  Les  contraintes  liées  à  une  Monnaie  Régionale  ...............................................  27   3.1.4  Les  résultats  attendus  ......................................................................................  28   BILAN  ET  CONCLUSION  ..................................................................  29   BIBLIOGRAPHIE  ET  SITOGRAPHIE  ..................................................  31  
  5. 5. 5     Remerciements  Je  remercie  tout  d’abord  Madame  Selsabila  Michel,  professeur  pour  mon  mémoire   pour  m’avoir  guidée  dans  la  réalisation  de  ce  travail  lors  des  soutenances  d’étapes,  pour  ses   précisions  quant  à  la  forme  et  ses  critiques  qui  m’ont  beaucoup  aidé.   Mes   remerciements   vont   aussi   à   Mme   Sandra   Rigot,   professeur   d’Economie   Monétaire  Internationale,  pour  ses  conseils  lors  de  la  relecture  de  mon  plan.    Je  souhaite  également  remercier,  différents  collaborateurs  au  sein  de  Crédit  Agricole   Leasing  &  Factoring,  à  qui  j’ai  pu  demander  des  conseils  lors  de  la  rédaction  de  ce  mémoire.     Ce   mémoire   aurait   manqué   de   profondeur   empirique   sans   les   inépuisables   ressources  d’André-­‐Jacques  Holbecq  et  de  Phillipe  Derudder.              
  6. 6. 6     Introduction     La   crise   de   l’euro   nous   oblige   à   repenser   en   profondeur   la   politique   monétaire   européenne.   Loin   d’un   fédéralisme   monétaire   esquissé   par   certains   économistes,   chaque   états  membres  tout  en  préservant  la  zone  euro  pourrait  mettre  en  circulation  sur  son  propre   territoire  des  monnaies  complémentaire,  garantie  par  les  recettes  fiscales  et  maintenue  à  la   parité   avec   l’euro.   Cette   monnaie   parallèle   serait   une   monnaie   «  populaire  »   émise   sous   forme   de   billets   de   petite   dénomination   et   destinée   aux   achats   quotidiens.   L’euro   continuerait   d’être   utilisé   pour   régler   les   transactions   de   montant   plus   important,   les   transactions  à  l’échelle  européenne  et  servirait  de  monnaie  d’épargne.   Contexte  politique  et  géographique     Le  fédéralisme  monétaire  imaginé  par  certains  économistes,  rompt  avec  le  monopole   bancaire   privé   sur   l’émission   de   monnaie.   La   Banque   Centrale   Européenne   (BCE)   par   le   rachat  des  dettes  souveraines  sur  le  marché  secondaire  ne  fait  que  conforter  un  système   failli   encore   en   place,   alimentant   un   bulle   des   actifs   (en   majorité   dé-­‐corrélé   de   l’activité   économique  réelle).   Plus   fondamentalement,   il   faut   affirmer   que   les   principes   d’organisation   de   la   monnaie  doivent  être  cohérents  avec  ceux  qui  fondent  la  communauté  politique.  Dans  le  cas   de  l’Union  européenne,  il  s’agit  de  transposer  sur  le  plan  monétaire  la  vielle  maxime  «    unité   dans  la  diversité  »,  et  de  reconnaître  que  la  politique  monétaire  est  un  des  outils  dont  les   peuples  souverains  doivent  pouvoir  disposer  pour  protéger  leur  existence  et  s’inscrire  dans   la  durée.  Une  monnaie  complémentaire  circulant  durablement  au  sein  de  l’économie  locale,   en   parallèle   à   l’euro   doit   avant   tout   être   acceptée   par   la   population   et   négociée   avec   le   secteur  privé.  Pour  y  parvenir,  le  gouvernement  devra  construire  activement  la  confiance   dans  la  nouvelle  monnaie  et  maintenir  sa  valeur  au  pair  avec  l’euro.     La  concomitance  entre  crise  et  monnaies  complémentaires  se  comprend  aisément  :   l’argent   manque,   les   banques,   en   difficulté,   diminuent   leurs   facilités   de   financement,   les   entreprises   et   les   particuliers   sont   pris   à   la   gorge,   et   naît   alors   l’idée  :   puisque   l’argent   manque,  créons  une  autre  monnaie  !  Il  faut  comprendre  que  les  monnaies  complémentaires   et/ou  régionales  n’ont  pas  vocation  à  remplacer  la  monnaie  officielle,  mais  à  trouver  sa  place   en  complément  de  celle-­‐ci.   On   compte   à   l’heure   à   actuelle   une   multitude   de   monnaies   complémentaires,   puisque   «  nous   en   sommes   à   plus   de   5   000   en   2009,   selon   Bernard   Lietaer,   ancien   haut   fonctionnaire   de   la   Banque   Centrale   de   Belgique   ayant   participé   à   la   création   de   l’euro,   aujourd’hui  l’un  des  spécialistes  mondiaux  des  monnaies  complémentaires  ».    
  7. 7. 7     1. La  monnaie  cette  inconnue     1.1 L’eau  et  la  monnaie,  deux  flux  d’eau     Nos  sociétés  modernes  ont  un  besoin  vital  de  monnaie    pour  vivre  et  prospérer.  La   diversité   et   la   quantité   des   échanges   nécessaires,   la   variété   des   productions   et   des   consommations  de  chacun  est  telle  que  l’absence  de  monnaie  est  quasiment  impossible  à   envisager.  Dans  l’état  actuel  du  monde,  à  cet  instant  de  son  évolution,  l’absence  de  monnaie   signifierait  l’absence  des  échanges,  et  donc  le  retour  de  l’autarcie  primitive.  Nous  sommes   donc  loin  de  la  société  libre,  sereine  et  apaisée  où  les  individus  pourront  vivre  de  leurs  dons   réciproques  sans  que  quiconque  songe  à  tenir  la  comptabilité  de  que  quoi  ce  soit.   La   monnaie   n’a   que   très   rarement   été   produite   logiquement   et   sainement,   en   fonction  des  besoins  d’échanges  de  biens  et  de  services  réels.  Il  a  donc  souvent  existé  un   déficit,  un  manque  de  monnaie  structurel  dû  à  un  décalage  entre  niveau  d’activité  réelle  et   quantité  de  monnaie  en  circulation.  Et  parallèlement  à  cela,  la  distribution  de  la  monnaie  a   presque  toujours  été  effectuée  par  une  autorité  centrale  à  qui  elle  conférait  le  pouvoir  de   décider  ce  qui  serait  valeur  ou  pas  et  quelles  catégories  sociales  seraient  avantagées.   A  l’inverse  ,  on  peut  dire  aussi  que  face  à  un  besoin  pressant  de  moyen  d’échange,  il   était   parfaitement   logique,   et   en   quelque   sorte   profitable   à   la   prospérité   d’une   certaine   partie  de  la  société  que  la  monnaie-­‐dette  soit  inventée  et  envahisse  le  monde.   Désormais,   95   %   de   la   monnaie   en   circulation   est   constituée   de   simples   lignes   de   chiffres  sur  des  écrans  mais  ce  n’est  pas  une  raison  pour  en  laisser  la  gestion  à  des  émetteurs   privés,  sous  forme  de  dette,  sans  aucun  contrôle,  alors  que  cette  gestion  pourrait  être  faite   de  manière  transparente.     1.2      Faire  de  la  monnaie  un  bulletin  de  vote     1.2.1  Valeurs  et  monnaies  citoyennes     D’un  point  de  vue  économique,  le  système  de  création  et  de  distribution  monétaire   par  le  crédit  qui  est  en  place  dans  la  plupart  des  pays  en  ce  début  de  troisième  millénaire  est   porteur   d’un   grand   nombre   de   défauts   majeurs   et   génère   de   nombreuses   conséquences   négatives  sur  l’ensemble  de  nos  sociétés.  A  part  le  petit  nombre  des  détenteurs  du  privilège   monétaire   qui   profitent   des   avantages   extraordinaires   que   procurent   la   maîtrise   et   le   contrôle   du   processus,   le   reste   des   populations   est   dans   une   situation   de   dépendance   constante.  L’ensemble  de  l’économie  est  déformé  dans  les  grandes  largeurs  par  l’inefficacité   monopolistique  d’un  système  centralisé.  La  dette  qui  accompagne  chaque  unité  monétaire  
  8. 8. 8     oblige  les  populations  à  un  effort  de  production  insoutenable  qui  ne  peut  être  compensé   que  par  un  endettement  symétrique  et  exponentiel  des  Etats  eux-­‐mêmes.  D’un  point  de  vue   politique,   il   est   également   inacceptable   de   laisser   la   gestion   d’un   outil   d’échange   aussi   fondamentale  que  la  monnaie  publique  à  des  entités  privées,  dont  le  but  n’est  pas  de  servir   la  communauté,  mais  au  contraire  d’utiliser  au  mieux  de  ses  propres  intérêts  un  système  qui   lui  a  été  attribué  par  défaut  et  par  ignorance  des  conséquences.   D’un  point  de  vue  éthique,  le  fait  de  confier  la  création  et  la  distribution  de  monnaie   à   des   entités   qui   échappent   au   contrôle   des   populations,   qui   opèrent   sur   des   bases   monopolistiques,   selon   des   règles   non   transparentes   et   sans   le   moindre   accord   démocratique  est  en  complète  contradiction  avec  tous  les  droits  humains  fondamentaux   La  monnaie  courante  est  à  la  fois  très  simple  dans  son  utilisation  et  très  compliqué   dès  que  l’on  essaie  de  s’expliquer  d’où  vient  l’argent,  qui  le  crée,  d’où  vient  le  crédit,  à  quoi   sert  une  banque.  Oser  se  lancer  dans  l’aventure  d’un  projet  de  Monnaie  Régionale,  c’est   finalement  pour  les  citoyens  le  meilleur  moyen  de  s’approprier  les  réponses.  Car  imprimer   des  billets,  c’est  une  façon  pour  nous  et  pour  eux,  de  s’assurer  de  leur  «  infalsifiabilité  »,  de   garantir  les  dépôts,  bref  de  créer  de  la  monnaie.  C’est  l’occasion  de  découvrir  qu’une  simple   association  citoyenne  et  publique  peut  se  réapproprier  cet  usage,  aujourd’hui  confisqué  par   les   établissements   bancaires,   obsédés   non   plus   de   rendre   service   à   leurs   usagers   mais   d’enrichir  leur  actionnaires  et  leur  salariés.  Dans  cette  reconquête  citoyenne,  c’est  le  faire   qui  détermine  le  Comprendre.     1.2.2 Contester  l’Euro  et  soutenir  l’économie     Une  monnaie  complémentaire  est  une  monnaie  qui  peut  être  utilisée  en  complément   de  la  monnaie  officielle.  Nul  n’a  l’obligation  de  faire  ou  de  recevoir  un  paiement  en  monnaie   complémentaire,  il  se  fait  uniquement  si  le  vendeur  et  l’acheteur  sont  d’accord.  La  monnaie   étatique  garde  donc  toute  sa  prééminence,  mais  elle  n’est  pas  unique.  Alors  à  quoi  sert  donc   une   monnaie   complémentaire  ?   Tout   simplement   à   permettre   des   transactions   qui   ne   se   feraient  pas  dans  la  monnaie  officielle.   On  peut  expliquer  ce  phénomène  avec  le  WIR  («  nous  »  en  allemand).  Le  WIR  a  été   créé  en  1934  en  Suisse.  La  crise  de  1929  frappe  durement  les  Etats-­‐Unis  et  elle  se  diffuse   dans  toute  l’Europe,  la  Confédération  helvétique  n’y  échappe  pas.     La   tendance   à   la   monnaie   locale   est   particulièrement   forte   depuis   2011.   Elles   ont   plusieurs  noms  selon  la  ville  ou  la  région  où  elles  sont  proposées  mais  surtout,  les  monnaies   locales  sont  considérées  comme  des  monnaies  éthiques,  alternatives  ou  encore  solidaires.   Leur  principe  :  offrir  un  moyen  de  paiement  alternatif  à  l’euro,  basé  sur  un  système  local   reconnu  par  les  partenaires.  En  général,  les  initiateurs  d’une  monnaie  locale  pensent  aussi  à   l’économie   régionale  :   les   artisans,   leur   savoir-­‐faire   et   les   produits   locaux   sont   particulièrement  mis  en  valeur.  
  9. 9. 9     Le  manque  de  confiance  envers  l’euro  est  aussi  l’un  des  moteurs  des  nombreuses   monnaies  locales.  La  monnaie  solidaire  et  peut  être  régionale  un  jour,  est  le  reflet  d’une   crainte  d’une  crise  économique  en  France  et  en  Europe  encore  plus  marquée.  Dotée  de  sa   propre   monnaie,   l’économie   locale   est   et   sera   ainsi   consolidée,   sans   risque   de   crise   de   liquidité.  Bien  entendu,  le  système  a  ses  limites.   1.2.3 Antécédents  historiques     Tout  comme  les  assemblées  directes  locales,  les  monnaies  complémentaires  ne  sont   pas   des   phénomènes   nouveaux,   mais   elles   restent   relativement   méconnues   et   peu   enseignées   dans   nos   cours   d’histoire.   Les   monnaies   complémentaires   qui   ont   existé   dans   l’histoire  ont  pourtant  correspondu  à  des  périodes  de  prospérité  pour  les  habitants.   Contrairement  aux  idées  reçues,  les  monnaies  régionales  disposent  en  Europe  d’une   historicité  considérable.  Elles  existèrent  de  façon  continue  entre  Charlemagne  et  Napoléon.   Il  faut  noter  que  si  les  monnaies  régionales  ont  disparu  du  paysage  européen,  ce  n’est  pas  en   raison  de  leur  inefficacité.  Dans  la  plupart  des  cas,  elles  ont  été  abolies,  sans  autre  forme  de   procès,   par   un   pouvoir   central   qui   entendait   étendre   l’usage   de   son   propre   système   monétaire  pour  mieux  contrôler  les  économies  régionales,  et  cela  sans  égard  pour  les  effets   négatifs   sur   la   population.   Il   est   important   de   rappeler   que   la   monopolisation   monétaire   s’est   souvent   accompagnée   de   mesures   de   répression   militaires   et   d’interdiction   de   systèmes  et  d’usages  préexistants.   Le  parallélisme  avec  les  assemblées  des  villes  et  les  luttes  des  communes  contre  l’Etat   pour  le  maintien  des  «  libertés  municipales  »  est  frappant.   Il  faut  reconnaître  toutefois  que  dans  certains  pays  et  sous  certaines  conditions,  il   existe  des  monnaies  complémentaires  connaissant  un  succès  qui  ne  se  dément  pas.  Le  WIR   notamment,   en   Suisse,   qui   a   réussi   à   perdurer   depuis   1934   (le   fait   que   l’organisation   se   trouve   à   Bâle   et   possède   le   statut   bancaire   y   est   peut-­‐être   pour   quelque   chose).   Les   banques,   dont   la   situation   se   détériore,   restreignent   les   lignes   de   crédit   accordées   aux   entreprises,  au  risque  de  les  pousser  à  la  faillite.  Seize  entrepreneurs  décident  alors  de  se   réunir  pour  voir  comment  ils  pourraient  sauver  leurs  sociétés.  Constatant  que  l’entreprise  A   a  besoin  d’argent  pour  acheter  des  marchandises  à  l’entreprise  B,  qui  elle-­‐même  a  besoin   d’argent   pour   payer   son   principal   fournisseur,   l’entreprise   C,   ils   décident   de   créer   un   système  de  crédit  mutuel  entre  eux  :  quand  A  achète  chez  B,  A  enregistre  un  débit  et  B  un   crédit   correspondant,   de   même   quand   B   achète   à   C,   etc.   Ces   débits   et   crédits   sont   dénommés  WIR,  et  pour  simplifier  les  choses,  il  est  établi  que  1  WIR  =  1  franc  suisse.  Mais   dans  ce  nouveau  système,  l’argent  dus  système  bancaire  ne  circule  plus.  Ces  entrepreneurs   venaient  de  créer  leur  propre  monnaie,  ainsi  que  leur  propre  banque  (la  banque  WIR)  pour   la  gérer.  A  l’époque,  les  banques  suisses  firent  tout  pour  stopper  ce  projet,  mais  en  vain.   C’était  en  effet  une  part  de  leur  marché  qui  leur  échappait,  des  transactions  sur  lesquelles  
  10. 10. 10     elles   ne   toucheraient   plus   de   commission.   Mais   le   WIR   perdure   et   se   diffuse   dans   toute   l’économie  suisse.   Aujourd’hui,  une  PME  suisse  sur  cinq  (soit  60  000  entreprises)  adhère  au  système,  et   utilise   donc   le   WIR   en   complément   du   franc   suisse.   En   2000,   un   économiste   américain,   James   Stodder,   a   réalisé   une   étude   économétrique   qui   reprenait   tout   l’historique   des   transactions  depuis  la  naissance  du  système.  Il  a  démontré  que  le  volume  d’activité  du  WIR   augmente   lorsque   l’économie   suisse   se   retrouve   en   récession,   et   baisse   en   période   de   croissance.  Autrement  dit,  cette  monnaie  a  un  effet  contra-­‐cyclique.  Une  excellente  chose,   et  qui  ne  coûte  pas  un  franc  d’argent  public.  Sans  le  WIR,  des  PME  suisses  auraient  fermé   leurs   portes,   d’autres   auraient   été   amenées   à   réduire   leur   niveau   d’activité.   La   monnaie   officielle,  notamment  quant  le  secteur  bancaire  est  malade,  peut  devenir  une  contrainte  qui   étouffe   l’économie  ;   une   autre   monnaie,   fonctionnant   sur   d’autres   bases,   peut   alors   apporter,  au  moins  en  partie,  une  réponse.   Actuellement  (chiffre  en  décembre  2014),  la  Banque  WIR  compte  plus  de  67  000  PME   participantes   soit   environ   1/5   des   PME   suisses.   Les   transactions   en   WIR   atteignent   1,7   milliards   de   francs   suisses   soit   environ   1,1   milliard   d’euros   et   le   système   monétaire   WIR   représente  1  %  de  la  masse  monétaire  en  circulation  en  francs  suisses.  Par  ailleurs,  884,5   millions  ont  été  octroyés  sous  forme  de  crédits  en  WIR.  Depuis  1998,  le  système  WIR  suisse   s’est  transformé  en  banque  coopérative,  ajoutant  à  ses  fonctions  originelles,  un  système  de   crédit  en  WIR  a  des  taux  avantageux  et  propose  des  services  bancaires  classiques  comme   des  placements.  De  plus,  il  met  aussi  ouvert  au  public,  et  met  à  disposition  des  clients  et   particuliers  une  carte  à  puce  WIR  permettant  de  réaliser  les  paiements  en  WIR  et  Francs   suisse  (CHF)  :  8  325  entreprises  l’acceptent  comme  mode  de  paiement  en  WIR  et  6  727  en   WIR   et   CHF,   pour   49   879   d’utilisateurs.   Ce   dispositif   est   le   seul   survivant   de   la   vague   de   création  de  systèmes  d’échange-­‐marchandises  des  années  30.     1.2.4 Absence  de  diversité  nuit  à  l’efficacité     Le  Yin-­‐Yang  est  un  concept  taoïste  de  relation  entre  deux  polarités.  Le  Yin  correspond   plutôt  au  féminin,  au  coopératif  et  le  Yang  au  masculin  et  au  compétitif.  Selon  Lao  Tseu,   «  Quand  le  masculin  et  le  féminin  se  combinent  toutes  les  choses  réalisent  l’harmonie  ».   Les  monnaies  conventionnelles,  comme  l’euro  ou  le  dollar,  peuvent  être  qualifiées  de   monnaies   Yang.   «  Une   monnaie   Yang   est   une   monnaie   dont   l’émission   est   basée   sur   une   hiérarchie,  sur  laquelle  on  applique  un  intérêt  qui  encourage  l’accumulation,  et  qui  tend  à   créer  la  compétition  entre  ses  utilisateurs.  Toutes  les  monnaies  conventionnelles  sont  des   monnaies  Yang  parce  qu’elles  manifestent  chacune  de  ces  caractéristiques.  C’est  pourquoi   l’économie   compétitive   qu’elles   alimentent   sera   définie   comme   «  économie   Yang  ».   Une   économie  Yang  vise  à  générer  du  capital  financier.  
  11. 11. 11     Les  monnaies  complémentaires,  quant  à  elles,  peuvent  être  qualifiées  de  monnaie   Yin.  Une  Monnaie  Yin  est  une  monnaie  dont  l’émission  est  gérée  par  les  utilisateurs  eux-­‐ mêmes,  qui  décourage  l’accumulation  et  qui  encourage  la  coopération  entre  ses  usagers.   L’économie  Yin  vise  à  générer  du  capital  social.   La  complémentarité  entre  monnaies  Yang  (monnaies  conventionnelles)  et  monnaies   Ying  (monnaies  complémentaires,  régionales  ou  locales)  pourrait  nous  permettre  de  lutter   efficacement  contre  la  rareté  de  l’argent  et  contre  le  chômage  et  nous  conduire  vers  une   prospérité  économique,  financière,  sociale  et  durable,  ainsi  que  l’analyse  Bernard  Lietaer  :   «  les  monnaies  complémentaires  sont  un  des  instruments  qui  facilitent  la  transition  vers  le   prochain  système  économique.  The  Future  of  the  money  donne  un  plan  détaillé  pour  une   stratégie   systématique   qui   offre   dès   aujourd’hui   une   possibilité   réaliste   d’atteindre   l’abondance   durable   en   une   génération   au   moyen   des   monnaies   complémentaires.     Source  :  Lietaer,  2009     Aujourd’hui  il  existe  plusieurs  types  de  monnaies  :   -­‐ les  monnaies  basées  sur  le  temps   -­‐ S.E.L  ou  Systèmes  d’Echanges  Locaux   -­‐ Monnaies  locales  complémentaires     Les   monnaies   basées   sur   un   système   d’échange   de   temps.   Les   conditions   de   l’échange  peuvent  être,  soit  indépendantes  de  la  valeur  du  service  rendu  (une  heure  vaut   une  heure),  soit  basées  sur  la  négociation  (on  se  met  d’accord  sur  des  valeurs  d’échange   différentes   selon   la   nature   du   service).   Elles   sont   bien   adaptées   aux   communautés   où   le   besoin  essentiel  est  l’entraide  mutuelle.  Le  Time  Dollar  et  les  SELs  fonctionnent  souvent  sur   ce  modèle.  Ces  systèmes  fonctionnent  très  bien  à  court  terme  :  les  blocages  économiques  
  12. 12. 12     dus   au   manque   de   chiffres   dans   le   système   monétaire   officiel   (récession,   pauvreté,   chômage)   sont   résolus   quasi   instantanément.   Mais   à   long   terme,   tout   comme   dans   le   système  monétaire  actuel,  la  question  de  l’accumulation  n’est  pas  traitée.   Un  S.E.L.  permet  des  échanges  de  biens,  de  services  et  de  savoirs.  Comme  tous  mes   systèmes  d’échange,  il  regroupe  une  communauté  de  personnes  bien  définie  au  sein  d’une   ville  ou  d’une  région.  Il  y  a  plus  de  450  SELs  en  France.  Ils  ont  tendance  à  se  former  à  la  suite   ou  au  cours  d’une  crise  dans  les  régions  où  la  pénurie  monétaire  se  fait  douloureusement   sentir   au   niveau   de   l’activité   économique   et   de   l’emploi.   Les   difficultés   financières   provoquent  une  prise  de  conscience  de  la  source  profonde  du  problème  :  un  manque  de   moyen  d’échange.  La  solidarité  et  l’astuce  font  le  reste.  La  monnaie  d’un  SEL  est  une  simple   comptabilité  mutuelle  matérialisée  par  un  certain  nombre  d’unités  monétaires  autonomes.   Chaque  membre  de  l’association  possède  son  propre  carnet  de  compte.  Les  transactions,   crédit   de   l’un   et   début   de   l’autre,   sont   simplement   inscrites   sur   les   carnets   de   deux   intervenants   à   chaque   transaction,   avec   parfois   une   troisième   inscription   sur   un   registre   global.   Chaque   monnaie   complémentaire,   qu’elle   soit   mise   en   œuvre   sous   forme   de   monnaie  locale,  de  SEL,  ou  autre,  est  fondée  sur  des  règles  parfois  complexes,  mais  toujours   transparentes.  Ces  règles  sont  acceptées  librement  et  en  tout  connaissance  de  cause  par   l’ensemble  des  membres  de  la  communauté  qui  l’utilisent.   Plus  de  2  000  systèmes  de  monnaies  complémentaires  sont  utilisés  dans  le  monde.   Toutefois,  il  va  sans  dire  que  les  Etats  surveillent  sans  relâche  du  coin  de  leur  œil  omniscient   toutes  ces  tentatives  de  se  libérer  du  joug  de  la  monnaie-­‐dette  officielle.  Au  moindre  signe   de  succès  ou  d’extension  en  dehors  d’un  petite  zone  bien  contrôlable  et  maîtrisée,  la  bras   omnipotent  de  l’Etat,  armé  de  son  arsenal  efficace  de  lois  diverses  et  variées,  ne  manque  pas   de  décourager  et  d’étouffer  toute  velléité  d’extension,  soit  en  qualifiant  les  entraides  locales   en  travail  clandestin  et  en  poursuivant  les  adhérents  malchanceux,  soit  en  mettant  l’amende   et  en  taxant  les  utilisateurs  les  plus  zélés  qui  effectueraient  des  transactions  trop  fréquentes,   soit   encore   en   interdisant   tout   simplement   la   prolongation   des   expériences   bien   avant   qu’elle  puissent  menacer  de  concurrencer  le  monopole  d’Etat.     1.2.5  Des  exemples  concrets  de  monnaies  complémentaires     En  France  une  monnaie  complémentaire  a  acquis  une  certaine  célébrité  :  le  SEL.  Les   membres  de  ce  groupe  (une  association  dont  il  faut  être  membre)  s’échangent  des  services   ou  des  savoir-­‐faire.  Ici  l’unité  de  compte  est  l’heure.  S’il  on  donne  un  cours  particulier  de   mathématiques,   on   obtient   un   crédit   qui   permet   ensuite   de   demander   une   réparation   demandant   une   heure   de   travail   à   un   plombier.   Seul   le   temps   de   travail   est   ici   pris   en   compte,   et   non   son   niveau   de   compétence   supposé   ou   réel  :   une   heure   de   cours   de   trigonométrie  vaut  une  heure  de  tonte  de  pelouse.  On  trouve  de  tels  systèmes  également   aux  Etats-­‐Unis  (les  Time  Dollars),  au  Canada,  au  Japon,  en  Suisse,  etc.  Les  premiers  SEL  sont   apparus  en  France  en  1994,  on  est  compte  aujourd’hui  300.  Ils  se  développent  plutôt  dans  
  13. 13. 13     les  régions  enclavées  et  à  faible  niveau  de  revenu  :  l’argent  manque  et  payer  un  plombier   revient  trop  cher,  alors  on  donne  de  son  temps  dans  une  compétence  que  l’on  possède,  et   on  peut  ensuite  payer  la  réparation.  On  comprend  ici  parfaitement  comment  cette  monnaie   complémentaire   permet   la   réalisation   de   transactions   qui   sinon   ne   se   feraient   pas.   Ces   échanges  permettent  ensuite  aux  personnes  de  mieux  s’intégrer  dans  le  tissu  économique,   pour  leur  plus  grand  bénéfice  et  celui  de  la  communauté.   Dans   l’un   de   ses   ouvrages,   l’économiste   anglais   Nicholas   Kaldor   (1908-­‐1986)   glisse   une  remarque  anodine  :  lorsqu’une  compagnie  aérienne  offre  des  miles  à  ses  clients,  ne  fait-­‐ elle  pas  d’une  monnaie  au  plein  sens  du  terme  bien  sûr,  le  bénéficiaire  ne  peut  pas  le  céder   ou  l’utiliser  chez  son  marchand  des  quatre-­‐saisons.  Mais  tout  de  même,  il  s’agit  de  «  quasi-­‐ monnaie  ».  Avec  certains  programmes,  on  peut  acheter  des  objets  ou  des  services  (location   de   voiture,   cinéma,   etc.).   On   est   ici   à   la   frontière   du   programme   de   fidélisation   et   de   la   monnaie.  De  la  même  façon,  lorsque  l’on  utilise  un  chèque  déjeuner  au  restaurant  ou  au   rayon   traiteur   du   supermarché,   on   utilise   aussi   une   quasi-­‐monnaie.   Ces   transactions   échappent  au  réseau  bancaire,  mais  elles  n’existeraient  pas  toutes  si  les  paiements  devaient   s’effectuer  en  euros.   Au   delà   d’exemple   particuliers,   les   monnaies   complémentaires   les   plus   répandues   sont  celles  qui  s’affichent  à  parité  avec  la  monnaie  officielle,  comme  le  WIR  (1  WIR  =  1  franc   suisse)  et  sont  utilisables  chez  tout  ou  partie  des  commerçants  d’une  ville  ou  d’une  région   comme  j’ai  pu  l’expliquer  précédemment.   En  Allemagne,  des  dizaines  de  monnaies  sont  actives  ou  en  cours  de  lancement,  la   plus  connue  étant  le  Chiemgauer,  du  nom  de  cette  région  de  Bavière  qui  l’utilise  :  lancée  en   2003,  elle  est  acceptée  par  plus  de  600  commerçants  et  a  déjà  circulé  à  hauteur  de  plusieurs   millions.   En  Belgique,  le  RES  circule  surtout  en  Flandre  depuis  1996  et  réunit  plus  de  5  000   commerçants   et   PME,   et   100   000   particuliers.   Le   RES   est   à   la   fois   une   monnaie   inter-­‐ entreprises,  comme  le  WIR,  et  une  monnaie  ouverte  aux  particuliers,  comme  le  Chiemgauer.   En   France,   plusieurs   projets   locaux   apparaissent  :   l’Eusko   dans   le   Pays   basque,   le   Déodat  à  Saint-­‐Dié-­‐des-­‐Vosges,  l’abeille  à  Villeneuve-­‐sur-­‐Lot,  l’Occitant  à  Pézenas,  la  muse  à   Anger,  l’Héol  à  Brest,  la  sardine  à  Concarneau,  la  mesure  à  Romans-­‐sur-­‐Isère  etc.  A  chaque   fois,  une  unité  de  ces  monnaies  égale  en  euro,  par  souci  de  simplicité.  On  compte  plus  de  5   000   monnaies   complémentaires   à   travers   le   monde,   contre   seulement   quelques-­‐unes   au   début   des   années   1990.   Nous   vivons   à   l’époque   de   l’avènement   des   monnaies   complémentaires.   Pour   exemple,   les   promoteurs   de   l’Eusko   attendent   des   collectivités   qu’elles   acceptent   la   monnaie   complémentaire   dans   les   piscines,   les   transports   communs,   la   restauration  scolaire,  etc.  Tout  est  cela  est  prévu  et  pensé  dans  les  esprits,  mais  ce  n’est  pas   encore  mis  en  place.  
  14. 14. 14     1.3 Frein  à  l’évasion  grâce  aux  renforcements  de  la  production     1.3.1 La  richesse  se  crée  quand  la  monnaie  circule      Une  monnaie-­‐dette  rapporte  quand  elle  n’est  pas  utilisée,  elle  permet  de  soutirer  de   la  richesse  à  ceux  qui  n’en  possèdent  pas  et  à  qui  on  peut  la  prêter  avec  intérêt,  ce  qui  évite   d’avoir  à  produire  soi-­‐même.  La  monnaie-­‐dette  a  donc  tendance  à  être  accumulée.   Dans  certaines  monnaies  complémentaires,  l’unité  est  parfois  «    fondante  »,  c’est  à   dire  grevée  d’un  intérêt  négatif.  Ceci  incite  à  la  dépenser  plutôt  qu’à  la  thésauriser,  puisque   plus  on  la  garde,  plus  elle  perd  de  sa  valeur.  Ceci  à  tendance  à  accélérer  la  fréquence  des   transactions  (V,  la  vitesse  de  circulation  augmente),  ce  qui  relance  mécaniquement  l’activité   économique   de   la   région.   Mais   à   long   terme,   l’option   «  monnaie   fondante  »   retire   de   la   valeur  à  l’unité  monétaire  et  diminue  la  masse  monétaire  existante.  De  plus,  la  question  de   l’accumulation  et  de  ses  conséquences  n’est  toujours  pas  réglée.     Par  exemple,  si  j’épargne  et  garde  toute  la  monnaie  chez  moi  pour  le  futur,  une  des   conséquence  est  que  je  peux  priver  les  autres  de  cet  argent  pour  réaliser  leurs  échanges   potentiels.   C’est   ce   que   l’on   observe   à   l’échelle   mondiale   où   l’argent   est   ultra-­‐concentré   dans   certaines   zones   et   complètement   absent   à   d’autres   endroits.   Le   capitalisme   avec   l’intérêt   met   en   avant   la   thésaurisation.   Le   fait   d’épargner   et   d’accumuler   100   euros   deviendront  104  euros  à  la  fin  de  l’année.  La  fonte  de  la  monnaie  (développée  par  Silvio   Gesell)  mais  qui  existait  déjà  au  Moyen-­‐Âge  (monnaie  de  Surestarie),  et  en  Egypte  ancienne   permet  de  diminuer  la  valeur  de  la  monnaie  avec  le  temps.   La  monnaie  est  un  outil.  En  fonction  des  besoins  et  de  ce  que  l’on  souhaite  créer,  on   peut   arbitrer   entre   accumulation   et/ou   circulation   on   peut   choisir   l’un   ou   l’autre   des   paramètres.   Nous   savons   depuis   Jared   Diammond   que   la   plupart   des   civilisations   qui   nous   ont   précédé  ont  disparu  par  au  moins  deux  causes  similaires  :  la  consommation  plus  rapide  que   la   production   des   ressources   nécessaires   à   leur   survie   et   l’explosion   liée   au   manque   de   cohésion   sociale   et   d’intégration   de   leurs   populations   de   plus   en   plus   diverses,   que   leur   empire  centralisé  n’a  pu  assurer.  Imaginer  donc  notre  société  qui  offrira  trop  de  promesses   de  consommation  via  le  crédit  ?  La  réponse  semble  simple,  réduire  nos  promesses,  réduire   notre   empreinte,   mais   donner   corps   à   une   autre   promesse   via   des   outils   monétaires   et   bancaires  à  une  échelle  «  géographique  »  plus  proche.        
  15. 15. 15     1.3.2   Un   point   entre   besoins   sans   réponse   et   ressources   sous   employés     Avec  des  monnaies  locales  complémentaires,  les  forces  productives  paralysées  par  le   manque  de  monnaie  officielle  peuvent  à  nouveau  s’exprimer,  les  chômeurs  se  remettent  en   activité,  et  tous  les  gens  qui  ont  des  savoir-­‐faire  et  des  connaissances  inemployées  peuvent   recommencer  à  les  utiliser  de  manière  productive.  Même  si  le  volume  de  monnaie  locale   augmente   considérablement   suite   à   cette   relance,   c’est   uniquement   parce   que   l’activité   augmente.   Les  régions  ont  de  nombreux  besoins,  liés  notamment  à  des  problèmes  sociaux  tels   que  le  chômage,    l’emploi  des  jeunes  ou  la  prise  en  charge  des  personnes  âgées.  Davantage   de   besoins   économiques   seront   satisfaits   quand   un   réseau   de   clients   bien   constitué   permettra   aux   entreprises   locales   de   mieux   faire   face   à   la   concurrence   des   grandes   entreprises.   Les   besoins   écologiques   ou   culturels   peuvent   être   remplis   si   l’on   soutient   efficacement  les  associations  locales.  La  préservation  de  l’identité  locale  répond  également  à   un  besoin  culturel.   Par  exemple,  la  prochaine  fois  que  vous  irez  au  restaurant  ou  au  cinéma,  comptez  le   nombre   de   places   ou   de   tables   vides  :   il   s’agit   là   aussi   de   ressources   non   mobilisées.   Les   écoles  fermées  après  les  heures  de  cours  ou  pendant  les  vacances  d’été,  sont  également  une   ressource,  tout  comme  certains  cours  de  l’université  que  suivent  parfois  tout  au  plus  une   dizaine  d’apprentis.  L’idée  est  d’introduire  des  monnaies  locales  et  complémentaires  (MLC)   ou  monnaies  régionales,  là  où  les  monnaies  nationales  ne  permettent  pas  de  satisfaire  tous   les  besoins  et,  en  plus,  négligent  l’utilisation  de  ressources  bien  réelles.     1.3.3 Ce  qui  compte  reste  invisible     L’économie   ne   demande   qu’à   grandir   et   à   accueillir   toutes   les   personnes   qui   le   souhaitent.   Il   y   a   d’immenses   champs   d’activité   qui   ne   sont   pas   reconnus   par   le   système   monétaire  existant.  Un  bénévole  qui  rend  visité  à  des  personnes  âgées  ne  crée-­‐t-­‐il  pas  de  la   Besoins  insatisfaits   Ressources  non  utilisées     -­‐Emploi  des  jeunes   -­‐Aide  aux  personnes  âgées   -­‐Préservation  de  l’environnement     -­‐Ecoles    en-­‐dehors  des  heures  de  cours   -­‐Sièges   vides   dans   les   cinémas   et   restaurants   -­‐Chômeurs    
  16. 16. 16     richesse  pour  tous  ?  Un  jeune  homme  n’enrichit-­‐il  pas  la  société  quand  il  crée  un  logiciel   gratuit.  Un  retraité  qui  transmet  son  expérience  à  des  plus  jeunes  ne  produit-­‐il  rien  ?  Une   mère  qui  s’occupe  elle-­‐même  de  son  bébé,  qui  aide  ses  enfants  à  faire  leurs  devoirs,  un  père   qui  passe  du  temps  avec  sa  famille  ne  sont-­‐ils  pas  utiles  à  la  société  tout  entière.   Dans  un  système  redevenu  juste  équitable,  croissance  des  échanges  ne  signifie  pas   forcément  croissance  et  pollution  et  du  pillage  des  ressources,  bien  au  contraire.  Il  y  a  tant   d’activités  nuisibles  à  réduire  et  des  secteurs  utiles  à  développer.   La  monnaie  est  devenue  un  anneau  dans  le  nez  de  «  l’homo  economicus  »  et  dicte  sa   loi  violente  et  absurde  à  six  milliards  d’humains  et  à  quasiment  toutes  les  formes  de  vie  sur   terre.   Que   penseront   nos   arrières   arrière-­‐petits-­‐enfants,   quand   ils   regarderont   les   pertes   collatérales   de   cette   compulsion   dévorante   et   addictive   pour   l’argent   comme   fin,   et   non   comme  moyen  ?   98  %  des  transactions  en  monnaie  se  font  sur  les  marchés  financiers  et  à  peine  2  %   servent  à  l’économie  réelle  qui  pourtant  à  pour  fonction  entre  autre  de  maintenir  en  santé,   nourrir,   vêtir,   loger,   déplacer   et   informer   tous   les   citoyens   pour   qu’ils   puissent,   dans   le   respect  des  autres  et  du  bien  commun,  étendre  leur  liberté  individuelle  et  expérimenter  le   chemin  de  leur  propre  bonheur.     1.4 Des  richesses  non  valorisés  en  monnaie     L’hypothèse  sous-­‐jacente  à  la  mise  en  place  d’une  Monnaie  Régionale  est  celle  de   l’existence  d’une  capacité  excédentaire  des  entreprises  locales,  par  exemple  un  surplus  de   stocks   pour   certaines   ou   un   surplus   de   temps   pour   d’autres.   Il   existe   une   demande   non   satisfaite   de   ces   biens   et   services   parce   qu’il   y   a   une   pénurie   de   moyens   d’échange.   En   d’autres  termes,  des  biens  et  services  sont  offerts,  que  d’autres  souhaitent  acheter,  mais  à   cause  de  la  pauvreté  (en  monnaie  nationale),  les  biens  et  services  excédentaires  ne  sont  pas   utilisés,  et  la  demande  n’est  pas  satisfaite.  C’est  cette  capacité  excédentaire  qui  n’est  pas   utilisée   qu’il   s’agit   de   monétiser   par   la   création   de   nouveaux   moyens   d’émettre   et   d’acquitter  des  crédits  entre  ces  entreprises.   Derrière  les  caractéristiques  technique  des  monnaies  complémentaires,  il  y  a  volonté,   celle  de  se  réapproprier    les  échanges  économiques  et  la  circulation  monétaire,  et  ainsi  de   favoriser  l’activité  locale  avec  une  monnaie  «  saine  »  (sans  planche  à  billets).  L’absence  de   taux   d’intérêt   indique   aussi   clairement   que   ce   n’est   pas   de   l’accumulation   d’argent   que   viendra   la   richesse   mais   bien   du   travail.   L’économie   réelle   marque   ainsi   clairement   sa   primauté  sur  une  vision  purement  financière.      
  17. 17. 17          2.  L’avenir  des  Monnaies  Régionales     2.1 Qu’est   ce   qu’une   Région   et   une   Monnaie   Régionale                 aujourd’hui  ?     Pourquoi   la   majorité   des   acteurs   (économistes   et   intellectuels)   spécialistes   des   monnaies  complémentaires  font-­‐ils  le  choix  de  les  structurer  et  de  tenter  de  les  administrer   à  l’échelle  de  la  région  et  des  régions  de  l’Europe  ?  On  peut  citer  les  écrits  de  Jane  Jacobs  qui   a   démontré   de   façon   convaincante   que   la   «  cité-­‐région  »   est   l’unité   de   base   de   l’activité   économique  humaine,  car  elle  est  l’unité  au  sein  de  laquelle  les  ressources  naturelles  et  la   division  humaine  du  travail  s’associent  pour  répondre  aux  besoins  humains.  Du  point  vu  des   promoteurs   des   monnaies   complémentaires,   il   est   essentiel   que   les   initiatives   locales   se   formalisent  autour  d’une  échelle  plus  grande,  la  région.  Cette  dernière  devant  ainsi    être  la   mesure  pour  imaginer  une  économie  du  futur,  sociale  et  solidaire.   La  proposition  consiste  à  utiliser  la  région  biogéographique  métropolitaine  comme   l’unité  parfaite  pour  développer  des  stratégies  de  redynamisation  régionale  ;  qui  incorpore   la   ville   et   son   arrière-­‐pays   écologique.   Une   monnaie   bio-­‐régionale   serait   une   monnaie   complémentaire   dont   l’objectif   spécifique   combinerait   des   besoins   insatisfaits   avec   des   ressources  inutilisées  ;  ces  deux  produits  étant  façonnés  dans  la  région  par  les  hommes  et  la   nature.   Les   systèmes   de   monnaies   complémentaires   exposés   dans   la   partie   une   de   mon   mémoire   tendent   à   montrer   que   le   réseau   ne   dépasse   pas   mille   personnes.   L’ambition   à   travers  la  région  est  de  pouvoir  fédérer  sur  un  plus  grand  spectre  un  nombre  d’acteur  et  de   participants  conséquents  ;  par  exemple  entre  dix  mille  à  un  million  d’acteurs.   Le  postulat  qu’il  faut  considérer  avant  de  se  pencher  sur  la  création  d’une  Monnaie   Régionale,  est  que  la  résolution  de  la  crise  de  l’Euro  est  possible.   La  monnaie  régionale  peut  suivre  un  chemin  très  efficace.  Avec  elle,  les  états  en  crise   de  l’Euro  pourront  accélérer  la  circulation  de  la  monnaie  dans  leurs  économies  (optimisation   de  liquidité)  ;  ceci  conduira  à  une  croissance  économique,  à  de  nouveaux  emplois,  à  plus  de   recettes  fiscales  et  à  plus  d’indépendance  de  l’étranger.  Les  parlements  et  gouvernements   de  la  Grèce,  du  Portugal  ou  de  l’Irlande  pourront  décider  cela  eux-­‐mêmes  et  introduire  une   monnaie  régionale  d’état,  monnaie  qui  sera  appelé  «  Régio  »  dans  la  suite  de  ce  texte.      
  18. 18. 18     2.1.1 Vers  une  monnaie  labellisée     Le  problème  c’est  que  les  banques  n’aiment  pas  les  monnaies  complémentaires.  Et   on  les  comprend.  Personne  n’abandonne  de  gaîté  de  cœur  une  situation  de  monopole.  Or   les  banques  le  sont  à  la  fois  sur  la  création  de  monnaie  et  sur  le  contrôle  des  échanges.  C’est   comme  expliquer  les  bénéfices  du  logiciel  libre  à  Bill  Gates.  Ces  nouveaux  logiciels  se  sont   pourtant  développés  sans  lui,  preuve  que  la  bataille  est  jouable.     Analyser  le  rôle  des  pouvoirs  publics  dans  le  processus  d’émergence  des  dispositifs   de  monnaies  sociales  nécessite  de  revenir  brièvement  sur  les  conditions  dans  lesquelles  ils   émergent  généralement.  En  première  approche,  nous  pouvons  distinguer  deux  cas  :  d’une   part,   les   dispositifs   de   monnaies   sociales   qui   sont   impulsés   au   niveau   local   par   des   regroupements   associatifs   (formels   ou   informels,   et   quels   que   soient   les   statuts   lorsqu’ils   sont  formels),  et  d’autre  part  ceux  initiés  localement  par  les  collectivités  locales  ou  avec  leur   appui.  Que  les  gouvernements  centraux  établissent  un  cadre  législatif  adapté  est  une  autre   question.   Une  monnaie  régionale  d’état  pourrait  être  introduite  par  un  parlement  européen  ou   par  un  gouvernement  d’un  des  états  en  crise.   Parmi  les  propositions  qui  circulent  actuellement  au  sujet  de  la  Grèce  et  des  autres   pays  en  crise,  une  principale  se  rapproche  d’une  monnaie  régionale  dont  l’Etat  resterait  le   garant.   En   2012,   Christian   Gelleri   est   aussi   aller   dans   ce   sens   en     parlant   de   «  monnaie   express  »  (il  est  à  l’origine  de  la  monnaie  régionale  bavaroise  le  Chiemgauer).   Cette  monnaie  devra  être  l’unité  de  compte  du  bien  commun,  expression  de  notre   volonté  commune  et  qui  sera  l’incarnation  même  de  la  deuxième  phrase  du  premier  article   des  droits  de  l’homme  et  du  citoyen  de  1789,  fondement  de  notre  constitution  pour  faire   société  entre  nous  :  «  …  les  distinctions  sociales  sont  fondées  sur  l’utilité  commune  ».   Pour  arriver  à  cette  finalité,  il  nous  faudra  «  labelliser  »  notre  monnaie  commune,  lui   donner  une  odeur,  l’odeur  de  ce  qui  est  juste  et  bon,  du  bien  et  du  vrai,  de  l’utile  et  du  vital.   On  pourrait  d’ores  et  déjà  imaginer  cette  monnaie  labellisée  pourrait  être  l’acte  le   plus   engagé   qui   soit   donnée   à   un   citoyen   dans   ce   contexte   de   crises   monétaires   et   financières  à  répétition.              
  19. 19. 19     2.1.2 Le  rôle  de  l’Euro  et  le  «  Régio  »     Le  Régio  ne  sera  pas  une  monnaie  autonome,  mais  une  monnaie  «  secondaire  »  de   l’Euro  ;  il  lui  sera  attaché  et  sera  utilisé  en  complément.  Il  sera  mis  en  circulation  par  l’état  et   la   banque   centrale   ensemble.   Le   Régio   aura   deux   particularité  :   par   l’impulsion   à   circuler   (droit  d’usage  de  la  monnaie),  sa  circulation  sera  accélérée  ;  cela  stimulera  l’économie.  Un   doublement   de   la   vitesse   de   la   circulation   pourra   conduire   à   un   doublement   du   Produit   Intérieur  Brut  (PIB).   Par  un  frein  à  l’évasion  (change  contre  Euro  payant),  la  monnaie  restera  dans  le  pays,   renforcera  l’économie  régionale  et  réduira  le  déficit  commercial.  Le  projet  est  simple  il  met   l’accent   sur   la   dynamisation   des   économies   locales,   il   cherche   à   faire   circuler   plus   rapidement  la  masse  d’euros  disponible  dans  une  région  en  la  convertissant  en  une  monnaie   de  type  «  Régio  »  dotée  à  la  fois  d’une  incitation  à  circuler  (taxe  de  liquidité  sur  les  avoirs   liquides  excessifs  poussant  les  détenteurs  de  liquidité  à  ne  pas  les  conserver  en  l’état  mais  à   les   dépenser   ou   à   les   investir   à   long   terme)   et   d’un   frein   à   l’évasion   (taux   de   change   de   monnaie  régionale  en  euro  grevée  de  10  %  de  frais  pour  limiter  sa  conversion).  Par  ce  biais,   la   pénurie   monétaire   pourrait   être   entièrement   résolue   par   le   seul   accroissement   de   la   vitesse  de  la  circulation  de  la  monnaie  régionale.   Les  pays  bénéficieront  des  avantages  d’une  monnaie  régionale  et  pourront  en  même   temps   rester   en   zone   Euro  ;   cela   sera   une   alternative   largement   meilleure   à   une   sortie   catastrophique  de  l’Euro.   On   débat   souvent   si   la   Grèce,   le   Portugal   et   d’autres   pays   surendettés   devraient   sortir  de  la  zone  euro,  car  il  serait  trop  fort  et  «  étouffant  »  pour  ces  pays.  L’Euro  fort  ne   conviendrait  pas  à  l’économie  faible  des  pays,  les  prestations  intérieures  deviendraient  trop   chères,  raison  pour  laquelle  ces  pays  ne  pourraient  se  sortir  de  la  récession,  du  chômage  et   des  recettes  fiscales  en  baisse.  Une  sortie  de  la  zone  couplée  à  l’introduction  d’une  monnaie   nationale   comme   le   Drachme,   l’Escudo   ou   la   Livre   irlandaise   conduirait   à   une   forte   dévaluation   contre   l’Euro   et   baisserait   ainsi   surtout   les   coûts   salariaux   à   un   niveau   compétitif.   En   même   temps,   toutes   les   importations   renchériraient   et   deviendraient   inaccessibles    pour  les  bas  salaires.  Et  puisque  les  dettes  antérieures  sont  libellées  en  Euros,   celles-­‐ci   exploseraient,   et   une   restructuration   radicale   s’imposerait.   La   confiance   des   créanciers   extérieurs   serait   totalement   ruinée.   Celle-­‐ci   n’est   déjà   pas   très   grande   et   maintenue  seulement  par  le  fait  que  les  pays  à  meilleure  signature  assument  la  garantie.   Ce  que  je  cherche  à  démontrer,  c’est  qu’il  y  a  une  meilleure  alternative  que  la  sortie   de  l’Euro.  L’idée  d’une  monnaie  régionale,  pourvue  d’un  frein  à  l’évasion  pourrait  stimuler   en  plus  l’économie  nationale,  tout  en  évitant  la  création  de  nouvelles  dettes  extérieures,  ni   subventions.  En  quelque  sorte  cela  reviendrait  à  dire  que  l’autonomie  et  la  responsabilité   directe  du  pays  en  difficulté  viendraient  au  premier  plan  et  remplaceraient  la  dépendance   extérieure   grandissante.   Davantage   de   transactions   conduiraient   à   davantage   d’emplois,   réduiraient   le   déficit   commercial,   les   prestations   sociales   et   augmenteraient   les   impôts.  
  20. 20. 20     L’idée   de   base   est  :   Si   on   peut   introduire   davantage   de   monnaie   dans   l’économie   parce   qu’elle   se   retire   instantanément   via   les   importations   ou   la   fuite   de   la   monnaie,   il   conviendrait   donc   d’utiliser   une   des   monnaies   régionales   «  Euro   Régio  »   ou   monnaies   complémentaire  déjà  existante  ;  cela  produirait  une  optimisation  de  liquidité  au  sein  du  zone   géographique  précise.     2.1.3 Vision  et  réalité     Après  le  boom  des  monnaies  locales,  quel  est  le  bilan  ?  Les  monnaies  locales  ne  sont   pas  une  solution  en  cas  de  crise.  Complémentaire  de  l’euro  –  car  tous  les  achats  ne  peuvent   réglés  avec  une  monnaie  locale  -­‐,  les  monnaies  locales  en  sont  aussi  dépendantes.  Le  taux  de   change   de   1   pour   1   est   une   preuve.   La   monnaie   locale   reste   adossée   à   l’euro…   et   à   ses   risques.  En  cas  de  grave  crise  économique,  si  l’euro  devait  subir  une  forte  dépréciation,  la   valeur  des  monnaies  locales  serait  probablement  dévaluée  d’autant.   En   Allemagne,   le   Chiemgauer   est   la   plus   important   des   plus   de   60   Regiogeld   (monnaies  régionales)  qui  existent  dans  le  pays.  Né  en  2002,  elle  a  actuellement  un  turnover   de  plus  de  550  000  CH/mois  pour  un  chiffre  d’affaire  annuel  des  entreprises  en  Chiemgauer   de  plus  de  6  millions  d’euros  en  2011.  De  plus,  en  2010,  le  Chiemgauer  fait  partie  du  projet   REGIO,   qui   regroupe   environ   30   monnaies   locales   opérationnelles.   Le   réseau   Chiemgauer     compte  aujourd’hui  3  050  membres  (1%  de  la  population  de  la  région)  :  602  entreprises,  217   associations,  2  230  consommateurs.  Il  s’est  associé  récemment  à  un  système  local  voisin,  le   Sterntaler.  De  fait,  le  Chiemgauer  s’est  développé  avec  le  «  bio  »,  et  50%  des  Chiemgauers   passent   par   les   agriculteurs   «  bio  ».   1,5   millions   d’euros   ont   été   changés   en   Chiemgauer   «  papier  »   en   2010,   520   000   Chiemgauers   sont   en   circulation,   (dont   330   000   en   e-­‐ Chiemgauer,  la  monnaie  électronique).  Après  étude  pour  l’année  2010,  les  Chiemgauers  ont   circulé  en  2010  sur  le  territoire  2,3  fois  plus  vite  que  les  euros  (11,23  contre  4,87  fois  pour   l’euro).   En   Suisse,   la   Banque   WIR   opère   un   système   d’échange   de   marchandises   inter-­‐ entreprises   à   partir   d’une   unité   monétaire   interne.   Née   en   Suisse   en   1934   afin   de   lutter   contre   les   effets   de   la   dépression   sur   les   petites   et   moyennes   entreprises,   elle   fédère   aujourd’hui   plus   de   50  000   PME   et   a   été   analysée   comme   un   facteur   de   la   stabilité   économique  suisse,  ayant  un  effet  contra-­‐cyclique  et  stabilisateur  sur  l’économie  nationales.   Au   Royaume-­‐Uni,   les   Brixton   Pounds   et   les   Bristol   Pounds   sont   deux   initiatives   majeures  de  monnaies  locales  et  complémentaires  du  Réseau  des  Villes  en  Transition.  La   première,   lancée   en   septembre   2009   compte   200   commerçants   affiliés   pendant   que   la   seconde,  lancée  en  septembre  2012,  inclut  400  commerçants  et  800  particuliers.  Soutenues   par  des  conseils  municipaux  de  ces  deux  villes,  ces  monnaies  permettent  d’y  régler  ses  taxes   municipales,  et  à  Bristol  une  partie  des  salaires  des  fonctionnaires  est  payée  en  monnaie   locale.  
  21. 21. 21     La  multiplication  des  monnaies  locales  est  une  problématique.  Au  fond  ne  serait-­‐il   pas   judicieux   d’avoir   une   seule   monnaie   complémentaire   à   l’échelle   d’une   région  ?   Le   «  Régio  »  devrait  faire  face  aux  mêmes  problèmes  exposés  ci-­‐dessus.   A  noter,  point  crucial,  que  la  question  du  coût  du  financement  des  pouvoirs  publics   n’est   pas   prise   en   considération   pour   l’élaboration   administrative   et   technique   de   la   monnaie  «  Régio  »à  l’échelle  de  la  France  ou  d’autre  pays  au  sein  de  l’Union  européenne.         2.2 Quelles   propositions   pour   la   digitalisation   d’une   monnaie   régionale  ?     La  technologie  a  précipité  le  déclin  de  l’argent  liquide.  97%  de  la  masse  monétaire  est   constitué   de   monnaie   électronique.   L’émission   d’argent   liquide   est   monopole   étatique,   tandis  que  la  monnaie  électronique  peut  être  créée  par  les  banques  lorsqu’elles  octroient   des  crédits.  Ce  pourcentage  a  donc  un  impact  important  :  l’immense  majorité  de  la  création   monétaire  repose  désormais  entre  les  mains  d’acteurs  privés  (un  fait  dont  sont  conscients   étonnement  peu  de  personnes,  et  en  particuliers  peu  de  décideurs  ou  d’entrepreneurs).   2.2.1 Un  nouveau  moyen  de  paiement  digital  et  local     A   titre   d’exemple,   fin   2006,   l’institution   qui   gère   les   Chiemgauer   a   émis   des   e-­‐ Chiemgauer.   Au   début,   les   commerçants   avaient   tendance   à   échanger   leur   e-­‐Chiemgauer   qu’ils  n’avaient  pas  dépensé  ;  maintenant  les  utilisateurs  sont  prêts  à  les  conserver.    Le  support  électronique  a  parfois  été  choisi.  Le  SOL  expérimental  en  France  a  choisi   des  cartes  à  puce  lues  par  des  terminaux  spécifiques.  Le  coût  technique  est  alors  bien  plus   élevé  que  les  coupons  papier.  Bien  entendu,  le  choix  de  la  carte  à  puce  a  des  effets  directs   sur  la  façon  dont  la  monnaie  peut  être  diffusée,  acceptée  et  appropriée  par  les  acteurs.     Lors   de   ma   soutenance   orale,   j’aborderai   le   thème   des   «  FinTech  »,   à   travers   la   stratégie  de  grands  groupes  innovants  que  sont  Google,  Amazon,  Facebook  et  Apple.  
  22. 22. 22     2.2.2  La  nécessité  d’une  meilleure  réactivité     Les  monnaies  régionales  convertibles  en  euro  sont  dépendantes  de  l’euro.  Le  taux  de   change   de   un   pour   un   en   est   une   preuve.   La   monnaie   régionale   comme   imaginée   reste   adossée  à  l’euro…  et  à  ses  risques.  En  cas  de  grave  crise  économique,  si  l’euro  devait  subir   une   forte   dépréciation,   la   valeur   des   monnaies   locales   serait   probablement   dévaluée   d’autant.  On  peut  considérer  que  la  monnaie  papier  comme  l’euro  actuel  n’est  adossée  à   aucune   valeur   tangible.   De   l’autre   côté,   on   identifie   une   monnaie   locale   et   régionale   est   destiné   à   un   usage   immédiat.   Cette   dernière   ne   permet   aucune   épargne   dans   le   temps.   Certaines  monnaies  locales  sont  d’ailleurs  «  fondantes  »  :  leur  valeur  décroît  avec  le  temps,   une  fois  un  délai  de  trois  mois  passé.  C’est  aspect  comme  on  l’a  vu  est  censé  favoriser  leur   circulation.   Mais   dans   ces   conditions,   impossible   de   garder   des   valeurs   chez   soi   pour   les   coups   durs.   Heureusement   que   cette   valeur   ne   caractérise   pas   l’or   (monnaie   refuge   par   excellence).  Par  exemple,  si  l’or  garantit  le  capital  des  particuliers,  il  pourrait  aussi  garantir   une  solidité  du  système  monétaire.  L’or  comme  l’argent  sont  d’ailleurs  longtemps  restés  des   modes  de  paiement  reconnus,  et  dans  le  monde  entier  d’ailleurs.  Sans  pour  autant  qu’une   pièce  ne  perde  de  sa  valeur  :  avec  une  once  d’or,  on  peut  acheter  sensiblement  les  mêmes   valeurs  qu’au  début  du  siècle.  Pour  développer  une  monnaie  solidaire  de  référence,  c’est   sans   doute   vers   un   étalon   or   qu’il   faudrait   se   tourner.   Une   solution   qui   permettrait   aux   particuliers  de  payer  les  pots  cassés  en  cas  de  faillite  bancaire,  ou  de  crise  économique  à   grande  échelle.   Pour  poursuivre  qu’il  s’agisse  de  la  monnaie  «  Regio  »  ou  d’une  monnaie  régionale   basé  sur  l’or,  on  comprend  vite  que  la  mise  en  place  de  telles  monnaies  n’a  rien  d’un  simple   problème  technique  ou  juridique.  Le  défit  est  d’ordre  politique  :  bien  entendu  il  ne  va  pas  de   soi  qu’un  Etat  frappé  par  une  crise  financière  et  déchiré  par  des  conflits  sociaux  parvienne  à   réunir   les   conditions   politiques   nécessaire   pour   créer   la   confiance   dans   une   monnaie   régionale   de   ce   type,   ni   qu’il   soit   capable   d’assumer   une   politique   fiscale   et   monétaire   responsable   par   la   suite.   La   comparaison   des   différentes   expériences   montrent   que   les   difficultés  varient  en  fonction  des  conditions  économiques  objectives  (taux  d’endettement,   de  déficit  extérieur,  d’exportations,  etc.)  mais  aussi  de  conditions  politiques  (légitimité  des   institutions   et   qualité   des   négociations   collectives).   Spontanément,   on   comprend   que   la   responsabilité    revient  aux  acteurs  eux-­‐mêmes.        
  23. 23. 23     3.  Un  projet  pour  une  Europe  des  Régions  :  «  Mise  en  place   d’une  Monnaie  Régionale  ».     Au  fil  de  mes  recherches  et  de  mes  questionnement,  je  me  suis  rendu  compte  que  les   personnes   étaient   séduites   par   l’idée   d’une   monnaie   régionale   complémentaire   mais   démunies,  c’est  pour  cela  que  j’ai  décidé  d’imaginer  la  troisième  partie  de  mon  mémoire   comme   un   guide   afin   que   les   personnes   désireuses   de   se   lancer   dans   l’aventure   est   un   canevas.  Cette  dernière  partie  est  un  laboratoire,  où  l’erreur  est  permise.   3.1 La   phase   de   définition   de   la   monnaie  :   bien   cerner   les   exigences  et  le  périmètre  de  la  monnaie     Une  monnaie  est  le  symbole  de  la  confiance  en  mouvement  dans  l’espace  et  dans  le   temps.  C’est  aussi  tout  système  librement  accepté  au  sein  d’une  communauté  pour  tenir  la   comptabilité  mutuelle  de  ses  échanges  de  valeur.  A  l’instar  du  rugby  et  de  la  diversité  de  ses   adhérents,  elle  doit  intégrer  des  entreprises  de  nature,  de  forme  et  de  taille  différente.     La  monnaie  devra  être  analyser  comme  une  institution  sociale  et  non  comme  l’outil   de  maximisation  individuelle  de  l’utilité.  La  monnaie  ne  sera  que  la  manifestation  visible  de   la  main  invisible,  d’un  voile  posé  sur  les  échanges,  un  lubrifiant  qui  aide  l’économie  dans  la   sphère  réelle.   De  plus,  les  individus,  de  par  leurs  relations  qui  entretiennent  font  société,  alors  que   celle-­‐ci   finalement   n’est   observée   comme   un   tissu   de   dettes  ;   dont   la   monnaie   serait   le   médium   qui   donnerait   une   forme   mesurable   et   quantifiée   à   cet   ensemble   de   relations   sociales. 3.1.1 Le  «  diagnostic  »  de  l’existant  :  une  nouvelle  monnaie  peu  connue  des   habitants     Il   est   souhaitable,   souvent   nécessaire   vis-­‐à-­‐vis   de   la   loi,   que   les   personnes   qui   désirent  utiliser  la  MLC  adoptée  sur  leur  territoire  adhèrent  de  manière  formelle  au  réseau.   On  peut  suggérer  que  cette  adhésion  se  traduise  par  :   -­‐ La  remise  d’un  bulletin  d’adhésion  sur  lequel  figure  une  charte.  La  signature   de  la  charte  représente  en  effet  l’acte  essentiel  d’adhésion.  Par  cette  signature,  la  personne   signifie  qu’elle  a  pris  connaissance  des  valeurs  et  objectifs  et  qu’elle  les  partage.   -­‐ Le  paiement  d’une  contribution  annuelle.    
  24. 24. 24     Bien  entendu,  il  faut  rappeler  que  le  réseau  a  besoin  de  revenus.  S’agissant  d’une   démarche   qui   s’inscrit   dans   la   durée,   elle   ne   peut   être   imaginée   que   conduite   par   des   bénévoles.  L’expérience  démontre  qu’il  y  a  usure.  Un  ou  des  salariés  seront  nécessaires  tôt   ou  tard.  Compte  tenu  de  la  nature  de  la  participation  à  cette  expérience,  une  contribution   financière   donne   crédibilité   et   valeur   à   l’engagement   citoyen.   Reste   maintenant   à   déterminer   le   montant  :   fixer   une   contribution   pivot   invitant   les   personnes   ayant   plus   d’aisance  financière  à  donner  plus  et  permettant  à  ceux  qui  ont    de  faibles  revenus  à  verser   moins  est  une  piste  intéressante  à  explorer.   De  même  que  pour  les  utilisateurs,  il  est  demandé  aux  prestataires  professionnels  de   remplir  un  bulletin  d’adhésion,  de  signer  la  charte  et  de  verser  une  contribution.  Mais  au-­‐ delà  de  cela  se  pose  la  question  de  savoir  si  on  accepte  tout  le  monde  sans  distinction  ?  Au   contraire   souhaite-­‐t-­‐on   être   très   sélectif   afin   de   n’accueillir   que   les   prestataires   qui   correspondent  aux  valeurs  de  la  charte  ?   Selon  l’endroit  où  l’on  se  trouve,  il  n’est  pas  inutile  de  savoir  comment  l’expérience   peut   s’intégrer   dans   le   paysage   sans   risquer   d’être   abandonnée   pour   cause   d’illégalité,   à   moins  bien  sûr  d’en  faire  une  action  délibérée  de  désobéissance  civile.  Dans  tous  les  cas,   mieux  vaut  savoir  où  on  pose  les  pieds  et  prendre  en  considération  que  ce  que  l’on  décide   de   faire   peut   avoir   des   conséquences   sur   l’ensemble   du   mouvement.   En   général,   les   promoteurs  se  sont  mis  en  rapport  avec  les  autorités  monétaires  de  leur  pays  pour  avoir   confirmation  de  la  légalité  de  leur  action.  Tel  fut  le  cas  pour  le  RES  en  Flandres,  et  pour  le   Chiemgauer  en  Allemagne  qui  a  contacté  la  banque  centrale.   En  France,  les  MCL  sont  légales  à  condition  qu’elles  circulent  à  l’intérieur  d’un  réseau   identifié  et  limité  et  qu’elles  soient  garanties  par  un  montant  équivalent  en  euros.  Ceci  n’est   pas  le  cas  partout.  En  règle  générale,  il  est  fortement  recommandé  d’apposer  sur  les  billets   une  mention  du  type  «  coupon  d’échange,  «  bon  d’échange  »  ou  quelque  chose  du  genre   pour  éviter  d’être  accusés  de  contrevenir  au  monopole  d’émission  de  la  monnaie.   3.1.2 Les  ressources  à  disposition  pour  réaliser  un  circuit  monétaire     L’attitude  prédominante  consiste-­‐t-­‐elle  à  veiller  à  ce  que  les  entreprises  candidates   soient  en  accord  avec  la  finalité  de  l’action  et  précisent  leur  ferme  intention  de  poser  des   actes  pour  tendre  pas  à  pas  vers  cette  finalité  ;  la  création  de  monnaies  régionales  au  sein  de   l’Union  Européenne.   Les  ressources  actuelles  se  trouvent  au  sein  même  des  institutions  européennes.  Il   suffirait  d’étoffer  et  de  faire  rayonner  les  institutions  ci-­‐dessous.   L’Association  des  Régions  frontalières  européennes  (ARFE)  est  un  institut  européen   qui  en  réalité  est  une  fondation,  avec  une  organisation  et  une  direction  allemandes.  Nous   distinguerons   essentiellement   deux   éléments  :   les   caractéristiques   alliées   à   l’aspect   historique  et  les  conséquences  sur  le  terrain.  L’ARFE  a  pour  but  de  favoriser  la  coopération  

×