ROYAUME DU MAROC
Municipalité de Tiznit

Présentation du projet de
VALORISATION DU PATRIMOINE
NATUREL
COMME VECTEUR DE
DEV...
Tiznit est le chef lieu de la province qui porte le même nom
situé à 90 Km de la métropole régionale Agadir.
Elle se carac...
L’eau est source de vie. A l’origine les premiers établissements humains à Tiznit
se sont sédentarisé autour de la source ...
Traversé par l’oued Toukhsine, le périmètre couvre une superficie de 200 hectares,
dont respectivement 80 hectares à la ri...
Au début des années 90, l’alimentation en eau potable de la ville
est assurée par le barrage Youssef ben tachfine (situé à...
La pénurie d’eau des années 70, a eu pour conséquence la transformation du système de
culture dans le périmètre Targa.
RIV...
Malgré ces contraintes la palmeraie assure des fonctions socio économiques de premier ordre :

•Fonction économique par la...
Malgré la taille réduite des parcelles cultivées le mode de faire valoir direct domine
dans 78% des cas, surtout pour des ...
Malgré les problèmes aux quels fait ce périmètre des opportunités d’emploi existent,
si le nombre de jours consommés par a...
Les intervenants dans le périmètre Targa sont multiples.
Ils peuvent être divisés en quatre grandes catégories :
les produ...
PROJETS EN COURS:
Réutilisation des eaux issues de la station d’épuration des eaux usées
En 2009, la municipalité de Tizni...
Comment planifier, organiser et gérer un
projet de réutilisation des eaux usées épurées
à TIZNIT

?
Réutilisation des eaux usées de la ville de Tiznit pour l’irrigation
S’inscrivant dans une dynamique de développement dura...
Domaine d’intervention :
eau/assainissement, énergies renouvelables, biodiversité, etc….) :
Bénéficiaires du projet :
Les ...
Description résumée des activités pour atteindre les objectifs :
Actions réalisées en 2006 :
• Construction d’une station ...
BUDGET PREVISIONNEL :
Réutilisation des eaux issues de la station d’épuration des eaux usées de Tiznit.
coût global: 917.2...
Partenaires sur le terrain :
-Direction provinciale de l'agriculture : elle contribuera financièrement au projet et
apport...
Plan d’action pour la mise en place du projet de réutilisation
des eaux usées épurées à Tiznit
1ère étape : Création d’un ...
Résultats des travaux du comité interministériels
pour l’élaboration du schéma organisationnel et
institutionnel

Qualité ...
Proposition du Schéma Organisationnel et
institutionnel simplifié
Institutions

Ministère de l’Agriculture
(AGR, DPV, Vulg...
Au voisinage de la
ville de Tiznit.
Subdivisé en 3 zones :
Targa N’Zit, Doutourga &
Attbane

22
Ces projets communaux, nous l’espérons mettront en avant les principaux atouts
de Targa qui se résument ainsi :
BON RESEAU...
Targa  poumon vert de la cité
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Targa poumon vert de la cité

843 vues

Publié le

Présentation du projet de mise en valeur de la palmeraie Targa à Tiznit

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
843
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
29
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Targa poumon vert de la cité

  1. 1. ROYAUME DU MAROC Municipalité de Tiznit Présentation du projet de VALORISATION DU PATRIMOINE NATUREL COMME VECTEUR DE DEVELOPPEMENT DURABLE V ème Rencontre de la coopération Internationale en Auvergne Clermont-Ferrand (France) - 21 novembre 2009
  2. 2. Tiznit est le chef lieu de la province qui porte le même nom situé à 90 Km de la métropole régionale Agadir. Elle se caractérise par sa situation de carrefour, reliant le Nord du royaume au Sud. carrefour commercial et culturel, elle est connue comme étant un centre artisanal, où l’on confectionne depuis longtemps des bijoux. Elle est, avec Taroudant, l’une des cités historiques du souss. L’importance de Tiznit se trouve aussi dans ses remparts qui s’avèrent être la dernière muraille de type andalou maghrébin au Maroc. C’est à ce titre q’elle fut classée comme patrimoine national dès 1932. Tiznit reste aussi l’une des rares cités historiques marocaines pourvue d’une palmeraie dite « Targa » qui pleinement intégrée dans l’espace urbain. Située au Nord est de la médina, la palmeraie s’étend sur près de 70 ha. Les cultures biologiques et l’activité maraichère occupe encore aujourd’hui plus de 500 familles citadines de Tiznit. Le projet de valorisation de la palmeraie Targa piloté par le conseil municipal de la ville vise à protéger la zone vivrière en tant que poumon vert de la médina tout en valorisant les pratiques agraires traditionnelles plus compatibles avec l’impératif de la protection de l’environnement.
  3. 3. L’eau est source de vie. A l’origine les premiers établissements humains à Tiznit se sont sédentarisé autour de la source bleue. Jadis, la source Ain Zerka (source bleu) alimentait les jardins de la cité par un réseau de canalisation. Ce réseau ancien de canalisations; long de près de 600 m Dessert le périmètre irrigué de targa, avec un débit de 5 litres / seconde. En 1935, durant la période coloniale les canalisations qui ramenaient l’eau de la source Reggada à Tiznit sur une distance de près de 20 km a été couverte et une partie de l’eau a été orientée vers les maisons des colons.
  4. 4. Traversé par l’oued Toukhsine, le périmètre couvre une superficie de 200 hectares, dont respectivement 80 hectares à la rive droite (dite oliveraie du mais) et 120 hectares à la rive gauche (dite ancienne oliveraie). L’exploitation de ce périmètre a été globalement satisfaisante jusqu’au début des années 70. Elle a ensuite connu une dégradation progressive due à la diminution de la dotation en eaux réservées à l’irrigation, au bénéfice de celles utilisées pour l’alimentation en eau potable de Tiznit. Dès lors, seule la source bleue avec un débit de 5 litres par seconde continuait à desservir de façon irrégulière, une bonne partie de la rive droite. Jusqu’à la fin des années 70, les différents quartiers de la médina comprenaient encore des bergers (ortan) jouxtant des étables où sont cultivés maraîchage, mais et arbres fruitiers, et où l’élevage ovin et bovin constituait le pivot de la production animale. Sous la pression de la densification de l’habitat, beaucoup de demeures de ce type ont disparu.
  5. 5. Au début des années 90, l’alimentation en eau potable de la ville est assurée par le barrage Youssef ben tachfine (situé à 30 km au Nord est de la ville). Ce qui a conduit les propriétaires de l’eau d’irrigation à réclamer de nouveau leurs droits ancestraux d’exploiter cette eau à des fins agricoles. L’eau restituée n’a pas été suffisante pour satisfaire le totalité des terres autrefois irriguées. Pour remédier à ce manque les agricoles ont en recours à l’utilisation des eaux usées d’une ancienne station d’épuration pour irriguer une partie de la rive gauche. La zone 2 dite « Targa nzite » a été la plus affectée par la limitation de l’eau d’irrigation. Conséquence : disparition de presque de 90% de l’oliveraie. ZONE 2 ZONE 1 En 1985 : une partie de l’eau de la source Ain Ouled Jerrar a été restituée à Targa pour l’irrigation. Targa ousngar (zone 1) a été réhabilité en une oliveraie. Tandis que la zone 2 a connu un développement du maraîchage grâce aux eaux usées et aux puits creusés.
  6. 6. La pénurie d’eau des années 70, a eu pour conséquence la transformation du système de culture dans le périmètre Targa. RIVE GAUCHE Espèces cultivées RIVE DROITE Espèces cultivées T.N’zite (zone 2) Céréales T .ousngar (zone 1) Céréales Orge, mais fourrage Luzerne Arboriculture Olivier, figuier, palmier, dattier, cactus, grenadier En effet, la rive droite s’est orientée vers un système basé sur le mais, la luzerne et l’élevage avec importance de l’arboriculture essentiellement axée sur l’olivier. Orge, mais légumineuses fève fourrage Sorgho, mais maraîchage Navet, carottes, poivron, courge, tomate cerise, piment fort Plantes feuilles à Céleri, persil PAM Alors que la rive gauche pour sa part a glissé d’un système basé sur l’arboriculture et l’élevage vers le maraîchage essentiellement. Menthe, sauge Arboriculture Olivier, figuier, palmier dattier, cactus, grenadier Le périmètre de Targa « palmeraie de tiznit » est caractérisé par le morcellement des parcelles. Le faire-valoir direct est plus dominant avec l’utilisation de la main d’œuvre familiale. L’agriculture dans l’ensemble du périmètre est très rudimentaire du fait de l’insuffisance d’eau, de l’exiguïté et du morcellement des parcelles.
  7. 7. Malgré ces contraintes la palmeraie assure des fonctions socio économiques de premier ordre : •Fonction économique par la production des cultures fourragères et d’arboriculture essentiellement l’huile d’olive, céréales et l’élevage... •Fonction sociale par la valorisation du travail de la femme, la création d’emplois saisonniers, le maintien des revenus de plus de 500 familles. •Fonction écologique : par la protection de la nappe phréatique, la production de cultures biologiques, l’entretien d’espace vert au cœur de la cité et qui joue le rôle de « poumon vert de la ville ». •Fonction de conservation du patrimoine, car Targa continue d’être un espace où sont exercées des activités et des métiers ancestraux liés à l’eau, l’agriculture, et l’élevage.
  8. 8. Malgré la taille réduite des parcelles cultivées le mode de faire valoir direct domine dans 78% des cas, surtout pour des producteurs qui exploitent des superficies supérieurs à 1000 m2. Le statut juridique est dominé par le Melk avec une présence limitée des Habous. Le fort morcellement des parcelles est attribué aux multiples divisions des héritages. Dans ce patrimoine naturel considéré de grande valeur symbolique pour les familles tiznitis, les superficies exploitées sont dans 40 % des cas inférieurs ou égales à 1000 m2. La taille moyenne des ménages est de 7 individus. Le travail est principalement assuré par la main d’œuvre familiale. Les membres du ménage, surtout les moins jeune non scolarisées contribuent aux travaux agricoles ainsi dans 25% des cas, les membres des ménages de sexe féminin contribuent aux travaux. Les producteurs, dont 5% des propriétaires sont des femmes âgées, sont à près des trois quarts âgées de plus de 50 ans, et à 40 % âgées de plus de 60 ans. L’âge élevé des exploitants illustre la difficulté de maintien du système exploitation / ménage. Les femmes contribuent plus aux travaux agricoles dans la rive droite où l’élevage pratique à domicile est dans la majorité des cas géré par les femmes.
  9. 9. Malgré les problèmes aux quels fait ce périmètre des opportunités d’emploi existent, si le nombre de jours consommés par an par exploitation moyenne est projetée sur tout le périmètre plus de 7240 journées de travail sont crées. Cette offre d’emploi peut être substantiellement augmentée si le périmètre est réhabilité et l’activité de production agricole optimisée. Selon une enquête menée en 2007 65% des producteurs recours à la main d’œuvre occasionnelle. Le nombre moyen de journées de travail par exploitation par an est de 33 jours pour la rive droite et 41 jours pour la rive gauche. La rive gauche avec la prédominance de l’activité maraîchère consomme plus de main d’œuvre.
  10. 10. Les intervenants dans le périmètre Targa sont multiples. Ils peuvent être divisés en quatre grandes catégories : les producteurs, les vendeurs, les consommateurs et les intervenants institutionnels et associatifs. Chaque intervenant dans le système Targa développe sa stratégie propre, soit il contribue à la survie du secteur ou rentre en compétition pour l’exploitation de ses ressources. La municipalité forte de sa légitimité élective compte fédérer les efforts de tous pour tenir une place centrale dans ce système et l’orienter vers plus d’efficacité par l’amélioration des rendements. L’adoption des techniques d’irrigation qui économisent l’eau vers plus d’équité sociale en contribuant à la sécurité alimentaire des catégories sociales les plus vulnérables et vers plus de diversification des activités du périmètre, en en faisant un espace récréatif, un espace de socialisation, un espace pédagogique et ludique en matière d’écologie et d’environnement.
  11. 11. PROJETS EN COURS: Réutilisation des eaux issues de la station d’épuration des eaux usées En 2009, la municipalité de Tiznit en partenariat avec le ministre de l’Intérieur et le département de l’agriculture a achevé les études relatives au projet de réutilisation des eaux issues de la station d’épuration des eaux usées située au Nord du périmètre Targa pour l’irrigation des périmètres Doutrga et Attbane. Ce projet permettra d’irriguer près de 350 hectares à l’horizon 2015 par une enveloppe budgétaire avoisinant les 8 millions et demi de dirhams.
  12. 12. Comment planifier, organiser et gérer un projet de réutilisation des eaux usées épurées à TIZNIT ?
  13. 13. Réutilisation des eaux usées de la ville de Tiznit pour l’irrigation S’inscrivant dans une dynamique de développement durable et visant la protection de l’environnement et la mobilisation des ressources naturelles, la municipalité de Tiznit a réalisé en 2006 une station d’épuration des eaux usées par lagunage sur une surface de 40 ha et traitant un débit de 4900 m3/j. Cette station est implantée entre deux douars (villages) dont les habitants pratiquent une agriculture extensive à base de cultures vivrières (céréales, maraichage), des cultures fourragères (luzerne) et de l’arboriculture constituée principalement d’oliviers. Ces pratiques agricoles représentent la seule source de revenu pour environ 486 ménages. La création de cette station d’épuration a apporté une valeur ajoutée, voire même un secours à la population en raison de la pénurie d’eau que connait cette région subsaharienne. Après la mise en service de cette station, la municipalité a initié, en collaboration avec la direction provinciale de l’agriculture,une étude pour la réutilisation des eaux usées traitées dans le domaine de l’agriculture . En conséquence, et vu les faibles précipitations dans cette région, (une pluviométrie moyenne de 133 mm concentrée sur 28 jours), la réutilisation des eaux usées épurées s’avère nécessaire et urgente pour sauvegarder les parcelles agricoles constituant les périmètres des douars Doutourga et Attebane. Pour optimiser l’exploitation des eaux issues de la station, les agriculteurs adopteront un assolement de type triennal avec une sole arboricole, une sole maïs fourrage /légumineuse et une sole réservée aux céréales.
  14. 14. Domaine d’intervention : eau/assainissement, énergies renouvelables, biodiversité, etc….) : Bénéficiaires du projet : Les habitants des douars Doutourga et Attebane : 2532 habitants regroupés en 486 familles d’agriculteurs Objectifs principaux : -Favoriser une gestion rationnelle des eaux usées de la ville de Tiznit -Renforcer la sécurité alimentaire dans cette zone en: - Mobilisant les ressources hydriques issues de la station d’épuration de Tiznit, - Revalorisant les parcelles agricoles entourant la station d’épuration de Tiznit (284 ha), - Sensibilisant et en formant les usagers pour une gestion de l’eau et des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement (oeuvrer à éviter la désertification de la zone par les pratiques agricoles adéquates).
  15. 15. Description résumée des activités pour atteindre les objectifs : Actions réalisées en 2006 : • Construction d’une station d’épuration permettant un traitement des eaux usées par lagunage naturel et capable de traiter un débit de 4900 m3/j • Constitution d’une association des usagers des eaux agricoles (réalisé) composée des agriculteurs propriétaires de parcelles dans cette zone, dont le rôle consiste à : - répartir les eaux usées épurées entre les irrigants, - veiller sur l’entretien du réseau de distribution des eaux usées épurées, -contribuer au contrôle de la qualité des eaux usées épurées. Actions à réaliser dans le cadre du projet présenté (2010 - 2011) : • Sensibilisation de l’association des usagers à la gestion rationnelle de l’eau et à la réutilisation des eaux usées pour l’irrigation (dès le démarrage du projet) • Former au moins 2 membres de l’association à la gestion, à l’entretien du réseau, et au contrôle de la qualité des eaux usées épurées (en cours de projet) • Mobilisation des eaux usées épurées par la construction de bassins d’accumulation des eaux usées épurées à la sortie de la station d’épuration • Construction d’une station de refoulement • Réalisation du réseau de distribution en 2 temps (Douar Doutourgha en 2010 et Douar Attebane en 2011) • Appui, suivi et contrôle par le chargé de programme Eau et assainissement de M&D, en concertation avec la Municipalité de Tiznit et la Direction provinciale de l’agriculture
  16. 16. BUDGET PREVISIONNEL : Réutilisation des eaux issues de la station d’épuration des eaux usées de Tiznit. coût global: 917.263,00 euros Montant disponible: 334.000,00 euros Montant demandé (dans le cadre de la coopération décentralisée): 583.263,00 euros
  17. 17. Partenaires sur le terrain : -Direction provinciale de l'agriculture : elle contribuera financièrement au projet et apportera son assistance technique. La DPA, outre la prise en charge du coût des travaux de génie civil et d’équipement hydromécanique des stations de pompage et de la station de filtration (sur leur budget 2009, s’est engagée à financer une partie du réseau de distribution sur leurs budgets 2010 et 2011 (accord de principe). -Association des usagers des eaux agricoles : une fois formée, elle assurera le partage des eaux, l’entretien des réseaux et le contrôle de la qualité des eaux recyclées. -Municipalité de Tiznit : elle apportera son assistance technique Durée : 24 mois Date de démarrage : 01/01/2010 Date d’achèvement : 31/12/2011
  18. 18. Plan d’action pour la mise en place du projet de réutilisation des eaux usées épurées à Tiznit 1ère étape : Création d’un comité de suivi piloté par la Direction Provinciale de l’Agriculture (DPA ) 2ème étape : Réalisation d’une station d’épuration avec un objectif de réutilisation (c’est fait) 3ème étape : Création d’une Association des usagers de l’Eau en Agriculture (AUEA) (Encadrement par la DPA) 4ème étape :Élaboration d’une convention liant tous les intervenants dans le projet de réutilisation avec une définition du rôle et la responsabilité de chaque intervenant dans le projet (Commune, AUEA, ONEP, DPA,, ABH, Délégation de la Santé) 5ème étape : Préparation du dossier d’autorisation de la réutilisation par l’AUEA (Encadrement et assistance de l’AUEA par l’Agence de Bassin) 6ème étape :Réalisation d’une étude de la réutilisation en fonction du niveau de la qualité de l’eau épurée, des cultures et des pratiques agricole dans la zone par la DPA (objet de l’exposé) 7ème étape : -Gestion et suivi de la qualité de l'eau à la sortie de la station d'épuration par les gestionnaires des STEP qualité d'é -Suivi de la qualité du sol et des produits agricoles: DPA qualité -Encadrement et assistance technique des usagers : DPA -Contrôle pour la protection des opérateurs (ouvriers agricoles): Délégation de la Santé opé Dé Santé -Contrôle des produits agricoles : DPA et Délégation de la Santé Dé Santé -Contrôle de qualité des eaux souterraines et de surface: Agences de bassin hydraulique et ONEP qualité hydraulique
  19. 19. Résultats des travaux du comité interministériels pour l’élaboration du schéma organisationnel et institutionnel Qualité et Réutilisation des eaux usées épurées Assurer le suivi de la qualité des eaux usées épurées par le biais des communes et/ou les régies, l’ONEP et les concessionnaires Promouvoir les expérimentations et les essais agronomiques de démonstration dans différents contextes agro-pédologiques Sensibiliser les usagers en matière de réutilisation des eaux usées épurées Assurer l’encadrement technique des usagers d’eaux usées épurées et les organiser en AUEA Suivi de la qualité des produits agricoles irrigués par les eaux usées épurées
  20. 20. Proposition du Schéma Organisationnel et institutionnel simplifié Institutions Ministère de l’Agriculture (AGR, DPV, Vulgarisation etc.. Fonction de base Coordination et pilotage Fonctions spécifiques Etudes et gestion de la composante « Réutilisation » Traitements complémentaires selon la nature de l’usage des EUE Communes Production d’eaux usées ONEP Concessionnaires Régies Produits agricoles Qualité des eaux et des sols Ministère de l’Agriculture Agence de Bassin Dép. Env Ministère de l’Intérieur Producteurs d’EUE Ministère de la Santé Institut d’Hygiène BMH Assainissement Traitement générant des effluents conformes aux normes de rejets Contrôle, Suivi et surveillance Qualité des EUE Contrôle de rejets Évaluation d’impact sur la qualité des eaux Suivi et contrôle sanitaire des eaux, des produits agricoles et des opérateurs
  21. 21. Au voisinage de la ville de Tiznit. Subdivisé en 3 zones : Targa N’Zit, Doutourga & Attbane 22
  22. 22. Ces projets communaux, nous l’espérons mettront en avant les principaux atouts de Targa qui se résument ainsi : BON RESEAU HYDRIQUE, PRESENCE DE PLUSIEURS SOURCES D’ALIMENTATION EN EAU, RESEAU DE CANAUX EN COURS DE RENOVATION, SAVOIR FAIRE EN MATIERE DE GESTION DE L’EAU, SOLS DE BONNE QUALITE, CADRE POLITIQUE ET INSTITUTIONNEL FAVORABLE, PERIMETRE INTEGRE AU PAYSAGE GLOBAL D’UNE GRANDE VALEUR PATRIMONIALE (remparts, palmeraie, oliveraie,…) Et merci.

×