L’IMPORTANT, C’EST
D’AIMER
Réalisé par

ANDRZEJ ZULAWSKI
L’important, c’est d’aimer
• L'important, c'est d'aimer,
sorti en 1975 est un film du
réalisateur polonais Andrzej
Żuławsk...
SYPNOPSIS
• Nadine est une comédienne ratée
qui accepte de tourner dans des
films pornographiques pour
survivre et "entret...
AUTOUR DU FILM
•

•

•

•

Le film sort lorsque Romy Schneider
est au sommet de sa gloire : cinq ans
après La Piscine et q...
FILM CENSURÉ
• « Le distributeur de l’époque demanda à couper une partie de la scène du
suicide de Jacques Dutronc , chose...
Récompenses
• Césars 1976 :
• César de la meilleure
actrice pour Romy
Schneider
• nomination au César du
meilleur montage ...
CRITIQUES
• Si le film offre une réflexion sur le cinéma et le
théâtre, c'est avant tout - comme tous les films de Zulawsk...
• Le premier film français de
Zulawski a le même ton
bouillonnant et rageur que ses
films polonais. Les êtres y
avancent, ...
L'important, c'est d'aimer
L'important, c'est d'aimer
L'important, c'est d'aimer
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L'important, c'est d'aimer

533 vues

Publié le

Cette vidéo fait partie d'un blog pédagogique

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
533
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'important, c'est d'aimer

  1. 1. L’IMPORTANT, C’EST D’AIMER Réalisé par ANDRZEJ ZULAWSKI
  2. 2. L’important, c’est d’aimer • L'important, c'est d'aimer, sorti en 1975 est un film du réalisateur polonais Andrzej Żuławski, coproduction franco-italo-allemande, avec entre autres Romy Schneider, Fabio Testi et Jacques Dutronc dans les rôles principaux ; Klaus Kinski, Claude Dauphin et Roger Blin y tiennent également des rôles essentiels.
  3. 3. SYPNOPSIS • Nadine est une comédienne ratée qui accepte de tourner dans des films pornographiques pour survivre et "entretenir" son mari, Jacques, un être fragile et charmant. Sa rencontre avec Servais, un reporterphotographe, est un choc violent, car elle en réalise l'importance, mais le repousse pourtant, sachant que Jacques a besoin d'elle. Servais s'obstine et emprunte de l'argent à un maître chanteur, Mazelli, pour financer en secret une pièce dans laquelle il donne le rôle principal à Nadine...
  4. 4. AUTOUR DU FILM • • • • Le film sort lorsque Romy Schneider est au sommet de sa gloire : cinq ans après La Piscine et quatre après Les Choses de la vie, l'actrice connaît un énorme succès, à la fois public et critique, avec le film d'Andrzej Żuławski, qui lui vaut un César de la meilleure actrice en 1976. Outre le César gagné par Romy Schneider, le film fut également nommé dans deux autres catégories : Meilleur montage (pour Christiane Lack) et Meilleur décor (pour JeanPierre Kohut-Svelko). Ce film fut également la révélation du chanteur et comédien français Jacques Dutronc, qui joue là son premier rôle tragique. Avec ce titre, Klaus Kinski entame aussi une nouvelle phase francoeuropéenne de sa carrière.
  5. 5. FILM CENSURÉ • « Le distributeur de l’époque demanda à couper une partie de la scène du suicide de Jacques Dutronc , chose que je pouvais comprendre. Mais il commit un crime en coupant une des plus belles scènes de Romy, et c’est pour cela que la fin du film me paraîtra toujours abrupte. Après la mort de son mari, elle va voir les parents de Jacques, des gens extrêmement modestes qui vivent en banlieue. Elle essaie de s’expliquer, de s’excuser. Ils la rejettent complètement. Quand elle sort du petit pavillon de banlieue, le frère de Jacques, un peu demeuré, lui lance une pierre dans la nuque. Elle se touche le cou et, les mains rouges, s’éloigne sans rien dire vers le train. C’est une scène qu’elle joua de manière si touchante que même aujourd’hui j’en suis bouleversé. Le distributeur demanda à exciser cette scène. Je passai une des nuits les plus tristes de ma vie : devais-je l’envoyer valser ou accepter qu’on m’ampute d’un doigt. Finalement, considérant mon expérience du communisme, où des amis metteurs en scène avaient été jetés dans des hôpitaux psychiatriques, pour en sortir légumes, je me dis qu’amputer ce film qui me paraissait intéressant était un sacrifice auquel je pouvais consentir. » Extrait du Dossier de presse du film lors de sa ressortie le 8 août 2012.
  6. 6. Récompenses • Césars 1976 : • César de la meilleure actrice pour Romy Schneider • nomination au César du meilleur montage pour Christiane Lack • nomination au César du meilleur décor pour JeanPierre Kohut-Svelko
  7. 7. CRITIQUES • Si le film offre une réflexion sur le cinéma et le théâtre, c'est avant tout - comme tous les films de Zulawski - un film sur l'amour. Nadine non seulement se détruit en refusant l'amour du jeune photographe, mais elle détruit également Servais et son mari Jacques qui pense qu'elle ne le trompe pas uniquement car elle a pitié de lui. Chez Zulawski, l'amour ne va jamais de soi mais advient après un long cheminement dans la nuit, après une longue lutte ou un difficile abandon. Derrière son côté sulfureux, L'Important c'est d'aimer est un mélodrame souvent bouleversant, une œuvre trouble et violente dans laquelle on accompagne Nadine dans un douloureux voyage au cœur des ténèbres qui s'achève de manière poignante dans la clarté et la paix.
  8. 8. • Le premier film français de Zulawski a le même ton bouillonnant et rageur que ses films polonais. Les êtres y avancent, aveuglément, dans une nuit interminable aux couleurs d'un orage prêt à éclater. Aux côtés de Romy Schneider, tragique et belle à faire peur, Jacques Dutronc, funambule sur le fil de l'ironie, trahit sa détresse dans une ultime pirouette. Chacun traverse un cercle de l'enfer, nul ne trouve le repos avant d'avoir touché le fond. Entre Dostoïevski (qu'il vénère) et Shakespeare (qu'il cite), Zulawski dépeint notre monde comme une apocalypse. On en ressort choqué et épuisé. Avec, au bout du voyage, la lumière.

×