INTERVENTION DE CLAUDE BANNWARTH  En  guise  d’introduction,  on  peut  retenir  que  linnovation est  une rupture,  don...
 2) L’audience  Conquérir de l’audience sur Internet peut être le fait d’un référencement naturel ou d’achats de mots clés...
On entre là dans le marketing créatif et on utilise les outils du travail en réseau, les technologies de l’information. Av...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Créativité et innovation dans le tourisme - Claude BANNWARTH - UE2009

1 256 vues

Publié le

Séance plénière d'introduction : "Créativité et innovation dans le tourisme" - Claude BANNWARTH, directeur de Lancéa Développement - UE2009

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 256
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
143
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Créativité et innovation dans le tourisme - Claude BANNWARTH - UE2009

  1. 1.   INTERVENTION DE CLAUDE BANNWARTH  En  guise  d’introduction,  on  peut  retenir  que  linnovation est  une rupture,  dont  le  moteur  est  la créativité. Il faut remarquer que ceux qui portent l’innovation sont souvent rejetés car ils apportent la rupture.  En  revanche,  une  innovation  réussie  donne  un  avantage  compétitif.   En tourisme, l’innovation a toujours existé mais il faut noter que le développement d’Internet accélère les mutations de façon extraordinaire. Pouvions‐nous prévoir en 2000 le pourcentage que représente la vente en ligne pour le tourisme actuellement ? Qui aurait pu dire en 2003 que nous disposerions de packages  dynamiques  en  2009  ?  L’arrivée  du  web  2.0  et  surtout  la  notation  par  les  internautes  qui aujourd’hui prend le pas sur les labels bouleversent tout. On peut aussi se demander pourquoi innover et ainsi en arriver à abandonner une position chèrement acquise  ? En premier lieu  les clients exigent l’innovation. La place prise par la notation par les internautes est ici à  prendre  en  compte.  Avoir  une  offre  innovante  est  valorisant  tant  pour  le  client  que    pour  le prestataire. La  concurrence  l’impose.  Des  plateformes  de  services  qui  n’existaient  pas  il  y  a  peu  ont  pris  de l’importance, tout bouge. On peut se demander si on a encore le choix : c’est un peu soit on ose soit on est condamné. On peut distinguer trois niveaux :  1) Le produitL’exemple des cabanes dans les arbres est intéressant à regarder. Ce n’est pas un client qui un jour a demandé  à  dormir  dans  les  arbres.    Le  surf  couching  est  une  nouvelle  forme  d’hébergement touristique  qui  peut  être  porteuse  d’un  autre  développement  local.  Ne  pas  proposer  de  wifi  gratuit dans  un  hébergement  touristique  est  en  train  de  devenir  une  faute  de  goût. La production appelle l’innovation.    
  2. 2.  2) L’audience  Conquérir de l’audience sur Internet peut être le fait d’un référencement naturel ou d’achats de mots clés. Dans tous les cas le vocabulaire devient central. L’enjeu de la sémantique des destinations et des produits est réel car lancer une requête c’est aller à la rencontre de mots avant de parvenir à des sites Internet. Un travail de fond et cordonné va devoir être lancé sur les mots clés à l’échelle d’un territoire (ou sinon seul google va gagner).  3) Les marques  Internet favorise la comparaison des offres à l’échelle internationale. Et si on rate la conquête tout le travail de développement ne sert à rien. Il y a des batailles à conduire et des stratégies à construire et l’on peut dire « OSER L’INNOVATION SUR LES STRATEGIES DE MARQUES ».  L’intensité touristique est une vraie question. L’articulation entre Vichy et l’Auvergne est essentielle.  Le pays de Vichy est‐il une marque de destination ou une instance d’organisation entre Vichy et l’Auvergne ? On peut se demander comment faire cohabiter des marques de labels et de destinations ? La remise en cause des modèles traditionnels apparaissant comme nécessaire, il faut s’interroger : Comment articuler une logique d’organisation et le temps réel ? Quelle sera la capacité de survie des stratégies ? Comment revoir les modèles historiques ? Comment être en capacité de challenger des innovations qui viennent de l’extérieur ? La clientèle du rural étant urbaine et ayant peur de la campagne vide, quels systèmes de médiation développer pour l’amener à découvrir le patrimoine rural ? Comment développer la capacité des acteurs à développer des démarches marketing ?  Deux  enjeux  fondamentaux  semblent  pouvoir  être  distingués  : Il  y  a  une  responsabilité  individuelle  qui  amène  chacun  à  chercher  à  préserver  ses  parts  de  marché. Chacun doit  se remettre  en cause et  cela implique  à la fois l’écoute du  client et la mise en place de systèmes de veille mais aussi la formation. Il est nécessaire de comprendre les réseaux sociaux pour s’y insérer  et  de  prendre  en  compte  leur  capacité  de  prescription.  Il  faut  comprendre  l’évolution  des clients et l’impact des technologies pour décider. Dans un contexte budgétaire contraint, la créativité demande  une  capacité  d’investissement  conséquente.  La  créativité  ne  se  décrète  pas.  C’est  une initiative.  On  gagnera  à  repérer  dans  les  équipes  les  talents  créatifs  et  à  leur  donner  des  espaces d’expression. Il y a une nécessité collective. Le travail en réseaux devient une obligation. Et pas seulement dans celui du  tourisme  rural.  La  coopération  compétitive  est  l’enjeu  central.  L’enjeu  pour  Vichy  et  pour l’Auvergne  est  l’enjeu  du  travail  en  réseaux.    Il  faut  passer  du  concept  de  développement  local  ou concept de communauté d’intérêts. Les intérêts légitimes des uns et des autres sont à combiner pour construire des stratégies de développement partagées. La qualité du travail en réseaux repose sur la capacité à : ‐ Vaincre la peur La première condition est d’accepter l’idée que l’autre n’est pas un ennemi. ‐ Prendre des risques (faire un investissement) ‐ Tester des modèles 
  3. 3. On entre là dans le marketing créatif et on utilise les outils du travail en réseau, les technologies de l’information. Avec Internet, on a des outils souples pour développer des idées par capillarité, autour d’un noyau. ‐ Développer la capacité de négociation Il faut développer des plateformes susceptibles de réunir des acteurs pour développer des stratégies partagées. ‐ Ne pas se tromper Pour la directrice Europe d’ABRITEL (groupe HomeAway, leader mondial de la location saisonnière), l’enjeu est de développer le service aux clients et le service aux propriétaires.     Synthèse de Murielle Bousquet, déléguée générale de Source 

×