Français : littérature

L’humanisme et la Renaissance

♥ Définition de l’humanisme :
     Mouvement puissant littéraire e...
Le goût du bonheur :
     Montaigne nous invite à savoir vivre, à savoir savourer chaque minute, à être bien
     avec so...
Conclusion :

Peu importe le sujet qu’il aborde, Montaigne recherche un point de vue singulier, loin des
formules toutes f...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Montaigne Humanisme

7 389 vues

Publié le

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
7 389
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
29
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Montaigne Humanisme

  1. 1. Français : littérature L’humanisme et la Renaissance ♥ Définition de l’humanisme : Mouvement puissant littéraire et intellectuel que l’on retrouve en Europe tout au long du 16eme siècle. Mouvement caractérisé par une remise en cause des conceptions morales, politiques et religieuses du Moyen Age.  L’histoire du mouvement : 1. Redécouverte de l’Antiquité et des langues « mortes » (Grec, Hébreu) 2. Le temps des victoires : Les humanistes vont imposer leur nouvelle conception par k’apport de grandes personnalités (Guillaume Budé, Erasme,…) et grâce à des cercles plus étendus qui diffusent ces nouvelles idées. 3. La crise religieuse : Sources de la crise religieuse : -Redécouverte des textes sacrés -Constitution des partis protestants Deux exemples : *L’Université de la Sorbonne (datant du Moyen-âge) va combattre de nouvelles idées. Condamnation des œuvres de Rabelais et d’Erasme. *Les tracts menaçants placardés sur la porte de François 1er vont le forcer à durcir son attitude à l’égard des protestants.  Le mot humanisme ; -Au 16e siècle : Humaniste = personne lettrée, càd qui a une connaissance approfondie des textes antiques. -Au 19e siècle : Humanisme = mouvement animé au 16e siècle par les intellectuels. -Aujourd’hui : humanisme désigne toute philosophie qui affirme la primauté de l’homme. Montaigne et l’humanisme  Intentions : Nouveau genre littéraire. • Caractéristiques de l’essai : -Œuvre qui n’est pas achevée -La structure n’est pas imposée ni établie -Transmission de faits vécus => Pas de règles, liberté d’expression qui s’oppose aux vérités établies. • Caractéristiques de la démarche de Montaigne : -Il ne raconte pas sa vie mais ses sentiments -Il n’a pas de but pré-établi -Ce qui l’intéresse c’est la condition humaine =>Son livre est un miroir dans lequel chacun peut se découvrir. ♥ Essai = Signifie expérience mais aussi tentative ou ébauche.
  2. 2. Le goût du bonheur : Montaigne nous invite à savoir vivre, à savoir savourer chaque minute, à être bien avec soi-même, à être heureux. L’Essai moderne (garde certaines caractéristiques de la démarche de Montaigne) : -Choix personnel qui répond à une préoccupation personnelle -Traitement du sujet de façon libre (construction, argumentation,…) -Réflexion proposée n’est ni fermée, ni absolue. Elle s’ouvre au questionnement de son lecteur. Lecture : « De l’expérience »  Que vise Montaigne ? *Nous montrer les limites de la raison *Construire un art de vivre qui nous invite à être heureux. §1 : Fondation de l’expérience de Montaigne : -Gaieté -Bien-être -Bonheur => Il y a un sentiment de beauté et de bien-être qui ressort au contact de la nature. §2 : La référence à la nature est importante pour Montaigne. « La nature n’a que faire de fortune ». C’est elle qu’on doit suivre pour gouverner sa vie. => Notre plus grande conquête, c’est de vivre ! Lecture : « De la vanité » ♥ La vanité = Notion utilisée dans la philo moderne, qui illustre une attitude humaine et qui incite au bonheur par la prise de conscience de soi-même. §1 : Montaigne voyage pour son plaisir :  Il s’adapte aux lieux et aux personnes  Il se déplace dans des lieux étrangers comme si il était chez lui  L’approche trop facile lui paraîtrait superflue  Il ressent de la gène si la situation est trop raffinée  Il tient à satisfaire avant tout sa curiosité !  Il considère qu’il a appris quelque chose sur le jugement d’autrui ou la nature humaine si il se trompe ou si il est mal renseigné. §2 : Il nous explique qu’il s’adapte à tout et accepte tout. Tout comme l’humain qui appartient au monde dans lequel il évolue (= marque de la philo stoïcienne de la fin de l’Antiquité). =>Si il y a des différences dans le monde, ce sont ces différences qui suscitent son plaisir. §3 : Montaigne critique ceux qui sont incapables de s’adapter dès qu’ils sont hors de leur lieu de vie habituel (=village). -Il les considère enivrés par leurs humeurs et leurs attitudes -Ils voyagent autrement que lui (pensent au retour avant même d’être arrivés) -Ils sont menés par la prudence, ne cherchent pas à communiquer de peur d’être contaminés par un inconnu.
  3. 3. Conclusion : Peu importe le sujet qu’il aborde, Montaigne recherche un point de vue singulier, loin des formules toutes faites et il combat les préjugés. Il nous témoigne ainsi, sous diverses dormes, l’importance de l’indispensable liberté d’esprit.  Les buts de Montaigne :  Parler de sa personne et de sa famille  Faire part de la connaissance qu’il a de lui-même à ses proches (= laisser une trace de son expérience personnelle). Il n’a pas d’intentions pédagogiques ou encore professionnelles. Les arguments qui appuient sur cette intention sont formulés sous forme d’hypothèse qu’il nie par diverses formules telle que : - « Si j’avais écrit pour rechercher les valeurs du monde… » (il nie cette démarche). - « Si j’avais été de ces peuplades… ». Il s’imagine comme un de ces peuples du Nouveau Monde (grande découverte de l’époque). Son intention était de se décrire à la façon de ces peuplades.  Il renforce son intention en concluant ainsi : « Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière de mon livre ». Actualité de Montaigne : « Un champion de la tolérance » J.F. Revel - Que peut-on retirer de l’approche de Montaigne ? *1ère impression : J.F. Revel nous transmet une image très positive de Montaigne. Il est présenté comme l’un des premiers penseurs à s’être libéré des idées conçues et à penser sans théorie. * « Penser sans théorie mais n’hésiter jamais quand le moral est en jeu ». La clé du personnage de Montaigne est dans cette phrase. *J.F. Revel dénonce à travers sa lecture de Montaigne des systèmes de pensée tout fait. Ceux- ci servent malheureusement la multitude. J.F. Revel explique aussi que ce système rencontre un succès car il permet de masquer une forme d’impuissance intellectuelle. Il y a des gens qui trouvent plus facile de penser par procuration, tout comme ils aiment voyager sans soucis (cf. « La vanité ») * »Montaigne n’est d’aucune école ».

×