Bonnes pratiques de communication

3 183 vues

Publié le

Bonnes pratiques de communication chez la personne agée

Publié dans : Design
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 183
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
56
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bonnes pratiques de communication

  1. 1. Bonnes Pratiques Chez la Personne Agée de Communication Petites Soeurs Des Pauvres Toulouse Ma Maison
  2. 2. 1 Afin de transmettre une information adaptée à nos résidents, voici quelques bonnes pratiques pour mettre en forme les documents les concernant. Bonnes Pratiques de communication chez la personne agée Communication écrite en général. La structure, la typographie et les couleurs doivent avoir une relation avec l'identité corporative ( dans la plus grande partie des cas). Un message simple nécessite une structure simple. Cela favorise la bonne écriture dans les documents imprimés, mais aussi la bonne communication dans les autres médias. Pour que l’information écrite soit plus facile à utiliser et à retenir par les lecteurs âgés: - Soyez direct et précis. - Utilisez des images pour illustrer vos informations. - Commencez avec vos points importants et limitez leur nombre. - Divisez les longs documents en colonnes ou en paragraphes plus courts. - Répétez plusieurs fois les points principaux et renforcez les avec des questions. - Le style et la taille des caractères, l’emplacement du titre et l’utilisation des couleurs peuvent améliorer ou entraver la com- munication. - Utilisez des caractères de 14 points pour faciliter la lecture. - Choisissez une police de caractères sobre et claire, réputée pour sa lisibilité. - Utilisez des caractères foncés sur un arrière-plan pâle. - Justifiez le texte à gauche. - Laissez de grandes marges et beaucoup d’espace entre les paragraphes, pour éviter d’entasser trop d’information. - Utilisez du papier et de l’encre mâts; cela améliore la lisibilité en atténuant les reflets. - Choisissez des photographies ou des illustrations à haute défi- nition. - Favorisez le polices suivante: Times New Roman et Arial pour les corps de texte et Candara et Verdana pour les titres.
  3. 3. 2 Bonnes Pratiques de communication chez la personne agée - Le lettrage «inversé», c’est-à-dire le texte en blanc sur arrière-plan foncé. - Les soulignés. - Le jargon et les sigles. - Les lignes ondulées ou les pointillés, qui peuvent être durs pour les yeux étant donné qu’ils «dansent» sur la page. - Les écritures en italique, en majuscule et gras. - Les couleurs pâles. - Les supports brillants qui forment des halos et limitent la lisibilité. - Les césures de mot. - Les surcharges les documents. - Les nuances de type orange rouge ou bleu violet - Les polices suivantes: Lettrage condensé – condense Caractère genre manuscrit – Manuscrit Cursives enjolivées –Cursives Une police très noire et complexe - complexe A éviter L’objectif est d’être lu et compris sans effort, avec simplicité. - Essayez de définir une charte graphique : sélectionnez des dispositions, couleurs , caractères, etc., que vous réuti- liserez pour tous vos supports, de façon à être homogène et identifiable. - Des aplats de couleur, créent des zones de valorisation et différencient les types d’information. - Disposition des textes : évitez les textes centrés, ils se lisent mal, préférez l’alignement à gauche, sans césure. - Répartissez en colonnes pour un texte allant d’un bord à l’autre du panneau. Pour les panneaux
  4. 4. 3 Bonnes Pratiques de communication chez la personne agée Signalétique - La couleur de la police et celle du support doivent avoir une contraste important. Les caractères clairs sur un fond foncé faciliteront davantage la perception. - La police de caractère utilisée doit être simple, sans fiorit- ure, unie, sans contour et sans empattement. On privilégi- era des polices de la famille dite « linéaire » : Arial, Ver- dana, Helvetica. - Le support de la signalétique doit être mat et ne pas réfléchir la lumière. On évitera les supports translucides ou transparents. - On placera la signalétique directionnelle à une hauteur d’environ 2 m. La signalisation permettant l’identification (numéro d’un étage, heures d’ouverture) sera quant à elle placée à +/- 1,60 m de hauteur. - Ne soulignez pas, cela nuit à la lisibilité, utilisez le gras ou l’italique et augmentez la taille. - Choisissez des caractères de grande taille. - Utilisez les minuscules pour les titres, elles se lisent mieux et plus vite. Il n’est pas utile d’être solennel. Cela conduit très vite à l’ennui. - Un panneau ne doit pas chuchoter, mais interpeller l’interlocuteur. - Ne descendez pas en dessous du corps 36 pour un texte usuel lu à une distance de 1 mètre. - N’employez pas de polices burlesques, de caractères trop gras, trop maigres, inutilement originaux. - Préférez des photos de grande taille représentatives, incli- nées pour dynamiser la lecture et animer l’ensemble. - Pour les informations nécessitant une lecture rapprochée (plans, animations, menu), placez les approximativement à 1,20 m ou dans une zone variant entre 0,90 et 1,40 m du sol. Veillez également à ce que les personnes déficientes motrices puissent s’en rapprocher en prévoyant un accès praticable jusqu’à celles-ci.
  5. 5. 4 Bonnes Pratiques de communication chez la personne agée - On veillera à ne pas placer trop d’informations sur un même support. Le contenu doit être ciblé et hiérarchisé selon la géographie du lieu (zones, ailes de bâtiment…) et en fonction de sa logique institutionnelle (départements, services…). - La signalétique sera homogène sur tout le site. Le code couleur, la charte graphique, les symboles seront présen- tés de manière uniforme. - La hiérarchisation proposera également plusieurs niveaux de lecture. Les fonctions importantes seront iden- tifiées de manière instantanée et seront ainsi mises en évi- dence par rapport aux fonctions secondaires. - On aura recours aux pictogrammes pour identifier cer- taines installations (escalier, ascenseur, WC…) en les accompagnant éventuellement de leur dénomination. Ils doivent être faciles à comprendre. On privilégiera l’usage de pictogrammes standardisés. - Pour faciliter l’orientation, on peut attribuer également des couleurs distinctes aux zones ou étages d’un bâti- ment.

×