Numérisation et Conservation des Planches Scolaires                                   Cahier des charges                  ...
o La quantité de lumière exacte reçue par une surface du document (le document                  lui-même dans le cas d’une...
le type d’éclairage, le temps d’éclairage et la quantité de lumière reçue par chaque page      du document, qu’il propose ...
•       Le prestataire s’engage à ne pas faire transiter les documents confiés dans des          pièces à risques (avec ch...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cahier des charges : numérisation des planches scolaires

603 vues

Publié le

Exemple d'un cahier des charges succinct pour la numérisation de planches scolaires.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
603
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cahier des charges : numérisation des planches scolaires

  1. 1. Numérisation et Conservation des Planches Scolaires Cahier des charges Mars 2012 L’impact des campagnes de numérisation sur la conservation de fonds patrimoniauxn’est pas négligeable. La numérisation peut étendre de façon significative les risques dedégradation si les appareils et les processus ne sont pas adaptés à l’exigence première de laconservation.Évaluation et traitement préalable Les documents dont la numérisation est confiée à la société par le Service Commun dela Documentation de lUniversité dArtois auront été systématiquement examinés pièce à piècede façon à définir les contraintes spécifiques qu’ils pourront imposer lors de leur numérisation :par exemple, la mise à plat de certains documents ou l’ouverture trop large de certains livrespourra être interdite, ou encore des consignes relatives à l’exposition à la lumière ou à lamanipulation seront données. Une fiche individuelle sera établie pour chaque document. Le prestataire se devra de seconformer absolument à ces prescriptions.Exposition à la lumière Les documents graphiques et photographiques sont à considérer comme faisant, dansleur grande majorité, partie des objets patrimoniaux les plus sensibles à la lumière. • Exposition à la lumière durant la numérisation. o Les éclairages des matériels durant la numérisation (ou durant le temps d’attente du document si celui-ci est laissé ouvert) seront munis de filtres anti-UV efficaces. o La source lumineuse sera éteinte ou masquée lorsque la tête de numérisation est au repos, que ce soit au début ou à la fin de son parcours. o La source lumineuse sera éteinte ou masquée lors du retour de la tête à sa position d’origine, afin d’éviter toute exposition inutile. o La source lumineuse sera éteinte ou masquée lors de la mise en place du document. • L’extinction des sources lumineuses entre chaque numérisation peut poser des problèmes techniques, car un temps de chauffe important peut être nécessaire à leur bon fonctionnement. Dans ce cas, un système de masquage efficace de la source doit être utilisé de façon systématique 1
  2. 2. o La quantité de lumière exacte reçue par une surface du document (le document lui-même dans le cas d’une estampe ou d’un document en feuilles, une page ou deux pages se faisant face dans le cas d’un livre relié) sera mesurée exactement, et communiquée au Service Commun de la Documentation de lUniversité dArtois de la façon suivante : valeur donnée par le luxmètre au niveau du document, multipliée par le temps d’exposition en heures. (exemple : temps d’exposition à 2000 lux pendant 6 minutes = 200 lux./heure Le prestataire s’assurera que l’exposition est uniforme sur toute la surface de l’objet et, dans le cas contraire, effectuera la mesure dans la zone la plus exposée. Dans le cas d’une exposition localisée à la lumière (scanner dont les sources lumineuses sont mobiles et balayent l’objet), l’estimation sera un peu plus difficile : il faudra réduire le temps d’exposition de manière à la faire correspondre à la durée réelle de l’exposition d’un même point du document lors du balayage. (par exemple, si un point du document reçoit 2000 lux pendant 1 minute, l’exposition correspondra à 2000 x (1/60), soit environ 33 lux./heure). • Dose Totale dExposition (D.T.E.). Tout comme le rayonnement UV, le rayonnement visible, particulièrement les radiations de faible longueur donde (du violet au vert), représente une menace pour lintégrité des documents. En fonction de leur classe de sensibilité, il ne faut pas dépasser les valeurs dexposition lumineuse - appelée Dose Totale dExposition (DTE), données ci-dessous. La DTE correspond au produit de léclairement (en lux) par la durée totale dexposition (en heures) sur une année. Dose totale d’exposition Classes de sensibilité Dose totale d’exposition maximale admise insensible --- sensible 600 000 lxh/an très sensible 150 000 lxh/an fortement sensible 84 000 lxh/an très fortement sensible 42 000 lxh/an extrêmement sensible 12 500 lxh/anNote : en grisé les catégories relatives aux documents graphiques et photographiques.Note 1 : l’éclairement, dont l’unité est le lux, se mesure au moyen d’un luxmètre.Note 2 : laction de la lumière sur les matériaux étant cumulative, laction de dégradation est la même si les documents sont exposés à unéclairement de 50 lux durant 3000 heures tous les ans ou de 150 lux durant 3000 heures une fois tous les 3 ans. o Le prestataire s’engage à ne pas exposer inutilement le document à la lumière durant les phases de mise en place, de réglage, d’attente ou de retour de la tête de numérisation. o La préférence sera donnée à l’utilisation d’un scanner doté de sources lumineuses mobiles éclairant le document sur une bande la plus étroite possible. o Si un appareil à éclairage global est utilisé, le prestataire s’engage à éviter des temps longs de numérisation. Pour chaque type de document à numériser, le prestataire annoncera le type de matériel, 2
  3. 3. le type d’éclairage, le temps d’éclairage et la quantité de lumière reçue par chaque page du document, qu’il propose d’utiliser.Matériaux en contact avec le document o Les supports destinés à présenter les documents sous le bon angle et à la bonne distance de l’appareil photo ou de la tête de numérisation ne devront en aucun cas être sales, ou abîmés, ni présenter des rayures ou des zones où le revêtement s’est écaillé, laissant à nu un matériaux oxydé ou simplement inadapté au contact d’objets patrimoniaux. Si c’était le cas, une interface adaptée serait utilisée. o L’ensemble des matériaux qui seront mis directement en contact avec les documents confiés seront neutres et adaptés à la conservation (papier neutre sans réserve alcaline). Il sera également changé régulièrement et en tous les cas entre chaque lot de documents. Il sera impérativement changé entre les documents qui n’appartiendraient pas à la même institution (pour éviter toute contamination éventuelle de micro-organismes. o Si des poids sont utilisés pour le maintien de l’ouverture des livres, ceux-ci seront également emballés dans du papier neutre, et celui-ci changé à chaque salissure. L’usage de tout autre matériau pour maintenir à plat les documents sera exclu (autres livres, boîtiers de CD, blocs de bois, plaques de verre ou tout autre objet). Seuls des poids composés de matériaux neutres et recouverts de papier neutre régulièrement changé seront acceptés, pourvu que leur forme, évitant toute irrégularité ou aspérité, ne puisse lors de la manipulation causer des dégradations. Locaux Les locaux du prestataire peuvent être visités par les responsables des fonds confiés (locaux de numérisation, mais aussi locaux de stockage - même ponctuel- des documents avant et après la prise de vue). • Le prestataire annonce et s’engage sur l’aspect sécurité de ses divers locaux (prise de vue, stockage avant et après numérisation) : portes fermant à clé pour les divers locaux, alarme intrusion renvoyée sur une centrale ou présence d’un gardien en dehors des heures de présence du personnel, fenêtres barreaudées ou volets roulants, etc… • Le prestataire annonce et s’engage sur l’aspect climatique de ses divers locaux (prise de vue, stockage avant et après numérisation) : les taux de température et d’humidité dans les différents locaux seront 18° + ou – 2° et 50% + ou - 5% d’humidité relative, ou auront des valeurs proches de ces exigences. Certains appareils dégagent, au moment de leur fonctionnement, une chaleur parfois considérable. La température de la pièce de numérisation sera donc régulièrement contrôlée, pendant et avant/après les opérations de numérisation. Les données en seront transmises à létablissement qui confie ses collections. • Le prestataire annonce et s’engage sur l’aspect de propreté de l’ensemble des locaux dans lesquels transiteront les documents confiés. 3
  4. 4. • Le prestataire s’engage à ne pas faire transiter les documents confiés dans des pièces à risques (avec chaudières, canalisations), mal ventilés, ou trop éclairés.Manipulation • Le prestataire s’engage à ce que les documents patrimoniaux soient manipulés correctement (avec chariots adaptés), pendant et après la numérisation. Ils seront manipulés exclusivement avec des gants (latex ou coton), propres, régulièrement changés, et en tout état de cause changés entre lots appartenant à différents établissements. • La fiche individuelle précisera les consignes particulières de manipulation que le prestataire s’engage à respecter. 4

×