Situation Scènes
Œuvre et lieu, espace public, sites et
non sites
Robert Smithson
• Entropie
• Site / non site / non sight
• Ruines et autres sites entropiques...
La carte - territoire

Robert Smithson

Untitled , 1967

Spiral Jetty, Utah, 1970
http://www.robertsmithson.c
om/drawings/...
A Nonsite Franklin, New
Jersey" (1968)
La carte - territoire

Robert Smithson, Map of Broken Glass (Atlantis), 1969.
Dia Art Foundation; Partial Gift, LannanFoun...
THE HYPOTHETICAL
CONTINENT OF LEMURIA
1969
Brown ink, crayon, graphite,
and collage on paper
H: 22 1/4” W: 17 1/4”
Collect...
Robert, Smithson
AsphaltRundown, 1969
ASPHALT ON ERODED CLIFF
1969
Ink and coloredchalk on paper
H: 18" W: 24"
Fred Jones Jr. Museum of Art,
University of Oklah...
Entre cartes et textes : lieux et non-lieux
de l’art chez Robert Smithson
- Laurence Corbel

http://www.revue-textimage.co...
Fig. 1. Robert
Smithson, Untitled

Fig. 2. Robert Smithson, Untitled (Antartica),
1967, carte circulaire découpée
Fig. 3. ...
Entre cartes et textes : lieux et non-lieux
de l’art chez Robert Smithson

La carte participe donc à la promotion
d’un art...
Une poïétique cartographique

Fig. 10. Robert Smithson, Non-site, Pine Barrens,
1968, boites en aluminium, sable.
Fig. 8. ...
Fig. 11. Robert Smithson,
BrokenCircle, 1971,
eau verte, bancs de sable blanc et
jaune, Emmen, Pays-Bas

Fig. 12. Robert S...
Lectures et écritures cartographiques

Dans un texte inédit intitulé « HiddenTrails in Art » (« Sentiers cachés dans
l’art...
Une cartographie hétérotopique

Contrairement aux cartes des Non-sites qui permettent au spectateur de localiser
le site o...
Entre cartes et textes : lieux et non-lieux
de l’art chez Robert Smithson

Fig. 13. Robert Smithson, The
Hypothetical Cont...
Fig. 17. Robert Smithson, A SurdView for an Afternoon
Entre cartes et textes : lieux et non-lieux
de l’art chez Robert Smithson
En définitive, Smithson ne dresse qu’une impossi...
Cyprien Gaillard
Site de la galerie Bugada/Cargnel à Paris
Centre Pompidou Virtuel

http://bugadacargnel.com/fr/pages/arti...
Cyprien Gaillard
Cities of Gold and Mirrors
2009
Film 16 mm et 16 mm transféré sur dvd
8:52 min.
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Scènes lieux-sl sh

472 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
472
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Scènes lieux-sl sh

  1. 1. Situation Scènes Œuvre et lieu, espace public, sites et non sites
  2. 2. Robert Smithson • Entropie • Site / non site / non sight • Ruines et autres sites entropiques...
  3. 3. La carte - territoire Robert Smithson Untitled , 1967 Spiral Jetty, Utah, 1970 http://www.robertsmithson.c om/drawings/draw.htm http://www.youtube.com/ watch?v=A1M3HoZpXBc « A Nonsite Franklin, New Jersey », 1968
  4. 4. A Nonsite Franklin, New Jersey" (1968)
  5. 5. La carte - territoire Robert Smithson, Map of Broken Glass (Atlantis), 1969. Dia Art Foundation; Partial Gift, LannanFoundation, 2013. Photo: Bill Jacobson. Hypothetical Continent in Shells: Lemuria April, 1969
  6. 6. THE HYPOTHETICAL CONTINENT OF LEMURIA 1969 Brown ink, crayon, graphite, and collage on paper H: 22 1/4” W: 17 1/4” Collection of the Weatherspoon Art Museum, Greensboro, North Carolina RELATED WORK: PHOTOWORK: Hypothetical Continent in Shells: Lemuria April, 1969
  7. 7. Robert, Smithson AsphaltRundown, 1969
  8. 8. ASPHALT ON ERODED CLIFF 1969 Ink and coloredchalk on paper H: 18" W: 24" Fred Jones Jr. Museum of Art, University of Oklahoma RELATED WORKS: EARTHWORK: Asphalt RundownOctober, 1969 FILM: Rundown, 1969
  9. 9. Entre cartes et textes : lieux et non-lieux de l’art chez Robert Smithson - Laurence Corbel http://www.revue-textimage.com/03_cartes_plans/corbel1.htm Du TheatrumOrbisTerrarum d’Ortelius (1570) aux cartes couvertes de « peinture » de Jaspers Johns, la carte a exercé une fascination sur l’esprit des artistes. Une cartographie des endroits inhabitables semble en voie de développement, pleine de pseudo-diagrammes, de systèmes de quadrillage abstraits faits de pierre et d’adhésifs (Carl Andre et Sol LeWitt), de mosaïques électroniques d’imagessatellites en provenance de la NASA. Le sol des galeries est transformé en collections de parallèles et de méridiens [1]. [1] « Un Musée du langage au voisinage de l’art », dans Robert Smithson : Une rétrospective, Le paysage entropique, 1960-1973, trad. Claude Gintz, Marseille, M.A.C., 1994, pp. 190-191.
  10. 10. Fig. 1. Robert Smithson, Untitled Fig. 2. Robert Smithson, Untitled (Antartica), 1967, carte circulaire découpée Fig. 3. Robert Smithson, Aerialmap, 1967, projet pour l'aéroport régional de Dallas-Forth, miroirs Fig. 4. Robert Smithson,Untitled, 1967, carte sur miroir, Passaic, New Jersey
  11. 11. Entre cartes et textes : lieux et non-lieux de l’art chez Robert Smithson La carte participe donc à la promotion d’un art qui se donne comme artifice et qui va à rebours de l’activité créatrice : plutôt que de créer, il s’agit, en effet, pour Smithson de « dé-créer », « dénaturaliser », « dé-différencier » ou « décomposer ». « Les cartes sont très importantes, dit l’artiste, parce que les travaux artistiques les plus abstraits proviennent d’une sorte de cartographie abstraite. Une carte est un système mental fait de grilles, de latitudes et de longitudes » Fig. 7. Lewis Caroll, carte
  12. 12. Une poïétique cartographique Fig. 10. Robert Smithson, Non-site, Pine Barrens, 1968, boites en aluminium, sable. Fig. 8. Robert Smithson, Terminal Airport
  13. 13. Fig. 11. Robert Smithson, BrokenCircle, 1971, eau verte, bancs de sable blanc et jaune, Emmen, Pays-Bas Fig. 12. Robert Smithson, Spiral Jetty, 1970, roches noires, cristaux de sel, terre, eau rouge (algues) Grand Lac Salé, Utah
  14. 14. Lectures et écritures cartographiques Dans un texte inédit intitulé « HiddenTrails in Art » (« Sentiers cachés dans l’art »), Smithson propose une lecture allégorique d’une page du magazine Artforum : Une lecture suffisamment longue permet de voir que ce magazine de format carré repose sur le principe d’une circularité qui se dissémine sur une carte qui ne mène nulle part, mais où alternent des blocs typographiques qui sont les pays (appelés critiques) et de petits océans aux angles droits (appelés photographies). Allez à n’importe quelle page entre ces hémisphères et, comme Gulliver et Ulysse, vous serez transportés dans un monde de pièges et de merveilles. (...) Regardez n’importe laquelle de ces photographies en noir et blanc sur ces pages en faisant abstraction du titre et de la légende et elle deviendra une carte avec des longitudes emmêlées et des latitudes disloquées. Les profondeurs océaniques de ces cartes submergent des continents de prose [39].
  15. 15. Une cartographie hétérotopique Contrairement aux cartes des Non-sites qui permettent au spectateur de localiser le site où il peut se rendre, les sites sont présentés ici comme des lieux où il n’y a rien à voir que l’absence : Si vous visitez les sites (une probabilité douteuse), vous ne trouverez rien que des traces de mémoire, car les déplacements furent démontés juste après avoir été photographiés. (...) Les souvenirs ne sont plus que des chiffres sur une carte, des mémoires vides constellant des terrains intangibles en proximités effacées. C’est la dimension de l’absence qui reste à découvrir **]. [*]« Incidents au cours de déplacement de miroirs dans le Yucatan », dans Robert Smithson : Une rétrospective, Le paysage entropique, 1960-1973, op. cit., p. 203.
  16. 16. Entre cartes et textes : lieux et non-lieux de l’art chez Robert Smithson Fig. 13. Robert Smithson, The Hypothetical Continent of Lemuria, 1969, encre, crayon, carte Fig. 14. Robert Smithson, The Hypothetical Continent in Shells : Lemuria, coquillage et sable. Photographie de Robert Smithson
  17. 17. Fig. 17. Robert Smithson, A SurdView for an Afternoon
  18. 18. Entre cartes et textes : lieux et non-lieux de l’art chez Robert Smithson En définitive, Smithson ne dresse qu’une impossible cartographie de l’art : comme la carte vierge de La Chasse au Snark, elle laisse carte blanche à ses lecteurs, les invite à un voyage dont le but se dérobe. L’artiste a bien compris le conseil de la divinité aztèque Tezcatlipoca qui fait entendre sa voix dans les fabuleuses contrées du Yucatan : il faut aller à l’aventure et risquer de se perdre, « c’est le seul moyen de faire œuvre d’art » [63].
  19. 19. Cyprien Gaillard Site de la galerie Bugada/Cargnel à Paris Centre Pompidou Virtuel http://bugadacargnel.com/fr/pages/artistes.php?name=6564 http://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action?param.id=FR_Reb841d3fd322f77a2d4ba885584b6c96&param.idSource=FR_Eadc3b2a0634c494cd6fbde2da79a9ca2 Entretien avec Cyprien Gaillard, Propos recueillis pour le magazine programme « Code Couleur » #11 Votre travail tisse architecture et nature, souvent « urbaine », à travers des sites rasés ou enfouis, comme dans le film distingué en 2010 par le Prix Marcel Duchamp. Un travail d'archéologue ? CYPRIEN GAILLARD - Je m'intéresse à l'archéologie pour son potentiel sculptural et en tant que pratique, avec l'idée que l'excavation, la découverte d'un site va souvent de pair avec sa destruction : plus on fouille, plus on détruit, et mieux vaudrait parfois tout laisser intact sous la terre. Se pose la question des choix de préservation - pourquoi protéger un site tandis qu'un autre est démoli par les pelleteuses ? Tout est archéologie dans une ville, tout est ruine. Une partie de mon travail vise à briser cette hiérarchie en traitant un bunker de la Seconde Guerre mondiale comme un archéologue découvre un temple enfoui sous le sable du désert (Dunepark, La Haye, 2009). Je reviens d'Irak, de Babylone : je voulais voir à quoi ressemble ce site devenu un camp de l'armée américaine : un site archéologique désormais militaire ; en somme, l'inverse du changement opéré avec Dunepark.
  20. 20. Cyprien Gaillard Cities of Gold and Mirrors 2009 Film 16 mm et 16 mm transféré sur dvd 8:52 min.

×