WAITO La lutte contre le Crime Contrefacon

1 002 vues

Publié le

Le rapport 2011 de la Fondation WAITO est devenu une référence internationale dans la lutte contre le crime organisé et les contrefaçons dangereuses (Crime-contrefaçon©) portant atteinte à la stabilité des Etats et à la sécurité de leur population, ainsi que pour les industries qui ont la lourde responsabilité de garantir la protection des consommateurs.Pour de plus amples renseignements- http://waitofoundation.org

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 002
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

WAITO La lutte contre le Crime Contrefacon

  1. 1. Les  équipements  de  construction  :  un  nouveau  risque  «  De  faux  produits  d’une  valeur  totale  de  plus  de  200  millions  US$  ont  été  saisis  et  près  de  1  000  personnes   ont   été   arrêtées   au   cours   d’une   série   d’opérations   coordonnées   par  INTERPOL,  ciblant  les  réseaux  criminels  se  livrant  à  la  contrefaçon  dans  toute  l’Amérique  du   Sud.  »   Organisée   sous   les   auspices   de   l’opération   Jupiter   en   partenariat   avec  l’Organisation   mondiale   des   douanes   (OMD),   cette   opération,   qui   s’est   déroulée   sur  toute   l’année   2010,   a   abouti   à   une   série   d’interventions   dans   13   pays   de   la   région   et   à   la  saisie   de   près   de   huit   millions   de   produits   de   contrefaçon.   Parmi   ce   saisies,   des  matériaux  de  construction.    Ces  marchandises  (équipements  et  matériaux}  ont  été  retrouvées  dans  des  endroits  très  divers  –  marchés,  centres  commerciaux,  vendeurs  ambulants.  Dans  plusieurs  cas,  il  a  été  établi  que  des  sites  de  réseaux  sociaux  étaient  utilisés  pour  distribuer  ces  contrefaçons.    Le  succès  de  l’opération  Jupiter  V  –  la  cinquième  de  ce  type  coordonnée  par  INTERPOL  dans   la   région   –   s’explique   notamment   par   une   plus   grande   sensibilisation   et   par  l’affectation   de   ressources   afin   de   lutter   contre   le   danger   que   représentent     les  contrefaçons   et   les   produits   piratés.   Des   unités   spécialisées   dans   la   lutte   contre   les  atteintes  à  la  propriété  intellectuelle  ont  ainsi  été  mises  en  place  au  Chili  et  au  Pérou.    «  La   quantité   et   la   diversité   des   matériaux   de   construction   retrouvés   sont   la   preuve  éclatante   de   l’utilité   de   l’opération   Jupiter   pour   identifier   et   démanteler   les   réseaux  criminels   organisés   à   l’origine   de   ces   contrefaçons.   Elles   montrent   également   toute  l’ampleur   que   revêt   ce   type   de   criminalité,   non   seulement   en   Amérique   du   Sud   mais   à  l’échelle  mondiale  »,  a  déclaré  le  Secrétaire  Général  d’INTERPOL,  M.  Ronald  K.  Noble.  Le   boom   de   la   construction   au   niveau   mondial   conjugué   à   la   croissance   des   pays  émergents   crée   depuis   plusieurs   années   une   situation   de   pénurie   pour   de   multiples  matériaux   et   équipements   divers   du   Bâtiment   et   des   travaux   publics   (BTP).   Dans   ce  contexte,   la   mondialisation   recèle   des   espoirs   et   des   périls.   Il   y   a   une   mondialisation  idéale  :  celle  où  le  progrès  de  chacun  contribue  au  progrès  de  tous.  Mais  il  y  a  également  une   mondialisation   détestable  :   celle   de   la   concurrence   déloyale,   du   dumping   et   de   la  tromperie  aggravée,  mettant  en  danger  l’économie  des  entreprises  du  BTP  certes,  mais  aussi  et  surtout  les  utilisateurs  finaux  et  les  consommateurs.    En  clair,  les  entreprises  du  BTP  s’exposent  de  plus  en  plus  à  des  risques  pénaux  majeurs  suite   à   l’utilisation   et/ou   à   l’achat   de   produits   non-­‐conformes   générateurs   de   sinistres  pouvant   porter   atteinte   à   la   sécurité   des   personnes.     Bien   que   la   réglementation   en  matière   de   sécurité   se   soit   durcie,   rien   aujourd’hui   ne   permet   d’identifier   avec   certitude  l’origine  de  la  fabrication  du  produit,  ni  sa  conformité  technique,  encore  moins  l’abus  de  confiance.  Lors  d’un  sinistre,  Les  compagnies  d’assurance  négligent  le  plus  souvent  ces  aspects   pourtant   indispensables   à   la   démonstration   de   la   preuve,   à   l’établissement   de   la  vérité,   au   préjudice   subi,   au   processus   de   remboursement   dudit   sinistre   et   à   la  constitution  de  statistiques  fiables.    Ainsi,   tout   récemment   en   Chine,   un   audit   général   des   Centrales   nucléaires   a   révélé   la  présence  de  matériaux  non-­‐conformes,  contrefaits  ou  non,  au  cœur  même  des  piscines  de   refroidissement.   Si   ces  informations  alarmantes   en  provenance   des  pays  émergents  circulent   de   plus   en   plus   en   toute   transparence,   les   entreprises   européennes   et  notamment  françaises  préfèrent  garder  le  silence,  par  peur  d’affoler  les  marchés!    Suite   à   une   étude   réalisée   en   2010   par   une   grande   fédération   professionnelle   du  bâtiment,   un   premier   enseignement   s’impose.   La   contrefaçon   reste   aujourd’hui   perçue  dans   ce   secteur   comme   une   «  maladie   honteuse  ».   La   grande   majorité   des   industriels  questionnés   pour   réaliser   cette   étude   ont,   soit   refusé   de   répondre,   soit   exigé   de   n’être  Copyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de   cette   publication   ne   peut   être   reproduite   ou   transmise   sous   n’importe   quelle   forme   ou   par   nimporte   quels   moyens,   y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  2. 2. pas  cités.  On  peut  donc  parler  d’une  véritable  loi  du  silence.    Le   second   enseignement   de   cette   étude   confirme   la   pluridisciplinarité   des   produits  contrefaits,  aussi  différents  que  le  matériel  de  chantier  (compresseurs  et  engins),  et  de  sécurité   (chaussures,   équipements,   crochets   de   levage),   des   clotures,   des   disjoncteurs,  des  vitrages  coupe-­‐feu,  de  la  domotique,  de  la  robinetterie  ou  des  isolants.  Cela  devient  une  cible  de  choix  pour  les  contrefacteurs.    Chiffrer   l’ampleur   des   contrefaçons   de   ce   secteur   serait   fantaisiste.   Mais   la   simple  activité   de   l’équipement   électrique   estime   au   niveau   mondial   (avec   toutes   les   reserves  qui  s’imposent)  un  sinistre  global  de  plus  de  1  milliard  US$  par  an.    En   terme   de   sécurité,   que   ce   soit   pour   les   utilisateurs   finaux   que   pour   le   personnel   de  chantier,   le   problème   devient   crucial.   C’est   ainsi   que   dans   le   domaine   des   crochets   de  levage,  et  pour  illustrer  les  conséquences  désastreuses  que  pourraient  avoir  l’usage  de  produits   non-­‐conformes,   les   copies   peuvent   être   totalement   identiques   aux   originaux,  mais,   du   point   de   vue   de   la   qualité,   révéler   un   point   de   charge   à   la   rupture   de   40%  moindre.   De   même,   au   niveau   de   l’utilisation   finale   d’un   produit   contrefait,   la   saisie  douanière   de   robinetteries   a   révélé,   après   expertise,   que   ces   copies   libéraient  dans   l’eau  de  boisson1  davantage  de  métaux  tel  que  le  cuivre.        Les  raisons  de  l’engouement  des  contrefacteurs  pour  les  équipements  et  matériaux  de  la  construction  sont  évidentes.  Le  marché  de  la  construction  représente  au  niveau  mondial  des  centaines  de  milliards  US$.  Entre  les  constructions  neuves  et  les  rénovations,  il  y  a  là  un   gisement   considérable   de   profits   faciles   pour   les   contrefacteurs,   ce   qui   les   amène   à  investir  de  plus  en  plus  dans  ce  secteur.  Les  technologies  nouvelles  mises  à  disposition  des   copieurs,   notamment   grâce   à   l’investissement   des   profits   des   narco-­‐traficants,  l’ouverture   des   marchés   aux   «  bricoleurs  »   dans   la   grande   distribution   et   par   le   net,   le  professionalisme  des  systèmes  de  distribution  mis  en  place  ont  pour  conséquence  une  profonde   évolution   des   pratiques   des   contrefacteurs   et   de   leur   impact.   Nous   sommes  bien  dans  ce  cas  face  à  des  acteurs  structurés,  extrèmement  organisés  et  agressifs.    De   même,   la   crise   économique   mondiale   a   également   eu   un   effet   évident   sur   la   politique  d’achat  des  «  bricoleurs  ».  Les  notions  de  prix  et  de  qualité  sont  donc  indiscutablement  liés   et   participent   à   l’explosion   du   fléau.   Pour   les   fabriquants   d’équipements   électriques,  l’un  des  critères  d’opportunité  pour  les  contrefacteurs  est  de  chercher  dans  la  diffusion  des  produits.  Ceci  confirme  que  plus  la  demande  est  importante,  plus  l’intérêt  de  copier  et  de  distribuer  va  croissant.    Enfin,   le   nombre   existant   d’activités   au   sein   du   secteur   du   bâtiment   est   une   aubaine  pour  les  contrefacteurs.  Les  produits  cibles  vont  de  l’isolation  à  l’électricité,  en  passant  par   les   câblages,   les   grillages,   le   chauffage,   la   plomberie,   les   fixations,   les   portes   de  sécurité,   le   ciment,   etc.   La   taille,   la   complexité   ou   le   coût   ne   semblent   plus   être   des  barrières  suffisantes,  les  contrefacteurs  étant  en  mesure  de  répondre  à  toute  demande.  Et  dans  ce  contexte,  la  délocalisation  n’a  rien  fait  pour  arranger  le  problème.  Une  saisie  de   9,7   millions   US$   faite   à   Los   Angeles   illustre   bien   cette   évolution   récente,   dans   la  mesure  où  l’envoi  concernait  des  contrefaçons  de  marques  dont  Black  &  Decker,  Makita,  DeWalt,  etc,  mélangées  à  des  faux  produits  de  luxe.      Mais   plus   graves   encore   sont   les   conséquences   relatives   à   l’usage   de   matériaux   et  équipements  contrefaits,  le  plus  souvent  intégrés  à  des  marchés  importants  de  travaux  publics   où   la   corruption   est   monnaie   courante.   Nous   pensons   tout   particulièrement   à  cette   récente   catastrophe   ferroviaire   en   Chine,   causée   par   la   faible   résistance   des  traverses   en   béton   (contrefait)   vendues   sous   corruption,   et   dont   l’usage   avait   été                                                                                                                  1 Hansgrohe (ocotobre 2009). Communiqué de presse, www.hansgrohe.beCopyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de   cette   publication   ne   peut   être   reproduite   ou   transmise   sous   n’importe   quelle   forme   ou   par   nimporte   quels   moyens,   y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  3. 3. dénoncé  quelques  semaines  auparavant  par  la  population  locale  lors  d’un  setting  sur  ce  même  chemin  de  fer.          La   fréquence   et   l’ampleur   des   catastrophes   liées   à   l’utilisation   de   matériaux   et  équipements   non-­‐conformes   du   BTP   issus   des   trafics   illicites   auront   ces   toutes  prochaines   années   une   influence   déterminante   sur   le   marché   de   l’assurance.   Les  capacités  permettant  d’assurer  les  risques  majeurs  demeureront  disponibles  et  les  tarifs  de   ces   couvertures   attrayantes   si   les   causes   de   ces   sinistres   pourront   être   démontrées  de   manière   irréfragable.   Sans   une   garantie   de   conformité   technique   et   d’origine   des  matériaux  et  équipements,  ces  sinistres  conduiront  à  un  transfert  accru  des  risques  sur  les  assureurs  directs  et  les  réassureurs.  Dans  ce  contexte,  le  secteur  de  l’assurance  sera  plus  fortement  exposé  à  l’ampleur  d’un  seul  sinistre  majeur.      C’est  pourquoi,  les  assurances   du  BTP   doivent   participer   de   manière   proactive  au   côté  des  Fédérations  du  Bâtiment  à  la  mise  en  place  d’observatoires  afin  qu’une  politique  de  prévention   et   de   dissuasion   la   plus   exhaustive   possible   contre   les   trafics   illicites   de  matériaux   et   équipements   non-­‐conformes,-­‐dont   les   contrefaçons-­‐,   puisse   voir   le   jour  dans   les   meilleurs   délais   et   apporter   aux   professionnels   du   BTP   les   outils   les   mieux  adaptés  de  lutte  contre  une  concurrence  déloyale  et  dangereuse.      La  Fédération  Française  du  Bâtiment  (FFB)  a  décidé  de  mener  ce  combat  en  créant  en  2011   son   propre   observatoire.   Espérons   que   cette   initiative   courageuse   fasse   prendre  conscience   auprès   de   tous   les   acteurs   du   marché   la   nécessaire   mise   en   place   d’une  politique  générale  de  prévention  et  de  dissuasion  contre  les  trafics  illicites  de  matériaux  et  d’équipements  non  conformes  du  bâtiment  pouvant  générer  des  risques  sanitaires  et  de   sécurité   pour   les   opérateurs   de   la   construction   et   les   utilisateurs   finaux  ;   tout   ceci  dans   un   contexte   de   mutualisation   des   bonnes   pratiques   avec   les   organisations  professionnelles  actives  sur  le  sujet.        Copyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de   cette   publication   ne   peut   être   reproduite   ou   transmise   sous   n’importe   quelle   forme   ou   par   nimporte   quels   moyens,   y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  

×