Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Prochain SlideShare
Chargement dans... 5
×

Vous aimez ? Partagez donc ce contenu avec votre réseau

Partager

Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur

  • 6,486 vues
Transféré le

Le rapport 2011 de la Fondation WAITO est devenu une référence internationale dans la lutte contre le crime organisé et les contrefaçons dangereuses (Crime-contrefaçon©) portant atteinte à la......

Le rapport 2011 de la Fondation WAITO est devenu une référence internationale dans la lutte contre le crime organisé et les contrefaçons dangereuses (Crime-contrefaçon©) portant atteinte à la stabilité des Etats et à la sécurité de leur population, ainsi que pour les industries qui ont la lourde responsabilité de garantir la protection, la sécurité et la santé des consommateurs.

Après trois mois de diffusion sur les réseaux spécialisés, dorénavant le rapport est mis à disposition gratuitement dans le domaine public

Contribuez à la lutte anti contrefaçon:
http://www.waitofoundation.org

'La contrefaçon n'est pas qu'une question de volume de saisies ou de fiscalité. C'est aussi un enjeu majeur
pour la protection des citoyens consommateurs et la stabilité des Etats'

'L'enjeu n'est pas mince, ce n'est rien moins que la protection des consommateurs et leur santé ainsi que la sauvegarde de nos démocraties.'

Pierre DELVAL
Membre Fondateur
Directeur Général de WAITO Foundation

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
    Soyez le premier à commenter
    Be the first to like this
Aucun téléchargement

Vues

Total des vues
6,486
Sur Slideshare
6,485
À partir des ajouts
1
Nombre d'ajouts
1

Actions

Partages
Téléchargements
83
Commentaires
0
J'aime
0

Ajouts 1

http://www.slashdocs.com 1

Signaler un contenu

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
    No notes for slide

Transcript

  • 1.    
  • 2.   2         IF2C   Rapport  2011       Rédaction  :  WAITO  Foundation,  Villa  Sise,  Ch.  Grand-­‐Montfleury  48,  1290  Versoix,  Switzerland     Tel.  00.41.22.566.87.30  ;  Fax.  00.41.22.566.87.40.     Président  :  Chemavon  CHAHBAZIAN     Directeur  général  et  Rédacteur  en  chef  :  Pierre  DELVAL     Conseillers  :  Alain  BAUER  et  Xavier  RAUFER     Relations  extérieures  :  Laurent  ULMANN     Coordination  :  Frédéric  HAHN       Coordination  technique  :  Nicole  AGHROUM     Traductions  :  Esther  BARRETT     Comité  des  experts  :       Alain   BAUER,   Professeur  de  criminologie  au  Conservatoire  national  des  Arts  et  Métiers  (Paris),  New-­‐York   et  Pékin,  Membre  du  Conseil  et  Président  du  Comité  d’éthique  et  de  déontologie  de  la  Fondation  WAITO.   Ghazi  BEN   TOUNES,   Economiste,  Membre  du  Conseil  de  la  Fondation  WAITO,  Directeur  du  Bureau  WAITO   de  Tunis  et  Vice-­‐Président  de  la  Fondation  pour  les  Affaires  publiques  du  Monde  arabe.       Pierre  DELVAL,  Criminologue  et  Criminaliste,  Directeur  général  de  la  Fondation  WAITO.     Pierre  KOPYLOV,  Expert  en  statistiques  de  masse.     Bernard   MARQUET,   Député   monégasque   à   l’Assemblée   parlementaire   du   Conseil   de   l’Europe   et   rapporteur  de  la  Convention  MEDICRIME.  Président  de  la  Commission  de  LEnvironnement  et  du  Cadre  de  Vie   du  Conseil  National  de  la  Principauté  de  Monaco.  Membre  du  Conseil  de  la  Fondation  WAITO. Kunio  MIKURIYA,  Secrétaire  général  de  l’Organisation  mondiale  des  douanes  (OMD).     Marco  MUSUMECI,  Coordinateur  de  programmes  UNICRI,  Membre  du  Conseil  de  la  Fondation  WAITO.   Eric  PRZYSWA,  Expert  en  Cybercriminalité,  animateur  du  blog  Risk05.   Xavier  RAUFER,  Criminologue,  Responsable  des  études  et  recherches  au  MCC  de  l’Université  Panthéon-­‐                        Assas  Paris  II,  Président  du  Comité  scientifique  de  la  Fondation  WAITO.   Pau  ROCA,  Secrétaire  général  de  la  Federación  Española  del  Vino.       Michèle  RUDLER,   Professeur   émérite   des   universités,   Docteur   en   pharmacie,   notamment   ancien   Directeur   du  Laboratoire  de  Police  Scientifique  de  Paris. Christophe   ZIMMERMANN,   Coordinateur   pour   la   lutte   anti-­‐contrefaçon   à   l’Organisation   mondiale   des   douanes  (OMD)           Directeur  de  la  publication  :  Pierre  DELVAL           www.waitofoundation.org   (Responsable  du  site  :  Nicole  Aghroum)          
  • 3.   3                             Le  crime-­‐contrefaçon©   Un  enjeu  majeur     Rapport  2011                          
  • 4.   4               Remerciements       La   Fondation   WAITO   souhaite   adresser   tous   ses   remerciements   aux   organisations   publiques   et   privées,   européennes   et   internationales,   qui   nous   ont   apporté   leur   aide   et   leur   contribution   à   l’élaboration  de  ce  rapport.     Nous  souhaiterions  remercier  tout  particulièrement  :       L’ORGANISATION  MONDIALE  DES  DOUANES  (OMD  –  WCO)   L’  UNITED  NATIONS  INTERREGIONAL  CRIME  AND  JUSTICE  RESEARCH  (UNICRI)   LE  DEPARTEMENT  DE  RECHERCHE  SUR  LES  MENACES  CRIMINELLES  CONTEMPORAINES     (MCC)  DE  L’UNIVERSITE  PANTHEON  ASSAS  PARIS  II   LA  FEDERATION  FRANCAISE  DU  BATIMENT  (FFB)         La   totalité   des   fonds   issus   de   la   vente   du   présent   rapport   sera   intégralement   allouée   au   fonctionnement  de  l’International  Forum  on  Counterfeiting-­‐crime©  (IF2C).                          
  • 5.   5  Préface  (par  Alain  Bauer)  Longtemps  on  a  cru  que  la  contrefaçon  nétait  quun  problème  de  protection  des  marques,  notamment  dans  le  secteur  du  luxe.    Puis   vint   le   temps   où   la   question   du   droit   dauteur   et   de   la   redevance   des   marques   fut  dépassée  par  les  problématiques  de  santé  et  de  sécurité  publique.    Faux   médicaments,   fausses   cigarettes,   fausses   pièces   davion,   faux   connecteurs   électriques,  faux  biberons,  firent  leur  apparition,  créant  de  nouveaux  risques  de  société.    La  contrefaçon  nest  pas  quune  question  de  volume  de  saisies  ou  de  fiscalité.  Cest  aussi  un  enjeu  majeur  pour  la  protection  des  citoyens  consommateurs  et  la  stabilité  des  Etats.    Il   fallait   donc   se   donner   enfin   les   moyens   danalyser   ces   problématiques   en   sortant   de   la  confusion,  notamment  statistique,  sur  les  questions  posées.    Trois  problématiques  doivent  être  abordées  séparément  :  le  vrai-­‐faux,  le  faux-­‐vrai  et  le  faux-­‐faux.   Longtemps,   elles   ont   été   désignées     sous   des   appellations   souvent   confuses   en   les  intégrant   sans   discernement   aux   infractions   de   contrebande,   de   contrefaçon   et   de   fraude.  Délit  ou  crime,  telle  est  la  vraie  question  !    Pour  les  criminologues  que  nous  sommes,  afin  d’éviter  toute  ambiguïté,  ces  problématiques  méritent  des  définitions  simples  et  claires  :         -­‐ Le  vrai-­‐faux  :   un   problème   fiscal   de   détournement   de   vrais   produits   sur   des   filières   qui  facilitent  laugmentation  du  chiffre  daffaires  perdu  ailleurs,  et  sans  payer  la  taxe.   Certains  titulaires  de  droits  en  sont  complices.     -­‐ Le   faux-­‐vrai   :   un   produit   conforme   techniquement,   fabriqué   par   une   entreprise   qui   nen   a   ni   les   droits   ni   les   brevets,   qui   fait   du   générique   clandestin   pour   les   médicaments   ou   qui   utilise   une   marque   usurpée,   mais   qui   ne   met   pas   en   danger   le   consommateur.   Là,   cest   un   problème   de   protection   du   droit   de   propriété   intellectuelle  et  d’atteinte  aux  intérêts  des  titulaires  de  droits.  Certains  Etats  en  sont   complices.     -­‐ Le  faux-­‐faux  :  Le  plus  dangereux,  qui  atteint  bien  plus  la  sécurité  du  consommateur  et   la  santé  publique  que  la  recette  fiscale  ou  les  intérêts  du  titulaire  de  droits,  et  qui  est   un  enjeu  majeur  de  société.  Le  professeur  Gentilini  expliquait  dans  la  revue  Dossiers   Européens  de   mai   2010   quun   cinquième   des   malades   quil   traitait   en   Afrique   létait   parce  quil  avait  pris  des  médicaments  falsifiés.  Le  crime  organisé  en  est  le  principal   pourvoyeur.   La   Fondation   WAITO   caractérise   cette   problématique   sous   le   terme   de   Crime-­‐contrefaçon©.      Copyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de  cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise   sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 6.   6  La   construction   dune   coalition   dintérêts   sur   la  santé   publique   et   la   sécurité   des   citoyens  consommateurs     est   donc   un   enjeu   majeur.   Il   y   a   dans   cette   logique   du   contrôle   le   besoin   de  développer  et  de  mettre  en  place  des  outils  et  dispositifs  qui  soient  à  la  fois  à  la  charge  du  producteur,  parce  que  cest  son  intérêt,  mais  sous  le  contrôle  des  autorités  publiques,  parce  que  cest  une  nécessité.  Il  y  a  notamment  sur  lensemble  des  questions  de  santé  publique  et  de   sécurité   collective,   des   objectifs   de   stabilité   politique,   économique   et   sociétale   qui  imposent   la  construction   de   ces   outils,   mais   aussi   la   nécessité   de   sauvegarde   du   droit  régalien  et  de  protection  de  la  responsabilité  pénale  des  titulaires  de  droits.  Outils  juridiques  dissuasifs   évidemment   et   efficaces   surtout.   Mais   également   outils   techniques   préventifs,  capables  d’apporter  les  preuves  incontestables  de  la  bonne  ou  mauvaise  foi  du  fabricant.      Ainsi,   par   exemple,   Il   est   temps   d’élaborer   une   base   de   données   communautaire   fiable,  capable  d’anticiper  les  tendances  des  contrefaçons  au  niveau  international  et  régional  et  de  prendre   à   temps   les   dispositions   qui   s’imposent,   notamment   par   la   mise   en   œuvre   de  politiques  préventives  et  dissuasives  adaptées.    Il  est  temps  également    de  réaliser  un  cahier  des  charges  publique  européen  et/ou  mondial  capable   de   fixer   les   caractéristiques   de   l’instrument   qui   est   indispensable   à   l’identification  du   lieu   de   production,  marquant   produit   par   produit,   paquet   par   paquet,   quel   que   soit   son  contenu,  ainsi  que  le  marché  de  destination,  en  prenant  soin  que  cet  instrument  soit  visible  et  lisible.  Je  pense  au  tabac,  mais  pas  seulement,  ou  à  la  pharmacie,  dans  les  officines,  mais  aussi  chez  des  revendeurs.    Ces  nouvelles  étapes  nécessitent  aussi  une  douane  judiciaire  encore  plus  équipée,  plus  dotée,  disposant   daccès   à   des   fichiers   nouveaux   et  des   éléments   permettant   de   garantir   la   sécurité  des   agents   en  intervention.  Évidemment,   ceci   demande   un   meilleur  ciblage,   d’où   la   nécessité  du  décèlement  précoce  évoqué  précédemment.  La  démonstration  en  a  été  faite  et  à  plusieurs  reprises  rappelée   depuis   le   11   septembre   :   il   faut   passer,   là   aussi,   du   prêt-­‐à-­‐porter   au   sur  mesure.      Tout   équiper,   tout   contrôler   ne   sert   à   rien   s’il   n’est   pas   correctement   adapté   dans   une  démarche   collégiale.   Trop   de   contrôle   incohérent   tue   le   contrôle.   De  ce   point   de   vue   là,  lefficacité  du  dispositif  est  importante.  Il  faut  donc  arriver  à  construire  ensemble,  public  et  privé,  en  mettant  de  côté  les  intérêts  et  les  querelles  personnels.      La  crise  qui  est  un  booster  du  crime  -­‐  car  le  crime  nest  pas  en  récession,  il  le  démontre  tous  les   jours   -­‐   a   montré   que   les   États   devaient  retrouver   leur   rôle   proactif   de   régulateur   et   de  punisseur,   quils   ne   sont   plus   des  partenaires   comme   d’autres,   mais   ceux   qui   donnent   les  instructions   et   qui  écoutent   –   et   qui   finalement   décident.   Cette   réhabilitation   du   service  public   est   un   enjeu   majeur   pour   un   service   comme   la   douane,   qui   en   a   toujours   défendu  les  valeurs   avec   une   remarquable   détermination,   mais   aussi   pour   la   police   qui   doit  compléter  le  dispositif  répressif  au  niveau  intra-­‐territorial.    Il   faut   donc   associer   producteurs,  consommateurs,   régulateurs,   douaniers,     policiers,  magistrats,   criminologues.   Mais   ce   nest   quune   étape   dans   un   processus   qui   devra  déboucher  sur   des   propositions   pratiques   visant   à   résoudre   ces   problèmes.   Autrement,  contrairement   à   ce   que   nous   avons   cru   pendant   longtemps,   ne   rien   faire   sera  autant  sanctionné  que  de  mal  faire.  Copyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de  cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise   sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 7.   7  Les   opinions   publiques   sont   toujours   plus   sensibles   à   la   façon   dont   les   États  luttent   contre  les  actions  criminelles,  même  quand  une  partie  des  citoyens  en  profite.  Ils  en  veulent  même  doublement  à  lÉtat  de  les  avoir  empêchés  den  profiter  et  d’avoir  mal  réagi  quand  cétait  fait.  Il   faut   prendre   en   considération  cette   difficulté,   cette   schizophrénie   qui   parfois   existe   dans  lopinion.   Mais   là,   nous   avons   des   opportunités   :   prenons-­‐les   à   bras   le   corps.   Les  criminologues  sont   présents,   volontaires,   font   leur   travail   en   matière   de   diagnostic.   Au  service  public  de  librement  décider  du  choix  des  thérapeutiques.    Le  rôle  de  la  Fondation  WAITO  est  donc  essentiel  pour  permettre  ce  dialogue.  Il  le  sera  plus  encore  au  sein  du  Forum  International  contre  le  Crime-­‐contrefaçon  (IF2C)  à  Genève  en  Co-­‐partenariat   avec   l’UNICRI   et   l’OMD   ainsi   que   le   Centre   de   recherche   et   d’études   pour   la   lutte  contre   le   Crime-­‐contrefaçon   de   Chine   à   Pékin   (RS3C)   que   WAITO   met   en   place   avec  l’Université   de   droit   et   de   sciences   politiques   de   Chine.   En   informant,   en   rassemblant,   en  dialoguant,  en  construisant  des  partenariats  entre  les  Nations  et  leurs  autorités  publiques,  la  société   civile   et   les   entreprises,   la   Fondation   WAITO   soutenu   par   l’UNICRI   et   l’OMD   assurera  ainsi   sa   mission   de   pure   utilité   publique.   Ce   premier   rapport   sur   le   constat   mondial   du  Crime-­‐contrefaçon©,   démonstration   de   leur   détermination   à   combattre   le   faux   comme  ennemi  de  la  démocratie  en  est  le  point  de  départ    A  toutes  et  à  tous  :  bonne  lecture    Alain  Bauer  Professeur  de  criminologie  au  Conservatoire  National  des  Arts  et  Métiers  (Paris),  New  York  et  Beijing  Président  du  Comité  d’Ethique  et  de  déonthologie  de  la  Fondation  Waito      Copyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de  cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise   sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 8.   8  Avant-­‐propos  (par  Kunio  Mikuriya,  Secrétaire  Général  de  l’Organisation  Mondiale  des  Douanes)    Le  volume  du  trafic  et  les  caractéristiques  des  produits  sont  révélateurs  de  l’implication  de  la    criminalité   organisée   attirée   par   ce   nouveau   marché   très   porteur.   Pour   s’en   convaincre,   il  suffit   d’analyser   les   résultats   des   deux   importantes   opérations   internationales   réalisées   en  avril  et  en  mai  2011  par  l’Organisation  mondiale  des  douanes,  à  savoir  les  Opérations  TIGRE  et  FRED  60.    L’Opération  TIGRE,  qui  s’est  déroulée  du  11  au  15  avril  2011,  a  regroupé  9  pays  et  13  ports  de   la   région   Amérique   centrale   et   Caraïbes.   En   5   jours,   plus   de   3,   5   millions   de   produits  contrefaisants   ont   été   interceptés,   dont   19   tonnes   de   produits   insecticides,   151   020  bouteilles   de   produits   et   crèmes   pour   le   corps,   176  000   médicaments,   648  000   pièces  détachées   de   téléphone   mobile   et   2   machines   destinées   à   la   fabrication   de   cigarettes  contrefaisantes.   Il   semble   que   le   crime   organisé   se   diversifie   et   cible   en   particulier   les  produits  ayant  un  impact  sur  la  santé  et  la  sécurité  des  consommateurs.    L’Opération   FRED   60,   qui   s’est   déroulée   du   9   au   13   mai   2011   en   Afrique   occidentale   et  centrale,  a  regroupé  20  pays  et  21  ports.  En  5  jours,  125  conteneurs  contenant  quelques  43  millions  de  produits  contrefaisants  ont  été  interceptés  :  plus  de  8  millions  de  médicaments  et   des   centaines   de   milliers   de   pièces   détachées   pour   voitures,   des   milliers   de   tubes   de  dentifrices,  des  milliers  de  boissons  alcoolisées,  des  produits  alimentaires,  etc.    Les    résultats  de  ces  deux  opérations  prouvent  à  eux  seuls  qu’il  s’agit  bien  d’un  phénomène  pandémique   de   grande   ampleur.   La   seule   façon   d’y   faire   face   est   d’agir   ensemble,   et  globalement.      L’OMD  propose  une  riposte  concrète  qui  repose  sur  deux  piliers  fondamentaux.    Le   premier   d’entre   eux   est   le   renforcement   des   capacités   douanières,   qui   consiste   en   une  politique   engagée   de   formation   pour   les   pays   en   développement   et   les   pays   les   moins  avancés,   cibles   privilégiées   des   contrefacteurs,   sur   les   aspects   législatifs   et   opérationnels,   en  mettant   en   avant   les   techniques   d’analyse   de   risques.   Ainsi,   entre   2010   et   2011,   près   de   140  pays  ont  reçu  une  formation,  grâce  au  soutien  financier  du  gouvernement  japonais.    Le   deuxième   pilier   est   une   volonté   de   créer   des   échanges   entre   les   parties   prenantes,  notamment  les  douanes,  le  secteur  privé  et  les  organisations  non-­‐gouvernementales.    Un  Groupe  de  travail  sur  la  contrefaçon  et  le  piratage  (CAP)  composé  de  représentants  des  douanes  a  été  créé  au  sein  de  l’OMD  pour  permettre  des  échanges  de  vues,  d’expériences,  de  bonnes  pratiques  et  d’initiatives  des  administrations  douanières    Participent   également   à   ce   Groupe   des   titulaires   de   droits   membres   du   Groupe   consultatif  des   Titulaires   de   Droits,   établi   comme   un   cercle   de   réflexion   constitué   autour   du   Secrétariat  de  l’OMD,  qui  souhaite  obtenir  l’opinion  de  toutes  les  parties  prenantes  afin  de  prendre  des  décisions  éclairées.  Il  ne  s’agit  pas  d’un  organe  institutionnel  de  l’OMD  au  même  titre  que  les  comités  techniques,  mais  d’une  instance  de  débat  et  de  conseil  au  Secrétariat  de  l’OMD.  Le  Copyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de  cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise   sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 9.   9  Groupe   consultatif   des   Titulaires   de   droits   a   pour   but   de   donner   à   lOMD   lorientation  nécessaire  afin  de  répondre  au  mieux  aux  besoins  opérationnels  des  titulaires  de  droits  en  matière   de   lutte   contre   la   contrefaçon   et   le   piratage     et   d’offrir   un   forum   déchange   sur   la  coopération  entre  titulaires  de  droits  et  douaniers.    C’est   dans   cette   optique   que   l’OMD   a   développé   une   interface   dénommée   Interface  Public/Membres  (IPM).  Outil  opérationnel  simple  d’utilisation,  IPM  permet  aux  douaniers  de  première   ligne   de   disposer   de   toutes   les   informations   nécessaires   à   l’identification   de  produits  contrefaisants  ou  piratés.  Outre  les  informations  sur  les  produits,  IPM  fournit  des  informations   sur   les   itinéraires   habituels   d’approvisionnement,   les   caractéristiques   des  emballages,   les   affaires   préalables   de   contrefaçon,   le   contact   des   titulaires   de   droits   dans  chaque  pays  et  sur  la    distinction  entre  un  vrai  et  un  faux.    Si  les  aspects  opérationnels  sont  une  des  réponses  privilégiées  par  l’OMD,  il  est  important  de  nouer   des   relations   permettant   une   prise   en   considération   de   la   problématique   en   amont.  C’est  pourquoi  l’OMD  a  récemment  conclu  un  Protocole  d’accord  avec  la  Fondation  WAITO,  afin   d’apporter   son   aide   à   la   connaissance   du   phénomène   et   à   la   définition   de   politique   de  lutte  efficace  contre  le  crime  organisé.      Je   suis   convaincu   que   ce   protocole   d’accord   entre   l’OMD   et   la   Fondation   WAITO,   les   activités  de  cette  dernière  et  le  présent  rapport  sont  autant  de  pierres  importantes  à  l’édifice  d’une  société  que  nous  voulons  équitable  et  sûre.                  Copyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de  cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise   sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 10.                                
  • 11.   11  Introduction  (par  Chemavon  Chahbazian  et  Pierre  Delval)  L’homme   s’est   toujours   posé   la   question   de   la   maîtrise   du   monde.   Beaucoup   se   sont  efforcés  de  le  conquérir.  Souvent  par  la  religion,  généralement  par  la  force,  aujourd’hui  beaucoup  par  le  commerce.      Avec   la   mondialisation   des   marchés,   le   crime   organisé   s’est   emparé   du   fabuleux  potentiel   de   profits   que   peut   dégager   la   misère,   que   ce   soit   dans   le   secteur  agroalimentaire   celui   des   médicaments,   mais   aussi   dans   tous   les   autres   secteurs   qui  constituent  une  dépense  courante  pour  la  plus  grande  masse  des  consommateurs.      Dans   ces   conditions,   les   Etats   seront-­‐ils   toujours   légitimes   pour   éviter   le   pire   ou  laisseront-­‐ils   aux   entreprises   le   soin   de   mener   leur   combat   contre   les   mafias  ?   Serons-­‐nous  un  jour  gouvernés  par  les  organisations  du  crime  ?    Sans  doute  ni  par  les  uns,  ni  par  les  autres.  Les  Etats  resteront  puissants,  les  mafias  le  deviendront  de  plus  en  plus.  Par  contre,    ceux  qui  nous  gouverneront  réellement  seront  les  marchés,  et  avec  les  marchés  les  fraudes  de  toute  sorte  dont  les  contrefaçons.  Les   trafics   illicites   ont   toujours   existé   mais,   avec   la   chute   du   mur   de   Berlin   et   la  mondialisation,   ils   ont   acquis   une   dimension   transnationale.   Du   simple   citoyen   aux  autorités   gouvernementales,   tout   le   monde   est   désormais   concerné.   Ces   marchés   sont  devenus  interdépendants,  notamment  dans  l’environnement  consommateur  où,  jusqu’à  présent,   contrefaçon,   fraude   alimentaire   et   contrebande   suivaient   des   chemins  parallèles.        Au-­‐delà  de  leurs  différences,  ces  flux  obéissent  aux  mêmes  lois  cardinales  de  l’offre  et  de  la   demande   et   aux   mêmes   principes   de   concurrence,   de   rentabilité,   de   course   à  l’innovation,   de   gain   de   parts   de   marché   ou   de   réduction   des   coûts   de   production.   Le  tout   dans   un   seul   but  :   dégager   des   bénéfices   rapides   à   moindre   risque.   Ce   faisant,   la  frontière  entre  licite  et  illicite  se  brouille.  Et  les  risques,  qu’ils  soient  techniques  ou  liés  à  la   contrefaçon,   pour   l’ensemble   des   acteurs   de   la   chaîne   d’un   produit   de   grande  consommation,  deviennent  majeurs.      Les  risques  de  contrefaçon,  eux,  résultent  de  la  capacité  à  tromper  le  consommateur  en  copiant   à   l’identique   la   partie   visible   d’un   produit   et   sa   marque.   Passée   au   stade  industriel,  cette  contrefaçon  devient  massive  et  difficilement  contrôlable.  De  nombreux  décès  de  par  le  monde  chaque  année  rappellent  l’évidence  de  cette  menace  en  termes  de  sécurité   et   de   santé   publique  :   en   2005,   selon   la   Commission   américaine   de   sécurité   des  produits  à  la  consommation  (CPSC)1,  quelque  73.000  enfants  de  moins  de  5  ans  ont  été  hospitalisés   en   urgence   en   Amérique   du   Nord   suite   à   la   manipulation   de   jouets  contrefaits,   et   20   d’entre   eux   sont   décédés   des   suites   de   blessures   ou   d’intoxications.   La  Russie   détient   le   record   d’accidents   d’avions,   avec   8,6   crashs   par   million   de   vols   en  2007,   soit   treize   fois   la   moyenne   mondiale.   Ces   accidents   s’expliquent   essentiellement  par   des   défaillances   de   pièces   détachées   contrefaites.   Toujours   en   Russie,   en   2005,  l’Organisation   Mondiale   de   la   Santé   confirme   la   mort     de   milliers   de   personnes  intoxiquées  par  de  la  vodka  frelatée,  dont  une  partie  était  vendue  sous  des  marques  de                                                                                                                  1 CPSC : Consumer Product Safety CommissionCopyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 12.   12  renom.   Pour   le   Président   Poutine,   ce   drame   est   une   «  tragédie   nationale  »   et   justifie  l’instauration  d’un  contrôle  renforcé  sur  les  trafics  illicites  d’alcool.  Hélas,  ces  mesures  n’ont  pas  amélioré  la  situation.  Les  distilleries  clandestines  fournissaient  en  2007  près  des   deux   tiers   des   alcools   consommés 2 .   Dans   le   domaine   des   médicaments,   les  statistiques  de  l’OMS  publiées  en  novembre  2006  évaluent  la  «  contrefaçon  dangereuse  des   principes   actifs  »   à   hauteur   de   10%   de   la   consommation   totale   en   Russie,   25%   en  Inde,  35%  au  Liban,  40%  au  Pérou,  48%  au  Nigéria  et  70%  en  Angola.  Les  cas  de  décès  ou  d’effets  secondaires  irréversibles  sur  les  patients  les  plus  démunis  se  comptent  par  centaines   de   milliers.   Quant   aux   équipements   électriques,   les   12   millions   de   pièces  saisies   par   les   douanes   de   l’Union   européenne   en   2006   présentent   des   anomalies  techniques  évidemment  contraires  à  toute  norme  de  sécurité  en  vigueur.    Selon  l’OMD,  les  saisies  mondiales  d’aliments  contrefaits  auraient  explosé  de  plus  de  2500%  en  2008,  et   ceux   des   pièces   détachées   d’automobiles   fraudées   de   plus   de   2600%   en   2009,   avec  tout  ce  que  cela  comporte  comme  risques  pour  les  utilisateurs  finaux.  Tout  récemment,  MarketsandMarkets   affirmaient   dans   son   rapport   de   janvier   2011   que   le   marché   des  moyens   de   lutte   anti-­‐contrefaçon   des   produits   alimentaires   et   des   médicaments  atteindraient   un   budget   global   pour   2014   de   US$   79,3   milliards   dont   US$   49   milliards  pour   la   seule   Amérique   du   Nord,   ce   qui   laisse   présager   le   gigantisme   des   marchés   de  masse  illicites  dans  le  monde  d’ici  quatre  ans.    Mais   la   grande   évolution   de   la   criminalité   contemporaine   est   sans   nul   doute   la  convergence  des  délits.  Il  n’est  plus  rare  de  constater  des  recoupements  entre  fraude  et  contrefaçon  ou  entre  contrefaçon  et  contrebande.      Pendant   longtemps,   on   a   eu   tendance   à   sous-­‐estimer   les   véritables   dangers   liés   à   la  contrefaçon.   La   politique   de   protection   du   droit   de   la   propriété   intellectuelle   a   été  pratiquement  le  seul  rempart  contre  cette  activité  illicite  et  protéiforme.  La  situation  est  dorénavant   explosive,   même   s’il   est   très   difficile   d’avoir   une   vue   d’ensemble   du  phénomène.   Comme   toute   activité   opaque,   les   estimations   globales   disponibles   sont  discutables.   Néanmoins,   les   statistiques   de   chaque   secteur   industriel   confondues   avec  celles  des  douanes  européennes  confirment  une  nette  tendance  à  la  hausse3.      Avec   quelques   autres   pays   dans   le   monde,   La   France   s’est   toujours   distinguée   dans   la  lutte   contre   la   contrefaçon.   Consciente   de   l’évolution   des   délits   en   matière   de  contrefaçon,   elle   s’est   mobilisée   pour   consolider   la   loi   Longuet   de   1994,   ainsi   que   ses                                                                                                                  2 Communica – printemps 2007 – Magazine suisse d’information de la Régie fédérale des alcools3 A key information resource to combat the global plague of counterfeiting – The International anti-counterfeiting directory 2009 – ICC4 A quoi sert la loi Longuet ? Epuisés par une procédure interminable, nombre dindustriels victimes dune contrefaçon seposent cette question. Selon les discours officiels, « la loi du 5 février 1994 a jeté des bases juridiques solides » dans lepaysage industriel français, en matière de lutte contre la contrefaçon. En réalité, si cette loi sest révélée efficace contre lesfaux, elle montre aujourd’hui de nombreuses faiblesses, et ce malgré les superpositions de mesures juridiquescomplémentaires. Dans un contexte général de justice trop lente, elle donne limpression dêtre impuissante quand il sagit derégler un différend, y compris entre deux entreprises du même secteur installées dans la même ville. En fait, il nest pas rarequune procédure dure cinq ans et quelle se termine par des « dédommagements dérisoires », tout simplement parce que « lesbons copieurs connaissent la législation sur le bout des doigts », selon la formule dun avocat spécialisé. Plusieurs affaires encours confirment les limites du système actuel. Mis à part les cas de « copie servile », où une procédure rapide en référé peutêtre ordonnée par les juges, lessentiel des affaires traîne en longueur. La réparation des préjudices est lautre point faible dusystème. Certes, la justice sappuie sur des experts capables de mesurer limpact économique dune contrefaçon et duneconcurrence déloyale. Mais, globalement, « les magistrats sont loin de la vie économique ».Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 13.   13  aménagements  ultérieurs4.  Avec  la  loi  du  29  octobre  2007  de  lutte  contre  la  contrefaçon  –  l’une  des  premières  lois  que  Christine  Lagarde,  alors  Ministre  française  des  Finances,  a  présentées   devant   le   Parlement   –   la   France   a   réalisé   plusieurs   avancées   importantes5.  Les   sanctions   pénales   ont   été   aggravées.   Les   procédures   simplifiées   et   accélérées   de  saisine  du  juge  civil,  nécessaires  pour  prévenir  une  atteinte  imminente  à  des  droits  de  propriété   intellectuelle,   ont   été   renforcées.   Les   services   de   l’Etat   ont   vu   leurs  prérogatives   étendues.   Mais   pour   aller   plus   loin   et   plus   vite,   la   France   a   également  proposé   à   ses   partenaires   européens,   durant   sa   présidence   du   Conseil   de   l’Union  européenne  (deuxième  semestre  2008)  une  série  de  mesures  visant  à  renforcer  la  lutte  contre  la  contrefaçon  et  le  piratage.  Tous  les  pays  européens  ont  répondu  présent  et  le  Conseil   de   Compétitivité   du   25   septembre   2008   a   adopté   une   résolution   relative   à   un  plan  européen  global.    Ce   plan   prévoit,   en   particulier,   de   développer   des   actions   de   sensibilisation   et   de  communication.   Le   Conseil   a   également   invité   la   Commission   européenne   à   mettre   en  place  un  observatoire  européen  de  la  contrefaçon  et  du  piratage  afin  de  disposer d’une  évaluation   régulière   et   d’une   analyse   plus   précise   de   l’ampleur   du   phénomène.   Cet  observatoire  devrait  voir  le  jour  fin  décembre  2009.  C’est  justement  pendant  le  lancement  du  débat  sur  la  création  de  cet  observatoire  que  Jacques   Toubon,   alors   député   européen6,   met   en   garde   ses   collègues,   les   membres   des                                                                                                                  4  La  loi  Longuet  a  aggravé  les  sanctions  pénales  contre  les  fraudeurs.  Mais,  en  même  temps,  elle  les  a  probablement  rendus   plus   malins.   Résultat   :   les   procédures   salourdissent   de   même   que   leurs   coûts.   A   contrario,   les   pénalités   ne  sont   pas   jugées   assez   dissuasives   par   les   victimes.  «  Dans  certains  cas,  nous  évitons  de  publier  les  avis  judiciaires.  Le  montant  des  réparations  est  tellement  faible  que  cela  pourrait  donner  des  idées  à  dautres  contrefacteurs  »,  reconnaît  un  avocat  daffaires.  5 Loi n°2007-1544 du 29 octobre 2007 de lutte contre la contrefaçon. Cette loi publiée au Journal Officiel du 30 octobre2007 transpose la directive européenne du 29 avril 2004 relative au respect des droits de propriété intellectuelle. En effet,jusqu’alors, seul un projet de loi en date du 7 avril 2007 avait vu le jour, nonobstant le délai de transposition de la directivequi expirait le 29 avril 2006.6 Débat du Parlement européen – mercredi 17 décembre 2008 – Impact de la contrefaçon sur le commerce international.Allocution de Jacques Toubon – Député.(….)la contrefaçon est un fléau économique, social et sanitaire dune dimension que lon sous-estime à mon avis. Certainsestiment quà Anvers ou à Rotterdam, un tiers des marchandises qui sont débarquées dans les containers sont descontrefaçons. Je dis bien un tiers, et ces estimations sont faites par des services officiels.Je le dis très clairement et je ne vais pas tourner autour du pot, je suis vraiment déçu par les propositions du Parlementeuropéen et par ce débat ce soir. Et pour une fois, je suis plus déçu par le Parlement que par la Commission et par leConseil, car le Conseil et la Commission, dans ce domaine, ont fait leur travail.Le plan daction du 25 septembre, le séminaire du 25 novembre, les propositions que vient dénoncer M. Barrot au nom de laCommission sont des actions réelles et non des bonnes paroles. Et ce que je voudrais vous dire simplementM. le Commissaire, cest que je souhaiterais vraiment que lObservatoire, par exemple, vous le mettiez en œuvre dès lepremier semestre de 2009 et que lon fasse passer dans ce Parlement le règlement sur la surveillance du marché que leConseil a adopté.Je le dis à mon collègue Susta, je ne parle pas ici de sa proposition alternative de résolution, malheureusement nous ne ladiscuterons pas. Je parle de son rapport, il est beaucoup trop faible, beaucoup trop timide, rien sur lindication dorigine,rien sur lObservatoire et une timidité et une réticence sur la protection de la propriété intellectuelle et industrielle. LACAC,vous dites, il faut faire lACAC, mais vous dites quil ne faut pas utiliser les moyens efficaces pour pouvoir lappliquer. Enoutre, jai été, je dois dire, sidéré par les propos de mes deux collègues suédois pour lesquels on a limpression que le dangervient, non pas de la contrefaçon, mais de la lutte contre la contrefaçon.Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 14.   14  commissions   concernées   et   les   associations   interprofessionnelles   anti-­‐contrefaçon   des  risques  d’une  mobilisation  trop  axée  sur  le  droit  de  propriété  intellectuelle.  Pour  lui,  la  contrefaçon  est  aussi  une  affaire  de  consommateurs,  trop  souvent  oubliés  dans  ce  type  de  démarche.  Il  reconnaît  que  le  consommateur  français  est  sans  doute  l’un  des  mieux  protégés   d’Europe.   Mais   il   rappelle   qu’il   est   aussi   un   consommateur   européen.   «  Vous  ne  pouvez  pas  être  dans  une  zone  de  haute  protection  comme  la  France  et  l’Allemagne  le  sont,  si  par  ailleurs  vous  vivez  dans  un  ensemble  économique  et  dans  un  marché  intérieur  où  il  y  a   des   zones   de   faiblesse  !  »   affirmait-­‐il   en   juillet   2009   dans   les   «  Cahiers   de   la  compétitivité  ».  En  fait,  Jacques  Toubon  reconnaît  qu’il  est  inutile  d’avoir  un  arsenal  anti-­‐contrefaçon   efficace   en   France,   si   par   ailleurs   le   produit   français   s’exporte   dans   une  Europe  non  harmonisée  pénalement  au  niveau  des  droits  de  propriété  intellectuelle  et  dans   des   zones   de   non   droit   en   dehors   de   l’Union   Européenne.   D’où,   pour   Jacques  Toubon,   deux   urgences  :   «au   moins  que   tous   les   pays   de   l’Union   se   mettent   au   même  niveau  législatif  et  acceptent  des  sanctions  pénales  au  niveau  communautaire  ».  Deux  ans  auparavant,   Michel   Danet,   alors   Secrétaire   Général   de   l’Organisation   Mondiale   des  Douanes   (OMD),   scandait   déjà   des   propos   similaires.   Il   estimait   qu’entre   des   accords  ADPIC  (TRIPS  en  anglais)  trop  limitatifs  et  près  de  60  pays  dans  le  monde  n’ayant  pas  une   vraie   protection   de   la   propriété   industrielle,   les   droits   européens   en   matière   de  protection   intellectuelle   étaient   bien   illusoires.   Face   à   ce   manque   de   cohésion,   les  auteurs  des  contrefaçons,  issus  pour  une  grande  majorité  du  crime  organisé,  ont  toutes  les  capacités  financières  et  organisationnelles  pour  contourner  les  obstacles.              Si   se   battre   pour   le   droit   des   marques,   c’est   se   battre   pour   la   protection   des  consommateurs,  Jacques  Toubon  reconnaît  aussi  que  la  lutte  contre  la  contrefaçon  doit  mener   également   des   actions   directes   de   protection   des   consommateurs  :   «  elles  relèveraient,   par   exemple,   d’actions   de   répression   au   nom   de   la   sécurité   alimentaire   et  sanitaire  et  ne  passeraient  pas  seulement  par  la  protection  de  la  propriété  intellectuelle  ou  industrielle  ».    Harmonisation   pénale,   protection   des   consommateurs,   voilà   deux   thèmes   sur   lesquels   il  conviendrait  de  s’arrêter  un  instant.    Sur  l’harmonisation  pénale    A   la   question   de   sanction   pénale   s’inscrit   la   qualification   de   dangerosité   dun   produit   de  contrefaçon   et   les   questions   que   ladite   qualification   implique   au   plan   juridique   et  pratique.  Le  titulaire  de  droit  est  déjà  atteint  dans  son  droit  du  fait  de  la  contrefaçon  et  il  devrait,  de  surcroît,  rapporter  la  preuve  de  la  dangerosité.  Mais  la  question  se  pose  de  savoir  sur  quoi  se  fonder.  Faut-­‐il  instaurer  une  présomption  de  dangerosité  par  nature  et  celle-­‐ci  joue-­‐t-­‐elle  à  l’encontre  du  titulaire  de  droit?  Si  lon  raisonne  ainsi,  le  titulaire  de   droits   serait   conduit   à   se   rapporter   au   produit   authentique.   Un   médicament,   par  exemple,   est   dangereux   si   les   doses   prescrites   ne   sont   pas   respectées,   sil   nest   pas  adapté   à   une   pathologie,   il   peut   être,   également,   dangereux   du   fait   de   ses   effets  secondaires.  Or,  s’il  sagit  dune  preuve  privée  donnée  par  le  titulaire  lui-­‐même,  il  sera                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Mes chers collègues, nous sommes à côté de la plaque si nous ny allons pas plus fort. On traite ce sujet comme si cétait uneactivité économique à la marge, sans plus, alors que ce peut être la fin de nos industries, ce peut être lexploitationgénéralisée des travailleurs des pays émergents, ne loubliez pas, et enfin, ce peut être linsécurité générale pour lesconsommateurs. Il faut que nous agissions!Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 15.   15  peu   enclin   à   exposer   la   dangerosité   de   son   produit.   De   surcroît,   jusquoù   pousser   la  preuve  :  peut-­‐on  permettre  une  preuve  par  comparaison  du  produit  contrefaisant  avec  le  produit  authentique?  Et  dans  ce  cas,  quid  des  éventuels  dangers  liés  au  vrai  produit  du  type  effets  secondaires  dun  médicament  ?      Pour   les   douanes   de   certains   pays,   la   notion   de   contrefaçon   dangereuse   aggravant   la  sanction  douanière  existe  déjà  sans  que  cela  nait,  jusquà  présent,  interpellé  les  juges.  En   fait,   tout   cela   est   généralement   traité   sur   le   fondement   du   droit   de   propriété  intellectuelle,   et   non   pas   dans   le   cadre   d’un   arsenal   juridique   plus   approprié,  complémentaire   à   celui   du   code   de   la   propriété   intellectuelle.   Sur   le   fond,   lorsqu’il   s’agit  de   biens   matériels   réputés   dangereux,   ce   n’est   pas   le   titulaire   de   droits   qui   devrait  intervenir   en   priorité,   mais   l’autorité   publique.   Dans   ce   contexte,   ce   n’est   pas   sur  l’infraction   en   matière   de   droit   de   propriété   intellectuelle   que   l’on   devrait   se   fonder,  mais  sur  la  notion  de  volonté  de  nuisance  à  la  vie  d’autrui  caractérisée  par  la  dangerosité  du   produit   suspecté   de   contrefaçon.   De   plus,   les   limites   tant   sur   les   saisies   que   sur   les  procédures   judiciaires   constatées   ces   dernières   années,   plaident   en   faveur   d’un   usage  plus  nuancé  du  code  de  la  propriété  intellectuelle.  Ces  limites  sont  dues,  le  plus  souvent,  à   la   divergence   des   priorités   des   titulaires   de   droits   et   des   autorités   publiques   dans   la  caractérisation   des   actes   de   contrefaçon.   Il   n’est   pas   rare   de   constater   de   la   part   des  titulaires   de   droits   la   recherche   d’une   négociation   à   l’amiable   avec   le   contrefacteur   pour  conclure  à  une  indemnisation  rapide  et  éviter    la  procédure  punitive,  lourde  et  couteuse.  Il   n’est   pas   rare,   non   plus,   pour   le   propriétaire   de   marque   de   ne   pas   vouloir  communiquer   sur   les   risques   de   notoriété   (l’industrie   pharmaceutique   a   pendant   très  longtemps   caché   les   réalités   de   la   contrefaçon   de   ses   princeps   et   l’agroalimentaire  continue   au   mieux   de   garder   secret   ses   affaires   de   contrefaçons   dangereuses).   Sans  parler   de   cette   hantise   d’une   action   en   responsabilité   pour   procédure   de   contrefaçon  abusive,  tant  des  douanes  que  des  titulaires  de  droits.  Ni  du  risque  de  contestation  d’un  droit   de   propriété   intellectuelle   fragile   ou   de   l’aléa   judiciaire   causé   par   la   mauvaise  maîtrise  des  circuits  d’approvisionnement  et  de  sous-­‐traitance.      N’assurant   que   le   minimum   de   cohérence   entre   les   pratiques   nationales,   comment  résoudre   la   problématique   des   saisies  ?   Comment     agir   efficacement   sans   la   réactivité   et  l’expertise  obligatoire  des  titulaires  de  droits  ?  Comment  condamner  pénalement  à  des  peines   plus   dissuasives,   sans   obligatoirement   passer   par   la   démonstration   des   délits  commis  en  bande  organisée  ?    Difficultés  d’application  :  les  exemples  «  clé  »    Pour  comprendre  la  situation  sur  le  terrain,  il  convient  de  s’arrêter  sur  deux  exemples  clés  :     • le  «  syndrome  du  douanier  dans  un  port  de  marchandises  »   • le  juge  et  la  démonstration  de  la  preuve      Le  «  syndrome  du  douanier  dans  un  port  de  marchandises  »    Le   cadre   procédural   de   l’intervention   du   service   des   Douanes,   tout   du   moins   en   Europe,  demande   une   certaine   réactivité   due   essentiellement   à   la   brièveté   des   délais.   Les   saisies  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 16.   16  font   généralement   suite   à   une   retenue   en   douane,   à   l’exception   de   certains   Etats  membres   de   l’Union   Européenne   comme   la   France   qui   saisissent   immédiatement   s’il  s’agit   d’une   marque.   Les   douaniers   sont   donc   tributaires   des   titulaires   de   droits   qui  doivent  identifier,  expertiser  et  confirmer  la  contrefaçon.    La   procédure   est   généralement   la   suivante  :   lorsque   les   Douanes   détectent   un   produit  suspecté   de   contrefaçon,   elles   recherchent   le   titulaire   de   droits   et   l’informent   de   la  suspicion  de  contrefaçon.  L’expert  nommé  par  le  titulaire  de  droits  se  déplace  sur  le  lieu  de   contrôle   douanier   et   confirme   ou   non   par   voie   de   procès   verbal   de   constatation   la  contrefaçon.   Cette   confirmation   génère   soit   une   retenue   douanière,   soit   une   saisie  douanière  selon  la  typologie  des  droits  contrefaits  (marques,  dessins  et  modèles,  droits  d’auteur,   brevets,…).     Il   convient   dès   lors   de   solliciter   en   urgence   auprès   du   parquet  territorialement   compétent   une   ordonnance   de   saisie   conservatoire   et   de   la   faire  signifier   dans   une   période   fixe   (10   jours   pour   les   biens   classiques   et   trois   jours   pour   les  biens  périssables)  suivant  la  retenue  douanière.    En   cas   de   saisie   douanière,   la   citation   directe   ou   le   dépôt   de   plainte   pénale   contre   le  contrefacteur   ou   le   distributeur   de   produits   contrefaisants   devant   la   juridiction  répressive  doit  quasiment  être  simultanée.  Il  est  toujours  loisible  ultérieurement  de  se  constituer  partie  civile  si  cela  n’est  pas  fait  lors  de  la  saisie  des  autorités  judiciaires.    Le  «  syndrome  du  douanier  dans  un  port  de  marchandises  »  est  révélateur  du  manque  de   pragmatisme   d’un   tel   cadre   procédural.   Si   nous   prenons   par   exemple   le   port  d’Anvers,   158   millions   de   tonnes   de   marchandises   (2009)   soit   plusieurs   milliers   de  conteneurs   y   sont   réceptionnés   chaque   jour.   Les   douaniers   habilités,   au   nombre   de  quelques   uns,   doivent   quotidiennement   examiner   les   manifestes 7  transférés   par   le  transporteur   sur   leur   réseau   informatique,   identifier   les   possibles   anomalies,   les  recouper  avec  les  éventuelles  orientations  d’enquêtes,  cibler  les  dizaines  de  conteneurs  suspects   et   en   sélectionner   seulement   quelques   uns   par   manque   de   temps   et   de   moyens  pour  identification.    Et   lorsque   les   identifications   se   font   de   nuit,   au   fond   des   conteneurs,   sans   pouvoir  contacter   les   titulaires   de   droits   pour   obtenir   des   informations   précieuses   nécessaires  au  lancement  de  la  procédure  de  retenue,  que  peuvent  faire  les  douaniers  ?    Dans  ce  contexte,  malgré  l’installation  de  scanners  fixes,  on  peut  se  demander  combien  de  ces  conteneurs,  transportant  des  produits  illicites,  passent  ainsi  au  travers  des  filets  des   autorités   de   contrôle.   «  Sans   doute   une   majorité  »,   osent   déclarer   ces   douaniers  perplexes.    Les   autorités   de   contrôle   représentées   essentiellement   par   les   douanes   et   la   police  souffrent  de  toute  évidence  d’un  manque  d’outils  capables  de  les  aider  à  détecter  dans  l’urgence  et  sans  ambiguïté  le  vrai  du  faux,  sans  avoir  recours  au  titulaire  de  droits.  Le  «  syndrome   du   douanier   dans   un   port   de   marchandises  »   ne   doit   pas   être   une   fatalité   et,  comme   certains   Etats   membres   l’ont   proposé,   l’utilisation   lourde   et   coûteuse  d’équipements   radiographiques   des   conteneurs   ne   résoudra   qu’en   partie,   et   en   une  infime  partie  seulement,  cet  épineux  problème.                                                                                                                  7 Documents de transportCopyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 17.   17  Le  juge  et  la  démonstration  de  la  preuve        Dans   le   cadre   de   l’action   judiciaire,   le   cadre   procédural   doit   permettre   d’apporter   la  preuve   de   la   contrefaçon   sur   la   violation   des   droits   de   propriété   intellectuelle.   Cela  implique   d’établir   l’existence   de   ces   droits   et   de   démontrer   la   contrefaçon   en   constatant    la  matérialité  des  infractions.  Sans  ce  cadre  précis,  sans  une  réactivité  et  une  efficacité  des   titulaires   de   droits,   les   autorités   judiciaires   ne   peuvent   appliquer   efficacement   les  outils  répressifs.    De  même,  dans  le  cadre  d’une  procédure  de  saisie-­‐contrefaçon  de  produits  suspects,  il  convient  de  convaincre  l’autorité  judiciaire.  Or  convaincre  n’est  pas  toujours  prouver.    Mettre  en  cause  l’authenticité  d’un  produit,  son  origine,  pour  démontrer  sa  contrefaçon  ou   non,   consiste   à   rechercher   si   ledit   produit   possède   les   caractéristiques   essentielles  qui  conduisent  à  établir  l’infraction  ou  non.  Il  faut  donc,  pour  donner  à  cette  contestation  une   base   solide,   commencer   par   établir   en   quoi   consistent   ces   caractéristiques,   puis  vérifier   si   le   produit   suspect   présente   ou   non,   concrètement,   objectivement,   ces  caractéristiques.    Or,   nous   constatons   aujourd’hui   que   l’enjeu   sur   l’application   de   l’arsenal   répressif   est  considérable,   car   la   jurisprudence   la   plus   récente   montre   une   dérive   procédurière.   En  effet,   le   renforcement   des   sanctions   pénales   pour   les   délits   de   contrefaçon   a   conduit   à  cristalliser  le  débat  sur  la  façon  dont  la  preuve  du  délit  est  administrée.  Les  procédures  s’en  trouvent  rallongées  d’autant,  ce  qui  laisse  le  temps  aux  réseaux  de  contrefacteurs  de  disparaître   et   de   se   reconstituer.   Les   investigations   des   titulaires   de   droits   et   des  autorités   de   contrôle   (police   et   douanes)   sont   réduites   à   néant.   C’est   un   gaspillage   de  temps  et  d’argent  qui  devient  insupportable  aux  uns  et  aux  autres.    Par  ailleurs,  nous  observons  une  contestation  plus  fréquente  de  la  validité  des  titres  de  propriété   intellectuelle.   Tandis   qu’en   présence   des   copies   de   plus   en   plus   «  parfaites  »,  prouver   que   le   vrai   est   bien   authentique   oblige   les   titulaires   à   se   dévoiler   davantage,  livrant   à   qui   veut   l’entendre   leurs   secrets   de   fabrication.   C’est   une   spirale   dangereuse  pour   les   entreprises,   dont   seuls   les   contrefacteurs   profitent.   Mais   c’est   surtout   une  spirale  sans  contrainte  réelle  pour  les  organisations  criminelles  contre  lesquelles  le  code  de   la   propriété   intellectuelle   devient,   en   matière   de   biens   matériels   de   masse,   un   outil  trop  subtil  pour  être  réellement  efficace.        Le  crime  pharmaceutique  :  les  prémices  du  crime-­‐contrefaçon    C’est  dans  ce  contexte  que  le  Conseil  de  l’Europe  avait  examiné  une  alternative  juridique  innovante  en  élaborant  un  instrument  juridique  pour  lutter  plus  efficacement  contre  le  crime  pharmaceutique.  C’est  lors  de  la  réunion  de  Moscou,  les  23  et  24  octobre  2006  que  les   participants   à   la   conférence   «L’Europe   contre   les   médicaments   de   contrefaçon»,  avaient  avancé  la  proposition  d’élaborer  cet  instrument  juridique  afin  de  mieux  protéger  la  santé  des  Européens.    Les  participants  convinrent  que  les  éléments  suivants  devaient  être  pris  en  compte  dans  la  préparation  d’une  future  convention  :    Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 18.   18   • la  définition  des  crimes  pharmaceutiques  comme  crimes  aggravés  ;   • la  pénalisation  de  la  fabrication  et  de  la  distribution  de  médicaments  contrefaits  ;   • la  mise  en  place  d’un  réseau  de  points  de  contact  uniques  dans  tous  les  secteurs   concernés,  notamment  les  secteurs  de  la  santé  et  de  l’application  des  lois  ;   • l’adoption   au   niveau   national   de   dispositions   permettant   de   contrôler   la   qualité   des   composants   à   usage   pharmaceutique,   les   emballages,   les   processus   de   fabrication  conformément  aux  normes  établies  par  la  Pharmacopée  européenne  ;   • une  plus  grande  coopération  entre  les  organes  chargés  de  faire  respecter  les  lois   aux  niveaux  national  et  européen.    Fin   2007,   onze   experts   furent   nommés   et   développèrent   le   projet   de   convention   du  Conseil  de  l’Europe  sur  la  contrefaçon  des  produits  médicaux  et  les  infractions  similaires  menaçant  la  santé  publique.  Finalisé  le  26  février  2009,  ce  projet  est  aujourd’hui  soumis  à  l’étude  du  Comité  des  Ministres  du  Conseil.    Ce  projet  est  particulièrement  intéressant  puisqu’il  met  pour  la  première  fois  en  exergue  la   possible   mise   en   œuvre   d’un   instrument   répressif   anti-­‐contrefaçon   d’un   tout   autre  modèle   que   celui   proposé   actuellement.   Ainsi,   par   exemple,   sont   considérés   comme  infraction  pénale  les  actes  suivants,  lorsqu’ils  sont  commis  de  manière  intentionnelle  :   • la  fabrication  des  produits  médicaux,  principes  actifs  ou  composants  contrefaits,   y  compris  leur  altération  ;   • la   falsification   de   tout   document   relatif   à   un   produit   médical,   un   principe   actif   ou   un  composant  ;   • la   fourniture   ou   l’offre   de   produits   médicaux,   de   principes   actifs   ou   de   composants  contrefaits  ;   • la   promotion   de   produits   médicaux,   de   principes   actifs   ou   de   composants   contrefaits  ;   • le   trafic   illicite   de   produits   médicaux,   de   principes   actifs   ou   de   composants   contrefaits.  Les  circonstances  aggravantes  sont  très  présentes  dans  ce  projet,  mettant  ainsi  en  avant  la   volonté   de   nuisance   à   la   vie   d’autrui.   Ces   circonstances   auront   une   importance  capitale   dans   la   détermination   des   peines.   C’est   le   cas   évidemment   de   l’infraction   qui  cause  le  décès  de  la  victime  ou  porte  atteinte  à  sa  santé  physique  ou  mentale.  C’est  le  cas  également  des  infractions  de  promotion  ou  de  fourniture  commises  en  recourant  à  des  procédés  de  diffusion  massive.  C’est  le  cas  aussi  des  infractions  commises  par  plusieurs  personnes   agissant   en   association,   ainsi   que   celles   réalisées   dans   le   cadre   d’une  organisation  criminelle.  Enfin,  les  parties  signataires  de  cette  convention  (47  Etats  membres  de  la  Pan  Europe)  se   donneront   le   droit   de   conclure   entre   elles   des   accords   bilatéraux   ou   multilatéraux  relatifs   aux   questions   réglées   par   ladite   convention,   aux   fins   de   compléter   ou   de  renforcer  les  dispositions  de  celle-­‐ci  ou  pour  faciliter  l’application  des  principes  qu’elle  consacre.  Le   Groupe   de   Spécialistes   sur   les   produits   pharmaceutiques   contrefaits,   créé   par   le  Comité   des   Ministres   du   Conseil   de   l’Europe   et   sous   l’autorité   du   Comité   européen   pour  les  problèmes  criminels,  rend  ainsi  un  verdict  peu  complaisant  sur  l’arsenal  juridique  en  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 19.   19  vigueur   pour   tenter   de   juguler   la   contrefaçon   des   médicaments.   Tout   d’abord,   en  l’absence   de   sanctions   sévères   pour   réprimer   la   contrefaçon   de   produits  pharmaceutiques   et   de   dispositifs   médicaux   au   niveau   mondial   –   et,   souvent,   en  l’absence   totale   de   dispositions   pénales   -­‐,   il   est   facile   de   produire   et   de   distribuer   des  produits   contrefaits   sans   courir   de   risque   significatif   d’être   repéré,   ou   encore   moins  d’être  sanctionné.  Cette  lacune  explique  en  partie  que  la  criminalité  pharmaceutique  soit  devenue   un   domaine   d’activité   du   crime   organisé.   De   plus,   les   législations   nationales,  lorsqu’elles  existent,  varient  considérablement.  Les  experts  de  ce  Groupe  insistent  sur  le  fait   que   des   sanctions   variées,   dissuasives   et   proportionnées   sont   indispensables   pour  punir  les  auteurs  de  ces  infractions  et  contribuer  à  prévenir  efficacement  ces  dernières.  Ils  précisent,  également,  que  la  lutte  contre  ce  type  de  contrefaçon  ne  peut  se  limiter  aux  infractions   qui   portent   sur   le   droit   de   propriété   intellectuelle8 ,   et   estiment   que   le  principal   objectif   d’un   futur   instrument   anti-­‐contrefaçon   doit   se   concentrer   sur   des  mesures   pénales   contre   les   comportements   criminels,   visant   les   médicaments   et   les  dispositifs  médicaux,  et  menaçant   la   santé   publique.   Enfin,   le   Groupe   d’experts   précise  «  qu’il   n’y   a   pas   d’harmonisation   ni   même   de   rapprochement   des   législations   au   niveau  international  en  ce  qui  concerne  les  infractions  relatives  à  la  contrefaçon  de  médicaments  et   des   dispositifs   médicaux   contrefaits,   aggravée   par   le   commerce   en   ligne,   qui   porte  atteinte   à   la   crédibilité   de   la   distribution   licite   de   produits   authentiques   et   rend  pratiquement  impossible  de  garantir  la  qualité  et  l’efficacité  des  produits  fournis,  il  n’y  a  pas  d’instrument  juridique  international  visant  à  combattre  la  criminalité  pharmaceutique  et  à  définir  des  infractions  correspondantes  ».    Sur  la  protection  des  consommateurs  «  Il   nexiste   pas,   dun   côté,   le   bon   contrefacteur   qui   aurait   une   stratégie   anti-­‐marques   et  produirait   des   copies   de   sacs,   de   lautre,   le   mauvais   contrefacteur   qui   voudrait  empoisonner   les   consommateurs   de   médicaments   ou   mettre   en   danger   des   enfants  auxquels  on  donne  un  jouet  contrefait.  Ce  sont  les  mêmes.  Lachat  de  produits  contrefaits  de  luxe  finance  directement  la  contrefaçon  de  produits  non  élaborés.  Dans  le  domaine  de  limitation  illégale,  il  nexiste  pas  de  différenciation  entre  le  capital  criminel  qui  tue  et  celui  qui   ne   tue   pas  ».   Ces   propos   tenus   le   16   novembre   2004   par   le   Président   d’une  association   de   défense   des   titulaires   de   droits,   n’ont   guère   évolué.   Si,   sur   le   fond,   ce  Président   n’a   pas   tort,   il   insinue   cependant   par   raisonnement   que   le   consommateur  pourrait  être  le  «  complice  »  du  contrefacteur.    Il  est  donc  urgent  de  rétablir  l’équilibre  entre  bonne  et  mauvaise  foi  de  l’acte  d’achat.  L’acte  d’achat  :  considérations  psychologiques    Pour   la   très   grande   majorité   des   consommateurs,   les   trafics   illicites   en   général,   et   les  contrefaçons  en  particulier,  sont  une  vraie  plaie.                                                                                                                  8 Selon Information Solution for Pharmaceutical and Healthcare Industries, société de services internationale qui fournit àl’industrie pharmaceutique des données commerciales et des services de consultation, dans les Etats membres de l’Unioneuropéenne, la proportion en ce qui concerne le volume des produits médicaux présents sur le marché qui ne sont pasprotégés par un brevet varie de 69% (Italie) à 90% (République Tchèque). D’après l’association européenne du médicamentgénérique, la proportion de produits médicaux génériques (non protégés par des droits de propriété intellectuelle) parrapport au volume sur le marché dans certains pays européens est comprise entre 7,2% (Italie) et 79,3% (Lituanie/Estonie).Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 20.   20  Pour   «  acheter   vrai  »   ou   «  conforme  »   au   quotidien,   le   consommateur   doit   se   sentir   en  confiance   et   percevoir   effectivement   que   toute   la   chaîne   de   consommation   est   juste   et  vraie,  ce  qui  nest  évidemment  pas  perçu  comme  tel.    Le  consommateur  face  à  la  marque  Ces   stratégies   personnelles   se   sont   renforcées   par   une   distance   critique   acquise,  quasiment  morale,  à  légard  dun  système  de  consommation  fortement  remis  en  cause  et  dont   on   ne   veut   pas   payer   le   prix   fort.   Pourquoi   vouloir   payer   le   prix   de   la   valeur  immatérielle   (la   marque)   ajoutée   aux   produits,   quand   on   ne   sait   pas   si,   et   comment,   elle  se  justifie  ?    Ce   différentiel   de   prix,   qui   devait   fonder   loriginalité   et   lunicité   de   la   marque,   est  davantage  perçu  comme  le  moyen  de  financer  le  marketing  et  la  communication,  plutôt  que   le   travail   et   la   création   du   produit.     Pour   le   consommateur,   deux   alternatives  s’offrent   à   lui  :   soit   acquérir   un   produit   similaire   à   la   marque,   répondant   aux   critères  attendus,   mais   à   un   prix   modéré  ;   soit   trouver   un   produit   de   marque   à   un   prix  acceptable.   Cependant,   si   pour   les   produits   dits   de   luxe   l’acte   d’achat   illicite   se   fait,   en  règle   générale,   en   toute   connaissance   de   cause,   l’acquisition   d’un   produit   de   grande  consommation   est,   par   contre,   basée   sur   des   paramètres   différents.   Ainsi,   acheter   un  vêtement  de  marque  à  prix  coutant  sur  un  marché  alors  que  cette  marque  ne  peut  être  vendue  que  dans  des  magasins  référencés  place  obligatoirement  le  consommateur  face  à  ses   responsabilités.   Acheter   maintenant   un   produit   de   marque   ou   son   faux-­‐semblant  (look   alike)   dans   une   grande   surface   à   un   prix   discount   place   le   consommateur   en  situation  d’opportunisme,  et  ce  en  toute  confiance.  Nous  passons  donc  d’un  acte  de  mauvaise  foi,  condamné  sévèrement  par  Marc  Antoine  Jamet  (justifié  dans  un  environnement  illogique9),  à  un  acte  de  bonne  foi  (justifié  dans  un  environnement  logique),  non  condamnable  tant  qu’il  n’est  pas  démontrable.  Lenjeu  de  lalternative  entre  le  consommateur  complice  et  le  consommateur  victime  renvoie  à  la   réponse   que   lon   souhaite   apporter   à   la   lutte   anti-­‐contrefaçon.   Si   lon   considère   le  consommateur   comme   une   victime,   les   solutions   relèvent   de   la   prévention,   de  léducation  et  de  la  sensibilisation.  En  revanche,  si  lon  estime  que  le  consommateur  est  complice,   il   sagit   dengager   des   actions   de   sanction   et   de   répression.   En   conséquence,  les   sanctions   et   les   répressions   ne   sont   valables   que   dans   un   environnement   légal  parfaitement   délimité   pour   le   consommateur,   sans   aucune   ambigüité.     De   la   même  manière,   le   titulaire   de   droit   a   l’obligation   d’apporter   aux   consommateurs   tous   les  éléments  lui  permettant  de  faire  un  choix  responsable.  Par   exemple,   la   France   est   aujourdhui   concernée   par   le   transit   de   médicaments  contrefaits   dangereux   pour   la   santé.   Le   consommateur   doit   savoir   que,   dans   certains  pays,   notamment   dAfrique,   le   taux   de   produits   médicamenteux   contrefaits   est  particulièrement   élevé.   C’est   l’information.   Parmi   les   nombreuses   contrefaçons   du  Viagra,   certaines   ne   contiennent   aucun   principe   actif,   mais   dautres   comportent   des  adjuvants  qui  augmentent  les  risques  daccident  cardiaque.  Le  risque  de  consommer  des                                                                                                                  9 La contrefaçon est de plus en plus accessible. A Rome, devant la boutique dun maroquinier de luxe, des étalagistesemployés par cette marque proposent, après la fermeture de la boutique, des produits contrefaits de la même marque. Enoutre, des produits de consommation courante, comme des cigarettes, sont offerts en dehors des circuits de distribution. Deplus, lInternet et le fret express permettent au consommateur de bénéficier de produits contrefaits en moins de 48 heuresCopyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 21.   21  médicaments   contrefaits   est   multiplié   du   fait   des   livraisons   par   lInternet.   C’est   la  prévention.   Le   système   de   commercialisation   des   médicaments,   en   France,   nest   pas  aussi   protégé   quon   pourrait   le   croire.   Il   existe   un   risque   avéré.   Le   système  dautorisation  de  mise  sur  le  marché  est  efficace,  mais  il  est  possible  de  se  faire  livrer,  depuis   une   pharmacie   italienne   ou   espagnole,   des   médicaments   qui   nont   pas   obtenu  une   autorisation   de   mise   sur   le   marché   sur   le   territoire   français.   Si   l’acquisition   est  illicite,  rien  ne  permet  de  considérer  que  le  médicament  est  contrefait.  En  conséquence,  le  patient  peut-­‐il  être  réputé  complice  si  rien  n’est  mis  en  œuvre  pour  démontrer,  non  pas  le  mode  d’acquisition  du  produit,  mais  sa  dangerosité  ?  De   même,   un   consommateur   achète   un   paquet   de   cigarettes   dans   la   rue.   Il   sait  pertinemment   qu’acheter   du   tabac   hors   d’un   réseau   de   commerces   autorisés   est   un  délit.   Il   sait   également   que   le   tabac   peut   être   issu   de   la   contrebande.   Mais   rien   ne   le   met  à  l’abri  d’une  contrefaçon  dangereuse,  hautement  carcinogène.      La  marque  :  un  garant  de  conformité  ?  Pour   le   titulaire   de   droits,   la   marque   certifie   la   qualité   du   produit,   du   réseau   de  distribution   et   des   agréments.   Mais   si   la   marque   n’est   pas   physiquement   protégée,  comment   peut-­‐elle   aujourd’hui   apporter   toutes   ces   garanties  ?   Les   jouets   contrefaits  peuvent   poser   des   risques   de   sécurité.   Il   en   est   de   même   pour   les   pièces   automobiles.  Les   autorités   publiques   souhaitent   protéger   le   consommateur,   mais   le   cadre   juridique  rend   la   lutte   difficile.   En   effet,   le   23   octobre   2003,   la   Cour   de   justice   des   Communautés   a  fait   prévaloir   la   liberté   de   circulation   des   marchandises   sur   la   préservation   des   droits  des   marques   et   les   pouvoirs   de   contrôle,   de   retenue   et   confiscation   des   produits.   Par  conséquent,   un   produit   en   libre   fabrication   dans   un   pays   européen   peut   circuler   sans  quil   soit   possible   de   déterminer   sil   sagit   dune   contrefaçon   et   sil   présente   un   risque  pour  la  santé  !  La  Cour  de  cassation  a  confirmé  lanalyse  de  la  Cour  de  justice  des  Communautés  le  21  septembre   2004.   Des   progrès   considérables   restent   donc   à   réaliser   sur   les   moyens   de  détection,   de   saisie   et   danalyse   permettant   de   protéger   le   consommateur   dont   la  sécurité  est  en  jeu,  notamment  dans  le  domaine  des  pièces  automobiles.  Il   conviendrait   donc   de   réfléchir   autrement   face   au   comportement   et   à   la   sécurité   du  consommateur.  Bien   sur,   le   consommateur   ne   doit   pas   être   "victime"   de   son   ignorance.   Il   convient   de   lui  rappeler   linterdit,   grâce   à   des   campagnes   dinformation.   La   première   des   préventions  est  la  répression.  Lorsque  lon  sait  que  lon  peut  être  sanctionné,  lon  réfléchit  avant  de  passer  à  lacte.    Toutefois,   il   est   nécessaire   dintroduire   une   progressivité   dans   la   réponse   pénale.   Il  convient   de   perfectionner   les   différents   niveaux   de   réponse   afin   de   mieux   sensibiliser   le  consommateur   et   de   lui   éviter   de   se   croire   victime   dune   injustice.   Pour   ce   faire,   la  réponse  passe  par  la  démonstration  de  la  preuve  de  bonne  ou  de  mauvaise  foi.  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 22.   22  Par   ailleurs,   pour   que   le   consommateur   soit   considéré   comme   victime,   il   est  fondamental  de  se  référer  aux  dimensions  éthiques  du  titulaire  de  droits,  mais  aussi  des  distributeurs.    Enfin,  il  faut,  le  cas  échéant,  reconnaître  au  consommateur  son  statut  de  victime  dans  le  procès  pénal  en  lui  permettant  de  dénoncer  et  de  se  joindre  aux  poursuites  afin  que  la  protection  des  produits  se  conjugue  avec  celle  des  consommateurs.    Ainsi,  la  lutte  contre  la  contrefaçon  ne  peut  plus  se  contenter  de  développer  sur  le  seul  principe   de   protection   des   titulaires   de   droits.   Elle   doit   être   une   démarche   conjuguée  entre  une  prévention  et  une  dissuasion  techniques  appropriée  et  une  répression  pénale  harmonisable   dont   les   seuls   objectifs   doivent   être   la   lutte   sans   concession   contre   le  crime   organisé,   la   protection   des   consommateurs   et   une   plus   grande   gouvernance   des  Etats.  Pour   comprendre   la   démarche   qui   amène   aujourd’hui   la   Fondation   WAITO,   à   créer   le  premier   observatoire   international   pour   la   lutte   contre   le   Crime-­‐Contrefaçon   (IF2C),   il  convient   d’expliquer   les   fondements   des   politiques   de   sécurité   en   matière   de   lutte  contre  la  contrefaçon,  la  contrebande  et  la  fraude  des  produits  de  grande  consommation.  Mais   également   d’en   évaluer   l’impact   sur   les   acteurs   des   filières   agro-­‐alimentaires  (aliments   et   boissons),   pharmaceutiques,   cosmétiques   et   industrielles   (équipements  électriques,  pièces  détachées  et  jouets).  Trois  questions  essentielles  se  font  jour  :  Quels  risques   les   consommateurs   courent-­‐ils   réellement  ?   Quelles   sont   les   réponses   apportées  par   les   pouvoirs   publics   à   travers   le   principe   de   précaution   et   les   dispositifs   qui   en  découlent  ?  Et,  enfin,  quelles  sont  les  stratégies  adoptées  par  les  pouvoirs  publics  et  les  entreprises  pour  répondre  aux  nouveaux  défis  de  la  réglementation  et  de  la  sécurité  des  produits  de  grande  consommation  face  à  la  mondialisation  ?    Ce  sont  à  ces  questions  majeures  que  ce  présent  rapport  tentera  de  répondre.    Les   objectifs   coulent   de   source.   La   protection   du   droit   de   la   propriété   intellectuelle   et  industrielle   est   évidemment   utile.   Elle   défend   les   intérêts   des   titulaires   de   droit,   mais  démontre   ses   limites.   L’évolution   de   la   mondialisation,   la   libre   circulation   des  marchandises,   les   60   pays   non   couverts   par   le   droit   de   propriété   intellectuelle   ou  industrielle,   la   faiblesse   des   accords   ADPIC 10 ,   l’industrialisation   d’une   contrefaçon  organisée,  la  production  massive  de  produits  de  grande  consommation  illicites  ou  non-­‐conformes,   sont   autant   d’obstacles   que   le   droit   de   propriété   intellectuelle   ne   peut  sérieusement  circonvenir.        Il   convient   donc   d’innover   dans   une   approche   plus   globale,   englobant   droit   de   propriété  intellectuelle,   mais   aussi   droit   des   consommateurs,   droit   pénal   et   autres   arsenaux  juridiques  existants,  parfaitement  compatibles  avec  les  évolutions  mondiales  des  trafics  illicites,   immédiatement   réinscriptibles   dans   un   contexte   de   prévention   et   de   dissuasion  techniques  anti-­‐contrefaçon  et  interopérables  avec  l’arsenal  législatif  de  chaque  pays.                                                                                                                      10 L’Accord de l’OMC sur les ADPIC vise à atténuer les différences dans la manière dont ces droits sont protégés de par lemonde et à les soumettre à des règles internationales communes. Il fixe des niveaux minimums de protection de la propriétéintellectuelle que chaque gouvernement doit assurer aux autres membres de lOMC.Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 23.   23  Ce   rapport   n’a   aucune   volonté   polémique.   Il   est   simplement   la   traduction   d’une   autre  approche,   indépendante   de   tout   intérêt   mercantile   et   convaincue   de   l’importance   que  doivent  jouer  les  politiques  dans  ce  combat  contre  la  mondialisation  de  la  fraude  et  de  la  contrefaçon.  Sur  ce  terrain,  il  ne  peut  y  avoir  de  place  pour  la  fatalité.      La   Fondation   WAITO,   ses   partenaires   comme   l’OMD   et   le   Forum   International   des  Nations-­‐Unies  contre  le  Crime-­‐contrefaçon©  sont  prêts  à  relever  tous  les  défis.  Ils  en  ont  toutes   les   capacités,   toutes   les   ressources   et   tous   les   atouts   pour   les   relever   avec   succès.  Ce  premier  rapport  vous  en    donnera  peut-­‐être  les  clés.  A  vous  de  les  utiliser  !          Chemavon  Chahbazian                 Pierre  Delval  Président                     Directeur  général  Fondation  WAITO                   Fondation  Waito                                  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 24.   24  I. LE  CRIME-­‐CONTREFACON:  UN  ENJEU  MONDIAL  MAJEUR  A  -­‐  LE  CRIME  ORGANISE  :  UN  PROFIT  SANS  PRECEDENT  GRACE  AU  CRIME-­‐CONTREFAÇON©      Activité   illicite,   la   contrefaçon   est   de   plus   en   plus   prisée   par   le   crime   organisé,   qui   la   finance  et  la  développe,  au  point  de  devenir,  avec  la  drogue  et  la  prostitution,  lune  de  ses  principales  sources   de   revenus.   Ainsi,   James   Moody,   lancien   chef   de   la   Division   de   la   criminalité  organisée  et  de  la  drogue  du  FBI,  estimait  que  la  contrefaçon  «  deviendra  lactivité  criminelle  du  XXIème  siècle  ».    En  quinze  ans,  le  visage  de  la  contrefaçon  a  changé  :  lactivité  artisanale  des  débuts  a  laissé  la  place   à   des   industries   et   des   «  holdings  »   performantes   et   réactives.   Dailleurs,   ces  entreprises   du   crime   se   procurent   des   modèles   et   des   prototypes   et   sappuient   sur   des  études   de   marché,   afin   de   cibler   les   produits   «  porteurs  »   et   les   marques   montantes.   Cette  très   grande   réactivité   des   contrefacteurs   permet   même   de   fabriquer   un   produit   avant   la  sortie  officielle  de  l’original.  Les  équipementiers  électriques  en  font  les  frais  chaque  année  et,  dans  le  monde  de  l’industrie  pharmaceutique,  le  laboratoire  Sanofi-­‐Aventis  avait  découvert  les   premiers   trafics   du   faux   Rimonabant   (Acomplia)11  avant   son   autorisation   française   de  mise  sur  le  marché  en  2007.  La  contrefaçon  représente  aujourdhui  un  débouché  idéal  pour  les  organisations  criminelles12  :  une  opinion  publique  peu  sensibilisée  à  cette  criminalité,  un  risque  pénal  limité,  des  preuves  difficiles   à   rapporter,   un   préjudice   quasiment   impossible   à   quantifier   dans   son   intégralité,   des  marchés   potentiels   immenses   à   léchelle   de   la   planète   et   des   perspectives   de   profit  considérables.    Du  point  de  vue  de  l’offre  de  produits  contrefaits  ou  piratés,  le  faible  niveau  de  répression  des  actes   de   contrefaçon   dans   la   législation   des   Etats   conjugué   aux   profits   importants   qu’ils  permettent   de   réaliser   en   font   une   activité   illégale   attractive,   particulièrement   pour   les  organisations  criminelles.      Du  point  de  vue  de  la  demande  de  produits  contrefaits,  lopinion  est  encore  peu  sensibilisée  au  problème  de  la  contrefaçon.    Enfin,  le  potentiel  de  la  contrefaçon  en  termes  économiques  est  particulièrement  vaste.    Il  ne  sagit  pas  dun  marché  spécifique  mais  dune  multitude  de  marchés.  La  demande  nest  pas  limitée  aux  pays  nantis,  elle  est  aussi  forte  dans  les  pays  pauvres.  Les  marchés  sont  devenus  mondiaux  et  les  profits  générés  par  ces  activités  illicites  peuvent  être  phénoménaux.  Selon   l’UNICRI13,   les   plus   grandes   organisations   criminelles   seraient   impliquées   dans   la  contrefaçon.  C’est  ainsi  que  les  triades  chinoises,  les  Yakuza  (Japon),  la  Camorra  napolitaine  et  les  mafias  russes  sont  fréquemment  citées  par  l’Organisation  Mondiale  des  Douanes  et  par  Interpol  comme  des  acteurs  majeurs  de  ce  fléau.                                                                                                                  11  Le   rimonabant   (Acomplia)   est   retiré   du   marché   européen   depuis   le   23   octobre   2008.   ACOMPLIA   est   indiqué   dans   le  traitement   des   patients   obèses   (IMC   supérieur   ou   égal   à   30   kg/m²)   ou   en   surpoids   (IMC   supérieur   à   27   kg/m²)   avec  facteurs  de  risque  associés  tels  que  diabète  de  type  2  ou  dyslipidémie,  en  association  au  régime  et  à  l’exercice  physique.  12 A cet égard, on peut consulter le rapport de lUnion des Fabricants 2003 : "contrefaçon et criminalité organisée" (www.unifab.com).13 United Nations Interregional Crime and Justice Research InstituteCopyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de  cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise   sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 25.   25  a) L’industrialisation  de  la  contrefaçon    Au-­‐delà   de   sa   commercialisation,   l’industrialisation   de   la   contrefaçon   demande   des  investissements   importants.   Les   narcotrafiquants,   de   plus   en   plus   freinés   par   les  contraintes  bancaires  et  le  contrôle  des  organisations  internationales  et  européennes  de  lutte   contre   le   blanchiment   d’argent,   n’hésitent   plus   à   utiliser   une   partie   de   leurs  revenus   illicites   dans   des   fonds   d’investissement   pour   la   construction   d’usines,  notamment  en  Chine.  Les  équipements  de  production,  nécessaires  à  la  fabrication  de  ces  contrefaçons,   nécessitent   des   budgets   conséquents,   soit,   selon   lUnion   des   fabricants,   de  50.000  à  100.000  euros  pour  certains  moules  et  de  300.000  à  600.000  euros  pour  une  ligne   de   production   de   matériaux   plastiques.   Implantées   dans   des   pays   à   bas   salaires  (Chine,  Thaïlande,  Turquie,  Maroc…)  ou  dans  les  pays  de  lex-­‐URSS,  comme  la  Russie  et  lUkraine,   les   organisations   criminelles   et   les   mafias   locales   disposent   de   capacités   de  production   considérables.   La   Chine   est   un   parfait   exemple   de   l’industrialisation   de   la  contrefaçon.  Dans   la   banlieue   nord   de   Pékin,   le   quartier   de   Zheng   Guang   Cun:   1   500   magasins   de  matériel   électrique   et   électronique   sétirent   des   deux   côtés   dune   rue   longue   de   4  kilomètres.   Un   marché   gigantesque   où   samoncellent   en   vrac   les   équipements   les   plus  éclectiques.   Le   plus   incroyable   est   de   trouver   à   la   vente   et   en   masse   des   copies   de  certains   équipements   qui   n’apparaissent   que   depuis   peu   dans   les   catalogues  professionnels  des  titulaires  de  droits.  Le  développement  de  la  contrefaçon  chinoise  étend  donc  son  emprise.  Et  rien  ne  semble  pouvoir   le   contrer.   On   connaissait   ses   cibles   de   prédilection   :   le   jouet,   le   luxe,   la  maroquinerie.  Désormais,  il  déploie  son  industrie  de  masse  là  où  on  ne  l’attendait  pas  :  l’équipement   électrique   et   électronique.   La   situation   saggrave   sans   que   les   industriels  occidentaux   présents   en   Chine   ne   puissent   réellement   protéger   leurs   produits.   Les  ressources   locales,   en   savoir-­‐faire   issu   de   la   délocalisation,   sont   telles   quelles  surclassent  aujourd’hui  la  Thaïlande,  la  Corée  du  Sud,  lItalie  et  la  Turquie.  La  force  des  entreprises  chinoises  noyautées  par  le  crime  organisé  local  repose  sur  deux  préceptes,  bien   connus   des   champions   du   domaine   :   la   chasse   aux   créneaux   techniques   sur   des  marchés   de   masse   très   ouverts   à   des   consommateurs   de   plus   en   plus   bricoleurs   et   la  constitution  de  filières  opaques.  La   multiplication   des   réseaux   de   distribution,   bâtis   sur   le   principe   des   cartels   de   la  drogue,    complique  terriblement  les  enquêtes  et  lorsque  l’on  cherche  la  source  du  mal,  on  rebondit  de  société  écran  en  société  écran.  C’est  en  quelque  sorte  une  économie  de  village,  très  dispersée,  donc  difficile  à  juguler.  Elle  touche  particulièrement  les  produits  de  grande  série  peu  sophistiqués  et  la  copie  porte  essentiellement  sur  le  design,  tandis  que   les   composants   comme   les   équipements   électriques   sont   rudimentaires   et  dangereux.  Un  tiers  des  disjoncteurs  Schneider  Electric  écoulés  sous  la  marque  Merlin-­‐Gérin  sont  ainsi  des  faux.  La  plaque  tournante  de  ces  pillages  technologiques  est  connue.  Hongkong  et  ses  traders  tirent  les  ficelles  et  activent  un  vaste  réseau  de  sous-­‐traitants  chinois.   Dans   cette   affaire,   le   professionnalisme   a   été   poussé   à   lextrême.   Reproduits  depuis   plus   de   cinq   ans   dans   une   cinquantaine   dusines   chinoises,   parfois   fortes   dune  centaine   demployés,   les   faux   produits   Merlin-­‐Gérin   rejoignent   la   gare   de   triage   de  Hongkong   avant   dêtre   ventilés   entre   lEgypte,   le   Maroc,   lAlgérie,   la   Turquie   et   même  lEspagne  ou  lItalie.  Le  marché  chinois  est  lui-­‐même  bien  servi.    Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 26.   26  Les   ramifications   mafieuses   trouvent   des   complicités   actives   parmi   de   respectables  maisons,  en  particulier  dans  la  vente  par  correspondance  ou  dans  la  grande  distribution.  Elles   sont   soupçonnées   dencourager   en   Chine   des   contrefaçons   d’équipements  électriques,   revendues   ensuite   par   leurs   soins.   Une   situation   préjudiciable   à   bien   des  fournisseurs   européens,   invités   à   se   taire   sous   peine   dêtre   retirés   des   linéaires.   Les  filières   se   révèlent   bien   huilées.   Dès   quune   usine   est   fermée,   une   autre   souvre   à  quelques   kilomètres   Face   à   ce   cancer,   la   contre-­‐offensive   des   Occidentaux   pèse   dun  faible   poids.   Les   tribunaux   chinois,   récemment   dotés   de   chambres   spécialisées   dans   le  droit   de   la   propriété   industrielle,   et   les   AIC   (administrations   pour   lindustrie   et   le  commerce),   fortes   de   350   000   fonctionnaires,   prononcent   régulièrement   des   sanctions   :  fermeture   dusine   dans   un   cas,   amende   de   quelques   milliers   d’euros   dans   un   autre  (3000  personnes  ont  été  condamnées  en  2005).      L’industrie  de  masse  de  produits  de  contrefaçon  est  multiple,  et  peut  donc  se  présenter  sous   de   nombreux   visages  ;   même   sous   la   forme   d’industries   très   respectables.  L’exemple   type   est   celui   de   la   société   Cipla   implantée   à   Bombay   et   dirigée   par   Yusuf  Hamied.   Ce   chimiste   formé   à   Cambridge   propose   aujourd’hui   des   centaines   de    médicaments  fabriqués  par  ses  propres  installations  industrielles  :  parmi  elles,  l’Erecto,  la  copie  du  Viagra  ;  le  Nuzac,  celle  du  Prozac  ;  le  Forcan,  celle  du  Difucan,  un  antifongique  …   En   Inde,   ces   produits   commercialisés   par   Cipla   sont   vendus   à   un   vingtième   ou   un  quinzième   du   prix   en   vigueur   aux   Etats-­‐Unis.   Selon   la   loi   indienne,   les   brevets   ne  couvrent   que   les   procédés   de   fabrication   et   non   les   produits   eux-­‐mêmes.   Les  laboratoires   indiens   peuvent   ainsi   en   commercialiser   des   copies   à   bas   prix   sur   le  territoire  indien,  et  ce  dans  l’intérêt  de  la  politique  de  santé  locale.  Parallèlement  à  cette  activité   florissante   et   parfaitement   légale,   ce   laboratoire,   comme   son   rival   local  Rambaxy,   fournissent   à   certains   laboratoires   américains   et   européens   des   substances  nécessaires   à   leur   propre   fabrication.   Cependant,   sous   réserve   de   preuves   indiscutables,  il   semblerait   que   ces   laboratoires   indiens   proposent   aussi   ces   substances   à   d’autres  laboratoires  produisant  des  génériques  illicites,  vendus  sur  le  marché  international.    Selon   le   Dr   Javid   Chowdhurry,   alors   Ministre   de   la   Santé   indien   en   2004,   «  les  laboratoires   occidentaux   doivent   assumer   leur   politique   de   prix.   Nous   sommes   une  économie   indépendante,   en   développement.   Nous   avons   peu   d’argent,   mais   nous  survivons.  En  Inde,  les  dépenses  de  santé  sont  de  10  US$  par  personne  et  par  an.  Si  les  laboratoires  pharmaceutiques  occidentaux  sont  en  mesure  de  baisser  de  80%  le  prix  des  médicaments   contre   le   SIDA   destinés   à   l’Afrique,   c’est   que   leurs   prix   de   départ   n’étaient  pas  corrects  ».    En  Inde,  on  compte  plus  de  17.000  entreprises  fabriquant  des  médicaments  et  la  plupart  d’entre   elles   ne   produisent   que   des   copies   de   mauvaise   qualité.   Cependant,   70%   du  marché   national   est   détenu   par   20   laboratoires,   dont   certains   sont   des   filiales   de  multinationales   comme   Glaxo   India   appartenant   à   GlaxoSmithKline.   Ces   laboratoires  sont  contrôlés  par  des  inspecteurs  occidentaux  pour  vérification  du  respect  des  process.  Qu’advient-­‐il  des  autres  laboratoires  ?    b) Acheminement  et  distribution  des  produits  illicites      Au-­‐delà   de   leur   force   commerciale   et   industrielle,   ces   organisations   criminelles   sont  parfaitement  renseignées  sur  les  capacités  réelles  de  contrôle  aux  frontières  ;  Contrôles  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 27.   27  qui   ne   portent   que   sur   3   à   5  %   des   flux   dentrée.   Or,   comme   l’indique   la   Direction  générale   des   douanes   et   du   marché   intérieur   de   la   Commission   européenne,   toute  tentative   visant   à   pousser   les   contrôles   douaniers   au-­‐delà   de   ces   pourcentages   serait  vouée   à   léchec.   En   effet,   ce   ne   sont   pas   tant   les   moyens   qui   entravent   laction   des  douanes   que  le   simple   constat   que   des   contrôles   accrus   aboutiraient   à   «  bloquer  toute  la  mécanique   logistique   du   commerce   international  ».   Ainsi,   10  000   conteneurs,   en  provenance   dAsie   notamment,   quittent,   chaque   année,   Dubaï,   pour   arriver   dans   les  ports  européens  ;  par  ailleurs,  un  quart  des  conteneurs  voyageant  dans  le  monde  passe  par  la  Chine.  Quelle  est,  dans  ces  conditions,  ladministration  douanière  qui  pourrait,  à  des  fins  de  contrôle,  tenter  seulement  denrayer  de  tels  flux  commerciaux  ?    Aussi   les   saisies   douanières   nappréhendent-­‐elles   que   la   partie   visible   du   phénomène.  On  peut  donc  estimer,  daprès  les  sources  de  quelques  administrations,  que  le  nombre  de   produits   contrefaits   franchissant   les   frontières   de   lEurope   est,   en   réalité,   au   moins   3  à   5   fois   plus   élevé   que   le   nombre   darticles   interceptés...   Certains   professionnels  considèrent,   toutefois,   que   les   flux   en   question   seraient,   en   vérité,   encore   plus  importants,   allant   jusquà   être,   selon   un   représentant   de   Lacoste,   20   fois   supérieurs   à   ce  qui  est  contrôlé.    Enfin,  la  contrefaçon  est  non  seulement  en  expansion,  mais  aussi,  comme  les  exemples  cités   auparavant   lont   démontré,   en   voie   de   massification  :   ce   sont   tous   les   articles   de  consommation  et  non  plus  le  seul  luxe  qui  est  en  cause.  En  sindustrialisant  de  manière  critique,  la  contrefaçon  a  mis  en  place  une  véritable  économie  globale  parallèle,  qui  est  devenue   lun   des   principaux   désordres   de   la   mondialisation,   d’où   l’intérêt   grandissant  du  crime  organisé  pour  ce  marché  particulièrement  juteux,  sans  risque  pénal  réel.    A   partir   des   zones   de   production   courantes,   les   contrefacteurs   utilisent   des   réseaux  dacheminement  et  de  distribution  complexes  et  variés,  qui  exploitent  tous  les  vecteurs  imaginables.  Les  contrefacteurs  sont  notamment  passés  maîtres  dans  lutilisation  de  la  rupture   de   charge,   qui   consiste   à   dissimuler   le   pays   dorigine   de   la   contrefaçon,   en   la  faisant   passer   par   plusieurs   pays   ou   territoires   différents,   avant   la   destination   finale,  lEurope  et  les  Etats-­‐Unis  le  plus  souvent,  en  raison  du  pouvoir  dachat  de  ces  zones.  Par  ailleurs,   de   plus   en   plus   de   marchandises   sont   envoyées   «  décomposées  »,   cest-­‐à-­‐dire  sous   forme   déléments   constitutifs   dun   produit   (étiquette,   tissu,   conditionnement,   etc.).  Grâce   à   cette   technique,   un   produit   contrefait   pourra   être   partiellement   fabriqué   dans  un   pays,   puis   assemblé   dans   un   autre,   transité   par   un   troisième,   avant   dêtre  commercialisé   dans   un   quatrième   pays.   Comme   le   souligne   lUnion   des   fabricants,   la  mobilité   et   lopacité   des   circuits   sont   telles   que   chaque   contrefaçon   dispose   de   son  propre  mode  de  cheminement  et  de  distribution.    Les  organisations  mafieuses  ne  manquent  pas  d’imagination  pour  réaliser  un  maximum  de   profit.   Citons   le   cas   du   Botswana   où     40   %   de   la   population   est   séropositive.   Un  laboratoire   avait   mis   en   2006   des   antiviraux   gratuits   à   la   disposition   des   malades.   Les  médicaments   offerts   avaient   été   détournés   par   une   organisation   mafieuse   locale,   puis  revendus   à   létranger.   En   parallèle,   les   voleurs   avaient     importé   des  contrefaçons  fabriquées   en   Asie,   en   accord   avec   les   triades   chinoises.   Les   pays  développés   ne   sont   pas   épargnés.   Les   Etats-­‐Unis   sont   particulièrement   vulnérables.  Deux   cas   d’école   le   démontrent:   en   2002,   GSK   a   découvert   des   flacons   étiquetés  Combivir®  (lamivudine  et  zidovudine),  un  médicament  pour  le  traitement  du  sida,  qui  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 28.   28  contenaient   en   fait   un   autre   antiviral,   le   Ziagen®.   Et   en   2003,   des   trafiquants   ont  revendus   du   faux   Lipitor   par   lintermédiaire   de   Med-­‐Pro   (un   reconditionneur   du  Nebraska)  à  Albers  Medical,  un  distributeur,  spécialiste  des  prix  discount.    Par  ailleurs,  intimement  liée  et  étroitement  imbriquée  à  l’économie  légale  mondialisée,  la   contrefaçon   utilise   les   mêmes   schémas   et   rouages   de   fonctionnement  :   les  contrefacteurs   ont   recours   à   l’externalisation   et   aux   délocalisations   afin   de   réduire   les  coûts  de  production.  Pour  la  distribution,  ils  empruntent  les  grands  circuits  mêlant  leurs  marchandises  aux  millions  d’autres,  leurs  moyens  de  transport  de  prédilection  étant  de  gigantesques  conteneurs  chargés  sur  des  cargos  polyvalents  qui  sillonnent  les  mers  du  globe.   La   suppression   des   barrières   douanières   rend   la   diffusion   des   biens   contrefaits  plus   faciles   et   les   revenus   qui   en   découlent   plus   lucratifs.   En   ce   qui   concerne   la  circulation  des  flux  de  contrefaçons  contrôlés  par  le  crime  organisé,  certains  pays  sont  devenus   des   plaques   tournantes   à   cause   du   laxisme,   de   la   corruption   ou   du   manque  d’effectifs   de   leurs   douanes.   Les   ports   dAnvers,   en   Belgique,   laéroport   Schiphol   et   le  port   dAmsterdam,   aux   Pays-­‐Bas,   laéroport   Roissy-­‐Charles-­‐de-­‐Gaulle,   en   France,   les  ports   de   Dubaï,   de   Hong   Kong   et   plusieurs   ports   des   États-­‐Unis   sont   des   destinations  prisées   pour   ces   marchandises.   Mais,   constat   surprenant,   le   Canada   semblerait   être   le  pays   le   plus   "inquiétant",   selon   l’IACC   (International   Anticounterfeiting   Coalition),   tout  juste   après   la   Chine.   Le   pays   est   sur   la   liste   de   surveillance   "Special   301"   des   États-­‐Unis,  établie   conjointement   avec   lIACC,   qui   dénonce   les   pays   faisant   preuve   dun   laxisme  excessif   dans   la   protection   des   droits   de   propriété   intellectuelle.   "Au   Canada,   les   risques  de   se   faire   prendre   et   les   peines   imposées   sont   très   faibles.   Les   organisateurs   de   tels  trafics   peuvent   aisément   payer   les   quelques   milliers   de   dollars   damende   sils   se   font  prendre",  explique  léconomiste  Jason  Myers.    Les  trafiquants  procèdent  de  la  manière  suivante  :  les  produits  arrivent  par  les  ports  de  la  région  du  Grand  Toronto  et  par  laéroport  Pearson.  Le  Canada  est  la  porte  dentrée  du  lucratif  marché  américain,  explique  Jason  Myers.  Un  bien  est  dabord  fabriqué  en  Asie,  et  si  on  veut  le  vendre  aux  États-­‐Unis,  on  lenvoie  au  Canada,  où  il  court  peu  de  risques  de  se   faire   intercepter.   De   là,   le   produit   entre   facilement   sur   le   territoire   américain,   en  vertu   de   lAccord   de   libre-­‐échange   nord-­‐américain.   Linverse   est   aussi   vrai,   rétorque  William   McKay14.   "La   plupart   des   piles   contrefaites   que   lon   trouve   sur   le   marché  canadien   sont   importées   par   un   américain.   Ça,   les   Américains   ne   sen   vantent   pas.   Les  marchandises  voyagent  dans  les  deux  sens.  La  même  chose  se  passe  en  Europe  et  dans  toutes   les   zones   de   libre-­‐échange",   dit-­‐il.   Partout,   les   autorités   portuaires   sont  débordées.  Les  contrefacteurs  exploitent  chaque  faille  administrative.  Ils  peuvent  cacher  la   marchandise   copiée   sous   des   tonnes   de   produits   en   règle   ou   la   mélanger   avec   des  produits  authentiques  qui  sont,  bien  sûr,  des  produits  volés.  "Les  autorités  chargées  de  vérifier   les   marchandises,   comme   Transport   Canada,   ne   peuvent   vérifier   chaque  conteneur.   Cela   prendrait   un   temps   fou   et   coûterait   une   fortune",   affirme   Irène  Marcheterre,  de  lAdministration  canadienne  de  la  sûreté  du  transport  aérien  (ACSTA).    Sur  le  terrain,  les  mafias  locales  et  les  bandes  urbaines  prennent  le  relais  pour  vendre,  en  bout  de  chaîne,  ces  marchandises  arrivées  en  gros  par  conteneurs  entiers  et  réparties  selon   la   demande.   Le   rôle   des   vendeurs   de   rue   ou   «  à   la   sauvette  »   dans   la  commercialisation   des   produits   contrefaits   est   bien   connu.   Par   contre,   le   rôle   joué   par                                                                                                                  14 Royal Canadian Mounted Police (RCMP)Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 29.   29  les   enseignes   de   la   grande   distribution   est   beaucoup   moins   médiatisé.   Certes,   le  distributeur   arrive   en   bout   dune   chaîne,   dont   il   lui   est   difficile   de   connaître   tous   les  intervenants.   Mais   dans   une   logique   de   recherche   du   moindre   coût,   le   recours   à   des  grossistes  peu  scrupuleux  qui  nhésitent  pas,  parfois,  à  sapprovisionner  sur  les  marchés  de  distribution  dimportations  parallèles,  voire  de  contrefaçons,  a  pour  conséquence  la  vente,  dans  les  étals  dAuchan  ou  de  Continent,  de  «  vrais  faux  ».  Comme  la  souligné  le  directeur   général   des   douanes   et   des   droits   indirects   du   ministère   français   des   finances,  de   léconomie   et   de   lindustrie,   les   centrales   dachat   de   la   grande   distribution,   qui   ont  lhabitude  de  se  procurer,  en  masse,  des  lots  de  produits,  ne  peuvent  quêtre,  dans  ces  conditions,  amenées  à  acheter  de  la  contrefaçon.  Ces  arrivages  de  contrefaçons  dans  les  supermarchés   sont-­‐ils   donc   volontaires   ou   involontaires  ?   La   Commission   du   Sénat,  chargée  en  2004  d’examiner  l’épineux  dossier  du  projet  de  loi  anti-­‐contrefaçon,  dénonce  à   ce   sujet,   la   «  bienveillance  »   de   certaines   enseignes,   qui   font   ainsi   peu   de   cas   des  obligations  de  contrôle  auxquels  leurs  clients  ont  droit  et  de  concurrence  loyale  vis-­‐à-­‐vis  des  autres  revendeurs.    Ainsi,  La  Cour  dappel  de  Versailles  (France),  le  20  juin  2002,  a  condamné,  pour  actes  de  contrefaçon,   suite   à   une   plainte   de   la   société   Reebok,   le   même   distributeur,   car   il   avait  commercialisé   dans   son   hypermarché   de   Vélizy,   sous   la   marque   CUPs,   des   chaussures  de  football,  dont  les  bandes  constituaient,  en  réalité,  une  imitation  des  signes  «  Reebok  »,  créant   ainsi   une   «  même   impression   densemble  »,   propre   à   induire   en   erreur   le  consommateur.   Le   tribunal   a   ordonné,   dans   cette   affaire,   le   versement   de   dommages  intérêts   dun   montant   de   12  000   euros   à   la   société   Reebok   International   Limited   et   de  1  500  euros   à   la   société   Reebok  France.   De   son   côté,   la   première   chambre   du   tribunal   de  grande  instance  de  Pontoise  (France),  suite  à  une  plainte  de  la  société  Nike,  a  condamné,  le  11  juin  2002,  la  société  Continent  à  verser  34  301,03  euros  de  dommages  et  intérêts  pour   avoir   vendu   dans   ses   magasins   de   Sannois   et   de   Montigny-­‐les-­‐Cormeilles,   ce   qui  constituait   des   actes   de   contrefaçon,   des   tee-­‐shirts   et   des   pantalons   de   jogging  constituant  de  «  vulgaires  imitations  ».  Dans  cette  affaire,  le  tribunal  a  estimé  «  quen  tout  état  de  cause,  étant  un  distributeur  professionnel,  cette  société  devait  vérifier  lorigine  des  produits   quelle   mettait   en   circulation  ».   Enfin,   le   tribunal   de   grande   instance   de   Lyon  (France),  par  un  jugement  du  5  février  2004,  a  condamné  la  société  Auchan  à  payer  à  la  société  Timberland  70  000  euros  de  dommages  et  intérêts  pour  contrefaçon,  par  usage  illicite,   de   ses   marques,   en   commercialisant,   dans   plus   de   40   points   de   vente,   des  produits   marqués,   à   prix   réduits   et   en   dehors   du   réseau   de   distributeurs   agréés.   Dans  cet   arrêt,   le   tribunal   estime,   en   outre,   quun   tel   comportement   constitue   un   acte   de  concurrence   déloyale,   car,   dans   ce   cas   de   figure,   le   distributeur,   sans   «  sêtre  assuré  du  caractère  licite  de  son  approvisionnement  »,  a  vendu,  de  plus,  les  produits  en  question  à  des   conditions   de   prix   «  largement   inférieures   à   celles   pratiquées   par   les   membres   du  réseau  »   et   a   ainsi   bénéficié   «  dune  position  avantageuse  du  fait  dune  rupture  dégalité  entre  revendeurs  ».    Cette  problématique  de  revente  des  produits  illicites  par  certaines  grandes  surfaces  de  la   grande   distribution   est   tellement   prise   au   sérieux   que   le   Comité   économique   et   social  de   la   Communauté   européenne   a   cru   bon,   dans   son   livre   vert   sur   «  la   lutte   contre   la  contrefaçon  et  la  piraterie  dans  le  marché  intérieur  »,  de  mentionner  que  le  secteur  de  la  distribution,   «  devrait   être   encouragé,   en   association   avec   les   fabricants,   à   développer  des   labels   de   qualité   et   des   codes   de   déontologie   pour   faire   la   chasse   aux   produits   et  services  douteux  ».  Le  Comité  suggère  ainsi  que  la  Commission  européenne  prenne  des  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 30.   30  initiatives   dans   ce   secteur   en   partenariat   avec   des   associations   représentatives   du  commerce,   afin   de   sensibiliser   et   former   leurs   membres   sur   les   risques   de   mise   en  relation  directe  ou  indirecte  avec  le  crime  organisé.  Quand  on  évoque  ce  secteur,  il  est  important  de  préciser  qu’il  s’agit  aussi  bien  des  circuits  de  distribution  de  gros  que  de  détail,   qu’il   s’agit   aussi   bien   de   la   grande   distribution   que   du   petit   commerce  traditionnel   de   détail   ou   que   des   activités   de   service   à   destination   des   professionnels   ou  des  particuliers.    Pour  conclure  sur  ce  sujet,  le  danger  est  réel  puisque  masqué  par  la  vente  d’une  majorité  de   produits   licites.   Ce   fut   le   cas   du   dentifrice   sans   fluor   vendu   dans   la     grande  distribution   aux   Etats-­‐Unis.   Ainsi   Colgate-­‐Palmolive,   premier   fabricant   mondial   de  dentifrices,   faisait   savoir   en   juin   2007   que   du   dentifrice   de   contrefaçon   susceptible   de  contenir   du   diéthylèneglycol   (DEG)   avait   été   découvert   dans   des   magasins   de   quatre  États  américains  de  New  York,  du  New  Jersey,  en  Pennsylvanie  et  au  Maryland.  La  FDA  (Food   and   Drug   Administration)   avait   émis   un   avertissement   le   1er   juin   2007   pour  empêcher  lentrée  aux  États-­‐Unis  de  dentifrice  contenant  du  DEG  et  informait  par  voix  de   presse   les   consommateurs   des   risques   d’utilisation   des   dentifrices   de   marque  produits  en  Chine.  L’Agence  précisait  que  des  décès  et  des  lésions  avaient  été  identifiés  dans   d’autres   pays   suite   à   l’absorption   de   sirop   pour   la   toux   contenant   du   DEG.   La  situation   aux   Etats-­‐Unis   devenant   préoccupante,   suite   au   récent   avis   de   la   FDA  concernant   la   présence   possible   de   DEG   trouvé   dans   les   produits   dentifrices   importés,  les   centres   des   Sciences   de   la   Santé   de   Mississauga,   en   Ontario   et   Santa   Fe   Springs,   en  Californie   fournissent   dorénavant   des   services   de   dépistage   pour   le   Glycol   dEthylène   et  le  Diethylene  Glycol  dans  les  dentifrices.    Parmi  les  marques  chinoises  identifiées  par  la  FDA   comme   Cooldent   Spearmint,   Cooldent   ICE,   Dr.   Cool,   Everfresh   Toothpaste,  Superdent   Toothpaste,   Clean   Rite   Toothpaste,   Oralmax   Extreme,   Oral   Bright   Fresh  Spearmint  Flavor,  ShiR  Fresh  Mint  Fluoride  Paste,  DentaPro  et  DentaKleen,  les  analyses  comparatives  entre  les  faux  produits  Colgate  et  certaines  de  ces  marques  asiatiques  sont  identiques.   Tout   laisserait   à   croire   que   la   plupart   de   ces   produits   proviennent   des  mêmes  usines,  fabricant  à  la  fois  des  pâtes  dentifrice  pour  le  compte  de  marques  locales  et  pour  des  contrefacteurs.  Selon  la  FDA,  les  magasins  suspects  ayant  vendu  ce  produit  illicite   auraient   négocié   avec   des   sociétés   d’import-­‐export,   sous   contrôle   des   triades  chinoises.      c) Internet  :  un  outil  majeur  pour  la  distribution  illicite    Si   la   grande   distribution   est   un   nouveau   secteur   de   distribution   de   masse   des  contrefaçons   grand   public,   Internet   est,   sans   nul   doute,   un   outil   de   promotion   et   de  vente   pour   nombre   de   consommateurs   opportunistes.   Ainsi,   de   par   son   architecture  système,  le  réseau  Internet,  qui  favorise  lanonymat  des  vendeurs,  est  «  lEldorado  »  de  la   contrefaçon,   un   outil   exceptionnel   pour   le   développement   de   cette   activité   délictuelle.  Il  suffit,  pour  sen  convaincre,  de  se  promener  sur  le  site  de  ventes  aux  enchères  eBay,  où  fusent   immédiatement   les   pages   «  toute  la  contrefaçon  est  à  un  euro  »,   les   propositions  de   vente   de   vestes   Burberry,   les   mentions   «  confidentiel  »   après   les   rubriques  «  informations   sur   le   vendeur  »   ou   un   forum   de   discussion   dénonçant,   par   exemple,  happyangel8899,  vendeur  de  faux  sacs  Dior  en  Chine...    Le   Bureau   de   la   Chambre   du   commerce   international   chargé   de   la   lutte   contre   la  contrefaçon   estime   que   la   valeur   des   produits   contrefaits   échangés   sur   Internet  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 31.   31  représente   quelques   25  milliards   de   dollars   par   an.   Un   business   suffisamment  intéressant   pour   intéresser   les   criminels   les   plus   réfractaires.   Une   récente   étude  commanditée  par  le  Ministère  français  de  l’Economie15  a  mis  en  lumière  cet  état  de  fait.  Ce   rapport   se   base   d’une   part   sur   l’analyse   qualitative   de   près   de   1000   sites  «champignons»   et   d’autre   part   sur   l’observation   de   sites   de   vente   de   particulier   à  particulier.   Selon   l’étude,   les   contrefacteurs   opèrent   sur   le   Web   via   ces   deux   canaux  distincts:     • Les   premiers,   surnommés   «sites   champignons» 16 ,   sont   des   sites   éphémères   spécialisés   en   contrefaçon   et   créés   par   leur   producteur   à   destination   de   revendeurs  intermédiaires  ou  destinés  directement  aux  consommateurs.  Il  s’agit   principalement  de  grandes  plateformes  asiatiques  qui  proposent  n’importe  quel   produit  :  des  jouets  pour  enfants  aux  avions  d’affaires  en  passant  par  les  produits   chimiques,  du  matériel  médical  ou  encore  des  médicaments.     • Les   autres   types   de   sites   concernés   sont   des   plateformes   de   mise   en   relation   directe  de  consommateur  à  consommateur.  Même  les  plus  connues  d’entre  elles   (comme  e-­‐bay)  sont  ici  concernées.      Ces   constatations   représentent   un   défi   majeur   non   seulement   pour   les   autorités   mais  également   pour   les   plateformes   de   mise   en   relation   de   vente   (entre   particuliers   ou   de  professionnels   à   particuliers,   à   prix   fixe   ou   aux   enchères)   dont   les   activités   sont   en  pleine  croissance  et  que  la  contrefaçon  envahit  fortement  :  selon  l’étude  française,  cette  part   de   falsification   peut   atteindre,   pour   certains   produits,   jusqu’à   70%.    Les   responsables   de   ces   sites   Internet   sont   dès   lors   confrontés   à   d’importantes  problématiques  juridiques  :  la  nature  de  leurs  responsabilités,  l’anonymat  des  vendeurs,  la  non  obligation  de  surveillance  générale  de  leurs  sites,…    L’observation   des   profils   sur   Internet   conduit   à   proposer   une   typologie   des  contrefacteurs   sur   Internet.   Parmi   les   catégories   habituellement   citées   –   les   poly-­‐délinquants,   les   industrieux   et   les   intermittents   –   les   deux   premiers   ont   retenu   notre  attention.     • Les  poly-­‐délinquants.   Participant   à   d’autres   trafics   et   délits,   les   poly-­‐délinquants   ont   trouvé   dans   Internet   une   nouvelle   source   de   revenus,   moins   risquée   en   termes  de  visibilité  et  de  sanctions.  Généralement  connus  des  forces  de  police,  ils   recherchent  le  moindre  risque  en  opérant  depuis  leur  domicile.     • Les  industrieux.   Pour   ces   individus,   la   vente   des   produits   contrefaisants   est   une   véritable   activité,   source   de   revenus   complémentaires,   mais   sans   connexion   avec   des   réseaux   organisés,   ni   en   association   avec   d’autres   types   de   délits.   Il   s’agit   principalement   d’étudiants   à   la   recherche   de   financement   de   leurs   études   et   de                                                                                                                  15 Evaluation de l’ampleur de la vente des produits contrefaisants sur Internet – Rapport rédigé sous la direction de EricSchmidt – Etude commandée par la Direction générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services. Ministère del’économie, de l’industrie et de l’emploi. Février 2009.16 Un nombre très important de sites B2C ne vend que des produits contrefaisants. Une grande partie d’entre eux sont enréalité des sites de commerçants inscrits sur des plateformes asiatiques de vente en ligne B2B. le suivi de ces sites dits « siteschampignons » est rendu particulièrement difficile par leur fréquence élevée d’apparition, de disparition et dedéveloppement.Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 32.   32   leurs  loisirs,  ainsi  que  de  personnes  sans  emploi  qui  trouvent  ainsi  les  moyens  de   leur  subsistance.    Ces  deux  catégories  concourent  fortement  à  la  diffusion  des  productions  contrefaisantes  aux  mains  du  crime  organisé.    Les  secteurs  économiques  victimes  de  la  contrefaçon  ne  sont  pas  impactés  de  la  même  façon  par  le  nouveau  moyen  de  diffusion  que  représente  Internet.  De  par  leurs  pratiques  d’achat  et  de  consommation  différenciées,  et  l’organisation  plus  ou  moins  structurée  de  leurs  circuits  de  distribution  physiques,  certains  types  de  produits  ont  donné  naissance  à  des  modèles  bien  particuliers  de  contrefaçon  sur  Internet.  Parmi  les  produits  réputés  dangereux,  nous  avons  les  médicaments,  les  produits  alimentaires,  les  pièces  détachées  automobiles  et  les  biens  d’équipement,  les  cosmétiques,  les  parfums  et  les  jouets.    Les   médicaments   contrefaisants   ont   largement   profité   des   nouvelles   technologies,  notamment   à   travers   le   recours   fréquent   des   contrefacteurs   aux   techniques   de  spamming.   Le   phénomène   touche   un   nombre   croissant   de   pays,   jusqu’à   atteindre   des  proportions   inquiétantes   dans   des   pays   émergents,   et   s’adapte   aux   besoins   et   aux  cultures.   Les   pays   de   l’Afrique   sub-­‐saharienne   sont   ainsi   surtout   touchés   par   la  circulation  de  «  faux  »  antipaludéens  ou  antiparasitaires,  alors  que  les  pays  développés  sont   plus   concernés   par   la   contrefaçon   de   médicaments   «  de   confort  »   nécessitant  souvent  une  prescription  médicale  obligatoire.    Dans  le  cadre  du  marché  unique  de  l’Union  européenne,  la  production  agroalimentaire  ainsi   que   la   consommation   de   l’ensemble   des   27   Etats   membres   est   théoriquement  mesurée   avec   soin,   pour   chaque   catégorie   de   produit.   Pour   les   contrefacteurs  agroalimentaires   et   plus   particulièrement   pour   les   organisations   criminelles   qui  distribuent   leurs   produits,   l’enjeu   est   de   s’infiltrer   dans   le   premier   «  bloc  »  d’importations   peu   taxées,   au   détriment   des   produits   authentiques.   L’offre   de  contrefaçon     agroalimentaire   n’est   pas   un   fantasme   de   criminologue.   Sur   les   marchés   de  Shenzhen   ou   de   Canton,   ou   sur   ceux   de   Tunisie   ou   de   Turquie,   il   est   de   plus   en   plus  fréquent  de  trouver  des  produits  contrefaisants  (Ketchup,  chocolats,  céréales,  etc.).  Pour  l’instant,   l’exportation   en   masse   de   ces   produits   est   peu   rentable,   mais   la   crise  économique   aidant,   les   nouveaux   Etats   membres   commencent   à   être   sérieusement  touchés.   En   attendant   de   nouveaux   modèles   d’exportation   illicite,   ce   commerce   reste  généralement   circonscrit   aux   pays   asiatiques   où   les   produits   sont   fabriqués   (Chine,  Thaïlande,  Vietnam,  Malaisie,  Corée  du  Sud…)  ainsi  que  sur  le  continent  africain.  Dans  ce  contexte,     les   produits   agroalimentaires   contrefaisants   sont   encore   peu   présents   sur  Internet,   du   fait   de   la   périssabilité   des   produits   et   des   comportements   d’achat  traditionnels  inadaptés  à  Internet.      Compte  tenu    de  leur  présence  croissante  dans  les  circuits  de  distribution  physique,  on  ne   peut   toutefois   exclure   du   futur   développement   de   ce   type   de   contrefaçons   sur  Internet.  C’est  déjà  le  cas  des  vins  et  spiritueux  pour  deux  cas  de  figure  :  les  vins  rares  ou  à   forte   valeur   ajoutée,   et   surtout   les   alcools   pour   les   jeunes   de   moins   de   16   ou   18   ans  selon   les   pays,   qui   n’hésitent   pas   à   se   fournir   sur   Internet,   la   vente   légale   leur   étant  interdite.      Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 33.   33  Les   faux   cosmétiques,   parfums   et   jouets   sont   parmi   les   contrefaçons   les   plus  représentées   sur   le   net,   du   fait   de   la   forte   notoriété   des   marques   (qui   crée   une  importante   demande   de   la   part   des   consommateurs),   et   d’un   rapport   coût  d’investissement/bénéfice  généré  très  profitable.  Le  trafic  de  ce  type  de  produits  connaît  un  développement  croissant  du  «  trader-­‐contrefacteur  »  qui  joue  le  rôle  d’intermédiaire  entre   l’acheteur   et   le   fournisseur,   mais   n’est   jamais   en   possession   (physique)   des  produits.   L’acheteur   est   peu   conscient   des   dangers   réels   encourus   par   ces   types   de  produits.   Concernant   les   jouets,   lorsqu’il   y   a   détection   d’une   contrefaçon   sur   les   sites  «  champignons  »,   l’entreprise   s’attache   à   trouver   le   fournisseur.   Mais   elle   fait  généralement   face   à   deux   grandes   difficultés  :   la   forte   réactivité   des   organisations  criminelles  chargées  de  distribuer  ces  produits  et  le  fait  qu’elles  soient  basées,  la  plupart  du   temps   hors   Europe   (en   Chine   principalement).   Malgré   tout,   déceler   des   contrefaçons  manifestes   sur   Internet   (hormis   sur   les   sites   connus   pour   être   exclusivement  contrefaisants)   reste   très   difficile   et   oblige   souvent   le   titulaire   de   droits   à   commander   le  produit  pour  authentifier  la  contrefaçon.  Quant  aux  cosmétiques  et  parfums,  90%  de  ces  produits   viennent   également   de   Chine   et   transitent   dans   des   pays   comme   l’Italie   ou   la  Belgique,  connus  pour  abriter  une  grande  majorité  des  produits  cosmétiques  et  parfums  contrefaisants.  C’est  dans  ces  pays  que  les  vendeurs  s’approvisionnent.  En  France,  75%  des   revendeurs   de   faux   produits   l’Oréal   habitent   près   des   frontières,   dans   des   villes  comme   Lille,   Roubaix   et   Nice.   Ces   réseaux   sont   bien   constitués   et   le   plus   souvent   liés   au  crime   organisé.   Le   budget   alloué   à   la   lutte   contre   la   contrefaçon   sur   Internet   par   les  titulaires   de   droits   est   important 17 .   Mais   la   réactivité   et   la   démultiplication   des  contrefacteurs   sur   Internet,   et   le   fait   que   les   condamnations   à   des   dommages   et   intérêts  prononcées   par   les   tribunaux   sont   rarement   payées,   relativisent   l’application   des  actions  en  justice.  Le  crime  organisé  le  sait,  multipliant  ainsi  les  actions  sur  le  net.    Les   pièces   détachées   automobiles   et   les   biens   d’équipement   s’écoulent   quasiment  uniquement   dans   les   circuits   de   distribution   physiques   et   plus   rarement   sur   Internet,  même   si   certaines   pièces   détachées   simples   à   installer   peuvent   être   vendues   sur   des  plateformes   en   mise   en   relation   de   vente   C2C,   ou   bien   sur   des   plateformes   B2B  asiatiques.  Il  est  cependant  important  de  préciser  le  développement  très  préoccupant  du  commerce  en  ligne  des  équipements  électriques.      En   France,   selon   le   journal   Contrefaçon-­‐Riposte   du   15   juin   2006,   plusieurs   sites  commercialisent   des   contrefaçons   dont   generic.electric.fr,   alternative-­‐elec.fr   et,  évidemment,   ebay.fr.   Depuis   2007,   aux   différentes   procédures,   saisie   contrefaçon,   saisie  douanière   ou   encore   interdiction   provisoire   que   le   Code   de   la   Propriété   Intellectuelle  accordait  déjà  aux  titulaires  des  droits  pour  faire  la  preuve  de  la  réalité  matérielle  de  la  contrefaçon   ou   éventuellement   pour   la   faire   cesser,   avec   les   nouvelles   dispositions  françaises   se   sont   de   très   larges   mesures   dinvestigation   qui   sy   ajoutent   et   qui   ne   se  limitent   pas   au   présumé   contrefacteur   initial.   En   effet,   sont   visées   par   ces   dispositions  toutes   les   personnes   qui   ont   été   trouvées   en   possession   de   produits   contrefaisants   ou  qui   fournissent   des   services   utilisés   dans   des   activités   de   contrefaçon   ou   encore   qui  ont    été  signalées  comme  intervenant  dans  la  production,  la  fabrication,  ou  la  destination  de  ces  produits  ou  la  fourniture  de  ces  services.                                                                                                                    17 Une action en contrefaçon de marque, avec saisie-contrefaçon préalable, coute entre 7.000 et 15.000 euros (notammentfrais d’enquêtes préalable, frais d’avocats, de conseil de propriété industrielle, d’huissier et d’experts informatiques).Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 34.   34   Quant  au    spam18     ce  dernier  est  un  fléau  d’autant  plus  important  qu’il  est  mondial.  Le   trio  de  tête  des  pays  émetteurs  de  spam  se  compose  des  Etats-­‐Unis  avec  1513  domaines,   suivis   de   la   Chine   (477)   et   de   la   Russie   (302).   Les   spammeurs   en   Russie   s’organisent   sous  le  contrôle  des  mafias  locales  et  114  d’entre  eux  émettent  80%  des  spams.  Bien  que   moins  nombreux  que  dans  d’autres  pays,  les  gangs  d’Europe  de  l’Est  semblent  les  plus   dangereux   :   6   des   10   principaux   spammeurs   agissent   depuis   la   Russie   et   l’Ukraine.   Face   à   l’amélioration   constante   des   logiciels   de   sécurité,   les   techniques   des   spammeurs   ne   cessent  d’évoluer.  Ainsi,  pour  contourner  les  filtres  d’analyse  de  contenu  des  messages,   les   spammeurs   modifient   l’apparence   des   mots   utilisés   :   insertion   d’accents   étrangers,   de  texte  invisible,  jeu  de  couleurs,  etc.  Une  autre  solution  largement  répandue  est  l’envoi   de  spams  sous  formes  d’images.  Les  fraudeurs  tentent  également  de  jouer  sur  l’identité   de   l’expéditeur   au   travers   du   phishing19,   qui   soutire   des   informations   personnelles   à   l’utilisateur  en  se  faisant  passer  pour  un  tiers  de  confiance,  ou  grâce  à  l’usage  abusif  de   sites  d’hébergement  fiables.  Quels  que  soient  le  pays  et  la  langue,  les  spams  portent  sur   des   thèmes   récurrents   :   l’amélioration   des   performances   sexuelles,   les   médicaments,   les   services  financiers,  les  contrefaçons  et  la  pornographie.  Ces  secteurs  sont  en  constante   évolution   car   les   spammeurs   cherchent   à   intégrer   de   nouveaux   marchés.   Ainsi,   un   pourcentage   majoritaire   et   croissant   de   spam   promeut   des   officines   illégales   de   pharmacie,   constituant   par   conséquent   une   filière   rentable   et   intéressante.   La   Federal   Trade   Commission   a   expliqué   récemment   qu’elle   connaissait   l’identité   des   personnes   impliquées   dans   les   campagnes   d’officines   illégales   de   pharmacie   telles   qu’European   Pharmacy.  Non  seulement  ces  personnes  sont  connues  des  fichiers  criminels  d’Interpol,   mais   elles   sont   géographiquement   localisées…   en   Russie.   Un   pays   dont   le   manque   de   collaboration  est  dénoncé  alors  même  que  les  mafias  spécialisées  dans  la  vente  illicite  de   médicaments   sont   parfaitement   identifiées.   Le   trafic   est   d’ailleurs   bien   organisé.   Anciennement  appelé  Pharmacy  Express,  European  Pharmacy  (ou  Canadian  Pharmacy)   est  répertorié  comme  le  pire  spammeur  mondial  par  l’organisation  Spamhaus20.  De  fait,   la   stratégie   de   communication   du   spammeur   repose   sur   un   principe   de   campagne   d’affiliation  dont  l’organisation  a  été  confiée  à  la  société  Glavmed.  Le  principe  est  assez   simple   :   les   sites   affiliés   diffusent   le   matériel   publicitaire   de   l’annonceur   et   sont   rémunérés   en   contrepartie   sur   la   performance,   c’est-­‐à-­‐dire   au   chiffre   d’affaires   généré   sur  la  base  d’un  pourcentage  de  40%  de  ce  chiffre.    d) La  Russie  et  ses  mafias     Deux  faits,  résument,  à  eux  seuls,  la  situation  de  la  contrefaçon  dans  ce  pays  :  le  plus  gros   contrefacteur  de  médicaments  de  ce  pays  est  un  membre  de  la  Douma,  qui  ne  se  déplace                                                                                                                   18 Le pourriel (québécisme) ou spam (anglicisme) désigne une communication électronique non sollicitée, en premier lieu via le courrier électronique. Il sagit en général denvois en masse effectués à des fins publicitaires, malhonnêtes ou sans but premier sinon que dagacer leur destinataire. Le terme polluriel est plutôt utilisé pour définir les messages inutiles, souvent provocateurs et nayant aucun lien avec le sujet de discussion, qui sont diffusés massivement sur de nombreux forums ou groupe de nouvelles, ce qui entraîne une pollution des réseaux. 19  Technique   utilisée   par   les   escrocs   en   ligne,   visant   à   usurper   lidentité   dune   personne   ou   dune   entité   connue.   Le   principe  est  le  suivant  :  un  internaute  reçoit  un  email  non  sollicité  (spam)  à  lhabillage  dune  entité  connue  (portail,   banque,  etc.).  Lobjectif  est  dattirer  linternaute  sur  un  faux  site  afin  de  mettre  à  jour  ses  informations  personnelles   (carte   bancaire,   numéro   de   téléphone...).   Ces   informations,   saisies   dans   un   faux   formulaire,   sont   alors   utilisées   à   mauvais  escient  par  des  escrocs.   20 Le "Spamhaus Project" est une organisation internationale à but non lucratif étudiant le spam, traquant les coupables et fournissant des moyens de protection. Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette   publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et   lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 35.   35  quavec   des   gardes   du   corps   armés,   tandis   que   lavocat   français   de   Pernod-­‐Ricard,   qui   se  spécialisait,   entre   autres,   dans   la   lutte   contre   les   atteintes   aux   droits   de   propriété  intellectuelle  en  Russie,  a  été  assassiné.  Est-­‐ce  l’œuvre  du  crime  organisé  ou  de  mafias  locales  ?    De   notre   point   de   vue,   il   faut   se   garder   de   comprendre   le   crime   organisé   comme   un  simple   ensemble   d’activités   menées   par   des   organisations   criminelles.   Il   est   plus  pertinent   de   le   considérer   en   Russie   comme   un   ensemble   cohérent   d’interactions  sociales  nouées  par  une  volonté  de  profit  illicite.    Le  crime  organisé,  de  Moscou  à  Saint-­‐Pétersbourg,  se  manifeste  avant  tout  comme  une  entreprise,  une  affaire  (business)  ou  une  industrie  orientée  vers  la  production  de  biens  et/ou  de  services.  L’objectif  fondamental  du  crime  organisé  est  le  profit,  le  bénéfice.  De  ce   point   de   vue,   rien   ne   le   distingue   d’une   autre   entreprise   économique.   Ce   sont   les  méthodes   employées   qui   lui   confèrent   une   spécificité.   Les   organisations   criminelles  accumulent   les   profits   par   tous   les   moyens,   notamment   criminels.   Toute   entreprise   a  cependant   recours   à   des   pratiques   illicites,   voire   parfois   clairement   criminelles,   pour  atteindre   les   objectifs   fixés,   mais   il   est   alors   davantage   question   de   criminalité   en   col  blanc  (white  collar  crime)  ou  de  délinquance  des  grandes  sociétés  (Corporate  crime).    Les   conditions   favorisant   l’émergence   d’entreprises   criminelles   en   Russie   sont   la  demande   de   biens   et   services   illicites,   l’insatisfaction   de   la   demande   de   biens   et   services  licites   (en   cas   de   pénurie   par   exemple),   l’état   du   marché   de   l’emploi,   l’état   de  l’encadrement  normatif  des  activités  économiques.  Selon  Lev  Timofeev21,  le  marché  des  stupéfiants  et  de  la  contrebande  montre  que  «  de  tous  les  modes  possibles  de  régulation  d’une  branche  d’activité  –  imposition,  nationalisation,  interdiction  –  l’interdiction  est  le  moins   productif.   Interdire   un   marché   ne   signifie   pas   son   anéantissement,   mais   revient   à  le   placer   sous   le   contrôle   total   des   organisations   criminelles   et   à   attribuer   à   ces  dernières  la  possibilité  d’exercer  une  influence  sur  l’Etat  et  la  société  ».    Le  crime  organisé,  en  tant  qu’élément  de  la  société,  est  non  seulement  relié  à  l’économie,  mais   aussi   à   la   sphère   politique.   On   peut   envisager   l’hypothèse   selon   laquelle   le   crime  organisé  représente  un  phénomène  social  lorsqu’il  ne  s’agit  pas  seulement  de  la  somme  des  organisations  criminelles,  mais  d’un  ensemble  d’interactions  générales  entre  milieux  criminel,  économique  et  politique  dans  un  pays  donné.  C’est  aujourd’hui  le  cas  en  Russie.    D’un   point   de   vue   juridique,   l’article   35   du   code   pénal   de   la   Fédération   de   Russie  distingue   les   groupes   criminels   (prestoupnaïa   grouppa)   et   les   associations   criminelles  (prestoupnoe  soobchtchestvo),  considérées  comme  des  groupes  organisés  soudés,  créés  pour  commettre  des  infractions  graves  ou  particulièrement  graves,  ou  comme  l’union  de  groupes  criminels.  Cette  définition  imprécise  fonde  l’activité  des  services  répressifs  dans  le  domaine  de  la  lutte  contre  le  crime  organisé.  Par  contre,  Il  est  plus  difficile  de  définir  l’organisation   criminelle   d’un   point   de   vue   criminologique.   Il   convient   d’abord   d’exclure  les   organisations   criminelles   à   orientation   politique   (par   exemple   les   organisations  politiques  fascistes),  ensuite  d’écarter  les  organisations  légales  qui,  dans  le  cadre  de  leur  activité,  recourent  à  des  méthodes  criminelles.  Les  organisations  criminelles  créées  afin  de   tirer   profit   de   la   production   et   de   la   distribution   de   biens   et   de   services   illicites  représentent  donc  l’essentiel  de  notre  étude.  En  tant  qu’organisations  sociales,  elles  sont                                                                                                                  21 Lev Timofeev - Le commerce de la drogue : théorie élémentaire d’une branche économique, Moscou, RGGOu, 1998.Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 36.   36  plus   proches   de   l’idéal-­‐type   d’une   organisation   professionnelle   que   de   la   famille,   du  groupe   d’intérêt   ou   de   la   société.   Comme   toute   organisation   professionnelle,  l’organisation  criminelle  peut  comprendre  un  plus  ou  moins  grand  nombre  de  membres,  mener   son   activité   sur   une   base   plus   ou   moins   durable,   diversifier   plus   ou   moins   son  activité.   Elle   est   organisée   de   manière   plus   ou   moins   complexe,   selon   des   règles  clairement   fixées   qu’elle   cherche   à   faire   respecter,   et   garantit   la   sécurité   des   activités  menées,   tendant   à   maximiser   ses   profits.   Les   organisations   criminelles   sont  caractérisées   par   une   stabilité   et   une   capacité   d’adaptation   importantes,   en   vertu  d’exigences  sévères  quant  à  la  sélection  des  cadres,  à  la  discipline,  au  recrutement  des  collaborateurs   les   plus   jeunes,   les   plus   forts   et   les   plus   motivés.   Elles   sont   donc  extrêmement  compétitives.    En  conséquence,  les  entreprises  criminelles  qui  nous  intéressent  sont  caractérisées  par  les  propriétés  suivantes  :     • la  stabilité  et  la  durabilité  de  l’association     • la  recherche  d’un  profit  maximal     • la  production  et  la  redistribution  de  biens  et  de  services     • l’exercice  d’activités  licites  et  illicites     • le  fonctionnement  hiérarchique  et  la  claire  délimitation  des  compétences     • l’usage  de  la  corruption     • la  tendance  à  l’appropriation  monopolistique  d’un  secteur  d’activité  ou  d’un   territoire    Par   rapport   aux   autres   organisations   professionnelles,   les   organisations   criminelles   se  caractérisent   par   un   usage   systématique   de   la   corruption   et   par   la   production   et   la  redistribution  de  biens  et  services  illégaux.    Au  milieu  des  années  1990,  les  activités  criminelles  les  plus  rentables  sont  devenues  le  trafic   de   stupéfiants,   le   marché   du   logement,   le   commerce   de   métaux,   d’armes,   la  production   et   la   vente   de   disques,   vidéo   et   logiciels   pirates   dans   un   contexte   de   faible  protection   des   droits   d’auteurs,   et   la   contrefaçon   de   vins   et   spiritueux.   L’acquisition  d’usines   ou   de   friches   industrielles   est   également   devenue   importante.   Grâce   à   la  corruption  ou  à  l’usage  de  la  force,  il  fut  désormais  possible  d’acquérir  des  usines  et  de  développer  une  nouvelle  activité,  en  y  ouvrant  des  clubs  ou  des  restaurants,  mais  aussi  et  surtout  des  ateliers  de  contrefaçon,  et  dès  les  années  2000  de  centres  de  contrefaçon  de  droits  d’auteur.    La   Russie   est   l’un   des   «  champions  »   des   contrefaçons   de   droit   dauteur  :   64  %   des  musiques   et   enregistrements,   90  %   des   logiciels   et   75  %   des   films   commercialisés  seraient   des   contrefaçons.   Déjà   en   2005,   Le   Special  301,   reprenant   les   chiffres   avancés  par   lindustrie   américaine,   évaluait   ses   pertes   dues   à   la   piraterie   des   droits   dauteur   à  1,7  milliard   de   dollars.   De   son   côté,   le   directeur   général   de   Rospatent,   lagence   russe   des  brevets   et   des   marques,   soulignait   limportance   du   phénomène,   tout   en   précisant   que  dans   lune   des   trois   usines   de   fabrication   de   DVD   pirates   fermées   par   les   autorités   en  2006,   le   matériel   de   fabrication   portait   la   mention   «  US   for   Russian   Products  ».  Autrement   dit,   si   le   problème   existe,   cest   parce   quil   est   notamment   importé   de  létranger  !   Quant   au   piratage   des   films,   il   est   intéressant   de   noter   que,  vraisemblablement,   seuls   les   films   étrangers   sont   copiés   et   non   les   russes,   ce   qui  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 37.   37  résulterait   dun   accord   entre   la   mafia   contrôlant   lindustrie   cinématographique   locale   et  celle  contrôlant  la  fabrication  de  DVD...    La  contrebande  et  la  contrefaçon  d’alcool  se  sont  extrêmement  développées.  Un  savoir-­‐faire   avait   déjà   été   accumulé   en   1985,   lorsque   Mikhaïl   Gorbatchev,   à   peine   arrivé   au  pouvoir,   lança   la   «  loi   sèche  »   destinée   à   stopper   la   consommation   d’alcool   en   Union  soviétique.   Depuis   le   début   des   années   1990,   la   production   d’alcool,   légale,   est  caractérisée  par  de  faibles  coûts  de  fabrication  et  souvent  associée  à  des  détournements  et   à   de   faibles   exigences   en   matière   de   qualité.   De   grandes   marques   étrangères  proviennent  des  alambics  et  des  caves  de  Saint-­‐Pétersbourg  et  de  la  région.      Après   une   réforme   lancée   en   2007   pour   lutter   contre   la   contrefaçon,   les   vins,   cognacs,  whiskies   et   surtout   vodkas   disparaissaient   des   magasins   et   restaurants   en   Russie.   La  cause  :   des   empoisonnements   en   série   à   l’alcool   frelatée   dont   une   partie   était   vendue  sous   des   marques   de   renom.   Les   milliers   de   morts,   empoisonnés   par   les   alcools  frelatés22,   font   de   cette   affaire   qui   se   répète   depuis   plusieurs   années   une   «  tragédie  nationale  ».   Une   loi   entrée   en   vigueur   le   1er   juillet   2007   impose   dorénavant   aux  importateurs,   grossistes   et   détaillants   de   faire   passer   toutes   les   transactions   par   un  service   informatique   centralisé,   EGAIS,   qui   doit   identifier   chaque   bouteille   et   la  provenance  de  son  contenu.  Une  étiquette  fiscale  doit  devenir  le  garant  du  contrôle  et  du  règlement   des   droits   d’accise.   Si   la   volonté   du   gouvernement   russe   de   juguler   ce   fléau  est   méritoire,   les   dispositions   mises   en   œuvre   donnent   des   résultats   catastrophiques.  Les  banderoles  d’authentification  sont  souvent  en  rupture  de  stocks  et  le  système  EGAIS  est  peu  opérationnel,  son  serveur  étant  souvent  bloqué.  Quant  aux  sociétés  chargées  de  déposer  ces  banderoles,  elles  rechignent  à  acheter  les  équipements,  faute  de  moyens.  La  conséquence   ne   s’est   pas   fait   attendre  :   les   étalages   des   rayons   d’alcools   dans   les  supermarchés  sont  fréquemment  vides.  Certains  restaurants  ont  leur  stock  épuisé.  Les  pertes   des   principales   chaînes   de   distribution   ont   un   préjudice   estimé   à   plus   de   100  millions  de  US$  et  la  contrefaçon  continue  de  progresser.  Jusqu’à  présent,  près  de  50%  du  marché  russe  d’alcool  appartient  aux  trafiquants  et  contrefacteurs.  Cette  part  risque  d’augmenter   jusqu’à   90%   si   le   marché   légal   reste   paralysé.   Et   cette   production   illicite  s’exporte.  L’Ukraine  est  le  premier  pays  à  en  faire  les  frais.      Les   produits   alimentaires   sont   également   victimes   de   la   contrefaçon.   Les   responsables  des   sociétés   Bonduelle   et   Lesaffre,   quelques   mois   après   leur   installation   en   Russie,   ont  vu,   leurs   boîtes   de   petits   pois   et   leurs   sachets   de   levure,   contrefaits   et   vendus   sur   des  marchés   locaux.   Elles   se   montrent   toutes   deux   réticentes   à   communiquer   sur   ce  phénomène,   car   le   risque   serait   grand   que   le   client   se   méfie   et   change   de   marque.   Par  ailleurs,  elles  ont  recours  à  des  détectives  privés,  dont  un  ancien  du  KGB,  pour  repérer  les  lieux  de  ventes  de  la  contrefaçon,  après  quoi  la  police  peut  être  contactée,  afin  quelle  opère   des   raids.   Il   reste   que   le   but   recherché   est   «  de   faire   peur   ou   de   gêner  »,   non  darrêter  la  contrefaçon,  en  remontant  toute  la  filière  pour  la  démanteler  :  ces  sociétés  ne  sont  pas  parvenues,  en  effet,  à  identifier  les  personnes  ou  les  industriels  contrefaisant  leurs  produits.    En   ce   qui   concerne   les   pièces   automobiles,   Renault,   qui   a   inauguré   une   usine   de  fabrication  de  la  Logan  dune  capacité  denviron  60  000  véhicules,  sattend  à  être  victime  de   la   contrefaçon  :   30  %   des   pièces   détachées   sur   le   marché   russe   étaient   constituées,                                                                                                                  22 Source OMSCopyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 38.   38  selon  des  estimations  de  2002,  de  contrefaçons,  alors  que  la  moyenne  mondiale  est  de  lordre   de   10  %.   Sont   particulièrement   visées   les   pièces   dentretien   et   dusure,   comme  les   filtres   et   les   bougies.   En   2005,   les   réseaux   de   fausses   pièces   de   rechange   se  complexifient,  mettant  en  exergue  les  relations  commerciales  entre  les  mafias  chinoises  et   les   groupes   criminels   russes.   Ainsi,   des   contrefaçons   de   pièces   détachées   Mercedes  ont   récemment   été   saisies   en   Russie,   en   provenance   de   Chine.   Or,   ces   pièces   avaient  transité   par   Hong   Kong,   le   Liban,   les   Etats-­‐Unis   et   finalement   la   Finlande,   alors   même  que  ce  pays  et  la  Russie  partagent  tout  de  même  une  frontière  commune.      Mais   la   complexité   ne   s’arrête   pas   aux   portes   de   Moscou.   Le   ministère   algérien   du  Commerce   a   annoncé   le   dimanche   24   mai   2009   la   saisie   de   1.316   tonnes   de   pièces  détachées  pour  véhicules  importées  au  cours  de  l’année  2008.  Ces  saisies  représentent  3%   du   total   des   pièces   détachées   importées,   soit   44.250   tonnes,   durant   la   même  période,   et   représentent   en   valeur   une   somme   de   cinq   millions   de   dollars.   La   source  principale  de  cette  contrefaçon  est  la  Chine,  mais  avant  d’arriver  à  sa  destination  finale,  la   marchandise   passe   par   la   Russie,   importée   par   des   opérateurs   locaux,   tous  appartenant   à   des   équipes   de   fartsovchtchiki,   c’est   à   dire   des   spéculateurs.   Leur   activité  consiste  à  acheter  et  à  revendre  des  biens  de  consommation  courante  et  des  pièces  de  rechange   (automobile,   avionique)   contrefaits   mélangés   à   des   produits   licites.   Pour  accéder  à  ces  marchandises  sujettes  à  une  forte  demande,  les  spéculateurs  les  achètent  en   gros   directement   chez   le   producteur   (le   plus   souvent   chinois),   par   l’intermédiaire  d’un  compatriote  implanté  localement.      Sagissant   des   produits   pharmaceutiques,   la   part   des   contrefaçons   augmente  régulièrement,  et  elle  représenterait  entre  12  et  15  %  du  marché  russe.  Selon  une  source  du  Ministère  de  la  santé  russe,  une  partie  importante  de  produits  contrefaits  importés  des   autres   pays   membres   de   la   CEI,   notamment   ceux   dAsie   centrale   (ainsi   le  Kazakhstan,  qui  partage  une  frontière  de  7  000  kilomètres  avec  la  Russie)  ou  de  la  Chine,  seraient   à   lorigine   de   40  %   des   contrefaçons   de   médicaments   vendues   sur   le   marché  russe.  Dautres,  comme  les  laboratoires  Servier,  le  premier  fournisseur  de  médicaments  de   prescription   en   Russie,   ont,   à   linverse,   souligné   limportance   de   la   production   locale,  qui  représenterait  80  %  de  «  loffre  »  disponible.      Le   représentant   de   Servier   a   en   outre   indiqué   au   rapporteur   que   dans   un   cas   de  contrefaçon   avérée,   la   société   nest   pas   parvenue   à   mobiliser   le   procureur   compétent.  Dautre   part,   cet   interlocuteur   a   mis   en   avant   les   difficultés   auxquels   se   heurtent   les  contrôles   effectués   sur   un   marché   qui   comporte   plus   de   60  000   pharmacies,   en  comptant  les  «  kiosques  »,  qui  vendent  «  dun  peu  de  tout  ».  A  cela,  il  convient  dajouter  que  lun  des  contrefacteurs  «  institutionnels  »,  opérant  au  vu  et  au  su  de  tout  le  monde,  est   larmée  :   un   représentant   de   Rusbrand,   une   association   russe   de   défense   des  détenteurs  de  marques,  a  affirmé  au  rapporteur  que  les  pouvoirs  publics  savent  quelles  casernes,  et  même  quelle  usine,  appartenant  au  ministère  de  la  Défense  et  supposée  être  «  ultra  secrète  »,  fabriquent  de  la  contrefaçon.    Les  victimes  de  la  contrefaçon  en  Russie  disposent,  en  théorie,  de  nombreuses  voies  de  recours  pour  se  défendre.  Ainsi,  le  Code  civil  russe  prévoit  le  remboursement  des  pertes  causées   au   propriétaire   dune   marque,   ainsi   que   la   destruction   des   stocks   de   produits,  aux  frais  du  contrefacteur,  après  la  décision  dun  tribunal.  Quant  au  Code  de  procédure  pénale,   il   prévoit   que,   dans   le   cadre   dune   enquête,   le   Procureur   peut   demander   à   un  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 39.   39  tribunal   dordonner   la   saisie,   par   la   police,   des   marchandises   dont   la   possession   ou  lusage   constitue   une   infraction.   Ces   poursuites   peuvent   ensuite   aboutir   au   paiement  dune   amende   denviron   5  500  euros,   à   une   peine   dintérêt   général   ou   à   une   peine   de  prison  de  5  ans  si  le  délit  a  été  commis  en  bande  organisée.      Mais,   en   pratique,   selon   le   représentant   de   Rusbrand   déjà   cité,   les   procureurs   nutilisent  presque  jamais  leurs  pouvoirs.  Dailleurs,  daprès  cet  interlocuteur,  le  Procureur  général,  malgré   les   demandes   formulées   dans   ce   sens   par   les   ambassades   de   plusieurs   pays,  jusquà  ce  jour,  refuse  de  rencontrer  les  industriels  étrangers  victimes  de  la  contrefaçon.  En   outre,   le   parquet   ne   donne   suite   à   une   plainte   que   si   elle   est   étayée   de   preuves  nombreuses   et   précises,   ce   qui   accroît   les   difficultés   rencontrées   par   les   entreprises  plaignantes  :  dans  le  cas  dune  violation  du  droit  des  marques,  il  est  souvent  demandé  de  produire   des   attestations   relatives   à   la   notoriété   de   la   marque,   ainsi   que   les   preuves,  pratiquement   impossibles   à   obtenir   ou   bien   très   onéreuses   à   rassembler,   de   son  utilisation  par  une  autre  personne,  la  durée  de  celle-­‐ci,  les  lieux  où  les  marques  ont  été  utilisées  et  distribuées,  etc.    Enfin,  la  pratique  et  la  culture  judiciaire  des  magistrats  peuvent  être  «  affligeantes  »,  un  constat  avancé,  notamment,  par  les  avocats  du  cabinet  Gide,  Loyrette  et  Nouel:  manque  de  professionnalisme,  conduisant  à  des  interprétations  incorrectes  de  la  loi,  absence  de  formation  dans  le  domaine  des  droits  de  propriété  intellectuelle  et  corruption,  qui  dans  certains   tribunaux,   peut   être   totale.   Sur   ce   dernier   point,   lors   dune   affaire,   après   le  dépôt  de  la  plainte,  linspecteur  de  la  «  procurature  »  a  rendu  visite  au  cabinet,  afin  de  faire  comprendre  à  ce  dernier  quil  devait  payer  une  somme  en  liquide  pour  que  soient  recherchées  les  preuves.    Quant  à  la  corruption  des  forces  de  police,  lun  des  représentants  de  Rusbrand  a  cité  le  parcours   dun   conteneur   rempli   demballages   de   parfums   Dior   et   Hugo   Boss   qui   a   fait  lobjet   dune   saisie.   Il   provenait   dInde   et   était   destiné   à   Saint-­‐Pétersbourg,   où   devait  avoir  lieu  le  remplissage  des  flacons.  Le  contenu  de  ce  dernier  a  été  escorté  par  la  police  jusquau   dépôt,   et   lorsque   les   sociétés   titulaires   de   marques   sy   sont   rendues,   elles   nont  pu  que  constater  la  disparition  des  marchandises.      Au   total,   une   fois   que   les   titulaires   de   droits   victimes   de   contrefaçon   ont   constitué   un  dossier   étayé   de   preuves   convaincantes,   rien   nest   gagné,   puisque   pour   obtenir  satisfaction,   il   faut   réunir   deux   conditions   essentielles,   qui   font   souvent   défaut  :   dune  part,   la   volonté   politique   de   faire   aboutir   le   dossier  ;   dautre   part,   la   mise   en   œuvre  effective  des  mesures  dexécution.    En   ce   qui   concerne   les   douanes,   celles-­‐ci   sont   compétentes   pour   empêcher   lentrée   de  produits   contrefaits   sur   le   territoire   russe.   Leur   intervention   est   toutefois   soumise   au  dépôt   dune   requête   par   le   titulaire   de   droit   souhaitant   arrêter   le   passage   en   frontière  des   produits   contrefaits.   Là   encore,   la   corruption   gangrène   lefficacité   de   la   procédure,  qui   reste   ainsi   toute   théorique  :   le   secrétaire   général   de   LOréal   Russie   a   indiqué   que  cette  société,  qui  a  fait  enregistrer  toutes  ses  marques  depuis  deux  ans,  na  reçu,  durant  cette  période,  quun  ou  deux  coups  de  fil  des  douanes,  alors  que  des  produits  contrefaits,  venant  notamment  des  pays  dEurope  orientale,  étaient  vendus  sur  tous  les  marchés.  Il  a  également   cité   le   cas   dun   camion   transportant   des   produits   de   beauté   dune   autre  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 40.   40  marque,   qui   lui   a   été   arrêté,   mais   dont   tout   laisse   à   penser   que   le   chauffeur   sest  simplement  trompé  de  poste-­‐frontière...      Le   seul   point   satisfaisant   concerne   la   procédure   réservée   au   service   fédéral   anti-­‐monopole  (FAS),  qui  dispose  dune  police  spéciale  pouvant  initier  des  enquêtes  à  la  suite  dun   recours   déposé   par   la   victime   dun   acte   de   concurrence   déloyale.   Si   les   faits   de  contrefaçon  sont  avérés,  les  autorités  peuvent  prononcer  des  injonctions  et  disposent  du  pouvoir   de   mettre   fin   à   la   production   et   à   la   commercialisation   des   articles   imités.   Cette  procédure  a  été  régulièrement  citée  comme  étant  la  plus  rapide  (de  3  à  6  mois)  et  la  plus  efficace,  étant  dailleurs  la  seule  procédure  durgence  disponible  en  Russie.  Cependant,  elle  souffre  dun  grave  inconvénient  :  la  saisie  des  produits  contrefaits  ne  peut  intervenir  quau  cours  du  traitement  de  la  plainte.    Ainsi,  la  criminalité  organisée  transnationale,  qui  sest  prodigieusement  développée  ces  vingt   dernières   années,   représente   désormais   la   menace   principale   pour   les   sociétés  démocratiques   du   XXIe   siècle.   En   effet,   son   influence   potentielle,   valorisée   par   une  puissance  financière  colossale,  lui  permet  dinfluer  notablement  sur  la  vie  économique  des   Etats,   quand   elle   ne   tente   pas   tout   simplement   den   prendre   le   contrôle,   même   de  manière   indirecte.   Elle   bénéficie   à   plein   de   louverture   des   frontières   qui   a   suivi  leffondrement   du   bloc   communiste   en   profitant   notamment   du   fait   que   si   la   libre  circulation   des   biens   -­‐   surtout   monétaires   -­‐   et   des   personnes,   est   désormais   de   mise,   les  systèmes   policiers   et   judiciaires   ont,   pour   leur   part,   dénormes   difficultés   à   unifier   leurs  actions.  Généralement,  elle  se  garde  bien  dapparaître  au  grand  jour,  laissant  la  «  une  »  des  médias  à  la  menace  terroriste,  au  conflits  irakien  et  afghan,  etc.  Cette  clandestinité  lui  permet  de  prospérer  à  labri  des  regards  indiscrets  quelle  tente  par  tous  les  moyens,  déviter.  Beaucoup  dobservateurs  peu  attentifs  parlent  de  «  disparition  des  mafias  »,  de  la  fin  des  «  derniers   parrains  »  ...  Il  faut  se  convaincre  que  cest  exactement  linverse  qui  est   en   train   de   se   produire.   Selon   Europol,   actuellement,   ce   sont   4.000   organisations  criminelles   fortes   de   40.000   membres   qui   sont   présentes   en   Europe   occidentale  !     Les  maîtres   mots   de   la   criminalité   organisée   sont  :   «  innovation,   diversification   et  flexibilité  »   avec   le   souci   dun   rendement   maximal   pour   un   minimum   de   risques.   Pour  cela,  elle  profite  à  fond  de  la  mondialisation  et  des  progrès  technologiques,  notamment  dans  le  domaine  de  linformatique  (et  du  web).  Une   grande   inquiétude   est   née   également   avec   lapparition   de   ce   que   lon   appelle   les  «  zones   grises  »,   cest-­‐à-­‐dire   des   métropoles,   des   régions,   voire   des   pays,   où   des   groupes  opèrent   dans   le   domaine   criminel   avec   une   couverture   politique   ou   idéologique.   Ces  zones   présentent   le   risque   majeur   dêtre   entièrement   mises   sous   la   coupe   du   crime  organisé.   Cest   le   cas   pour   la   Herceg-­‐Bosna,   zone   sous   contrôle   croate,   dont   la   capitale  Mostar-­‐Ouest  est  considérée  actuellement  comme  une  des  capitales  du  crime  en  Europe.  En   République   Srpska   et   au   Monténégro,   les   autorités   participent   directement   à  différents  trafics  dont  le  plus  connu  est  celui  des  cigarettes,  en  liaison  avec  des  mafieux  italiens.  En  Albanie,  les  groupes  criminels  sont  mieux  armés  et  beaucoup  plus  riches  que  les   forces   de   sécurité.   Les   mafias   albanaises   ont   pris   pied   au   Kosovo,   en   partie   grâce   à   la  complicité  involontaire  de  lOccident.  Les  autres  régions  particulièrement  réputées  sont  la  Transnistrie,  république  autoproclamée  située  entre  la  Moldavie  et  LUkraine.  Au  vu  de  ce  qui  précède,  il  est  clair  que  le  crime  organisé  en  Russie,  ainsi  qu’au  niveau  de  tous   les   pays   de   l’ex   URSS,   ne   peut   pas   être   combattu   uniquement   par   les   moyens  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 41.   41  répressifs   traditionnels,   et   encore   moins   sur   le   fondement   du   droit   de   propriété  intellectuelle.   Les   Etats   sont   amenés   à   repenser,   en   interne   comme   à   léchelle  européenne  et  internationale,  leurs  mécanismes  de  lutte,  déjà  saturés  par  le  traitement  de   la   criminalité   quotidienne   et   dont   les   coûts   de   fonctionnement   augmentent  considérablement   en   temps,   procédures,   personnels   et   moyens.   Les   Etats   doivent  rechercher   des   solutions   entraînant   de   profondes   mutations,   lobjectif   nétant   plus  simplement  de  punir  lindividu  mais  de  démanteler  lorganisation  criminelle  à  laquelle  ce   dernier   appartient   et   de   saisir   les   profits   quil   sest   octroyés   par   le   biais   de   ses  activités  de  contrefaçon  de  masse.    Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 42.   42   Chapitre Expertise : Parole de criminologue (Xavier Raufer) Président du Comité scientifique de la Fondation WAITO A. La contrefaçon comme activité criminelle Concevons d’abord l’ampleur du problème par l’exemple avec deux ports californiens que sont Los Angeles et Long Beach. Ces deux ports voient ensemble passer 50.000 conteneurs par jour, gérant ensemble 1 milliard de USD de marchandises. Chacun de ces conteneurs de 40 pieds de long peut renfermer jusqu’à 12.300 boites de chaussures, 20.000 poupées ou 6.600 robes sur cintres. Un seul de ces conteneurs rempli de cigarettes de contrebande dédié au marché souterrain américain représente pour le budget fédéral et pour les Etats concernés des USA une perte de revenus fiscaux de l’ordre de 350.000 USD. • Comme on le verra en détails par la suite, la contrefaçon criminelle de masse est dangereuse et nocive pour les sociétés humaines, que cela soit au Nord ou au Sud du monde ; ce dans le monde réel comme dans le monde virtuel, et de plusieurs façons convergentes : La contrefaçon criminelle nuit gravement à la santé publique (produits frelatés, faux médicaments, etc.) ; • La contrefaçon criminelle constitue aussi une menace sociétale (contrefaçon de documents d’identité, d’imprimés ou certificats sociaux, économiques et financiers) ; • Elle constitue enfin une menace sociale (perte d’emplois, etc.) A ce titre, la contrefaçon criminelle constitue sans doute pour la criminalité organisée transnationale une importante « vache à lait » financière pour le premier tiers du XXIe siècle – et peut être bientôt sa ressource principale, comme expliqué dans en deuxième partie de Parole de Criminologue, « Stupéfiants et contrefaçon : un effet de vases communicants ? ». Approche géopolitique : dans le Golfe, un tsunami d’objets contrefaits Intéressons-nous à la vague de biens matériels contrefaits inondant les pays du Golfe arabo-persique, et notamment aux Emirats Arabes Unis (EAU). Deus raisons à cela : • C’est une société de consommateurs plutôt aisés, voire riches ; • A l’échelle géopolitique, la région est une plaque tournante commerciale unique, équidistante de l’Asie, de l’Afrique noire et de l’Europe ; toute proche du Moyen- Orient ; De fait, l’Union Européenne constate que les Emirats Arabes Unies servent souvent de port de transit à maintes cargaisons de produits contrefaits provenant d’Asie. Ainsi : • En 2008, 12,3% des faux saisis en Europe proviennent des Emirats ; • En 2009, 14.6% des faux saisis en Europe proviennent également de cette région. En 2009, les Emirats sont également le dernier port de transit identifié pour 73% des faux médicaments, 30% des faux CD/DVD et 15% des cigarettes de contrefaçon saisies dans 1 l’Union Européenne. Aux EAU mêmes, à l’exception de l’Emirat d’Abu-Dhabi , les produits contrefaits sont massivement disponibles dans les secteurs suivants :Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 43.   43  . • Industrie Faux réfrigérateurs, ventilateurs ou climatiseurs, faux ordinateurs et imprimantes, batteries de voitures, chargeurs ou batteries pour téléphones ou ordinateurs, tubes de Néon, pièces détachées de véhicules ; mais aussi faux accessoires, pièces et 1 consommables (cartouches d’encre) HP ou autres cylindres réfrigérants pour réfrigérateurs et appareils à air conditionné. • Pharmacie et Parapharmacie, cosmétique et herboristerie Faux produits érectiles, antibiotiques, lotions corporelles, shampoings, savons, produits amaigrissants, etc. • Luxe Montres de diverses marques et origines, sacs à main, valises, lunettes de soleil, parfums, vêtements. • Electronique Téléphones portables comme les faux Blackberry Curve baptisés BB China (10 fois moins chers que les vrais), totalement identiques aux originaux, Ipods, DVD, kits mains-libres, et faux écouteurs. • Alimentaire Paquets de safran, barres chocolatées, boissons gazeuses, etc. • Sportwear Vêtements, gants, chaussures, etc. Nouveau et inquiétant : les biens de consommation courante Toutes ces contrefaçons ne sont pas effectivement dangereuses. Mais le monde criminel étant celui de la prédation, où la spécialisation professionnelle n’est pas obligatoire, la contrefaçon de biens de consommation courante va de pair avec d’autres exactions ou trafics, et sert évidemment à capitaliser d’autres activités criminelles. Il existe donc bien un continuum entre le tout et chacune de ses parties. Prenons le cas de l’Australie. Selon les douanes, les produits contrefaits ont atteint dans le pays l’ampleur d’un véritable « marché noir » de la grande consommation, à partir de boutiques low-cost, de marchés de rue, etc. On y trouve couramment les produits comme les alcools, les batteries, les brosses à dents, le tabac, couches pour bébés, électro- ménager, jouets, lames de rasoir, pièces détachées automobile, poudres à laver, savons, téléphones portables, etc. Le préjudice commercial est estimé à 635 millions US$ par an uniquement sur le marché du sportswear. Mais l’Australie fait figure de pays cible mineur lorsque l’on compare toujours dans le sportswear avec le Mexique qui totalise environ 10 milliards USD de pertes de revenus par an. Dans des domaines qui touchent encore plus la ménagère, la douane américaine s’inquiète du développement du marché des faux détergents. Rien que sur le mois de septembre 2010, 25.000 paquets de faux Ariel ont été ainsi saisis. Mais le plus grave concerne les produits qui mettent en péril les citoyens consommateurs  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 44.   44       Le Gouvernement indien estime ainsi pour les fausses pièces détachées automobile qu’au- delà du préjudice financier évalué en 2009 à 340 millions d’euros, ces produits contrefaits sont la cause directe ou indirecte de la mort de 25.400 personnes et de 93.000 blessés. Dans le domaine alimentaire, il est très difficile de faire la différence entre les risques sanitaires de produits contrefaits causés par le produit lui-même et l’environnement industriel ou de stockage dudit produit. Les fraudeurs n’hésitent plus à rajouter aux produits contrefaits des antibiotiques interdits ou même parfois des anabolisants. Mais le plus souvent, les produits sont eux-mêmes contaminés par des mycotoxines ou des métaux lourds, sans parler des animaux ayant absorbé des substances vétérinaires ou phytosanitaires contrefaisantes. Et la liste est longue. Les faux médicaments, en particulier, génèrent un chiffre d’affaires considérable avoisinant les 200 milliards US$ par an selon l’OMD et tuant des dizaines de milliers de patients. Les experts officiels n’hésitent pas à comparer marché de la drogue et marché du crime pharmaceutique : 1000 US$ investis dans la fabrication d’héroïne en génèrent 20.000 US$. La même somme investie dans les faux médicaments génèrent 450.000 US$. En 4 ans, de 2003 à 2007, un seul fournisseur de faux médicaments sur Internet a vendu pour 9 millions US$ de Viagra contrefait. Et si le crime pharmaceutique fait recette, le tabac n’est pas en reste. Les cigarettes contrefaites mélangées aux cigarettes de contrefaçon génèrent 50 milliards US$ de revenus par an. Or ces cigarettes de contrefaçon sont un violent poison : jusqu’à 30 fois plus d’agents toxiques que les produits licites, de quoi créer chez les adolescents, friands de tabac bon marché, une future génération de victimes de moins de quarante ans du cancer du poumon. B. Stupéfiants et contrefaçons : un effet de « vases communicants » ? Une hirondelle fait-elle le printemps ? Non, bien sûr, mais voici cependant une passionnante nouvelle: Depuis désormais deux ans, une forte baisse de l’usage de tous les stupéfiants se confirme en Grande-Bretagne, là même où, à l’origine, la « mode » de la drogue débarqua dans l’Europe des années 60 - souvenons-nous du Swinging London. Concevons d’abord l’ampleur du désastre pour nos voisins d’outre-Manche : si en 1960, seuls 5% des jeunes britanniques avouaient s’être au moins une fois drogués, ils étaient plus de 50% vers 2005, année qui marquera sans doute l’apogée de cette pulsion toxicomaniaque. Ainsi, depuis 40 ans et sans discontinuer, toujours plus de britanniques consommaient toujours plus de drogue, ce, toujours plus souvent. Or la tendance semble s’inverser et, plus intéressant encore, cela concerne d’abord les jeunes générations. Pour le National Health Service (sécurité sociale britannique) en effet, 20 % seulement des 16/24 ans ont pris une drogue quelconque en 2010 (22,6% en 2009) – au plus bas depuis que l’étude existe (1996 : 30%). Idem pour l’usage moins vaste des stupéfiants les plus toxiques (héroïne, cocaïne) : 8,1% d’usagers juvéniles en 2009, 7,1% en 2010. Une tendance confirmée par une étude sur l’usage de la drogue dans les boîtes de nuit (magazine Mixmag, mars 2011). Dans ces lieux, début 2011 (par rapport à 2010), la consommation de cocaïne baissait de 20% et celle du cannabis et de l’ecstasy, de 5 %. Une chute massive car si, en 2000, 9 sur 10 des habitués des clubs et boîtes se droguaient- ils ne seraient aujourd’hui plus « que » 50 % - on constate moins 40% d’usagers de drogues en une décennie !  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 45.   45   Même observation pour les plus jeunes (11-15 ans). En 2008, 85% d’entre eux n’avaient pas consommé de drogue - ils sont 88% en 2009. Une baisse qui affecte tous les variables temporels : prise de drogue « au moins une fois dans la vie », « lors de l’année écoulée » et « le mois dernier ». Or même si cette baisse ne touche pour l’instant que la Grande-Bretagne ; même si la toxicomanie y est encore très lourde et progresse toujours fort sur le continent, notamment en France et en Allemagne ; cette sérieuse baisse insulaire - désormais pluriannuelle - n’en a pas moins, et ici nous pesons bien nos mots, une grande importance géopolitique ; ce pour deux raisons : • La drogue, d’abord avec le cannabis, est un marché de masse sur notre continent : selon l’Office européen des drogues et de la toxicomanie, on compte dans l’Union européenne 23 millions de consommateurs de cannabis, dont 4 millions pluri- hebdomadaires. • Surtout parce que, dit l’ONU, le marché mondial des stupéfiants - qui pèse quelque 235 milliards de dollars par an pour la vente en gros (celle qui enrichit les cartels et mafias) - est tout simplement le troisième marché au monde, après ceux (licites) du er e pétrole (1 ) et des armes de guerre (2 ). Que la consommation des stupéfiants baisse en Grande-Bretagne est donc, un phénomène à suivre attentivement, tout comme il amène à formuler deux interrogations cruciales : Pourquoi cette baisse chez les plus jeunes ? Cette inversion des tendances est bien sûr trop récente pour pouvoir pleinement répondre à la question. Mais voici une première intuition: dans une génération fonctionnant toujours plus « à l’horizontale » ; constamment reliée à ses pairs via dix médias électroniques (téléphones portables, SMS, Facebook, Twitter, etc.), des courants d’opinion émergent vite et gagnent brutalement toute une tranche d’âge. Or l’un de ces courant forts prône que la drogue- en tout cas, celle vendue aujourd’hui par les dealers - c’est « pas cool ». En un mot, ces jeunes n’ont nulle envie de ressembler à des zombies hagards type Pete Doherty ou Amy Winehouse, sans cesse montrés par la presse people, titubant entre deux overdoses. • Cette baisse affecte-t-elle uniquement la demande de drogue ? C’est à dire, la baisse provient-elle seulement de jeunes, hier fascinés par la drogue mais rejetant désormais le mode de vie trash des artistes précités ? Non, car en Grande-Bretagne, l’offre de stupéfiants baisse aussi, par deux biais différents : • Dans de récentes enquêtes, les jeunes relatent qu’on leur propose moins de drogue dans les rues, ou dans les lieux de deal (discothèques, etc.) ; • Et quand ils en trouvent, cette drogue est désormais de très mauvaise qualité - voire infecte : cocaïne diluée à l’extrême et même, ecstasy… sans ecstasy ! Or cette baisse quantitative et qualitative de l’offre - par des bandits, bien sûr -résulte du seul travail policier. En effet, Londres dispose désormais d’un efficace outil de renseignement criminel « Serious Organised Crime Agency » SOCA, qui porte des coups toujours plus rudes et précis aux narcotrafiquants. D’où une interrogation : le trafic de stupéfiants est toujours plus réprimé… Les sanctions pour les narcotrafiquants sont plus lourdes et les confiscations, mieux ciblées et plus douloureuses. On sait aussi que quand les malfaiteurs estiment qu’une source de profit illicite est trop risquée, ou complexe, à piller, ils en ciblent un autre.      Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 46.   46   Car l’effet de déplacement est une loi criminologique intangible. Partout et toujours, les malfaiteurs, qui sont aussi des prédateurs, délaissent les proies trop résistantes, trop bien protégées, trop équipées pour se défendre, pour d’autres, plus fragiles ou plus innocentes. Les banques sont désormais trop blindées ? Allons braquer les supermarchés ! Et ainsi de suite. Car les bandits ne tiennent pas à accomplir des exploits, ou à battre des records - ils veulent tout simplement le plus d’argent possible, avec les risques les plus bas possibles. La recette : agilité, opportunisme, plus un basique raisonnement coût-bénéfice. Ce qui permet de supposer - même si pour l’instant, nous ne disposons d’aucune preuve empirique en la matière - que des éléments du crime organisé sont peut-être en train de délaisser le narcotrafic (trop risqué, moins lucratif) pour une autre source de profitmoins aussi juteuse et elle, peu et mal réprimée : la contrefaçon de masse. Cette supposition est- elle juste ? Il convient en tout cas l’étudier, la critiquer, voir si elle s’affirme sur le long terme. Conclusion - Demain… En matière de contrefaçons-contrebande, l’inquiétant est devant nous. Ce notamment, dans deux dimensions spécifiques: la contrefaçon/usurpation d’identité, et la colonisation criminelle du commerce en ligne. Les kits d’usurpation d’identité En avril 2011, la douane a saisi à l’aéroport de Chicago 1700 permis de conduire américains contrefaits, de très haute qualité, à coup sûr commandés en Chine par des étudiants chinois vivant aux Etats-Unis. Ces permis frauduleux concernaient les Etats américains suivants : Dakota du Sud, Floride, Georgie, Illinois, Ohio, Pennsylvanie, Wisconsin. Demain, la panoplie pièces d’identité - documents sociaux - cartes de paiement, tous contrefaits ? L’invasion du e-commerce Désormais, les sites-champignons prolifèrent sur le Web. Ils apparaissent, fonctionnent et s’évanouissent en peu de temps - ce qui rend leur répression quasi impossible. Le plus souvent, ces sites sont voués à la vente de produits et de biens contrefaits : CD/DVD, marques de luxe, jouets, pièces automobiles, téléphones portables, vins, produits alimentaires, logiciels, produits de beauté, sportswear. Mais aussi à la vente de médicaments. Aujourd’hui, disent les experts, la moitié des médicaments vendus sur Internet sont contrefaits. En 2004, les saisies douanières françaises concernant les produits en vente sur Internet représentaient moins de 2% du total. On en était à 16% en 2010. Et aujourd’hui, au total, sur 6,2 millions de produits contrefaits saisis, 1 million sont commercialisés par des sites Internet. Que faire ? D’abord, prendre conscience de la gravité du problème. L’opinion, les médias, doivent exiger des dirigeants politiques et professionnels le tableau exact de la situation, les chiffres justes. Car si l’on ne raisonne pas juste sur des figures fausses, on ne raisonne pas du tout sur des absences de figures. Il faut multiplier les grandes conférences internationales sur le sujet, requérir puis publier des rapports. préoccupées de « propriété intellectuelle ».      Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 47.   47   L’économie mondiale doit encourager et aider ceux qui se préoccupent du vrai problème - la contrefaçon comme activité criminelle - au lieu de perdre leur temps et leur argent avec des autruches seulement préoccupées de « propriété intellectuelle ». Mais d’abord, il faut unifier, harmoniser, simplifier, doter de missions précises et d’instructions claires, les services officiels chargés de la lutte contre la contrefaçon criminelle. L’exemple ici provient des Etats-Unis qui, en 2003 ont opéré la fusion du Immigration and naturalization service, des US Customs, des Border Patrols et des Federal Agriculture Inspectors ; au total l’US Customs and Border Protection (CBP) est désormais une force d’environ 58 000 employés, la principale agence préventive/répressive du pays. Face à la contrefaçon criminelle, l’Europe, les grandes nations européennes, gagneront aussi à unifier leurs rangs et à simplifier leurs administrations. Sources de l’étude - Entretiens avec des professionnels concernés, - Sources médiatiques récentes : 2011 Le Monde, 8/06/2011 « Contrefaçon : le fléau se propage dans l’e-commerce » Bellingham Herald, 22/05/2011 « Mexico’s crime groups grabbing lucrative market for pirated goods » AFP, 19/05/2011 « US companies losses to counterfeit goods in China » The National, 15/05/2011 « Brands urge big fines for fakes » The National, 15/05/2011 « Fakes prompt genuine concern » CBS News, 11/05/2011 « Counterfeiting threat looms over drug industry » Gulf Today, 10/05/2011 « Police deal with 198 fake cases in 4 months, 825 000 HP items seized » Le Figaro, 4/05/2011 « La déferlante des contrefaçons » The Age (Australie), 1/05/2011 « Fake detergent a new face on dirty money laundering » Associated Press, 14/04/2011 « Customs : fake US licences being sent from China » Los Angeles Times, 8/04/2011 « Los Angeles and Long Beach ports are on the font lines of a crackdown on counterfeit goods » EFE, 30/03/2011« Piracy soars 500% in Mexico, security firm says » The Herald, (Ulster) 23/03/2011 « Warning over number of crime gangs » Gulf News, (& Department of Economic Development Dubai) 8/03/2011 « International anti- counterfeiting coalition » Khaleej Times, (Emirats) 3/03/2011 « UAE - Fake drugs, a dangerous choice » CNBC, 25/02/2011 « Gangs, terrorists, mafia make huge profits selling… cigarettes »    Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 48.   48       The Hill, 2/01/2011 « Study : 24% of web traffic involves piracy » Emirates 24/7, 2/01/2011 « Abu Dhabi destroys 3 000 kilos of fake cosmetics » World Economic Forum - Global Risks 2011 - Tableau 3, estimation grossière des marchés illicites en dollars US, selon des sources publiques HAVOCSCOPE site spécialisé www.havocscope.com 2010 Emirates News Agency, 30/12/2010 « Economy ministry organises first conference on combatting commercial fraud and counterfeiting » Korea Times, 21/12/2010 « Counterfeit Vuitton bags - distorted status symbol » Emirates 24/7, 13/10/2010 « Largest watchmaker ‘fed up’ with Gulf fakes » Le Monde, 7/10/2010 « L’agroalimentaire, source mondiale de trafics » Le Figaro, 4/10/2010 « La contrefaçon sur Internet, fléau européen » International Herald Tribune, 21/08/2010 « Inside a factory making knockoff shoes » Commission européenne, Bruxelles - IP/10/995 - 22/07/2010 « Contrefaçon et piratage » International Herald Tribune, 10/07/2010 « Pfizer sends its own agents on the trail of counterfeit Viagra » Reuters, 11/06/2010 « Customs group to fight $ 200 billion bogus drug industry » The Star, 11/06/2010 « UN - Illicit cigarette trade funds terrorism, organised crime ». 1 Les autorités de cet Emirat organisent régulièrement des inspections et raids dans des ateliers, entrepôts, etc. Des contraventions spécifiques (10.000 dirhams, environ 1900 €) sont dédiées pour chaque infraction et les boutiques sont fermées dès la troisième infraction constatée. Au total et pour l’ensemble des EAU, environ 444.000 produits contrefaits ont été saisis en 2008, 900.000 en 2010 sur les 2,4 millions de produits saisis dans la région élargie du Moyen-Orient. 2 Au premier trimestre 2011, 825.000 produits de la seule marque HP sont saisis aux Emirats. v v v  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 49.   49  B  -­‐  LES  STATISTIQUES  :  UN  OUTIL  INEXPLOITABLE  POUR  LUTTER  CONTRE  LE  CRIME-­‐CONTREFAÇON©    Sans   données   statistiques   fiables,   aucune   action   efficace   ne   peut   être   menée   pour  développer   des   politiques   de   prévention   et   de   dissuasion   contre   les   contrefaçons.   De  même,  les  informations  erronées  exploitées  par  les  associations  de  défense  des  titulaires  de   droits   et   de   fédérations   interprofessionnelles   ne   font   que   semer   la   confusion   et   le  doute   auprès   des   pouvoirs   publics.   Penser   que   l’Etat   puisse   se   mobiliser   sur   des   chiffres  non  étayés  serait  aujourd’hui  une  erreur  majeure.  La  logique  de  l’absurde  en  la  matière  est  une  époque  révolue.    Depuis   2004,   les   associations   de   lutte   contre   la   contrefaçon   n’ont   eu   de   cesse   de  surenchérir  les  chiffres  relatifs  à  ce  fléau,  passant  ainsi  de  350  milliards  US$    de  sinistres  en   2005   à   600   milliards   US$   en   2009,   voire   1   milliard   US$   en   2010.   L’OCDE23  a   bien  tenté   en   2005   et   2006   de   réactualiser   les   chiffres   de   la   contrefaçon   qui   n’avaient   pas   été  examinés  sérieusement  depuis  1998.  Mais  au-­‐delà  du  fait  que  ses  conclusions  aient  été  contestées  tant  par  les  industriels  que  par  les  pouvoirs  publics  de  nombreux  pays,  elles  réaffirmaient   la   tendance   de   5   à   7%   du   commerce   mondial   déjà   évoquée   en   2003   et  2004.      Ce   rapport   de   l’OCDE   met   clairement   en   doute   les   chiffres   de   l’industrie,   et   plus  particulièrement  ceux  de  la  Chambre  de  Commerce  International,  sans  renier  la  réalité  dun   fléau   pour   léconomie   mondiale.   Le   rapport   estime   que   ce   ne   sont   pas   "au   moins  600   milliards"   de   dollars   qui   sont   perdus   chaque   année   au   profit   des   pirates   et  contrefacteurs,  mais  "tout  au  plus  200  milliards  de  dollars",  cest-­‐à-­‐dire  trois  fois  moins.    La   Chambre   de   Commerce   Internationale,   qui   a   vite   réagi   au   rapport   de   lOCDE   conteste  les   chiffres   de   lorganisation   internationale.   Guy   Sebban,   alors   secrétaire   général,  considérait   que   ce   sont   "jusquà   1.000   milliards   de   dollars"   qui   sont   perdus   chaque  année  dans  les  transactions  internationales  !  Qui  dit  mieux  ?  LOCDE,  qui  a  reconnu  que  le  rapport  était  "politiquement  sensible",  a  joué  les  diplomates,  s’est  rétracté  et  a  enfin  admis  quelle  navait  pas  tout  couvert,  notamment  le  piratage  sur  internet.      Cependant,   lOCDE   suivit   de   très   près   un   autre   rapport,   issu   du   Government  Accountability  Office  (GAO),  lagence  dévaluation  gouvernementale  américaine.  Le  GAO  -­‐  qui  est  réputé  pour  sa  neutralité  et  ses  positions  à  contre-­‐courant  des  lobbys  -­‐  réfute  les   chiffres   communiqués   récemment   par   des   groupes   industriels   nord-­‐américains   qui  reconfirment  les    «  5  à  7  %  du  commerce  mondial  ».  Loin  de  trouver  ces  résultats  sur  le  territoire  américain,  le  GAO  note  que  sur  287.000  expéditions  inspectées  au  hasard  aux  frontières  entre  2000  et  2005,  seules  0,06  %  étaient  en  violation  des  droits  de  propriété  intellectuelle.  Et  en  valeur,  même  si  les  saisies  en  contrefaçon  augmentent,  les  violations  ne  représentent  que  0,02  %  de  la  valeur  totale  des  biens  importés.  Cest  200  fois  moins  que  les  chiffres  prétendus  par  lindustrie.  Les  données  ont  cependant  considérablement  évolué  depuis  2005  au  niveau  de  la  zone  nord-­‐américaine,  et  les  chiffres  2008  du  GAO  confirment  les  tendances  annoncées  en  2005  par  les  industriels.  Mais,  on  constate  une  fois  de  plus  la  très  grande  incohérence  qui  règne  en  la  matière  au  niveau  de  toutes  les  instances   officielles.   Dans   cette   affaire,   les   chiffres   du   GAO   ont   fait   peser   de   sérieux                                                                                                                  23 Organisation de Coopération et de Développement EconomiqueCopyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 50.   50  doutes   sur   la   crédibilité   des   données   avancées   par   les   groupes   industriels   américains  qui  réclament  toujours  plus  de  contrôles  et  de  répression.      Plus  de  contrôles  et  de  répression,  bien  sûr.  Mais  pas  n’importe  comment,  et  surtout  sur  la   base   d’une   stratégie   cohérente   et   coercitive.   Pour   être   clair,   la   contrefaçon   est   bien  réelle  au  niveau  mondial  et  ses  conséquences  très  préoccupantes.  Ne  pas  agir  serait  un  crime  pour  l’économie  mondiale.  Mais  il  conviendrait  d’agir  en  bon  ordre  et  sur  la  base  d’une  clarification  des  données  et  des  objectifs.    Les   données   d’abord.   Les   chiffres   évoqués   précédemment   ne   sont   ni   faux,   ni   vrais.   Ils  sont   obscurs.   L’obscurantisme,   trop   présent   dans   la   lutte   contre   la   contrefaçon,   est  entretenu   par   ceux   qui   s’opposent   au   progrès   de   la   vérité   et   surtout   au   refus   d’autres  visions   anti-­‐contrefaçon,   plus   innovantes   et   surtout   plus   efficaces.   Leur   objectif   est  simple  :   ne   pas   rendre   accessible   leur   expertise,   protéger   leurs   acquis   et   surtout  maintenir   leur   activité.   Dans   ce   contexte,   l’exemple   de   l’industrie   pharmaceutique   est  éloquent.  Elle  déclare  que  la  contrefaçon  touche  mondialement  en  moyenne  10%  de  son  chiffre  d’affaires,  soit  plus  de  45  milliards  US$.  Selon  Havocscope,  en  2010  environ  200  milliards  US$  de  pertes  pour  l’Industrie  pharmaceutique  générés  par  la  contrefaçon.  De  quoi   parlons-­‐nous   dans   ce   type   de   contrefaçon  ?   S’agit-­‐il   de   contrefaçon   de   la   marque   et  de   cette   lutte   permanente   entre   princeps 24  et   génériques,   inoffensive   pour   le  consommateur   mais   cruciale   pour   l’économie   d’une   industrie   pharmaceutique?   Ou,  s’agit-­‐il  de  médicaments  placebo,  sous  ou  surdosés,  particulièrement  dangereux  pour  le  patient  ?   Les   deux   nous   diriez-­‐vous  !   Mais   dans   ce   contexte,   pouvons-­‐nous   faire   un  amalgame   comptable   entre   contrefaçon   (dans   le   sens   du   droit   de   la   propriété  intellectuelle)   et   crime   pharmaceutique   ou   crime-­‐contrefaçon©   (dans   le   sens   du   droit  pénal,  touchant  à  la  sécurité  d’autrui)  ?  Une  ambigüité  qui  pèse  ici  de  tout  son  poids  et  brouille  à  nouveau  la  compréhension  des  problèmes  !      Mais   au-­‐delà   du   secteur   de   la   santé   publique,   nous   pourrions   également   évoquer   les  cabinets  de  conseil  en  protection  du  droit  de  la  propriété  intellectuelle,  focalisés  sur  la  récupération   par   tous   les   moyens   des   compensations   financières   au   profit   de   leurs  clients,   au   risque   de   neutraliser   toute   la   procédure   judiciaire.   Leurs   négociations   sous   le  manteau   avec   les   contrefacteurs   empêchent   toute   statistique   judiciaire   fiable.   Nous  serions   aussi   tentés   de   pointer   du   doigt   certaines   associations   interprofessionnelles,  représentatives  de  titulaires  de  droits,  qui  ne  fondent  exclusivement  leur  existence  que  sur  un  lobbying  politique  effréné,  dédié  principalement  à  la  valorisation  des  membres  de  leur   Conseil   d’administration   et   non   au   traitement   des   litiges   de   leurs   adhérents,   trop  souvent   observateurs   alors   qu’ils   devraient   être   acteurs.   Quant   aux   administrations  douanières,  elles  se  donnent  des  raisons  d’exister  par  des  statistiques  faussées,  et  ce  à  une  époque  où  le  commerce  fait  l’objet  de  plus  en  plus  d’accords  de  libre-­‐échange.  Les  acteurs  des  secteurs  considérés  ont  donc  tout  intérêt  à  exagérer  grossièrement  le  poids  économique   de   la   contrefaçon   afin   de   pousser   les   pouvoirs   publics   à   les   soutenir.   Les  marchands   d’intelligence   économique   ont   tout   intérêt   à   continuer   leurs   enquêtes  musclées  largement  rémunérées,  voire  à  y  ajouter  Al  Qaeda,  les  invasions  de  martiens  et  autres   élucubrations   pour   vendre   au   prix   fort   leurs   «  expertises  ».   Et   les   journalistes   ont  tout  intérêt  à  reproduire  ces  fariboles  sans  se  livrer  aux  plus  élémentaires  vérifications.                                                                                                                    24 Un médicament princeps (nom de marque donné par les laboratoires pharmaceutiques) peut donner naissance au bout de20 ans à des médicaments génériques qui ont exactement les mêmes caractéristiques que la molécule d’origine, tombée entretemps dans le domaine public, mais qui coûtent moins chers à la vente.Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 51.   51  Pendant   cette   surenchère   d’informations   suspectes,   les   vrais   dangers   se   mettent   en  place,   les   acteurs   de   la   contrefaçon   industrielle   s’organisent,   les   petites   et   moyennes  industries  subissent  de  plein  fouet  la  concurrence  déloyale  et  sont  totalement  démunis  face  à  leurs  responsabilités  pénales.  Enfin,  les  consommateurs,  après  tout  concernés  en  priorité   par   cette   menace,   sont   oubliés.   Ils   sont   d’ailleurs   tellement   oubliés   qu’ils   se  déresponsabilisent  du  sujet.  Les  industries  sans  d’importants  moyens  financiers,  quant  à  elles,   jettent   l’éponge.   Le   crime   organisé   fournit   les   mafias   locales.   Les   douanes  monopolisent  leur  pré-­‐carré  sans  réelle  concertation  avec  les  autres  autorités  publiques  et   les   politiques   continuent   d’être   sous   l’influence   de   titulaires   de   droits   qui   pèsent  économiquement   et   socialement   parlant,   omniprésents   dans   les   médias   et   les   couloirs  des  instances  européennes  et  internationales.      Si  cela  ne  suffisait  pas,  le  pire  est  à  venir.  La  contrefaçon  change  de  main.  Elle  devient  de  plus   en   plus   professionnelle   et   converge   avec   la   contrebande   et   la   fraude   alimentaire  pour  devenir  des  produits  dangereux  pour  les  consommateurs.  Le  luxe  est  bien  loin  de  nos  préoccupations.    Jusqu’à   présent,   aucun   dispositif   censé   lutter   contre   la   contrefaçon,   la   fraude   ou   la  contrebande   n’est   réellement   parvenu   -­‐   à   quelques   exceptions   près   -­‐   à   remplir   son  objectif   majeur  :   assurer   l’accès   de   tous   à   des   produits   économiquement   acceptables,  tout  en  garantissant  leur  intégrité  et  leur  conformité.  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 52.   52   Chapitre Expertise : Parole de Statisticien (Pierre Kopylow) Ancien Responsable des statistiques démographiques auprès des Nations-Unies L’importance du phénomène mondial de la contrefaçon est évidemment acquise, mais ce qui reste à évaluer avec précision est donc la méthode statistique la plus fiable possible. Les calculs précis pour permettre d’évaluer cette méthode sont difficiles à stabiliser pour deux raisons majeures: Mesure de la production. La contrefaçon est une activité clandestine et les produits contrefaits sont produits, distribués et vendus en dehors des circuits officiels. Les contrefacteurs ne déclarent jamais leur activité et échappent le plus souvent à l’impôt. La production du faux est très difficilement quantifiable à grande échelle. Mesure des ventes. Le manque à gagner qu’encourent les fabricants de produits authentiques ne peut pas être évalué en soustrayant le nombre d’articles vendus du nombre total d’articles que pourrait absorber le marché, donc du volume global supposé du marché. Le marché des produits authentiques et celui des produits contrefaisants doivent donc être traités séparément, et les instruments statistiques permettant de mesurer l’un ne s’appliquent pas nécessairement à l’autre. Les indicateurs des deux marchés pourront être confrontés utilement et précisément lorsque l’on disposera de mesures fiables de la contrefaçon. Les différents intervenants dans les sources. Les saisies douanières C’est la principale source sur laquelle s’appuient les rapports nationaux et internationaux, en opérant le plus souvent des ratios produis saisis produits authentiques sur des bases qui tiennent plus de l’estimation qui convient à leur vision du phénomène que d’une véritable analyse statistique (basé sur un sondage, qui exige une méthodologie, une base de sondage, un taux de sondage, une stratification par zones géographiques et produits, et comme toujours un investissement financier conséquent). Voyons sur quoi s’appuient de nombreux rapports en nous référant à l’avant-propos du Secrétaire Général de l’Organisation mondiale des douanes qui ne cache pas que les chiffres donnés pour 2009 sont largement sous-estimés même sur les saisies elles-mêmes : « Les informations qui sont répertoriées en 2010 montrent clairement que le nombre de saisies liées aux DPI (Droits de Propriété Intellectuelle) opérées par la douane continue d’augmenter et que les produits pirates et contrefaits, notamment ceux qui menacent la santé et la sécurité des consommateurs demeurent un problème sensible ». « Les douanes ont répondu de manière dynamique aux nouvelles conditions du marché international, puisqu’un pourcentage significatif de Membres ont accru leurs efforts de surveillance des produits enfreignant les DPI à leurs frontières dans le but de protéger aussi bien leurs recettes que les droits de propriétaires des marques et la santé de leurs citoyens ».Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 53.   53   Augmentation des saisies, certes, comme le souligne ce chiffre de 13 280 saisies enregistrées par les administrations douanières françaises en 2009, contre 11 176 en 2008 1 (+19%) , mais qui peut nous indiquer plusieurs éléments dont, une tendance à la hausse de la contrefaçon notamment dans les secteurs pouvant porter atteinte à la santé et la sécurité du consommateur, mais dont il ne faudrait pas trop hâtivement tirer des conclusions statistiques (et des indices considérés comme fiables) sur les volumes réels de la contrefaçon et ses effets économiques et sociaux à l’échelle mondiale ou par région : La saisie par les douanes ou la police communiquées au CEN (Réseau douanier de lutte contre la fraude) ne représente qu’une partie des produits contrefaisants, seules 70 des 176 administrations douanières Membres de l’OMD fournissant des statistiques, par secteur comparables en termes de volume et surtout de prix. Des réticences méthodologiques sérieuses existent à qui voudrait entreprendre des analyses à l’échelon mondial « les limites en matière de compte-rendu ne sont pas identiques dans toutes les régions » et les saisies répondent à des critères (nombre d’articles, prix) fixés par le CEN, ce qui tend à éliminer des statistiques agrégées, un nombre important de petites saisies effectuées sur de « petits passeurs », en particulier dans des secteurs de la contrefaçon à haute dangerosité (tabacs, médicaments …). La précision des statistiques sur les saisies indique des tendances contradictoires, si l’on prend en compte l’augmentation des pays donnant des consignes plus strictes à leurs services douaniers et policiers à renforcer leurs contrôles aux frontières sur les produits frauduleux et contrefaits. L’augmentation de la contrefaçon même si elle est constatée en évolution et dans des secteurs à haute dangerosité qui dépassent l’imitation des marques de luxe (vêtements, maroquinerie, parfumerie), est peut-être plus ou moins forte que celle annoncée. Les sources des organismes professionnels Du côté des chiffres donnés par les associations et organisations professionnelles, on reste dans le flou le plus complet sur l’origine des sources, avec une nette tendance à la surestimation dans de nombreux secteurs, dans les domaines commerciaux, financiers et 2. les répercussions de la contrefaçon sur l’emploi Ainsi l’Union des Fabricants (Unifab) par exemple, association française de lutte anti- contrefaçon, qui regroupe près de 300 membres, missionnée par le Ministère français de l’économie, de l’industrie et de l’emploi a publié en avril 2010 un rapport tendant à évaluer l’impact subi par les entreprises implantées en France du fait de la contrefaçon. Cette association constate de façon très générale, sans argumenter, en se basant sur des chiffres ou des indicateurs précis : « Un panorama du phénomène dans le monde a été dressé, pays par pays, produit par produit, au travers d’un catalogue émanant d’organismes internationaux, d’administrations locales, d’associations, d’agences privées… . Les conséquences les plus graves de ce trafic ont été dégagées, des pertes fiscales pour les Etats, aux atteintes au développement durable, en passant par les destructions d’emplois ». Le rapport ne mentionne que quelques données sur ce panorama, avec beaucoup d’affirmations non sourcées. 1 Les auteurs de l’étude constatent eux-mêmes que tous les chiffres ont été analysés au travers d’une grille de lecture qui n’a pas été facile à construire, même si elle converge vers un même constat, celui de l’explosion du phénomène de ces dernières années. 1 291 millions de pièces en 2009 contre 225 millions en 2008 2 Voir l’avant-propos très critique sur ce sujet de : Pierre Delval, le marché mondial du faux, crimes et contrefaçons, CNRS Editions, Paris 2010. v v v  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 54.   54  C  -­‐  LA  CRISE  ECONOMIQUE  MONDIALE  ET  SES  CONSEQUENCES  MULTIPLES    L’histoire   du   monde   a   montré   qu’une   crise   économique   pouvait   avoir   des   conséquences  très   néfastes   à   bien   des   niveaux.   Déjà   en   janvier   2009,   la   Résolution   1651   (2009)   du  Conseil  de  l’Europe  soulignait  que  la  crise  actuelle  pourrait  avoir  «des  répercussions  qui  risquent   à   terme   de   saper   les   fondements   mêmes   de   la   démocratie»   et   proposait   de  rappeler   aux   gouvernements   que   «malgré   les   difficultés   financières,   les   droits   de  l’homme,   les   droits   sociaux   et   les   droits   économiques   des   citoyens   doivent   être  sauvegardés».   Malheureusement,   un   an   et   demi   plus   tard,   bon   nombre   d’Etats   membres  du   Conseil   de   l’Europe   ne   sont   plus   en   mesure   de   «stimuler   l’activité   économique,  notamment  en  accroissant  la  demande  agrégée,  afin  de  doper  la  consommation,  par  des  investissements  supplémentaires  des  pouvoirs  publics  en  faveur  des  infrastructures  et  du  logement».    Au  contraire,  certains  gouvernements  sont  dans  l’obligation  de  réduire  leurs  dépenses  et  devront  par  conséquent  appliquer  une  ou  plusieurs  des  mesures  suivantes:  réduction  de  l’investissement   public,   gel   ou   réduction   des   effectifs   du   service   public,   hausse   des  impôts,   report   de   l’âge   de   la   retraite   et   gel   ou   baisse   des   salaires   et   des   pensions.  Plusieurs   gouvernements   ont   déjà   annoncé   des   réductions   de   salaires   dans   le   secteur  public.   Les   conséquences   sociales   seront   sans   aucun   doute   beaucoup   plus   graves   que  celles  imaginées  ces  dernières  années.      Mais,  au-­‐delà  de  l’Europe  élargie,  la  crise  économique  mondiale  est  extrêmement  grave  et   constitue   un   défi   non   seulement   au   niveau   national   mais   également   aux   niveaux  européen  et  international.    La   rassurante   fiction   d’un   ordre   international   d’essence   interétatique   doit   dorénavant  laisser  la  place  à  un  chaos  mondial25.      Face   à   ce   monde   chaotique,   tout   va   vite.   Les   organisations   criminelles   se   frottent   les  mains   et   continuent   de   manière   massive   leurs   trafics   juteux.   La   crise   mondiale   est   un  magnifique  terreau  où  les  entités  dangereuses  sèment,  cultivent  et  récoltent  le  fruit  de  leurs   méfaits.   La   convergence   entre   fraude   alimentaire,   contrebande   et   contrefaçon  démontre   toute   la   puissance   de   feu   où   les   alliances,   les   hybridations   et   les   mutations  adviennent   sans   que   nous   n’y   puissions   rien,   sans   même   parfois   que   nous   le  remarquions.    Les   axes   majeurs   sont   là   où   les   besoins   et   les   marges   sont   les   plus   fortes  :   médicaments,  agroalimentaire,  tabac,  matériaux  et  équipements  de  construction,  pièces  de  rechange.    Les   besoins   sont   immenses.   La   crise   économique   a   créé   une   industrie   affaiblie   dans  l’hémisphère   nord   avec   ses   nouveaux   pauvres.   Dans   l’hémisphère   sud,   elle   a   creusé  encore  plus  le  fossé  de  la  misère.  Partout,   les   médicaments   au   meilleur   prix   font   cruellement   défaut   au   sud   et   la   guerre  des   marques   s’intensifie   au   nord.   Les   spéculations   sur   les   produits   agroalimentaires  n’ont   pas   encore   amorcé   leur   retour   à   la   normalité   dans   les   pays   en   voie   de                                                                                                                  25 « La face noire de la mondialisation » - Alain Bauer et Xavier Raufer – CNRS Editions 2009Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 55.   55  développement   et   les   pays   riches   voient   fleurir   l’installation   durable   d’une   grande  distribution  du  «  low-­‐cost  ».      Internet   continue   de   surfer   avec   le   succès   et   les   marchés   informels   s’intensifient,   sans  véritable  contrôle  des  pouvoirs  publics.  Les  équipements  et  matériaux  de  la  construction  souffrent   toujours   de   la   crise   immobilière   et   les   particuliers,   victimes   de   la   baisse   du  pouvoir   d’achat,   se   découvrent   de   nouveaux   talents   de   maître   d’œuvre,   cherchant   les  meilleures   combines   possibles   d’achat   de   matériel   au   meilleur   prix.   Dans   tous   les  secteurs   industriels,   la   crise   aidant,   le   monde   change   à   grande   vitesse   et   le  comportement   des   consommateurs   s’adapte   instinctivement,   comme   si   ils   se  préparaient  au  pire.  La  perte  de  confiance  s’installe.    Côté  criminel,  tout  va  bien.  Le  business  n’a  jamais  été  aussi  faste.  Et  au  niveau  mondial,  le  chiffre  d’affaires  consolidé  des  trafics  illicites  en  matière  de  fraude  et  de  contrefaçon  des   biens   de   grande   consommation   dépassera   sans   nul   doute   à   court   terme   la   barre   des  300   milliards   US$,   talonnant   de   près   celui   des   narcotrafics.   Les   menaces,   longtemps  pronostiquées   par   les   plus   imminents   criminologues   et   souvent   pondérées   par   des  politiques   aveugles,   sont   profondément   ancrées   dans   nos   sociétés.   Ces   menaces   sont  multiples.  Elles  sont  d’abord  externes  ou  internes  et  incluent  les  activités  subversives  ou  anti-­‐démocratiques   contre   les   institutions,   les   symboles   et   l’idéologie   des   Etats.   Elles  interviennent   ensuite   sur   l’intégrité   culturelle   de   groupes   sociaux.   Elles   sont   enfin   et  surtout  d’ordre  économique,  émanant  de  la  compétition  industrielle  et  du  chômage.      Ainsi,  le  crime-­‐contrefaçon©  est  une  menace  politique  parce  qu’il  use  de  la  corruption  des   Etats   pour   importer   des   produits   illégaux.   Certains   crimes,   comme   le   trafic   de  médicaments  ou  de  produits  alimentaires,  représentent  une  menace  sociétale,  car  ils  ont  des   effets   dévastateurs   au   niveau   individuel   et   communautaire.   Economiquement,   le  crime   organisé   parasite   les   activités   légales   du   commerce   et   de   la   finance.  Juridiquement,   le   crime   organisé   exploite   les   vides   de   la   législation   sur   l’inadaptabilité  du   droit   de   la   propriété   intellectuelle   en   se   livrant   à   des   trafics   transfrontaliers  complexes   entre   le   sud   et   le   nord   ou   à   un   commerce   de   fait,   impossible   à   contrôler   dans  certaines  régions  du  globe,  composées  le  plus  souvent  de  frontières  poreuses.       a) La  Tunisie,  un  exemple  concret    Activités  illicites,  la  contrefaçon,  la  contrebande  et  la  fraude  alimentaire  sont  de  plus  en  plus   prisées   par   le   crime   organisé   et   les   mafias   locales,   qui   les   financent   et   les  développent,   au   point   de   devenir,   avec   la   drogue   et   la   prostitution,   quelques   unes   des  principales  sources  de  revenus.    La   Tunisie   n’échappe   pas   à   ce   constat   et   la   situation   d’instabilité   nationale   de   l’après  révolution  associée  aux  phénomènes  de  crise  économique  mondiale  ne  font  qu’accélérer  un   processus   de   développement   des   marchés   domestiques   et   de   transit   illégaux   déjà  durablement  installés  ou  tolérés  durant  la  présidence  de  Ben  Ali.    La  taille  de  ce  secteur  d’activité  illicite  est  pour  l’instant  difficile  à  mesurer  de  manière  précise,   tant   qu’une   étude   sérieuse   n’aura   pas   été   menée.   Selon   les   estimations   de  l’Union  tunisienne  de  l’industrie,  du  commerce  et  de  l’artisanat  et  de  certains  hommes  d’affaires,   il   contribuait   de   15   à   20  %   au   PIB   à   fin   décembre   2010   et   employait   au   moins  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 56.   56  31,4  %   de   la   population   active   non   agricole.     Ce   chiffre   a   dépassé   les   40%   de   la  population  active  depuis  la  Révolution  du  Jasmin.  Le  secteur  informel  qui  contribue  en  Tunisie  au  développement  de  ces  marchés  illicites  se  caractériserait  par  une  multitude  de   micro-­‐entreprises   indépendantes   ou   à   caractère   familial   ayant   une   taille   moyenne  comprise   entre   2,4   et   3,6   personnes.   Les   relations   de   travail   y   seraient   fondées   sur  l’emploi  occasionnel,  les  liens  de  parenté  ou  les  relations  personnelles  et   sociales  plutôt  que  des  accords  contractuels  comportant  des  garanties  en  bonne  et  due  forme.  Pour   beaucoup   de   tunisiens,   il   semblerait   que   cette   situation   ne   relève   pas   d’une  illégalité  cachée  mais  tolérée.  Ainsi,  selon  une  enquête  réalisée  par  l’Organisation  de  la  défense   du   consommateur   au   printemps   2006,   77,6  %   des   Tunisiens   achetaient   des  produits   vendus   sur   les   marchés   parallèles   et   69,6  %   affirmaient   qu’ils   continuaient   à  acheter   des   produits   imités   et   non   contrôlés   en   sachant   qu’ils   étaient   potentiellement  dangereux  pour  la  santé  ou  l’hygiène.  88,1  %  des  consommateurs  y  avaient  recours  pour  les   prix   bas   et   44,8  %   pensaient   que   c’était   des   marchés   caractérisés   par   une   offre  abondante   et   diversifiée.   Les   hommes   d’affaires   ne   cessaient   d’ailleurs   de   dénoncer   le  laxisme   des   autorités   de   l’époque   qui   reconnaissaient   d’ailleurs   ne   pas   chercher   à  appliquer   la   législation   parce   qu’elle   ne   semblait   pas   appropriée.   Effectivement,  l’administration  fiscale  ne  poursuivait  que  rarement  les  vendeurs  et  se  comportait  avec  beaucoup  de  tolérance,  la  corruption  aidant,  du  fait  que  ce  secteur  faisait  vivre  plus  de  15  000   familles   et   assurait   un   rôle   social   et   de   survie   que   le   secteur   officiel   était  incapable   de   remplir.   Toutefois,   le   ministère   du   Commerce   envisagerait   la   mise   en   place  d’un  cadre  juridique  spécifique  aux  produits  vendus  sur  les  marchés  parallèles.  Des  trafics  en  tout  genre  fleurissent  également  le  long  des  frontières  tuniso-­‐algérienne  et   tuniso-­‐libyenne   au   point   que   certaines   agences   touristiques   algériennes   se   sont  spécialisées   dans   l’organisation   de   voyages   en   car   vers   les   villages   du   gouvernorat   du  Kef.  Le  week-­‐end,  les  habitants  participent  à  de  véritables  souks  clandestins.  Ces  trafics  représenteraient   plus   de   200   millions   US$   selon   les   statistiques   douanières   algériennes.  À   l’intérieur   du   pays,   on   voit   aussi   se   développer   une   économie   parallèle   dans   de  nombreuses  villes  :  les  marchandises  proviennent  de  l’Asie  du  Sud-­‐Est  et  arrivent  dans  des   conteneurs   aux   ports   de   Sousse,   Sfax   et   Radès.   Elles   sont   ensuite   acheminées   par  camions   vers   de   grands   entrepôts.   De   là,   elles   sont   distribuées   à   des   grossistes   et  détaillants   dans   plusieurs   villes  :   El   Jem,   M’saken,   Sousse   ou   encore   Tunis   (marché  Moncef   Bey,   rue   Zarkoun,   rue   Sidi   Boumendil,   etc.)   Les   prix   de   ces   marchandises  importées,  qui  répondent  à  la  demande  tunisienne,  sont  abordables  par  rapport  à  ceux  affichés  dans  les  espaces  du  secteur  organisé.  Dans   le   domaine   particulier   de   la   contrefaçon,   en   dépit   dun   dispositif   légal   approprié  pour   protéger   les   marques,   la   contrefaçon   a   pris   une   ampleur   telle   quil   reste   difficile,  pour  les  entreprises,  dy  défendre  leurs  droits.  Si  la  Tunisie,  comme  l’Algérie  d’ailleurs,  simposent  en  tant  quespaces  de  consommation  et  de  transit,  le  Maroc  constitue,  parmi  les  pays  du  nord  de  l’Afrique,  le  seul  véritablement  identifié  comme  étant  producteur  de  contrefaçons  de  marques.  Néanmoins,  la  Tunisie  tend  à  se  spécialiser  dans  les  fraudes  et  contrefaçons   de   produits   alimentaires   (huile   d’olive,   vins   et   légumes   en   bocaux   ou  conserves)  essentiellement  exportés  en  Europe,  ce  qui  rend  le  délit  d’autant  plus  grave.    Du  fait  de  la  libéralisation  du  commerce  extérieur  et  de  la  diversification  des  échanges,  la  Tunisie  est  véritablement  inondée  de  contrefaçons  en  provenance  de  pays  tels  que  la  Chine,   la   Turquie   ou   Dubaï.   Quil   sagisse   de   médicaments   (la   Tunisie,   malgré   sa  politique   de   santé,   n’est   plus   à   l’abri),   de   produits   alimentaires,   de   cosmétiques   ou   de  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 57.   57  pièces   de   rechange,   non   seulement   la   contrefaçon   gangrène   l’économie   nationale   mais  elle   est   également   source   de   dangers   pour   la   santé   et   la   sécurité   des   consommateurs.  Aussi   les   constructeurs   automobiles   étrangers,   par   exemple,   qui   sont   implantés   de  manière   historique   sur   le   marché   tunisien,   doivent-­‐ils   désormais   non   seulement   tenir  compte   des   avantages   dont   ils   profitent   en   termes   de   coûts   de   production,   mais  également  des  inconvénients  subis  du  fait  des  contrefaçons  de  pièces  détachées  ?    Comme   exposé   précédemment,   ces   contrefaçons   sécoulent   notamment   dans   les  marchés  informels.  Il  semble,  en  effet,  quau  lieu  de  régresser,  le  marché  parallèle  prend  de   lampleur.   Dans   certains   quartiers   sensibles,   les   magasins   de   portables,  délectroménager,   de   vêtements   ou   de   jouets   "poussent   comme   des   champignons".  Commerçants   ou   simples   citoyens   y   achètent   toutes   sortes   de   produits   et   profitent   de  prix  bas  par  rapport  à  ceux  pratiqués  dans  les  marchés  officiels.    En  matière  de  lutte  contre  les  contrefaçons,  sil  est  possible  dopter  pour  la  voie  civile  ou  la  voie  pénale,  le  bon  sens  veut  que  le  titulaire  de  droits  ait   plutôt  recours  aux  tribunaux  civils,  car  il  maîtrisera  davantage  la  procédure.    De   même,   une   action   en   concurrence   déloyale   peut,   en   outre,   être   intentée   par   le  titulaire  de  la  marque  si,  comme  dans  le  système  français,  celui-­‐ci  prouve  que  des  faits  distincts  de  la  contrefaçon  lui  ont  causé  un  préjudice.  La  faute  sera  caractérisée  le  plus  souvent  par  lintention  de  détourner  la  clientèle  du  titulaire  de  la  marque  ou  dinstaller  une   confusion   dans   lesprit   de   la   clientèle   quant   à   lorigine   des   produits.   Le   préjudice,  quant   à   lui,   est   généralement   matérialisé   par   une   perte   financière   ou   la   perte   dune  chance  de  développement  économique.    Mais,   les   réparations   obtenues   sont-­‐elles   à   la   hauteur   des   espérances   des   titulaires   de  droits   ?   Il   serait   plus   juste   de   dire   que   les   réparations   sont   à   la   hauteur   du   niveau   de  développement   économique   de   la   Tunisie,   donc   peu   élevées   aux   yeux   des   Européens,  mais   représentant   un   montant   non   négligeable   pour   les   Tunisiens.   Comme   en   France,   le  principe   veut   que   soit   réparé   le   préjudice   mais   rien   que   le   préjudice.   Or,   il   est   parfois  extrêmement   difficile   de   lévaluer,   car   de   nombreux   contrefacteurs   locaux   ne   tiennent  pas   de   comptabilité.   Aussi   les   tribunaux   se   basent-­‐ils   sur   la   saisie   réalisée   et   sur   le  bénéfice   du   contrefacteur,   ce   qui   peut   savérer   assez   frustrant   pour   les   titulaires   de  droits  et  peu  constructif  pour  la  politique  de  prévention  et  de  dissuasion  de  la  Tunisie.  En   réalité,   les   entreprises   pour   lesquelles   la   lutte   contre   la   contrefaçon   constitue   un  enjeu  certain  nont  pas  pour  objectif  premier  dobtenir  une  réparation  adéquate  :  elles  veulent   avant   tout   que   soit   mis   un   terme   aux   faits   délictueux.   Or,   sur   ce   point,   elles  peuvent   obtenir   satisfaction   puisque   les   tribunaux   prononcent   systématiquement   la  destruction   des   produits   contrefaisants.   Ceci   serait   cependant   acceptable   s’il   ne  s’agissait   que   de   produits   inoffensifs.   Or,   c’est   loin   d’être   le   cas,   et   les   citoyens  consommateurs  en  font  les  premiers  les  frais.  Concernant  la  contrebande,  le  carburant,  le  textile,  le  cheptel  ovin,  les  médicaments,  le  tabac,   le   cuivre,   les   voitures   volées,   les   stupéfiants,…et   bien   d’autres   marchandises   qui  transitent   clandestinement   entre   les   «   wilayas   »   (gouvernorats)   frontalières   de  Kasserine,   Sidi   Bouzid   (par   laquelle   transitent   les   contrebandiers),   le   Kef   du   côté  tunisien   et   Souk-­‐Ahras,   El-­‐Tarf,   Tébessa   et   Oum   El   Bouaghi   du   côté   algérien.   Sans  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 58.   58  exagération   aucune,   jamais   la   contrebande   na   été   aussi   florissante   dans   certaines  agglomérations   frontalières.   Dans   ces   zones,   la   contrebande   sévit   de   manière  endémique   d’autant   plus   qu’une   partie   de   la   population   s’est   reconvertie   dans   cette  activité  rémunératrice.  Certains  n’ont  pas  hésité  à  abandonner  leurs  activités  agricoles  pour   se   spécialiser   dans   ces   infractions   douanières   qui   rapportent   bien   et   vite   sans   trop  de  difficultés.    Il  ne  se  passe  pas  un  jour  sans  que  les  autorités  frontières  terrestres,  du  côté   tunisien   ou   algérien,   ne   parviennent   à   démanteler   des   réseaux   de   malfrats   qui  s’activent   notamment   dans   la   contrebande   du   carburant,   déchets   de   cuivre,   pastèques,  téléphones   cellulaires   et,   surtout,   le   trafic   des   véhicules.    De   même,   il   ne   se   passe   pas   un  jour  sans  que  la  presse  tunisienne  ou  algérienne  ne  nous  relate  une  affaire  de  "Contra"  ou   de   "Trabendo"   (termes   locaux,   utilisées   respectivement   par   les   Tunisiens   et   les  Algériens,   désignant   la   contrebande).   Le   comble   de   l’ironie,   le   dynamisme   et   la  débrouillardise   des   contrebandiers   semblent   être   un   trait   de   caractère   «   à   couper   le  souffle  »  aussi  bien  aux  médias  qu’aux  autorités  publiques.    En   matière   de   tabac,   le   trafic   illicite   est   particulièrement   profitable   pour   les  organisations  mafieuses  et  catastrophique  pour  l’économie  locale.      Cette   implication   du   crime   dans   les   affaires   de   l’Etat   tunisien   crée   de   vraies   injustices  sociales,   de   la   concurrence   déloyale,   de   l’appauvrissement   national   et   à   plus   ou   moins  long   terme   la   faillite   d’un   pays,   mettant   en   danger   l’économie   locale   et   tout  particulièrement  la  sécurité  et  la  santé  des  citoyens  consommateurs.  Au  risque  de  créer  à  nouveau  des  tensions  qui  pourraient  être  défavorables  au  maintien  de  la  démocratie  chèrement  payée.      Dans   ce   contexte,   l’Etat   tunisien   comme   les   sociétés   transnationales   et   autres  entreprises   ont   une   responsabilité   majeure   dans   l’équilibre   social   et   économique   du  pays,   notamment   lorsque   ce   dernier   se   trouve   en   phase   de   stabilisation   politique.   Ils  doivent   reconnaitre   et   respecter   les   normes   applicables   du   droit   international,   les  dispositions   législatives   et   réglementaires   ainsi   que   les   pratiques   administratives  nationales,  l’état  de  droit,  l’intérêt  public,  les  objectifs  de  développement,  les  politiques  sociale,   économique   et   culturelle   y   compris   la   transparence   des   produits   vendus   ainsi  que   celle   des   produits   taxés,   la   responsabilité   et   l’interdiction   de   la   corruption,   et   en  particulier  pour  les  sociétés  transnationales  et  autres  entreprises  l’autorité  du  pays  dans  lequel   elles   opèrent.   Les   sociétés   transnationales   et   autres   entreprises   doivent   donc  s’abstenir   de   toute   activité   aidant,   incitant   ou   encourageant   les   États   ou   toute   autre  entité   à   enfreindre   les   droits   de   l’homme   et   la   protection   des   consommateurs.   Elles  veillent   à   ce   que   les   biens   et   services   qu’elles   offrent   et   produisent   ne   soient   pas   utilisés  pour  violer  les  droits  du  citoyen  et  détourner  les  revenus  de  l’Etat.        Ainsi,   les   sociétés   transnationales   et   autres   entreprises   doivent   respecter   les   droits  économiques,  sociaux  et  culturels  ainsi  que  les  droits  civils  et  politiques  et  contribuer  à  leur  réalisation,  en  particulier  le  droit  au  développement,  à  une  alimentation  adéquate  et   parfaitement   identifiée   ainsi   qu’à   une   traçabilité   totale   des   produits   importés   ou  fabriqués  localement,  et  s’abstiennent  de  toute  action  qui  entraverait  ou  empêcherait  la  réalisation  de  ces  droits.    C’est   pourquoi,   les   sociétés   transnationales   et   autres   entreprises   doivent   également  adopter   des   pratiques   loyales   en   matière   d’opérations   commerciales,   de  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 59.   59  commercialisation  et  de  publicité  et  mettre  en  place  toutes  les  dispositions  nécessaires  pour  assurer  la  sécurité  et  la  qualité  des  produits  et  services  qu’elles  fournissent.  Elles  ne   peuvent   produire,   distribuer   ni   commercialiser   des   produits   dangereux   ou  potentiellement  dangereux  pour  les  consommateurs  ni  n’en  faire  la  publicité.      C’est  sur  ces  implications  là  que  le  gouvernement  tunisien  a  décidé,  entre  autre,  d’agir  afin   d’assurer   au   citoyen   consommateur,   sécurité   et   santé,   et   à   leur   pays,   stabilité  économique,   équité   fiscale   et   garantie   de   fiabilité   régalienne   pour   les   investisseurs  étrangers.     b) La  Santé  :  un  sujet  de  choix  pour  le  crime  organisé26  L’expérience   nous   apprend   qu’en   temps   de   crise,   les   résultats   obtenus   sur   le   plan   de  l’état   de   santé   et   le   risque   d’être   exposé   à   des   difficultés   financières   pour   raisons   de  santé  peuvent  être  influencés  par  une  évolution  des  ressources  qui  sont  à  la  disposition  des  systèmes  de  santé  (ressources  financières  et  humaines,  médicaments  et  dispositifs  médicaux,   frais   d’exploitation   et   infrastructures),   par   des   changements   des   conditions  de  vie,  des  modes  de  vie  et  des  comportements  des  consommateurs,   ainsi   que   par   des  modifications   des   normes   et   valeurs   sociales.   Idéalement,   le   système   de   santé   peut   et  doit   faire   trois   choses   :   protéger   les   plus   vulnérables   ;     agir   principalement   dans   les  domaines   dans   lesquels   il   est   efficace   et   produit   une   valeur   ajoutée   ;   et   se   comporter   en  acteur   économique   intelligent   sur   les   plans   de   l’investissement,   des   dépenses   et   de  l’emploi.  Pour  les  pays  dont  le  système  de  santé  est  financé  par  les  recettes  fiscales  générales,  une  diminution  du  PIB  et  de  la  production  économique  a  entraîné  une  baisse  importante  des  recettes   publiques   affectées   à   la   santé.   D’un   autre   côté,   pour   les   pays   qui   utilisent  essentiellement   des   cotisations   assises   sur   les   salaires   à   des   régimes   d’assurance  maladie,   l’augmentation   du   chômage   a   réduit   les   recettes   affectées   à   la   santé.   Les   prix  internationaux   des   médicaments   et   autres   produits   consommables   ont   augmenté   en  raison   de   l’inflation   et   de   la   dépréciation   des   monnaies.   Ces   pressions   sur   les   recettes   et  le   pouvoir   d’achat   persuadent   les   décideurs   politiques   de   réduire   les   budgets,   d’adopter  ou  de  majorer  les  paiements  réclamés  aux  patients,  les  tickets  modérateurs  ou  d’autres  types  de  financement  privé,  de  réduire  les  prestations  ou  de  tolérer  des  délais  d’attente  plus  longs.    Toutefois,   même   si   des   analyses   et   prévisions   économiques   détaillées   et   synthétiques  ont  été  publiées  au  moins  tous  les  trimestres  depuis  mi  2009,  les  effets  directs  de  cette  crise   pluridimensionnelle   sur   la   santé   restent   peu   clairs.   Jusqu’à   présent,   les  informations   et   bases   factuelles   relatives   aux   incidences   exactes   sur   les   personnes,   les  groupes   vulnérables   et   le   système   de   santé   en   général   restent   peu   concluantes   et  fragmentaires.  De  plus,  ce  type  de  données  s’avère  difficile  à  rassembler  et  à  analyser  ;  dans   de   nombreux   pays,   les   systèmes   d’information   et   de   surveillance   sanitaires   sont  assez  inadaptés  aux  besoins  des  décideurs  politiques  concernant  ces  aspects  essentiels.                                                                                                                  26 http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0007/66958/RC59_fdoc07.pdfCopyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 60.   60  Peu  de  changements  ont  été  observés  concernant  les  dépenses  des  systèmes  de  santé.  Le  secteur  européen  de  la  santé  (qui  emploie  quelque  10  %  de  la  population  active)  semble  ne   pas   avoir   perdu   beaucoup   d’emplois   et,   en   fait,   apparaît   comme   un   secteur  stabilisant.  Comme  c’est  le  cas  aussi  aux  États-­‐Unis,  la  santé  est,  effectivement,  l’un  des  très  rares  secteurs  économiques  qui  continuent  à  créer  des  emplois.  La  crise  du  crédit  semble  avoir  surtout  touché  les  investisseurs  privés  actifs  dans  le  secteur  de  la  santé  et  les  vendeurs  de  plans  d’assurance  maladie,  et  avoir  sapé  certains  types  de  partenariats  entre   le   public   et   le   privé.   Par   contre,   Les   dépréciations   des   monnaies   ont   fait   monter   le  prix  des  médicaments  et  dispositifs  médicaux  importés  dans  les  pays  concernés,  ce  qui  provoque   déjà   des   problèmes   pour   les   moins   riches   des   pays   affectés.   Déjà   confrontée  aux   menaces   que   constitue   l’expiration   des   brevets   sur   les   médicaments   vedettes   et   à  des   coûts   croissants   en   matière   de   Recherche   et   Développement,   l’industrie  pharmaceutique   a   signalé   des   difficultés   d’accès   au   crédit   et   semble   s’attendre   à   de  nouvelles  pressions  à  la  baisse  des  prix  des  médicaments.    Qu’elle   soit   ou   non   liée   au   chômage,   la   réduction   prévisible   des   revenus   des   ménages  affecte  les  dépenses  privées  consacrées  à  la  santé  et  la  capacité  des  familles  à  payer  les  soins   de   santé.   On   sait   que,   dans   le   monde   entier,   150   millions   de   personnes   sont  devenues  pauvres  depuis  2009  en  raison  de  dépenses  de  santé  ruineuses  qui  résultent  de  paiements  effectués  pour  obtenir  des  soins.  On  sait  également   qu’à  plus  long  terme,  une   mauvaise   observance   des   traitements   médicaux   pourrait   augmenter   la   prévalence  des   maladies,   les   complications   des   affections   chroniques   et   la   résistance   aux  médicaments  dans  le  cas  des  maladies  infectieuses.    La   progression   du   chômage,   la   détérioration   des   conditions   de   vie   de   millions   de  personnes  et  le  stress  supplémentaire  provoqué  par  la  crise  sont  à  l’origine  de  choix  de  modes   de   vie   malsains   ou   de   comportements   risqués   –   comme   une   consommation  accrue   de   cigarettes   de   contrebande,   de   drogues   et   d’alcool.   On   sait   que   même   des  changements   minimes   des   comportements   aujourd’hui   pourraient,   en   s’accumulant  dans   le   temps,   avoir   des   répercussions   sur   la   santé   des   années   plus   tard.   Des   signes  montrent  également  que  des  personnes  modifiant  leur  mode  de  vie  ont  un  effet  négatif  sur   la   santé.   Par   exemple,   il   a   été   signalé   que   la   consommation   de   produits   de  restauration   rapide   ainsi   que   l’achat   de   produits   alimentaires,   peu   coûteux   mais   non  contrôlés,  sont  en  augmentation,  au  risque  de  créer  de  nouvelles  pathologies  à  risque.  Le   FMI,   la   Banque   mondiale,   l’Organisation   de   coopération   et   de   développement  économiques   (OCDE),   la   Commission   européenne   et   d’autres   organismes   font   des  prévisions   économiques   très   similaires,   selon   lesquelles   les   taux   de   croissance  mondiaux   pourraient   se   rétablir     progressivement   durant   l’année   2012,   sans   atteindre  cependant   les   niveaux   observés   en   2007   (jusqu’à   2   %).   Toutefois,   dans   le   climat  économique   actuel,   tous   les   experts   s’accordent   sur   le   fait   que   les   incertitudes   liées   à  toute  prévision  sont  très  grandes  –  les  risques  sont  nombreux,  il  faudra  du  temps  avant  que  l’état  des  marchés  financiers  se  normalise,  quelle  que  soit  la  stratégie  adoptée,  et  les  entreprises   licencient   plus   vite   qu’elles   ne   recrutent.   Non   seulement   les   perspectives  sont   mauvaises,   mais   on   ne   peut   exclure   le   risque   d’une   longue   et   profonde   récession,  voire  d’une  dépression.  Ainsi,  à  mesure  que  la  crise  évolue,  les  méthodes  et  mesures  de  nature  à  la  résoudre  soulèvent  un  certain  nombre  de  questions.  Certaines  ont  trait  à  la  priorité   relative   qu’il   convient   de   donner   à   l’investissement,   par   opposition   à   la  stimulation  de  la  consommation  dans  le  cadre  des  programmes  de  reprise  économique,  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 61.   61  les   moyens   de   réduire   autant   que   possible   les   dégâts   sociaux   et   de   protéger   les   groupes  les   plus   vulnérables,   et   même   le   rôle   que   le   secteur   de   la   santé   pourrait   jouer,   en   tant  que  secteur  économique,  pour  aider  les  pays  à  sortir  de  la  crise.  Les  États  membres  de  l’Union   européenne   examinent   des   démarches   différentes   pour   améliorer   les  performances   et   se   demandent   s’il   faudrait   utiliser   la   crise   comme   une   occasion  d’apporter  des  changements  radicaux,  souvent  différés  depuis  longtemps,  dans  certaines  fonctions  et  dans  l’architecture  globale  de  leurs  systèmes  de  santé.      Les   effets   sanitaires   de   la   rapide   détérioration   des   finances   publiques   se   font   déjà  pleinement  sentir.  Au  vu  des  niveaux  de  dette  publique,  il  est  plus  que  probable  que  la  marge   de   manœuvre   budgétaire   restera   limitée.   La   détérioration   des   finances   publiques  et   son   corollaire,   la   limitation   des   moyens   d’action   budgétaires,   pourraient   forcer   les  gouvernements   à   procéder   à   des   ajustements   radicaux   et   à   adopter   des   mesures  d’austérité.   Les   systèmes   de   santé   pourraient   subir   de   fortes   contraintes   budgétaires  dans   les   années   à   venir   ;   les   autorités   sanitaires   et   les   parties   prenantes   de   ce   secteur  devront   naviguer   en   eaux   particulièrement   troubles   dans   un   avenir   proche   et   se  préoccuper   notamment   de   ce   qui   se   passera   après   la   crise   (en   premier   lieu,   les   dettes  devront  être  remboursées).    Les   effets   de   la   crise   sur   la   santé   et   les   systèmes   de   santé   sont   très   variables   d’un   pays   à  l’autre,  en  fonction  de  la  structure  de  l’économie,  du  degré  de  dépendance  par  rapport  aux   exportations   ou   des   fluctuations   de   la   monnaie   nationale,   ainsi   que   des   politiques  menées   par   le   gouvernement.   Il   n’y   aura   assurément   pas   de   stratégie   unique   ou   toute  tracée.   Dans   un   tel   contexte,   les   solutions   devront   être   adaptées   au   cas   par   cas   pour  répondre   aux   besoins   propres   à   chaque   pays.   Il   faudra   sans   aucun   doute   un   échange  d’informations  et  d’expérience  entre  les  pays  et  une  coordination  des  activités,  mais  la  priorité  absolue  doit  aller  à  l’aide  pour  l’élaboration  et  la  mise  en  œuvre  de  programmes  spécifiques  à  chaque  pays.  De   plus,   les   pouvoirs   publics   sont   désormais   plus   sensibles   à   l’importance   cruciale   du  secteur   sanitaire   et   au   rôle   de   la   santé   dans   l’économie.   Grâce   à   des   campagnes   visant   la  prise  en  compte  des  soins  de  santé  primaires,  de  la  santé  pour  tous  et  de  la  santé  dans  toutes  les  politiques,  grâce  aux  travaux  de  la  Commission  sur  les  déterminants  sociaux  de   la   santé   et   à   la   Charte   de   Tallinn27  sur   les   systèmes   de   santé   pour   la   santé   et   la  prospérité,   beaucoup   de   décideurs   politiques   de   la   Région   européenne   de   l’OMS  reconnaissent  désormais  que  l’une  des  manières  les  plus  efficaces  et  les  plus  efficientes  de   réduire   la   pauvreté   et   les   inégalités   sociales   est   de   rendre   les   services   de   santé  accessibles,   et   qu’investir   dans   la   santé   est   bon   pour   la   stabilité   sociale   et   pour  l’économie.   Comme   on   l’a   déjà   constaté   en   Finlande   au   cours   de   la   crise   qui   s’est  produite  dans  les  années  1990,  il  se  confirme  chaque  jour  qu’en  période  de  catastrophe  économique,   des   systèmes   de   santé   solides   protègent   les   citoyens   et   épargnent   à   un  grand  nombre  d’entre  eux  des  dépenses  de  santé  ruineuses.  Comme  il  est  essentiel  de  disposer  de  systèmes  de  santé  solides  pour  pouvoir  surmonter  la   tourmente,   il   est   plus   nécessaire   que   jamais   que   les   États   membres   de   la   Région                                                                                                                  27  La   présente   Charte   a   pour   objet   de   sceller   lengagement   des   États   membres   de   la   Région   européenne   de  lOrganisation  mondiale  de  la  santé  (OMS)  à  améliorer  la  santé  de  la  population  par  un  renforcement  des  systèmes  de  santé,  tout  en  reconnaissant  la  diversité  sociale,  culturelle  et  économique  qui  existe  dans  la  Région.    Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 62.   62  européenne   de   l’OMS   s’engagent   à   renforcer   leur   système   de   santé   en   se   fondant   sur   les  valeurs   et   principes   consacrés   dans   la   Charte   de   Tallinn   («   promouvoir   les   valeurs   de  solidarité,  d’équité  et  de  participation  dans  les  politiques  de  la  santé,  dans  l’affectation  des  moyens  et  dans  d’autres  actions,  en  veillant  à  ce  que  les  besoins  des  pauvres  et  des  autres   groupes   vulnérables   reçoivent   l’attention   nécessaire   »).   Il   conviendra   de   tenir  dûment   compte   du   contexte   social   pour   déterminer   la   façon   exacte   d’agir   en   faveur  d’améliorations   de   la   santé   équitables,   d’une   protection   financière,   d’une   bonne  réactivité  et  d’une  amélioration  de  l’efficience.  Il  faut  que  les  États  membres  examinent  soigneusement   la   manière   dont   ils   fournissent   des   services,   créent   les   moyens  nécessaires,   financent   leurs   services   et   assurent   la   direction   de   l’ensemble   des  organismes   et   ressources   publics   et   privés   nécessaires   pour   améliorer,   maintenir   ou  rétablir  la  santé  dans  le  cadre  politique  et  institutionnel  de  chaque  pays.    Néanmoins,  pour  les  Etats  disposant  d’une  organisation  de  santé  publique  très  encadrée,  il  conviendrait  également  d’apporter  une  vigilance  toute  particulière  à  tout  ce  qui  peut  sembler  «  sous  contrôle  ».  Ainsi,  la  France  connaît  en  2011  une  crise  sanitaire  provoquée  par  la  gravité  des  faits  révélés  par  l’affaire  du  MEDIATOR  (benfluorex),  médicament  qui  aurait  été  à  l’origine  de  nombreux  décès  (entre  500  et  2000  selon  les  études).  Selon  le  rapport   de   l’IGAS   (Inspection   Générale   des   Affaires   Sociales)   remis   le   15   janvier   2011  aux   autorités   françaises,   la   responsabilité   de   l’Agence   nationale   chargée   de   l’AMM  (Autorisation   de   Mise   sur   le   Marché)   du   médicament,   l’AFSSAPS   (aujourd’hui   l’Agence  Nationale   de   Sécurité   du   Médicament),   «  incompréhensiblement   tolérante   à   l’égard   du  MEDIATOR  »  selon  les  membres  de  l’IGAS,  a  été  reconnue  gravement  défaillante  dans  les  méthodes  et  l’organisation  de  son  système  de  pharmacovigilance.  De  même,  est  montrée  du  doigt  la  responsabilité  des  pouvoirs  publics  français  dans  leur  pilotage    de  la  chaine  du  médicament.  Cette  affaire  a  eu  le  mérite  de  mettre  en  exergue,  entre  autre,  le  manque  de  contrôle  par  l’AFSSAPS  -­‐  faute  semble-­‐t-­‐il  de  moyens  –  des  médicaments  génériques  vendus   en   pharmacie.   Or,   selon   des   études   antérieures   connues   du   Ministère   de  l’Intérieur  entre  2004  et  2006,  la  posologie  de  certains  génériques  ne  répondaient  plus  aux   exigences   de   l’AMM,   démontrant,   si   besoin   était,   la   perméabilité   réelle   des   systèmes  de   santé   les   plus   réputés   aux   risques   de   vente   officielle   et   en   toute   bonne   foi   de  médicaments  potentiellement  contrefaisants.      Dans  un  tel  contexte,  et  compte  tenu  des  menaces  du  crime  organisé  en  matière  de  crime  pharmaceutique,   les   ministères   de   la   Santé   chargés   de   diriger   leurs   systèmes   de   santé  respectifs   doivent   faire   une   proposition   raisonnable   aux   autres   parties   prenantes   et  préconiser   des   politiques   publiques   qui   représentent   une   position   centrale   concernant  la   fonction   de   direction   en   matière   de   santé   et   le   financement   de   la   santé,   et   défendre  une  démarche  favorable  à  la  santé  et  aux  personnes  pauvres  dans  tous  les  secteurs.  Ils  devront   assurément   agir   de   la   sorte   lors   des   discussions   avec   les   ministères   des  Finances,  dans  le  contexte  de  plans  de  relance  économique,  en  ce  qui  concerne  la  part  du  budget  à  allouer  à  la  santé  et  à  d’autres  secteurs  sociaux.  Ce  budget  ne    devrait  pas  être  axé  uniquement  sur  la  croissance  ou  sur  la  protection  immédiate  d’emplois  existants.      Afin  d’anticiper  les  risques  sur  la  contrefaçon  de  médicaments  et  produits  de  santé,  il  est  donc  capital  d’effectuer  des  analyses  régulières  de  la  situation  économique  et  sociale  à  l’échelon  national  et  international,  ainsi  que  des  effets  de  cette  situation  sur  la  santé  et  les   systèmes   de   santé.   Actuellement,   et   dans   de   nombreux   cas,   les   systèmes  d’information  existants  des  États  membres  ne  sont  pas  en  mesure  de  fournir  en  temps  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 63.   63  voulu  les  renseignements  sanitaires  dont  ont  besoin  les  décideurs  et  les  autres  parties  prenantes.   Un   réseau   et   un   lieu   d’échange   virtuels,   ainsi   qu’un   «téléphone   rouge   »  financés   par   l’OMS   sont   en   train   d’être   mis   en   place   au   niveau   régional   pour   aider   les  ministères  et  les  autres  parties  concernées  à  accéder  à  des  informations  et  à  des  conseils  pertinents.   Par   ailleurs,   les   ministères   ou   autres   autorités   responsables   de   la   santé  auront   besoin   de   fonctionner   en   mode   «   gestion   de   crise   »   et   de   mettre   l’accent   sur   le  recueil   d’informations   (y   compris   d’ordre   non   scientifique),   d’analyser   la   situation  régulièrement,   de   définir   clairement   des   options   stratégiques   et   de   suggérer   des  mesures   et   des   interventions   anticrise,   intégrant   les   menaces   criminelles   que   sont   les  contrefaçons  dangereuses  et  les  trafics  illicites  de  médicaments.    Avec   le   peu   d’informations   disponibles   aujourd’hui,   il   est   difficile   de   prévoir   avec   une  quelconque   exactitude   comment   la   population   des   États   membres   est   affectée.  Cependant,   l’expérience   acquise   lors   de   crises   antérieures   et   les   enseignements   qui   en  ont  été  tirés  aident  à  diriger  l’attention  vers  des  questions  précises  afin  d’anticiper  les  difficultés,  d’étudier  les  options  possibles  et  de  préparer  des  mesures  anticrise.     c) Vue  d’ensemble  du  marché  des  médicaments  dans  la  Région  européenne  de  l’OMS  La  crise  financière  affecte  le  marché  pharmaceutique  dans  la  mesure  où  elle  pousse  les  prix   des   médicaments   à   la   hausse.   En   Lituanie,   la   hausse   des   prix   est   liée   à   celle   de   la  TVA.   Mais   au   Kazakhstan,   en   République   de   Moldavie   et   en   Ukraine,   on   note   un  renchérissement   pouvant   atteindre   30   %.   Cette   hausse   généralisée   des   prix   dans  l’ensemble  de  la  Région  est  en  outre  exacerbée  dans  certains  pays  par  la  dépréciation  de  la  monnaie  locale,  comme  c’est  par  exemple  le  cas  en  Arménie.  Cette  politique  tarifaire  entraine  fatalement  un  regain  de  trafics  illicites,  aucune  protection  n’étant  au  préalable  mise  en  place  pour  éviter  ces  débordements.      Des   craintes   concernant   les   effets   de   la   crise   sur   l’utilisation   des   soins   de   santé  commencent  seulement  à  se  manifester.  En  Italie,  le  risque  d’exclusion  des  patients  des  soins  dentaires,  risque  généralement  associé  à  une  forte  participation  des  patients  aux  frais   de   santé   et   au   poids   financier   de   la   santé   dans   le   budget   des   ménages,   a   conduit   au  lancement   d’une   initiative   régionale   visant   à   assurer   aux   groupes   de   population  vulnérables   l’accès   aux   soins   dentaires.   Dans   la   partie   orientale   de   la   Région  européenne,  on  note  par  ailleurs  une  inquiétude  profonde  quant  au  renchérissement  des  prestations  de  soins  de  santé  et  des  produits  pharmaceutiques.  En  Ukraine,  par  exemple,  les  prix  des  soins  ont  augmenté  à  nouveau  de  plus  de  30  %  au  cours  des  deux  premiers  mois  de  l’année  2010  par  rapport  à  la  même  période  en  2009.  Dans  de  nombreux  pays  de   la   Région,   ces   hausses   de   prix   ont   une   influence   considérable   sur   les   dépenses   de  santé   privées   (participations   officielles   aux   frais,   tickets   modérateurs,   coûts   des  médicaments   et   paiements   informels)   et   font   craindre   que   certains   patients   ne  renoncent  à  des  soins  dont  ils  auraient  besoin  en  raison  de  leur  coût  trop  élevé  pour  se  tourner  vers  des  prestations  illicites  ou  des  achats  illégaux  sur  Internet.  Avant  même  la  crise,   en   2005,   l’OMS   notait   que   les   dépenses   de   santé   privées   représentaient   plus   de   50  %  des  dépenses  totales  en  Albanie,  en  Arménie,  en  Azerbaïdjan,  à  Chypre,  en  Géorgie,  en  Grèce,   au   Kirghizistan,   en   Ouzbékistan.   En   décembre   2009,   la   Lituanie   a   cessé  d’appliquer   aux   produits   pharmaceutique   son   taux   de   TVA   réduit   (5   %)   pour   le  remplacer   par   son   taux   standard   de   19   %,   ce   qui   a   entraîné   une   hausse   de   près   de   14   %  du   prix   des   médicaments   ainsi   qu’une   augmentation   de   10   %   des   dépenses   de   santé   par  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 64.   64  rapport  à  décembre  2008.  En  Arménie,  la  hausse  des  prix  à  la  consommation  s’élevait  à  9  %  en  2008,  ce  qui  représente  un  niveau  relativement  élevé,  avant  de  retomber  à  5,3  %  à  la  fin  de  l’année.  Toutefois,  au  début  du  mois  de  mars  2009,  le  pays  a  mis  fin  au  taux  de  change   fixe   du   drame   arménien   et   introduit   un   taux   de   change   flottant,   ce   qui   a  immédiatement  provoqué  une  augmentation  de  20  à  30  %  du  prix  de  produits  de  base  tels   que   le   pétrole   ou   les   denrées   alimentaires.   Dorénavant,   cette   flambée   des   prix  touche  également  des  médicaments  essentiels  tels  que  les  antibiotiques  ou  les  vaccins,  au  grand  bonheur  des  mafias  locales.   d) Une  politique  générale  de  santé  publique  (région  africaine)  Selon   un   rapport   des   Nations   Unies   sur   le   soutien   aux   Objectifs   du   Millénaire   pour   le  Développement  rendu  public  en  septembre  2009,  les  engagements  pour  la  lutte  contre  la  pauvreté  dans  le  monde  étaient  plus  importants  que  jamais  à  l’heure  où  la  planète  se  confrontait  à  une  crise  économique,  alimentaire  et  climatique.  2010  n’a  rien  arrangé  et  la  situation  socio-­‐économique  est  plus  que  critique.  Ce  rapport  intitulé  Strengthening  the  Global  Partnership  for  Development  in  a  Time  of  Crisis   (Renforcement   du   partenariat   mondial   pour   le   développement   en   temps   de   crise)  avait   été   rédigé   par   le   Groupe   de   réflexion   du   Secrétaire   général   sur   les   Objectifs   du  Millénaire   pour   le   Développement,   OMD,   qui   réunit   plus   de   vingt   agences   des   Nations  Unies,   le   FMI,   la   Banque   mondiale,   l’OMC   et   l’OCDE,   et   dont   le   but   est   de   suivre  l’évolution   du   partenariat   au   développement   institué   par   le   huitième   Objectif   du  Millénaire  pour  le  développement.  L’aide   publique   au   développement   (APD)   avait   augmenté   d’environ   10   %   en   2008,   pour  atteindre   119,8   milliards   $,   d’après   ce   Rapport.   La   part   de   l’APD   dans   le   revenu   national  brut  des  pays  donateurs  s’était  également  améliorée,  passant  de  0,28  %  en  2007  à  0,30  %   en   2008.   Mais   cette   hausse,   confirmée   en   2010,   n´est   pas   suffisante   pour   atteindre  l’objectif   convenu   de   0,7   %   d’ici   à   2015.   Il   a   été   également   loin   de   l’engagement   de  porter  les  flux  d’aide  annuels  à  environ  155  milliards  de  dollars  US  pour  2010.  La  crise  mondiale   a   mis   les   budgets   de   l’aide   des   pays   donateurs   sous   pression,   rendant   cet  objectif   intermédiaire   plus   difficile   à   atteindre.   Ce   Rapport   soulignait   également   un   «  déséquilibre   »   dans   la   répartition   de   l’APD,   car   l’essentiel   de   son   augmentation   depuis  2000   s’était   limité   à   une   poignée   de   pays   sortant   de   conflits,   notamment   l’Irak   et  l’Afghanistan.   En   revanche,   parmi   les   nations   africaines   les   plus   pauvres   plusieurs   ont  enregistré  un  très  faible  accroissement  de  l’aide.  Les   pays   en   développement   ont   été   frappés   par   l’effondrement   du   financement   du  commerce  depuis  le  début  de  la  crise  financière,  représentant  une  chute  d´entre  100  et  300   milliards   de   US$.   L’étranglement   du   financement   commercial   est   venu   s’ajouter   aux  effets   néfastes   de   nouvelles   restrictions   commerciales   dans   de   nombreux   pays,   ainsi  qu’à  l’impasse  dans  les  négociations  commerciales  dans  le  cadre  du  Programme  de  Doha  pour  le  développement.  Par   rapport   à   un   accord   de   2005   de   l’Organisation   mondiale   du   commerce   à   Hong   Kong  d’autoriser   un   accès   en   franchise   de   droit   pour   97   %   des   importations   des   pays   les   plus  pauvres,   seuls   80   %   des   exportations   des   pays   les   moins   avancés   (PMA)   ont   acquis   le  statut  «  hors  taxe  »  sur  les  marchés  des  pays  industrialisés.  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 65.   65  Même  après  le  succès  de  deux  importantes  initiatives  d’allègement  de  la  dette,  les  prix  élevés   des   combustibles   et   des   denrées   alimentaires   importés,   ajoutés   à   la   faible  demande   des   biens   d’exportation   ont   entravé   la   capacité   de   nombreux   pays   en  développement   à   régler   leur   dette   extérieure.   Les   conséquences   ne   se   sont   pas   faits  attendre,   notamment   par   l’accroissement   notable   depuis   2010   des   trafics   illicites   de  médicaments   (de   l’ordre   de   20   à   60%   selon   la   situation   économique   des   Etats   d’Afrique  de  l’Ouest  et  de  l’Est).     e) Accès  aux  médicaments    On  constate  qu´en  même  temps  que  le  pouvoir  d’achat  des  pauvres  est  menacé,  le  coût  de  nombreux   médicaments   essentiels   est   en   hausse.   En   moyenne,   les   habitants   des   pays  en   développement   paient   aujourd’hui   trois   à   six   fois   plus   que   les   prix   de   référence  internationaux  pour  les  médicaments  génériques  les  moins  chers.    Le   rapport   «  Strengthening   the   Global   Partnership   for   Development  »   recommandait  l’instauration   de   partenariats   public-­‐privé   afin   d’améliorer   l’accès   aux   médicaments  essentiels.    Il   se   dégageait   de   cette   étude   un   thème   important,   à   savoir   que   la   mise   en   œuvre   de  l’ensemble   des   engagements   pouvait   encourager   une   croissance   économiquement   et  écologiquement  durable:  une  croissance  qu´atténuait  les  changements  climatiques  tout  en  faisant  face  les  déficits  politique,  économique  et  en  matière  de  santé  publique  liés  à  l’extrême  pauvreté.  Aujourd’hui,  rien  n’a  bougé.  Dans  le  cadre  d’une  action  commune  avec  l’UNICEF  et  le  Fond  mondial  de  lutte  contre  le  Sida,  la  tuberculose  et  le  paludisme,  UNITAID  a  versé  plus  de  15  millions  de  dollars  US  à  l’UNICEF   pour   l’achat   de   plus     de   neuf   millions   de   traitements   antipaludéens   par   des  associations   à   base   d’artémisinine   (ACT,   artemisine-­‐based   combination   therapy)   pour  huit  pays  d’Afrique  et  d’Asie.  De  même,  grâce  au  concours  d’UNITAID,    d’un  montant  de  23  millions  de  dollars,  des  projets  bénéficiant  d’aides  du  Fond  mondial  ont  pu,  en  2010,  étendre  l’accès  aux  ACT  dans  13  pays  d’Afrique  et  d’Asie  où  le  paludisme  est  endémique.  En  outre,  UNITAID  avait  engagé  109,2  millions  de  dollars  US  en  faveur  de  l’UNICEF  en  2008,   pour   l’achat   et   la   distribution   en   2009   et   2010   de   20   millions   de   moustiquaires  dans  huit  pays  fortement  touchés.    Bien   que   le   paludisme   soit   parfaitement   curable   en   l’espace   de   plusieurs   jours,   il   est  toujours   souvent   fatal   faute   d’un   diagnostic   rapide   et   d’un   traitement   efficace.   Une  intervention   immédiate   est   particulièrement   importante   pour   les   catégories   les   plus  vulnérables,   à   savoir   les   enfants   de   moins   de   cinq   ans,   les   femmes   enceintes   et   les  personnes   dont   le   système   immunitaire   est   affaibli,   par   exemple   à   cause   du   VIH/Sida.  Aujourd’hui,   le   paludisme   se   maîtrise   essentiellement   par   le   diagnostic   précoce   et   le  traitement  par  des  médicaments  efficaces  ainsi  que  par  la  prévention  de  la  transmission,  le   meilleur   moyen   étant   l’utilisation   de   moustiquaires   imprégnées   d’insecticide.  Largement  répandue  en  Afrique  et  en  Asie,  la  résistance  aux  traitements  plus  anciens  du  paludisme,   comme   la   chloroquine,   exacerbe   le   problème   et   contribue   à   l’augmentation  des   taux   de   mortalité   enregistrée   depuis   les   années   1990.   Le   seul   traitement   réellement  efficace  dans  les  régions  où  la  résistance  à  d’autres  médicaments  est  quasi  généralisée,  est   le   traitement   par   des   associations   à   base   d’ACT,   mais   ce   dernier   n’est   toujours   pas  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 66.   66  suffisamment   disponible   pour   tous   les   patients   pour   inverser   la   tendance   fatale   de   la  maladie.  La  maîtrise  du  paludisme  se  heurte  à  deux  obstacles  majeurs  :  le  coût  élevé  des  ACT   et   les   longs   délais   de   livraison   des   moustiquaires.   En   réaction   à   cette   situation,  UNITAID   et   ses   partenaires   –   UNICEF   et   Fond   mondial   de   lutte   contre   le   Sida,   la  tuberculose  et  le  paludisme  –,  ont  concentré  leurs  actions  sur  :     • Le   renforcement   du   traitement   par   ACT,   avec   l’objectif   de   traiter   54,5   millions   de   cas  de  paludisme  à  fin  2011,  et  l’utilisation  de  son  modèle  de  marché  pour  influer   sur  le  nombre  de  fabricants  et  de  produits  sur  le  marché,  faire  baisser  les  prix  et   contribuer  à  accélérer  l’assurance  qualité;     • Le   renforcement   de   la   généralisation   des   moustiquaires,   en   fournissant   10   millions  de  moustiquaires  en  2010,  et  l’utilisation  de  son  modèle  de  marché  pour   assurer  une  réduction  des  délais  de  livraison  et  des  prix.    Malgré   l’existence   des   ACT   qui   guérissent   le   paludisme   en   tout   juste   trois   jours,   on  enregistre  encore  près  d’un  million  de  décès  en  2010  en  raison  de  l’accès  insuffisant  à  ce  traitement   efficace   et   le   développement   exponentiel   des   trafics   de   faux   médicaments  anti-­‐paludisme.   Le   coût   élevé   des   ACT   constitue   un   obstacle   majeur,   de   même   que   la  faible   disponibilité   de   formulations   pédiatriques   d’ACT.   Sans   la   perspective   d’un  financement   durable   permettant   une   bonne   planification   et   une   vraie   politique   de  prévention  et  de  dissuasion  techniques  et  juridiques  anti-­‐contrefaçons,  les  pays  hésitent  à   abandonner   la   chloroquine,   nettement   moins   onéreuse,   au   profit   des   ACT.   A   titre  comparatif,   le   prix   va   de   5   cents   américains   pour   la   chloroquine   à   1   dollar   US   pour   le  Coartem  commercialisé  par  Novartis  et  environ  90  cents  pour  un  ACT  fabriqué  par  Cipla.  Plusieurs   fabricants   produisent   des   ACT,   dont   neuf   ont   reçu   l’assurance   qualité   du  programme  de  présélection  de  l’Organisation  mondiale  de  la  Santé  (OMS).  Or,  bien  que  les   enfants   de   moins   de   cinq   ans   soient   les   plus   exposés   au   risque   de   mourir   du  paludisme,  une  seule  des  formulations  d’ACT  ayant  reçu  un  label  qualité  est  destinée  à  un  usage  pédiatrique.  Comme  pour  d’autres  maladies,  le  manque  d’intérêt  des  fabricants  pour  les  médicaments  pédiatriques  est  très  inquiétant.    f)  Le  danger  des  marques  de  distributeurs28  L’Europe   confirme   sa   vocation   à   être   un   marché   porteur   pour   les   marques   de  distributeurs   (MDD),   en   particulier   parce   que   les   spécificités   régionales,   encore   fortes,  qui  freinaient  naguère  leur  développement  tendent  à  diminuer.  Les  comportements  de  crise  des  consommateurs  ne  sont  pas  le  seul  facteur  d’accélération  pour  les  MDD,  mais  aussi   l’intérêt   bien   compris   des   enseignes   qui   européanisent   ainsi   d’autant   mieux   leur  approvisionnement.  Conséquence,  la  valorisation  des  meilleures  sociétés  spécialisées  en  MDD  tend  à  rejoindre  celle  des  sociétés  à  marque  lors  des  fusions-­‐acquisitions.    L’Europe  constitue  le  premier  marché  mondial  des  produits  à  marque  de  distributeurs  (MDD).  En  effet,  leur  part  de  marché  atteint  globalement  23%  sur  la  zone  Europe  contre  à   peine   16%   aux   USA   et   entre   2   et   4%   en   Amérique   Latine   ou   en   Asie,   indiquait   une  récente  étude  de  Close  Brothers  International  en  2009.  Cependant,  au  sein  même  de  la                                                                                                                  28 Cette analyse a été construite sur la base des dernières études marketing 2008-2009 dans le domaine des marques,notamment Close Brothers.Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 67.   67  zone   Europe,   les   disparités   sont   très   importantes   que   ce   soit   en   termes   de   taux   de  pénétration   des   MDD   ou   d’évolution   de   ce   même   taux   de   pénétration.   Historiquement  forte  au  Royaume-­‐Uni  et  en  Suisse,  la  part  de  marché  des  MDD  plafonne  ces  dernières  années   dans   ces   deux   pays   :   avec   déjà   près   de   40%   de   part   de   marché   en   valeur,   leur  progression   est   désormais   difficile.   Dans   des   pays   tels   que   la   France,   l’Allemagne   et  l’Espagne,   où   la   grande   distribution   est   puissante,   les   MDD   représentent   déjà   plus   de  20%  du  marché  et  ne  cessent  de  progresser.  L’Italie  constitue  un  cas  spécial  en  Europe  de  l’Ouest  :  en  effet  le  réseau  de  petits  détaillants  y  demeurant  très  fort,  les  MDD  peinent  à  s’implanter  sur  ce  marché  et  elles  s’y  développent  plus  lentement.  Les   pays   d’Europe   centrale,   en   revanche,   sont   une   zone   de   croissance   rapide   sous   la  double   impulsion   de   la   croissance   du   pouvoir   d’achat   et   de   l’implantation   massive   et  rapide  de  la  grande  distribution.  Les  marques  régionales  y  sont  encore  très  répandues  mais  la  situation  a  commencé  à  évoluer  considérablement.  Quel  que  soit  le  pays  d’Europe  considéré,  les  motivations  d’achat  du  consommateur  final  étaient   jusqu’à   un   passé   récent   identiques   dans   la   très   grande   majorité   des   pays:   c’est  essentiellement   le   rapport   qualité-­‐prix   qui   retenait   son   attention.   Or,   aujourd’hui,   les  choses   ont   sensiblement   changé   et,   selon   les   catégories   et   selon   les   pays,   les  consommateurs  ont  aujourd’hui  une  image  différente  des  MDD  :   • les  consommateurs  ont  une  perception  du  prix  de  la  MDD  (prix  «  perçu  »)  qu’ils   situent   à   un   niveau   d’environ   20   à   30%   moins   élevé   que   celui   du   produit   à   marque  (même  si  dans  la  réalité,  cet  écart  est  moindre)  ;   • pour   de   plus   en   plus   de   consommateurs,   les   MDD   sont   des   produits   de   qualité   (jusqu’à   82%   des   Hollandais   considèrent   les   MDD   comme   étant   d’aussi   bonne   qualité  que  les  produits  à  marque)  ;   • dans  l’image  des  MMD  il  entre  une  part  croissante  de  l’innovation  :  les  produits   MDD  deviennent  des  créateurs  de  nouveautés.  En   parallèle,   l’offre   MDD   s’est   elle-­‐même   segmentée   pour   répondre   aux   évolutions   du  marché  ;  on  distingue  aujourd’hui  3  types  de  MDD  :   • les  «  low  price  »  qui  ont  en  premier  lieu  un  positionnement  «  prix  »,  en  réponse   au   développement   du   hard   discount,   et   qui   ont   pour   but   de   «   récupérer   »   les   consommateurs   qui   ont   quitté   la   grande   distribution   traditionnelle   au   profit   du   hard  discount  ;   • les   «   me   too   »,   destinées   à   être   en   compétition   directe   avec   les   marques   nationales  ;   • les   «   high   quality   »,   dernier   développement   en   date   de   la   grande   distribution,   qui   ont  adopté  un  positionnement  «  qualité  »  (au  détriment  du  prix)  pour  attirer  et   fidéliser  de  nouveaux  consommateurs.  Nouvelle   caractéristique   importante   de   ce   marché,   les   perspectives   d’évolution   de   la  MDD  sont  d’autant  plus  favorables  que  les  consommateurs  jeunes  (entre  16  et  34  ans)  sont   les   acheteurs   les   plus   fréquents   de   produits   MDD.   Au   point   que,   désormais,   le  pourcentage   de   consommateurs   qui   déclarent   qu’ils   achèteront   plus   de   produits   MDD  est  largement  supérieur  à  celui  de  ceux  qui  déclarent  le  contraire.  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 68.   68  Au   sein   de   l’univers   des   MDD,   il   subsiste   encore   de   fortes   disparités   par   produit   en  termes  de  pénétration.  Toutefois,  la  tendance  de  fond  ne  fait  pas  de  doute,  ces  taux  de  pénétration   sont   en   croissance   dans   la   quasi-­‐totalité   des   segments   de   marché,   en  particulier  depuis  un  certain  temps  sur  les  yaourts  et  les  plats  cuisinés.  Ce  qui  est  plus  inédit,  c’est  qu’elles  ont  connu  une  forte  croissance,  sur  la  période  récente,  dans  certains  segments  où  les  marques  de  fabricant  étaient  tout  à  fait  à  l’abri  d’une  concurrence  des  MDD.    C’est   le   cas   pour   le   bio,   ou   l’alimentation   infantile,   souligne   Close   Brothers,   alors   que  pour   ces   produits   les   consommateurs   avaient   toujours   recherché   la   caution   des  marques,   quitte   à   payer   significativement   plus   cher…   et   c’est   là   qu’on   enregistre   la  croissance  du  taux  des  MDD  la  plus  forte  du  marché  (+34  %).  Seuls  restent  pour  l’instant  préservés  de  l’assaut  des  MDD  les  produits  d’impulsion  comme  la  confiserie  de  chocolat,  pour  lesquels  l’acte  d’achat  est  essentiellement  irrationnel  ;  les  marques  y  jouent  encore  un  rôle  majeur  par  leur  forte  politique  d’innovation  et  la  publicité  associée.  Dans   une   conjoncture   économique   difficile,   entraînant   une   pression   sur   le   pouvoir  d’achat,  les  MDD  ont  donc  un  positionnement  idéal  pour  répondre  aux  préoccupations  croissantes  :   • des  consommateurs  :  obtenir  le  meilleur  rapport  qualité-­‐prix  ;  on  devrait  assister   dans   les   années   à   venir   à   la   poursuite   de   la   pénétration   des   MDD   sur   la   grande   majorité  de  produits  ;   • des   enseignes   :   offrir   des   gammes   MDD   homogènes   sur   certains   continents   tels   que  l’Europe  ou  les  USA.  Le  grand  défi  des  produits  MDD  cest  dêtre  en  effet  innovants.  Avant,  ils  étaient  connus  pour  être  surtout  des  copies  de  produits  de  grandes  marques.  Pour  changer  la  tendance,  les  MDD  proposeront  des  produits  issus  du  commerce  équitable  comme  du  chocolat  ou  du   café.   Lautre   grande   tendance   des   prochaines   innovations   est   le   lancement   de  gammes   bio.   Cela   concerne   les   yaourts,   le   beurre,   les   biscuits,   les   fruits   et   les   légumes  par   exemple.   Dune   manière   générale,   les   produits   de   MDD   travaillent   le   goût   pour  proposer  des  recettes  traditionnelles,  sans  oublier  de  revoir  le  packaging.      Si   sur   le   fond,   ce   développement   du   marché   des   produits   MDD   semble   être   en   totale  adéquation   avec   les   besoins   exprimés   par   une   population   de   consommateurs   à   la  recherche  du  meilleur  prix,  il  n’en  reste  pas  moins  que  les  menaces  sont  réelles,  tant  en  terme  de  fraude  alimentaire  que  de  contrefaçon.    Les   produits   de  MDD   sont   rarement   fabriqués   par   les   groupes   distributeurs   eux-­‐mêmes  à   lexception   de   quelques   uns   comme   Intermarché   en   France   et   Migros   en   Suisse.   La  course  à  la  taille  critique  est  à  ce  jour  lenjeu  de  ces  industriels  hyperspécialisés,  comme  en  Grande-­‐Bretagne.  Par  contre,  une  forte  proportion  (plus  de  70%)  des  MDD  en  France  sont   encore   fournies   par   des   PME,   sachant   que   les   fabricants   de   grande   marque  nationale   sy   intéressent   de   plus   en   plus   afin   de   réduire   leurs   frais   fixes   en   faisant  fonctionner  leur  outil  de  production  à  plein  rendement  et  pour  pénétrer  le  circuit  hard  discount.  Toutefois,  une  industrie  spécialisée  commence  à  monter  en  puissance  et  donne  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 69.   69  lieu  à  des  rachats  et  des  concentrations  dans  ce  secteur29.  La  fabrication  de  MDD  exige  un  grand  savoir  faire  industriel  pour  allier  compétitivité  et  qualité  des  produits  comme  des  services  (logistiques  -­‐  innovation  ...)  Souplesse,  créativité  et  réactivité  caractérisent  ces   entreprises   souvent   méconnues   qui   réinvestissent   en   permanence   dans  loptimisation  de  loutil  industriel  et  dans  la  formation  de  leur  personnel.      Néanmoins,   la   tentation   est   grande   pour   quelques   uns   d’entre   eux   d’importer   des  matières   premières   sans   réel   contrôle   qualité   à   l’instar   de   l’Affaire   Lesieur   ou   tout  simplement  de  sous-­‐traiter  directement  les  produits  dans  des  pays  à  haut  risque  comme  en  Chine.      Les   marques   de   distributeurs   sont   amenées   à   jouer   un   rôle   prépondérant   dans   les  relations   entre   producteurs   et   distributeurs.   Ces   relations   ne   sont   pas   faciles   à  appréhender  car  elles  sont  à  la  fois  marquées  par  la  collaboration  et  la  compétition  pour  le  contrôle  de  la  chaîne  de  distribution.    La  fulgurante  ascension  des  parts  de  marché  des  MDD  est  à  l’origine  d’une  réaction  des  producteurs  résolus  à  se  battre  pour  ne  pas  en  perdre.  Ainsi,  on  a  pu  parler  de  «  guerre  des   marques  »   à   propos   de   la   concurrence   entre   les   producteurs   et   les   distributeurs.  Cette   compétition   entre   producteurs   et   distributeurs   peut   être   analysée   à   plusieurs  niveaux.  D’abord,  on  constate  qu’au  niveau  de  la  qualité,  certains  distributeurs  disposent  de  compétences  (service  qualité  doté  d’ingénieurs  et  de  techniciens)  ou  mandatent  des  prestataires  extérieurs  pour  réaliser  des  audits  afin  dévaluer  la  fiabilité  du  fournisseur7.  Ensuite,   la   compétition   entre   producteurs   et   distributeurs   se   retrouve   au   niveau   du  positionnement.  Au  début  de  leur  lancement,  les  MDD  étaient  des  marques  dentrée  de  gamme   soucieuses   de   faire   face   au   refus   de   vente   des   fabricants.   Or,   aujourd’hui,   les  distributeurs   s’investissent   dans   des   créneaux   porteurs   jusque-­‐là   exploités   par   des  marques  de  producteurs.  Cette  guerre  des  marques  est  un  facteur  potentiel  de  risques,  tant  sur  la  tromperie  que  sur  la  qualité.  Catalysée  par  la  crise,  cette  situation  sera  à  court  terme   un   futur   marché   de   masse   pour   le   crime   organisé,   notamment   dans   les   pays  émergents   d’Europe,   avec   tous   les   risques   que   cela   implique   en   termes   de   sécurité   et  santé  publique.    La   commission   de   lenvironnement,   de   la   santé   publique   et   de   la   sécurité   alimentaire   au  sein  de  l’Union  européenne  a  perçu  ce  risque.  Elle  invite  la  commission  de  lagriculture  et   du   développement   rural,   compétente   au   fond,   à   incorporer   dans   la   proposition   de  résolution  2009  les  suggestions  suivantes:   • souligne  que  les  systèmes  de  certification  de  la  qualité  des  aliments  devraient   offrir   aux   consommateurs   des   informations   et   une   garantie   quant   à   lauthenticité  des  ingrédients  et  des  modes  de  production  locaux;  estime,  par   conséquent,   quil   importe   dappliquer   et   dexploiter   ces   systèmes   en   les   accompagnant  de  contrôles  renforcés  et  de  systèmes  de  traçabilité;   • estime   quil   est   souhaitable   dinscrire   sur   létiquetage   le   lieu   dorigine   du   principal  ingrédient  ou  des  principaux  ingrédients  dun  produit  alimentaire  si   le   principal   ingrédient   ne   provient   pas   dune   "indication   géographique   protégée"   (IGP)   ou   dune   "appellation   dorigine   protégée"   (AOP);   est   davis                                                                                                                  29 Patrick Déniel, Yves Dougain, Concentration dans les marques dhypers, LUsine Nouvelle, n°3057,24/05/2007, p.24Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 70.   70   que   le   principal   ingrédient   doit   être   compris   comme   un   ingrédient   qui   constitue   plus   de   50  %   du   produit;   souligne,   en   outre,   que   lutilisation   des   systèmes  détiquetage  devrait  être  facultative;     • se   prononce   en   faveur   dune   simplification   plus   poussée   des   normes   de   commercialisation  grâce  à  une  définition  plus  précise  des  principaux  critères   à   appliquer;   demande   que   soient   élaborées   des   lignes   directrices   de   lUnion   européenne  pour  lutilisation  des  mentions  réservées  générales  telles  que  "à   faible   teneur   en   sucre",   "à   faibles   émissions   de   carbone",   "diététique"   ou   "naturel",  en  sorte  dempêcher  les  pratiques  trompeuses;   • souligne   la   nécessité   de   promouvoir   les   produits   et   les   modes   de   culture   biologiques,   qui   fournissent   des   produits   alimentaires   de   qualité   supérieure   et   contribuent   à   la   protection   de   lenvironnement   et   du   bien-­‐être   des   animaux;   se   prononce   en   faveur   dune   simplification   du   système   de   certification,  de  manière  à  permettre  au  marché  des  produits  biologiques  de   se  développer  encore,  et  de  linstauration  dans  les  plus  brefs  délais  dun  logo   de   lUE   obligatoire,   en   sorte   que   les   consommateurs   connaissent   mieux   et   reconnaissent  plus  aisément  les  produits  biologiques;     • mesure  que  les  consommateurs  ont  des  exigences  croissantes  pour  ce  qui  est   de   la   qualité   des   produits   alimentaires,   sur   le   plan   de   la   sûreté,   mais   aussi   sous  laspect  éthique,  notamment  quant  à  la  préservation  de  lenvironnement,   à   la   protection   du   bien-­‐être   animal   et   aux   techniques   mettant   en   œuvre   des   organismes   génétiquement   modifiés   (OGM);   demande   à   la   Commission   de   définir   des   critères   pour   les   initiatives   en   faveur   de   la   qualité,   comme   les   systèmes  détiquetage  volontaire  attestant  labsence  dOGM,  de  manière  à  ce   que   les   consommateurs   puissent   choisir   les   produits   en   connaissance   de   cause.  En  2010,  lAsie  demeure  la  première  région  de  production  de  contrefaçons  de  produits  alimentaires   avec   70   %   des   saisies   provenant   de   Chine.   Fait   nouveau,   on   assiste   à   une  très   forte   progression   des   produits   originaires   dAfrique.   Avec   16,8   %,   le   continent  africain  se  place  au  second  rang  des  régions  productrices  de  contrefaçons.  La  troisième  place  est  occupée  par  lUnion  européenne,  avec  9,1  %,  les  secteurs  les  plus  touchés  étant  les   biscuits,   les   produits   laitiers   et   les   eaux   minérales.   Le   risque   est   réel.   Dans   un  contexte   socio-­‐économique   difficile,   les   produits   de   la   grande   distribution   et   plus  particulièrement   les   produits   de   marque   et   MDD   doivent   établir   une   relation   de  confiance  avec  le  consommateur.  Cette  confiance  s’établira  par  la  garantie  de  conformité  technique   et   d’origine,   relayée   par   des   marquages   d’authenticité   et   l’assurance   d’une  communication/éducation  interactive  entre  le  producteur  et  le  consommateur.       g) Les  produits  du  terroir  :  un  nouveau  marché  pour  les  trafics  illicites  Pau   Roca,   Secrétaire   général   de   la   Fédération   nationale   des   vins   d’Espagne,   amène   en  2009  le  sujet  du  vin  sur  un  terrain  particulièrement  riche  en  perspectives  ;  Non  pas  en  regard   des   produits   vitivinicoles   à   proprement   parlé,     mais   de   tous   les   produits  alimentaires   en   général   qui,   aujourd’hui,   suscitent   la   convoitise   parce   qu’ils  représentent  une  forte  valeur  ajoutée.  Que  ce  soit  l’huile  d’olive,  le  vin,  les  spiritueux,  les  fromages,   les   jambons   (notamment   d’Espagne   et   d’Italie)   ou   tout   autre   produit   qui  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 71.   71  représente   le   goût,   l’authentique,   l’unique,   les   marchés   des   terroirs   sont   une   cible   de  prédilection  pour  les  fraudeurs  et  criminels  en  tout  genre.    Les  exemples  n’ont  pas  manqué  en  2009.  La  contrefaçon  et  la  fraude  sont  devenues  un  véritable  problème  de  santé  publique  ;  Nous  le  savions.  Après  avoir  touché  les  logiciels,  la  pièce  détachée  et  le  médicament,  voilà  que  le  champ  des  produits  contrefaits  touche  à  présent  les  produits  alimentaires  haut  de  gamme.  En  effet,  certains  producteurs,  peu  scrupuleux,  n’hésitent  pas  à  incorporer  des  produits  chimiques   nocifs   aux   différents   aliments   que   nous   consommons,   c’est   le   cas,   par  exemple,  de  l’huile  d’olive.  C’est   lors   d’une   conférence-­‐débat   sur   la   production   d’olives   et   le   marché   de   l’huile  d’olive   en   Algérie,   organisée   par   l’Union   générale   des   commerçants   et   artisans   algériens  (UGCAA),   en   avril   2009,   que   M.   Rachid   Bouziane,   directeur   de   la   Conserverie   de   la  Mitidja,  a  dénoncé  le  recours  de  certains  vendeurs  à  la  contrefaçon,  en  affirmant  avoir  découvert   lui-­‐même   sur   le   marché,   que   son   propre   produit,   portant   sa   marque,   a   été  contrefait  par  un  revendeur  qui  lui  avait  rajouté  des  composants  chimiques  dangereux  (huile   de   vidange)   pour   améliorer   sa   couleur.   Pour   lutter   contre   ce   phénomène  dangereux   pour   la   santé   publique,   les   conférenciers   ont   appelé   les   services   publics  compétents   à   intensifier   les   campagnes   de   sensibilisation   en   direction   des  consommateurs.  En   outre,   les   producteurs   ont   demandé   de   renforcer   les   laboratoires   spécialisés   et   la  direction   de   contrôle   de   la   qualité   pour   lutter   contre   ce   type   de   contrefaçon.   Il   est   à  noter   que   l’Algérie   est   classée   7e   producteur   oléicole   dans   le   monde,   et   importe   une  certaine   quantité   d’huile   d’olive   afin   de   satisfaire   les   besoins   du   marché   national.  D’après   le   ministère   de   l’Agriculture,   la   production   nationale   d’huile   d’olive   est   en  moyenne   de   35   000   tonnes   par   an   et   80   000   t/an   d’olives   de   table.   D’un   autre   côté,  l’Algérie   importe,   350   000   tonnes   d’huile   végétale   autre   que   l’huile   d’olive   pour   une  consommation  d’huile  et  de  graisse  estimée  à  100  000  tonnes  par  an.  L’Algérie  est  parmi  les   producteurs   d’huile   d’olive   dans   la   région   de   la   Méditerranée   qui   représente   98%   de  la   production   mondiale,   avec,   une   première   place   pour   l’Espagne,   suivie   de   l’Italie,   la  Grèce,   le   Portugal   et   la   Tunisie.   Nul   ne   doute   que   dans   un   contexte,   où   une   partie   des  consommateurs   est   de   plus   en   plus   demandeuse   de   produits   de   bouche   haut   de   gamme,  un  futur  trafic  illicite  s’ouvrira.  De   même,   Les   syndicats   agricoles   italien   Coldiretti   et   français   FNSEA   (Fédération  nationale   des   syndicats   d’exploitants   agricoles)   ont   signé   le   19   mai   2009   un   accord,  baptisé   «   Pacte   européen   avec   le   consommateur   »,   pour   garantir   des   prix   corrects   et  protéger   les   produits   sous   appellations   contre   les   contrefaçons   alimentaires.   L’accord  entre   les   deux   syndicats,   signé   par   le   président   de   la   Coldiretti,   Paolo   Bedoni,   et   son  homologue  de  la  FNSEA,  Jean-­‐Michel  Lemetayer,  prévoit,  selon  un  communiqué  conjoint,  de  «  garantir  l’honnêteté  dans  la  formation  des  prix,  la  transparence  de  l’information  sur  l’origine  des  aliments,  la  sauvegarde  de  la  santé  et  de  l’environnement  ».  Mais  il  prévoit  aussi   «   la   protection   des   productions   typiques   contre   les   imitations   et   la   piraterie  internationale  ».    Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 72.   72  Une   longue   liste   de   produits   à   défendre   au   sein   de   l’OMC.   Parmi   ces   produits,   certains  fromages  :  «  Regianito  (au  lieu  du  Parmigiano  Reggiano)  en  Argentine,  Grana  Padona  (au  lieu   de   Grana   Padana)   dans   toute   l’Amérique   du   sud...»,   le   parmesan   est   la   spécialité  alimentaire   italienne   la   plus   imitée   dans   le   monde.   Tous   ces   produits   font   partie   de   la  liste   des   41   spécialités   alimentaires   (dont   14   italiennes   et   15   françaises)   qui   ont   été  examinées   par   les   négociateurs   de   l’OMC   à   Hong-­‐Kong   en   décembre   2009,     lors   de  discussions   de   la   protection   des   produits   sous   indication   géographique.   Parmi   les  produits   à   défendre   figurent   pour   l’Italie,   le   chianti,   le   marsala,   le   gorgonzola,   le  parmigiano  reggiano,  le  jambon  de  Parme,  la  mortadelle  de  Bologne,  et  pour  la  France,  le  beaujolais,   le   bordeaux,   le   bourgogne,   le   chablis,   le   champagne,   le   saint-­‐émilion,   le  sauternes,  le  comté,  le  reblochon  et  le  roquefort.  Les  deux  organisations  «  soutiennent  ainsi   la   proposition   de   l’Union   européenne   pour   une   plus   grande   protection   des  indications  géographiques  afin  de  combattre  la  piraterie  alimentaire  »  sur  les  marchés  mondiaux.  Quant   au   vin,   soucieux   de   préserver   la   réputation   de   leurs   produits,   viticulteurs   et  négociants   déploient,   partout   dans   le   monde,   de   gros   efforts   pour   éviter   que   leurs  produits  ne  puissent  être  copiés  ou  fraudés.  Il  est  vrai  que  le  marché  est  gigantesque.  2,3  milliards   de   bouteilles   sont   produites   par   an   en   Espagne,   et   900   millions   sont   exportées  hors  de  l’Union  européenne.  L’Argentine  et  le  Chili  représentent  à  eux  seuls  1,7  milliard  de  bouteilles  par  an.  Et  la  Chine  revendique  7  milliards  de  bouteilles  par  an  !  La  situation  devient  complexe.  La  confiance  dans  les  produits  s’altère  ;  Surtout  si  la  qualité  n’est  pas  toujours   au   rendez-­‐vous,   alors   que   les   prix   de   vente   de   certaines   régions   vitivinicoles  défient  toute  logique  de  marché.    En   France,   Philippe   Casteja,   Président   du   Conseil   des   Grands   crus   classés   du   Médoc   et  Sauternes   affirmait   pour   la   première   fois   en   2011,   lors   d’une   conférence   au   salon  international   des   vins   VINEXPO,   que   «  les   contrefaçons   touchent   désormais   les   vins   de  Bordeaux  et  nos  Grands  crus  classés  tout  particulièrement.  Si  la  protection  de  nos  marques  et   de   nos   châteaux   relève   naturellement   et   essentiellement   relève   naturellement   et  essentiellement   de   la   responsabilité   de   leur   propriétaire,   la   protection   de   nos   indications  géographiques  et  un  enjeu  public  d’intérêt  général  ».          Pour  Pau  Roca,  il  devient  donc  urgent  de  réagir  sainement  à  un  phénomène  qui  ne  peut  que  se  détériorer  au  détriment  des  consommateurs  et  des  producteurs  si  rien  n’est  fait  pour  y  remédier.  Le   vin   est   lun   des   rares   produits   agricoles   qui   se   présente   sur   la   table   des   convives,  conditionné  en  en  bouteille,  dans  son  état  brut.  L’utilisation  d’une  bouteille  dotée  d’un  bouchon  en  liège  et  d’une  étiquette  pour  transporter  le  vin  jusquau  consommateur  final  est   une   invention   relativement   récente.   Mais   le   vin,   comme   souvent   dans   lindustrie  agroalimentaire,   a   été   un   précurseur   du   conditionnement.   Ainsi,   le   vin   fut   le   premier  produit   alimentaire   présenté   conditionné   sur   la   table   du   consommateur,   à   l’instar   de  beaucoup   d’autres   produits   agroalimentaires   aujourd’hui   achetés.     Le   vin   est   donc   un  aliment.  Cest  un  produit  qui  se  consomme,  se  digère,  se  métabolise,  fait  partie  de  notre  apport   calorique   et   nutritif,   et   est   finalement   excrété.   En   Espagne,   la   loi   de   2003  confirme   le   vin   comme   un   «  aliment  »,   sujet   aux   normes   agroalimentaires,   notamment  en  matière  de  traçabilité.  Les  vins  et  leur  conditionnement  en  bouteille  de  vin  ont  ainsi  progressivement  admis  de  nombreuses  mesures  de  sécurité.  Selon  la  valeur  du  vin,  les  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 73.   73  viticulteurs   ont   opté   pour   des   protections   plus   ou   moins   couteuses,   le   marquage   étant  l’une   des   garanties   dont   ils   pouvaient   avoir   à   répondre.   Par   exemple,   dès   le   début   du  flaconnage,   les   bouchons   étaient   marqués   au   fer   et   les   bouteilles   étiquetées.   Jusquà   très  récemment,   des   capsules   de   plomb   étaient   également   utilisées,   finalement   remplacées  par   de   létain   ou   par   dautres   matériaux.   Certains   goulots   ont   même   été   cachetés   et  certaines  bouteilles  ont  été  recouvertes  dun  filet  scellé  par  cachet  de  plomb.      En   examinant   les   documents   commerciaux   des   XVIIIe   et   XIXe   siècles,   on   s’aperçoit   que  c’étaient   les   importateurs   qui   exigeaient   que   lexportateur   indique   les   marques   précises  sur  les  tonneaux  ou  sur  les  bouteilles.  La  marque  de  l’exportateur,  ses  symboles  et  ses  sceaux   représentaient   une   garantie   aux   yeux   de   limportateur.   En   leur   absence,   le  paiement   de   la   lettre   de   crédit   ou   de   la   lettre   commerciale   ne   se   faisait   pas,   et   la  transaction   était   annulée.   Plus   récemment   encore,   les   producteurs   ont   ajouté   sur   les  bouteilles   des   contre-­‐étiquettes,   des   bandeaux   d’appellation   dorigine   contrôlée,   des  numéros   dimmatriculation,   des   hologrammes,   etc.   Aujourd’hui,   tous   ces   éléments   ont  acquis   une   fonction   didentification   ou   de   markéting  ;   si   bien   que   ces   éléments   de  reconnaissance   sont   en   train   de   perdre   leur   fonction   première  :   garantir   l’authenticité  du  produit.  C’est  ainsi  que,  en  raison  de  son  inutilité  et  de  son  cout,  on  ne  voit  plus,  par  exemple,   de   cachet   de   plomb   sur   les   filets   tressés   en   métal.   Ces   derniers   ne   sont   plus  quun   simple   ornement   suggérant   la   qualité,   alors   quils   ont   représenté,   à   une   époque  antérieure,  un  vrai  système  de  garantie.  Le  même  problème  se  pose  avec  les  étiquettes  qui  peuvent  être  photocopiées.  La  forme  des  bouteilles  faites  à  partir  de  moules  exclusifs  peut  être  imitée.  Et  même  les  hologrammes  sont  contrefaits.    Le   vin   a   donc   été   un   précurseur   dans   tous   les   domaines   relatifs   au   droit   alimentaire   et   à  la  politique  de  qualité.  Certaines  administrations  ont  établi  des  impôts  sur  le  vin  et  ont  par   conséquent   dû   consolider   les   volumes   mis   en   circulation.   Dès   l’époque   romaine,  lempereur   Dioclétien   établit   un   registre   des   vignobles   et   promulgua   linterdiction   de  planter   des   vignes   sans   autorisation   administrative.   Ces   décrets   avaient   un   but   fiscal  ;  mais,   par   la   suite,   le   système   évolua   de   façon   à   permettre   une   meilleure   identification  des  parcelles  et  une  certaine  traçabilité  que  le  contribuable  était  en  droit  dattendre.    Dans  lhistoire  de  la  production  du  vin,  la  fraude  (vin  coupé),  le  remplacement  dun  vin  par   un   autre,   l’adultération   par   mélange,   ont   été   une   constante   et   un   fléau   que   les  administrations   ont   toujours   pourchassé   et   condamné.   En   France,   ladministration   du  Second   Empire   a   soutenu   les   recherches   de   Louis   Pasteur   pour   des   raisons   dintérêt  économique.  Ces  recherches  ont  permis  de  développer  des  pratiques  œnologiques  ayant  une   base   scientifique,   premier   exemple   sérieux   de   ce   que   lon   appelle   aujourdhui   la  «  politique   de   sécurité   alimentaire  ».   Les   fraudes   et   les   scandales   n’ont   pas   disparu   pour  autant,  mais  cette  fois,  certains  instruments  et  mécanismes  permettaient  dy  faire  face.    Lempoisonnement   massif   à   lhuile   de   colza   dénaturalisé   en   Espagne30  a   été   à   lorigine  dune   grande   inquiétude   sociale,   mais   ce   phénomène   a   été   limité   géographiquement.  Quelques   années   plus   tard,   le   scandale   de   la   vache   folle,   en   plein   processus   de  développement   du   marché   européen   unique,   nous   a   montré   que   le   souhait   des  gouvernements  de  maintenir  leur  souveraineté  alimentaire  et  sanitaire  devait  céder  en  partie   devant   les   instances   communautaires   ou   internationales.   Le   principe   de                                                                                                                  30 L’huile de colza frelatée a provoqué en 1981 l’intoxication de plusieurs milliers de consommateurs.Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 74.   74  précaution   en   tant   que   critère   administratif   de   défense   du   consommateur   est   souvent  perçu   comme   disproportionné  ;   il   est   toutefois   parfaitement   assumé   par   lindustrie  alimentaire  et  intégré  dans  les  formules  de  calcul  des  couts.    Cette   évolution   récente   du   droit   alimentaire,   impulsée   par   le   besoin   de   trouver   de  nouvelles  solutions  dans  un  monde  devenu  «  global  »  où  la  communication  est  aisée  et  où   la   circulation   des   marchandises   ne   rencontre   que   peu   dobstacles,   requiert   une  régulation   internationale   ainsi   que   des   protocoles   de   traçabilité   et   de   sécurité.   Tout   cela  avait   été   anticipé   dès   1970   par   le   droit   vitivinicole   européen,   qui   a   mis   en   place   des  normes   délaboration   très   précises   et   créé   une   liste   de   pratiques   œnologiques  éprouvées.  Il  faut  y  ajouter  un  système  dappellations  dorigine  contrôlée,  reconnu  par  laccord   APDIC   sur   la   propriété   intellectuelle   —   un   accord   inscrit   dans   le   Traité   de  Marrakech  (1993)  établissant  lOrganisation  mondiale  du  commerce.    Comme   on   le   constate,   le   secteur   vitivinicole   européen   a   déjà   significativement  progressé  sur  la  voie  de  la  régulation.  Il  a  développé  un  système  permettant  de  mettre  en   évidence   la   fraude   alimentaire   (il   s’agit   d’un   système   de   traçabilité   basé   sur   des  registres   et   sur   des   documents   daccompagnement,   avec   une   procédure   précise).   Il  repose   sur   la   délimitation   de   zones   géographiques   dont   la   production   répond   à   des  caractéristiques  règlementées.  En  plus  de  ce  patrimoine  règlementaire  denvergure,  il  a  été   établi   un   cadre   basique   de   reconnaissance   multilatérale.   Malheureusement,   ce   cadre  ne   progresse   pas,   comme   le   montre   léchec   de   la   rencontre   de   Doha 31 .   Il   connait  cependant   certains   succès   sous   la   forme   dexpansions   bilatérales   ponctuelles.   Ainsi,  l’Union   européenne   a   passé   avec   différents   pays   des   accords   spécifiques   consacrés   à  certains   vins.   Ces   accords   reproduisent   le   même   schéma  :   acceptation   des   pratiques  œnologiques   pour   lélaboration   de   vins   dans   le   monde   entier  ;   et   reconnaissance   des  appellations   dorigine   contrôlée   et,   plus   globalement,   dindications   géographiques  identifiant  le  vin  en  tant  que  produit  de  marques  territoriales  collectives.    Lavantage   que   présente   un   cadre   régulateur,   sil   est   bien   conçu,   est   la   garantie   de  sécurité  qu’il  procure.  Mais  il  est  nécessaire  que  ce  cadre  soit  commun  à  tous  au  niveau  international.   L’unification   des   normes   est   actuellement   en   progression,   mais   elle  n’avance  pas  assez  vite  pour  accompagner  la  croissance  du  commerce  international.  Ici  aussi,   les   lois   et   les   règlements   sont   dépassés   par   la   réalité.   Qui   plus   est,   un   cadre  juridique   international   permet   de   faire   respecter   les   mêmes   règles   du   jeu   et,   par  conséquent,  réduit  considérablement  la  concurrence  déloyale.    On   l’aura   compris  :   comparativement   à   d’autres   secteurs   agroalimentaires,   le   secteur  vitivinicole   a   connu   une   trajectoire   pratiquement   exempte   de   fraudes,   a   tenu   un   rôle  précurseur   dans   la   recherche   et   a   établi   de   manière   précoce   des   mécanismes   visant   à  prévenir  la  tromperie.  Et  ces  avancées  se  sont  progressivement  internationalisées.                                                                                                                    31 La rencontre de Doha était une table ronde de négociations effectuée sous l’égide de l’OMC. Elle portait surtout sur la « libéralisation ducommerce international » et avaient comme objectif explicite le « développement » de ce que l’on appelait naguère le « Tiers-monde ». Laconférence interministérielle de Doha (Qatar) a eu lieu du 9 au 13 novembre 2001, tandis que la quatrième conférence ministérielle del’OMC lançait un nouveau cycle de négociations multilatérales (commencées au sein du GATT, le prédécesseur de l’OMC) baptisé « cyclede développement ». Eb effet, l’essentiel des négociations de Doha portaient sur l’agriculture et sur l’amélioration de l’accès aux marchésdes pays riches pour les produits agricoles des pays en développement. Le cycle de Doha — qui s’est conclu sur un échec, les différentesparties n’arrivant pas à s’accorder — incluait d’ailleurs un accord sur les ADPIC.Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 75.   75  Bien   qu’il   s’agisse   d’un   produit   et   d’un   marché   très   mûrs,   une   différenciation   et   une  segmentation  des  prix  importantes  subsistent,  du  vin  de  base  jusqu’au  grand  cru  classé  d’un  millésime  particulier,  vendu  aux  enchères  à  un  prix  extrêmement  élevé  et  qui  fait  les  grands  titres  de  la  presse.  Ce  «  train  »  dont  les  wagons  ont  des  prix  différents  permet  l’existence  d’une  offre  moyenne  ayant  une  valeur  ajoutée  suffisante,  et  c’est  peut-­‐être  la  structure   même   de   cette   offre   très   segmentée   qui   empêche   l’érosion   du   prix   et   de   la  valeur.    Il   y   a   encore   deux   ans,   la   contrefaçon   n’avait   pas   un   impact   important   sur   le   secteur  vitivinicole.  Pour  une  raison  simple  :  ce  phénomène  se  concentrait  sur  les  vins  haut  de  gamme   à   forte   valeur   ajoutée.   Aujourd’hui,   le   secteur   du   vin   constitue   un   terreau  propice   pour   le   développement   de   fraudes   et   contrefaçons   de   dernière   génération  puisqu’il  s’agit  d’un  secteur  fortement  règlementé  dans  lequel  la  transgression  peut  être  une   source   importante   de   profits.   La   possibilité   d’une   fraude   fiscale   existe   également,  notamment   à   cause   de   l’incapacité   de   certaines   institutions   de   régulation   à   agir  efficacement   au   niveau   international.   Lindustrie   du   vin   possède   donc   des   failles  sérieuses  dans  lesquelles  s’engouffre  un  trafic  illicite  perfectionné.  Dans  le  contexte  de  la  mondialisation,  en  pleine  crise  économique,  ou  la  surproduction  intensifie  l’exportation  de   vin   en   vrac   à   bas   prix,   le   secteur   vitivinicole   se   trouve   sous   la   menace   de   ces   délits  hautement  complexes,  capables  de  combiner  la  contrefaçon  d’une  multitude  de  marques  et   d’appellations   d’origine   contrôlée,   l’extorsion   de   fonds   auprès   d’entrepreneurs   et  l’incursion  des  pirates  dans  les  systèmes  internes  de  contrôle  et  de  sécurité  de  chacun  des  organismes  de  certification.  Les  forces  supposées  de  ce  secteur  très  règlementé  aux  bases   apparemment   solides   peuvent   aussi   devenir   une   faiblesse  :   les   systèmes   de  sécurité   ont   muri   mais   ils   se   révèlent   obsolètes   face   à   une   attaque   de   dernière  génération.    En   définitive,   nous   devons   nous   préparer   à   affronter   une   mafia   potentielle   susceptible  d’infecter   le   système   vitivinicole   et   de   se   développer   par   réplication   interne   et  croissance   cellulaire,   telle   un   cancer.   C’est   là   la   plus   importante   faiblesse   du   secteur  vitivinicole,   qui   résulte   de   sa   complexité   organique   et   de   son   entreprenariat  indépendant.   Au   même   titre   qu’un   faussaire   portera   son   attaque   sur   une   coupure   de  billet   de   banque   de   valeur   moindre   pour   ne   pas   attirer   l’attention   des   contrôleurs,   le  crime   organisé   ou   les   mafias   locales   produiront   des   vins   de   moyenne   gamme,   en   masse,  à  partir  de  «  vrac  »,  distribueront  les  produits  contrefaits  dans  les  pays  émergents  dont  la   culture   œnologique   reste   encore   faible,   détruiront   l’image   de   qualité   que   les  producteurs   tentent   de   maintenir   et   exploiteront   la   faiblesse   actuelle   des   petits  producteurs.      D  -­‐  TRAITES  ET  REGLEMENTATIONS  :  ENTRE  INTERETS  NATIONAUX  ET  CRITERES  MORAUX,  LE  GRAND  ECART    Le  vœu  pieux  de  nombreux  Etats  dans  le  monde,  notamment  de  l’Union  Européenne  et  des   Etats   Unis   d’Amérique,   est   d’éradiquer   la   contrefaçon,   dans   toute   la   mesure   du  possible,   au   moins   dans   ses   manifestations   les   plus   dommageables   et   les   plus  dangereuses.      Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 76.   76  L’exemple   de   l’Union   Européenne   démontre   cependant   les   limites   d’une   politique  efficace   en   matière   de   dissuasion   pénale.   Les   projets   de   l’Union   de   ces   dernières   années  s’évertuèrent  à  prendre  en  compte  l’évolution  du  phénomène  criminel  pour  établir  une  législation   pénale   en   corrélation   avec   cette   nouvelle   réalité   qu’est   le   crime-­‐contrefaçon©.   Cette   législation     renforcée   devait   être   l’un   des   volets   d’une   politique  globale  de  l’Union  Européenne  tendant  à  assurer  une  meilleure  protection  de  l’ensemble  des  droits  de  propriété  intellectuelle.      Considérant   que   les   dispositions   répressives   doivent   être   fonction   de   la   gravité   des  infractions,   l’objectif   était   de   rapprocher   et   de   renforcer   le   droit   Pénal   des   Etats  membres,  en  utilisant  des  dispositifs  déjà  existants.  Il  s’agissait  en  particulier  d’aboutir  à  une  prise  en  compte  des  cas  de  contrefaçon  les  plus  graves  tels  que  ceux  commis  dans  le  cadre  d’une  organisation  criminelle  et  ceux  qui  génèrent  des  risques  pour  la  santé  ou  la  sécurité   des   consommateurs.   Face   à   la   gravité   de   tels   actes,   il   n’était   pas   seulement  question   d’obtenir   réparation   du   préjudice   causé,   mais   de   prendre   aussi   les   mesures  pénales  appropriées  suffisamment  dissuasives  pour  empêcher  leur  commission  ou  leur  réitération.      Malheureusement,   les   orientations   pénales   étudiées   se   sont   attachées   aux   principes  élémentaires   de   protection   du   droit   de   la   propriété   intellectuelle   et   non   à   ceux   qui  régissent  les  formes  les  plus  graves  d’atteinte  à  la  sécurité  des  consommateurs.      Les  droits  de  propriété  intellectuelle  ont  été  inscrits  au  rang  des  droits  fondamentaux  à  protéger  dans  l’article  17  de  la  Charte  des  droits  fondamentaux  de  l’Union  européenne.  Il   était   donc   légitime   que   les   atteintes   graves   à   ces   droits   reconnus   comme   essentiels  soient  sanctionnées  par  des  mesures  d’une  nature  et  d’un  niveau  qui  témoignent  de  la  réprobation  de  tels  actes.      Cette  réflexion,  actuellement  au  point  mort  au  sein  du  Conseil  des  Ministres  de  l’Union,  s’inscrit  dans  le  prolongement  d’une  politique  indécise  menée  depuis  plusieurs  années.    Un  certain  nombre  d’initiatives  notables  ont,  en  effet,  été  prises  ces  dernières  années  à  l’intérieur   de   la   Communauté   et   à   ses   frontières 32 .   Dès   1994,   la   Communauté  Européenne  a  adopté  le  “règlement  douanier”  qui  autorise  le  contrôle  aux  frontières  des  importations  de  faux.  Plus  tard,  en  1998,  la  Commission  a  publié  son  Livre  vert  consacré  à  la  lutte  contre  la  contrefaçon  et  la  piraterie  dans  le  marché  unique33.  Tenant  compte  des  réactions  suscitées  par  le  Livre  vert,  la  Commission  a  présenté  un  plan  d’action  le  30  novembre  200034.  Ce  plan  d’action  a  été  suivi  d’une  directive  qui  harmonise  les  mesures  visant  à  assurer  le  respect  des  droits  de  propriété  intellectuelle  dans  la  Communauté35  et  d’un  règlement  qui  améliore  les  mécanismes  douaniers  prévus  par  l’ancien  règlement  douanier  pour  lutter  contre  les  marchandises  de  contrefaçon  ou  pirates36.    De  plus,  le  10  novembre   2004,   la   Commission   a   adopté   une   stratégie   visant   à   assurer   le   respect   des  droits   de   propriété   intellectuelle   dans   les   pays   tiers37.   La   lutte   contre   la   contrefaçon  figure   parmi   les   actions   à   entreprendre   au   titre   de   la   protection   de   la   propriété                                                                                                                  32 http://ec.europa.eu/justice/doc_centre/criminal/doc/sec_2005_848_fr.pdf33 COM(98)569 final  34 COM(2000)789 final  35 Directive 2004/48/CE JO L 157 du 30.4.2004, p. 45  36 Règlement (CE) n° 1383/2003 du Conseil du 22 juillet 2003 JO n° L 196 du 02/08/2003 p. 737 COM (2004) 749 du 10/11/2004  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 77.   77  intellectuelle   dans   un   premier   plan   d’action   de   la   Commission   pour   l’innovation   en  Europe38.   Le   cadre   du   programme   de   travail   de   la   Commission   pour   la   lutte   contre   la  fraude   pour   les   années   1998/99 39  vise   également   expressément   la   lutte   contre   la  contrefaçon   et   la   piraterie   comme   domaine   d’action   envisagée   pour   renforcer   la   lutte  contre   la   criminalité   économique.   Par   ailleurs,   les   conclusions   du   Conseil   Européen   de  Bruxelles   des   20   et   21   mars   200340  ont   invité   la   Commission   et   les   Etats   membres   à  améliorer   l’exploitation   des   droits   de   propriété   intellectuelle   en   prenant   des   mesures  contre   la   contrefaçon   et   le   piratage.     Une   des   réponses   de   la   Commission   au   phénomène  de  la  contrefaçon  est  l’action  contre  la  contrefaçon  menée  dans  le  cadre  du  Forum  mis  en   place   par   la   Direction   Générale   Justice-­‐Liberté-­‐Sécurité   sur   la   prévention   et   la   lutte  contre   la   criminalité   organisée.   Dans   ce   cadre   précis,   l’objectif   poursuivi   consistait   à  porter  les  efforts  sur  la  sensibilisation  et  la  mobilisation  de  tous  les  acteurs  de  la  lutte  contre  ces  phénomènes,  en  particulier  au  stade  de  la  prévention.      Dans   ce   contexte,   une   réunion   fut   organisée   le   30   janvier   2003.   C’était   l’occasion   de  mener   un   dialogue   entre   le   secteur   privé,   les   administrations   publiques   et   les   services  répressifs   sur   les   moyens   de   lutte,   de   prévention   et   de   détection   des   atteintes   à   la  propriété  intellectuelle.  Les  travaux  avaient  notamment  conclu  à  la  nécessité  d’agir  sur  la  législation  en  harmonisant  le  niveau  de  répression.      Par   la   suite,   une   table   ronde   fut   organisée   sur   le   partenariat   entre   le   secteur   public   et   le  secteur  privé  le  30  septembre  2003.  Elle  conclut  également  au  caractère  indispensable  d’une   législation   pénale   au   niveau   de   l’Union   pour   lutter   contre   la   contrefaçon   et   le  piratage.   Les   mesures   pénales   proposées   s’inscrivaient   dans   la   continuité   de   l’action  communautaire   pour   la   lutte   contre   la   contrefaçon   et   la   piraterie,   et   venaient   compléter  le  dispositif  existant.  Ces  mesures  se  situaient  aussi  dans  le  cadre  de  la  politique  menée  au   sein   de   l’Union   contre   la   criminalité   organisée,   dans   laquelle   la   contrefaçon   et   le  piratage   constituaient   un   des   piliers   fondamentaux.   Déjà,   le   Conseil   européen  dAmsterdam   des   16   et   17   juin   1997   avait   adopté   un   Plan   daction   détaillé   de   lutte  contre   le   crime   organisé   proposant   des   initiatives   spécifiques   avec   une   approche  cohérente   et   coordonnée   mobilisant   à   la   fois   les   instruments   communautaires   et   le   3e  pilier.   Un   groupe   multidisciplinaire   avait   été   créé   pour   assurer   l’application   du  programme.  Les  dispositions  du  Traité  d’Amsterdam  fixaient  comme  objectif  doffrir  aux  citoyens   européens   un   niveau   élevé   de   protection   dans   un   espace   de   liberté,   de   sécurité  et   de   justice   et   précisaient,   pour   la   première   fois,   que   cet   objectif   serait   atteint   par   la  prévention  et  la  lutte  contre  la  criminalité  organisée.      Le   Conseil   européen   de   Tampere   des   15   et   16   octobre   1999     définit   aussi   un   certain  nombre   d’orientations   concernant   la   définition   de   normes   minimales   notamment   pour  le   rapprochement   des   législations   et   l’intensification   de   la   coopération   dans   la   lutte  contre   la   criminalité.   Depuis   le   3   mai   2000,   laction   de   lUnion   dans   le   domaine   de   la  lutte  contre  la  criminalité  organisée  se  fondait  sur  un  document  intitulé  :  Prévention  et  contrôle   de   la   criminalité   organisée   :   une   stratégie   pour   le   nouveau   Millénaire.   Le  Conseil  européen  des  4  et  5  novembre  2004  sétait  conclu  par  ladoption  du  Programme  de   La   Haye   qui   constituait   un   nouveau   programme   de   travail   multi-­‐annuel   sur   les  questions   de   justice,   de   sécurité   et   de   liberté   pour   la   période   2005-­‐2010   visant   à                                                                                                                  38 COM (96)589 du 20/11/1996  39 COM (98)278 du 06/05/1998 (cf. p10)40 Paragraphe 37 des conclusions du Conseil européenCopyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 78.   78  renforcer   la   coopération   entre   Etats   européens   en   matière   de   justice   et   daffaires  intérieures  et  à  rendre  opérationnel  un  concept  stratégique  portant  sur  la  lutte  contre  la  criminalité  organisée  transfrontalière  au  niveau  de  lUE.      Enfin,   le   programme   cadre   AGIS,   adopté   le   22   juillet   2002,   qui   avait   pour   objectif   de  favoriser  la  coopération  policière  et  judiciaire  en  matière  pénale  et  de  soutenir  lapport  des  praticiens  au  développement  de  la  politique  européenne  dans  ce  domaine,  intégra  le  thème  de  la  contrefaçon  dans  les  projets  de  coopération  à  cofinancer  en  2005  au  titre  de  la   prévention   et   de   la   répression   de   la   criminalité   organisée.   Le   programme   de   travail  visait  en  particulier  la  sensibilisation,  l’information  et  la  formation  des  praticiens  sur  les  atteintes   aux   droits   de   propriété   intellectuelle   et   la   question   des   liens   entre   la  contrefaçon/le   piratage   et   le   crime   organisé   et   le   terrorisme.   Enfin,   il   prévoyait  l’encouragement   de   partenariats   public/privé   sur   léchange   et   le   traitement   de  linformation  concernant  la  contrefaçon.    Néanmoins,   malgré   le   travail   mené   durant   toutes   ces   années,   la   lutte   contre   la  contrefaçon  ne  pouvait  être  efficace  que  si  elle  était  basée  sur  une  approche  globale  et  homogène,   incluant   la   prévention,   les   aspects   administratifs   et   civils,   les   aspects  douaniers   et   bien   sûr   les   aspects   pénaux.   L’action   envisagée   qui   visait   à   renforcer   et  améliorer  le  cadre  pénal  en  matière  de  lutte  contre  les  atteintes  aux  droits  de  propriété  intellectuelle  s’inscrivait  donc  dans  la  continuité  de  l’action  communautaire  déjà  menée  depuis  plusieurs  années  dans  ce  domaine.  En  matière  pénale,  elle  était  essentiellement  contre  les  formes  graves  de  criminalité,  en  particulier  la  criminalité  organisée,  mais  pas  fondamentalement  sur  les  atteintes  à  la  sécurité  des  consommateurs.  Les  métiers  de  la  sécurité   et   de   la   justice   en   Europe   furent   en   effet   largement     mobilisés   contre   la  contrefaçon   qui   représentait   déjà   un   défi   majeur.   Pour   cela,   un   socle   législatif   pénal  devait   constituer   une   base   indispensable   même   si   elle   n’était   pas   suffisante.   Un   tel  dispositif   aurait   permis   de   compléter   l’important   dispositif   douanier,   à   l’origine   d’un  nombre   important   d’interceptions   de   produits   illicites,   ainsi   que   les   autres   mesures  prises  dans  le  cadre  du  marché  intérieur  et  au  niveau  international.    L’ampleur   du   phénomène   de   la   contrefaçon   et   de   la   piraterie   au   sein   de   l’Union  Européenne,   sa   diversification   à   l’ensemble   des   secteurs   d’activités,   son  internationalisation,  ses  liens  avec  le  crime  organisé,  les  dangers  qu’il  représentait  à  la  fois   en   terme   économique   mais   aussi   de   sécurité   des   personnes   ;   tout   appelait   à   un  dispositif  pénal  européen  harmonisé  pour  lutter  contre  les  formes  les  plus  graves  de  ce  phénomène.   Pour   permettre   une   couverture   du   domaine   dans   le   respect   des  compétences   fixées   par   le   Traité,   il   y   avait   lieu   de   prévoir   deux   textes   pour   compléter   le  dispositif  actuel  et,  en  particulier  la  directive  2004/48/CE  relative  au  respect  de  droits  de   propriété   intellectuelle   :   un   texte   relevant   du   premier   pilier   et   un   second   relevant   du  troisième   pilier.   Dans   cette   directive,   les   experts   prévoyaient   que   toute   atteinte   grave,  tentative,  complicité  ou  incitation  d’atteinte  grave  à  un  droit  de  propriété  intellectuelle,  soit   passible   de   sanctions   pénales.   De   telles   dispositions   correspondaient   aux  engagements   pris   dans   le   cadre   de   l’accord   sur   les   ADPIC,   et   notamment   l’article   61,  mais   méritait   d’inscrire   clairement   cette   obligation   dans   un   instrument   communautaire.  Ce   projet   de   texte   était   assorti   de   sanctions   pénales   :   les   sanctions   comprenaient   pour  les   personnes   physiques,   l’emprisonnement   et   pour   les   personnes   physiques   et   morales  l’amende,   la   confiscation   des   marchandises   litigieuses   ainsi   que   des   matériaux,  instruments  ou  supports  ayant  principalement  servi  à  la  fabrication  ou  à  la  distribution  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 79.   79  des   marchandises   en   cause.   Pouvaient-­‐être   aussi   inscrites   la   destruction   des  marchandises   litigieuses,   la   fermeture   totale   ou   partielle,   définitive   ou   temporaire,   de  l’établissement   ayant   servi   à   commettre   l’infraction,   l’interdiction   permanente   ou  temporaire   d’exercice   d’activités   commerciales,   le   placement   sous   contrôle   judiciaire   ou  la   liquidation   judiciaire   et   l’interdiction   d’accès   à   l’aide   et   aux   subventions   publiques.  Enfin,  la  publication  des  décisions  judiciaires  devait  constituer  un  élément  de  dissuasion  supplémentaire  et  pouvait  également  servir  comme  moyen  d’information  tant  pour  les  titulaires  de  droits  que  pour  le  public  en  général.    Un   second   texte,   prenant   la   forme   juridique   d’une   décision-­‐cadre   devait   également  compléter   les   dispositions   de   la   directive   susvisée   par   les   modalités   d’application  appropriées   en   matière.   Un   tel   texte   pouvait   contenir   des   mesures   de   rapprochement  des  sanctions  pénales  et  des  mesures  relatives  à  la  coopération  et  à  l’action  pénale  :    Des  mesures  de  rapprochement  des  sanctions  pénales  telles  que  :     • Des  peines  d’emprisonnement  d’un  niveau  comparable  aux  infractions  liées  à  la   criminalité   organisée,   au   moins   lorsque   les   faits   de   contrefaçon   ou   de   piratage   ont   été   commis   dans   le   cadre   d’une   organisation   criminelle   et   une   sanction   aggravée   lorsque   ces   infractions   entraînent   ou   ont   entraîné   en   outre   un   risque   grave  pour  la  santé  ou  la  sécurité  des  personnes.     • Des  peines  d’amende  suffisamment  dissuasives.       • Des   pouvoirs   étendus   de   confiscation   des   biens   appartenant   à   une   personne   condamnée  pour  les  cas  les  plus  graves.    Des  mesures  relatives  à  la  coopération  et  à  l’action  pénale  de  façon  à  :     • Faire   en   sorte   que   les   États   membres   prennent   les   mesures   nécessaires   pour   mettre  sur  pied  des  équipes  communes  d’enquête  pour  assurer  une  coopération   plus   étroite   entre   les   autorités   compétentes   dans   les   États   membres   afin   de   mener   au   mieux   leurs   investigations.   Les   titulaires   de   droit   de   propriété   intellectuelle   ou   leurs   représentants   devraient   ainsi   pouvoir   apporter   leur   concours   aux   enquêtes   menées   par   des   équipes   communes   denquête   sur   ces   infractions.     • Prévoir   une   coordination   entre   États   membres   pour   décider   lequel   d’entre   eux   poursuivra   les   auteurs   de   l’infraction,   lorsqu’une   infraction   relève   de   la   compétence  de  plus  d’un  État  membre  et  que  n’importe  lequel  de  ces  États  peut   valablement   engager   des   poursuites   sur   la   base   des   mêmes   faits,   avec   pour   finalité  de  centraliser,  si  possible,  les  poursuites  dans  un  seul  État  membre.  Une   liste   de   critères   de   compétence   permettrait   de   faciliter   l’application   d’une   telle   disposition.     • Faire   en   sorte   que   les   enquêtes   ou   les   poursuites   pénales   concernant   les   infractions   en   matière   de   contrefaçon   et   de   piratage   ne   dépendent   pas   de   la   déclaration   ou   de   l’accusation   émanant   d’une   victime   de   l’infraction,   ceci   pour   faciliter   la   célérité   des   enquêtes   et   éviter   des   retards   préjudiciables   aux   victimes.  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 80.   80   Cette   solution   constituait   l’option   la   plus   largement   préconisée   par   la   Direction   Générale   Justice-­‐Liberté-­‐Sécurité   de   l’UE:   cette   option,   qui   s’inscrivait   dans   le   cadre   des   actions   susceptibles   d’être   menées   dans   le   domaine   de   la   Justice   et   des   Affaires   Intérieures   était   la   seule   qui   pouvait   doter   l’Union   d’un   socle   pénal   minimal   commun.     Un   tel   dispositif   était   nécessaire   pour   assurer   une   bonne   coopération   dans   les   procédures   pénales   entre   les   Etats   membres.   Ce   dispositif   pouvait   aussi   constituer   une   base   de   référence   pour   de   futures   négociations   au   niveau  international.  Elle  apportait  un  complément  dans  le  domaine  de  la  Justice   et  des  Affaires  Intérieures  des  autres  actions  menées  au  niveau  communautaire   pour  lutter  contre  la  contrefaçon  et  le  piratage.    Comment  la  subsidiarité  et  la  proportionnalité  pouvaient-­‐elles  être  prises  en  compte  ?    Les  dispositions  législatives  et  réglementaires  pénales  des  Etats  Membres  en  matière  de  respect   des   droits   de   la   propriété   intellectuelle   présentent   aujourd’hui   des   différences  considérables.   Les   contrefacteurs   tirent   un   avantage   de   ces   disparités   en   menant   des  activités   illicites   dans   les   Etats   membres   où   l’application   des   mécanismes   de   respect  tend  à  être  moins  efficace  et  établissent  de  véritables  trafics  transnationaux.    En  2004,  Il  était  donc  clair  qu’une  lutte  efficace  contre  la  contrefaçon  et  la  piraterie  ne  pouvait  résulter  uniquement  d’une  action  individuelle  des  Etats  membres.  Une  initiative  au  niveau  de  l’Union  Européenne,  visant  à  renforcer  les  mesures  de  droit  pénal  s’avérait  nécessaire.    Une  telle  initiative  devait  assurer  un  rapprochement  des  législations  tout  en  respectant   les   traditions   et   les   systèmes   juridiques   différents   des   Etats   membres.  Conformément  au  principe  de  proportionnalité,  les  mesures  envisagées  se  limitaient  aux  dispositions   requises   pour   atteindre   l’objectif   fixé.   Ces   mesures   respectaient   les   droits  fondamentaux   et   observaient   les   principes,   qui   étaient   reconnus   notamment   par   la  Charte   des   droits   fondamentaux   de   l’Union   européenne.   A   cet   égard,   il   convient   de  souligner   que   l’article   17,   paragraphe   2   de   la   Charte   des   droits   fondamentaux   énonce  que  «  la  propriété  intellectuelle  est  protégée».  Une  fois  appliquée,  la  proposition  devait  parachever   le   dispositif   législatif   en   place   et   contribuer   à   mettre   un   frein   aux   formes   les  plus   graves   d’atteintes   aux   droits   de   propriété   intellectuelle.   En   toute   théorie,   il  convenait   d’envisager   les   conséquences   positives   de   la   mesure   en   gardant   présent   à  l’esprit  que  pour  la  plupart,  elles  ne  résultaient  que  de  la  réduction  d’activités  illégales  et  que  l’absence  de  mesure  aurait  pour  effet  d’en  aggraver  les  conséquences.      Les  objectifs  attendus  étaient  multiples  :  amélioration  de  la  coopération  des  services  de  police  et  des  autorités  judiciaires,  réduction  de  la  criminalité,  impact  sur  les  entreprises,  impact   sur   l’emploi,   impact   sur   l’investissement   et   la   compétitivité   des   entreprises  européennes,  impact  sur  les  recettes  fiscales,  amélioration  de  la  prise  de  conscience  du  caractère  criminel  des  atteintes  à  la  propriété  intellectuelle  …      a) Amélioration   attendue   de   la   coopération   des   services   de   police   et   des   autorités   judiciaires    Le  niveau  de  coopération  entre  les  autorités  compétentes  pour  enquêter,  poursuivre  et  juger   les   infractions   de   contrefaçon   et   de   piratage   pensait   être   ainsi   amélioré,  considérant  que  les  autorités  chargées  de  l’application  de  la  loi  seraient  ainsi  dotées  de  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 81.   81  pouvoirs   d’investigation   adéquats.   De   plus,   l’établissement   de   points   de   contacts   pour  l’échange   d’informations   devait   faciliter   et   accélérer   les   investigations.   L’établissement  de   critères   de   compétence   devait   également   prévenir   les   conflits   de   compétence.   Ce  projet   permettait   d’imaginer   aussi   des   équipes   communes   d’enquête   assurant   une  approche  transfrontalière,  indispensable  dans  la  lutte  contre  la  contrefaçon.       b) Réduction  de  la  criminalité    L’aggravation   des   sanctions   par   l’introduction   des   niveaux   minimaux   de   peines  maximales  ainsi  que  l’amélioration  de  la  coopération  avaient  pour  but  louable  de  rendre  plus   difficile   et   dissuader   les   atteintes   aux   droits   de   propriété   intellectuelle.   Cette  aggravation   des   peines   encourues   visait   en   particulier   les   formes   les   plus   graves   de  contrefaçon  telles  que  l’infraction  commise  dans  le  cadre  d’une  organisation  criminelle  et   celles   entraînant   des   risques   graves   pour   la   santé   ou   la   sécurité   de   personnes.   Les  experts   de   l’Union   espéraient   ainsi   attirer   l’attention   des   juges   et   des   pouvoirs   publics  sur   la   gravité   de   certains   actes   de   contrefaçon   et   sur   la   nécessité   d’y   apporter   une  réponse   pénale   appropriée.   Ces   experts   espéraient   également   encourager   les   titulaires  de   droits   de   propriété   intellectuelle   à   engager   des   poursuites   pénales   et   contribuer   à  améliorer  l’efficacité  de  la  police  et  de  la  justice.  Par  ce  fait,  les  mesures,  si  elles  étaient  prises,   pouvaient   avoir   un   caractère   dissuasif   en   créant   un   sentiment   d’insécurité   parmi  les   délinquants.   Ce   caractère   dissuasif   devait   encore   être   accentué   par   la   mise   en   œuvre  des   sanctions   qui   conduit   à   l’exemplarité   de   la   peine   et   augmente   le   sentiment  d’insécurité   du   délinquant.   Selon   l’avis   des   pénalistes   de   l’époque,   ces   mécanismes  classiques   du   droit   pénal   avaient   pour   objectif   de   réduire   l’attractivité   de   la   contrefaçon  pour   les   organisations   criminelles   et   contribuer   à   une   diminution   globale   de   la  criminalité.   Vision   naïve   d’un   processus   dont   les   impacts   n’auront   jamais   les   résultats  espérés,  tant  les  organisations  mafieuses  sont  déjà  profondément  ancrées  au  cœur  des  Etats  membres  !     c) Impact  sur  les  entreprises    Toujours   selon   les   experts   de   l’Union,   il   était   convenu   que   les   textes   qu’ils   élaboraient  devaient     «  éviter   le   risque   d’une   utilisation   abusive   et   à   mauvais   escient   de   la   voie  pénale   par   des   titulaires   de   droits   se   prétendant   à   tort   victimes  ».   Ils   convinrent   aussi  d’éviter  le  risque  que  le  dispositif  ne  puisse  bénéficier  qu’aux  grandes  entreprises  dont  les   contrefaçons   peuvent   être   plus   facilement   combattues   que   celles   touchant   les  entreprises   de   dimension   plus   modeste.   Reconnaissaient-­‐ils   déjà   un   arsenal   anti-­‐contrefaçon  à  deux  vitesses  ?     d) Impact  sur  l’emploi    Toujours  avec  beaucoup  de  naïveté,  les  experts  estimaient  que  le  préjudice  subi  par  les  entreprises   du   fait   des   atteintes   à   la   propriété  intellectuelle   se   répercutait   sur   le   volume  d’emplois   offert,   même   si   «  l’effet   de   ces   atteintes   sur   l’emploi   dans   l’ensemble   des  industries   était   difficile   à   mesurer   avec   précision  ».   Néanmoins,   ils   étaient   convaincus  que   l’efficacité   des   mesures   prises   au   niveau   pénal   permettrait   de   renforcer   la   lutte  contre   la   contrefaçon   et,   par   conséquent,   d’améliorer   la   situation   de   l’emploi   dans   la  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  • 82.   82  Communauté.   Dans   la   mesure   où   la   contrefaçon,   dans   ses   formes   les   plus   graves,  contribue,   comme   d’autres   activités   criminelles,   à   l’alimentation   du   travail   clandestin,   le  démantèlement   des   organisations   criminelles   sur   la   base   d’une   législation   pénale   devait  contribuer  à  assainir  le  marché  de  l’emploi.     e) Impact  sur  l’investissement  et  la  compétitivité  des  entreprises  européennes    Par   directive   européenne,   les   entreprises   devaient   aussi   bénéficier   d’un   niveau   de  protection   équivalent   sur   tout   le   territoire   de   la   Communauté  :   «  cet   environnement  favorable   confortera   les   entreprises   dans   la   confiance   qu’elles   placent   dans   le   marché  intérieur   pour   développer   leurs   activités   créatrices   et   innovatrices   dans   un   cadre  sécurisé  ».      Cette  situation  les  assurerait  de  bénéficier  d’une  juste  rémunération  des  investissements  qu’elles   auraient   consentis   en