Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×
        	  
                                                                                                                          ...
                                            3	         	         	         	         	         	         	         	      ...
                                                                                                                          ...
                                                                                                                          ...
                                                                                                                          ...
                                                                                                                          ...
                                                                                                                          ...
                                                                                                                          ...
 	  	  	  	  	  	                   	  	  	  	         	  	  	  	        	  
                                                                                                                          ...
                                                                                                                          ...
                                                                                                                          ...
                                                                                                                          ...
                                                                                                                          ...
                                                                                                                          ...
                                                                                                                          ...
                                                                                                                          ...
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur
Prochain SlideShare
Chargement dans... 5
×

Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur

6,375

Published on

Le rapport 2011 de la Fondation WAITO est devenu une référence internationale dans la lutte contre le crime organisé et les contrefaçons dangereuses (Crime-contrefaçon©) portant atteinte à la stabilité des Etats et à la sécurité de leur population, ainsi que pour les industries qui ont la lourde responsabilité de garantir la protection, la sécurité et la santé des consommateurs.

Après trois mois de diffusion sur les réseaux spécialisés, dorénavant le rapport est mis à disposition gratuitement dans le domaine public

Contribuez à la lutte anti contrefaçon:
http://www.waitofoundation.org

'La contrefaçon n'est pas qu'une question de volume de saisies ou de fiscalité. C'est aussi un enjeu majeur
pour la protection des citoyens consommateurs et la stabilité des Etats'

'L'enjeu n'est pas mince, ce n'est rien moins que la protection des consommateurs et leur santé ainsi que la sauvegarde de nos démocraties.'

Pierre DELVAL
Membre Fondateur
Directeur Général de WAITO Foundation

Published in: Actualités & Politique
0 commentaires
0 mentions J'aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Be the first to like this

Aucun téléchargement
Vues
Total des vues
6,375
Sur Slideshare
0
À partir des ajouts
0
Nombre d'ajouts
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
93
Commentaires
0
J'aime
0
Ajouts 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Waito rapport 2011: le Crime Contrefacon, un enjeu majeur"

  1. 1.    
  2. 2.   2         IF2C   Rapport  2011       Rédaction  :  WAITO  Foundation,  Villa  Sise,  Ch.  Grand-­‐Montfleury  48,  1290  Versoix,  Switzerland     Tel.  00.41.22.566.87.30  ;  Fax.  00.41.22.566.87.40.     Président  :  Chemavon  CHAHBAZIAN     Directeur  général  et  Rédacteur  en  chef  :  Pierre  DELVAL     Conseillers  :  Alain  BAUER  et  Xavier  RAUFER     Relations  extérieures  :  Laurent  ULMANN     Coordination  :  Frédéric  HAHN       Coordination  technique  :  Nicole  AGHROUM     Traductions  :  Esther  BARRETT     Comité  des  experts  :       Alain   BAUER,   Professeur  de  criminologie  au  Conservatoire  national  des  Arts  et  Métiers  (Paris),  New-­‐York   et  Pékin,  Membre  du  Conseil  et  Président  du  Comité  d’éthique  et  de  déontologie  de  la  Fondation  WAITO.   Ghazi  BEN   TOUNES,   Economiste,  Membre  du  Conseil  de  la  Fondation  WAITO,  Directeur  du  Bureau  WAITO   de  Tunis  et  Vice-­‐Président  de  la  Fondation  pour  les  Affaires  publiques  du  Monde  arabe.       Pierre  DELVAL,  Criminologue  et  Criminaliste,  Directeur  général  de  la  Fondation  WAITO.     Pierre  KOPYLOV,  Expert  en  statistiques  de  masse.     Bernard   MARQUET,   Député   monégasque   à   l’Assemblée   parlementaire   du   Conseil   de   l’Europe   et   rapporteur  de  la  Convention  MEDICRIME.  Président  de  la  Commission  de  LEnvironnement  et  du  Cadre  de  Vie   du  Conseil  National  de  la  Principauté  de  Monaco.  Membre  du  Conseil  de  la  Fondation  WAITO. Kunio  MIKURIYA,  Secrétaire  général  de  l’Organisation  mondiale  des  douanes  (OMD).     Marco  MUSUMECI,  Coordinateur  de  programmes  UNICRI,  Membre  du  Conseil  de  la  Fondation  WAITO.   Eric  PRZYSWA,  Expert  en  Cybercriminalité,  animateur  du  blog  Risk05.   Xavier  RAUFER,  Criminologue,  Responsable  des  études  et  recherches  au  MCC  de  l’Université  Panthéon-­‐                        Assas  Paris  II,  Président  du  Comité  scientifique  de  la  Fondation  WAITO.   Pau  ROCA,  Secrétaire  général  de  la  Federación  Española  del  Vino.       Michèle  RUDLER,   Professeur   émérite   des   universités,   Docteur   en   pharmacie,   notamment   ancien   Directeur   du  Laboratoire  de  Police  Scientifique  de  Paris. Christophe   ZIMMERMANN,   Coordinateur   pour   la   lutte   anti-­‐contrefaçon   à   l’Organisation   mondiale   des   douanes  (OMD)           Directeur  de  la  publication  :  Pierre  DELVAL           www.waitofoundation.org   (Responsable  du  site  :  Nicole  Aghroum)          
  3. 3.   3                             Le  crime-­‐contrefaçon©   Un  enjeu  majeur     Rapport  2011                          
  4. 4.   4               Remerciements       La   Fondation   WAITO   souhaite   adresser   tous   ses   remerciements   aux   organisations   publiques   et   privées,   européennes   et   internationales,   qui   nous   ont   apporté   leur   aide   et   leur   contribution   à   l’élaboration  de  ce  rapport.     Nous  souhaiterions  remercier  tout  particulièrement  :       L’ORGANISATION  MONDIALE  DES  DOUANES  (OMD  –  WCO)   L’  UNITED  NATIONS  INTERREGIONAL  CRIME  AND  JUSTICE  RESEARCH  (UNICRI)   LE  DEPARTEMENT  DE  RECHERCHE  SUR  LES  MENACES  CRIMINELLES  CONTEMPORAINES     (MCC)  DE  L’UNIVERSITE  PANTHEON  ASSAS  PARIS  II   LA  FEDERATION  FRANCAISE  DU  BATIMENT  (FFB)         La   totalité   des   fonds   issus   de   la   vente   du   présent   rapport   sera   intégralement   allouée   au   fonctionnement  de  l’International  Forum  on  Counterfeiting-­‐crime©  (IF2C).                          
  5. 5.   5  Préface  (par  Alain  Bauer)  Longtemps  on  a  cru  que  la  contrefaçon  nétait  quun  problème  de  protection  des  marques,  notamment  dans  le  secteur  du  luxe.    Puis   vint   le   temps   où   la   question   du   droit   dauteur   et   de   la   redevance   des   marques   fut  dépassée  par  les  problématiques  de  santé  et  de  sécurité  publique.    Faux   médicaments,   fausses   cigarettes,   fausses   pièces   davion,   faux   connecteurs   électriques,  faux  biberons,  firent  leur  apparition,  créant  de  nouveaux  risques  de  société.    La  contrefaçon  nest  pas  quune  question  de  volume  de  saisies  ou  de  fiscalité.  Cest  aussi  un  enjeu  majeur  pour  la  protection  des  citoyens  consommateurs  et  la  stabilité  des  Etats.    Il   fallait   donc   se   donner   enfin   les   moyens   danalyser   ces   problématiques   en   sortant   de   la  confusion,  notamment  statistique,  sur  les  questions  posées.    Trois  problématiques  doivent  être  abordées  séparément  :  le  vrai-­‐faux,  le  faux-­‐vrai  et  le  faux-­‐faux.   Longtemps,   elles   ont   été   désignées     sous   des   appellations   souvent   confuses   en   les  intégrant   sans   discernement   aux   infractions   de   contrebande,   de   contrefaçon   et   de   fraude.  Délit  ou  crime,  telle  est  la  vraie  question  !    Pour  les  criminologues  que  nous  sommes,  afin  d’éviter  toute  ambiguïté,  ces  problématiques  méritent  des  définitions  simples  et  claires  :         -­‐ Le  vrai-­‐faux  :   un   problème   fiscal   de   détournement   de   vrais   produits   sur   des   filières   qui  facilitent  laugmentation  du  chiffre  daffaires  perdu  ailleurs,  et  sans  payer  la  taxe.   Certains  titulaires  de  droits  en  sont  complices.     -­‐ Le   faux-­‐vrai   :   un   produit   conforme   techniquement,   fabriqué   par   une   entreprise   qui   nen   a   ni   les   droits   ni   les   brevets,   qui   fait   du   générique   clandestin   pour   les   médicaments   ou   qui   utilise   une   marque   usurpée,   mais   qui   ne   met   pas   en   danger   le   consommateur.   Là,   cest   un   problème   de   protection   du   droit   de   propriété   intellectuelle  et  d’atteinte  aux  intérêts  des  titulaires  de  droits.  Certains  Etats  en  sont   complices.     -­‐ Le  faux-­‐faux  :  Le  plus  dangereux,  qui  atteint  bien  plus  la  sécurité  du  consommateur  et   la  santé  publique  que  la  recette  fiscale  ou  les  intérêts  du  titulaire  de  droits,  et  qui  est   un  enjeu  majeur  de  société.  Le  professeur  Gentilini  expliquait  dans  la  revue  Dossiers   Européens  de   mai   2010   quun   cinquième   des   malades   quil   traitait   en   Afrique   létait   parce  quil  avait  pris  des  médicaments  falsifiés.  Le  crime  organisé  en  est  le  principal   pourvoyeur.   La   Fondation   WAITO   caractérise   cette   problématique   sous   le   terme   de   Crime-­‐contrefaçon©.      Copyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de  cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise   sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  6. 6.   6  La   construction   dune   coalition   dintérêts   sur   la  santé   publique   et   la   sécurité   des   citoyens  consommateurs     est   donc   un   enjeu   majeur.   Il   y   a   dans   cette   logique   du   contrôle   le   besoin   de  développer  et  de  mettre  en  place  des  outils  et  dispositifs  qui  soient  à  la  fois  à  la  charge  du  producteur,  parce  que  cest  son  intérêt,  mais  sous  le  contrôle  des  autorités  publiques,  parce  que  cest  une  nécessité.  Il  y  a  notamment  sur  lensemble  des  questions  de  santé  publique  et  de   sécurité   collective,   des   objectifs   de   stabilité   politique,   économique   et   sociétale   qui  imposent   la  construction   de   ces   outils,   mais   aussi   la   nécessité   de   sauvegarde   du   droit  régalien  et  de  protection  de  la  responsabilité  pénale  des  titulaires  de  droits.  Outils  juridiques  dissuasifs   évidemment   et   efficaces   surtout.   Mais   également   outils   techniques   préventifs,  capables  d’apporter  les  preuves  incontestables  de  la  bonne  ou  mauvaise  foi  du  fabricant.      Ainsi,   par   exemple,   Il   est   temps   d’élaborer   une   base   de   données   communautaire   fiable,  capable  d’anticiper  les  tendances  des  contrefaçons  au  niveau  international  et  régional  et  de  prendre   à   temps   les   dispositions   qui   s’imposent,   notamment   par   la   mise   en   œuvre   de  politiques  préventives  et  dissuasives  adaptées.    Il  est  temps  également    de  réaliser  un  cahier  des  charges  publique  européen  et/ou  mondial  capable   de   fixer   les   caractéristiques   de   l’instrument   qui   est   indispensable   à   l’identification  du   lieu   de   production,  marquant   produit   par   produit,   paquet   par   paquet,   quel   que   soit   son  contenu,  ainsi  que  le  marché  de  destination,  en  prenant  soin  que  cet  instrument  soit  visible  et  lisible.  Je  pense  au  tabac,  mais  pas  seulement,  ou  à  la  pharmacie,  dans  les  officines,  mais  aussi  chez  des  revendeurs.    Ces  nouvelles  étapes  nécessitent  aussi  une  douane  judiciaire  encore  plus  équipée,  plus  dotée,  disposant   daccès   à   des   fichiers   nouveaux   et  des   éléments   permettant   de   garantir   la   sécurité  des   agents   en  intervention.  Évidemment,   ceci   demande   un   meilleur  ciblage,   d’où   la   nécessité  du  décèlement  précoce  évoqué  précédemment.  La  démonstration  en  a  été  faite  et  à  plusieurs  reprises  rappelée   depuis   le   11   septembre   :   il   faut   passer,   là   aussi,   du   prêt-­‐à-­‐porter   au   sur  mesure.      Tout   équiper,   tout   contrôler   ne   sert   à   rien   s’il   n’est   pas   correctement   adapté   dans   une  démarche   collégiale.   Trop   de   contrôle   incohérent   tue   le   contrôle.   De  ce   point   de   vue   là,  lefficacité  du  dispositif  est  importante.  Il  faut  donc  arriver  à  construire  ensemble,  public  et  privé,  en  mettant  de  côté  les  intérêts  et  les  querelles  personnels.      La  crise  qui  est  un  booster  du  crime  -­‐  car  le  crime  nest  pas  en  récession,  il  le  démontre  tous  les   jours   -­‐   a   montré   que   les   États   devaient  retrouver   leur   rôle   proactif   de   régulateur   et   de  punisseur,   quils   ne   sont   plus   des  partenaires   comme   d’autres,   mais   ceux   qui   donnent   les  instructions   et   qui  écoutent   –   et   qui   finalement   décident.   Cette   réhabilitation   du   service  public   est   un   enjeu   majeur   pour   un   service   comme   la   douane,   qui   en   a   toujours   défendu  les  valeurs   avec   une   remarquable   détermination,   mais   aussi   pour   la   police   qui   doit  compléter  le  dispositif  répressif  au  niveau  intra-­‐territorial.    Il   faut   donc   associer   producteurs,  consommateurs,   régulateurs,   douaniers,     policiers,  magistrats,   criminologues.   Mais   ce   nest   quune   étape   dans   un   processus   qui   devra  déboucher  sur   des   propositions   pratiques   visant   à   résoudre   ces   problèmes.   Autrement,  contrairement   à   ce   que   nous   avons   cru   pendant   longtemps,   ne   rien   faire   sera  autant  sanctionné  que  de  mal  faire.  Copyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de  cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise   sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  7. 7.   7  Les   opinions   publiques   sont   toujours   plus   sensibles   à   la   façon   dont   les   États  luttent   contre  les  actions  criminelles,  même  quand  une  partie  des  citoyens  en  profite.  Ils  en  veulent  même  doublement  à  lÉtat  de  les  avoir  empêchés  den  profiter  et  d’avoir  mal  réagi  quand  cétait  fait.  Il   faut   prendre   en   considération  cette   difficulté,   cette   schizophrénie   qui   parfois   existe   dans  lopinion.   Mais   là,   nous   avons   des   opportunités   :   prenons-­‐les   à   bras   le   corps.   Les  criminologues  sont   présents,   volontaires,   font   leur   travail   en   matière   de   diagnostic.   Au  service  public  de  librement  décider  du  choix  des  thérapeutiques.    Le  rôle  de  la  Fondation  WAITO  est  donc  essentiel  pour  permettre  ce  dialogue.  Il  le  sera  plus  encore  au  sein  du  Forum  International  contre  le  Crime-­‐contrefaçon  (IF2C)  à  Genève  en  Co-­‐partenariat   avec   l’UNICRI   et   l’OMD   ainsi   que   le   Centre   de   recherche   et   d’études   pour   la   lutte  contre   le   Crime-­‐contrefaçon   de   Chine   à   Pékin   (RS3C)   que   WAITO   met   en   place   avec  l’Université   de   droit   et   de   sciences   politiques   de   Chine.   En   informant,   en   rassemblant,   en  dialoguant,  en  construisant  des  partenariats  entre  les  Nations  et  leurs  autorités  publiques,  la  société   civile   et   les   entreprises,   la   Fondation   WAITO   soutenu   par   l’UNICRI   et   l’OMD   assurera  ainsi   sa   mission   de   pure   utilité   publique.   Ce   premier   rapport   sur   le   constat   mondial   du  Crime-­‐contrefaçon©,   démonstration   de   leur   détermination   à   combattre   le   faux   comme  ennemi  de  la  démocratie  en  est  le  point  de  départ    A  toutes  et  à  tous  :  bonne  lecture    Alain  Bauer  Professeur  de  criminologie  au  Conservatoire  National  des  Arts  et  Métiers  (Paris),  New  York  et  Beijing  Président  du  Comité  d’Ethique  et  de  déonthologie  de  la  Fondation  Waito      Copyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de  cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise   sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  8. 8.   8  Avant-­‐propos  (par  Kunio  Mikuriya,  Secrétaire  Général  de  l’Organisation  Mondiale  des  Douanes)    Le  volume  du  trafic  et  les  caractéristiques  des  produits  sont  révélateurs  de  l’implication  de  la    criminalité   organisée   attirée   par   ce   nouveau   marché   très   porteur.   Pour   s’en   convaincre,   il  suffit   d’analyser   les   résultats   des   deux   importantes   opérations   internationales   réalisées   en  avril  et  en  mai  2011  par  l’Organisation  mondiale  des  douanes,  à  savoir  les  Opérations  TIGRE  et  FRED  60.    L’Opération  TIGRE,  qui  s’est  déroulée  du  11  au  15  avril  2011,  a  regroupé  9  pays  et  13  ports  de   la   région   Amérique   centrale   et   Caraïbes.   En   5   jours,   plus   de   3,   5   millions   de   produits  contrefaisants   ont   été   interceptés,   dont   19   tonnes   de   produits   insecticides,   151   020  bouteilles   de   produits   et   crèmes   pour   le   corps,   176  000   médicaments,   648  000   pièces  détachées   de   téléphone   mobile   et   2   machines   destinées   à   la   fabrication   de   cigarettes  contrefaisantes.   Il   semble   que   le   crime   organisé   se   diversifie   et   cible   en   particulier   les  produits  ayant  un  impact  sur  la  santé  et  la  sécurité  des  consommateurs.    L’Opération   FRED   60,   qui   s’est   déroulée   du   9   au   13   mai   2011   en   Afrique   occidentale   et  centrale,  a  regroupé  20  pays  et  21  ports.  En  5  jours,  125  conteneurs  contenant  quelques  43  millions  de  produits  contrefaisants  ont  été  interceptés  :  plus  de  8  millions  de  médicaments  et   des   centaines   de   milliers   de   pièces   détachées   pour   voitures,   des   milliers   de   tubes   de  dentifrices,  des  milliers  de  boissons  alcoolisées,  des  produits  alimentaires,  etc.    Les    résultats  de  ces  deux  opérations  prouvent  à  eux  seuls  qu’il  s’agit  bien  d’un  phénomène  pandémique   de   grande   ampleur.   La   seule   façon   d’y   faire   face   est   d’agir   ensemble,   et  globalement.      L’OMD  propose  une  riposte  concrète  qui  repose  sur  deux  piliers  fondamentaux.    Le   premier   d’entre   eux   est   le   renforcement   des   capacités   douanières,   qui   consiste   en   une  politique   engagée   de   formation   pour   les   pays   en   développement   et   les   pays   les   moins  avancés,   cibles   privilégiées   des   contrefacteurs,   sur   les   aspects   législatifs   et   opérationnels,   en  mettant   en   avant   les   techniques   d’analyse   de   risques.   Ainsi,   entre   2010   et   2011,   près   de   140  pays  ont  reçu  une  formation,  grâce  au  soutien  financier  du  gouvernement  japonais.    Le   deuxième   pilier   est   une   volonté   de   créer   des   échanges   entre   les   parties   prenantes,  notamment  les  douanes,  le  secteur  privé  et  les  organisations  non-­‐gouvernementales.    Un  Groupe  de  travail  sur  la  contrefaçon  et  le  piratage  (CAP)  composé  de  représentants  des  douanes  a  été  créé  au  sein  de  l’OMD  pour  permettre  des  échanges  de  vues,  d’expériences,  de  bonnes  pratiques  et  d’initiatives  des  administrations  douanières    Participent   également   à   ce   Groupe   des   titulaires   de   droits   membres   du   Groupe   consultatif  des   Titulaires   de   Droits,   établi   comme   un   cercle   de   réflexion   constitué   autour   du   Secrétariat  de  l’OMD,  qui  souhaite  obtenir  l’opinion  de  toutes  les  parties  prenantes  afin  de  prendre  des  décisions  éclairées.  Il  ne  s’agit  pas  d’un  organe  institutionnel  de  l’OMD  au  même  titre  que  les  comités  techniques,  mais  d’une  instance  de  débat  et  de  conseil  au  Secrétariat  de  l’OMD.  Le  Copyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de  cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise   sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  9. 9.   9  Groupe   consultatif   des   Titulaires   de   droits   a   pour   but   de   donner   à   lOMD   lorientation  nécessaire  afin  de  répondre  au  mieux  aux  besoins  opérationnels  des  titulaires  de  droits  en  matière   de   lutte   contre   la   contrefaçon   et   le   piratage     et   d’offrir   un   forum   déchange   sur   la  coopération  entre  titulaires  de  droits  et  douaniers.    C’est   dans   cette   optique   que   l’OMD   a   développé   une   interface   dénommée   Interface  Public/Membres  (IPM).  Outil  opérationnel  simple  d’utilisation,  IPM  permet  aux  douaniers  de  première   ligne   de   disposer   de   toutes   les   informations   nécessaires   à   l’identification   de  produits  contrefaisants  ou  piratés.  Outre  les  informations  sur  les  produits,  IPM  fournit  des  informations   sur   les   itinéraires   habituels   d’approvisionnement,   les   caractéristiques   des  emballages,   les   affaires   préalables   de   contrefaçon,   le   contact   des   titulaires   de   droits   dans  chaque  pays  et  sur  la    distinction  entre  un  vrai  et  un  faux.    Si  les  aspects  opérationnels  sont  une  des  réponses  privilégiées  par  l’OMD,  il  est  important  de  nouer   des   relations   permettant   une   prise   en   considération   de   la   problématique   en   amont.  C’est  pourquoi  l’OMD  a  récemment  conclu  un  Protocole  d’accord  avec  la  Fondation  WAITO,  afin   d’apporter   son   aide   à   la   connaissance   du   phénomène   et   à   la   définition   de   politique   de  lutte  efficace  contre  le  crime  organisé.      Je   suis   convaincu   que   ce   protocole   d’accord   entre   l’OMD   et   la   Fondation   WAITO,   les   activités  de  cette  dernière  et  le  présent  rapport  sont  autant  de  pierres  importantes  à  l’édifice  d’une  société  que  nous  voulons  équitable  et  sûre.                  Copyright  –  Ce  rapport  confidentiel  est  la  Propriété  Intellectuelle  de  la  Fondation  Waito  tous  droits  réservés.  Aucune  partie  de  cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise   sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  10. 10.                                
  11. 11.   11  Introduction  (par  Chemavon  Chahbazian  et  Pierre  Delval)  L’homme   s’est   toujours   posé   la   question   de   la   maîtrise   du   monde.   Beaucoup   se   sont  efforcés  de  le  conquérir.  Souvent  par  la  religion,  généralement  par  la  force,  aujourd’hui  beaucoup  par  le  commerce.      Avec   la   mondialisation   des   marchés,   le   crime   organisé   s’est   emparé   du   fabuleux  potentiel   de   profits   que   peut   dégager   la   misère,   que   ce   soit   dans   le   secteur  agroalimentaire   celui   des   médicaments,   mais   aussi   dans   tous   les   autres   secteurs   qui  constituent  une  dépense  courante  pour  la  plus  grande  masse  des  consommateurs.      Dans   ces   conditions,   les   Etats   seront-­‐ils   toujours   légitimes   pour   éviter   le   pire   ou  laisseront-­‐ils   aux   entreprises   le   soin   de   mener   leur   combat   contre   les   mafias  ?   Serons-­‐nous  un  jour  gouvernés  par  les  organisations  du  crime  ?    Sans  doute  ni  par  les  uns,  ni  par  les  autres.  Les  Etats  resteront  puissants,  les  mafias  le  deviendront  de  plus  en  plus.  Par  contre,    ceux  qui  nous  gouverneront  réellement  seront  les  marchés,  et  avec  les  marchés  les  fraudes  de  toute  sorte  dont  les  contrefaçons.  Les   trafics   illicites   ont   toujours   existé   mais,   avec   la   chute   du   mur   de   Berlin   et   la  mondialisation,   ils   ont   acquis   une   dimension   transnationale.   Du   simple   citoyen   aux  autorités   gouvernementales,   tout   le   monde   est   désormais   concerné.   Ces   marchés   sont  devenus  interdépendants,  notamment  dans  l’environnement  consommateur  où,  jusqu’à  présent,   contrefaçon,   fraude   alimentaire   et   contrebande   suivaient   des   chemins  parallèles.        Au-­‐delà  de  leurs  différences,  ces  flux  obéissent  aux  mêmes  lois  cardinales  de  l’offre  et  de  la   demande   et   aux   mêmes   principes   de   concurrence,   de   rentabilité,   de   course   à  l’innovation,   de   gain   de   parts   de   marché   ou   de   réduction   des   coûts   de   production.   Le  tout   dans   un   seul   but  :   dégager   des   bénéfices   rapides   à   moindre   risque.   Ce   faisant,   la  frontière  entre  licite  et  illicite  se  brouille.  Et  les  risques,  qu’ils  soient  techniques  ou  liés  à  la   contrefaçon,   pour   l’ensemble   des   acteurs   de   la   chaîne   d’un   produit   de   grande  consommation,  deviennent  majeurs.      Les  risques  de  contrefaçon,  eux,  résultent  de  la  capacité  à  tromper  le  consommateur  en  copiant   à   l’identique   la   partie   visible   d’un   produit   et   sa   marque.   Passée   au   stade  industriel,  cette  contrefaçon  devient  massive  et  difficilement  contrôlable.  De  nombreux  décès  de  par  le  monde  chaque  année  rappellent  l’évidence  de  cette  menace  en  termes  de  sécurité   et   de   santé   publique  :   en   2005,   selon   la   Commission   américaine   de   sécurité   des  produits  à  la  consommation  (CPSC)1,  quelque  73.000  enfants  de  moins  de  5  ans  ont  été  hospitalisés   en   urgence   en   Amérique   du   Nord   suite   à   la   manipulation   de   jouets  contrefaits,   et   20   d’entre   eux   sont   décédés   des   suites   de   blessures   ou   d’intoxications.   La  Russie   détient   le   record   d’accidents   d’avions,   avec   8,6   crashs   par   million   de   vols   en  2007,   soit   treize   fois   la   moyenne   mondiale.   Ces   accidents   s’expliquent   essentiellement  par   des   défaillances   de   pièces   détachées   contrefaites.   Toujours   en   Russie,   en   2005,  l’Organisation   Mondiale   de   la   Santé   confirme   la   mort     de   milliers   de   personnes  intoxiquées  par  de  la  vodka  frelatée,  dont  une  partie  était  vendue  sous  des  marques  de                                                                                                                  1 CPSC : Consumer Product Safety CommissionCopyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  12. 12.   12  renom.   Pour   le   Président   Poutine,   ce   drame   est   une   «  tragédie   nationale  »   et   justifie  l’instauration  d’un  contrôle  renforcé  sur  les  trafics  illicites  d’alcool.  Hélas,  ces  mesures  n’ont  pas  amélioré  la  situation.  Les  distilleries  clandestines  fournissaient  en  2007  près  des   deux   tiers   des   alcools   consommés 2 .   Dans   le   domaine   des   médicaments,   les  statistiques  de  l’OMS  publiées  en  novembre  2006  évaluent  la  «  contrefaçon  dangereuse  des   principes   actifs  »   à   hauteur   de   10%   de   la   consommation   totale   en   Russie,   25%   en  Inde,  35%  au  Liban,  40%  au  Pérou,  48%  au  Nigéria  et  70%  en  Angola.  Les  cas  de  décès  ou  d’effets  secondaires  irréversibles  sur  les  patients  les  plus  démunis  se  comptent  par  centaines   de   milliers.   Quant   aux   équipements   électriques,   les   12   millions   de   pièces  saisies   par   les   douanes   de   l’Union   européenne   en   2006   présentent   des   anomalies  techniques  évidemment  contraires  à  toute  norme  de  sécurité  en  vigueur.    Selon  l’OMD,  les  saisies  mondiales  d’aliments  contrefaits  auraient  explosé  de  plus  de  2500%  en  2008,  et   ceux   des   pièces   détachées   d’automobiles   fraudées   de   plus   de   2600%   en   2009,   avec  tout  ce  que  cela  comporte  comme  risques  pour  les  utilisateurs  finaux.  Tout  récemment,  MarketsandMarkets   affirmaient   dans   son   rapport   de   janvier   2011   que   le   marché   des  moyens   de   lutte   anti-­‐contrefaçon   des   produits   alimentaires   et   des   médicaments  atteindraient   un   budget   global   pour   2014   de   US$   79,3   milliards   dont   US$   49   milliards  pour   la   seule   Amérique   du   Nord,   ce   qui   laisse   présager   le   gigantisme   des   marchés   de  masse  illicites  dans  le  monde  d’ici  quatre  ans.    Mais   la   grande   évolution   de   la   criminalité   contemporaine   est   sans   nul   doute   la  convergence  des  délits.  Il  n’est  plus  rare  de  constater  des  recoupements  entre  fraude  et  contrefaçon  ou  entre  contrefaçon  et  contrebande.      Pendant   longtemps,   on   a   eu   tendance   à   sous-­‐estimer   les   véritables   dangers   liés   à   la  contrefaçon.   La   politique   de   protection   du   droit   de   la   propriété   intellectuelle   a   été  pratiquement  le  seul  rempart  contre  cette  activité  illicite  et  protéiforme.  La  situation  est  dorénavant   explosive,   même   s’il   est   très   difficile   d’avoir   une   vue   d’ensemble   du  phénomène.   Comme   toute   activité   opaque,   les   estimations   globales   disponibles   sont  discutables.   Néanmoins,   les   statistiques   de   chaque   secteur   industriel   confondues   avec  celles  des  douanes  européennes  confirment  une  nette  tendance  à  la  hausse3.      Avec   quelques   autres   pays   dans   le   monde,   La   France   s’est   toujours   distinguée   dans   la  lutte   contre   la   contrefaçon.   Consciente   de   l’évolution   des   délits   en   matière   de  contrefaçon,   elle   s’est   mobilisée   pour   consolider   la   loi   Longuet   de   1994,   ainsi   que   ses                                                                                                                  2 Communica – printemps 2007 – Magazine suisse d’information de la Régie fédérale des alcools3 A key information resource to combat the global plague of counterfeiting – The International anti-counterfeiting directory 2009 – ICC4 A quoi sert la loi Longuet ? Epuisés par une procédure interminable, nombre dindustriels victimes dune contrefaçon seposent cette question. Selon les discours officiels, « la loi du 5 février 1994 a jeté des bases juridiques solides » dans lepaysage industriel français, en matière de lutte contre la contrefaçon. En réalité, si cette loi sest révélée efficace contre lesfaux, elle montre aujourd’hui de nombreuses faiblesses, et ce malgré les superpositions de mesures juridiquescomplémentaires. Dans un contexte général de justice trop lente, elle donne limpression dêtre impuissante quand il sagit derégler un différend, y compris entre deux entreprises du même secteur installées dans la même ville. En fait, il nest pas rarequune procédure dure cinq ans et quelle se termine par des « dédommagements dérisoires », tout simplement parce que « lesbons copieurs connaissent la législation sur le bout des doigts », selon la formule dun avocat spécialisé. Plusieurs affaires encours confirment les limites du système actuel. Mis à part les cas de « copie servile », où une procédure rapide en référé peutêtre ordonnée par les juges, lessentiel des affaires traîne en longueur. La réparation des préjudices est lautre point faible dusystème. Certes, la justice sappuie sur des experts capables de mesurer limpact économique dune contrefaçon et duneconcurrence déloyale. Mais, globalement, « les magistrats sont loin de la vie économique ».Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  13. 13.   13  aménagements  ultérieurs4.  Avec  la  loi  du  29  octobre  2007  de  lutte  contre  la  contrefaçon  –  l’une  des  premières  lois  que  Christine  Lagarde,  alors  Ministre  française  des  Finances,  a  présentées   devant   le   Parlement   –   la   France   a   réalisé   plusieurs   avancées   importantes5.  Les   sanctions   pénales   ont   été   aggravées.   Les   procédures   simplifiées   et   accélérées   de  saisine  du  juge  civil,  nécessaires  pour  prévenir  une  atteinte  imminente  à  des  droits  de  propriété   intellectuelle,   ont   été   renforcées.   Les   services   de   l’Etat   ont   vu   leurs  prérogatives   étendues.   Mais   pour   aller   plus   loin   et   plus   vite,   la   France   a   également  proposé   à   ses   partenaires   européens,   durant   sa   présidence   du   Conseil   de   l’Union  européenne  (deuxième  semestre  2008)  une  série  de  mesures  visant  à  renforcer  la  lutte  contre  la  contrefaçon  et  le  piratage.  Tous  les  pays  européens  ont  répondu  présent  et  le  Conseil   de   Compétitivité   du   25   septembre   2008   a   adopté   une   résolution   relative   à   un  plan  européen  global.    Ce   plan   prévoit,   en   particulier,   de   développer   des   actions   de   sensibilisation   et   de  communication.   Le   Conseil   a   également   invité   la   Commission   européenne   à   mettre   en  place  un  observatoire  européen  de  la  contrefaçon  et  du  piratage  afin  de  disposer d’une  évaluation   régulière   et   d’une   analyse   plus   précise   de   l’ampleur   du   phénomène.   Cet  observatoire  devrait  voir  le  jour  fin  décembre  2009.  C’est  justement  pendant  le  lancement  du  débat  sur  la  création  de  cet  observatoire  que  Jacques   Toubon,   alors   député   européen6,   met   en   garde   ses   collègues,   les   membres   des                                                                                                                  4  La  loi  Longuet  a  aggravé  les  sanctions  pénales  contre  les  fraudeurs.  Mais,  en  même  temps,  elle  les  a  probablement  rendus   plus   malins.   Résultat   :   les   procédures   salourdissent   de   même   que   leurs   coûts.   A   contrario,   les   pénalités   ne  sont   pas   jugées   assez   dissuasives   par   les   victimes.  «  Dans  certains  cas,  nous  évitons  de  publier  les  avis  judiciaires.  Le  montant  des  réparations  est  tellement  faible  que  cela  pourrait  donner  des  idées  à  dautres  contrefacteurs  »,  reconnaît  un  avocat  daffaires.  5 Loi n°2007-1544 du 29 octobre 2007 de lutte contre la contrefaçon. Cette loi publiée au Journal Officiel du 30 octobre2007 transpose la directive européenne du 29 avril 2004 relative au respect des droits de propriété intellectuelle. En effet,jusqu’alors, seul un projet de loi en date du 7 avril 2007 avait vu le jour, nonobstant le délai de transposition de la directivequi expirait le 29 avril 2006.6 Débat du Parlement européen – mercredi 17 décembre 2008 – Impact de la contrefaçon sur le commerce international.Allocution de Jacques Toubon – Député.(….)la contrefaçon est un fléau économique, social et sanitaire dune dimension que lon sous-estime à mon avis. Certainsestiment quà Anvers ou à Rotterdam, un tiers des marchandises qui sont débarquées dans les containers sont descontrefaçons. Je dis bien un tiers, et ces estimations sont faites par des services officiels.Je le dis très clairement et je ne vais pas tourner autour du pot, je suis vraiment déçu par les propositions du Parlementeuropéen et par ce débat ce soir. Et pour une fois, je suis plus déçu par le Parlement que par la Commission et par leConseil, car le Conseil et la Commission, dans ce domaine, ont fait leur travail.Le plan daction du 25 septembre, le séminaire du 25 novembre, les propositions que vient dénoncer M. Barrot au nom de laCommission sont des actions réelles et non des bonnes paroles. Et ce que je voudrais vous dire simplementM. le Commissaire, cest que je souhaiterais vraiment que lObservatoire, par exemple, vous le mettiez en œuvre dès lepremier semestre de 2009 et que lon fasse passer dans ce Parlement le règlement sur la surveillance du marché que leConseil a adopté.Je le dis à mon collègue Susta, je ne parle pas ici de sa proposition alternative de résolution, malheureusement nous ne ladiscuterons pas. Je parle de son rapport, il est beaucoup trop faible, beaucoup trop timide, rien sur lindication dorigine,rien sur lObservatoire et une timidité et une réticence sur la protection de la propriété intellectuelle et industrielle. LACAC,vous dites, il faut faire lACAC, mais vous dites quil ne faut pas utiliser les moyens efficaces pour pouvoir lappliquer. Enoutre, jai été, je dois dire, sidéré par les propos de mes deux collègues suédois pour lesquels on a limpression que le dangervient, non pas de la contrefaçon, mais de la lutte contre la contrefaçon.Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  14. 14.   14  commissions   concernées   et   les   associations   interprofessionnelles   anti-­‐contrefaçon   des  risques  d’une  mobilisation  trop  axée  sur  le  droit  de  propriété  intellectuelle.  Pour  lui,  la  contrefaçon  est  aussi  une  affaire  de  consommateurs,  trop  souvent  oubliés  dans  ce  type  de  démarche.  Il  reconnaît  que  le  consommateur  français  est  sans  doute  l’un  des  mieux  protégés   d’Europe.   Mais   il   rappelle   qu’il   est   aussi   un   consommateur   européen.   «  Vous  ne  pouvez  pas  être  dans  une  zone  de  haute  protection  comme  la  France  et  l’Allemagne  le  sont,  si  par  ailleurs  vous  vivez  dans  un  ensemble  économique  et  dans  un  marché  intérieur  où  il  y  a   des   zones   de   faiblesse  !  »   affirmait-­‐il   en   juillet   2009   dans   les   «  Cahiers   de   la  compétitivité  ».  En  fait,  Jacques  Toubon  reconnaît  qu’il  est  inutile  d’avoir  un  arsenal  anti-­‐contrefaçon   efficace   en   France,   si   par   ailleurs   le   produit   français   s’exporte   dans   une  Europe  non  harmonisée  pénalement  au  niveau  des  droits  de  propriété  intellectuelle  et  dans   des   zones   de   non   droit   en   dehors   de   l’Union   Européenne.   D’où,   pour   Jacques  Toubon,   deux   urgences  :   «au   moins  que   tous   les   pays   de   l’Union   se   mettent   au   même  niveau  législatif  et  acceptent  des  sanctions  pénales  au  niveau  communautaire  ».  Deux  ans  auparavant,   Michel   Danet,   alors   Secrétaire   Général   de   l’Organisation   Mondiale   des  Douanes   (OMD),   scandait   déjà   des   propos   similaires.   Il   estimait   qu’entre   des   accords  ADPIC  (TRIPS  en  anglais)  trop  limitatifs  et  près  de  60  pays  dans  le  monde  n’ayant  pas  une   vraie   protection   de   la   propriété   industrielle,   les   droits   européens   en   matière   de  protection   intellectuelle   étaient   bien   illusoires.   Face   à   ce   manque   de   cohésion,   les  auteurs  des  contrefaçons,  issus  pour  une  grande  majorité  du  crime  organisé,  ont  toutes  les  capacités  financières  et  organisationnelles  pour  contourner  les  obstacles.              Si   se   battre   pour   le   droit   des   marques,   c’est   se   battre   pour   la   protection   des  consommateurs,  Jacques  Toubon  reconnaît  aussi  que  la  lutte  contre  la  contrefaçon  doit  mener   également   des   actions   directes   de   protection   des   consommateurs  :   «  elles  relèveraient,   par   exemple,   d’actions   de   répression   au   nom   de   la   sécurité   alimentaire   et  sanitaire  et  ne  passeraient  pas  seulement  par  la  protection  de  la  propriété  intellectuelle  ou  industrielle  ».    Harmonisation   pénale,   protection   des   consommateurs,   voilà   deux   thèmes   sur   lesquels   il  conviendrait  de  s’arrêter  un  instant.    Sur  l’harmonisation  pénale    A   la   question   de   sanction   pénale   s’inscrit   la   qualification   de   dangerosité   dun   produit   de  contrefaçon   et   les   questions   que   ladite   qualification   implique   au   plan   juridique   et  pratique.  Le  titulaire  de  droit  est  déjà  atteint  dans  son  droit  du  fait  de  la  contrefaçon  et  il  devrait,  de  surcroît,  rapporter  la  preuve  de  la  dangerosité.  Mais  la  question  se  pose  de  savoir  sur  quoi  se  fonder.  Faut-­‐il  instaurer  une  présomption  de  dangerosité  par  nature  et  celle-­‐ci  joue-­‐t-­‐elle  à  l’encontre  du  titulaire  de  droit?  Si  lon  raisonne  ainsi,  le  titulaire  de   droits   serait   conduit   à   se   rapporter   au   produit   authentique.   Un   médicament,   par  exemple,   est   dangereux   si   les   doses   prescrites   ne   sont   pas   respectées,   sil   nest   pas  adapté   à   une   pathologie,   il   peut   être,   également,   dangereux   du   fait   de   ses   effets  secondaires.  Or,  s’il  sagit  dune  preuve  privée  donnée  par  le  titulaire  lui-­‐même,  il  sera                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Mes chers collègues, nous sommes à côté de la plaque si nous ny allons pas plus fort. On traite ce sujet comme si cétait uneactivité économique à la marge, sans plus, alors que ce peut être la fin de nos industries, ce peut être lexploitationgénéralisée des travailleurs des pays émergents, ne loubliez pas, et enfin, ce peut être linsécurité générale pour lesconsommateurs. Il faut que nous agissions!Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  15. 15.   15  peu   enclin   à   exposer   la   dangerosité   de   son   produit.   De   surcroît,   jusquoù   pousser   la  preuve  :  peut-­‐on  permettre  une  preuve  par  comparaison  du  produit  contrefaisant  avec  le  produit  authentique?  Et  dans  ce  cas,  quid  des  éventuels  dangers  liés  au  vrai  produit  du  type  effets  secondaires  dun  médicament  ?      Pour   les   douanes   de   certains   pays,   la   notion   de   contrefaçon   dangereuse   aggravant   la  sanction  douanière  existe  déjà  sans  que  cela  nait,  jusquà  présent,  interpellé  les  juges.  En   fait,   tout   cela   est   généralement   traité   sur   le   fondement   du   droit   de   propriété  intellectuelle,   et   non   pas   dans   le   cadre   d’un   arsenal   juridique   plus   approprié,  complémentaire   à   celui   du   code   de   la   propriété   intellectuelle.   Sur   le   fond,   lorsqu’il   s’agit  de   biens   matériels   réputés   dangereux,   ce   n’est   pas   le   titulaire   de   droits   qui   devrait  intervenir   en   priorité,   mais   l’autorité   publique.   Dans   ce   contexte,   ce   n’est   pas   sur  l’infraction   en   matière   de   droit   de   propriété   intellectuelle   que   l’on   devrait   se   fonder,  mais  sur  la  notion  de  volonté  de  nuisance  à  la  vie  d’autrui  caractérisée  par  la  dangerosité  du   produit   suspecté   de   contrefaçon.   De   plus,   les   limites   tant   sur   les   saisies   que   sur   les  procédures   judiciaires   constatées   ces   dernières   années,   plaident   en   faveur   d’un   usage  plus  nuancé  du  code  de  la  propriété  intellectuelle.  Ces  limites  sont  dues,  le  plus  souvent,  à   la   divergence   des   priorités   des   titulaires   de   droits   et   des   autorités   publiques   dans   la  caractérisation   des   actes   de   contrefaçon.   Il   n’est   pas   rare   de   constater   de   la   part   des  titulaires   de   droits   la   recherche   d’une   négociation   à   l’amiable   avec   le   contrefacteur   pour  conclure  à  une  indemnisation  rapide  et  éviter    la  procédure  punitive,  lourde  et  couteuse.  Il   n’est   pas   rare,   non   plus,   pour   le   propriétaire   de   marque   de   ne   pas   vouloir  communiquer   sur   les   risques   de   notoriété   (l’industrie   pharmaceutique   a   pendant   très  longtemps   caché   les   réalités   de   la   contrefaçon   de   ses   princeps   et   l’agroalimentaire  continue   au   mieux   de   garder   secret   ses   affaires   de   contrefaçons   dangereuses).   Sans  parler   de   cette   hantise   d’une   action   en   responsabilité   pour   procédure   de   contrefaçon  abusive,  tant  des  douanes  que  des  titulaires  de  droits.  Ni  du  risque  de  contestation  d’un  droit   de   propriété   intellectuelle   fragile   ou   de   l’aléa   judiciaire   causé   par   la   mauvaise  maîtrise  des  circuits  d’approvisionnement  et  de  sous-­‐traitance.      N’assurant   que   le   minimum   de   cohérence   entre   les   pratiques   nationales,   comment  résoudre   la   problématique   des   saisies  ?   Comment     agir   efficacement   sans   la   réactivité   et  l’expertise  obligatoire  des  titulaires  de  droits  ?  Comment  condamner  pénalement  à  des  peines   plus   dissuasives,   sans   obligatoirement   passer   par   la   démonstration   des   délits  commis  en  bande  organisée  ?    Difficultés  d’application  :  les  exemples  «  clé  »    Pour  comprendre  la  situation  sur  le  terrain,  il  convient  de  s’arrêter  sur  deux  exemples  clés  :     • le  «  syndrome  du  douanier  dans  un  port  de  marchandises  »   • le  juge  et  la  démonstration  de  la  preuve      Le  «  syndrome  du  douanier  dans  un  port  de  marchandises  »    Le   cadre   procédural   de   l’intervention   du   service   des   Douanes,   tout   du   moins   en   Europe,  demande   une   certaine   réactivité   due   essentiellement   à   la   brièveté   des   délais.   Les   saisies  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  16. 16.   16  font   généralement   suite   à   une   retenue   en   douane,   à   l’exception   de   certains   Etats  membres   de   l’Union   Européenne   comme   la   France   qui   saisissent   immédiatement   s’il  s’agit   d’une   marque.   Les   douaniers   sont   donc   tributaires   des   titulaires   de   droits   qui  doivent  identifier,  expertiser  et  confirmer  la  contrefaçon.    La   procédure   est   généralement   la   suivante  :   lorsque   les   Douanes   détectent   un   produit  suspecté   de   contrefaçon,   elles   recherchent   le   titulaire   de   droits   et   l’informent   de   la  suspicion  de  contrefaçon.  L’expert  nommé  par  le  titulaire  de  droits  se  déplace  sur  le  lieu  de   contrôle   douanier   et   confirme   ou   non   par   voie   de   procès   verbal   de   constatation   la  contrefaçon.   Cette   confirmation   génère   soit   une   retenue   douanière,   soit   une   saisie  douanière  selon  la  typologie  des  droits  contrefaits  (marques,  dessins  et  modèles,  droits  d’auteur,   brevets,…).     Il   convient   dès   lors   de   solliciter   en   urgence   auprès   du   parquet  territorialement   compétent   une   ordonnance   de   saisie   conservatoire   et   de   la   faire  signifier   dans   une   période   fixe   (10   jours   pour   les   biens   classiques   et   trois   jours   pour   les  biens  périssables)  suivant  la  retenue  douanière.    En   cas   de   saisie   douanière,   la   citation   directe   ou   le   dépôt   de   plainte   pénale   contre   le  contrefacteur   ou   le   distributeur   de   produits   contrefaisants   devant   la   juridiction  répressive  doit  quasiment  être  simultanée.  Il  est  toujours  loisible  ultérieurement  de  se  constituer  partie  civile  si  cela  n’est  pas  fait  lors  de  la  saisie  des  autorités  judiciaires.    Le  «  syndrome  du  douanier  dans  un  port  de  marchandises  »  est  révélateur  du  manque  de   pragmatisme   d’un   tel   cadre   procédural.   Si   nous   prenons   par   exemple   le   port  d’Anvers,   158   millions   de   tonnes   de   marchandises   (2009)   soit   plusieurs   milliers   de  conteneurs   y   sont   réceptionnés   chaque   jour.   Les   douaniers   habilités,   au   nombre   de  quelques   uns,   doivent   quotidiennement   examiner   les   manifestes 7  transférés   par   le  transporteur   sur   leur   réseau   informatique,   identifier   les   possibles   anomalies,   les  recouper  avec  les  éventuelles  orientations  d’enquêtes,  cibler  les  dizaines  de  conteneurs  suspects   et   en   sélectionner   seulement   quelques   uns   par   manque   de   temps   et   de   moyens  pour  identification.    Et   lorsque   les   identifications   se   font   de   nuit,   au   fond   des   conteneurs,   sans   pouvoir  contacter   les   titulaires   de   droits   pour   obtenir   des   informations   précieuses   nécessaires  au  lancement  de  la  procédure  de  retenue,  que  peuvent  faire  les  douaniers  ?    Dans  ce  contexte,  malgré  l’installation  de  scanners  fixes,  on  peut  se  demander  combien  de  ces  conteneurs,  transportant  des  produits  illicites,  passent  ainsi  au  travers  des  filets  des   autorités   de   contrôle.   «  Sans   doute   une   majorité  »,   osent   déclarer   ces   douaniers  perplexes.    Les   autorités   de   contrôle   représentées   essentiellement   par   les   douanes   et   la   police  souffrent  de  toute  évidence  d’un  manque  d’outils  capables  de  les  aider  à  détecter  dans  l’urgence  et  sans  ambiguïté  le  vrai  du  faux,  sans  avoir  recours  au  titulaire  de  droits.  Le  «  syndrome   du   douanier   dans   un   port   de   marchandises  »   ne   doit   pas   être   une   fatalité   et,  comme   certains   Etats   membres   l’ont   proposé,   l’utilisation   lourde   et   coûteuse  d’équipements   radiographiques   des   conteneurs   ne   résoudra   qu’en   partie,   et   en   une  infime  partie  seulement,  cet  épineux  problème.                                                                                                                  7 Documents de transportCopyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  17. 17.   17  Le  juge  et  la  démonstration  de  la  preuve        Dans   le   cadre   de   l’action   judiciaire,   le   cadre   procédural   doit   permettre   d’apporter   la  preuve   de   la   contrefaçon   sur   la   violation   des   droits   de   propriété   intellectuelle.   Cela  implique   d’établir   l’existence   de   ces   droits   et   de   démontrer   la   contrefaçon   en   constatant    la  matérialité  des  infractions.  Sans  ce  cadre  précis,  sans  une  réactivité  et  une  efficacité  des   titulaires   de   droits,   les   autorités   judiciaires   ne   peuvent   appliquer   efficacement   les  outils  répressifs.    De  même,  dans  le  cadre  d’une  procédure  de  saisie-­‐contrefaçon  de  produits  suspects,  il  convient  de  convaincre  l’autorité  judiciaire.  Or  convaincre  n’est  pas  toujours  prouver.    Mettre  en  cause  l’authenticité  d’un  produit,  son  origine,  pour  démontrer  sa  contrefaçon  ou   non,   consiste   à   rechercher   si   ledit   produit   possède   les   caractéristiques   essentielles  qui  conduisent  à  établir  l’infraction  ou  non.  Il  faut  donc,  pour  donner  à  cette  contestation  une   base   solide,   commencer   par   établir   en   quoi   consistent   ces   caractéristiques,   puis  vérifier   si   le   produit   suspect   présente   ou   non,   concrètement,   objectivement,   ces  caractéristiques.    Or,   nous   constatons   aujourd’hui   que   l’enjeu   sur   l’application   de   l’arsenal   répressif   est  considérable,   car   la   jurisprudence   la   plus   récente   montre   une   dérive   procédurière.   En  effet,   le   renforcement   des   sanctions   pénales   pour   les   délits   de   contrefaçon   a   conduit   à  cristalliser  le  débat  sur  la  façon  dont  la  preuve  du  délit  est  administrée.  Les  procédures  s’en  trouvent  rallongées  d’autant,  ce  qui  laisse  le  temps  aux  réseaux  de  contrefacteurs  de  disparaître   et   de   se   reconstituer.   Les   investigations   des   titulaires   de   droits   et   des  autorités   de   contrôle   (police   et   douanes)   sont   réduites   à   néant.   C’est   un   gaspillage   de  temps  et  d’argent  qui  devient  insupportable  aux  uns  et  aux  autres.    Par  ailleurs,  nous  observons  une  contestation  plus  fréquente  de  la  validité  des  titres  de  propriété   intellectuelle.   Tandis   qu’en   présence   des   copies   de   plus   en   plus   «  parfaites  »,  prouver   que   le   vrai   est   bien   authentique   oblige   les   titulaires   à   se   dévoiler   davantage,  livrant   à   qui   veut   l’entendre   leurs   secrets   de   fabrication.   C’est   une   spirale   dangereuse  pour   les   entreprises,   dont   seuls   les   contrefacteurs   profitent.   Mais   c’est   surtout   une  spirale  sans  contrainte  réelle  pour  les  organisations  criminelles  contre  lesquelles  le  code  de   la   propriété   intellectuelle   devient,   en   matière   de   biens   matériels   de   masse,   un   outil  trop  subtil  pour  être  réellement  efficace.        Le  crime  pharmaceutique  :  les  prémices  du  crime-­‐contrefaçon    C’est  dans  ce  contexte  que  le  Conseil  de  l’Europe  avait  examiné  une  alternative  juridique  innovante  en  élaborant  un  instrument  juridique  pour  lutter  plus  efficacement  contre  le  crime  pharmaceutique.  C’est  lors  de  la  réunion  de  Moscou,  les  23  et  24  octobre  2006  que  les   participants   à   la   conférence   «L’Europe   contre   les   médicaments   de   contrefaçon»,  avaient  avancé  la  proposition  d’élaborer  cet  instrument  juridique  afin  de  mieux  protéger  la  santé  des  Européens.    Les  participants  convinrent  que  les  éléments  suivants  devaient  être  pris  en  compte  dans  la  préparation  d’une  future  convention  :    Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  
  18. 18.   18   • la  définition  des  crimes  pharmaceutiques  comme  crimes  aggravés  ;   • la  pénalisation  de  la  fabrication  et  de  la  distribution  de  médicaments  contrefaits  ;   • la  mise  en  place  d’un  réseau  de  points  de  contact  uniques  dans  tous  les  secteurs   concernés,  notamment  les  secteurs  de  la  santé  et  de  l’application  des  lois  ;   • l’adoption   au   niveau   national   de   dispositions   permettant   de   contrôler   la   qualité   des   composants   à   usage   pharmaceutique,   les   emballages,   les   processus   de   fabrication  conformément  aux  normes  établies  par  la  Pharmacopée  européenne  ;   • une  plus  grande  coopération  entre  les  organes  chargés  de  faire  respecter  les  lois   aux  niveaux  national  et  européen.    Fin   2007,   onze   experts   furent   nommés   et   développèrent   le   projet   de   convention   du  Conseil  de  l’Europe  sur  la  contrefaçon  des  produits  médicaux  et  les  infractions  similaires  menaçant  la  santé  publique.  Finalisé  le  26  février  2009,  ce  projet  est  aujourd’hui  soumis  à  l’étude  du  Comité  des  Ministres  du  Conseil.    Ce  projet  est  particulièrement  intéressant  puisqu’il  met  pour  la  première  fois  en  exergue  la   possible   mise   en   œuvre   d’un   instrument   répressif   anti-­‐contrefaçon   d’un   tout   autre  modèle   que   celui   proposé   actuellement.   Ainsi,   par   exemple,   sont   considérés   comme  infraction  pénale  les  actes  suivants,  lorsqu’ils  sont  commis  de  manière  intentionnelle  :   • la  fabrication  des  produits  médicaux,  principes  actifs  ou  composants  contrefaits,   y  compris  leur  altération  ;   • la   falsification   de   tout   document   relatif   à   un   produit   médical,   un   principe   actif   ou   un  composant  ;   • la   fourniture   ou   l’offre   de   produits   médicaux,   de   principes   actifs   ou   de   composants  contrefaits  ;   • la   promotion   de   produits   médicaux,   de   principes   actifs   ou   de   composants   contrefaits  ;   • le   trafic   illicite   de   produits   médicaux,   de   principes   actifs   ou   de   composants   contrefaits.  Les  circonstances  aggravantes  sont  très  présentes  dans  ce  projet,  mettant  ainsi  en  avant  la   volonté   de   nuisance   à   la   vie   d’autrui.   Ces   circonstances   auront   une   importance  capitale   dans   la   détermination   des   peines.   C’est   le   cas   évidemment   de   l’infraction   qui  cause  le  décès  de  la  victime  ou  porte  atteinte  à  sa  santé  physique  ou  mentale.  C’est  le  cas  également  des  infractions  de  promotion  ou  de  fourniture  commises  en  recourant  à  des  procédés  de  diffusion  massive.  C’est  le  cas  aussi  des  infractions  commises  par  plusieurs  personnes   agissant   en   association,   ainsi   que   celles   réalisées   dans   le   cadre   d’une  organisation  criminelle.  Enfin,  les  parties  signataires  de  cette  convention  (47  Etats  membres  de  la  Pan  Europe)  se   donneront   le   droit   de   conclure   entre   elles   des   accords   bilatéraux   ou   multilatéraux  relatifs   aux   questions   réglées   par   ladite   convention,   aux   fins   de   compléter   ou   de  renforcer  les  dispositions  de  celle-­‐ci  ou  pour  faciliter  l’application  des  principes  qu’elle  consacre.  Le   Groupe   de   Spécialistes   sur   les   produits   pharmaceutiques   contrefaits,   créé   par   le  Comité   des   Ministres   du   Conseil   de   l’Europe   et   sous   l’autorité   du   Comité   européen   pour  les  problèmes  criminels,  rend  ainsi  un  verdict  peu  complaisant  sur  l’arsenal  juridique  en  Copyright   –   Ce   rapport   confidentiel   est   la   Propriété   Intellectuelle   de   la   Fondation   Waito   tous   droits   réservés.   Aucune   partie   de   cette  publication  ne  peut  être  reproduite  ou  transmise  sous  n’importe  quelle  forme  ou  par  nimporte  quels  moyens,  y  compris  la  photocopie  et  lenregistrement,  ou  par  nimporte  quel  stockage  de  linformation  et  système  de  récupération.  

×