1
Le choix de langue des couples
interculturels et son influence
Mémoire présenté par YI Xinran
Sous la direction du profe...
2
Remerciements
J’adresse mes remerciements aux personnes qui m’ont aidée dans la réalisation de ce mémoire.
En premier li...
3
毕业论文诚信声明
本人郑重声明:
所呈交的毕业论文 Le choix de langue des couples interculturels
et son influence,中文题名《跨文化伴侣对使用语言的选择以及其
影响》是本人在指导...
4
中文摘要
跨国伴侣: 两个拥有着不同文化背景的人走到一起。 这样的充斥着截然不同因素的
关系是怎样的呢?
以这个主题为基础,我们展开了现有研究的学习。其中,大多数学者都选择了宗
教、行政及孩子这几个侧面做出了研究,而就跨国伴侣间语言这一角度...
5
Résumé
Couple transnational : deux personnes qui viennent des cultures différentes entrent dans une
relation intime. Com...
6
Table des matières
Introduction............................................................................................
7
Annexe ....................................................................................................................
8
目录
绪论......................................................................................................................
9
参考文献.......................................................................................................................
1
Introduction
Pour trouver notre problématique nous nous sommes intéressés aux couples transnationaux.
Larousse définit l...
2
Lors de notre recherche, nous nous sommes aperçus que ceux qui font des recherches sur les
couples transnationaux sont s...
3
Chapitre 1 : Revue de la littérature
1.1 De vivre avec quelqu’un qui parle une autre langue : que signifie-t-il ?
La com...
4
Le sujet de couple mixte mérite notre attention, mais au lieu de nous intéresser au thème de
couple interculturel en gén...
5
1.2.2 Choisirla langue minoritaire :
Nous définissons ici la langue minorité par la langue maternelle du partenaire immi...
6
légaux, financiers et sociaux emportent nettement les avantages bien moins tangibles d’un « natif
».
1.2.3 Choisirl’hybr...
7
Dans l’exemple du couple franco-cantonais, le mari français jure en français quand il est
désespéré, et il avoue que « q...
8
véhiculaire permet aux couples d’une manière neutre et équilibrée mais parfois simplifiée.
Néanmoins, aux moments des co...
9
En plus, « müffle » n’est pas un mot courent dans la langue allemand, ce qui fait que cette phrase
n’est compréhensible ...
10
Pour les couples multi culturels, le choix de langue peut être il-même une source de conflit.
Cependant, le fait que la...
11
Chapitre 2 La méthodologie23
Avant de commencer notre collecte sur le terrain, nous étions confrontés à trois choix
fon...
12
chaque individu interviewé, et l’analyse horizontale pour nous focaliser sur certains
thèmes qui nous semblent importan...
13
Chapitre 3 Les Analyses des entretiens
3.1 Quelques mots sur chaque participant(e)
Couple 1 : Nicolas etKellie
Nicolas ...
14
3.2 Les Analyses verticales
3.2.1 « On estsûr qu’il y a que nous qui comprenons. »
Selon Nicolas, être couple avec quel...
15
le fait que les deux résident encore chacun dans son pays et ils n’ont pas le besoin urgent d’une
autre langue.
Concern...
16
vraiment était centrale dans notre relation. Notre intérêt est pratiquer la langue, on parlait
de tout et de rien de la...
17
façon de penser.
(Julien) Moi je pense c’est différent des autres parce qu’on pense pas dans notre pays
respectif de la...
18
je disais en anglais, et lui il était tout content parce qu’il pouvait parler anglais. Et après
avec le temps je commen...
19
(Julien) On a pas des mêmes interprétations parfois, après non, au niveau de
compréhension, on se comprend quoi. Il y a...
20
3.3 Les Analyses horizontales
3.3.1 Les apports d’une autre nationalité
Les trois couples interviewés n’ont donné aucun...
21
3.3.4 L’apprentissage de la langue
Le thème l’apprentissage de la langue ressort naturellement pendant nos entretiens, ...
22
Conclusion
Pour la plupart des couples, le choix de langue se fait systématiquement mais il existe en fait
plusieurs fa...
23
Notre étude s’est basée sur peu de littérature du fait de la précision de notre sujet. La plupart de
chercheurs font le...
24
Bibliographie
BREGER Rosemary Anne, HILL Rosanna. Cross-cultural marriage: identity and choice. Berg,
1998. Print.
Davi...
25
« Utilisation des langues chez des couples interculturels à HongKong : quels impacts sur les
constructions identitaires...
26
Annexe
Annexe 1 Guide d’entretien
Introduction
Je suis étudiante en quatrième année de licence langue et littérature fr...
27
Avez-vous rencontré des difficultés liées à la langue ?
Il y a des aspects positifs ?
Conclusion
Nous sommes parvenus à...
28
Pourquoi
faire ce choix
 Garder la
langue de
première
rencontre
 Intérêt
d’apprendre la
langue
 Volonté de
l’individ...
29
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le choix de langue des couples interculturels et son influence - première version

48 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
48
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
16
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le choix de langue des couples interculturels et son influence - première version

  1. 1. 1 Le choix de langue des couples interculturels et son influence Mémoire présenté par YI Xinran Sous la direction du professeur MA Xiaoyan Département de français Université des Études internationales de Shanghai Mai 2014
  2. 2. 2 Remerciements J’adresse mes remerciements aux personnes qui m’ont aidée dans la réalisation de ce mémoire. En premier lieu, je remercie M. MA Xiaoyan, professeur à l’Université des Études internationales de Shanghai. En tant que tuteur de mémoire, il m’a guidée dans mon travail et m’a aidée à trouver des solutions pour avancer. Je remercie aussi toutes les personnes qui ont répondu à mes entretiens : Nicolas, François, Elena, Julien, Laurine et Philippe. Je tiens à exprimer mes sincères remerciements à tous les professeurs de français qui m’ont enseignée et qui par leurs compétences m’ont soutenue dans la poursuite de mes études. Enfin, je remercie tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réalisation de ce travail.
  3. 3. 3 毕业论文诚信声明 本人郑重声明: 所呈交的毕业论文 Le choix de langue des couples interculturels et son influence,中文题名《跨文化伴侣对使用语言的选择以及其 影响》是本人在指导老师的指导下,独立研究、写作的成果。论文 中所引用他人的无论以何种方式发布的文字、研究成果,均在论文 中以明确方式标明。 本声明的法律结果由本人独自承担。 毕业论文作者签名:
  4. 4. 4 中文摘要 跨国伴侣: 两个拥有着不同文化背景的人走到一起。 这样的充斥着截然不同因素的 关系是怎样的呢? 以这个主题为基础,我们展开了现有研究的学习。其中,大多数学者都选择了宗 教、行政及孩子这几个侧面做出了研究,而就跨国伴侣间语言这一角度却很少涉及。于是 我们决定就这个主题做出研究。 基于我们能够找到的资料,我们找出了四种跨国伴侣间的语言选择以及它们产生的 影响。 然后我们开展了实地信息采集:我们以面对面的形式进行了四个采访,其中的三个 用于最后的分析。 在采访的过程中,我们确认了关于语言选择及其影响的理论部分,并且挖掘出一些 新的语言选择的原因。我们也发现了一些语言学习中的趋势。 我们的探索性研究基于一个小型样本,在未来的研究中学者们可以以量化的研究方 式进行探索以确保结论的精确性。 关键词:跨文化伴侣、异国伴侣、语言选择、通用语言、谈话风格
  5. 5. 5 Résumé Couple transnational : deux personnes qui viennent des cultures différentes entrent dans une relation intime. Comment passent-t-elles les choses dans cette situation qui regroupe autant d’éléments contrastés ? Nous nous sommes intéressés par ce sujet et nous nous sommes donc plongés dans la littérature. Beaucoup a été dit sur les côtés religions, administratifs, ou enfants, et nous nous sommes aperçus que très peu a été traité sur l’aspect linguistique, et pour cette raison là, nous avons décidé de travailler sur la langue utilisée entre les couples transnationaux. Avec les documents que nous avons trouvé qui avaient traité ce thème, nous avons pu identifier quatre choix de langue différents ainsi que les critères de choix. En plus, nous avons constaté quelques influences que les choix de langue ont exercées sur les relations entre ces couples en question. En suite, nous sommes partis pour la partie terrain : nous avons choisi l’entretien individuel en tant que moyen de collecte de données, et nous avons fait quatre entretiens en total (dont trois sont pris en compte dans les analyses). Pendant nos entretiens, nous avons confirmé ce que nous avons vu dans la littérature concernant les choix de langue et ses influences, et nous avons découvert des nouvelles motivations qui poussent à un certain choix de langue, ainsi que quelques tendances au niveau de l’apprentissage de langue. Notre étude s’agit d’une étude exploratoire, et nous avons travaillé sur un petit échantillon. Les futurs travaux peuvent exercer sous forme de l’étude quantitative pour mieux contrôler le résultat. Mots clés : couple interculturel, couple mixte, choix de langue, lingua franca, style de conversation
  6. 6. 6 Table des matières Introduction..................................................................................................................................... 8 Chapitre 1 : Revue de la littérature ................................................................................................. 3 1.1 De vivre avec quelqu’un qui parle une autre langue : que signifie-t-il ? .............................. 3 1.2 Quels sont les choix de leur langue utilisée ?........................................................................ 4 1.2.1 Choisir la langue majoritaire : ........................................................................................ 4 1.2.2 Choisir la langue minoritaire :........................................................................................ 5 1.2.3 Choisir l’hybride (langue mixte) : .................................................................................. 6 1.2.4 Choisir une lingua franca ............................................................................................... 7 1.3 Quel genre d’influence leur choix de langue a-t-il été exercé sur leur relation ? ................ 8 1.3.1 Le choix de langue comme une source de conflit........................................................... 8 1.3.2 Les mots « privés »......................................................................................................... 8 1.3.3 Le style de conversation constructive et coopérationnel................................................ 9 Chapitre 2 La méthodologie.......................................................................................................... 11 Chapitre 3 Analyse des entretiens................................................................................................. 13 3.1 Quelques mots sur chaque participant(e) ............................................................................ 13 Couple 1 : Nicolas et Kellie................................................................................................... 13 Couple 2 : François et Miki ................................................................................................... 13 Couple 3 : Julien et Elena ...................................................................................................... 13 3.2 Analyses verticales.............................................................................................................. 14 3.2.1 « On est sûr qu’il y a que nous qui comprenons. »....................................................... 14 3.2.2 « On est toujours très factuels. »................................................................................... 15 3.2.3 « Je voulais surtout pas lui parler quelque chose autre que le français » ..................... 16 3.3 Analyses horizontales.......................................................................................................... 20 3.3.1 Les apports d’une autre nationalité............................................................................... 20 3.3.2 Le choix de langue........................................................................................................ 20 3.3.3 Comment font-ils leur choix de langue ........................................................................ 20 3.3.4 L’apprentissage de la langue ........................................................................................ 21 3.3.5 L’influence de leur choix de langue ............................................................................. 21 Conclusion .................................................................................................................................... 22 Bibliographie................................................................................................................................. 24
  7. 7. 7 Annexe .......................................................................................................................................... 26 Annexe 1 Guide d’entretien ...................................................................................................... 26 Annexe 2 Grille d’analyse......................................................................................................... 27
  8. 8. 8 目录 绪论..................................................................................................................................................8 第一章: 已有研究学习...................................................................................................................3 1.1 与一个讲着不同母语的人生活在一起意味着什么?................................................................3 1.2 不同种类的语言选择...............................................................................................................4 1.2.1 选择强势语言:...................................................................................................................4 1.2.2 选择弱势语言:...................................................................................................................5 1.2.3 选择混合语言:...................................................................................................................6 1.2.4 选择通用语言....................................................................................................................7 1.3 伴侣间语言的选择对于他们的关系有何种影响?...................................................................8 1.3.1 语言选择可能成为矛盾的出发点.......................................................................................8 1.3.2 “秘密“语言........................................................................................................................8 1.3.3 建设性及合作性的语言风格..............................................................................................9 第二章:研究方法..........................................................................................................................11 第三章:采访分析..........................................................................................................................13 3.1 受访人简介............................................................................................................................13 伴侣一:尼古拉和凯莉............................................................................................................13 伴侣二:弗朗索瓦和米奇........................................................................................................13 伴侣三:朱利安和艾莲娜........................................................................................................13 3.2 纵向分析................................................................................................................................14 3.2.1 “我们知道只有我们两个才听得懂”..................................................................................14 3.2.2 “我们一直都很实际”........................................................................................................15 3.2.3 “我当时最不希望的就是和他用法语外的其他语言交流” ................................................16 3.3 横向分析................................................................................................................................20 3.3.1 不同国籍所带来的收获...................................................................................................20 3.3.2 语言选择.........................................................................................................................20 3.3.3 他们如何做出这些语言选择............................................................................................20 3.3.4 语言学习.........................................................................................................................21 3.3.5 语言选择所带来的影响...................................................................................................21 结论................................................................................................................................................22
  9. 9. 9 参考文献.........................................................................................................................................24 附录................................................................................................................................................26 附录一:采访问题提纲...............................................................................................................26 附录二:采访分析表格...............................................................................................................27
  10. 10. 1 Introduction Pour trouver notre problématique nous nous sommes intéressés aux couples transnationaux. Larousse définit le mot « transnational » comme suivant : qui appartient à plusieurs nations. Nous pouvons ainsi définir couple transnational : un couple où les deux partenaires appartiennent aux différentes nations. Au cours de ces dernières décennies, le mariage sans frontière est devenu de plus en plus nombreux avec de différentes formes de globalisation. Il est estimé qu’en Europe, un sur douze couples mariés est couple transnational.1 Etant plus une minorité, cette population mérite notre attention. Notre thème de départ était : les enjeux dans une relation transnationale. Ce thème regroupait plusieurs sujets :  Les difficultés rencontrées par les couples transnationaux dans la démarche administrative ;  La langue utilisée par les couples interculturels et sa signification ;  L’identité nationale des enfants d’un couple binational ;  Pratique alimentaire des couples binationaux ;  Les raisons pour lesquelles les enfants mixtes sont moins performants à l’école en France. Notre regard était particulièrement attiré par le côté linguistique du thème, étant donné que nous sommes issues d’une licence littéraire, et aussi, pendant notre séjour en France, nous nous sommes aperçus que la langue est un élément important dans la définition d’une relation. Les sujets et les rapports de force peuvent varier significativement quand on parle dans une langue ou une autre avec une personne. Alors que se passe-t-il dans une relation intime ? La langue joue un rôle encore plus important, ou bien l’amour peut dépasser toutes les différences ? 1 LANZIERI Giampaolo. « M erging populations, a look at marriages with foreign-born persons in European countries ». Editorial. Eurostat, No 29, 2012.
  11. 11. 2 Lors de notre recherche, nous nous sommes aperçus que ceux qui font des recherches sur les couples transnationaux sont souvent concentrés sur les aspects de la religion2, de l’administration3, ou de l’enfant4. Quelques scolaires ont traité de l’aspect linguistique, mais sous l’angle de l’apprentissage de langue des enfants bilingues. Très peu a été dit sur la langue entre les couples eux-mêmes. Nous nous sommes alors réorientés sur cet aspect-là et avons modifié notre problématique : comment les couples transnationaux choisissent leur langue utilisée et quel est son impact sur leur relation ? Une fois notre problématique trouvée, nous avons complété nos connaissances grâce à des recherches documentaires et nous les avons confrontées à la pratique sur le terrain. 2 LEVY Isabelle. Vivre en couple mixte : quand les religionss’emmêlent.Edition l’Harmattan. 2011. Print ; MATHIEU Séverine. La transmission de judaïsme dans les couples mixtes. Les éditions de l’Atelier/Editions Ouvrières. 2009. Print. 3 RICARD Judy. Torn Apart : United by Love, Divided by Law.Findhorn Press. 2010. Print. 4 C. POLLOCK David et E. Van REKEN Ruth. The Third Cultural Kid Experience. InterculturalPress. 1999. Print; UNTERREINER Anne. “Liens sociaux et construction identitaire des enfants de couples mixtes. Une étude comparée en France,en Allemagne et au Royaume-Unis. Diss. Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales”. 2012. Print.
  12. 12. 3 Chapitre 1 : Revue de la littérature 1.1 De vivre avec quelqu’un qui parle une autre langue : que signifie-t-il ? La communication est essentielle dans le maintien d’une relation conjugale. Selon Fitzpatrick5, les difficultés dans la communication sont la cause principale du malheur et de l’échec matrimoniaux. Quand on est en couple avec quelqu’un qui ne partage pas notre langue maternelle, que se passe-t-il ? Avec une recherche rapide sur Internet, nous avons trouvé que cette situation est souvent liée aux termes comme « compliquée », ou « frustrante ». Les individus ont un éventail de discours à leur disposition pour s’aider dans la vie quotidienne. L’un parmi eux est le discours sur l’amour qui peut surpasser toutes les différences. Un autre est le discours sur l’identité nationale, qui est souvent sous forme de stéréotypes et des différences qu’ils produisent entre les couples multiculturels. Le discours sur l’amour minimise les différences entre les partenaires, tandis que le discours sur l’identité nationale maximise ces différences. L’individu dans une relation interculturelle doit maîtriser ces deux discours et les réconcilier comme ils peuvent6. Dans un autre point de vue, parler des langues différentes peut donner des épices à la relation. Voici un extrait de parole d’une Américaine qui est en couple avec un Allemand : « je pense souvent que, ça fait longtemps qu’on est ensemble et on va rester toujours ensemble. J’ai pas peur de divorce ce serait simplement impossible à cause de la langue. On ne pourrait pas établir cette façon de parler avec quelqu’un d’autre. »7 Dans son cas-là, être avec quelqu’un qui parle une autre langue est un facteur favorable pour leur relation. 5 Mary Ann Fitzpatrick est un professeur américain en psychologie. En 1988, elle a publié son livre Between husbands and wives sur la communication dans un mariage. 6 PILLAR,Ingrid. Bilingual Couple Talk. John Benjamins Publishing Company. 2002. Print. 7 Idem.
  13. 13. 4 Le sujet de couple mixte mérite notre attention, mais au lieu de nous intéresser au thème de couple interculturel en général, nous allons plutôt nous concentrer sur un aspect particulier : la langue. Quelle est la langue utilisée entre un couple qui vient de différentes zones linguistiques ? Quels sont les critères sur lesquels qu’ils ont fait ce choix ? Pourquoi ces critères-là ? Et enfin, quel genre d’influence ce choix a-t-il exercé sur leur relation ? 1.2 Quels sont les choix de leur langue utilisée ? On peut identifier trois genres de choix de langue : 1.2.1 Choisirla langue majoritaire : La langue majoritaire, c’est-à-dire que la langue du territoire où se trouvent les couples, est souvent le choix qui est jugé défaut8. Par conséquent, ils donnent rarement les explications là- dessus. Dans l’exemple d’un couple allemand-anglais9, le mari allemand explique simplement que c’est trop compliqué de parler allemand (la langue minoritaire), puisqu’il ne sait pas combien son épouse a compris. Mais il est évident que les personnes autours du couple imposent une pression sur le parti immigré. Dans un des entretiens10 réalisés par DERVIN à Hongkong, la femme française apprend le cantonnais en réaction aux attitudes de rejet, selon elle, de la population locale. Dans le groupe centré de son étude, les couples font état de pressions (in)directes de la part des familles pour que les couples apprennent chacun la langue de l’autre, car les langues ne sont pas suffisamment partagées pour permettre une communication avec « l’autre » du couple. Malgré le fait que la langue majoritaire est le choix par défaut, elle est n’est pas un choix dominant.11 8 PILLAR,Ingrid. Bilingual Couple Talk.John Benjamins Publishing Company. 2002. Print. P135. 9 PILLAR,Ingrid. Bilingual Couple Talk. John Benjamins Publishing Company. 2002. Print. 10Fred DERVIN « Utilisation des langues chez des couples interculturels à Hong Kong : quels impacts sur les constructions identitaires? ». Enfances,Familles, Générations, Numéro 17, automne 2012, p. 98- 118 11 Idem.
  14. 14. 5 1.2.2 Choisirla langue minoritaire : Nous définissons ici la langue minorité par la langue maternelle du partenaire immigré dans le couple. Le pays où le couple réside ne possède pas un environnement ou une population pour parler cette langue. Les raisons derrières ce choix sont souvent identifiées comme l’habitude ou la compensation.12 Dans l’habitude, la situation plus fréquente est que les couples gardent leur langue de la première rencontre. Une fois que le lien entre la langue et le contenu est établi, il est difficile de le changer. Ceci peut montrer dans les expériences conduites sur les bilingues par ERVIN13. Une bilingue anglais-japonaise était donnée le début d’une phrase « quand mes vœux ne sont pas en adéquation avec les valeurs de ma famille » comme stimulus, elle a répondu en japonais « c’est une situation désagréable », et en anglais « je fais ce que je veux ». Le contenu de la réponse est complètement différent quand elle switche de langue. Et nous pouvons en déduire la même chose chez un couple. En fonction de l’interlocuteur, l’individu parle d’une manière différente, il alloue certaines logiques, certaines émotions qui pourraient éventuellement être liée à la langue, ce qui fait qu’il est difficile de changer la langue une fois que la langue de première rencontre est établie. La compensation est une autre raison du choix « minoritaire ». L’immigration est un sacrifice dans le sens où le parti immigrant doit abandonner sa langue, sa culture, sa famille et ses amis pour suivre son conjoint dans un autre pays. Dans une relation interculturelle, le partenaire dont le pays d’origine habite le couple est souvent privilégié dans de différents aspects - légalement, financièrement, et socialement.14 Dans l’aspect linguistique, le pouvoir s’accumule entre les mains de la personne étant l’autoritaire incontesté du code linguistique. Céder la place et parler la langue maternelle de l’autre partie est donc une stratégie de récompense, même si les avantages 12 PILLAR Ingrid. Bilingual Couple Talk. John Benjamins Publishing Company. 2002. Print.Page 138 à Page 142. 13 ERVIN-TRIPP Susan Moore. Language and TAT content in bilinguals. Journal of Abnormal and Social Psychology. 1964. 68(5) : 500-507. 14 Rosemary Anne BREGER, Rosanna HILL. Cross-cultural marriage: identity and choice.Berg,1998
  15. 15. 6 légaux, financiers et sociaux emportent nettement les avantages bien moins tangibles d’un « natif ». 1.2.3 Choisirl’hybride (langue mixte) : Une langue mixte comprend des conversations qui sont caractérisées par des passages fréquents d’une langue à une autre.15 Le terme est à distinguer du pidgin. Les utilisateurs d’une langue mixte sont courants dans les deux langues, tandis que le pidgin est adopté dans un contexte du commerce, où les gens qui parlent de différentes langues se réunissent et ont besoin d’une façon de se communiquer entre eux16, ce qui est en contraste avec les langues mixtes. L’utilisation de langues mixtes est souvent mal évaluée pour les raisons implicites. Le lien étroit entre le métissage des langues et la colonisation peut être une cause de cette évaluation négative sur les langues mixtes. Aussi, les couples mixtes jugent que les usagers de langue mixte sont parfaits dans aucune des deux langues qui constituent la langue mixte. Les couples mixtes ont tendance à rester dans une langue pour le bien de leurs enfants, mais l’origine de leur avis négatifs sur les langues mixtes reste brumeuse. Toute fois, l’utilisation de langue mixte est courante dans une relation multiculturelle. Il faut noter que la façon dont les couples switchent les langues est liée aux éléments comme le contenu (a) et le lieu de conversation (b). a. Le contenu comme l’indice de choix de langue Basé sur un entretien conduit par F. DERVIN dans son revue Utilisation des langues chez des couples interculturels à Hong Kong : quels impacts sur les constructions identitaires, il montre que le contenu peut être un facteur de choix de langue. 15 PILLAR,Ingrid. Bilingual Couple Talk. John Benjamins Publishing Company. 2002. Print. P143. 16 THOMASON Sarah Grey, KAUFMAN Terrence. Language contact, creolization, and genetic linguistics. University of California Press. 1991. Print.
  16. 16. 7 Dans l’exemple du couple franco-cantonais, le mari français jure en français quand il est désespéré, et il avoue que « quand je suis pas content c’est plutôt en français quand il y a des exclamations c’est plutôt en français... ». Sa femme cantonaise, même qu’elle ne parle pas vraiment français, insère une petite phrase de temps en temps comme « bonjour, ça va ? » au téléphone. Cette utilisation de la langue de l’autre partie signale qu’ils ont l’intention de devenir “les mêmes”, d’être ouverts à l’autre. b. Le lieu comme l’indice de choix de langue Dans des autres entretiens de F. DERVIN , le lieu constitue un facteur de choix de langue. Dans un couple franco-cantonais, ils favorisent surtout l’utilisation d’un mixte de trois langues dans un lieu public. L’explication peut être le fait que le lieu public représente un espace où les identités sont construites sans pouvoir toujours contrôler les résultats.17 Dans un couple expatrié, la femme interviewée expliquait qu’ils parlaient le français par défaut dans un restaurant et s’ils n’arrivaient pas à se comprendre, ils passaient au cantonais, et si vraiment cela n’était pas possible ils passaient à l’anglais, ce qui était vraiment leur dernière solution. Il semble que le couple souhaite construire une identité « autre » du couple, sachant que les deux partenaires du couple sont tous blancs et l’utilisation de l’anglais est le choix plus « normal » à Hongkong parmi les expatriés. 1.2.4 Choisirune linguafranca Entre certains couples, ils abandonnent les langues maternelles de deux partis et ont recours à une langue dite « internationale » comme lingua franca (langue véhiculaire), souvent l’anglais, l’espagnol, ou le français. Julia GUNDACKER a examiné l’utilisation de l’anglais comme lingua franca chez les couples interculturels en Autriche18, elle explique que la langue 17 GOFFMAN Erving. Behavior in Pubic Places. Free Press. 1966. 18 GUNDACKER Julia. English as a lingua franca between couples: Motivationsand limitations. VDM Publishing, 2010
  17. 17. 8 véhiculaire permet aux couples d’une manière neutre et équilibrée mais parfois simplifiée. Néanmoins, aux moments des conflits ou des tensions, il n’est pas possible de se dire ce que chacun a sur le cœur ou de se parler suffisamment finement.19 1.3 Quel genre d’influence leur choix de langue a-t-il été exercé sur leur relation ? 1.3.1 Le choix de langue comme une source de conflit Nous avons indiqué que le choix de langue peut devenir remarquable dans un conflit, cependant, le choix de langue lui-même peut être une source de conflit. Prenons l’exemple d’un couple anglais-allemand20: Gerda est allemande et son mari Shane est anglais. La famille habite aux Pays-Bas pour le travail de Shane et Gerda a quitté son ancien poste pour accompagner son mari. Ayant vécu en Allemagne pendant quelques années, Shane parle assez bien allemand, mais le couple parle principalement l’anglais et malgré les efforts de ses parents, les deux enfants refusent de parler autres langues que l’anglais. Au cour de l’entretien, la femme a bien montré son mécontentement sur cette situation de langue et elle reprochait à son mari sa fainéantise de parler l’allemand. Avec la stabilité générale sur le choix de langue entre les couples, le conflit susmentionné n’est pas facile à résoudre une fois qu’un modèle linguistique est établi. 1.3.2 Les mots « privés » Pour certains couples qui utilisent les langues hybrides, leur manière de parler est ce qui rend leur relation unique. Cette unicité est marquante notamment dans l’aspect « multi sources ». L’exemple est d’une phrase anglais avec un mot allemand inséré dedans : « I have müffled myself in. »21 Seulement les bilingue anglais-allemand arriveraient à comprendre cette phrase. 19 DERVIN Fred. Les identités des couples interculturels. En finirvraiment avec la culture ? Paris L’Harmattan,coll. Logiques sociales, 2011. 101 p. 20Ingrid PILLER Bilingual Couple Talk.John Benjamins Publishing Company. 2002. Print. 21 Idem.
  18. 18. 9 En plus, « müffle » n’est pas un mot courent dans la langue allemand, ce qui fait que cette phrase n’est compréhensible que pour ce couple en question. Avoir des mots privés est un élément constructif pour leur relation. Un interviewé a même exprimé que le divorce n’est carrément pas possible avec cette façon spéciale de parler. 1.3.3 Le style de conversationconstructive etcoopérationnel Les couples qui sont issus de différentes zones linguistiques ont tendance à développer un certain style de conversation. Le style de conversation comprend l’utilisation du rythme, de la répétition, de l’humour, du parallélisme, ou des proverbes recherchant le sens interpersonnel. Ce concept est introduit pour la première fois par la linguistique américaine Deborah TANNEN22. Il joue un rôle important dans la construction de la relation conjugale. Quel que soit leur choix de langue (langue majoritaire, langue minoritaire, lingua franca, ou hybride), le fait qu’il y a une partie qui n’a pas la langue comme langue maternelle (ou les deux parties) fait que la conversation est caractérisée par beaucoup de répétition. Le partenaire répète ce que l’autre vient de dire parce qu’il n’a pas bien entendu, ou pour être certain de ce que l’autre partie voulait dire. Cette caractéristique rend la conversation plus constructive : les phrases sont sorties en voix du couple au lieu de celle de l’individu. Une autre caractéristique des conversations entre les couples mixtes est qu’ils s’aident souvent à faire la phrase. Une partie a du mal à trouver le bon mot, l’autre partie lui fait une proposition. Ou bien étant utilisateur de la première langue, il corrige l’autre partie dans un emploi d’un mot. Quand il ou elle accepte l’offre ou la correction, le couple est dans une situation coopérationnelle. 22 TANNEN Deborah. Conversational Style, Analyzing Talk among Friends. Ablex Publishing. 1984. Print.
  19. 19. 10 Pour les couples multi culturels, le choix de langue peut être il-même une source de conflit. Cependant, le fait que la langue utilisée entre eux soit mobile est en général un élément favorable pour leur relation. Que ce soit son unicité (1.4.2) ou son style constructif (1.4.3).
  20. 20. 11 Chapitre 2 La méthodologie23 Avant de commencer notre collecte sur le terrain, nous étions confrontés à trois choix fondamentaux de méthodologie : type de collecte, type d’échantillon et type d’analyse. Avec peu de références sur notre problématique, notre étude relève d’une étude exploratoire, et nous avons basé notre choix principalement sur ce contexte. 1. Type de collecte : entretien semi-guidé Manque de théorie pour construire la base, nous sommes guidés au choix d’entretien au lieu de celui de questionnaire. En prenant en compte le côté relationnel de notre problématique, nous avons eu recours à ce moyen idéal pour non seulement collecter des informations verbales mais aussi obtenir les subtilités qui trahiraient à travers la voix, les gestes des interviewé(é)s. Nous avons ensuite choisi la forme semi-directive en disposant un certain nombre de thèmes et de questions guidées, pour confirmer ce que nous avons vu dans la théorie, mais en même temps, laisser l’initiative de parole à l’enquêté(e). (Voir guide d’entretien dans l’annexe) 2. Type d’échantillon : petit échantillon non probabiliste L’objectif de notre étude n’est pas de quantifier, mais de comprendre, et c’est pour cela que nous avons travaillé sur un petit échantillon. Cependant, pour couvrir toutes les réponses possibles, nous avons choisi un échantillon empirique. Nous connaissons avec la lecture qu’il existe quatre types de choix possibles sur la langue, donc nous avons essayé de construire un échantillon qui est comparable à la population mère avec ses situations diverses : adopter la langue majoritaire, la langue minoritaire, l’hybride, et la lingua franca. 3. Type d’analyse : analyses verticale et horizontale Puisque notre recherche est une étude qualitative, il est important d’analyser et de synthétiser les informations requises. Nous avons adopté l’analyse verticale pour étudier 23 N. BARRIOL,I. CORBETTE et S. FALCY. « Recherche qualitative et techniques d’entretien ». IAE de Grenoble. 2013.
  21. 21. 12 chaque individu interviewé, et l’analyse horizontale pour nous focaliser sur certains thèmes qui nous semblent importants comme impacts du choix de langue. L’étude qui suit est fondée sur deux entretiens individuels et un entretien avec les deux partenaires des couples interculturels. Ces entretiens sont enregistrés à Grenoble. Tous les participants ont un statut étudiant (sauf un qui est entré dans le marché du travail il y a 2 ans), et chaque couple est constitué avec un français et une étrangère. Lors des entretiens, nous avons essayé de nous effacer le plus possible et de faire parler les interviewé(e)s.
  22. 22. 13 Chapitre 3 Les Analyses des entretiens 3.1 Quelques mots sur chaque participant(e) Couple 1 : Nicolas etKellie Nicolas a rencontré Kellie en 2007 pendant son année de césure en Australie. Nicolas est né en France et Kellie à Taiwan. Ils étaient tous en Australie pour pratiquer leur anglais. Après leur séjour en Australie, ils sont rentrés chacun dans leur pays tout en gardant leur relation. Depuis, Nicolas est allé six fois à Taiwan pour visiter sa copine et sa famille, et Kellie est aussi venu en France une fois. Ils parlent dans la plupart du temps anglais et un petit peu français. Couple 2 : François etMiki François et Miki vivent une relation relativement courte. François était à Londres en 2013 pour un stage de 5 mois, il avait 21 ans. Il habitait dans une famille d’indiens, et il y avait une japonaise habitait dans la même maison : Miki. Ils sont restés ensemble pendant 3 mois et après ils sont retournés chacun dans leur pays. L’anglais était leur seule langue de communication. Couple 3 : Julien et Elena Julien et Elena faisaient leurs études à Orléans dans deux universités différentes. Ils se sont rencontrés en soirée il y a quatre ans, et ils sont ensemble depuis à peu près deux ans. Julien a 27 ans, il travail depuis 2 ans, tandis qu’Elena, trois ans plus jeune que lui, continue ses études à Grenoble. Ils ont parlé pendant six mois anglais au début de leur relation, et après qu’Elena parle le mieux en mieux français, leur langue a switché petit à petit au français.
  23. 23. 14 3.2 Les Analyses verticales 3.2.1 « On estsûr qu’il y a que nous qui comprenons. » Selon Nicolas, être couple avec quelqu’un qui vient d’un différent pays est plutôt un élément positif de leur relation. C’est toujours dynamique entre nous, notre culture différente est un intérêt entre nous. Si un couple vient de la même culture ils se parlent pour parler tu vois, mais nous on a toujours cette culture derrière ça donne neuf au couple. (Extrait 24) Quand interrogé sur les inconvénients de cette particularité, il a mentionné le mot « incertitude ». Mes parents sont pas vraiment pour cette relation. « … » Enfin… C’est plutôt le « si » qui pose problème, puisque je suis en France et elle à Taïwan. « … » Oui c’est cette incertitude. Et aussi financièrement, par exemple moi j’y suis déjà allé six fois pour la voir. Et je leur avais rien dit et la première fois que je suis parti ils étaient même pas au courent que j’allais à Taïwan… (Extrait 25) Kellie a suivi quelques cours de français, mais elle n’a pas un très bon niveau. Elle parle français seulement pour rigoler, et selon Nicolas, « seulement pour montrer qu’elle sait parler ». Le couple est donc dans la situation de lingua franca, où la langue utilisée n’est pour aucun la langue maternelle. Nicolas a justifié ce choix de langue pendant notre entretien : Puisqu’on a rencontré en Australie et on était là pour pratiquer notre anglais, on se parlait en anglais. Et on se parle anglais depuis. Elle est très motivée pour apprendre le français mais moi beaucoup moins parce que le chinois est très difficile. (Extrait 26) Dans leur cas, Nicolas et Kellie ont gardé leur langue de première rencontre. Ils n’ont pas essayé d’apprendre la langue maternelle de l’autre partie (Kellie a envie d’apprendre le français mais elle n’a fait aucun effort sauf quelques cours de français), ce qui peut être en partie expliqué par 24 Nicolas CHOULET. Entretien privé. Le 27 mars, 2014. 25 Idem. 26 Idem.
  24. 24. 15 le fait que les deux résident encore chacun dans son pays et ils n’ont pas le besoin urgent d’une autre langue. Concernant l’influence de ce choix de langue, Nicolas a dit qu’il est des fois difficile de vraiment s’exprimer, ce qui a été déjà marqué dans l’article de DERVIN concernant les défauts de lingua franca. Mais le côté positif est qu’ils sont toujours sûrs de ce qu’ils veulent dire (style constructif). Aussi, avoir l’anglais comme moyen de communication leur permet d’avoir des conversations secrètes : Quand on était à Taïwan il n’y avait pas beaucoup de personnes qui parlaient anglais, et pareil quant elle était en France. On est sûrs qu’il y a seulement nous qui comprenons. Possédant des mots privés, le couple arrive à communiquer plus librement et à se distinguer des autres. 3.2.2 « On esttoujours très factuels. » D’être avec quelqu’un qui vient d’un autre pays est, pour François, une expérience intéressante. Chacun a son passé culturel qui transporte avec lui tout le temps, son baillage. Et même si on parle la même langue, il y a toujours des choses qui transparaissent. C’est-à-dire que moi j’ai mes habitudes de français… dans la façon rien que de s’exprimer, il y a des phrases et tout ce qui va avec les gestes, les attentions, les regards, de ce que tu fais avec ta main, etc. On parlait pas du tout de même façon, c’était très très intéressant. (Extrait27) Le fait qu’il n’a que des observations positives sur cette relation est peut-être dû à sa durée courte : ayant constaté les différences culturelles, François a utilisé le mot « intéressant » pour les décrire et a négligé toutes les difficultés qui pourraient venir avec elles. Le couple parlait 100% anglais, qui est pour les deux la seconde langue. Ils sont donc aussi dans une situation de lingua franca. Concernant le choix de langue, leur cas est un peu particulier : On n’a jamais essayé de s’apprendre les trucs ou quoi que ce soit parce que la langue 27 François GAUTIER. Entretien privé. Le 28 mars, 2014
  25. 25. 16 vraiment était centrale dans notre relation. Notre intérêt est pratiquer la langue, on parlait de tout et de rien de la vie courante juste pour entretenir la conversation en anglais. C’était intéressant et intéressé de notre part. (Extrait28) L’intérêt est le facteur principal dans leur choix de langue, ce qui est assez particulier mais aussi naturel puisqu’il s’agit d’une relation de court terme. Nous avons vu dans la littérature qu’une lingua franca est souvent la langue utilisée au début d’une relation mais au fils du temps le couple apprend la langue de l’autre et ils gardent la lingua franca simplement pour garder un lieu de l’équilibre. Et dans leur cas, ils savaient déjà que leur relation aurait une fin, donc la phase d’apprentissage n’a pas été abordée. Les difficultés dans la communication sont souvent jugées comme une source de conflit. Mais contrairement à ce qu’on avait pensé, François a exprimé dans l’entretien que parler anglais a évité les conflits potentiels de leur relation. Le fait que ce soit pas notre langue natale, des fois on arrivait pas à exprimer des idées qu’on avait envie d’exprimer, parce que justement on avait pas de vocabulaire on savait pas comment tourner les phrases, on savait pas comment mettre de la nuance dans notre propos, on était obligés de rester très directs et ça nous a jamais posé des problèmes parce qu’on était tout à fait conscient qu’on n’était pas capable d’exprimer les idées précises. On était toujours très factuels du coup. Ca évitait les conflits. Il y avait jamais de second degré, il y avait jamais des choses implicites. (Extrait29) La clé de leur succès est la conscience. Dans une relation où les deux partenaires partagent la même langue natale, les conflits sont souvent causés par la mécompréhension. Quand au couple interculturel, ils sont plus conscients de ce fait et ils sont donc plus factuels pour effectivement éviter le conflit. Chacun a reculé pour préserver la relation. 3.2.3 « Je voulais surtout pas lui parler quelque chose autre que le français » Julien confirme qu’ils ont une relation différente que celle des autres couples avec leur différente 28 François GAUTIER. Entretien privé. Le 28 mars, 2014. 29 Idem.
  26. 26. 17 façon de penser. (Julien) Moi je pense c’est différent des autres parce qu’on pense pas dans notre pays respectif de la même manière, on réfléchit pas de la même manière. On a des habitudes toutes bêtes en fait, chacun dans notre pays de façon de penser des idées préconçues, on a pas des façons de penser au démarrage pareilles, ou des points de vue pareils en fait. Et alors un garçon de sa nationalité n’aura pas le même point de vue que moi et une fille de ma nationalité n’aura pas le même point de vue qu’elle aujourd’hui. Par exemple sur la politique, typiquement, on n’a pas le même point de vue. Mais c’est normal c’est notre éducation qui n’est pas pareille aussi, du coup on n’a pas le même point de vue sur la politique, on entend ce que l’un et l’autre dit, mais vu qu’on a appris à l’école les choses d’une façon, voilà on a notre point de vue comme ça. (Extrait30) Néanmoins, ces différences restent un aspect positif, puisque elles lui donnent un regard neuf sur les choses. (Julien) Positif oui, bien sûr. Parce que ça t’apprend à prendre un peu de recule et à voir les choses différemment. C’est pas parce qu’en France on pense comme ça ou on mange comme ça ou on fait ça que c’est forcément ce qu’il faut faire, et du coup ça permet de réfléchir et penser autrement. (Extrait31) Leur langue utilisée a beaucoup évalué avec le développement de leur relation. Au tout début ils parlaient principalement anglais, donc une situation de lingua franca ; après hybride avec la présence de deux langues : anglais et français ; aujourd’hui ils ne parlent que français, soit la langue majoritaire. La volonté d’Elena a joué un rôle très important dans leur choix de langue. (Elena) Bah en fait je pense pas qu’on a trop réfléchi parce que moi en fait je voulais apprendre le français. Je suis venue ici pour apprendre le français, pour faire mes études en France, donc je voulais surtout pas lui parler quelque chose autre que le français, puisque je voulais apprendre. Et même si j’avais pas de mot, je savais pas comment dire, 30 Julien GONDOUIN et Elena ZMAU. Entretien privé. Le 28 mars, 2014. 31 Idem.
  27. 27. 18 je disais en anglais, et lui il était tout content parce qu’il pouvait parler anglais. Et après avec le temps je commençais à apprendre plus plus plus, et maintenant si on parle anglais je pense ça va être compliqué. Au début c’est parti parce que je voulais parler que français en fait.32 La pression de s’intégrer en France, de faire ses études en France a certainement conduit à la volonté d’apprendre la langue. Pour Elena, elle avait un besoin urgent d’apprendre la langue et cela l’a poussée à parler volontairement français avec son copain. La pression et le besoin donnent du pouvoir à la langue majoritaire. Quant à Julien, son besoin d’apprendre le russe est bien moins pressant. Et cela a fait en sorte qu’il n’a pas beaucoup progressé malgré ses vœux. (Julien) J’ai appris quelques mots mais elle ne m’a pas aidé pour plus que ça à apprendre. Parce que moi je m’attendais à ce qu’elle m’aide tu vois, c’est trop dur à apprendre. C’est un autre alphabet, c’est d’autres lettres, c’est d’autres mots, d’autres sons avec la bouche, et c’était super dur, et elle, elle m’a pas aidé. (Elena) Mais n’importe quoi, je t’ai aidé. C’est juste qu’il y a jamais le temps.33 Elena parle maintenant très bien français, elle n’a aucune difficulté de comprendre le langage oral et elle arrive à s’exprimer couramment. Cependant, quand interrogés s’il y a des difficultés liées à la langue, les deux ont quand même répondu positivement. (Julien) En fait, des fois il arrive qu’on se comprenne pas tout à fait, dans le sens où je vais interpréter certains mots qu’elle dit dans mon oreille française. (Elena) Comme je dis « tu fais ça beaucoup de fois.» et lui il dit « ouais je » ça veut dire que je fais ça beaucoup beaucoup, souvent. Je dis « non, non ,non, beaucoup pour moi c’est un, deux » Pour lui beaucoup c’est vingt. 32 Julien GONDOUIN et Elena ZMAU. Entretien privé. Le 28 mars, 2014. 33 Idem
  28. 28. 19 (Julien) On a pas des mêmes interprétations parfois, après non, au niveau de compréhension, on se comprend quoi. Il y a aucun problème pour discuter.34 Dans leur cas, nous avons vu que les difficultés de compréhension ne disparaissent pas totalement avec le développement de la relation. Au niveau du côté positif, en utilisant la langue majoritaire, Julien arrive à aider Elena et il est lui-même content d’apprendre sa langue et sa culture. Dans cette relation, l’enseignement et l’apprentissage de la langue sont un contexte pour les deux de développer leur relation. Il y avait une période très intéressante dans leur relation où ils parlaient en même temps français et anglais, une situation hybride. Dans leur explication, deux éléments que nous avons vus dans la littérature : contenu et lieu constituent les déclenchements du passage de langue. (Elena) Je pense quand on parlait anglais c’est plus, vraiment des potes, plus, ah English, party, tu vois. C’est plus une langue de… langue d’amis tu vois. Parce que je me rappelle pas vraiment que, si on va au restaurant, on parlait anglais. (Julien) Non, non (Elena) Jamais. Première fois on est allés au restaurant, c’est bon, on a déjà parlé français.35 Ils parlaient anglais quand ils étaient dans une situation relativement relaxante, et ils parlaient français sur les sujets plus sérieux. Et quand ils étaient dans un lieu public, le couple privilégiait le français. Nous pouvons en déduire que le lieu représente le regard des autres, et c’est là où la pression de la population locale est la plus forte. Le couple a donc adopté le français pour ne pas être Mais cette période reste courte est elle était ensuite remplacée par l’utilisation de la langue majoritaire. 34 Idem 35 Julien GONDOUIN et Elena ZMAU. Entretien privé. Le 28 mars, 2014.
  29. 29. 20 3.3 Les Analyses horizontales 3.3.1 Les apports d’une autre nationalité Les trois couples interviewés n’ont donné aucun aspect négatif de la relation interculturelle en général. Sur les côtes positifs, on retrouve le dynamisme (couple 1 et couple 2), et un regard neuf (couple 3). Pour justifier l’absence des inconvénients, il faut prendre en compte le fait que notre échantillon est constitué de jeunes (âge maximum est de trente ans), et ils sont généralement plus souples et plus ouverts aux nouveautés. En face de quelqu’un d’une autre nationalité, ils s’adaptent plus rapidement et ainsi réduisent l’écart entre eux. D’ailleurs, pour couple 1 et couple 2, ils ne maintiennent pas une relation quotidienne avec leur partenaire, ce qui pourrait aussi masquer certaines complexités. 3.3.2 Le choix de langue Parmi les trois couples, deux ont gardé la lingua franca, et un a opté pour la langue majoritaire. Ces deux couples qui gardent la lingua franca sont comparativement moins engagés que le couple 3, qui habite ensemble depuis un an. Ce phénomène a confirmé la théorie qu’avec évolution de relation, la langue va passer au fur à mesure à la langue maternelle de l’un ou l’autre. 3.3.3 Comment font-ils leur choix de langue Les raisons sur lesquelles repose leur choix de langue sont diverses. Le couple 1 a gardé la langue de la première rencontre tandis que le couple 2 parle anglais avec intérêt. La pression est plus présente pour la partie immigrée et l’a poussé à apprendre la langue majoritaire. Dans le cas d’hybride, nous avons confirmé notre étude théorique que certains éléments comme le lieu et le contenu peuvent servir des indices de choix de langue.
  30. 30. 21 3.3.4 L’apprentissage de la langue Le thème l’apprentissage de la langue ressort naturellement pendant nos entretiens, et nous avons constaté que les femmes démontrent une volonté plus féroce que les hommes dans l’apprentissage de la langue. Dans Bilingual Couple Talk, PILLER a aussi mentionné que la majorité de ceux qui ont volontairement participé à sa recherche sont des femmes, ce qui indique que la communication intime est toujours jugée comme un domaine féminin. 3.3.5 L’influence de leur choix de langue Les difficultés à s’exprimer restent le problème principal lié à la langue, et quelque soit leur niveau de langue, ils n’ont toujours pas exactement les mêmes interprétations sur certaines choses. Cependant, les avantages de la langue sont considérables dans chaque cas. Les couples ne sont pas tellement à l’aise avec la langue donc ils prennent plus de temps à réfléchir, par conséquent, ils sont plus sûrs de ce qu’ils veulent dire et ainsi évitent les conflits. Dans certains cas, la langue entre eux sont incompréhensible à la population et cela leur donne la chance d’être plus intime ; dans d’autres cas, l’enseignement et l’apprentissage de la langue est un terrain pour les couples de construire leur relation.
  31. 31. 22 Conclusion Pour la plupart des couples, le choix de langue se fait systématiquement mais il existe en fait plusieurs facteurs derrières qui les ont conduits à faire un certain choix. Parmi eux, nous trouvons le pays hébergé, la transition de pouvoir, l’habitude, le lieu de conversation, et le contenu.  Selon le pays hébergé, les personnes autour du couple impose une pression à la partie immigrée, et elle a donc plus de besoin d’apprendre la langue majoritaire.  Pour rendre les deux partenaires plus égaux, les couples adoptent soit la langue minoritaire comme une compensation pour la partie immigrée, soit une lingua franca pour que le couple se communique d’une manière neutre et équilibrée.  L’individu établit une certaine façon de parler avec un interlocuteur, laquelle pourrait éventuellement être associé à certaines logiques et émotions. Par conséquent, ils gardent leur langue de première rencontre qui peut être la langue minoritaire ou une lingua franca.  De la même manière, la façon de parler d’un individu peut aussi associé au lieu de conversation et le continu, ce qui fait que le couple switche la langue selon les situations. Quel que soit leur langue choisie, la communication entre le couple interculturel reste délicate dans le sens où les deux partenaires n’arrivent jamais à s’exprimer précisément ou à comprendre les choses exactement de la même manière. Le choix de langue lui-même peut être une source de conflits pour les couples. Pourtant, de nombreux points positifs se manifestent. Les couples interculturels font plus attention à ce qu’ils disent, et conscients de leurs difficultés de s’exprimer - ils sont plus indulgents envers leur partenaire. Ils sont plus intimes grâce à des mots privés, et ils ont plus de chance de construire une relation collaborative avec l’apprentissage de la langue.
  32. 32. 23 Notre étude s’est basée sur peu de littérature du fait de la précision de notre sujet. La plupart de chercheurs font leurs recherches sur soit les couples mixtes en général ou le bilinguisme, l’intersection de ces deux sujets est encore un thème peu traité. Et c’est pourquoi nous pensons que notre étude reste limitée. Concernant notre échantillon, il est constitué par une population jeune, ce qui n’était pas notre objectif au départ et peut donner à notre résultat quelques caractéristiques spécifiques. Aussi, il n’est pas totalement représentatif. Nous n’avons pas pu trouver toutes les situations de choix de langue apparues dans notre littérature. En fin, aucun de trois couples participés à notre recherche ne sont mariés et la durée de leur relation est toute relativement courte, nous n’arrivons donc pas à observer les avantages ou les difficultés qui se manifestent avec le temps dans une relation interculturelle.
  33. 33. 24 Bibliographie BREGER Rosemary Anne, HILL Rosanna. Cross-cultural marriage: identity and choice. Berg, 1998. Print. David C. POLLOCK et Ruth E. Van REKEN. The Third Cultural Kid Experience. Intercultural Press. 1999. Print. DERVIN Fred. Les identités des couples interculturels. En finir vraiment avec la culture ? Logiques socials. 2011. Print. GOFFMAN Erving. Behavior in Pubic Places. Free Press. 1966. Print. GUNDACKER Julia. English as a lingua franca between couples: Motivations and limitations. VDM Publishing. 2010. Print. LEVY Isabelle. Vivre en couple mixte : quand les religions s’emmêlent. Edition l’Harmattan. 2011. Print. MATHIEU Séverine. La transmission de judaïsme dans les couples mixtes. Les éditions de l’Atelier/Editions Ouvrières. 2009. Print. PILLAR Ingrid. Bilingual Couple Talk. John Benjamins Publishing Company. 2002. Print. RICARD Judy. Torn Apart : United by Love, Divided by Law. Findhorn Press. 2010. Print. TANNEN Deborah. Conversational Style, Analyzing Talk among Friends. Ablex Publishing. 1984. Print. THOMASON Sarah Grey, KAUFMAN Terrence. Language contact, creolization, and genetic linguistics. University of California Press. 1991. Print. UNTERREINER Anne. “Liens sociaux et construction identitaire des enfants de couples mixtes. Une étude comparée en France, en Allemagne et au Royaume-Unis. Diss. Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales”. 2012. Print.
  34. 34. 25 « Utilisation des langues chez des couples interculturels à HongKong : quels impacts sur les constructions identitaires ? By DERVEIN Fred». Editorial. Enfances, Familles, Générations, No 17, 2012 : P. 98-118. Print. « Merging populations, a look at marriages with foreign-born persons in European countries. By LANZIERI Giampaolo». Editorial. Eurostat, No 29, 2012 N. BARRIOL, I. CORBETTE et S. FALCY. « Recherche qualitative et techniques d’entretien ». IAE de Grenoble. 2013. La Société Editions Larousse, n.d. Web. 29 mars 2014.
  35. 35. 26 Annexe Annexe 1 Guide d’entretien Introduction Je suis étudiante en quatrième année de licence langue et littérature françaises à Shanghai International Studies University. Dans le cadre de mémoire de fin d’étude, j’ai étudié les couples binationaux en France. Après quelques lectures, j’ai décidé de m’intéresser particulièrement à la langue utilisée entre ces couples et son influence. C’est à ce titre que j’ai souhaité vous rencontrer. Peux-je enregistrer cette conversation ? Partie 1 : Présentation  Pouvez-vous vous présenter ?  Votre nationalité ?  Comment vous vous êtes rencontrés ?  Ca fait combien de temps vous êtes ensemble ? Partie 2 : Choix de langue  Quelle langue utilisez-vous entre vous ?  Pourquoi vous avez fait ce choix ? Partie 3 : Les enjeux dans la relation D’après vous, quelles sont les particularités de votre relation en prenant en compte vos différentes nationalités ?
  36. 36. 27 Avez-vous rencontré des difficultés liées à la langue ? Il y a des aspects positifs ? Conclusion Nous sommes parvenus à la fin de notre entretien. Je vous remercie du temps que vous avez consacré. Si vous le souhaitez, je peux vous envoyer un compte rendu de ce que vous m’avez dit aujourd’hui et plus tard, les résultats de ma recherche. Annexe 2 Grille d’analyse Couple 1 Couple 2 Couple 3 Nationalités différentes - positifs  Toujours dynamiqu e  Culture derrière  Donner neuf au couple  Intéressant à observer  Prendre le recule  Penser autrement Nationalités différentes - négatifs  néant  néant  néant Choix de langue  Lingua franca  Lingua franca  Lingua franca  Langue majoritaire
  37. 37. 28 Pourquoi faire ce choix  Garder la langue de première rencontre  Intérêt d’apprendre la langue  Volonté de l’individu  Pression et besoin Apprentissag e de la langue  Kellie est motivée mais elle n’a pas beaucoup de progrès  Nicolas n’a pas l’intention d’apprend re  néant  Elena a beaucoup progressé  Julien a envie d’apprendre le Russe mais n’a pas beaucoup avancé Difficultés liées à la langue  Des fois difficile à s’exprime r  Difficultés à s’exprimer  Différentes interprétatio ns sur certains mots Eléments positifs liés à la langue  Sûrs de ce qu’ils veulent dire  Mots secrets  Etre plus conscient de la mécompréhensi on  Eviter les conflits  Apprentissa ge du français donne contexte au couple pour construire la relation
  38. 38. 29

×