Approche écosystémique

530 vues

Publié le

Le terme d’écosystème désigne l’unité de base de la nature. un écosystème est l’ensemble formé par une association ou communauté d’êtres vivants (ou biocénose) et son environnement
biologique, géologique, édaphique, hydrologique, climatique, etc. (le biotope). Les éléments constituant un écosystème développent
un réseau d’échange d’énergie et de matière permettant le maintien et le développement de la vie. Dans l’écosystème, le rôle
du sol est de fournir une diversité d’habitats, d’agir comme accumulateur, transformateur et milieu de transfert pour l’eau et les autres produits apportés.
Ecosystème urbain:
Il vit en état d’équilibre dynamique qui peut être perturbé
Par des facteurs économiques, sociopolitique ou par des évènements catastrophiques, et fonctionne selon les cycles métaboliques complexes (physiologie urbaine) dépendant des capacités de sources et des puits de l’environnement naturel à répondre à la demande, des facteurs organisationnels (intelligence urbaine) relevant de la qualité de sa gouvernance et des facteurs structurels( morphologie urbaine) liés à sa constitution physique et son état de santé.



Ainsi défini, l’écosystème urbain se caractérise par:

Ses dimensions spatiales: naturelles( hinterland ou bio-région, constituant un bassin de ressources divisé en greenfields et brownfields) et anthropique(territoriales comme aire urbaine), dont les définitions varient selon les législations
Ses dimensions temporelles: pour comprendre son évolution, il faut tenir compte de trois échelles: long terme(échelle stratégique,20-25ans ), moyen terme (échelle tactique, 10-15 ans), et court terme(échelle opérationnelle, en deux paliers2-5ans et 5-10 ans) .
Dimensions spatiales de l’écosystème urbain:
Planification urbaine:
Dimension anthropique:
a- Milieu économique:Bassin économique
(d’emploi, de production de chalandise d’influence bancaire directe de distribution du foncier de filiation d’entreprises de recrutement universitaire )au niveau d'une Aire urbaine Unité urbaine
b- Milieu social:Bassin de vie
(de migrations alternantes de consommation de services de communications de résidences etc ..) au niveau d'une région urbaine.

Élément de garantie de la qualité de vie dans un écosystème urbain:
dans le domaine environnemental:
1/NATUREL:
Ressources( sol, énergie, air, eau, faune, flore)
Rejets (solides, liquides)
Nuisances et pollutions (sonores, atmosphérique, hydrique)
Risques(naturels, technologiques, sanitaires)
Patrimoine naturel
2/URBAIN:
Cadre bâti( foncier, immobilier, équipements, infrastructures, réseaux divers)
Cadre non bâti( espaces verts et ouverts, espaces publics, servitudes)
Patrimoine culturel
Dans domaine économique:
Activités(agricoles, industrielles, tertiaires)
Services(transport, communication, assainissement, approvisionnement,
Vie économique
Domaine soci

Publié dans : Design
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
530
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
22
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Approche écosystémique

  1. 1. UNIVERSITE ABDERRAHMANE MIRA DE BEJAÏA Faculté de Technologie Département d’Architecture et d’Urbanisme 1ère année master G : 09 Année universitaire: 2013/201
  2. 2. I° Préface 1_ introduction 2_ définition de l’écosystème 3_ types d’écosystème 4_ services d’écosystème 5_ problématique 2° Approche thématique 3° Cas de figure 1-Définition de l’approche . 2-Objectifs 3-Principes PLAN DU TRAVAIL
  3. 3. « Au cours de ces 50 dernières années, l’homme a modifie les écosystèmes plus rapidement et plus profondément qu’au cours de toute autre période comparable de l’histoire de l’ humanité. Ceci a eu pour conséquence une perte substantielle et quasi irréversible de la diversité biologique sur la terre.. » INTRODUCTION Définition d’après groupe de travail sur le cadre conceptuel de l’Évaluation des écosystèmes pour le Millénaire
  4. 4. PROBLEMATIQUE L’étalement urbain , l’épuisement des ressources naturelles, la gestion des déchets, la diminution de la biodiversité, et plus largement le réchauffement climatique sont aujourd’hui au cœur des questions urbaines. Il faut agir vite car chaque année qui passe nous laisse des marges de manœuvre de plus en plus étroites. Quelle solution à adopter pour faire face à ce genre de menaces ??
  5. 5. Un écosystème est un complexe dynamique composé de communautés de plantes, d’animaux et de microorganismes et de la nature inerte, sujet à des interactions en tant qu’entité fonctionnelle. Les écosystèmes varient énormément en taille, en durée de vie et en fonction. Un bassin temporaire dans le creux d’un arbre et un bassin océanique sont tous deux des exemples d’écosystèmes. Définition Définition d’après groupe de travail sur le cadre conceptuel de l’Évaluation des écosystèmes pour le Millénaire
  6. 6. SERVICES D’ECOSYSTEME 1 ° services d’approvisionnement ils fournissent les biens eux-mêmes comme la nourriture, l’eau, le bois et les fibres; 3 ° services de régulation ils régissent le climat et les précipitations, l’eau (par ex. inondations), les déchets, et la propagation de la maladie; 2 ° services culturels ils concernent la beauté, l’inspiration et la récréation qui contribuent à notre bien-être spirituel; 4 ° services d’assistance ils comprennent la formation du sol, la photosynthèse et le recyclage des substances fertilisantes, en l’absence desquels il n’y aurait ni croissance ni production
  7. 7. 1 ° services d’approvisionnement Les animaux comme les moutons ne sont pas seulement une source alimentaire. Pendant des siècles, l’humanité s’en est servie pour se vêtir, transporter des charges et lui tenir compagnie. Les hommes utilisent le bois pour la construction en général, le chauffage et l’habitat. Les forêts absorbent également le CO2. Pour des produits alimentaires de base comme le pain, le riz et les pâtes , de même que pour les fruits et les légumes qui composent une alimentation équilibrée, nous dépendons des cultures et des plantes.
  8. 8. 2° services de régulation L’approvisionnement en eau propre est indispensable à la santé et à la survie humaines. 4° services d’assistance La photosynthèse par les plantes capture le carbone et restitue l’air que nous respirons.
  9. 9. 3° services culturels L’inspiration artistique est l’un des «services culturels» fournis par les écosystèmes. Par exemple, dans certaines de ses plus belles œuvres, Van Gogh, a recréé des tournesols. La nature joue un rôle essentiel dans la préservation du bien-être spirituel des peuples.
  10. 10. TYPES D’ ECOSYSTEME I° écosystème marin 2° écosystème naturel 3° écosystème urbain FONCTIONS FONCTIONS FONCTIONS Régulation , production , .. Alimentation , paysage , .. habitat , emploi , ..
  11. 11. APPROCHE ECOSYSTEMIQUE ° DEFINITION « une stratégie de gestion intégrée des sols , des eaux et des ressources vivantes qui favorise la conservation et l’utilisation durable d’une manière équitable. » Selon la CDB ajoute la notion que « inscrit les besoins humains au cœur de la gestion de la biodiversité. Elle vise a gérer l’écosystème sur la base des multiples fonctions que celui-ci exerce et des multiples utilisations qui sont faites de ces fonctions. L’approche Eco systémique ne cherche pas des profits économiques à court terme mais a pour objet d’optimiser l’utilisation d’un écosystème sans lui porter Selon l’ ICUN
  12. 12. Une nouvelle façon de penser o c’est cesser de considérer le sol comme un simple actif à valoriser à court terme pour l’envisager comme un bien non renouvelable dont on assure l’économie, la cohérence et le devenir o C’est penser les extensions urbaines d’aujourd’hui comme le patrimoine de demain o C’est appréhender le cadre de vie des habitants actuels comme étant celui des générations futures o C’est savoir que l’énergie est précieuse ; que les territoires, l’eau, l’air, le climat ont leurs logiques propres, qu’ils sont indispensables à nos vies, mais qu’ils constituent aussi un risque si on ne s’inscrit pas dans leur logique Biodiversité ne doit pas être confondue avec diversité o C’est comprendre que la proximité est une richesse et une valeur pour les habitants. Tout cela implique un changement des pratiques en matières d’aménagement, plus proches de son contexte, intégré à son environnement, et ne plus faire d’urbanisme “hors sol”.
  13. 13. Une nouvelle façon d’agir o Faire un usage mesuré des ressources et réduire l’empreinte écologique du quartier et de ses habitants (consommations d’énergie et de ressources, émissions de gaz à effet de serre, mobilité douce, déchets…) o créer un cadre de vie agréable et attractif (accès à la nature). La desserte par des transports en commun performants est un préalable de la notion d’éco-quartier. Favoriser le développement d’espaces conviviaux, de partage, la participation à l’aménagement et à la gestion du quartier, promouvoir la mixité sociale et générationnelle, mais aussi la diversité des fonctions (habitat, travail, loisirs, culture…). ° niveau environne mental Promouvoir l’économie locale lors de la construction du quartier (matériaux) puis dans son fonctionnement (commerces et services de proximité), et expérimenter des technologies innovantes. ° niveau social ° niveau économique
  14. 14. Echelles d’application
  15. 15. Démarches Nous n’avons pas l’ambition d’élaborer une méthode. Il semble en effet vain de vouloir définir des recettes universelles, tant les situations et les intentions sont diverses. L’aménagement urbain est une activité trop riche et complexe pour s’enfermer dans quelques dogmes. C’est pourquoi nous préférons parler de démarche, de recherche de bonnes pratiques ou de performances à atteindre, et nous inspirer des opérations réussies, sans chercher à les dupliquer. Martial PASSI Président de la Fédération des EPL
  16. 16. Un projet militant s’appliquant non seulement à concrétiser tous les grands objectifs généraux définis à l’échelle de l’agglomération en matière de déplacements urbains, d’habitat, d’énergie et de développement économique, mais aussi à formaliser des ambitions supplémentaires qui engagent les acteurs importants de l’opération. Cette « charte » résumera en termes simples et accessibles toutes les ambitions économiques, environnementales et sociétales du projet. Principe
  17. 17. Démarche à suivreCohérenceduprojet 1. Définition des acteurs urbaniste de secteurs architectes , maitres d’œuvres développeurs 2. Articulation avec le tissu existant Réseaux de voiries, transport commun Pistes cyclables Gestions des eaux, corridors verts 3. Analyse du site Topographique, géologique, hydrologique Variété des milieux naturels 4. l’impact entrepreneurial Gestion des ressources naturelles marché de produits durables Services urbains durables
  18. 18. Assurer la cohérence du projet‘AUGUSTENBORG‘ ACTEURS - maitrise d’ouvrage : ville + MKB, compagnie de logements fondée en 1948 pour développer le quartier - autres partenaires : district de fosie , Etat, Europe et groupes privés - maitrise d’oeuvre toitures végétales : G.Krtistjansson 1
  19. 19. Dans la politique urbaine, l’intégration est le premier impératif d’un aménagement durable. Pour la mener à bien, le programme et la configuration d’un éco quartier s’établissent en coordination avec le Schéma de cohérence territoriale SCoT, le Plan de déplacements urbains (PDU) et le Programme local de l’habitat (PLH). La densité urbaine recherchée facilite l’accès des habitants à l’emploi, au logement et aux services, en privilégiant les modes de transports doux. Principe
  20. 20. Démarche à suivrel’intégrationurbaine • Favoriser la densité urbaine plutôt que l’expansion. • Articuler le projet avec l’existant. • Créer les équipements, les services nécessaires, les transports doux et travailler sur de nouveaux modes de transport. • Valoriser l’environnement par la création d’espaces paysagers afin d’intégrer la nature dans la ville.
  21. 21. Le mode de gouvernance d’un projet d’éco quartier doit permettre d’assurer un pilotage collectif et participatif pendant toute la durée de l’opération intégrant, à travers la concertation, tous les groupes sociaux ainsi que les acteurs publics et privés. Il sous-tend la coordination des différents acteurs entre eux et l’implication des citoyens. Principe
  22. 22. Démarche à suivreVivrelaconcertation • Favoriser la concertation entre acteurs locaux et habitants dés les études . • Organiser les conditions d’une démarche participative à toutes les phases du projet, de la part des instances techniques et décisionnelles, notamment par le biais d’ateliers participatifs. • Mettre en place un lieu incarnant le projet, accessible à l’ensemble des citoyens • Informer les habitants des dispositifs de participation permettant de pérenniser la démarche éco quartier, une fois le projet réalisé.
  23. 23. La mixité fonctionnelle de l’éco quartier s’organise à partir de pôles mixtes mélangeant habitations, bureaux, commerces, équipements culturels, sportifs et d’enseignement... Elle justifie d’une part la forte densité et d’autre part la réduction des déplacements au sein du quartier. Principe
  24. 24. Démarche à suivreMixitéfonctionnelle • Organiser le programme dans l’objectif de favoriser la diversité fonctionnelle, la multiplicité des usages, la mixité urbaine, notamment avec la construction d’immeubles de bureaux et d’habitat sur des « socles actifs » comme des commerces ou des équipements publics. • Favoriser la proximité des habitations et des services. • Articuler les pôles autour de modes de transports doux et développer de nouveaux usages en diminuant la place de la voiture. • Proposer des espaces communs renforçant les liens sociaux et intergénérationnels.
  25. 25. Démarche à suivreMixitéfonctionnelle LOISIR VIE TRAVAIL Système conventionnelSystème compact
  26. 26. Un éco quartier doit engendrer de la cohésion sociale. Les objectifs de favoriser la mixité sociale et générationnelle et de renforcer les liens sont inhérents au projet d’aménagement d’un tel quartier dont les problématiques se posent à l’échelle de l’agglomération. La nécessité de tisser des liens entre anciens et nouveaux habitants est complétée par celle des liens entre les nouveaux habitants et les simples usagers du quartier. Principe
  27. 27. Démarche à suivreMixitésociale • Contribuer à faciliter la diversité sociale et générationnelle des habitants du quartier par la variété des typologies d’habitat et de services. • Favoriser la mixité sociale à l’échelle de l’immeuble ou de l’îlot. • Développer des espaces de convivialité et de sociabilité accessibles à tous. • Inciter au développement d’initiatives citoyennes (associations, maisons de quartier...).
  28. 28. Démarche à suivreMixitésociale
  29. 29. Le problème de la ressource en eau est planétaire. Le projet d’éco quartier doit inclure la gestion des eaux pluviales, localement, ainsi que les scénarios de réduction de la consommation en eau potable. L’objectif des éco-aménageurs est d’harmoniser le projet avec le cycle de l’eau. Principe
  30. 30. Démarche à suivrePréserverl’eau • Aménager les espaces publics en concomitance avec la gestion des eaux pluviales. • Installer des noues et des bassins de rétention paysagers. • Organiser la récupération et le recyclage des eaux pluviales. • Assurer le contrôle de la qualité de l’eau et Développer l’assainissement par les plantes ou les jardins filtrants. • Favoriser les conditions d’économies d’eau, notamment en proposant une alternative à l’utilisation d’eau potable (arrosage, nettoyage…) et en faisant le choix d’une végétation cohérente avec la ressource en eau.
  31. 31. Démarche à suivrePréserverl’eau
  32. 32. Impossible de concevoir un aménagement durable sans traiter la question des déchets. Pour l’éco-aménageur, l’enjeu est autant de prévenir la production de déchets que d’assurer leur traitement par l’optimisation des filières de collecte. L’éco quartier doit assumer une collecte sélective, une fois identifié le potentiel de valorisation des déchets. Principe
  33. 33. Démarche à suivreGestiondesdéchets les déchets doivent être pensés en termes de collecte sélective, déchetterie, tri, compostage, traitement thermique, stockage, recyclage….. S’agissant des déchets de chantier, l’aménageur s’engage à en assurer un recyclage optimal, engendrant des économies et évitant un surcroît de production de gaz à effet de serre par la réduction de la circulation des camions Quant aux déchets organiques, l’aménageur peut organiser un compost collectif en veillant à former les habitants à l’usage domestique du compost Enfin, la gestion des déchets ménagers se traduit par la diminution de la production de déchets ultimes, notamment en responsabilisant chacun dans sa conduite.
  34. 34. Démarche à suivreGestiondesdéchets
  35. 35. La biodiversité en ville est nécessaire à la préservation de la richesse de la faune et de la flore s’y trouvant à l’origine. La nature étant au cœur du nouveau modèle de ville durable, la question de la biodiversité est un élément à intégrer dans la planification du projet d’éco quartier. Principe
  36. 36. Démarche à suivreCultiverlabiodiversité • Réaliser un diagnostic écologique en amont du projet. • Conserver le patrimoine naturel des espèces et des écosystèmes. • Réduire les inégalités écologiques à l’échelle de la ville. • Mettre en place une politique de végétalisation et d’entretien de l’environnement en favorisant la biodiversité par des choix de conception et de gestion des espaces verts. • Inscrire le projet dans le cadre du Schéma régional de cohérence écologique. • Instaurer si possible des jardins collectifs et des espaces consacrés aux activités agricoles de qualité.
  37. 37. Démarche à suivreCultiverlabiodiversité Proposer unesérie de maisons dans les bois et une autre façon d’habiter en ville.
  38. 38. La mobilité est une problématique centrale en matière de développement durable, le secteur des transports étant celui qui émet le plus de gaz à effet de serre en ville. Dans le cadre d’un éco quartier, il s’agit donc de maîtriser les déplacements individuels motorisés, tout en diversifiant l’offre de mobilité et en favorisant les modes de déplacement doux et collectifs. Principe
  39. 39. Démarche à suivreCultiverlabiodiversité • Prévoir la question des déplacements en amont du projet, et notamment un plan de déplacement, y compris piétons et modes doux. • Mutualiser les stationnements, créer des parkings-relais. • Développer une offre d’auto partage , de vélo partage et de vélocation ainsi que l’aide aux associations de co- voiturage. • Promouvoir l’utilisation du vélo et de la voiture électrique et favoriser une utilisation mixte des parkings (jour/nuit).
  40. 40. Démarche à suivreCultiverlabiodiversité
  41. 41. Une solide réflexion vers une politique d’efficacité énergétique s’impose en amont : étude de différents scénarii d’approvisionnement énergétique du quartier, objectifs de performance, prise en compte des coûts d’investissement et d’exploitation qui seront portés par l’aménageur et la collectivité, prise en compte de la facture énergétique pour les futurs habitants et utilisateurs. Cette réflexion doit permettre d’opter pour un mix énergétique équilibré répondant aux enjeux sociaux, Principe
  42. 42. Démarche à suivreSobriétéénergétique • Recourir aux énergies renouvelables ou locales pour l’approvisionnement du quartier. • Prévoir des solutions énergétiques réversibles et évolutives. • Sensibiliser les habitants et usagers aux économies d’énergie • Intégrer des énergies renouvelables au bâti existant après réalisation d’une évaluation et élaborer une stratégie de rénovation thermique.
  43. 43. Démarche à suivreSobriétéénergétique
  44. 44. La densité est d’abord un rapport entre deux choses : elle peut mesurer le nombre d’habitants au km², le nombre de m² construits sur un terrain… mais en fait, la densité recouvre d’abord une notion qualitative. La densité, si elle est acceptée, peut contribuer à augmenter la qualité de vie. Pour cela, il faut des contreparties : construire en harmonie et en continuité avec l’urbanisation existante, préserver l’identité locale, la proximité des commerces, des transports alternatifs et des espaces publics de qualité. Principe
  45. 45. Démarche à suivreOserladensitéurbaine • Maintenir une continuité urbaine du quartier avec la ville. • Organiser une densité innovante et acceptable en prévoyant la mixité et une complémentarité des typologies d’habitat. • Guider la cohérence des espaces verts et construits en développant la nature en ville. • Assurer l’accessibilité des habitants aux services. • Soigner les espaces extérieurs publics et privés en rendant lisible les séparations tout en prévoyant une intégration paysagère. • Réduire la mobilité et favoriser l’investissement des habitants dans leur quartier.
  46. 46. Démarche à suivreOserladensitéurbaine
  47. 47. L’éco construction est une construction durable qui intègre et optimise l’utilisation des matériaux naturels et renouvelables à tous les stades de vie du bâtiment, dans le respect de l’environnement, de la santé et du confort des occupants. Elle s’inscrit dans une démarche favorisant les liens humains et sociaux, ainsi que l’intégration de l’habitat dans son milieu naturel. Une éco construction vise également à relever le défi des exigences de basse consommation, ou de l’habitat passif, par une gestion saine de l’énergie pour le chauffage et l’eau Principe
  48. 48. Démarche à suivreOrchestrerl’écoconstruction • Suivre une démarche intégrée qui s’appuie sur la pertinence, la qualité des matériaux et des moyens mis en œuvre pour le projet d’éco construction. • Etudier le terrain, son orientation, ses dénivelés, la disposition des autres bâtiments et de la végétation afin d’adapter son projet aux contraintes géographiques. • Réaliser un choix réfléchi des matériaux de construction, performants et respectueux de l’environnement. • S’appuyer sur les critères d’habitat sain et confortable.
  49. 49. Démarche à suivreOrchestrerl’écoconstruction
  50. 50. Cas de figure
  51. 51. Quelques données chiffrées sur AUGUSTENBORG‘AUGUSTENBORG‘
  52. 52. Situation géographique‘AUGUSTENBORG‘ N
  53. 53. Penser l’intégration urbaine‘AUGUSTENBORG‘ Infrastructures sportives : Un centre multi-sport pour le football, Le basket et d’autres sports de plein air est en cours de construction dans le parc. Ce centre est à l’initiative des résidents. 1 Résidence pour personnes âgées : MKB a réalisé deux immeubles pour personnes âgées. Le premier baptisé Oktagonen comporte 34 appartements tandis que SOMMAREN en compte 77. 2
  54. 54. Faire vivre la concertation‘AUGUSTENBORG‘ Favoriser la concertation entre acteurs locaux et habitants dés les études . 1 2 Organiser les conditions d’une démarche participative à toutes les phases du projet, notamment par le biais d’ateliers participatifs
  55. 55. Veiller à la mixité fonctionnelle‘AUGUSTENBORG‘ 1 Favoriser la proximité des habitations et des services
  56. 56. Concrétiser la mixité sociale‘AUGUSTENBORG‘ Favoriser la mixité sociale à l’échelle de l’immeuble ou de l’îlot 1 2 Développer des espaces de convivialité et de sociabilité accessibles à tous.
  57. 57. Concrétiser la mixité sociale‘AUGUSTENBORG‘ 3 La journée de l’éco-quartier l’inspiration durable
  58. 58. Préserver l’eau‘AUGUSTENBORG‘ Installer des noues et des bassins de rétention paysagers 10 bassins 1 2 Aménager les espaces publics en concomitance avec la gestion des eaux pluviales 2km de canaux à gouttes
  59. 59. Préserver l’eau‘AUGUSTENBORG‘ Organiser la récupération et le recyclage des eaux pluviales 3 4 Compteurs de gestion d’eau chaude dans les logement
  60. 60. Préserver l’eau‘AUGUSTENBORG‘ Récupération des eaux de pluie en pied de façade 5 6 Assurer le contrôle de la qualité de l’eau et Développer l’assainissement par les plantes ou les jardins filtrants
  61. 61. Gestion des déchets‘AUGUSTENBORG‘ 13 locaux de recyclage situés à moins de 120 m de toute habitation avec un tri sélectif Les déchet dangereux sont déposés dans des boites rouges en plastique puis rangés dans une armoire bleu qui seront vidés par la SYSAV 1 On trouve aussi des boites rondes pour le recyclage des tubes fluorescents et un grand caddy pour déposer les équipements électroniques
  62. 62. Gestion des déchets‘AUGUSTENBORG‘ Faire un compost à partir des déchets alimentaires en vu de faire des compostes fertiles ( BIOGAZ ) 2 Intérieur des locaux de recyclage
  63. 63. Cultiver la biodiversité‘AUGUSTENBORG‘ Création d’un toit végétalisé en semant directement sur un substrat, ou encore en installant des bandes vertes préfabriquées sur les toits. L’épaisseur des toits en mousse et en orpin varie de 2 à 5 cm, tandis que pour l’herbe et les plantes l’épaisseur est comprise entre 7 et 15 cm. 1 Création d’habitat sur les toits végétalisés pour la faune 9000 m2 de toitures végétalisées 2
  64. 64. Cultiver la biodiversité‘AUGUSTENBORG‘ Les réseaux d’égouts pluvial a ciel ouvert fournit un environnement meilleure pour les plantes et la vie sauvage local Création l’hotel des lapins ou Les enfants de 3éme sont responsables de l’occupation de ses derniers 3 4
  65. 65. Organiser la mobilité‘AUGUSTENBORG‘ Création d’un parc automobile, la voiture dont le carburant est le biogaz est garée a proximité du parc à la dispositions des abonnés 1 Création d’une ligne verte de 2 trains électriques qui sont des prototypes 2
  66. 66. Organiser la mobilité‘AUGUSTENBORG‘ Promouvoir l’utilisation du vélo 3 Défense de pénétration de véhicule au sein de l’espace attenant 4
  67. 67. Garantir la sobriété énergétique‘AUGUSTENBORG‘ Installation d’une éolienne dans l’école 1 450 m² de panneaux solaires sont installés dans la zone industrielle 2
  68. 68. Oser la densité urbaine‘AUGUSTENBORG‘ on compte 1 800 logements dont 1 600 sont loués à MKB. La plupart des immeubles ont plus de trois étages, certains en ont jusqu’à sept. 1 Assurer l’accessibilité des habitants aux services 2 Guider la cohérence des espaces verts et construits en développant la nature en ville.
  69. 69. Orchestrer l’éco construction‘AUGUSTENBORG‘ Faire un compost à partir des déchets alimentaires en vu de faire des compostes fertiles ( BIOGAZ ) 2 Intérieur des locaux de recyclage
  70. 70. MERCI POUR VOTRE ATTENTION
  71. 71. MERCI POUR VOTRE ATTENTION

×