ROUTES EN FRANCE

250 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
250
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

ROUTES EN FRANCE

  1. 1. Des installations à venir pour plus de sureté sur les routes. BONNETAUD Yoan QUELS AVENIRS POUR NOS ROUTES FRANCAISES?
  2. 2.  PROBLEMATIQUE  DES SOLUTIONS A VENIR  TAILLE DU MARCHE  ASPECT FINANCIER / CONCURRENCE  CONCLUSION  BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE
  3. 3. PROBLEMATIQUE Aujourd’hui encore les réseaux routiers français connaissent un chiffre important d’accident de la route. En effet, 3 388 personnes ont perdu la vie en 2014 soit 3.7% de plus qu’en 2013. De plus, le nombre d’accidents corporels croit aussi de 1.7%, ainsi que le nombre de blessés de 2.5% et de blessés hospitalisés de 2.9% soit 741 personnes. Cette hausse touche particulièrement les piétons, motocyclistes et cyclistes. Au-delà des facteurs aggravant tels que la conduite en état d’ivresse, sous l’emprise de stupéfiants et de la fatigue, à allure non adaptée, etc… l’état même des infrastructures routières peuvent être remis en cause. Soit par une mauvaise mise en place de la route, avec création de désagréments tels que les nids de poules, orniérages, ressuages… qui constituent des zones propices à l’accumulation de l’eau et du phénomène d’aquaplaning et/ou verglassage des routes ; soit par des zones de rencontres mal signalées ou non mise en relief pour avertir d’un danger (rond point non éclairés…) ; soit par des dispositifs de sécurité qui représentent un réel danger pour certains usagers de la route (glissière de sécurité).
  4. 4. LES SOLUTIONS 1.) Le conseil et suivi des travaux: Afin d’éviter tous désagréments structurels, il est primordiale de contrôler la qualité des matériaux utilisées pour la couche d’assise et de roulement. En effet, la majeure partie des dommages pouvant résulter de la construction sont induites par un défaut d’assise, de mise en oeuvre ou de dosage en liant. L’idée est de créer un bureau de contrôle indépendant propre au TP qui aurait un rôle de controleur technique et de conseiller au près de la maitrise d’oeuvre et le maitre d’ouvrage. a.) Les conseils: Ce bureau serait à même de se prononcer sur les équipements routiers pouvant être installés (au point de vue sécuritaire), sur le type de GNT à mettre en place, le type de couche de roulement nécessaire pour le projet etc… en se basant et vérifiant les essais fait en laboratoire comme l’essai Los Angeles (résistance à la fragmentation), la granulométrie, l’essai Proctor (taux d’humidité maximal pour un compactage optimal),…
  5. 5. LES SOLUTIONS b.) Le suivi de chantiers: La multiplication des contrôles lors de la phase travaux permets de diminuer les risques de mal-façon lors de la construction de la route. Ainsi, des essais in-situ peuvent être effectuées à différentes reprises sur le chantier comme le contrôle du taux d’humidité pour le compactage des granulas, le bon respect du type de matériaux utilisées, le respect de la quantité de liant utilisées pour la couche de roulement, le respect des dévers, la puissance de compactage etc… Par exemple: L’utilisation de l’essai à la plaque est une bonne méthode afin de contrôler le bon compactage d’une couche d’assise.
  6. 6. LES SOLUTIONS 2.) La distinction des zones de rencontres Exemple pour les passages piétons: Certaines communes utilisent déjà le principe de contraste lumineux afin de prevenir d’une zone à risque pour les usagers de la route. Le simple éclairage d’un passage piéton d’une couleur différente des autres éclairages permets l’éveil de la vigilance des automobilistes et de diminuer le risque de collision entre les piétons et conducteurs. Sans éclairage Avec éclairage
  7. 7. LES SOLUTIONS 2.) La distinction des zones de rencontres Exemple pour les passages piétons: Certaines communes utilisent déjà le principe de contraste lumineux afin de prevenir d’une zone à risque pour les usagers de la route. Le simple éclairage d’un rond point, soit par des lampadaires ou systèmes réfléchissants au sol, permets l’éveil de la vigilance des automobilistes et de diminuer le risque de collision entre véhicules, ou le risque de sortie de route. Sans éclairage Avec éclairage par lampadaires Avec éclairage au sol
  8. 8. LES SOLUTIONS 3.) La mise en place de système de protection plus adapté : Certains dispositifs de sécurité présentent un réel danger pour une catégorie d’usager de la route. De plus, cette catégorie est l’une des plus vulnérable et touche celle des motocyclistes. En effet, les glissières de sécurités “traditionnelles” ne sont pas adaptées en cas de chute et se présentent comme de véritable guillotine plus que comme un équipement de sécurité. Pourtant, il existe des moyens simples afin d’éviter l’ambutation d’un membre comme les glissières doublées et ou un nouveau système de rambarde develloppée par l’entreprise ASAFE.
  9. 9. LES SOLUTIONS Les rambardes de la société ASAFE: Pour le moment ce système de sécurité n’est utilisé que pour les entrepôts, parkings etc… néanmoins, ce principe de fonctionnement est des plus interressant et est appeler à ce développer afin de se retrouver sur nos routes. En effet, le principe de ces rambardes est dans leur déformation lors de l’impact. Cette déformation permet d’emmagasiner l’energie libéré lors du choc. De plus, ces éléments étant des matériaux élastiques reviennent dans leur configurations initiales. Leur gamme de produits se retrouvent sous différentes formes:
  10. 10. TAILLE DU MARCHE Le réseau routier français est divisé en 4 catégories de routes: - Les routes communales qui représentent environ 655 000 kilomètres. - Les routes départementales qui représentent environ 380 000 kilomètres. - Les routes nationales qui représentent environ 22 000 kilomètres. - Les autoroutes concédées ou non qui représentent environ 12 000 kilomètres. -Soit plus de 1 069 000 kilomètres de voies à rénover et/ou améliorer sans compter les voies qui seront à construire.
  11. 11. ASPECT FINANCIER / CLIENTELE ASPECT FINANCIER : La totalité des accidents corporels coûtent environ 12.5 milliard d’euros par an à l’Etat. La mise en place de dispositif simple et d’un suivi plus approfondis des chantiers diminueraient le nombre d’accident grave. CLIENTELE : La clientèle est aussi bien les collectivités locales, communales que les conseils généraux, l’état ou encore les 18 concessionnaires d’autoroutes présent en France. De plus, les conseils dans les équipements routiers touchent aussi les grands du Travaux Publics comme COLAS, EUROVIA, VINCI…
  12. 12. CONCLUSION Le réseau routier en France ne cesse de croitre (par la construction de nouvelles voies) et de se détériorer dans certaines régions (routes déjà existantes). Cela implique une perspective d’avenir dans ce secteur d’activité qui est le Travaux Publics; de part la mise en sécurité des zones accidentogènes, soit par l’implantation de nouvels équipements de sécurité, soit par la mise en relief des zones à risque ou encore le suivi des travaux futurs des voies de communications.
  13. 13. BONNETAUD Yoan Université de Cergy-Pontoise bonnetaud.yoan@hotmail.fr
  14. 14. BIBLIOGRAPHIE • http://www.preventionroutiere.asso.fr/Nos- publications/Statistiques-d-accidents • http://www.developpement- durable.gouv.fr/IMG/pdf/Rep_- _Chiffres_cles_transports_2013.pdf • http://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_de_la_route# Co.C3.BBts_pour_la_soci.C3.A9t.C3.A9 • http://www.asafe.com • http://www.accu-energie-plus.fr

×