Plan
INTRODUCTION
I. COACHING ET ACCOMPAGNEMENT : DOMAINES
D’INTERVENTION
1. Place du coaching en entreprise
2. Rôle du co...
INTRODUCTION
De nos jours, de plus en plus de dirigeants d’entreprise sont encouragés à essayer de
nouvelles approches d'a...
L'être humain évolue dans un contexte caractérisé par des changements profonds et
permanents. Les valeurs de l'expérience ...
Il n'y a pas un seul profil de coach, mais différentes approches d'accompagnement
individuel qui dépendent à la fois de la...
elles visent souvent la mise en conformité de l'attitude du sujet avec le comportement idéal
conçu par l'entreprise, ou so...
1. Premier cas : coaching centré sur la personne
1.1. L'image et le développement du leadership
Quelles que soient ses con...
Dans tous ces cas, le coach vérifie d'abord ce que veut le coaché, là où il veut aller. Il
lui fait apparaître ce qui flot...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Coaching et accompagnement

449 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
449
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Coaching et accompagnement

  1. 1. Plan INTRODUCTION I. COACHING ET ACCOMPAGNEMENT : DOMAINES D’INTERVENTION 1. Place du coaching en entreprise 2. Rôle du coach en entreprise 3. Profil du coach 4. Principes du coaching 5. Schémas possibles du déroulement d’un coaching II. EXEMPLES DE SITUATIONS DE COACHING 1. Premier cas : coaching centré sur la personne 1.1. L'image et le développement du leadership 1.2. La prise de poste 2. Deuxième cas : coaching centré sur la situation 2.1. Les conflits managériaux et les situations de crise sociale 2.2. La cohésion d'équipe CONCLUSION 1
  2. 2. INTRODUCTION De nos jours, de plus en plus de dirigeants d’entreprise sont encouragés à essayer de nouvelles approches d'accompagnement de personnes ou d'équipes pour le développement de leurs potentiels et de leurs savoir-faire dans le cadre d'objectifs professionnels. Ces approches sont connues sous l’appellation de coaching qui est conçu comme une action offrant une réelle possibilité de développement et de performance du capital humain. Les aspects nouveaux et médiatisés de cette démarche sont partout mis en valeur et la presse spécialisée en parle comme la panacée pour améliorer les performances des managers, résoudre leurs difficultés ou, tout simplement, leur apporter un cadre relationnel où ils vont pouvoir s'exprimer en toute liberté et sécurité et recevoir un feedback sincère sur leurs comportements. C’est dans cette perspective que nous avons choisi de traiter du coaching et de l’accompagnement dans l’entreprise pour voir dans quelle mesure une telle démarche peut vraiment apporter des solutions à des besoins et problèmes qui peuvent survenir à une personne dans son contexte au sein de l’entreprise, que ce soit de façon individuelle ou en groupe. Nous essayerons aussi de présenter quelques cas vécus et le genre d’accompagnement qu’ils ont engendré. I. COACHING ET ACCOMPAGNEMENT : DOMAINES D’INTERVENTION La recherche de l’aide de la part de l’entreprise n’est pas une action nouvelle. Bien avant le coaching, le conseil avait déjà sa place à la périphérie de l'entreprise. Aujourd'hui semble se dessiner une distinction, plus ou moins mouvante, entre : • la formation qui peut s'aménager en formation individuelle, précisément ajustées aux attentes de contenu (savoir et savoir-faire) ; • le conseil, proposé par un expert dans le domaine concerné, qui après vous avoir fait collecter des informations utiles - ou avoir pratiqué un audit –livre ses observations et ses recommandations techniques ou stratégiques; • le coaching, qui propose une aide pour regarder autrement les difficultés et les limites, pour interroger les attitudes et comportements, et pour trouver une solution adaptée au contexte local en élargissant les choix des acteurs et en actualisant leur potentiels (savoir, savoir-faire, mais aussi et peut-être surtout " savoir être ). 1. Place du coaching en entreprise 2
  3. 3. L'être humain évolue dans un contexte caractérisé par des changements profonds et permanents. Les valeurs de l'expérience sont en perte de vitesse au profit de la mobilité et de l'adaptabilité. Le changement est devenu une constante. Les managers doivent s'adapter en permanence, faire face à des remises en question fréquentes, gérer un stress quotidien et vivre un bouleversement de leurs repères extrêmement insécurisant. L'accompagnement ne relève plus du luxe, il devient nécessité. Dans ce contexte, le manager a besoin de se retrouver et de souffler pour faire le point. Il ressent la nécessité d'un lieu confidentiel pour exprimer, en toute sécurité, en dehors de toute pression et loin des regards critiques, ses préoccupations, ses difficultés qui sont légitimes et naturelles par rapport à des situations de changement et une responsabilité tant économique qu'humaine accrue. Cet accompagnement nécessite la présence d'une personne: le coach 2. Rôle du coach en entreprise : La métaphore du coaching vient du monde sportif. Ainsi, le coach qui veut dire entraîneur en anglais ne joue pas le match avec les athlètes, Il les motive, les oriente, les inspire pour que chaque joueur et l’équipe aillent au-delà de ses propres limites, au-delà des obstacles pour gagner ou réussir. De même, le coach en entreprise motive et oriente le manager ou responsable vers la découverte de ses stratégies et de potentialités afin que celui-ci atteigne ses objectifs, augmente son niveau de performances et développe l’enthousiasme pour réussir avec son équipe. Le rôle du coach est celui d'un catalyseur et d'un révélateur face à des situations "problèmes" et/ou "complexes". Le coach aide le manager, non seulement à visualiser, formaliser sa relation et son fonctionnement à la situation, mais aussi à apprécier son adéquation avec les exigences de l'équipe et de l'entreprise. A partir des différentes situations apportées, le coach l'aide à mieux percevoir ce qui se passe en lui et autour de lui. Ce regard nouveau sur lui dans l'action, lui fait prendre conscience de sa façon d'être, d'investir une situation et de la réaliser. Ensuite, par un travail de questionnement et d'expérimentation, le coach aide le manager à trouver ses propres solutions. La puissance de la situation de coaching est essentiellement due au fait que le coach est extérieur à l'entreprise et qu'il perçoit la position du manager dans son système avec un regard neuf. Il peut renvoyer au manager une image nouvelle et différente de la situation, de son comportement et mettre en lumière des aspects restés dans l'ombre. Ainsi, au fil des entretiens, le manager enrichit sa perception et l'image qu'il se fait des problématiques exprimées. Dans ce face-à-face confidentiel, le manager évolue en permanence et acquière de nouveaux points de repères et pratiques managériales. Ces résultats sont d'autant plus réels si le coach a une compétence et une expérience de l'accompagnement, mais aussi, une indépendance et le respect d'une déontologie qui met en avant la confidentialité, l'intégrité et la protection du "coaché". 3. Profil du coach : 3
  4. 4. Il n'y a pas un seul profil de coach, mais différentes approches d'accompagnement individuel qui dépendent à la fois de la formation du coach et du contexte de la demande de coaching. Il y a des coachs plus axés sur la performance, d'autres sur le développement du potentiel et de la croissance et d'autres, sur le coaching de crise. Les coachs sont parfois des psychothérapeutes qui se tournent vers l'entreprise afin d'élargir leurs activités. Ils peuvent être aussi des personnes qui ont fréquenté le milieu de la formation professionnelle en tant que consultant formateur, puis très vite ont choisi de travailler comme coach. Plus souvent il s'agit de cadres d'entreprise sensibilisés, par leur propre parcours, au développement personnel, et qui acquièrent une ou plusieurs méthodologies leur permettant de structurer une relation d'accompagnement. Dans tous les cas une bonne connaissance des principaux concepts, modèles et méthodes du management des hommes est nécessaire. Au-delà des finalités et des profils, les coachs doivent avoir en commun les caractéristiques suivantes : • être extérieur au système du coaché, • avoir réalisé un travail de développement personnel, • être formé à la relation d'aide, • avoir un lieu de supervision. 4. Principes du coaching : • Un partenariat qui vise le développement des potentialités et des performances. • Un processus d'apprentissage personnalisé qui met en relation un consultant professionnel du changement et une personne ou une équipe. • Un contrat triangulaire écrit, entre le coach, le coaché et son entreprise, qui formalise clairement le contexte de l'intervention de coaching, l'objectif de la mission, les modalités de travail, le budget prévu et les règles de restitution à l'entreprise. • Un cadre déontologique rigoureux : le coach n'est ni un formateur, ni une béquille pour managers incompétents, ni un conseil, ni un gourou, ni un thérapeute mais un professionnel des processus de changements, qui a un regard extérieur et neutre sur l'entreprise et dont la pratique est cadrée par les règles de sa profession. • Une garantie de confidentialité : le coaché est le seul à décider de la nature des informations à transmettre sur sa progression aux partenaires hiérarchiques ou commanditaires du coaching. Ces caractéristiques ne valident en rien la qualité d'un coach, mais apportent des points de repères pour faire le tri dans l'offre pléthorique de coaching que le marché propose. D’autre part, le positionnement même du coach qui est d'être extérieur au système du coaché, exclut de parler de coaching interne, notamment pour les managers, chefs hiérarchiques directs. Le manager peut être un leader, un mentor, un facilitateur, un entraîneur, mais sans doute pas un coach, du moins tel qu’il est généralement défini. La démarche de coaching est opérationnelle, car elle se situe généralement dans une perspective de changement concret, prenant en compte la personne dans sa globalité, favorisant son potentiel, sa prise de recul et son autonomie d'apprentissage. Dans un temps très court, le coaché modifie ses perceptions, son comportement, sa relation à son contexte. Il augmente sa capacité de changement et d'intervention dans des situations de plus en plus complexes. Toutefois, et de façon générale il faut souligner ici que lorsque les demandes de coaching sont formulées dans le cadre d'une entreprise, et augurant une action payée par elle, 4
  5. 5. elles visent souvent la mise en conformité de l'attitude du sujet avec le comportement idéal conçu par l'entreprise, ou son représentant, pour la fonction qu'il occupe. En dépit des discours bienveillants, le bien-être du sujet est en conséquence très secondaire. Son efficacité et sa productivité sont généralement les critères principaux d'évaluation de l'action. Il s'agit donc de faire rentrer l'individu dans un modèle préexistant, défini par une culture de la société et de l'entreprise. 5. Schémas possibles du déroulement d’un coaching : Le contexte d'un coaching est quelque peu complexe, car il implique de trois à six personnes. La configuration minimale correspond à une demande de coaching formulée par un cadre (généralement supérieur) pour lui-même, directement à un consultant indépendant. L'entreprise paiera la facture. La conformation la plus complexe implique la personne qui va faire le travail, le commanditaire de l'action (souvent le responsable hiérarchique), le prescripteur du cabinet de conseil (DRH ou responsable de formation), le responsable ou le commercial de ce cabinet, et le consultant qui animera le travail. L'entreprise paiera la facture. Dans un tel schéma, les attentes et motivations sont multiples, pas toujours cohérents, parfois même opposées. Que veut le sujet du coaching ? Quelle est sa réelle motivation ? • L'évolution décrite dans la proposition (souvent résultat d'un accord tripartite entre : le responsable hiérarchique, le sujet et le consultant ou le commercial du cabinet) • Satisfaire - au moins en apparence - les attentes de son supérieur hiérarchique ? • Un désir plus personnel ? Que veut le responsable ? • Régler un problème qu'il impute à son collaborateur ? • Un réel développement des potentialités de celui-ci ? • Satisfaire une demande de ce dernier ? Le commanditaire, ainsi que le commercial du cabinet, veulent que le demandeur soit satisfait. Quelle est la priorité du coach ? • Honorer la " commande " contenue dans la proposition • Contenter le cabinet qui lui a confié cette mission, autrement dit le commanditaire • Aider le sujet à atteindre ses objectifs • Satisfaire des critères plus personnels Etant un accompagnement des cadres et dirigeants dans l'atteinte de leurs objectifs, et plus largement dans la réussite de leurs évolutions personnelle et professionnelle, le coaching se développe selon deux axes : l'un centré sur la personne et l'autre sur la situation. Dans les paragraphes qui suivent, nous allons étudier quelques cas concrets d’accompagnement pour mieux cerner la notion de coaching. EXEMPLES DE SITUATIONS DE COACHING 5
  6. 6. 1. Premier cas : coaching centré sur la personne 1.1. L'image et le développement du leadership Quelles que soient ses connaissances, la "personne" du leader est l'un des facteurs clés de la réussite de son équipe. Proche du coaching sportif et du développement personnel, ce type de coaching considère le manager comme un "champion" qui désire améliorer sa performance. Le but d'un tel type de coaching est de renforcer "l'autorité naturelle" du manager. Ce coaching peut également intervenir avant un événement important pour le manager, par exemple une prise de parole en public. I.2. La prise de poste Qu'elle survienne par promotion interne ou par recrutement extérieur, qu'il s'agisse d'un changement de métier ou de filière, le manager et son équipe devront prendre un bon départ. L'adaptation à un nouveau poste sera facilitée par un coaching qui permettra d'identifier les enjeux et d'éviter les erreurs. 2- Deuxième cas : coaching centré sur la situation : 2.1. Les conflits managériaux et les situations de crise sociale Un manager qui développe des relations de qualité avec tous ses interlocuteurs : ses collaborateurs, mais aussi sa hiérarchie, ses clients, ses fournisseurs, ses collègues, ou encore les syndicats, doit être en mesure de pouvoir gérer les conflits potentiels. Le coaching aide le manager à clarifier ses propres enjeux et à améliorer la communication dans les relations interpersonnelles. Il permet aussi d'analyser une situation sociale ou d'anticiper un effet de crise. Dans ces circonstances, l’intervention d’un coach a pour objectif prioritaire d’aider le dirigeant (et éventuellement son équipe) à réduire les risques de dérapages liés à l'insuffisance ou à l'absence de préparation. Il peut l’aider à optimiser ses compétences relationnelles dans le pilotage de l'événement et la mise en place des ajustements nécessaires en fonction de l'évolution de la situation tel que l’information des collaborateurs, la concertation avec les syndicats, ou la communication externe via les médias, pour préserver l'image de l'entreprise auprès des actionnaires, des clients, du public, des pouvoirs publics…, 2.2. La cohésion d'équipe Bien que le coaching, ne donne pas toujours lieu à une intervention au sein d'une équipe, il est possible de passer à un "coaching d'équipe" qui requiert des techniques spécifiques. Une équipe de Recherche et Développement, composée de gens qui ne se connaissent pas, doit parvenir à un résultat rapide : comment établir le niveau de cohésion indispensable ? Un groupe vient de reprendre une entreprise en difficulté : comment établir des rapports harmonieux entre les deux entités ? 6
  7. 7. Dans tous ces cas, le coach vérifie d'abord ce que veut le coaché, là où il veut aller. Il lui fait apparaître ce qui flottait à la bordure de sa conscience, ce qui le bloquait ou qu'il n'était pas en mesure de formuler, y compris à lui-même. Le coach identifie avec la personne les chemins à prendre pour dépasser la situation. CONCLUSION Comme montré dans les quelques exemples de situations de coaching décrites plus haut, le coaching parait présenter beaucoup d’atouts pour les acteurs de l’entreprise face aux difficultés qui ne cessent de surgir dans un monde en perpétuel changement. Grâce à la nouvelle relation établie entre la personne et son coach dans un climat de confiance, de partage, de respect, et de reconnaissance, le coaching permet de révéler au manager son potentiel de ressources internes et à l'aider à mettre en œuvre ses capacités d'adaptation et d’évolution. Il parait donc certain que dès que les entreprises intégreront de façon plus systématique le coaching dans leurs offres de développement des compétences, celui-ci prendra une place importante pour l’accompagnement des cadres et dirigeants dans leur développement et celui de l’entreprise. 7

×