Voyager connecté :les bons plans pour payer moins cherQue vous soyez professionnel nomade ou simple touriste, l’uti-lisati...
P. 12Etats-Unis et Grande-Bretagne :la data illimitée à des tarifs abordablesPage : 2Sommaire1234567P. 3Tarifs du roaming ...
Page : 3Tarifs du roaming : à qui profite le crime ?Tarifs du roaming data : à qui profite lecrime ?Les habitués de l’itin...
Des négociations de gré à gréValérie Maucotel ne décrit pas une situation très différente : ces négociationspeuvent s’orga...
privilégié », l’appartenance à un groupe peut « faciliter » les discussions avec lafiliale d’un même groupe dans un autre ...
Page : 6Tarifs du roaming : à qui profite le crime ?Une visibilité limitéeSouvent, les tarifs de gros sont négociés pour u...
Page : 7Tarifs du roaming : à qui profite le crime ?dans le monde et assurent chaque mois un cycle de facturation entre un...
Page : 8Les options pour payer moins cher sa dataItinérance : les bons plans pour payermoins cher la data à l’étrangerLes ...
Page : 9Les options pour payer moins cher sa dataWorldSIM, Lycamobile, Europa SIM-Card ou encore Roamline intègrent ainsil...
Page : 10Les options pour payer moins cher sa dataLes écarts sont non seulement importants par rapports aux prix pratiqués...
Page : 11Les options pour payer moins cher sa dataLes professionnels se déplaçant fréquemment dans les mêmes pays préfèrer...
Page : 12Etats-Unis et Grande-Bretagne : ladata illimitée à des tarifs abordablesItinérance : data illimitée à des tarifsa...
Page : 13Etats-Unis et Grande-Bretagne : ladata illimitée à des tarifs abordablesObtention simple d’une carte SIM prépayée...
Page : 14Etats-Unis et Grande-Bretagne : ladata illimitée à des tarifs abordablesAttention à bien retenir l’adresse postal...
Page : 15Etats-Unis et Grande-Bretagne : ladata illimitée à des tarifs abordablesLa validité des sommes créditées varie se...
Page : 16Le Japon, un marché très spécifiqueRoaming Data : le Japon, un marché trèsspécifiqueA certains égards, le marché ...
Page : 17Le Japon, un marché très spécifiqueLa carte SIM data plus facilement accessibleL’opérateur Softbank propose un se...
Mais ça, c’est pour la voix et cela ne s’applique pas aux cartes prépayées n’offrantqu’un service de communication data. C...
Page : 19En Inde, le parcours du combattantpour obtenir une carte SIM localeItinérance : en Inde, le parcours ducombattant...
Exigences et contraintes multipliées par le gouvernementindienLa principale difficulté en Inde est l’obtention elle-même d...
Confronté à une forte menace terroriste, le gouvernement indien a multipliéles exigences auprès des opérateurs et des dist...
Page : 22Le Wi-Fi, une alternative au roamingdata mais à la fiabilité limitéeLe Wi-Fi, une alternative au roaming datamais...
Page : 23Le Wi-Fi, une alternative au roamingdata mais à la fiabilité limitées’avère toutefois gratuit dans les parties co...
Page : 24Tous les liens utiles avantde partir à l’étrangerRoaming data : quelques liens utiles avantde partir à l’étranger...
Page : 25Le Wi-Fi, une alternative au roamingdata mais à la fiabilité limitéeCartes SIM Internationales	 XXsim	 OneSimCard...
Les bons plans pour les Etats-Unis(cartes SIM prépayées)	 AT&T	 T-MobileLes bons plans pour l’Inde(cartes SIM prépayées)	 ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Voyager connecté : les bons plans pour payer moins cher sa data

14 486 vues

Publié le

Que vous soyez professionnel nomade ou simple touriste, l’utilisation de la data à l’étranger reste un luxe, chèrement tarifé. Pourtant, accéder à Internet, à ses emails ou à ses données est aujourd’hui presque indispensable…
Comment expliquer le coût du roaming ? Quels sont les moyens de payer moins cher ? Quels sont les bons plans pour vos prochains voyages en Europe, aux Etats-Unis ou en Asie ?
Les réponses dans ce livre blanc préparé par la rédaction de ZDNet.fr

Publié dans : Technologie
5 commentaires
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Avec le système actuel de roaming (itinérence) que penser vous sur l'impact dans me réseau mobile dans la 2e génération.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Le bon truc est donc de trouver un commerce qui propose son accès gratuitement (un bar ou restau, une grande surface), moyennant une page d'accueil et deux ou trois pubs pour y créer un compte temporaire valable sur une durée limitée, mais éventuellement renouvelable.

    Les McDonald par exemple ont un accès gratuit dans leurs salles (ou à très courte distance si on peut se garer devant, par exemple dans les McDrive avec un parking), mais s'il faut y être client pour s'y installer on se contentera de prendre un café si on n'aime pas les burgers... L'avantage c'est qu'ils sont faciles à repérer et trouver.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Noter que quand on partage sa bande passante Internet via le Wifi, on ne peut souvent pas régler la quantité de bande passante maximale pour le partage. Toutefois l'opérateur gérant le partage Wifi veille à ce que les accès utilisant la bande passante partagée ne prenne pas trop de bande passante sur l'accès internet hôte: le téléphone et la télévision devraient continuer à fonctionner sans interruption si FON est intégré au routeur Internet de l'opérateur Internet fixe, et la FONera connectée au routeur d'un opérateur français établit des mesures de fiabilité et stabilité lors de l'installation sur sa ligne Internet fixe, FON aussi demande à quel opérateur on est connecté et quelques infos sur nos mesures de performance de l'accès partagé (la FONera ne sera pas installable pour partager en Wifi la bande passante d'un accès Internet fixe trop lent; ceux qui n'ont pas au mimimum 4 Megabits/s en download et 500 kbit/s en upload devraient éviter de partager leur bande passante ou d'acheter une FONera qui les gênera à la première occasion lors de leur propre utilisation de leur propre accès fixe à internet).

    Note: le partage de bande passante en Wifi est distinct du partage Wifi sur le réseau à domicile qui n'a aucune limitation et ne demande aucune autre activation avec un opérateur en Roaming, il est plus rapide, et ne force pas la limitation des protocoles (on utilise l'accès Wifi personnel à domicile comme on utilise son accès par une connexion par câble Ethernet ou par une paire de routeur CPL, dans les limites des techniques utilisées: le Wifi partage la bande passante radio avec les routeurs Wifi des voisins par exemple même si ce n'est pas un partage de la bande passante de l'accès fixe Internet, et il reste sensible à la distance et aux obstacles (c'est pour ça que le CPL est souvent une bonne solution à domicile pour franchir des étages ou connecter certaines pièces mal alimentées en signal radio depuis sa box Internet Wifi.

    Noter que la FONera achetée séparément supporte deux types de connexion: un accès Wifi privé à domicile, non restreint par FON, et un accès Wifi public (passant par le portail d'accès de FON). La FONera peut devenir un 'extender' de l'accès Wifi fixe, en l'installant dans une autre pièce éloignée de la box de l'opérateur fixe, et en la reliant à elle en CPL si on n'a pas de prise Ethernet préinstallée dans ses murs (comme l'oblige les nouvelles normes de construction françaises, où ces prises remplacent le précablage pour le téléphone, avec des prises RJ45 au lieu des anciennes prises RJ11 ou 'T': on peut toujours à mettre un téléphone analogique avec un adaptateur de prise, mais aujourd'hui tout le monde a des téléphones sans fil connectables à la box internet, plus souvent un téléphone mobile ou smartphone).

    Bref FON offre une solution oubliée par ce papier. D'autant que ses accès Data en roaming sont intéressants si on a partagé son propre accès internet fixe à domicile (avec même un pack gratuit depuis n'importe quel accès FON dans le monde). L'ennui c'est que la qualité des accès FON en romaing dépend encore assez largement de la qualité des accès fixe qui les relient à Internet. L'autre ennui est que la densité des accès FON dans le monde est très variable selon les pays et les régions, voire les quartiers, ou qu'ils sont surutilisés (ne pas oublié que la bande passante partagée est limitée et sera utilisée par tous les autres essayant de s'y connecter, les sessions Internet peuvent aussi être limitées en durée si l'accès FON a déjà atteint son plafond maximum d'utilisateurs connectés).
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Malheureusement l'accès Wifi FON bloque certains protocoles (mais c'est aussi le cas des accès 2G/3G/4G des opérateurs mobile, et de leurs portail de roaming Wifi (en prépayé ou via un réseau de box partagées), alors qu'on est pourtant identifié par l'opérateur qui dispose déjà de nos identités, l'accès Wifi utilisant une liaison cryptée personnelle invisible des autres utilisateurs de l'accès Wifi partagé ou de l'accès internet fixe de celui qui partage une partie de sa bande passante.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Un bon plan de roaming en WiFi a été oublié : FON. On peut y accéder gratuitement sans matériel si on est en France client SFR Box (ADSL ou Fibre) et qu'on a activé le partage de bande passante sur FON (et pas seulement sur SFR). Cela nécessite juste de s'inscrire sur FON avec son compte client SFR.
    Sinon FON propose des tarifs intéressant si on a un autre opérateur, à condition d'acheter le routeur Wifi FON et de le brancher sur son accès ADSL ou fibre, et de l'activer sur son compte client FON). L'antenne FON est à prix forfaitaire assez modique. Si la FON box (ou la SFR Box) est activée et communique régulièrement avec les serveurs FON, l'accès au réseau FON à l'étranger sera possible. Les abonnés de SFR peuvent se connecter à toutes les FON box de France et toutes les box de SFR qui partagent leur accès Wifi, en utilisant les identifiants du compte SFR. Sinon à l'étranger on se connecte en utilisant les identifiants fournis par FON lors de l'activation du partage FON sur la SFR box, ou lors de l'activation du routeur FON acheté séparément.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
14 486
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12 293
Actions
Partages
0
Téléchargements
34
Commentaires
5
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Voyager connecté : les bons plans pour payer moins cher sa data

  1. 1. Voyager connecté :les bons plans pour payer moins cherQue vous soyez professionnel nomade ou simple touriste, l’uti-lisation de la data à l’étranger reste un luxe, chèrement tarifé.Pourtant, accéder à Internet, à ses emails ou à ses données est au-jourd’hui presque indispensable… Comment expliquer le coût duroaming ? Quels sont les moyens de payer moins cher ? Quels sontles bons plans pour vos prochains voyages en Europe, aux Etats-Unis ou en Asie ? Les réponses dans ce dossier
  2. 2. P. 12Etats-Unis et Grande-Bretagne :la data illimitée à des tarifs abordablesPage : 2Sommaire1234567P. 3Tarifs du roaming : à qui profite le crime ?P. 19En Inde, le parcours du combattantpour obtenir une carte SIM localeP. 22Le Wi-Fi, une alternative au roaming datamais à la fiabilité limitéeP. 24Tous les liens utiles avant de partir à l’étrangerP. 16Le Japon, un marché très spécifiqueP. 8Les options pour payer moins cher sa data
  3. 3. Page : 3Tarifs du roaming : à qui profite le crime ?Tarifs du roaming data : à qui profite lecrime ?Les habitués de l’itinérance n’ont pas attendu le lancement de Free Mobile pourfustiger les tarifs élevés des communications - voix mais aussi et surtout don-nées - à l’étranger avec leur abonnement français. Mais le nouvel entrant n’afinalement fait évoluer cette situation que de manière très marginale, si tant estqu’il ait véritablement changé quoi que ce soit. Et pour cause : les marges de ma-noeuvre des opérateurs français sont relativement limitées en matière de prix enitinérance.Par Valery Marchive
  4. 4. Des négociations de gré à gréValérie Maucotel ne décrit pas une situation très différente : ces négociationspeuvent s’organiser à l’échelle de groupes présents dans plusieurs pays - Orange,Vodafone, Telefonica, par exemple - ou bien pays par pays - « et c’est fréquem-ment cela en dehors de l’Europe ». Des négociations bilatérales donc, entreopérateurs.Et si « la négociation à l’échelle de groupes n’est pas le modèle qui tend à êtrePage : 4Tarifs du roaming : à qui profite le crime ?Mais en dehors de l’Union, « il n’y a pas de modèle, pas de schémaétabli ». Les tarifs de gros sont le point de départ et font l’objetd’âpres et régulières négociations. Un expert de l’industrie, quia choisi de rester anonyme, explique que « les prix sont négociésdirectement entre opérateurs ou groupes en fonction des volumesde trafic - voix, données, SMS ; des volumes qui ont conduit à defortes baisses de prix. »Valérie Maucotel, directrice marketing internatio-nal de SFR, rappelle tout d’abord qu’il convient deconsidérer deux zones : l’Europe et le reste du monde.Dans l’Union européenne, les tarifs de gros - que lesopérateurs se facturent entre eux pour les communica-tions que leurs abonnés ont passées en itinérance - etles tarifs proposés aux consommateurs sont encadrés par Bruxelles depuis plu-sieurs années à travers un contexte réglementaire fixe visant à leur baisse et, àterme, à l’effacement des surcoûts liés au roaming.
  5. 5. privilégié », l’appartenance à un groupe peut « faciliter » les discussions avec lafiliale d’un même groupe dans un autre pays.Emmanuel Micol, directeur Opérateurs de réseau etrégulation chez Bouygues Telecom, décrit une situa-tion comparable tout en relevant que les négociationssont plus aisées lorsque l’on est un gros opérateur qu’unplus modeste :Et d’autres pays auraient du mal à jouer le jeu de la concurrence avec un marché« que les opérateurs se partagent » ou dans le cas de situation de monopole. Aupoint que, dans certains pays, les opérateurs s’organisent « plus ou moins pourutiliser le roaming comme une manne », reconnaît Emmanuel Micol, tout enexpliquant que certains opérateurs pratiquent des prix de gros « qui n’ont rienà voir avec leurs coûts de production pour acheminer la communication versla France ». De quoi contribuer à expliquer les écarts que l’on peut constaterparfois entre le coût d’un appel passer vers la France en itinérance et celui dumême appel passé depuis une ligne locale.Page : 5Tarifs du roaming : à qui profite le crime ?« Il y a clairement un avantage à la taille sur ce marché. Et pourplusieurs raisons. En Europe, il y a beaucoup de concurrence,notamment du fait du développement, au cours des six dernièresannées, d’outils qui nous permettent de sélectionner les réseaux surlesquels on souhaite, de préférence, envoyer nos clients. Mais danscertains pays, cela ne fonctionne pas du tout. Aux Etats-Unis, parexemple, il n’y a que deux opérateurs pour le GSM. Il faut avoirdes accords avec les deux, ne serait-ce que pour des questions decouverture, et on ne sait donc pas les mettre en concurrence. »
  6. 6. Page : 6Tarifs du roaming : à qui profite le crime ?Une visibilité limitéeSouvent, les tarifs de gros sont négociés pour un an et assortis d’engagements devolume de part et d’autre. Pour les plus petits opérateurs, ou les destinations lesmoins prisées des Français, les négociations peuvent n’avoir lieu qu’une fois tousles deux ans. Et encore : « avec certains, on ne va pas particulièrement négocieret l’on se contente du prix catalogue qui s’applique à tout le monde », expliqueEmmanuel Micol. D’où une certaine volatilité qu’il incombe aux opérateurs degérer.Valérie Maucotel reconnaît ainsi que, « à un moment donné, je peux avoir unemarge raisonnable avec un opérateur et ne plus l’avoir l’année suivante. Notreobjectif consiste à éviter d’avoir des révisions de tarif à la hausse. » Parce qu’enparallèle, pas question de modifier unilatéralement des prix appliqués auxabonnés et finalement assez homogènes par grandes régions du monde : « notretravail consiste à simplifier la vie de nos clients », relève Valérie Maucotel, touten précisant que « les conditions tarifaires du roaming sont contractuelles : à labaisse comme à la hausse, on ne peut pas imposer une modification de tarif. Ilfaut que le client demande à bénéficier d’une nouvelle condition tarifaire.»Chez SFR, le roaming mobilise 35 personnes « sur le marketing et le commercial; et hors réseau et système d’information». Chez Bouygues Telecom, 5 personness’occupent spécifiquement de la négociation des tarifs de gros pour l’itinérance.Un marché qui s’organiseDerrière, des clearing houses (ou chambres de compensation) jouent le rôle detiers de confiance pour l’échange des détails de communication entre opérateurs.Elles assurent le transport des données et la vérification de leur conformité à desspécifications techniques précises ainsi qu’aux tarifs négociés. Elles sont 4 ou 5
  7. 7. Page : 7Tarifs du roaming : à qui profite le crime ?dans le monde et assurent chaque mois un cycle de facturation entre un millierd’opérateurs.Miguel Calvo, de la chambre de compensation Nextgen Clearing, fait état d’unetendance générale à la baisse : « Les prix du roaming ont fortement baissé aucours de trois dernières années en Europe, notamment sous l’effet de la régula-tion mais également de nouvelles sources d’efficacité dans l’industrie. Les prixeuropéens du roaming sont désormais marginalement plus élevés que les tarifsdes communications domestiques. Au-delà, le roaming reste en effet plus chermais les prix tendent à baisser rapidement.»Ces chambres de compensation n’interviennent pas dans la négociation. MaisEmmanuel Micol relève l’émergence récente, « depuis 2 ou 3 ans, de hubs duroaming [...] qui facilitent au moins le travail de mise en relation et d’ouverturedes accords ». Mais certains opérateurs n’hésitent pas à user d’astuces pouraméliorer les conditions de roaming de leurs abonnés en profitant des règles demarché européennes.Emmanuel Micol souligne ainsi qu’un opérateur de pays en développement «a créé un opérateur virtuel (MVNO) au Royaume-Uni pour faire profiter à sesabonnés de très bons tarifs. Mais nous, bien sûr, on ne profite pas de ses coûts deproduction réels pour nos abonnés lorsqu’ils sont sur son réseau. » Une situationqu’il qualifie « d’asymétrique » et pour laquelle il aimerait bien que « l’Europenous aide à rétablir un certain équilibre ».
  8. 8. Page : 8Les options pour payer moins cher sa dataItinérance : les bons plans pour payermoins cher la data à l’étrangerLes spécialistes de l’itinérance - dont les publicités abondent dans lesmagazines des compagnies aériennes - commencent à s’attaquer au sujet descommunications data. En outre, il est possible de payer moins cher en misantsur les offres locales, par exemple en achetant une carte prépayée.S’ils ont construit leur activité sur la voix et les SMS, les spécialistes des cartesSIM multinationales se sont mis à la data. XXsim, OneSimCard, Truphone,Par Valery Marchive
  9. 9. Page : 9Les options pour payer moins cher sa dataWorldSIM, Lycamobile, Europa SIM-Card ou encore Roamline intègrent ainsiles connexions de données à leurs offres. Dataroam, comme son nom l’indique,s’en est même fait une spécialité. Et force est de constater que certaines offresfinancièrement sont très intéressantes.Cartes SIM multinationales : des offres d’un intérêt trèsvariableA près de 0,4 €/Mo, les offres de Roamline et de Dataroam aux Etats-Unis (voirtableau) sont bien plus avantageuses que les offres des opérateurs français horspackage spécifique : si SFR propose 15 Mo par jour pour 5 € outre-Atlantique àses abonnés RED, c’est 7 €/Mo au-delà - près de 20 fois le tarif des spécialistesde l’itinérance... Et que dire d’un Orange qui propose le méga-octet à 13,31 € endehors de son pass Internet monde à 25 € pour 50 Mo.Bémol, le service est parfois limité au GPRS, la 2G en somme. Une technologiequi commence non seulement à dater mais trouve aisément ses limites avec lesmultiples applications consommatrices de données des smartphones actuels.L’offre d’XXsim apparaît ainsi peu intéressante, avec un prix finalement assezproche de celui d’un Free Mobile (1 €/Mo aux Etats-Unis) ou d’un B&You(0,84 €/Mo).
  10. 10. Page : 10Les options pour payer moins cher sa dataLes écarts sont non seulement importants par rapports aux prix pratiqués par lesopérateurs français - et tout particulièrement hors offres spéciales de type forfaitjournalier - mais également entre spécialistes des cartes SIM multinationales. Etles tarifs de chacun peuvent également varier sensiblement d’un pays à l’autre.C’est donc souvent une étude approfondie à laquelle il convient de se prêteravant de partir pour choisir l’offre que l’on utilisera pour son séjour.Et attention, certains préviennent : leurs prix peuvent changer à tout momentsans préavis. Une incertitude qui peut faire fuir le professionnel qui auraprobablement mieux à faire que comparer toutes les offres disponibles avantchaque déplacement...Les offres locales, pour les habitués
  11. 11. Page : 11Les options pour payer moins cher sa dataLes professionnels se déplaçant fréquemment dans les mêmes pays préfèrerontpeut-être se doter d’une carte prépayée d’un opérateur local dont les offresseront plus stables dans le temps car destinées à son marché domestique. EnAllemagne, T-Mobile propose par exemple une offre données illimitées à 1 € parjour, voire à 10 € par mois... Difficile de faire moins cher.En outre, la carte SIM prépayée locale permettra au professionnel de disposerd’un numéro d’appel local sur lequel être joint aisément, voire pour passer desappels à moindre coût, en plus de simplement se connecter à Internet. Le sitePrePaid GSM recense les offres des opérateurs de la plupart des pays du globe.Une bible pour globe-trotter.Carte SIM locale dans son smartphoneMaisdanstouslescas,ilyalacontraintedel’équipement.Lessmartphonesmulti-SIM sont rares en France et, plus généralement, en Occident. Si la connectivitéà Internet est essentielle, la solution consiste à installer la carte SIM locale dansson smartphone à son arrivée à destination. Et de transférer sa carte françaisedans un téléphone d’entrée de gamme, pour recevoir les appels, voire les SMSvenus de l’Hexagone. Encore faudra-t-il prévoir, au moins la première fois,coupleur et adaptateur de cartes à puce pour SIM/Micro SIM et Nano SIM...Mais ce n’est pas un impératif : les hotspots WiFi/3G portables se contententgénéralement de cartes SIM standard et peuvent s’avérer très adaptés àl’utilisation d’une carte prépayée locale limitée à l’Internet mobile. Des hotspotsqui se vendent autour de 50 euros, soit le prix d’un téléphone mobile d’entée degamme neuf.
  12. 12. Page : 12Etats-Unis et Grande-Bretagne : ladata illimitée à des tarifs abordablesItinérance : data illimitée à des tarifsabordables aux Etats-Unis et enGrande-BretagneEn Europe, les tarifs du roaming sont plafonnés, avec un objectif de baisserégulière jusqu’à suppression, à terme, des surcoûts d’itinérance. C’est dumoins la volonté de la Commission européenne. Dans les faits, des différencessignificatives persistent entre tarifs pratiqués localement par les opérateurs pourleurs clients et tarifs en itinérance.Par Valery Marchive
  13. 13. Page : 13Etats-Unis et Grande-Bretagne : ladata illimitée à des tarifs abordablesObtention simple d’une carte SIM prépayée1/ En Grande-Bretagne, l’obtention d’une carte SIM prépayée est trèssimple : il suffit de se rendre dans une boutique de l’opérateur voulu avec unepièce d’identité et d’indiquer une adresse ; celle de son hôtel par exemple.Mais il est possible de faire encore plus simple et d’obtenir une carte prépayéedirectement à la descente de l’avion à Heathrow : certaines sont vendues dansdes distributeurs... Il suffira de l’activer ensuite en ligne.Tarifs des opérateurs britanniques comparés aux tarifs français
  14. 14. Page : 14Etats-Unis et Grande-Bretagne : ladata illimitée à des tarifs abordablesAttention à bien retenir l’adresse postale utilisée pour l’activation : chezT-Mobile, par exemple, elle est demandée pour recharger la carte prépayée parcarte bancaire, sur le site Web de l’opérateur - et tant pis si elle n’est en rien liéeà l’adresse postale française associée à la carte bancaire.Lescréditsajoutésaucompteprépayéontuneduréevariableselonlesopérateurs.Chez Vodafone, ils n’expirent pas tant que la ligne est considérée comme active- à savoir qu’elle a été utilisée au moins une fois par période de 3 mois. Unprincipe que l’on retrouve chez T-Mobile ainsi que chez Orange, mais avec unepériode de 6 mois, comme chez 3.2/ Aux Etats-Unis, il apparaît très difficile de rivaliser avec les offres localeset, en particulier, celles de T-Mobile. Si le réseau n’affiche pas, dans la pratique,un niveau de qualité de service irréprochable, avec des débits souvent faibles enzones denses et aux heures de pointe, le coût s’avère plus que convaincant.La validité de la carte dans le temps dépend du montant dela rechargeL’obtention d’une carte SIM prépayée ne prend que quelques dizaines deminutes; l’adresse du premier hôtel venu - voire de la boutique où l’on achètela carte SIM - suffit. Pas besoin de pièce d’identité en général, ni de justificatifde domicile donc, il suffit de dégainer sa carte bancaire. L’activation est quasiimmédiate. A noter la portabilité du numéro lorsque l’on passe d’un opérateur àl’autre, très rapide : elle peut ne prendre qu’une heure pour être effective.
  15. 15. Page : 15Etats-Unis et Grande-Bretagne : ladata illimitée à des tarifs abordablesLa validité des sommes créditées varie selon le montant de la recharge. ChezT-Mobile, par exemple, en rechargeant de 100 $ sa carte, on obtient un an devalidité des crédits contre 90 jours en dessous. Un seuil tout à fait acceptablepour le voyageur fréquent qui souhaite conserver dans le temps son numérolocal.Les recharges peuvent se faire par carte de crédit en ligne ou par recharges àgratter achetées dans des grandes surfaces locales - comme les magasins de lachaîne Target - avec, parfois, une petite remise.Tarifs des opérateurs américains comparés aux tarifs français
  16. 16. Page : 16Le Japon, un marché très spécifiqueRoaming Data : le Japon, un marché trèsspécifiqueA certains égards, le marché nippon n’est pas sans rappeler le marché indien,complexe et où il faut montrer patte blanche lorsqu’on est étranger pour obtenirune carte SIM d’un opérateur local. Le site Japan-Guide explique ainsi que, « enraison d’utilisations criminelles passées de téléphones prépayés, les vendeursdoivent vérifier l’identité et le lieu de résidence de leurs clients ». Autrement dit,le passeport est nécessaire ainsi qu’une carte de résident.Par Valery Marchive
  17. 17. Page : 17Le Japon, un marché très spécifiqueLa carte SIM data plus facilement accessibleL’opérateur Softbank propose un service prépayé dont l’accès semble assezcontrôlé. En particulier, il est nécessaire de pouvoir justifier d’un droit de séjourdans le pays d’au moins 90 jours après l’achat de la carte prépayée. Autant direque cette offre n’est pas accessible aux touristes et professionnels voyageantsans visa : la carte de résident n’est délivrée qu’aux personnes ayant obtenu uneautorisation de séjour de plus de trois mois.Tarifs des opérateurs japonais comparés aux tarifs français
  18. 18. Mais ça, c’est pour la voix et cela ne s’applique pas aux cartes prépayées n’offrantqu’un service de communication data. C’est ainsi que B-Mobile propose descartes SIM prépayées data pour visiteurs, avec 1 Go de crédit ou 14 jours, avecpossibilité de la retirer à l’aéroport à son arrivée, cartes qu’il est possible derecharger en accédant au site Web du fournisseur depuis son mobile connecté àInternet.Louer une carte SIM ou un téléphone pour la durée de sonséjourIl est en outre possible de louer une carte SIM ou un téléphone local, toujoursà son arrivée à l’aéroport, pour la durée de son séjour. Attention : l’équipementloué doit être retourné au départ et, en cas de perte ou de dommage, des pénalitésseront facturées. Et elles peuvent être conséquentes : 26 000 yens - plus de 200euros - chez Air’s en cas de dommage sur le routeur mobile Wi-Fi/4G-LTE.A noter que la location permet de disposer d’une solution de communicationdépassant la simple data et proposant les appels et les échanges de SMS àl’international. Moyennant les coûts de communication, bien sûr.Page : 18Le Japon, un marché très spécifique
  19. 19. Page : 19En Inde, le parcours du combattantpour obtenir une carte SIM localeItinérance : en Inde, le parcours ducombattant pour obtenir une carteSIM localeLe marché indien est particulièrement complexe. Le pays (et les licences) estdécoupé en « cercles », sortes de régions auxquelles sont rattachés les abonnés.En dehors de celles-ci, les abonnés se trouvent généralement en situationd’itinérance nationale, mais sur le même opérateur. Avec, à la clé, des surcoûtsappliqués aux communications.Par Valery Marchive
  20. 20. Exigences et contraintes multipliées par le gouvernementindienLa principale difficulté en Inde est l’obtention elle-même de la précieuse carteSIM. Etre attendu par un collègue ou une personne de confiance sur qui sedécharger de cette tâche fera gagner un temps précieux. Mais si l’on doit le fairesoi-même, mieux vaut s’armer de patience.Les réseaux 3G sont de plus en plus présents dans le pays mais leur utilisationreste chère. Les réseaux 2G/Edge sont très développés, peu coûteux mais leurfiabilité peut être fortement variable, parfois même d’un quartier à l’autre dansune même ville.Tarifs des opérateurs indiens comparés aux tarifs françaisPage : 20En Inde, le parcours du combattantpour obtenir une carte SIM locale
  21. 21. Confronté à une forte menace terroriste, le gouvernement indien a multipliéles exigences auprès des opérateurs et des distributeurs indépendants. Au pointque certains refusent tout simplement la vente de cartes SIM prépayées auxétrangers, leur dossier fut-il en règle.Un dossier qu’il faut prendre le temps de constituer : deux photos d’identités, unephotocopie du passeport et de son visa, et un justificatif de lieu de résidence. Cedernier justificatif peut être particulièrement difficile à se procurer : une factured’hôtel peut faire l’affaire mais, par construction, on ne l’obtient qu’après avoirquitté les lieux; pas au début de son séjour... à moins de discuter âprement avecles responsables pour obtenir une copie du registre des clients.Bref, il faut facilement compter deux à trois bonnes heures pour obtenir laprécieuse carte à puce.Impossible de recharger sa carte par internet sans Carte BleuindienneEn outre, les opérateurs vérifient régulièrement que la carte n’a pas été accordéefrauduleusement en appelant directement sur la ligne prépayée. Pas question,donc, d’espérer conserver sa carte au-delà de son séjour. Un handicap potentielpour un professionnel.Recharger la carte à distance par Internet n’est pas non plus possible sans unecarte de crédit indienne. Le mieux, dans le cadre d’un usage professionnel, estdonc de pouvoir laisser à son départ sa carte à une personne de confiance qui laconservera dans un téléphone pour répondre aux appels de contrôle et assurerala recharge. Une personne auprès de laquelle il sera possible de la récupérer audébut de son séjour suivant.Page : 21En Inde, le parcours du combattantpour obtenir une carte SIM locale
  22. 22. Page : 22Le Wi-Fi, une alternative au roamingdata mais à la fiabilité limitéeLe Wi-Fi, une alternative au roaming datamais à la fiabilité limitéeLors des voyages à l’étranger, qu’ils soient professionnels ou personnels, lesréseaux Wi-Fi constituent de précieux alliés pour qui souhaite conserver uneconnexion à Internet. De nombreux hôtels en proposent gratuitement - surtoutles moins chers, les hôtels de luxe ayant pour beaucoup l’habitude de faire payerce service, même si sa fiabilité peut s’avérer aléatoire aux heures d’affluence(début et fin de journée). Souvent, si l’accès est payant dans les chambres, ilPar Valery Marchive
  23. 23. Page : 23Le Wi-Fi, une alternative au roamingdata mais à la fiabilité limitées’avère toutefois gratuit dans les parties communes comme le hall d’accueil.De nombreux aéroports proposent aussi un accès à Internet gratuit en Wi-Fi,au moins pour une courte période - 15 minutes par exemple dans les aéroportsde Paris. Mais que ce soit à Las Vegas ou San Francisco, l’accès est gratuit sanslimite de durée après affichage d’une publicité et enregistrement.Boingo, la planche de salut du voyageur connectéFace aux tarifs pratiqués dans certains endroits, le service Boingo est souvent laplanche de salut du connecté en déplacement : l’abonnement à 9,95 dollars parmois permet, par exemple, de connecter sans limite de durée ni surcoût jusqu’àdeux terminaux, outre-Atlantique.Ailleurs, cette formule est soumise à un surcoût à la minute. Mais l’opérateurpropose des formules spécifiques à d’autres régions du monde pour limiter lecoût de la facture, avec par exemple une offre illimitée à 11,95 dollars par moispour la région Asie-Pacifique.Partenariat Orange avec le service BoingoDe tous les opérateurs mobiles français, Orange se distingue par son partenariatavecBoingo-etd’autrestelsiPassetWeRoam-quipermetd’accédergratuitementà Internet à l’étranger sur les points d’accès Wi-Fi partenaires, de la mêmemanière qu’un abonné profite d’un hotspot Orange dans l’Hexagone.Ce n’est toutefois pas forcément gratuit : Orange annonce un tarif de 0,25 eurosTTC/minute pour ses clients pro et grand public. L’opérateur propose égalementdes formules pass, dont une à 15 euros pour 10 heures de connexion, valable 1mois.
  24. 24. Page : 24Tous les liens utiles avantde partir à l’étrangerRoaming data : quelques liens utiles avantde partir à l’étrangerRetrouvez ici la compilation des liens et des bons plans de notre dossier pourpayer moins cher la data à l’étranger.Par la rédaction de ZDNet.fr
  25. 25. Page : 25Le Wi-Fi, une alternative au roamingdata mais à la fiabilité limitéeCartes SIM Internationales XXsim OneSimCard Truphone WorldSIM Lycamobile Europa SIM-Card Roamline PrePaid GSM recense les offres des opérateurs de la plupart des pays du globe. Une bible pour globe-trotter.Wi-Fi International BoingoOffres spécifiques des opérateurs français Orange : pack Internet Dom et Europe SFR : option Internet internationalLes bons plans pour la Grande-Bretagne(cartes SIM prépayées) O2 Vodafone T-Mobile (Internet Booster) Orange UK (Dolphin)
  26. 26. Les bons plans pour les Etats-Unis(cartes SIM prépayées) AT&T T-MobileLes bons plans pour l’Inde(cartes SIM prépayées) Airtel IdeaLes bons plans pour le Japon(cartes SIM prépayées) B-Mobile Softbank Une FAQ assez complète sur les SIM prépayées au JaponPage : 26Tous les liens utiles avantde partir à l’étranger

×