LE BAROMÈTREDES ÉNERGIESRENOUVELABLESÉLECTRIQUESEN FRANCEObserv’ER
Ce baromètre a été réalisé par Observ’ER avec le soutien financier de l’Ademe.Directeur de la publication : Alain LiébardR...
AvAnt-propos                Filière Éolienne                Filière photovoltAïque                Filière hydrAulique     ...
Note méthodologique                                                Pour les indicateurs énergétiques deDepuis plus de dix ...
CHIFFRES CLÉS                                                                          5 007 MW                           ...
FILIÈREÉOLIENNECarte n°Cartographie des puissances régionales en France (Chiffres juin 2010)Sources : SOeS/EDF SEIS : Secr...
FILIÈRE    ÉOLIENNE    Graph. n°1    Évolution du parc éolien français    Source : SOeS    2000      2001     2002    2003...
FILIÈRE    ÉOLIENNE    fre qui évolue peu par rapport à 2008. Plus        plié : aux recours contre les ZDE et les per-   ...
FILIÈRE    ÉOLIENNE    Graph. n°2                                     teur est très intéressant car il permet d’ob-    Les...
FILIÈRE    ÉOLIENNE    ment permet de faire quelques calculs de          ciation locale qui accuse le site éolien de    pr...
FILIÈREÉOLIENNECarte n°Cartographie ZDE et projetsSource : Observ’ER                                                      ...
FILIÈRE     ÉOLIENNE     Tabl. n°3     Structuration de la filière éolienne française     Source : Observ’ER 2010         ...
FILIÈRE     ÉOLIENNE     plein dans la filière en France pour un chif-   Graph. n°4     fre d’affaires de plus de 2,8 mill...
FILIÈREÉOLIENNEporté­ en­ janvier­ 2010­ un­ appel­ d’offres     flot­ antes,­dont­la­mise­en­production­et­la            ...
CHIFFRES CLÉS                                                                                 MWc                         ...
FILIÈRE    PHOTOVOLTAÏQUE    Graph. n°1    Puissance totale cumulée installée en France en MWc (Métropole + Dom)    Source...
FILIÈRE    PHOTOVOLTAÏQUE      parc métropolitain en nombre et 28 % de         année de référence. Craignant l’apparition ...
FILIÈRE     PHOTOVOLTAÏQUE     Ces nombreux ajustements sur les poli-             Les résultats de l’étude pour la France ...
FILIÈREPHOTOVOLTAÏQUECarte n°Cartographie du photovoltaïque en France en 2009.Source : SOeS 2010                          ...
FILIÈRE     PHOTOVOLTAÏQUE     Près de 3 GWc de Puissance                           petite taille (3 kWc), 28 pour les ins...
FILIÈREPHOTOVOLTAÏQUETabl. n°Nombre d’emplois directs dans le secteurSource : Ademe 2010                                  ...
FILIÈRE     PHOTOVOLTAÏQUE     concurrentiel ? Le pays restera-t-il juste un    autour de pôles de compétitivité et de con...
FILIÈREPHOTOVOLTAÏQUEonduleurs, les connectiques, etc.). La           ché, se sont créés des consortiums commeseconde stra...
CHIFFRES CLÉS                                                                                   25 557 MW                 ...
FILIÈREHYDRAULIQUECarte n°Cartographie de la puissance installée et de la production pour l’année 2009 par Région.Source :...
FILIÈRE     HYDRAULIQUE      Qui exploite quoi en France      En France c’est la loi de 1919 qui régit le droit de turbine...
FILIÈRE     HYDRAULIQUE     centrales que les évolutions du parc peu-         chaque renouvellement de concession, les    ...
FILIÈREHYDRAULIQUE33 TWh modulables. Par exemple, la chaîne           Carte n°des 33 barrages électriques installés sur la...
FILIÈRE     HYDRAULIQUE     Tabl. n°1     Les premières concessions remises en jeu     Source : DGEC      Nom de la conces...
FILIÈRE     HYDRAULIQUE     considérait cette pratique comme une                      positions économiques et financières...
FILIÈREHYDRAULIQUEles turbines de moins de 30 MW. L’ensem-        tations d’équipements ont représentéble du secteur d’act...
FILIÈRE     HYDRAULIQUE     entreprises existe une multitude de petits       (ONEMA) et l’Ademe fin 2008. D’un montant    ...
FILIÈREHYDRAULIQUEGraph. n°1                                      Les centraLes d’écLuséeRépartition du parc français     ...
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Baroelec integral
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Baroelec integral

2 560 vues

Publié le

Le baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
Observ'ER, février 2011.

Ce guide réunit un ensemble d’indicateurs énergétiques et d’agrégats socio-économiques et industriels qui regroupés et analysés, présentent une photographie hexagonale précise de toutes les filières. Il présente chaque filière sous la forme d’une fiche synthétique et porte une attention particulière à la dimension territoriale en proposant un détail régional de l’état des filières suivies.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 560
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
36
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Baroelec integral

  1. 1. LE BAROMÈTREDES ÉNERGIESRENOUVELABLESÉLECTRIQUESEN FRANCEObserv’ER
  2. 2. Ce baromètre a été réalisé par Observ’ER avec le soutien financier de l’Ademe.Directeur de la publication : Alain LiébardRédacteur en chef : Yves-Bruno CivelResponsable des études : Diane LescotRédacteurs : Nolwenn Le Jannic, Thomas Petitjean, Charlotte Rigaud,Juliette Talpin sous la direction de Frédéric Tuillé, adjoint au responsable des étudesResponsable des produits éditoriaux : Isabelle RoqueRédactrice en chef adjointe : Laurence AugereauSecrétaire de rédaction : Marie Selva-RoudonAssistante d’édition : Carole FossatiConception graphique et réalisation : Lucie Sauget/Pop Agency
  3. 3. AvAnt-propos Filière Éolienne Filière photovoltAïque Filière hydrAulique Filière BiomAsse solide Filière BiogAz Filière inCinÉrAtion des dÉChets Filière gÉothermie Filière Énergies mArines Filière hÉliothermodynAmique pAnorAmA rÉgionAl des Filières renouvelABles ÉleCtriques en FrAnCe oBservAtoires rÉgionAux sourCesSOMMAIREObserv’ERLe Baromètre 2010des énergies renouvelablesélectriques en France
  4. 4. Note méthodologique Pour les indicateurs énergétiques deDepuis plus de dix ans, Observ’ER est le puissances installées ou en attente deleader du projet européen EurObserv’ER, raccordement, ce baromètre s’estun baromètre qui suit au plus près l’actua- appuyé sur les données du SOeSlité énergétique et économique de toutes (Service de l’observation et des statis-les filières renouvelables dans chacun des tiques), de ERDF (Électricité réseaupays de l’Union européenne. distribution France pour la partie conti-C’est sur la base de ce savoir-faire qu’Ob- nentale) et EDF SEI (EDF Systèmes éner-serv’ER présente pour la première fois un gétiques insulaires). Pour les donnéesbaromètre entièrement consacré aux de production d’électricité, seuls lesfilières renouvelables électriques en chiffres du SOeS ont été utilisés.France. À l’image de son modèle européen, Les indicateurs socio-économiquesl’ambition de ce travail est de réunir en un d’emploi et de chiffre d’affaires sontseul outil un ensemble d’indicateurs éner- issus de l’étude annuelle réalisée pargétiques et d’agrégats socio-économiques l’Ademe, “Marchés, emplois et enjeuet industriels qui, regroupés et analysés, énergétique des activités liées à l’amé-présentent une photographie hexagonale lioration de l’efficacité énergétique etprécise de toutes les filières. aux énergies renouvelables”.Chaque filière traitée est présentée sous Pour les filières éolien et photovol-la forme d’une fiche synthétique. On y taïque, des résultats de collectes misesretrouve les énergies renouvelables élec- en place par Observ’ER, publiés respec-triques les plus développées comme tivement dans “l’Atlas de l’éolien 2010”l’éolien, le photovoltaïque, l’hydraulique, (cf. Le Journal de l’Éolien n° 7) et dansla biomasse solide, le biogaz et l’incinéra- “l’Atlas du photovoltaïque 2010”tion de déchets, mais également les (cf. Le Journal du Photovoltaïque n° 4)secteurs en devenir comme la géothermie, ont été utilisés.l’héliothermodynamie et les énergies L’ensemble des sources utilisées estmarines. détaillé à la fin de ce baromètre.Une attention toute particulière a étéportée à la dimension territoriale enproduisant, chaque fois que cela étaitpossible, un détail régional de l’état desfilières suivies. Ce baromètre est exclusive-ment disponible en format électronique. Ilest téléchargeable sur les sites d’Observ’ERet de l’Ademe. AVANT-PROPOS Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  5. 5. CHIFFRES CLÉS 5 007 MW Puissance installée fin juin 2010 7 891 GWh Production électrique en 2009 11,1 % Part de l’éolien dans la production électrique renouvelable française en 2009 11 500 MW (dont 1 000 MW en mer)© Energiequelle Objectif de capacités installées en 2012 A vec près de 10 000 MW de nouvelles capacités installées dans l’Union européenne en 2009, l’éolien est devenu la filière de production d’électricité la plus active en Europe. Pour la France, les enjeux du secteur sont à la hauteur de 25 000 MW (dont 6 000 MW en mer) son développement car au défi énergé- Objectif de capacités tique se greffe un défi économique  : installées en 2020 créer des emplois en France. La filière éolienne est celle qui devra porter l’es- sentiel de l’augmentation de la produc- tion d’électricité renouvelable à l’hori- 9 585 emplois dans la filière en 2009 zon 2020. Cependant, la tendance des 3 derniers mois indique une baisse du rythme de son développement. Faut-il déjà craindre pour les objectifs 2020 ? 2,8 milliards d’euros Chiffre d’affaires dans la filière en 2009 FILIÈRE ÉOLIENNE Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  6. 6. FILIÈREÉOLIENNECarte n°Cartographie des puissances régionales en France (Chiffres juin 2010)Sources : SOeS/EDF SEIS : Secret statistique. Cette règle s’applique lorsqu’unchiffre régional concerne moins de trois sites de pro-duction ou qu’un seul site représente plus de 85 % lapuissance totale d’une Région.Le compte à rebours des 25 000 mW trième rang européen en talonnant l’Italiepour 2020 a déjà commencé (4  850  MW), mais loin derrière les deuxFin 2009, la puissance totale éolienne ins- ténors que sont l’Espagne (19 149 MW) ettallée sur le territoire français était de4 530 MW. Ce chiffre place le pays au qua- Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  7. 7. FILIÈRE ÉOLIENNE Graph. n°1 Évolution du parc éolien français Source : SOeS 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Métropole et DOM Puissance supplémentaire (COM non inclus) Puissance cumulée l’Allemagne (25 777 MW). La production de site éolien. Dans l’ensemble, ces territoires ce parc a été de 7 891 GWh. Depuis la fin de ne profitent pas d’un gisement éolien natu- l’année 2009, la filière a continué de pro- rel particulièrement généreux et, dans le gresser pour atteindre 5 007 à fin juin 2010. cas de l’Alsace, la Région doit faire face à5 l’existence d’un tissu associatif anti-éolien L’éoLien dans Les réGions virulent qui bloque le développement du Au niveau de la photographie régionale, la moindre projet. puissance éolienne installée dépasse les 100 MW dans 13 des 22 Régions métropoli- La Loi GreneLLe  ii, de nouveLLes taines. La première d’entre elles est la contraintes pour L’éoLien Picardie avec 738  MW. À l’inverse, des Globalement, l’année 2009 a été relative- Régions sont quasiment vierges de tout ment moyenne en termes de progression projet. Ainsi, si l’Aquitaine et l’Île-de-France de marché. 1 094 MW ont été installés, chif- n’ont qu’un ou deux parcs, l’Alsace est la seule Région qui n’a actuellement aucun Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  8. 8. FILIÈRE ÉOLIENNE fre qui évolue peu par rapport à 2008. Plus plié : aux recours contre les ZDE et les per- inquiétant, la puissance supplémentaire mis de construire s’ajouteront désormais installée au cours du premier semestre 2010 ceux contre les autorisations ICPE. n’a été que de 390 MW contre 564 MW lors On peut noter que la disposition sur le seuil de la même période en 2009. minimal de 5 éoliennes pour constituer un Cela s’explique essentiellement par l’insta- parc bloquerait une bonne part des projets bilité du contexte national de développe- en attente de raccordement (plus de 60 % ment de la filière au cours des 18 derniers dans certains départements). mois. Le secteur se plaint depuis long- Face à cela, le fait que le ministère de l’Éco- temps des lourdeurs administratives qui logie s’engage dans la loi à faire un bilan pèsent sur le développement de nouveaux de ces mesures dans trois ans, avec un sites. L’atmosphère n’avait pas été apaisée objectif de référence d’un minimum de en 2009 avec l’annonce de la possible 500 éoliennes construites par an (soit envi- entrée des sites éoliens dans le champ des ron 1 300 MW par an), ne semble pas peser installations classées pour l’environne- lourd pour apaiser la filière. ment (ICPE). Les différentes étapes La loi Grenelle II, avec son volet sur les éner- du montaGe d’un projet éoLien gies renouvelables, était très attendue, Le schéma page suivante décrit le phasage notamment pour simplifier les procédures. des différentes étapes d’un projet dans le Loin de rassurer les acteurs, le texte voté en contexte administratif d’avant la loi de Gre- mai 2010 a plutôt ajouté de nouvelles nelle II (donc sans l’autorisation ICPE et les contraintes au secteur : schémas régionaux climat, air et énergie).  les sites sont désormais soumis à un clas- L’ensemble des procédures prend entre 32 sement ICPE ; et 60 mois dans le cas d’une validation de  les zones de développement éolien (ZDE) la ZDE et de l’obtention du permis de devront être mises en place dans les ter- construire. Sur ce sujet, une étude euro- ritoires désignés par les schémas régio- péenne, Wind Barriers, a analysé les délais naux climat, air, énergie. La création de moyens nécessaires pour l’obtention d’un ces schémas sera pilotée par les Régions permis de construire éolien dans les diffé- ou les préfets ; rents pays de l’Union européenne en 2009.  tout nouveau site devra désormais com- Les résultats sont très contrastés avec un6 porter au minimum 5 mâts (comprendre écart de 8,3 mois (Finlande) à 58 mois (Por- 5 éoliennes) ; tugal). La France se situe au-dessous de la  une distance de 500 mètres devra être moyenne européenne concernant la assurée entre les éoliennes et “toutes durée : 29,6 mois contre 42 en moyenne en zones destinées à l’habitation”. Europe) mais affiche un nombre moyen d’instances ou d’autorités intervenant Les acteurs craignent que ces nouvelles dis- dans le processus supérieur à ce qui est positions viennent alourdir un peu plus les observé globalement par ailleurs (36 ins- procédures actuelles. Les délais et la com- tances contre 18 pour l’Union européenne). plexité du montage des projets seront accrus et le risque de contentieux multi- Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  9. 9. FILIÈRE ÉOLIENNE Graph. n°2 teur est très intéressant car il permet d’ob- Les différentes étapes du montage tenir une image très fiable de la puissance d’un projet éolien accordée mais non construite dans chaque Sources : Amorce/Ademe Région. À fin juin 2010, le relevé de l’orga- nisme faisait état de 4  314  MW pour Étude de pré-faisabilité / à mois 461 projets. Ce chiffre correspond aux auto- • Recherche d’un site risations qui sont délivrées et qui font l’ob- • Consultation du conseil municipal jet d’une demande auprès d’ERDF de pro- position technique et financière pour le raccordement au réseau électrique. Ce chif- Étude de faisabilité / à mois • Étude d’un impact fre ne prend pas en compte les recours qui • Campagne de mesure peuvent être exercés par des tiers contre • Analyse économique le développement de projet ayant reçu ses autorisations de construction et de raccor- dement. Présentation de la ZDE au préfet Dépôt de la demande de PC Tabl. n°1 Puissances éoliennes en attente de raccordement Instruction du PC / à mois Source : ERDF • Enquête publique • Commission des sites Grandes Puissance Régions ERDF en MW Manche / Mer du Nord 1 516,8 Obtention du PC Est 837,6 Ouest 665,4 Préparation du chantier / à mois Auvergne / Centre / Limousin 463,8 • Demande de raccordement Méditerranée 344,6 • Certificat donnant droit à l’obligation d’achat Rhône-Alpes / Bourgogne 321,7 • Montage financier Sud-Ouest 164,5 Île-de-France 07 Total 4 314,4 Construction du chantier / à mois suivi des permis de construire Raccordement et mise en service et des Zde Un suivi spécifique mis en place par Observ’ER en 2010 a identifié 272 permis de construire acceptés à fin mai 2010 pour les 4 243 mW en fiLe d’attente acteurs de la filière française (268 en métro- pour être raccordé pole et 4 dans les Dom et Com). Ce recense- ERDF publie trimestriellement l’état des files d’attente de raccordement. Cet indica- Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  10. 10. FILIÈRE ÉOLIENNE ment permet de faire quelques calculs de ciation locale qui accuse le site éolien de projection qui, à l’horizon 2012, montre- défigurer un panorama ou la décision raient que le classement des Régions pour- qu’une ferme éolienne est incompatible rait se modifier. En effet, à cette date, la sur le plan esthétique avec la présence Champagne-Ardenne prendrait la tête du d’un bâtiment classé dans le même périmè- classement français si tous les permis tre. Enfin, il y a l’argument de la proximité accordés se concrétisaient. La Région dis- avec une zone aéronautique ou avec des posera d’une capacité de 1 200 MW, devant radars de météo France. la Picardie (1 020,85 MW), le Centre, la Bre- tagne et la Lorraine. À l’horizon 2012, les dix L’enjeu de L’éoLien en mer premières Régions réaliseront 80,5 % de la La programmation pluriannuelle des inves- puissance totale contre 84 % actuellement. tissements de production d’électricité (PPI) a fixé les jalons à venir de la croissance de Graph. n°3 la filière : 11 500 MW (10 500 MW terrestres TOP 10 des Régions à horizon 2012 et 1 000 MW en mer) à fin 2012 et 25 000 MW Source : Observ’ER (19 000 MW terrestres et 6 000 MW en mer) , à fin 2020. Les objectifs de 2012 semblent déjà hors d’atteinte. Cependant, le vérita- ble point d’horizon national se situe bien , sur le seuil à atteindre d’ici à 2020 et sur la participation des sites offshore. Champagne-Ardenne Picardie L’éolien en mer est un enjeu important Centre pour le secteur français qui, jusqu’à pré- Bretagne sent, ne compte aucun site. Le tarif d’achat Lorraine Languedoc-Roussillon pour ces types de projets n’est pas suffi- Pays de la Loire samment élevé pour permettre leur déve- Nord-Pas-de-Calais loppement. Pour débloquer la situation, le Midi-Pyrénées Poitou-Charentes ministère de l’Environnement s’apprête à La carte en page suivante détaille les ZDE Tabl. n°2 validées actuellement sur le territoire ainsi Tarif d’achat éolien en c€/kWh que les projets qui ont fait l’objet d’une Source : DGEC8 acceptation de leur permis de construire. Éolien terrestre motif de refus de permis Années 1 à 10 8,2 En moyenne, on a observé en 2009 un rap- Années 11 à 15 2,8 à 8,2 port de 2 permis de construire refusés pour 5 acceptés. Parmi les causes les plus fré- Éolien en mer quemment citées pour justifier un refus de Années 1 à 10 13 permis de construire, on retrouve la notion Années 11 à 20 3 à 13 “d’impact paysager” qui peut paraître sub- jective, mais qui est une réalité pour les acteurs. Cela peut se traduire par une asso- Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  11. 11. FILIÈREÉOLIENNECarte n°Cartographie ZDE et projetsSource : Observ’ER ZDE , MW ZDE MW ZDE , MW ZDE , MW ZDE ZDE , MW ZDE ZDE MW , MW , MW ZDE , MW ZDE ZDE , MW , MW ZDE MW ZDE MW ZDE , MW ZDE , MW ZDE , MW ZDE MW ZDE MW ZDE ZDE MW , MW ZDE , MW DOM COM MW , MW , MWlancer une série d’appels d’offres visant à des côtes françaises, un programme quiconstruire 3 000 MW de capacité de produc- représenterait 10 milliards d’euros d’inves-tion d’électricité éolienne dans une dizaine tissement.de zones maritimes identifiées commefavorables. La première tranche concer-nera l’installation de 600 éoliennes au large Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  12. 12. FILIÈRE ÉOLIENNE Tabl. n°3 Structuration de la filière éolienne française Source : Observ’ER 2010 AMONT AVAL Fournisseurs Fabricants Développeurs Maîtres B.E. techniques et Maîtres Exploitants d’ouvrage environnementales d’œuvre ≈ 25 ≈ 20 ≈ 80 ≈ 55 ≈ 75 ≈ 50 ≈ 70 Tabl. n°4 Nombre d’emplois directs dans le secteur éolien en France Source : Ademe 2010 2007(e) 2008(e) 2009(e) 2010(e) Fabrication, assemblage, 6 095 7 040 8 670 10 610 montage des projets Distribution, installation, 490 710 915 1 190 exploitation des sites Total 6 585 7 750 9 585 11 800 (e) : estimé Tabl. n°5 Chiffre d’affaires du secteur Source : Ademe 2010 2006(e) 2007(e) 2008(e) 2009(e) Fabrication des équipements 1 475 1 650 1 846 2 210 Études et installation 196 363 506 686 Total 1 671 2 013 2 352 2 896 (e) : estimé10 La france rattrape lien. Au niveau de l’activité de construction son retard industrieL des éoliennes, la France est entrée dans le L’industrie éolienne française continue son secteur à travers les rachats respectifs par développement malgré un envol tardif. Le Alstom et Areva des entreprises Ecotècnia tissu industriel est composé d’un ensemble et Multibrid. Ces noms venant s’ajouter à d’environ 150 acteurs, TPE comme grands celui de Vergnet, acteur national histo- groupes, issus de secteurs d’activité variés rique de la filière. (métallurgie, aéronautique, chantiers Pour 2009, on estime à près de 9 600 le nom- navals, exploitants pétroliers en mer) et bre d’équivalents emplois directs temps qui possèdent des savoir-faire parfaite- ment transposables au domaine de l’éo- Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  13. 13. FILIÈRE ÉOLIENNE plein dans la filière en France pour un chif- Graph. n°4 fre d’affaires de plus de 2,8 milliards d’eu- Panorama des machines installées ros. Pour 2010, les estimations font état de en mai 2010 11 800 emplois et 3,6 milliards d’activités. Source : Observ’ER 2010 La France a donc su profiter du dynamisme de la filière pour créer de l’emploi et de la Vergnet GE valeur ajoutée. Selon une étude comman- dée par l’Ademe et de SER-FEE, l’atteinte Neg Micon des objectifs du Grenelle de l’environne- Ecotecnia ment se traduira, si une dynamique indus- Autre trielle collective se met en place avec le Siemens Enercon soutien des pouvoirs publics, par la créa- tion d’environ 50 000 emplois et représen- terait un investissement cumulé de 20 à Gamesa 30 milliards d’euros. Nordex enercon, nordex, vestas Repower et repoWer : 70 % des machines instaLLées en france Vestas Le pointage des machines installées à fin mai 2010 montre que quatre constructeurs occupent plus de 70 % du marché français. Graph. n°5 Sur la base du travail d’enquête mené par Panorama des machines installées Observ’ER sur les projets en cours, le clas- en mai 2012 sement des firmes sera appelé à changer. À Source : Observ’ER l’horizon 2012, Repower devrait occuper la Vergnet deuxième place derrière Enercon. Il est à Neg Micon noter que la part des quatre premières GE entreprises diminuerait, passant alors de Winwind 70 % en 2010 à 63 % en 2012. Ecotecnia Le niveau très relevé de la concurrence Multibrid internationale en matière de fabrication Siemens11 d’éolienne ne permet pas aux acteurs fran- Autre çais d’avoir les outils pour lutter sur le Gamesa même terrain que les géants danois, alle- mands ou espagnols. Pour trouver des zones de développement, ils se sont plutôt Nordex orientés vers des marchés plus spécifiques. Ainsi Vergnet, spécialisé dans les machines Enercon rabattables au sol pour zones cycloniques s’est surtout développée dans les DOM. Vestas Repower Depuis quelques années, l’entreprise s’est tournée vers les marchés africains et a rem- Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  14. 14. FILIÈREÉOLIENNEporté­ en­ janvier­ 2010­ un­ appel­ d’offres flot­ antes,­dont­la­mise­en­production­et­la t ­international­pour­l’équipement­d’un­parc commercialisation­pourraient­déboucheréolien­de­10­MW­en­Algérie. sur­la­création­de­5 000 emplois­en­France.Alstom­et­sa­filiale­Ecotècnia,­tout­en­res- Ce­projet,­qui­associe­entreprises­et­cen-tant­des­acteurs­actifs­sur­le­marché­espa- tres­de­recherche­et­profite­du­réseau­dugnol,­ se­ sont­ également­ tournés­ vers Pôle­Mer­Bretagne,­vise­la­mise­sur­le­mar-l’Afrique­du­Nord­et­ont­remporté­un­pre- ché­des­premiers­produits­en­2013.mier­contrat­sur­le­marché­marocain­pour Autre­projet­important­sur­ce­thème,­celui61 machines­qui­devront­être­installées­en dirigé­par­la­société­lilloise­Nenuphar.­Carac-2011.­Quant­à­Areva,­il­s’est­spécialisé­dans téristique­principale­des­futures­éoliennesl’offshore­à­travers­le­rachat­de­Multibrid. de­ce­programme :­elle­sont­montées­sur­unLa­principale­réalisation­est­l’équipement axe­vertical.­Le­projet­a­été­labellisé­par­ledu­site­d’Alpha­Ventus,­premier­site­éolien Pôle­Mer­PACA­et­la­commercialisation­deen­mer­allemand­inauguré­en­avril­2010. ses­résultats­est­prévue­pour­2011. L’éolien­offshore­n’est­pas­le­seul­thème­quiÉoliennes flottantes intéresse­ les­ projets­ de­ R&D.­ Pour­ lutteret pales à signature rÉduite contre­les­perturbations­des­éoliennes­cau-comme principaux thèmes sées­aux­radars,­la­création­de­pales­à­signa-de recherche et dÉveloppement ture­réduite­est­étudiée.­Déjà­expérimentéDepuis­plusieurs­années,­l’un­des­princi- par­Vestas­sur­certaines­de­ses­machines,­cepaux­thèmes­de­recherche­et­développe- type­d’équipements­est­au­centre­de­travauxment­dans­le­domaine­de­l’éolien­est­celui financés­ par­ l’Ademe,­ menés­ par­ l’Onerades­éoliennes­flottantes.­Parmi­les­princi- (Office­national­d’études­et­de­recherchespales­actions,­on­peut­citer­le­projet­WIN- aérospatiales)­ et­ associé­ aux­ industrielsFLO.­ Il­ a­ pour­ objectif­ de­ concevoir­ un­ Plastinov­et­EADS­Astrium.­système­ complet­ d’éoliennes­ offshore­ Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France Retour au sommaire
  15. 15. CHIFFRES CLÉS MWc Puissance installée à fin juin 2010 MWc Puissance nouvellement installée au cours de 2009 GWh Production d’électricité en 2009 MWc Objectif à fin 2012 E© Tenesol n France, la filière photovoltaïque représente moins de 1 % de la production électrique nationale, mais MWc Objectif à fin 2020 ses potentialités, aussi bien énergé- tiques qu’économiques, sont fortes. Sur le plan énergétique, le pays s’est fixé un objectif de 5 400 MWc installés à fin emplois directs 2020. Cela permettra à la France de se dans la filière en 2009 rapprocher de pays voisins tels que l’Allemagne qui montre la voie à suivre. , milliard d’euros Chiffre d’affaires en 2009 3 FILIÈRE PhotovoLtaïquE Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  16. 16. FILIÈRE PHOTOVOLTAÏQUE Graph. n°1 Puissance totale cumulée installée en France en MWc (Métropole + Dom) Source : SOeS 2010 * juin 2010 : uniquement connecté au réseau , , , , , , , , , , , , , , , , , , 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 j 2010* Hors réseau Connecté au réseau La France rattrape son retard lés (250,3 MWc en métropole et 80,7 MWc Avant 2006, le photovoltaïque en France se dans les DOM). À la fin du 1er semestre limitait principalement aux applications 2010, le parc national (uniquement relatif professionnelles hors réseau électrique. Le aux installations connectées au réseau) marché annuel ne dépassait pas les 5 MWc était évalué à 510,9 MWc. La France compte et la filière n’était pas identifiée par les alors 82 629 installations photovoltaïques4 consommateurs comme une solution éner- réparties en quatre secteurs d’applications gétique pertinente pour eux. Avec l’arrivée distincts : de tarifs d’achat incitatifs et la mise en  les applications pour résidences indivi- place d’un crédit d’impôt de 50 % sur le duelles (≤ 3 kWc). En métropole, ce seg- prix des équipements, le secteur a connu ment représente 91 % du nombre des un décollage rapide de son marché. Les installations totales pour 44 % de la puis- installations de panneaux ont commencé sance. à prendre une nouvelle dynamique en 2007  Le segment des bâtiments collectifs et pour croître ensuite de manière quasi agricoles (de 3 à 120 kWc), environ 8 % du exponentielle. En 2009, le secteur a atteint une puissance cumulée de 331 MWc instal- Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  17. 17. FILIÈRE PHOTOVOLTAÏQUE parc métropolitain en nombre et 28 % de année de référence. Craignant l’apparition la puissance1. de pratiques abusives autour des tarifs  Le segment des bâtiments tertiaires et d’achat alors en vigueur, le gouvernement industriels (de 120 à 250 kWc), environ a annoncé en fin d’année 2009 une révision 0,5 % du parc métropolitain, a mis 10 % des tarifs d’achat pour le début de l’année de sa puissance. suivante. Cette annonce a engendré une  Le segment des centrales au sol (+ de course au dépôt de projets de la part des 250 kWc). Une cinquantaine sont dénom- développeurs souhaitant bénéficier des brées en France actuellement comptant anciens tarifs avant leur modification. pour 20 % de la puissance métropolitaine. L’officialisation des nouveaux tarifs d’achat Pour ce dernier type de sites, un appel d’of- s’est finalement faite en mars 2010, et s’est fres de 300 MWc a été lancé en avril 2009, accompagnée d’un effet rétroactif pour les avec pour objectif la concrétisation d’une installations mises en service après le des ambitions du Grenelle : doter chaque 15 janvier 2010. Région française d’une centrale solaire. Une nouvelle révision à la baisse des tarifs La progression récente du photovoltaïque d’achat est intervenue au mois d’août 2010 en France n’est pas surprenante au vu du avec effet au 1er septembre 2010. Une potentiel d’ensoleillement du pays. La baisse de 12 % en moyenne justifiée par la France lance son marché et rattrape le forte décroissance des marchés des prix retard pris sur ses voisins allemands ou des matériels photovoltaïques. espagnols (respectivement 9,8 GWc et Si les acteurs de la filière ont bien compris 3,5 GWc de puissance installée fin 2009). les raisons de ces modifications des condi- Pour la période de janvier à juin 2010, le tions d’achat de l’électricité, ils ont tous secteur a encore progressé de 209 MWc. fermement dénoncé la forme de la ré - Ces résultats laissent à penser que le pays forme : des actions réalisées sans concer- va atteindre ses objectifs plus rapidement tation qui ont jeté le trouble sur le marché. que prévu. Cette bonne nouvelle est pour- La réduction intervenue en septembre der- tant accueillie avec scepticisme par cer- nier et applicable dès le 1er octobre de 50 à tains acteurs. Va-t-on chercher à dépasser 25 % du crédit d’impôt pour les particuliers les objectifs de 2012 et 2020 qui ne seront en est un nouvel exemple. En 2011, ce taux alors que des points de passage pour déve- de 25 % sera réduit de 10 % pour passer à lopper plus avant le secteur ou le gouver- 23 %. Cette mesure, répondant à une vo-5 nement va-t-il freiner la croissance du pho- lonté plus générale du gouvernement de tovoltaïque considérant que les efforts réduction des niches fiscales, a touché le principaux ont été faits ? secteur des applications. Ce secteur jusque-là épargné par les remaniements des tarifs d’achat représente environ la 2010, L’année de moitié du marché français. La nouveLLe donne 1. Observ’ER a publié un atlas départemental des sites Le premier ingrédient nécessaire au déve- photovoltaïques de 100 kWc et plus dans Le Journal loppement d’un secteur réside dans la sta- du Photovoltaïque n° 4. bilité de son contexte et la visibilité qu’elle apporte. À cet égard, 2010 n’a pas été une Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  18. 18. FILIÈRE PHOTOVOLTAÏQUE Ces nombreux ajustements sur les poli- Les résultats de l’étude pour la France met- tiques de soutien à la filière photovol- tent en avant le coût important des taïque pourraient avoir des conséquences démarches administratives. Elles représen- importantes. Un ralentissement brutal des teraient ainsi près de 19 % du coût total commandes peut être envisagé, annonçant d’un projet photovoltaïque dans le cas une fin d’année 2010 morose. d’installations de petite taille (en moyenne 3 kWc), et 13 % pour les projets de taille moyenne (130 kWc). Autant d’effets qui se Les nouveaux tariFs d’achat répercutent en définitive sur le tarif Les nouveaux tarifs de la filière, en vigueur d’achat de la filière. à partir du 1er septembre 2010, sont présen- tés dans l’encadré suivant. Les tarifs En 2009, la production d’électricité photo- d’achat valables pour les huit premiers voltaïque a été de 215 GWh. Les principales mois de 2010 sont aussi présentés. Le sys- Régions sont Rhône-Alpes, Languedoc- tème français conserve sa spécificité qui Roussillon et Pays de la Loire qui représen- est de favoriser l’intégration au bâti. tent à elles trois plus de 53 % de la produc- tion des 22 Régions métropolitaines. Le programme européen PV Legal s’est pen- Il faut rappeler que, en plus du crédit d’im- ché sur la part dans les coûts de produc- pôt et du tarif d’achat, un peu plus de la tion moyen du kWh en Europe qui était moitié des Régions proposent des aides engendrée par les délais administratifs de financières aux particuliers et/ou aux ins- développement des sites de production. tallations collectives. Cela est un moyen de Tabl. n°1 Tarifs d’achat français Source : DGEC Jusqu’au 30 août 20 0 À partir du er tarifs Arrêté du janvier sept. 20 0 C€/kWh C€/kWh Résidentiel < 3 kWc 58 58 Résidentiel > 3 kWc 58 546 Intégré au bâti Enseignement 58 5 et santé autres 50 44 Intégration simplifiée tout bâtiment 42 37 Nord de la France 37,68 33, 2 Centrale au sol Sud de la France 3 ,4 27,6 DoM 40 35,2 Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  19. 19. FILIÈREPHOTOVOLTAÏQUECarte n°Cartographie du photovoltaïque en France en 2009.Source : SOeS 2010 , MWc , GWh , MWc , GWh , MWc , GWh , MWc , GWh , MWc , GWh , MWc , MWc , GWh , MWc , GWh , GWh , MWc , GWh , MWc , GWh , MWc , GWh , MWc , MWc , GWh , GWh Réunion , MWc , MWc , GWh , MWc , GWh , MWc , MWc , GWhGuyane , GWh , MWc , MWc , GWh , MWc , MWc Guadeloupe , GWh , GWh , MWc , MWc , GWh Martinique , MWc , GWh , MWcmieux promouvoir une filière dans des ter- gré son potentiel (au regard du nombre deritoires où la Région veut aider au dévelop- toits et de son pouvoir d’achat), a toujourspement d’un tissu industriel ou écono- été en fin de classement.mique existant. On peut citer l’Île-de-Francequi commence à voir son parc photovol-taïque s’étoffer alors que cette Région, mal- Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  20. 20. FILIÈRE PHOTOVOLTAÏQUE Près de 3 GWc de Puissance petite taille (3 kWc), 28 pour les installa- en attente de raccordement tions de taille moyenne. Dans le cas d’ins- Le relevé trimestriel de ERDF (Électricité tallation de grande taille (5 MWc), ce délai Réseau Distribution France) fait état de passe à 143 semaines. 2 953,3 MWc de puissance photovoltaïque en attente de raccordement à la date du 30 juin 2010. Il est difficile d’analyser ce chif- Une indUstrie française active fre, la fin de l’année 2009 s’étant illustrée mais qUi cherche sa place sUr par des dépôts de dossiers qui ne se réali- Un marché mondial seront jamais. L’étude de PV Legal estime Ce schéma illustre la chaîne de valeur de ainsi à 24 semaines le délai d’attente l’industrie du photovoltaïque en France. moyen en France pour les installations de Des sites de production de cellules ou modules aux installateurs en passant par Tabl. n°2 les bureaux d’études ou les entreprises de File d’attente Demande de raccordement génie civil, la mosaïque est large. photovoltaïque à fin juin 2010 Pour la technologie silicium cristallin, seul Sources : EDF SEI/ERDF l’historique Photowatt (fondé en 1979 et aujourd’hui filiale du groupe canadien ATS) Nb MWc peut être considéré comme un producteur IDF 3 542 27 intégré. La société produit des lingots de Manche / Mer du Nord 7 638 165 silicium qu’elle découpe en plaquettes Est 5 107 145 (wafers) pour réaliser ensuite ses propres Rhône-Alpes / Bourgogne 328 cellules qui seront encapsulées en modules. 15 297 Les autres entreprises présentes sur cette Méditerranée 9 103 852 technologie réalisent seulement des mo- Sud-Ouest 10 499 811 dules en encapsulant des cellules venant de Ouest 11 685 325 l’étranger. Auvergne / Centre / Sur la technologie couche mince amorphe, 5 557 300 Limousin on trouve Free Energy Europe (basé à Corse 885 227 Lens) qui a également une approche inté- DOM-COM 625 grée en produisant ses propres cellules 3 861 puis modules. Sur les autres technologies18 Tabl. n°3 Structuration de la filière photovoltaïque Source : Observ’ER AMONT AVAL Bureaux Silicium Wafers Cellules Modules Périphériques Ensembliers d’études Installations Exploitations 2 2 2 ≈ 20 ≈ 65 ≈ 22 ≈ 32 ≈ 6 000 ≈ 20 Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  21. 21. FILIÈREPHOTOVOLTAÏQUETabl. n°Nombre d’emplois directs dans le secteurSource : Ademe 2010 (e) (e) (e) (e) Fabrication des équipements Études et installations Total (e) : estiméTabl. n°Chiffre d’affaires du secteurSource : Ademe 2010 (e) (e) (e) (e) Fabrication des équipements Études et installations Total (e) : estimécouche mince, le site bordelais de l’Améri- l’installation des équipements sur le terri-cain Firstsolar sera le prochain acteur qui toire et aux activités d’ingénierie et d’ex-maîtrisera complètement la production de ploitation des futurs sites.ses cellules basées sur le Tellurure de cad-mium (CdTe). À juin 2010, la capacité fran-çaise totale de production de modules attei- Quelle place pour l’industriegnait les 574 MWc. française de demain ?Selon l’étude Ademe, les emplois directs En Allemagne et au Japon, le maintien d’undans la filière en 2009 ont doublé par système pérenne de soutien au marché etrapport à 2008, passant de 4 650 à 8 625. à la recherche a permis la créationConcernant le chiffre d’affaires, on l’estime d’acteurs industriels d’envergure. En 2008,à 1,38 milliard d’euros pour 2009. Sur la l’industrie photovoltaïque allemandequestion des emplois, le développement de employait 57 000 personnes pour unla filière sur la dynamique actuelle permet- chiffre d’affaires de 9,5 milliards d’euros.trait la création de 15 000 emplois supplé- Quelle place pour la France aujourd’hui etmentaires dès 2012. Ces emplois seraient surtout demain dans ce paysage trèspour partie liés à la mise en service de nou-veaux projets industriels, aux métiers de Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  22. 22. FILIÈRE PHOTOVOLTAÏQUE concurrentiel ? Le pays restera-t-il juste un autour de pôles de compétitivité et de con- marché final pour les industriels étrangers sortium au sein desquels se regroupent de ou se donnera-t-il les moyens de jouer un nombreux acteurs institutionnels ou des rôle industriel ? entreprises : l’Ademe, l’INES, l’IRDEP, le CEA, La France est aujourd’hui à un carrefour le CNRS, Cap Énergie, Tennerdis, EDF EnR, quant à son avenir industriel sur la filière. Photowatt… Le pays a bien des atouts en main (indus- De manière générale, les efforts de recher- trie, recherche, réseau d’installateurs, che français sont orientés vers l’innovation attentes des citoyens), mais des choix doi- technologique, avec deux idées précises : vent être faits pour aller chercher une l’augmentation des performances des ma- place plus prépondérante dans l’industrie tériels et la réduction des coûts de produc- du secteur. tion. Mais, derrière ces deux lignes direc- La concurrence des matériels chinois, qui trices, deux stratégies pour l’avenir se se font dans des conditions de coût du tra- distinguent. vail et de subventions publiques aux entre- La première est le dépôt de brevets pour se prises impossibles à reproduire en Europe, démarquer de l’offre asiatique la plus cou- laisse peu de place aux acteurs français. rante. L’objectif est de proposer une qua- Les tickets d’entrée sur les deux principales lité de rendement, de finition et de fiabilité technologies utilisées aujourd’hui (silicium qui identifie un certain matériel français et cristallin et les couches minces2) se chif- lui ouvre, au moins au niveau national, des frent en centaines de millions d’euros pour créneaux de marché. Cela concerne les développer des sites de production, ce qui modules, mais également tous les autres réduit de fait les candidats. Pour sortir de éléments de la chaîne photovoltaïque (les cette situation, les efforts de R&D pour- 2. Dépôt de silicium amorphe (Sia), de Tellurure de raient représenter la meilleure planche de cadmium (CdTe) ou de disélénium de cuivre Indium salut. L’activité de la recherche française (CIS) sur un substrat principalement de verre. en matière d’énergie solaire est clairement l’un des points forts du pays. Elle s’articule Qu’est-ce que le watt-crête ?20 Le watt-crête (Wc ou Wp de l’anglais Watt-peak) est l’unité de mesure utilisée pour la filière photovoltaïque. Elle désigne la puissance maximale d’une installation pouvant être fournie dans des conditions standard d’utilisation :  Un ensoleillement de 1 000 W/m2.  Une température des panneaux de 25 °C.  Une répartition spectrale du rayonnement dit AM 1.5, correspondant au rayonnement solaire parvenant au sol après avoir traversé une atmosphère de masse 1 kg à 45 °C. Si la température est plus élevée que 25 °C, il faut compter une perte de rendement de 0,4 % par degré. Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  23. 23. FILIÈREPHOTOVOLTAÏQUEonduleurs, les connectiques, etc.). La ché, se sont créés des consortiums commeseconde stratégie est encore plus ambi- PV Alliance (filiale commune à EDF EnR,tieuse, miser sur la rupture technologique Photowatt International et le CEA) qui apour se placer d’ores et déjà sur les cré- pour objectif le développement puis la pro-neaux de demain. Cette posture est notam- duction de cellules photovoltaïques à hautment celle d’Apollon Solar qui travaille à rendement (silicium cristallin), via unel’élaboration d’un nouveau procédé indus- ligne de production pilote, appelée Lab-triel d’encapsulation des cellules en Fab. Le but est de valider et qualifier lesmodules (le procédé NICE). procédés ou technologies issus de la R&DPour aider ces projets et faciliter le passage et les roder avant le stade de la productiondes laboratoires de recherche vers le mar- industrielle.  Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France Retour au sommaire
  24. 24. CHIFFRES CLÉS 25 557 MW Puissance installée fin 2009 61 644 GWh Production d’électricité en 2009 87,1 % Part dans la production électrique renouvelable française en 2009© Didier Marc P lus de 150 ans après ses premiers développements,l’hydroélectricité constitueladeuxièmesourcedeproduc- +3 000 MW Objectif à fin 2020 tionélectriqueenFrance.L’exploitation decetteforcemotriceaeuunrôleimpor- tant de développement économique pourlepays1,elleaaujourd’huiunenou- velleactiondanslaluttecontrel’effetde 10 425 emplois dans la filière fin 2009 serre. Cette filière, après avoir long- tempseul’imaged’unsecteurquin’évo- luaitplus,vaêtreappeléeàconnaître unenouvelledynamiquedecroissance : d’icià2020,3 000 MWsupplémentaires 3,12 milliardsd’euros Chiffre d’affaires dans la filière en 2009 22 sontattenduspouruneproductionélec- triqueadditionnellede3 TWhparan. 1. Au début des années 1960, plus de 50 % de l’élec- tricité produite en France était d’origine hydraulique. Filière hydraulique Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  25. 25. FILIÈREHYDRAULIQUECarte n°Cartographie de la puissance installée et de la production pour l’année 2009 par Région.Source : SOeS 2010 (chiffres incluant le site de la Rance mais hors centrale de pompage) , MW 0 MW 1 GWh MW 0 MW 0 GWh MW 0 MW 0 GWh MW 13 MW MW 48 GWh MW MW 0 MW MW 0 MW 808 MW 245 GWh 255 MW 43 GWh 819 GWh 558 GWh MW 1 407 MW 7 448 GWh MW 0 MW MW 112 GWh 72 MW MW 94 GWh MW 26 MW 520 MW 92 GWh 568 GWh MW DOM 0 MW MW , MW 0 GWh MW 916 GWh 1 081 MW 1 587 GWh 913 MW 1 361 GWh MW 10 107 MW 24 538 GWh MW 365 MW 1 676 GWh MW 4 132 MW MW 9 322 GWh 3 078 MW MW 10 386 GWh 566 MW 2 120 GWh MW Petite hydraulique ( MW) 133 MW Grande hydraulique ( 10 MW) 481 GWh Production annuelle totaleUne énergie soUple qUi à l’étranger, c’est l’hydroélectricité. Le paysse développe dans Un cadre a été l’un des berceaux européens de sonréglementaire strict développement industriel pour, aujourd’hui,S’il est bien une filière renouvelable pourlaquelle le savoir-faire français est reconnu Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  26. 26. FILIÈRE HYDRAULIQUE Qui exploite quoi en France En France c’est la loi de 1919 qui régit le droit de turbiner les cours d’eau. L’énergie issue de ce turbinage appartient à l’État qui la met à la disposition d’un exploitant. Deux régimes principaux régissent le droit de turbinage. Pour les installations dont la puissance ne dépasse pas 4,5 MW s’applique un régime dit “d’autorisation”, pour les installations supérieures à 4,5 MW on parle de régime par “concession”. Alors que l’autorisation est attribuée définitivement, la concession est généralement donnée pour une durée de 75 ans. Chiffres 2008 edF GdF Suez autres Total Sous autorisation Nombre 78 0 1 500 1 578 (de 0 à 4,5 MW) Puissance totale (MW) 120 0 1 500 1 620 Sous concession 100 MW (nombre) 276 34 30 340 ( 4,5 MW) 100 MW (nombre) 46 13 0 59 Total (nombre) 322 47 30 399 Total (MW) 20 000 3 700 100 23 800 Source : DGEC être représenté par des acteurs leaders mon- mite la petite de la grande hydraulique. diaux, que ce soit pour la fabrication de tur- Loin de s’exclure, ces deux catégories d’ins- bines ou l’exploitation de sites. tallation sont complémentaires à bien des Le territoire français compte 25 557 MW de égards. Si les grands barrages font l’essen- puissance, mais celle-ci étant déterminée tiel de la production électrique de la filière par l’hydrographie et le relief, les sites sont qui sera distribuée par le réseau national essentiellement localisés sur deux zones de transport du courant, les petites cen- géographiques : les Alpes et les Pyrénées. trales, très décentralisées, sont plus Ainsi, les seules Régions Midi-Pyrénées et proches des consommateurs. Souvent24 Rhône-Alpes représentent plus de 58 % de la situées dans des zones rurales, elle peu- capacité totale du pays. En termes de pro- vent participer à les désenclaver économi- duction, le secteur a produit 61 644 GWh en quement et évitent le transport de l’électri- 2009, ce qui représente 11,4 % de la produc- cité sur de grandes distances, ce qui tion totale française et 87,1 % de la produc- contribue à limiter les pertes sur le réseau. tion électrique d’origine renouvelable. Le parc hydraulique français bouge peu depuis plusieurs années. Dans la grande Dans la filière hydraulique, il est de cou- hydraulique, les sites potentiels étant tous tume de distinguer les installations en exploités, il n’y a que dans la rénovation des fonction de leur puissance. En la matière, c’est le seuil de 10 MW qui, en Europe, déli- Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  27. 27. FILIÈRE HYDRAULIQUE centrales que les évolutions du parc peu- chaque renouvellement de concession, les vent être observées. Depuis 2006, la petite règlements d’eau tiennent aujourd’hui hydraulique a également très peu évolué. compte de normes environnementales Une enquête d’Observ’ER en 2010 auprès dont les plus importantes ont moins de dix des DREAL2 du territoire métropolitain ans : directive-cadre européenne sur l’eau, concernant les demandes de permis de schémas directeurs d’aménagement et de construire pour la filière a identifié un mou- gestion des eaux (SDAGE), règlement euro- vement de l’ordre de 5 à 10 MW en 2009. péen sur la restauration de l’anguille. Ces chiffres de croissance sont distincts de Au cours des quinze dernières années, plus ceux affichés par ERDF concernant la file de 800 passes à poissons ont été réalisées d’attente des sites pour une connexion au en France. Toujours pour respecter la conti- réseau (131 sites pour 96,4 MW). Ces don- nuité de la rivière et la régulation de sa nées ne renvoient pas à de nouvelles faune et de sa flore, un débit réservé doit constructions mais, plus largement, aux être conservé au minimum à hauteur d’un centrales ayant des contrats d’achat se ter- dixième du débit moyen annuel du cours minant en 2012 et qui doivent faire une d’eau. Enfin, la conception et la gestion des nouvelle demande de raccordement. Les ouvrages sont étudiées pour favoriser le délais étant très longs, certains s’y pren- passage des sables, graviers ou galets qui nent dès maintenant. constituent le lit des rivières. le respect de la continUité Un rôle important dans de la rivière l’éqUilibre dU réseaU électriqUe Au cours des dernières années, la recherche L’électricité ne peut pas se stocker et le dun nouvel équilibre entre intérêts énergé- réseau doit sans cesse s’assurer que la tiques, économiques et environnementaux consommation, dont les variations à la a été au cœur des débats sur la réglementa- hausse comme à la baisse peuvent être aussi tion de l’exploitation de la force motrice brutales que rapides, est couverte par une des cours d’eau. Plusieurs textes encadrent production équivalente. Sur ce plan, l’hydro- l’exploitation des sites hydroélectriques électricité présente un atout de poids en sur la gestion des débits réservés, les dispo- ayant une bonne part de ses installations qui sitifs de franchissement des cours d’eau, les peuvent moduler rapidement le courant254 procédures d’instruction de nouveaux dos- qu’elles délivrent. En effet, alors que les ins- siers, etc. Il y a donc un cadre réglementaire tallations au fil de l’eau fonctionnent de strict qui garantit que les sites ne pertur- façon régulière et produisent de l’ordre de bent pas la continuité de la vie animale et 37 TWh par an, les stations de pompage-tur- végétale des cours d’eau. binage et les barrages de lac jouent un rôle Chaque exploitant de chute est tenu de res- actif dans la gestion de l’équilibre entre l’of- pecter un “règlement d’eau” tenant compte fre et la demande et permettent de produire des contraintes locales liées à la navigation, 2. Direction régionale de l’environnement, de l’amé- la protection contre les inondations, la salu- nagement et du logement. brité publique, l’irrigation, la vie aquatique, les paysages, le tourisme… Mis à jour à Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  28. 28. FILIÈREHYDRAULIQUE33 TWh modulables. Par exemple, la chaîne Carte n°des 33 barrages électriques installés sur la Potentiel hydroélectrique par bassinDurance permet de mobiliser 2 000 MW en hydrographiquevingt minutes lors d’une pointe de consom- Source : MEEDDAT 2008mation sur le réseau. Globalement, ce sonten France 5 000 MW qui peuvent être rapide- Artois-Picardiement utilisables en quelques minutes alors MW , TWh Rhin-qu’il faut de 7 à 11 heures pour des centrales Meusethermiques (gaz ou charbon). MW , TWh Seine-Les perspectives Normandiede déveLoppement Loire- MW Bretagne , TWhIl est difficile d’imaginer que la France MWpuisse remplir ses objectifs en termes de , TWhproduction d’électricité renouvelable d’icià 2020, sans compter sur la première de sesressources. Plusieurs études se sont pen- Rhône-chées sur les potentiels encore exploita- Méditerranéebles des bassins hydrographiques dont les Adour- MW Garonne , TWhplus récentes sont celles réalisées parl’Ademe et les agences de l’eau3. La carte MW , TWhsuivante présente les différents potentielsidentifiés en fonction de leur caractèremobilisable. Sur les 50 TWh identifiés, Potentiel non ou très Corse difficilement mobilisable MW8 TWh sont mobilisables sans contraintes , TWh Potentiel mobilisableet 14 autres avec des contraintes réglemen- sans contraintes ou soustaires. La seule optimisation des sites exis- conditions réglementairestants représenterait un gain de 2 TWh. strictesLe plan de relance de la filière consécutif Potentiel lié à l’équipement et l’optimisationaux discussions menées lors du Grenelle del’environnement a mis en avant deux axesprincipaux de développement : la création de nouvelles installations pour 3. Études faites dans le cadre de l’élaboration des l’essentiel au fil de l’eau. La petite hydrau- schémas directeurs d’aménagement de gestion des eaux (SDAGE). lique dispose d’une réserve de développe- 4. Le remplacement d’une ancienne turbine par une ment comprise entre 2 et 3 TWh. Ce poten- plus moderne sans que cela affecte les infrastructures tiel est essentiellement localisé dans les et en conservant le maximum d’éléments existants. Pour le moment, ces projets de reconception ne sont Alpes et le Sud-Ouest de la France ; rentables que sur les installations de grande la modernisation des installations exis- hydraulique, car ils nécessitent des études spécifiques coûteuses. tantes, notamment à travers ce que l’on appelle la reconception4.Globalement, le Comité opérationnel sur Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  29. 29. FILIÈRE HYDRAULIQUE Tabl. n°1 Les premières concessions remises en jeu Source : DGEC Nom de la concession Cours d’eau département Puissance Fin de exploitant (MW) concession Sautet-Corderac le drac 38/05 110 déc. 2011 edF Moret lac Mort Grand-rif et 38 20 Fév. 2012 edF affluents Nestes de lassoula/ Caillaouas 65 56 avril 2012 Shem Tramezaygues Clarabide et lapes Brommat la Truyère 12/15 497 déc. 2012 edF Sarrans la Truyère 12/15 203 déc. 2012 edF haute-dordogne la dordogne 15/19/63 470 déc. 2012 edF le Gave Vallée d’Ossau d’Ossau et 64/65 274 déc. 2012 Shem affluents le Gave Geteu 64/65 13 déc. 2012 Shem d’Ossau le Gave Castet 64/65 2 déc. 2012 Shem d’Ossau rophemel la rance 22 6 déc. 2012 Shem Thuès la Têt 66 8 déc. 2012 Shem Olette la Têt 66 11 déc. 2012 Shem Cassagne et la Têt 66 19 déc. 2012 Shem Fontpedrouse Bissorte l’arc 73 883 déc. 2014 edF les énergies renouvelables du Grenelle pré- des concessions qui arrivent à échéance.27 voyait une production supplémentaire de Aujourd’hui, 95 % du parc national est sous 7 TWh pour 2020 ; la programmation pluri - le régime de la concession (voir encadré annuelle des installations de production page 24). À l’échéance des 75 années de l’at- de 2009 a réduit cet objectif à 3 TWh. tribution, c’est à l’État que revient le droit de décider de son renouvellement. Jusqu’à Le renouveLLement présent, le renouvellement était automa- des concessions comme tique avec un “droit de préférence” pour le aiguiLLon à La fiLière titulaire en place. À la suite d’une interven- Une autre possibilité pour le développe- tion de la Commission européenne, qui ment de la puissance hydraulique en France va s’ouvrir avec le renouvellement Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  30. 30. FILIÈRE HYDRAULIQUE considérait cette pratique comme une positions économiques et financières entrave à la libéralisation du marché, et du faites à l’État. En d’autres termes, il faudra fait qu’EDF soit passé du statut d’orga- améliorer la production, en puissance nisme public à celui de société anonyme, la installée et en énergie fournie, afin de donne a changé. Dorénavant, c’est une pro- contribuer à l’objectif de porter la part des cédure de mise en concurrence qui devra énergies renouvelables à 23 % de la être suivie pour tout renouvellement de consommation nationale d’énergie finale concession. Après le traitement de sites de en 2020. toute petite puissance, les choses sérieuses commenceront prochainement avec un ensemble de centrales totalisant 2 700 MW des acteUrs indUstriels dont les concessions arrivent à échéance nationaUx présents à chaqUe entre 2012 et 2014. Dans ce contexte, l’État échelon dU secteUr a jugé judicieux et plus efficace de regrou- Les acteurs français sont très présents tout per au sein d’un unique appel d’offres les au long de la chaîne d’activité de la filière concessions situées sur un même cours hydroélectrique. Côté amont et fabrication d’eau, quitte à devancer la date de renou- de turbines, le leader mondial en la matière vellement de certaines d’entres elles5. est Alstom Power Hydro. Bien qu’une Ainsi, d’ici à 2014, c’est une puissance équi- grande partie de sa production ait été délo- valente à 5 300 MW, soit plus de 20 % du calisée au cours des années passées, son parc national, qui pourrait changer de site grenoblois emploie encore 450 per- mains. Les concessions échues entre 2015 sonnes dans la RD, les études et l’ingénie- et 2025 formeront ensuite un deuxième lot rie. Parmi les autres acteurs opérant en de 6 000 MW. France, ont peut citer Bouvier hydro qui fait aujourd’hui partie du groupe autri- Les offres seront jugées selon trois cri- chien VA Tech ou Mecamidi spécialisé dans tères6 : l’efficacité énergétique de l’exploi- 5. Moyennant indemnisation pour l’exploitant. tation, la gestion de la ressource en eau 6. La procédure de mise en concurrence est décrite (environnement, sécurité, santé) et les pro- dans un décret du 26 septembre 2008. Tabl. n°2 Structuration de la filière hydraulique française28 Source : Observ’ER aMONT aVal Fabricants Fournisseurs de Fabricants B.e. techniques Génie de turbine matériel électrique de conduites et conseils civil exploitants spécifique forcées ≈ 1 700 ≈ 15 ≈ 10 ≈5 ≈ 30 ≈ 10 dont seulement une dizaine de grande taille Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  31. 31. FILIÈREHYDRAULIQUEles turbines de moins de 30 MW. L’ensem- tations d’équipements ont représentéble du secteur d’activité de la conception 67,3 millions d’euros en 2008. Cette mêmeet fabrication de turbines en France est étude estime à 1 620 le nombre d’emploisévalué à environ 413 millions d’euros en liés à cet activité d’export, se répartissant2009. entre les emplois dans le génie civil 64 %, laPlus en aval de la filière, plusieurs bureaux fabrication d’équipements 22 %, et lesd’études ont exporté le savoir-faire fran- bureaux d’études 14 %.çais à l’étranger. C’est notamment le cas deSogreah (Société grenobloise détudes et Concernant l’activité d’exploitation desd’applications hydrauliques créée en 1955) sites, qu’il s’agisse de la grande ou de laqui représente environ 1 000 salariés et un petite hydraulique, il est plus difficile de lachiffre d’affaires de 10 M€ dont 20 % dans cerner en termes de chiffre. Aujourd’hui, onl’hydraulique. dénombre une dizaine de gros exploitantsAvec sa chaîne industrielle complète, la dont le principal est EDF. On peut égale-France se situe comme un acteur impor- ment citer la CNR ou la SHEM (anciennetant de l’hydraulique au niveau mondial. filiale de la SNCF et aujourd’hui dans leSelon une étude de l’Ademe, les expor- giron de GDF-Suez). À côté de ces grandesTabl. n°Nombre d’emplois directs dans le secteur de l’hydroélectricité en France en 2009Source : Ademe 2010 (e) (e) (e) (e) Fabrication, ingénierie et RD Exploitation des sites Total (e) : estiméTabl. n°Chiffres d’affaires du secteurSource : Ademe 2010 (e) (e) (e) (e) Fabrication des équipements Études et installation Total (e) : estimé Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  32. 32. FILIÈRE HYDRAULIQUE entreprises existe une multitude de petits (ONEMA) et l’Ademe fin 2008. D’un montant producteurs qui, souvent, n’exploitent de 5 millions d’euros, ce programme de qu’une seule centrale. L’Ademe évalue à recherche porte sur les possibilités de fran- 8 300 le nombre d’emplois liés à la produc- chissement des ouvrages par les jeunes tion d’énergie hydraulique pour un chiffre anguilles, l’impact des ouvrages lors de la d’affaires de 2,7 milliards d’euros. migration des anguilles adultes, les tech- niques permettant de réduire cet impact, la prédiction des pics de migration ou réhabilitation et environnement encore l’acquisition de techniques de aU cœUr des recherches monitoring innovantes. Dans le bassin grenoblois, plusieurs pro- grammes de recherche labellisés par le pôle de compétitivité Tennerdis visent à différentes technologies trouver des solutions de réhabilitation et adaptées à toUs les types de reconception pour des installations de de coUrs d’eaU grande hydraulique vieillissantes. Objectif : Il existe 4 différentes technologies d’hydro- augmenter le rendement et la production électricité pour pouvoir répondre aux mul- en ne modifiant pas l’environnement. Plu- tiples caractéristiques géographiques des sieurs partenaires travaillent en synergie, cours d’eau. comme EDF-CIH, INP Grenoble, CNR, So- greah ou encore Alstom Hydro qui possède Les centraLes de Lac l’un des plus grands centres de RD sur Ces centrales exploitent une retenue d’eau l’hydroélectricité à Grenoble. Face aux créée par un barrage. Une fois libérés, les diminutions de stock d’anguilles dans les flux sont acheminés vers des turbines rivières, des producteurs d’électricité (EDF, situées en aval du barrage. Cette technolo- GDF-Suez, Shem, CNR, France-Hydroélectri- gie est très réactive et souvent utilisée en cité) ont signé un accord-cadre avec l’Office période de pointe de consommation. national de l’eau et des milieux aquatiques La capacité installée de ces ouvrages est de Tarifs d’achat hydraulique30 Le dernier arrêté fixant les tarifs d’achat de l’électricité hydraulique par les installations de moins de 12 MW est daté du 1er mars 2007. Il fixe l’achat à 6,07 c€/kWh, auxquels s’ajoutent des primes comprises entre 0,5 c€ et 2,5 c€ pour les petites installations et une prime à la régularité de la production. Mais cet arrêté ne fixe plus de période de temps, contrairement aux contrats signés en 1997 qui étaient alors sur une durée de 15 ans, et ceux signés en 2001, qui l’étaient pour une durée de 20 ans. En 2012, les contrats dits 97 arriveront donc à échéance, et les concessionnaires devront alors demander un nouveau contrat d’achat, ou vendre leur kilowattheure sur le marché libre. Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France
  33. 33. FILIÈREHYDRAULIQUEGraph. n°1 Les centraLes d’écLuséeRépartition du parc français Cette technologie se situe entre les deuxpar type de site décrites précédemment. Sa caractéristiqueSources : France-hydroélectricité / ERDF est d’avoir un réservoir en amont d’une taille intermédiaire qui permet de stocker Centrales Centrales une partie des flux d’eau selon les cycles d’éclusée de lac journaliers. Aux heures les moins chargées en consommation de la journée, ces cen- trales stockent des réserves d’eau pour pouvoir les libérer au moment de pointe. Ici, les périodes d’accumulation sont rela- tivement courtes (de l’ordre de deux semaines). Les centrales d’éclusée repré- sentent 4 200 MW pour environ 150 instal- STEP lations. Centrales Les stations de transfert au fil de l’eau d’énergie par pompage (step) Le principe de ces centrales est de pomper l’eau d’un bassin inférieur lors des heures9 000 MW répartie sur une centaine de sites creuses de consommation pour ensuite laen France. turbiner lors de périodes de pointe. Il y a 4 500 MW de puissance relative à cetteLes centraLes au fiL de L’eau technologie répartie sur une dizaine deComme leur nom l’indique, ces sites sites. L’électricité produite par ces installa-hydrauliques ne disposent pas de possibi- tions n’est pas considérée comme renouve-lité de stockage de l’eau en amont. La pro- lable dans la mesure où la remontée deduction se fait en continu en suivant le l’eau préalable au turbinage consomme dedébit du cours d’eau. Cette technologie l’électricité du réseau donc essentielle-n’est pas aussi aisément mobilisable que ment nucléaire. Le pompage-turbinageles centrales de lac et l’on considère que la peut également se faire entre deux éner-moitié des 7 600 MW en service sont garan- gies renouvelables. Notamment quand latis au cours de l’année. Ces centrales sont production éolienne est excédentaire et vales plus importantes, on en dénombre envi- servir au pompage pour l’alimentation desron 2 000 dont une grande partie (85 %) réserves hydrauliques. Cette piste estsont des sites de petite puissance (moins notamment développée chez nos voisinsde 10 MW). suisses.  Observ’ER Le Baromètre 2010 des énergies renouvelables électriques en France Retour au sommaire

×