Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×
Édition                                         France,   2011                                           portrait socialVu...
Fiches thématiques1. Économie générale1.1 - Environnement macroéconomique                      1921.2 - Opinion des ménage...
6. Cadrage européen6.1 - Démographie                         2646.2 - Éducation                           2666.3 - Emploi ...
Redémarrage de l’économie et repli modéré du chômage                                                                      ...
Néanmoins, dans certains domaines concernant directement la situation des ménages,une information est déjà disponible pour...
Relativement au PIB, les évolutions de l’emploi paraissent particulièrement favorablesdepuis 2008. Habituellement, l’emplo...
3. Taux de recours à l’intérim dans les secteurs marchands non agricoles     données CVS, en %432                         ...
3. Taux de recours à l’intérim dans les secteurs marchands non agricoles     données CVS, en %432                         ...
Le taux d’emploi en CDI continue de baisser en 2010    Les formes d’emploi les plus flexibles (l’intérim et les contrats à...
l’intérim. Entre la fin 2009 et la mi-2011, le taux de chômage des jeunes perd ainsi 1,8 point.      eAu 2 trimestre 2011,...
5. Évolution de l’indice des prix à la consommation       glissement annuel, en %  4  3  2   1  0–1 janv-04               ...
6. Salaires et emploi salarié marchand      évolution annuelle moyenne, en %  4  3  2  1  0–1                             ...
Le pouvoir d’achat par unité de consommation progresse légèrement en 2010     Le revenu disponible brut (RDB) des ménages ...
e                                                                             eraprès + 1,4 % au 2 semestre 2010, du fait ...
Pour aller plus loinEmploi• Le repli de l’emploi pendant la crise est relativement limité au regard de la chute de l’activ...
De 55 à 65 millions d’habitants :         pourquoi la population a-t-elle augmenté plus vite               en France que d...
des trois autres pays européens les plus peuplés : 3 millions en trente ans pour la population           2allemande , 4 mi...
2. Évolution des indices conjoncturels                                            nombre d’enfants par femme   de fécondit...
... mais pas l’ampleur de la croissance de la population française    Si le niveau de la fécondité française peut explique...
entre 1980 et 2010 s’est traduite par une augmentation de la population française de3,1 millions de personnes au bout de t...
4. Décomposition de la croissance démographique de la France entre 1981 et 2011                                           ...
5. Effet des différents facteurs sur la croissance démographique depuis 1981       a. effet des variations de fécondité, d...
Pour aller plus loinFécondité• Près de 10 % des femmes nées entre 1945 et 1953 et 14 % des hommes nés entre 1943 et 1951 n...
Les immigrés, les descendants d’immigrés et leurs enfants                                         Pascale Breuil-Genier, C...
la France comptait plus d’un million d’immigrés originaires d’Espagne ou d’Italie. Leurnombre a diminué de près de la moit...
3,1 millions de personnes de 18 à 50 ans nées en France métropolitaine ontau moins un parent immigré     Les immigrés ont ...
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
France portrait social edition 2011_insee
Prochain SlideShare
Chargement dans... 5
×

France portrait social edition 2011_insee

9,921

Published on

« France, portrait social » est un ouvrage de référence pour mieux connaître la société française.

La collection Insee Références propose un état des lieux périodique des grandes questions économiques et sociales. Les données et les commentaires se fondent sur les sources et les méthodes d'analyse de la statistique publique.

http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/sommaire.asp?codesage=FPORSOC11&nivgeo=0

Published in: Actualités & Politique
0 commentaires
1 mention J'aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Total des vues
9,921
Sur Slideshare
0
À partir des ajouts
0
Nombre d'ajouts
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
26
Commentaires
0
J'aime
1
Ajouts 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "France portrait social edition 2011_insee"

  1. 1. Édition France, 2011 portrait socialVue d’ensemblePremier bilan 2010-2011Redémarrage de l’économie et repli modéré du chômage 11Portrait de la populationDe 55 à 65 millions d’habitants : pourquoi la population a-t-elle augmenté plus vite en France que dans les pays voisins ? 25Les immigrés, les descendants d’immigrés et leurs enfants 33Diplômes et insertion professionnelle 41Salaires et niveaux de vieLes écarts de revenu salarial entre personnes s’expliquent au premier chef par des différences de durée d’emploi sur l’année 53Les inégalités de niveau de vie sont plus fortes parmi les chômeurs 77La redistribution : état des lieux en 2010 et évolution depuis vingt ans 87Conditions de vieSatisfaction dans la vie : les personnes se donnent 7 sur 10 en moyenne 105Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille 119Vivre à domicile ou en institution : effets d’âge, de santé, mais aussi d’entourage familial 125DossiersL’évolution du nombre d’élèves en difficulté face à l’écrit depuis une dizaine d’années 137Les politiques d’accès à l’emploi en faveur des jeunes : qualifier et accompagner 153Les conditions d’habitat des enfants : poids des structures familiales et de la taille des fratries 173
  2. 2. Fiches thématiques1. Économie générale1.1 - Environnement macroéconomique 1921.2 - Opinion des ménages sur la situation économique 1942. Population, éducation2.1 - Démographie 1982.2 - Ménages et familles 2002.3 - Population immigrée 2022.4 - Parité entre hommes et femmes 2042.5 - Population scolaire et universitaire 2062.6 - Diplômes 2082.7 - Dépenses déducation 2102.8 - Recherche et développement 2123. Travail, emploi3.1 - Formation et emploi 2163.2 - Population active 2183.3 - Emploi 2203.4 - Chômage 2223.5 - Politiques du marché du travail 2243.6 - Durée et conditions de travail 2264. Salaires, niveaux de vie4.1 - Salaires du secteur privé et semi-public 2304.2 - Salaires de la fonction publique 2324.3 - Revenu disponible et pouvoir d’achat des ménages 2344.4 - Niveaux de vie 2364.5 - Pauvreté monétaire 2384.6 - Protection sociale 2404.7 - Consommation et épargne des ménages 2425. Conditions de vie5.1 - Logement 2465.2 - Dépenses de logement 2485.3 - État de santé de la population 2505.4 - Dépenses de santé 2525.5 - Culture et loisirs 2545.6 - Vie sociale et vie publique 2565.7 - Insécurité, délinquance 2585.8 - Justice 260
  3. 3. 6. Cadrage européen6.1 - Démographie 2646.2 - Éducation 2666.3 - Emploi et chômage 2686.4 - Salaires et revenus 2706.5 - Protection sociale 2726.6 - Consommation et conditions de vie 274AnnexesIndicateurs d’inégalités sociales 279Chronologie 285Organismes cités dans l’ouvrage 299Liste des dossiers antérieurs 301
  4. 4. Redémarrage de l’économie et repli modéré du chômage Étienne Debauche, Nathan Rémila*Il faut du temps au système statistique pour disposer d’une information suffisamment richepour permettre de réaliser des analyses détaillées sur les évolutions de la société françaisedans toute sa diversité. En revanche, même s’ils peuvent être révisés, les grands indicateursmacroéconomiques sont disponibles plus rapidement, en particulier ceux qui ont trait à lasituation du marché du travail et au revenu des ménages considérés dans leur ensemble.En 2010, l’économie française redémarre et soutient les créations d’emploi. En Francemétropolitaine, 138 000 emplois salariés sont créés sur l’ensemble de l’année (dont les deuxtiers en intérim) et le taux de chômage recule de 9,6 % fin 2009 à 9,3 % fin 2010. La repriseest toutefois modérée puisque, mi-2011, l’activité n’a pas encore retrouvé son niveau dedébut 2008 et le taux de chômage reste très supérieur à celui d’avant la crise (9,1 % contre7,2 % début 2008 en France métropolitaine).Après un recul très inhabituel des prix en 2009, qui avait soutenu l’évolution des salairesréels et du pouvoir d’achat des ménages, l’inflation redevient positive en 2010. Dans cecontexte, les salaires réels ralentissent nettement et le pouvoir d’achat par unité de consom-mation est quasi stable. La confiance des ménages reste à un niveau très bas. Il faut du temps au système statistique pour disposer d’une information suffisamment richepour permettre de réaliser des analyses détaillées sur les évolutions de la société française dutype de celles présentées dans la suite de cet ouvrage. Deux ans en moyenne sont nécessaires 1pour mener à leur terme l’exploitation détaillée des enquêtes structurelles et des fichiersadministratifs individuels. Par exemple, les deux sources annuelles de référence sur lesrevenus et les conditions de vie des ménages, l’enquête sur les revenus fiscaux et sociaux(ERFS) et le dispositif statistique sur les ressources et les conditions de vie des ménages (SRCV),qui exploitent toutes deux les données fiscales, délivrent mi-2011 (au moment de la rédactionde cette édition) l’ensemble de leurs informations détaillées jusqu’en 2009. Repères En moyenne en 2010, en France métropolitaine : • 70,5 % des personnes âgées de 15 à 64 ans sont acti ves, 63,8 % sont en emploi. voir fiches 3.2 Le sous-emploi concerne plus d’1,5 million de personnes. et 3.3 • Le taux de chômage est de 9,4 %. 819 000 personnes souhaitent travailler mais ne sont pas comptées comme étant au chômage en fin d’année (« halo » du chômage). voir fiche 3.4 • En 2010, le taux de chômage est de 9,7 % dans l’Union européenne. Il dépasse les 15,0 % en Espagne et dans les pa ys Baltes. voir fiche 6.3 • Les dépenses pour les politiques du marché du travail représentent 2,4 % du PIB en 2009. voir fiche 3.5* Étienne Debauche, Nathan Rémila, Insee.1. « Les principales étapes d’une enquête auprès des ménages », Courrier des statistiques n° 126, janvier-avril 2009.Vue d’ensemble - Premier bilan 2010-2011 11
  5. 5. Néanmoins, dans certains domaines concernant directement la situation des ménages,une information est déjà disponible pour 2010 ou même début 2011. L’enquête Emploi encontinu, les indicateurs conjoncturels ou les données agrégées des comptes nationauxdélivrent rapidement des informations sur la situation sur le marché du travail et les évolutionsglobales des salaires, des prix et du revenu des ménages. Ces informations agrégées dessinentun premier état des lieux des évolutions sociales en cours, que permettront d’analyser ensuite plusfinement les enquêtes et fichiers administratifs détaillés en cours de collecte ou d’exploitation.2010 : l’activité repart … En 2010, l’économie française renoue avec la croissance : le produit intérieur brut (PIB)progresse de 1,5 %, après un repli historique de 2,7 % en 2009, et un recul de 0,1 % en 2008. erSur la première moitié de 2011, la croissance est modérée : très dynamique au 1 trimestre e(+ 0,9 %), elle est nulle au 2 trimestre (+ 0,0 %). La reprise apparaît modeste au regard ducreux que l’économie a traversé : mi-2011, l’activité n’a pas encore retrouvé son niveau dedébut 2008, avant la crise.… donc l’emploi redémarre Après deux années de crise, synonymes de forte dégradation du marché du travail,l’emploi repart à la hausse avec la reprise de l’activité en 2010. Entre le début et la fin de 2l’année, on compte 138 000 emplois salariés en plus en France métropolitaine (figure 1).C’est un tiers du nombre d’emplois qui ont été détruits en 2008 et 2009. Cette tendance se er 3confirme au 1 semestre 2011, où l’emploi salarié marchand progresserait de 112 000 .1. Emploi salarié selon le secteur d’activité en milliers, données corrigées des variations saisonnières (CVS) en fin d’année Glissements annuels Niveau Secteur d’activité d’emploi au 2005 2006 2007 2008 2009 2010 31/12/2010Emploi salarié des secteurs marchands non agricoles1 91 194 270 – 188 – 341 129 15 992Ensemble industrie – 89 – 60 – 44 – 78 – 174 – 62 3 288 dont : industrie manufacturière – 80 – 53 – 42 – 69 – 173 – 64 2 373Construction 48 61 60 10 – 46 – 13 1 442Tertiaire marchand2 132 193 254 – 120 – 121 204 11 261 dont : commerce 11 18 40 – 18 – 44 6 2 997 intérim3 22 16 25 – 135 – 19 96 588Emploi salarié tertiaire essentiellement non marchand4 73 100 73 32 90 19 7 673Emploi salarié agricole –7 –5 – 12 – 14 –2 – 10 209Emploi salarié total 157 289 331 – 171 – 253 138 23 8741. Secteurs essentiellement marchands : ensemble hors agriculture, administration, éducation, santé et action sociale.2. Services aux entreprises et aux particuliers.3. L’emploi intérimaire est un service aux entreprises ; il est par conséquent comptabilisé dans l’emploi tertitaire et non dans le secteur utilisateur.4. Y compris contrats aidés.Champ : France métropolitaine.Source : Insee, estimations d’emploi.2. Créations nettes d’emploi = créations brutes - destructions brutes d’emploi. Dans l’ensemble de l’article, on parle de« créations » pour les créations nettes et de « destructions » pour les destructions nettes.3. Cf. point de conjoncture d’octobre 2011, Insee.12 France, portrait social - édition 2011
  6. 6. Relativement au PIB, les évolutions de l’emploi paraissent particulièrement favorablesdepuis 2008. Habituellement, l’emploi réagit avec retard aux fluctuations de l’activité : il fautun peu de temps pour que les entreprises ajustent leurs effectifs aux chocs d’activité qu’ellessubissent. Ainsi, l’emploi baisse moins rapidement que l’activité en phase de récession maiscontinue de se dégrader quand l’activité repart, de sorte que les entreprises restaurent progres- 4sivement leur productivité . Pendant la crise, la productivité apparente du travail a fortementbaissé (figure 2), au-delà de ce que l’expérience des crises passées pouvait laisser attendre.Depuis la fin 2009, l’économie française renoue avec des gains de productivité mais sanscombler la perte enregistrée pendant la crise. Ainsi, le repli de l’emploi dû à la crise de2008-2009 apparaît aujourd’hui finalement relativement limité, au regard de l’ampleur de lachute de l’activité.2. Emploi salarié, valeur ajoutée et productivité dans les secteurs marchands non agricoles données CVS, glissement annuel en % 6 4 2 0–2–4 Productivité 1 Valeur ajoutée Emploi salarié–6 1990 1993 1996 1999 2002 2005 2008 20111. voir note 4 en bas de page.Champ : secteurs marchands non agricoles, France métropolitaine pour l’emploi, France pour la valeur ajoutée.Note : l’emploi est ici mesuré en moyenne trimestrielle (en calculant la demi-somme de l’emploi en fin de trimestre) pour être comparable à la valeur ajoutéedes secteurs marchands non agricoles, mesurée elle aussi en moyenne trimestrielle.Source : Insee, estimations d’emploi et comptes nationaux.L’emploi intérimaire contribue pour plus des deux tiers des emplois créés en 2010 L’intérim a été la principale variable d’ajustement de l’emploi à l’activité entre 2008 et er er2010. Entre le 1 trimestre 2008 et le 1 trimestre 2009, les effectifs intérimaires se sontcontractés de 35 %. Le taux de recours à l’intérim s’est effondré dans les secteurs marchands, er erpassant de 4,1 % au 1 trimestre 2008 à 2,8 % au 1 trimestre 2009 (figure 3). Dès la mi-2009,l’intérim est reparti à la hausse. Ce redémarrage précoce de l’intérim se poursuit tout au longde 2010 (+ 96 000 intérimaires). Au total, sur l’année, l’intérim contribue pour plus des deuxtiers aux créations d’emploi. Le dynamisme de l’intérim s’essouffle cependant au er1 semestre 2011 (+ 17 000 créations) et le taux de recours se stabilise à 3,8 %, soit légère-ment en deçà de ce qui prévalait avant la crise.4. La productivité, dite apparente, du travail rapporte l’activité réalisée aux ressources d’emploi mises en œuvre pourl’obtenir. Elle est ici définie comme le rapport entre la valeur ajoutée en volume et le nombre d’emplois (les évolutions dela valeur ajoutée sont quasi équivalentes à celles du PIB : le PIB est égal à la valeur ajoutée, augmentée des impôts moinsles subventions sur les produits).Vue d’ensemble - Premier bilan 2010-2011 13
  7. 7. 3. Taux de recours à l’intérim dans les secteurs marchands non agricoles données CVS, en %432 1er trimestre 200910 1990 1993 1996 1999 2002 2005 2008 2011Champ : France métopolitaine, secteurs marchands non agricoles.Lecture : au 2e trimestre 2011, 3,8 % des emplois des secteurs marchands non agricoles sont des emplois intérimaires.Source : Dares, Insee.L’industrie cesse de perdre des emplois fin 2010 et début 2011 5 Au-delà de l’intérim c’est l’ensemble des secteurs marchands qui bénéficient de la repriseéconomique en 2010, même si la dynamique est moins spectaculaire. Sur l’année,109 000 emplois sont créés dans le tertiaire marchand hors intérim. Cette tendance se erpoursuit au 1 semestre 2011 (+ 84 000 postes). L’embellie de la conjoncture s’observe tout particulièrement dans l’industrie. Depuis ledébut des années 2000, l’emploi industriel est en baisse tendancielle, du fait de nombreusesréorganisations du secteur (développement de la sous-traitance, externalisation, gains deproductivité, etc.). La crise de 2008-2009 avait accentué cette tendance : sur ces deux annéesl’industrie a perdu environ 250 000 emplois, sans compter les intérimaires en mission dans cesecteur. En 2010, l’industrie revient sur un rythme de pertes d’emploi proche de celui observéavant la crise (– 62 000 postes en 2010, soit – 1,8 %). Y compris intérimaires, l’emploi indus-triel augmente même légèrement en 2010 (+ 6 000 postes). Depuis fin 2010, on observe unestabilisation des effectifs : l’industrie (hors intérim) ne perd que 2 100 emplois entre le e e3 trimestre 2010 et le 2 trimestre 2011. À l’opposé du tertiaire et de l’industrie, l’activité dans la construction continue de sedégrader en 2010 et elle perd de nouveau des emplois (– 13 000 emplois). Le cycle écono-mique de la construction apparaît ainsi en décalage par rapport à celui des autres secteurs : ladégradation de l’emploi était aussi intervenue plus tardivement, l’essentiel des pertesd’emploi intervenant en 2009 (– 46 000). Début 2011, le secteur redevient créateur d’emploi er(+ 8 900 emplois au 1 semestre), ce qui reste cependant en deçà du rythme des années précé-dant la crise (environ + 60 000 emplois en 2006, comme en 2007). L’emploi des secteurs non marchands est resté dynamique en 2010 (+ 19 000), même si laprogression est plus faible qu’en 2009 (+ 90 000 emplois portés en particulier par les contratsaidés). Début 2010, les moyens financiers alloués aux contrats aidés devaient baisser parrapport à 2009, en raison de la reprise attendue. Ils ont été revus à la hausse à partir de juillet2010 dans le cadre du plan « rebond vers l’emploi », contribuant ainsi à la création d’emploidans les secteurs non marchands.5. L’emploi intérimaire est un service aux entreprises, il est par conséquent comptabilisé dans l’emploi tertiaire et nondans le secteur utilisateur.14 France, portrait social - édition 2011
  8. 8. 3. Taux de recours à l’intérim dans les secteurs marchands non agricoles données CVS, en %432 1er trimestre 200910 1990 1993 1996 1999 2002 2005 2008 2011Champ : France métopolitaine, secteurs marchands non agricoles.Lecture : au 2e trimestre 2011, 3,8 % des emplois des secteurs marchands non agricoles sont des emplois intérimaires.Source : Dares, Insee.L’industrie cesse de perdre des emplois fin 2010 et début 2011 5 Au-delà de l’intérim c’est l’ensemble des secteurs marchands qui bénéficient de la repriseéconomique en 2010, même si la dynamique est moins spectaculaire. Sur l’année,109 000 emplois sont créés dans le tertiaire marchand hors intérim. Cette tendance se erpoursuit au 1 semestre 2011 (+ 84 000 postes). L’embellie de la conjoncture s’observe tout particulièrement dans l’industrie. Depuis ledébut des années 2000, l’emploi industriel est en baisse tendancielle, du fait de nombreusesréorganisations du secteur (développement de la sous-traitance, externalisation, gains deproductivité, etc.). La crise de 2008-2009 avait accentué cette tendance : sur ces deux annéesl’industrie a perdu environ 250 000 emplois, sans compter les intérimaires en mission dans cesecteur. En 2010, l’industrie revient sur un rythme de pertes d’emploi proche de celui observéavant la crise (– 62 000 postes en 2010, soit – 1,8 %). Y compris intérimaires, l’emploi indus-triel augmente même légèrement en 2010 (+ 6 000 postes). Depuis fin 2010, on observe unestabilisation des effectifs : l’industrie (hors intérim) ne perd que 2 100 emplois entre le e e3 trimestre 2010 et le 2 trimestre 2011. À l’opposé du tertiaire et de l’industrie, l’activité dans la construction continue de sedégrader en 2010 et elle perd de nouveau des emplois (– 13 000 emplois). Le cycle écono-mique de la construction apparaît ainsi en décalage par rapport à celui des autres secteurs : ladégradation de l’emploi était aussi intervenue plus tardivement, l’essentiel des pertesd’emploi intervenant en 2009 (– 46 000). Début 2011, le secteur redevient créateur d’emploi er(+ 8 900 emplois au 1 semestre), ce qui reste cependant en deçà du rythme des années précé-dant la crise (environ + 60 000 emplois en 2006, comme en 2007). L’emploi des secteurs non marchands est resté dynamique en 2010 (+ 19 000), même si laprogression est plus faible qu’en 2009 (+ 90 000 emplois portés en particulier par les contratsaidés). Début 2010, les moyens financiers alloués aux contrats aidés devaient baisser parrapport à 2009, en raison de la reprise attendue. Ils ont été revus à la hausse à partir de juillet2010 dans le cadre du plan « rebond vers l’emploi », contribuant ainsi à la création d’emploidans les secteurs non marchands.5. L’emploi intérimaire est un service aux entreprises, il est par conséquent comptabilisé dans l’emploi tertiaire et nondans le secteur utilisateur.14 France, portrait social - édition 2011
  9. 9. Le taux d’emploi en CDI continue de baisser en 2010 Les formes d’emploi les plus flexibles (l’intérim et les contrats à durée déterminée - CDD)avaient été les premières à pâtir du retournement conjoncturel en 2008 ; elles ont égalementété les premières à bénéficier de la reprise. A contrario, l’emploi en contrat à durée indéter-minée (CDI) n’a commencé à baisser, et dans des proportions moins fortes, qu’à partir du edébut 2009. Le taux d’emploi en CDI a ainsi atteint un point haut au 4 trimestre 2008, où ils’établissait à 50,5 % de la population, puis il a diminué en 2009. La reprise de l’activitén’enraye pas tout de suite cette diminution : le taux d’emploi en CDI continue de baisser tout erau long de 2010 et début 2011 (48,7 % au 1 trimestre 2011) pour ne repartir à la hausse qu’au e2 trimestre 2011.Repli modéré du chômage 6 En lien avec la reprise de l’emploi, le taux de chômage baisse légèrement à partir de la fin e e2009. Il recule ainsi de 9,6 % au 4 trimestre 2009 à 9,3 % au 4 trimestre 2010 en Francemétropolitaine (de 9,9 % à 9,7 % en France). La baisse se poursuit à un rythme modéré début2011 mais le chômage reste à un niveau élevé (9,1 % mi-2011 en France métropolitaine). Sadécrue progressive est loin d’effacer la forte hausse enregistrée pendant la crise (+ 2,4 points er eentre le 1 trimestre 2008 et le 4 trimestre 2009, – 0,5 point depuis). Cette baisse estconcentrée sur les jeunes et les personnes âgées de 50 ans ou plus (figure 4), le taux dechômage des 25-49 ans restant quasiment stable depuis la fin 2009. 7 Les jeunes, plus sensibles que leurs aînés aux fluctuations de la conjoncture , avaient étéparticulièrement touchés par le retournement conjoncturel de 2008 : entre le début 2008 et lafin 2009, le taux de chômage des moins de 25 ans a augmenté de 6,4 points. Par la suite, ils ontété les premiers à bénéficier de la reprise de l’activité, via notamment le redémarrage de4. Taux de chômage par tranche d’âge données CVS, en %25 15 - 24 ans2015 Ensemble 25 - 49 ans10 50 ans ou plus 5 er 1 trimestre 2008 e 2 trimestre 2009 0 1975 1979 1983 1987 1991 1995 1999 2003 2007 2011Champ : France métropolitaine, population des ménages, personnes de 15 ans ou plus.Lecture : au 2e trimestre 2011, 9,1 % des personnes actives de 15 ans ou plus sont au chômage. C’est le cas de 21,9 % des actifs de 15 à 24 ans.Source : Insee, enquête Emploi.6. Pour une définition du chômage au sens du BIT, voir fiche 3.4. e7. Voir le 3 article de la Vue d’ensemble « Portrait de la Population ».Vue d’ensemble - Premier bilan 2010-2011 15
  10. 10. l’intérim. Entre la fin 2009 et la mi-2011, le taux de chômage des jeunes perd ainsi 1,8 point. eAu 2 trimestre 2011, il s’établit à 21,9 %. Le niveau élevé du chômage des jeunes doit toutefoiss’interpréter avec précaution. En effet, entre 15 et 25 ans, seule une minorité de jeunes sontprésents sur le marché du travail, les autres poursuivant leurs études. Avec l’allongement rapidede la durée des études initiales, la proportion des jeunes présents sur le marché du travail a nette-ment diminué jusqu’au milieu des années 1990. De ce fait, si l’on considère non plus le taux dechômage (qui prend en compte les jeunes actifs, i.e. présents sur le marché du travail), mais la epart des jeunes au chômage, le niveau est plus faible : au 2 trimestre 2011, 8,6 % de l’ensembledes 15-24 ans sont au chômage, soit 1,3 point de plus que pour les 25-49 ans. Le taux de chômage des personnes âgées de 50 ans ou plus a lui aussi augmenté pendant la er ecrise (+ 1,9 point entre le 1 trimestre 2008 et le 4 trimestre 2009). Cette sensibilité du taux dechômage des 50 ans ou plus à la contraction de l’activité est atypique en comparaison aux 8précédentes crises . Depuis fin 2009, leur taux de chômage diminue à un rythme modéré e e(– 0,5 point entre le 4 trimestre 2009 et le 2 trimestre 2011). Avec la crise, la part des chômeurs de longue durée (CLD, chômeurs depuis plus d’un an) 9parmi l’ensemble des chômeurs a fortement diminué en 2008 . Cette baisse, qui peut semblerau premier abord paradoxale, est la conséquence mécanique de l’afflux de nouveauxchômeurs. À partir de 2009, la part des CLD est repartie à la hausse, du fait de la persistance dela crise et la difficulté croissante à retrouver du travail. Mi-2011, 42 % des chômeurs sont auchômage depuis plus d’un an.En euros courants, le salaire mensuel de base et le salaire moyen par tête ontconnu des dynamiques contrastées en 2010 Deux indicateurs complémentaires mesurent l’évolution conjoncturelle des salaires auniveau agrégé. Le premier, le salaire mensuel de base (SMB), est l’indice qui retrace le salaire« de base », hors primes et à structure de qualification donnée, des salariés à temps complet.C’est un indicateur des salaires négociés par les partenaires sociaux. Le second, le salairemoyen par tête (SMPT), est le rapport de la masse salariale brute aux effectifs salariés physi-ques : il prend en compte l’ensemble des rémunérations perçues par les salariés, notammentles primes, l’intéressement ou la rémunération des heures supplémentaires, qui représentent15 % de la rémunération totale. Il porte sur l’ensemble des salariés et est donc sensible auxmodifications de structure de l’emploi (hausse des qualifications ou destruction d’emplois peuqualifiés, modification de la part des temps partiels, effet des « entrées-sorties ») : ses évolu-tions doivent donc être analysées à l’aune de ces modifications. En 2010, dans les entreprises du secteur privé de 10 salariés ou plus de France métropoli-taine, le SMB ralentit un peu : + 1,8 % après + 2,2 % en 2009 en moyenne annuelle et eneuros courants (– 0,4 point). Le niveau élevé du chômage a pesé sur les négociations salariales.En outre, l’inflation, qui est aussi un déterminant des négociations, a fortement reflué en 2009,dans le sillage de la baisse des prix du pétrole (figure 5). Cette nette décélération des prix en2009 s’est répercutée sur les salaires début 2010, freinant leur progression. En particulier, la errevalorisation du Smic au 1 janvier 2010, fondée sur l’inflation constatée en 2009, a étélimitée (+ 0,5 %). Cette faible revalorisation du Smic s’explique également en partie par le fait 10qu’une revalorisation avait déjà eu lieu en juillet 2009 . Le ralentissement du SMB affecte8. En général, le taux de chômage des seniors est assez peu sensible aux fluctuations conjoncturelles. Lors de la précé-dente crise par exemple, alors que le taux de chômage des 25-49 ans augmentait de 2,5 points de fin 1991 à mi-1994, lahausse était limitée à 0,2 point pour les 50 ans ou plus. En 2008-2009, le taux de chômage des 50 ans ou plus et celui des25-49 ans ont augmenté à des rythmes voisins.9. voir fiche 3.4.10. La date de revalorisation du Smic est passée du 1er juillet de chaque année au 1er janvier à compter de l’année 2010.16 France, portrait social - édition 2011
  11. 11. 5. Évolution de l’indice des prix à la consommation glissement annuel, en % 4 3 2 1 0–1 janv-04 janv-05 janv-06 janv-07 janv-08 janv-09 janv-10 janv-11Champ : France.Source : Insee, indice des prix à la consommation (IPC).toutes les catégories socioprofessionnelles, même s’il est légèrement plus marqué pour lesemployés (– 0,6 point par rapport à 2009) que pour les ouvriers et les professions intermédiai-res (– 0,4 point) et les cadres (– 0,2 point). La hausse du SMB est identique dans chacun desgrands secteurs (construction, industrie et tertiaire) : + 1,8 % sur l’année 2010. C’est dans laconstruction que le ralentissement des salaires est le plus fort (– 0,7 point) ; il est moindre dansl’industrie (– 0,3 point) ou le tertiaire (– 0,4 point). Le SMPT du secteur marchand non agricole en France présente une toute autredynamique, il accélère nettement en 2010 (+ 2,1 % en euros courants après + 1,2 % en2009). Cela est dû en partie au contrecoup de la forte baisse des primes de résultats dans le ertertiaire au 1 trimestre 2009 ; début 2010, les primes versées retrouvent des niveaux usuelsavec le rebond de l’activité. er Au cours du 1 trimestre 2011, la croissance des salaires est élevée, tirée par la fortehausse des prix depuis mi-2010. En particulier, la revalorisation du Smic en janvier, fondée surl’inflation de 2010, est sensible : + 1,6 % contre + 0,5 % en 2010. À cela s’ajouterait le versement er ede primes sur le 1 trimestre, qui aurait soutenu la progression du SMPT. Au 2 trimestre 2011,les salaires nominaux demeureraient dynamiques malgré un léger ralentissement.En euros constants, les salaires ralentissent en 2010 L’évolution globale des salaires doit cependant être mise en regard de l’évolution desprix ; celle-ci a été très contrastée d’une année sur l’autre. En 2009, la progression des salairesen euros courants a certes été modérée, mais comme l’inflation s’est très fortement réduite 11dans le même temps, l’évolution des rémunérations réelles (en euros constants, c’est-à-direcorrigées de l’évolution des prix sur la période) a finalement été plus favorable en 2009 qu’en2008 ( + 2,1 % pour le SMB réel après + 0,2 %, et + 1,1 % pour le SMPT réel après + 0,2 %,figure 6). L’évolution des prix est à nouveau positive en 2010 et ce regain d’inflation neutralisela progression des salaires nominaux. Il conduit à un ralentissement du SMB réel (+ 0,2 %) etdu SMPT réel (+ 0,6 %).11. On utilise comme déflateur du SMB et du SMPT l’indice des prix à la consommation (y compris tabac) de l’ensembledes ménages, tandis que pour le pouvoir d’achat c’est le prix de la dépense de consommation finale des ménages qui estutilisé comme déflateur. Leurs évolutions sont très proches.Vue d’ensemble - Premier bilan 2010-2011 17
  12. 12. 6. Salaires et emploi salarié marchand évolution annuelle moyenne, en % 4 3 2 1 0–1 Salaire mensuel de base en euros constants (SMB)–2 Salaire moyen par tête en euros constants (SMPT) Emploi salarié des secteurs marchands non agricoles–3 1991 92 93 94 95 96 97 98 99 2000 01 02 03 04 05 06 07 08 09 2010Champ : France pour le SMPT, secteurs marchands non agricoles ; France métropolitaine pour l’emploi, secteurs marchands non agricoles ; Francemétropolitaine pour le SMB, entreprises de 10 salariés ou plus.Note : dans ce graphique, on utilise comme déflateur du SMB et du SMPT l’indice des prix à la consommation (y compris tabac) de l’ensemble des ménages.Sources : Insee, comptes nationaux et estimations d’emploi ; Dares, enquête Acemo. Début 2011, l’inflation augmente avec la flambée des cours des matières premières.L’indexation des salaires sur la hausse des prix, spécialement dans le cas d’un choc d’inflationimportée, est généralement partielle et retardée. C’est pourquoi, malgré la forte hausse des salai- erres nominaux au 1 semestre 2011, les salaires réels reculeraient dans le même temps, aussibien le SMB que le SMPT.Les salaires du secteur public ralentissent plus nettement en 2010 En euros courants, le SMPT des administrations publiques ralentit nettement en 2010(+ 1,5 % en moyenne annuelle après + 2,4 %), contrastant avec l’accélération dans le secteurprivé. Si, en moyenne annuelle, les revalorisations du point d’indice de la fonction publique 12sont proches en 2009 et 2010 , l’indice minimum de la fonction publique ne progresse pas en2010 (après + 0,7 % en 2009). En outre, le dispositif de prime de garantie individuelle dupouvoir d’achat (GIPA) est reconduit, mais de façon plus restreinte qu’en 2009. En effet, desconditions sur le grade et le corps ou cadre d’emplois des agents s’ajoutent en 2010 aux condi-tions nécessaires pour bénéficier de la GIPA. En diminuant le nombre de bénéficiaires, celafreine l’augmentation du SMPT. Au total, ces augmentations ne compensent pas l’inflation de2010 et, en termes réels, le SMPT des administrations publiques diminue légèrement (– 0,1 %en 2010 après + 2,3 % en 2009).12. Revalorisations du point d’indice de la fonction publique : + 0,3 % en mars et + 0,5 % en octobre 2008 ; + 0,5 % enjuillet et + 0,3 % en octobre 2009 ; + 0,5 % en juillet 2010. Soit, en moyenne annuelle, + 0,6 % en 2009 et + 0,7 % en 2010.18 France, portrait social - édition 2011
  13. 13. Le pouvoir d’achat par unité de consommation progresse légèrement en 2010 Le revenu disponible brut (RDB) des ménages accélère en 2010 après avoir nettement ralentipendant la crise (+ 2,0 % après + 0,8 % en 2009). Le RDB est un indicateur qui agrège l’ensembledes revenus d’activité et du patrimoine perçus par les ménages, auxquels on ajoute les prestationssociales et autres transferts et on soustrait les prélevements (impôts directs et cotisations). L’accélé-ration du RDB découle d’abord du redémarrage des revenus d’activité : le marché du travail cessede se dégrader, l’emploi progresse et le salaire moyen par tête accélère en euros courants (cf.supra). De même, les revenus des entrepreneurs individuels se redressent avec la reprise écono-mique. Par ailleurs, les revenus du patrimoine sont stables, alors qu’en 2009 leur recul avait forte-ment pesé sur l’évolution du RDB. Les dividendes perçus par les ménages (assis sur les résultats desentreprises en forte baisse durant la récession) reculent nettement mais la forte progression dessouscriptions en assurance-vie au cours de l’année 2009 soutient les revenus de la propriété en2010. À l’inverse, la dynamique des impôts et des prestations freine le RDB en 2010. La reprise del’emploi et la fin des mesures exceptionnelles du plan de relance entraînent logiquement l’accélé-ration des impôts sur le revenu et le patrimoine (via le redémarrage des revenus d’activité) et ladiminution de certaines prestations sociales perçues par les ménages (les indemnités chômageralentissent). De plus, le montant global des prestations familiales et vieillesse perçu ralentit, enraison d’une moindre revalorisation des barèmes et du recul du nombre de départs en retraite(conséquence notamment du durcissement des conditions de départ en retraite anticipée). Les évolutions du revenu disponible des ménages doivent également être mises en regardde celles des prix. Alors que les prix avaient reculé en 2009 et exceptionnellement soutenu lepouvoir d’achat, ils augmentent à nouveau en 2010. Au final, le pouvoir d’achat du revenudisponible brut des ménages ralentit en 2010 (+ 0,8 % après + 1,3 %, figure 7). Cette évolu-tion est mesurée pour l’ensemble des ménages. Compte tenu de la croissance de la popula-tion, le pouvoir d’achat au niveau individuel (c’est-à-dire par unité de consommation) estquasi stable en 2010 (+ 0,1 % après + 0,6 % en 2009). er Au 1 semestre 2011, les créations d’emploi soutiennent la masse salariale reçue par les eménages, qui augmente de 2,0 % en moyenne semestrielle (après + 1,2 % au 2 semestre 2010).Le dynamisme de la masse salariale se conjuguant avec celui des prestations sociales (+ 1,6 %7. Contributions à l’évolution du pouvoir d’achat des ménages évolution en %, contributions en points 4 2 0–2 Revenus nets d’activité Prestations sociales (en espèces) et autres transferts courants Revenus du patrimoine Prix Impôts sur le revenu et le patrimoine Pouvoir d’achat du revenu disponible brut des ménages–4 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010Champ : France.Lecture : en 2010, les revenus nets d’activité en euros courants contribuent pour + 1,2 point à la croissance de 0,8 % du pouvoir d’achat du revenu disponible brutdes ménages.Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.Vue d’ensemble - Premier bilan 2010-2011 19
  14. 14. e eraprès + 1,4 % au 2 semestre 2010, du fait notamment d’une revalorisation des pensions au 1avril plus importante en 2011 qu’en 2010), le RDB accélère (+ 2,0 % après + 1,5 %). L’accéléra-tion des prix limite toutefois les gains de pouvoir d’achat : le pouvoir d’achat du RDB par unité de erconsommation croît de + 0,3 % en moyenne au 1 semestre 2011, plus faiblement quau semestreprécédent (+ 0,6 %).La confiance des ménages recule à nouveau début 2011 Les enquêtes de conjoncture auprès des ménages faisaient état de valeurs historiquementbasses au plus fort de la crise (fin 2008 et début 2009). La confiance des ménages s’est ensuiteun peu redressée entre le printemps 2009 et l’hiver 2010. Depuis lors, elle se tasse à nouveau.Ainsi, en juin 2011, la confiance des ménages demeure plus basse qu’au plus fort des crisesprécédentes. Les ménages ressentent de nouvelles tensions inflationnistes et leurs craintesface au chômage restent élevées. À ce stade de l’analyse, on ne dispose que d’évolutions globales des salaires réels et dupouvoir d’achat. Les progressions moyennes enregistrées ne doivent pas faire oublier que laréalité est plus variée et que les situations peuvent évoluer, d’une personne à l’autre, de façoncontrastée. La disponibilité future de données détaillées issues des enquêtes auprès desménages permettra d’être plus précis dans la description des situations individuelles. n20 France, portrait social - édition 2011
  15. 15. Pour aller plus loinEmploi• Le repli de l’emploi pendant la crise est relativement limité au regard de la chute de l’activité. Le développement de l’intérim et une rupture dans la tendance des gains de productivité sont des pistes d’explication possibles. « Comment expliquer les évolutions de l’emploi depuis le début de la crise ? », Note de conjoncture, Insee, décembre 2010.• Les flux bruts de création et de destruction des emplois sont beaucoup plus élevés que l’évolution nette de l’emploi, car une grande partie de ces mouvements se compense à chaque instant. « Le cycle de l’emploi : les petites entreprises ont été les premières à baisser leurs effectifs pendant la crise », Note de conjoncture, Insee, mars 2010.Chômage• En 2007, 770 000 inactifs de 15 à 64 ans souhaitent travailler, mais ne sont pas comptés comme chômeurs au sens du BIT soit parce qu’ils ne recherchent pas d’emploi, soit parce qu’ils ne sont pas disponibles rapidement pour travailler. « Le "halo" du chômage : entre chômage BIT et inactivité », Insee Première n° 1260, Insee, octobre 2009.• Depuis 25 ans, en métropole, les taux de chômage des femmes et des hommes en début de vie active se sont rapprochés. « Femmes et hommes en début de carrière : les femmes commencent à tirer profit de leur réussite scolaire », Insee première n° 1284, février 2010.Salaires et Revenus des ménages voir Vue d’ensemble, chapitre « Salaires et niveaux de vie ».Et aussi• « Emploi, chômage, population active : bilan de l’année 2010 », Dares Analyses n° 065, août 2011.• Insee Références Emploi et salaires, édition 2011.• Insee Références L’économie française, édition 2011.• La « Note de conjoncture », Insee conjoncture, tous les trimestres.Vue d’ensemble - Premier bilan 2010-2011 21
  16. 16. De 55 à 65 millions d’habitants : pourquoi la population a-t-elle augmenté plus vite en France que dans les pays voisins ? Catherine Beaumel, Pascale Breuil-Genier*En l’espace d’une génération, la population française est passée de 55 millions d’habitants en er1981 à 65 millions au 1 janvier 2011. La croissance démographique a été beaucoup plusforte en France (+ 10 millions d’habitants en trente ans) qu’en Allemagne (+ 3 millions), enItalie (+ 4 millions) ou au Royaume-Uni (+ 6 millions). La fécondité, plus élevée en France,explique largement les écarts avec l’Allemagne et l’Italie, mais elle n’explique ni l’écart avecle Royaume-Uni ni la croissance de la population française. Les variations de la fécondité ontd’ailleurs minoré de 1,3 million de personnes la croissance démographique sur la période.La forte croissance de la population française trouve son origine dans d’autres facteurs. Laprogression de l’espérance de vie (+ 7 ans en trente ans) et les effets des migrations ontchacun entraîné une augmentation de la population de 3 millions. Enfin, 5 millions découlentde la forme très particulière de la pyramide des âges française en 1981. Celle-ci se caractéri-sait par une population relativement faible au-delà de 60 ans, du fait notamment des généra-tions creuses de la première guerre mondiale. Au contraire, les générations alors âgées demoins de 30 ans (issues du baby-boom) étaient relativement nombreuses, elles ont eu desenfants depuis. De ce fait, la France a connu en trente ans 2 millions de décès de moins et, àfécondité équivalente, 1 million de naissances de plus que le Royaume-Uni, et donc unecroissance démographique transitoirement plus vive. er Au 1 janvier 2011, la population française (métropole et départements d’outre-mer) 1atteint pour la première fois les 65 millions d’habitants , contre 60 millions début 1999 et55 millions début 1981 (figure 1). En trente ans, c’est-à-dire en l’espace d’une génération, lapopulation a ainsi augmenté de 10 millions d’habitants. Cette croissance est supérieure à celle Repères En 2010 : • 65,0 millions d’habitants • 2,01 enfants par femme Voir fiche 2.1 • 84,8 ans d’espérance de vie pour les femmes et 78,1 ans pour les hommes • 4 Pacs conclus pour 5 mariages • 20,6 % des familles avec enfants mineurs sont monoparentales en 2008, Voir fiche 2.2 7,7 % sont recomposées en 2006* Catherine Beaumel, Pascale Breuil-Genier, Insee.1. Ces estimations prennent pour point de départ les populations légales 2008 issues du recensement, qui sont actuali-sées à partir des données d’état civil sur les naissances et décès, et d’estimations du solde migratoire. Tous les indicateursdémographiques sur la France présentés dans cet article résultent d’estimations réalisées fin décembre 2010. Ils sontdonc provisoires pour les années récentes.Vue d’ensemble - Portrait de la population 25
  17. 17. des trois autres pays européens les plus peuplés : 3 millions en trente ans pour la population 2allemande , 4 millions pour la population italienne et 6 millions pour la population britan-nique. Les populations du Royaume-Uni et de l’Italie, qui étaient légèrement supérieures àcelle de la France au début des années 1980, lui sont donc aujourd’hui inférieures de 3 ou4 millions d’habitants. Quels sont les facteurs à l’origine de la plus forte croissance de lapopulation française ?1. Évolution de la population des quatre pays les plus peuplés de l’Union européenne er en millions d’habitants au 1 janvier Allemagne : 81,8 millions8070 France : 65,0 millions Royaume-Uni : 62,4 millions60 Italie : 60,6 millions50 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010Lecture : en 30 ans, la population a augmenté de 10 millions en France, contre 6 millions au Royaume-Uni, 4 millions en Italie et 3 millions en Allemagne.Sources : Eurostat pour l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Italie ; Insee, estimations de population et calculs des auteurs pour la France.La forte fécondité française explique l’écart de croissance démographiqueavec l’Allemagne ou l’Italie... La fécondité française, traditionnellement plus élevée que celle de ses voisins, expliquebien sûr en partie le différentiel de croissance démographique. Pendant les trente dernièresannées, l’indice conjoncturel de fécondité a été en moyenne de 1,85 enfant par femme enFrance, contre 1,77 au Royaume-Uni, 1,33 en Italie et 1,37 en Allemagne (figure 2). Ces écartssont en partie liés à l’âge moyen à l’accouchement, qui a plus augmenté dans ces deux dernierspays (encadré). Or, une différence de 0,1 enfant par femme sur l’indice conjoncturel de fécon-dité se traduit au bout de trente ans par un écart de 1,4 million d’habitants pour la population 3française . Ainsi, la population française n’aurait augmenté que de 3 millions entre 1981 et2011 si elle avait eu le niveau moyen de fécondité de l’Allemagne ou de l’Italie : le différentielde fécondité suffit donc à expliquer l’écart de croissance démographique entre la France et ces 4deux pays .2. Dans tout l’article, la démographie allemande est reconstituée dans les frontières actuelles du pays.3. Résultat obtenu en modifiant uniquement la moyenne de la fécondité sur 1981-2010, mais en conservant le profil tem-porel des indicateurs conjoncturels de fécondité et de leur répartition par âge.4. De fait, entre 1981 et 2011, il y a eu 7 millions de naissances de moins en Italie qu’en France, et autant de naissances enAllemagne qu’en France pour une population allemande bien plus nombreuse (82 millions d’habitants en 2011).26 France, portrait social - édition 2011
  18. 18. 2. Évolution des indices conjoncturels nombre d’enfants par femme de fécondité 2,2 2,0 France 1,8 Royaume-Uni 1,6 Allemagne 1,4 Italie 1,2Sources : Eurostat pour le Royaume-Uni et l’Italie jusqu’en 2008, Istaten 2009-2010 pour l’Italie ; Ined pour l’Allemagne ; Insee, statistiques 1,0de l’état civil, estimations de population et calculs des auteurs pour laFrance. 1981 1986 1991 1996 2001 2006 2010 Encadré En France, l’âge moyen à l’accouchement atteint 30 ans en 2010 : il a augmenté d’un an tous les dix ans depuis 1980 En 1980, en France, l’âge moyen à l’accouche- Pendant la même période, l’âge moyen à ment (tous rangs de naissance confondus) était l’accouchement a augmenté de deux ans et demi légèrement inférieur à 27 ans. Il avait décru au Royaume-Uni. Ainsi, alors que les âges moyens depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, à l’accouchement étaient identiques en France et jusqu’à atteindre un point bas à la fin des années au Royaume-Uni en 1980, les mères accouchent 1970, juste après la fin du baby-boom. Il est maintenant en moyenne 6 mois plus jeunes de reparti à la hausse à partir de 1977 et a atteint 30 ans l’autre côté de la Manche. Cette différence en 2010, soit une augmentation d’un an tous les s’explique toutefois largement par la part plus dix ans. L’âge moyen des pères à la naissance de élevée des grossesses adolescentes au leurs enfants a connu la même augmentation, Royaume-Uni. En Italie et en Allemagne, l’âge passant de 30 à 33 ans. Au début, ces augmenta- moyen à l’accouchement a augmenté plus forte- tions étaient liées à l’allongement des études et ment qu’en France (plus de trois ans et demi en au recul de l’âge de mise en couple. Mais la trente ans). Déjà plus élevé que dans les autres durée des études n’augmente plus depuis 1995 pays en 1980, l’âge moyen à l’accouchement et la proportion de moins de 30 ans vivant en dépasse maintenant 31 ans en Italie. Dans ce couple a cessé de baisser. Si les bébés ont des pays, l’âge au départ du foyer familial est très parents de plus en plus âgés, c’est donc surtout tardif, en lien avec des difficultés économiques parce que les personnes en couple attendent très marquées chez les jeunes. En Allemagne, la plus longtemps pour avoir des enfants, par conciliation vie familiale-vie professionnelle reste exemple pour être plus avancées dans leur vie difficile. professionnelle ou profiter de la vie à deux. Au Or, les variations de l’âge à l’accouchement ont total, moins d’un bébé sur deux naît en 2010 une incidence sur la fécondité : un report des avant les 30 ans de sa mère (contre les trois naissances se traduit par un nombre de naissances quarts en 1980), et moins d’un bébé sur trois diminué de manière transitoire, ou de manière avant les 30 ans de son père (contre plus de la définitive si certains projets de parentalité repoussés moitié en 1980). ne se concrétisent pas.Vue d’ensemble - Portrait de la population 27
  19. 19. ... mais pas l’ampleur de la croissance de la population française Si le niveau de la fécondité française peut expliquer un écart de croissance démographiqueavec l’Allemagne ou l’Italie, il ne peut cependant être considéré comme le moteur de la crois- 5sance démographique de la France. En effet, même à 2,01 enfants par femme en 2010 (niveaurecord depuis la fin du baby-boom), la fécondité n’atteint pas le « seuil de renouvellement des 6générations » . De surcroît, les évolutions de cette fécondité depuis 1980 ont joué en moyennenégativement sur la croissance démographique : en 2011, la population française est inférieure de1,3 million à ce qu’elle aurait été si la fécondité relativement élevée de 1980 (1,95 enfant parfemme) et les taux de fécondité par âge de cette année s’étaient maintenus sur toute la période.La hausse de l’espérance de vie s’est traduite par 3 millions de personnessupplémentaires en trente ans C’est donc ailleurs que dans la fécondité qu’il faut chercher les facteurs de croissance de lapopulation, et notamment, dans l’augmentation de l’espérance de vie et dans la diminutiontransitoire des décès qu’elle entraîne. En France, en trente ans, l’espérance de vie a augmentéde 8 ans pour les hommes et de 6,5 ans pour les femmes, réduisant ainsi légèrement l’écarthommes-femmes qui avait atteint sa valeur maximale en début de période (conséquence de laprogression des morts violentes et de la mortalité cancéreuse chez les hommes entre 1950 et1980). En 2010, l’espérance de vie des hommes (78,1 ans) a presque rejoint celle qu’avaientles femmes en 1980. Les progressions de l’espérance de vie lors des trois dernières décenniessont surtout liées aux progrès réalisés au-delà de 65 ans (notamment en matière de la luttecontre les maladies cardio-vasculaires), mais également à une diminution de la mortalitéà l’âge adulte chez les hommes (figure 3). À 84,8 ans, l’espérance de vie des femmesfrançaises est parmi les plus élevées en Europe. À elle seule, la hausse de l’espérance de vie3. Décès par âge avec les taux de mortalité de 1980 et de 2010âge110 2010100 2010 90 80 70 1980 1980 60 50 Taux de décès avant 60 ans : Taux de décès avant 60 ans : 40 21 % en 1980, 10 % en 1980, 12 % en 2010 6 % en 2010 30 20 10 Hommes Femmes 0 50 40 30 20 10 0 10 20 30 40 50 en ‰Champ : France.Lecture : sur 1 000 femmes qui vivraient toute leur vie dans les conditions de mortalité de 2010, près de 48 décèderaient à 91 ans, mais 60 (soit 6 %) mourraientavant 60 ans. Ce mode de calcul permet de s’affranchir de la forme de la pyramide des âges.Source : Insee, estimations de population, statistiques de létat civil et calculs des auteurs.5. Indice conjoncturel de fécondité provisoire, estimé sur la base des données démographiques arrêtées fin 2010(comme l’ensemble des données concernant la France de cet article).6. En effet, 100 femmes devraient en moyenne avoir 207 enfants pour renouveler leur génération, c’est-à-dire pour queparmi leurs enfants, 100 femmes atteignent elles-mêmes l’âge d’avoir des enfants.28 France, portrait social - édition 2011
  20. 20. entre 1980 et 2010 s’est traduite par une augmentation de la population française de3,1 millions de personnes au bout de trente ans. La progression de l’espérance de vie est assezproche d’un pays à l’autre : à l’inverse de la fécondité, elle est une des raisons de l’augmenta-tion de la population dans les quatre pays étudiés, mais en revanche elle n’explique pas lesdifférentiels de croissance démographique entre eux.Les migrations sont à l’origine d’une croissance démographique de 3 millionsde personnes Un troisième facteur de la croissance démographique est le solde migratoire, différenceentre les entrées et les sorties du territoire. Sur trente ans, le solde migratoire de la Francedépasse les deux millions de personnes. Le Royaume-Uni a connu un solde migratoire proche,tandis qu’il était plus élevé en Allemagne (6 millions) ou en Italie (4 millions). Au bout detrente ans, l’impact du solde migratoire sur la population ne se réduit pas au total cumulé desentrées et sorties. En effet, en contribuant à l’augmentation de la population, les migrationsaugmentent également à terme le nombre de naissances (et ce, même à taux de fécondité parâge inchangés) : c’est un effet indirect du solde migratoire. Au total, ces effets direct et indirectdu solde migratoire expliquent 3 millions de la croissance démographique française en trenteans, sans tenir compte ici des variations de fécondité liées aux migrations. Le solde migratoire cumulé (2 millions) ne s’identifie pas à la croissance de la population 7immigrée (passée de 4 à 5,3 millions entre les recensements de 1982 et 2008) , ni au nombred’immigrés arrivés en France depuis une trentaine d’années. En effet, en 2008, 3,3 millionsd’immigrés déclarent être arrivés en France depuis moins de trente ans, mais une partie desimmigrés qui vivaient en France il y a trente ans sont décédés ou repartis à l’étranger (cf. Vued’ensemble, « Les immigrés, les descendants d’immigrés et leurs enfants »). De plus, le soldemigratoire dépend également des entrées et sorties des non-immigrés.La moitié de la croissance démographique française entre 1981 et 2011 estliée à son histoire avant 1981 Au total, si l’on décompose, la population française a diminué de 1,3 million entre 1981 et2011 du fait de la baisse en moyenne de la fécondité, elle a augmenté de 3,1 millions sousl’effet de la hausse de l’espérance de vie, et encore de 3 millions sous les effets directs etindirects du solde migratoire (figure 4). Les évolutions de la fécondité et de la mortalitéajoutées aux migrations entre 1981 et 2011 expliquent donc un peu moins de 5 millions decroissance démographique, soit à peine la moitié de la croissance observée (figure 5.a). Pourcomprendre le reste de l’augmentation de la population, il faut s’intéresser à la forme particu-lière de la pyramide des âges française en 1981 et donc aux évolutions démographiquesantérieures à 1981, notamment en matière de fécondité. Ce sont largement elles qui expli-quent qu’en 1981, les générations âgées de moins de 35 ans sont relativement nombreuses,notamment celles nées pendant le baby-boom de 1946 à 1974, tandis que les générationsâgées de plus de 60 ans sont quant à elles peu nombreuses (figure 5.b). En particulier, lespersonnes âgées de 61 à 65 ans début 1981, nées entre 1915 et 1919, appartiennent à desgénérations ayant compté en moyenne 450 000 personnes à la naissance (en métropole),contre 760 000 à 780 000 pour les générations voisines. Il a ainsi « manqué » plusde 300 000 naissances par an pendant cette période : au total sur cinq ans, le déficit de 8naissances lié à la première guerre mondiale s’élève donc à plus de 1,5 million de personnes .7. Dernière estimation disponible, la population immigrée étant estimée à partir du recensement.8. En comparaison, les naissances 1940-1945 sont de 590 000 en moyenne (métropole), contre 625 000 avant, soit undéficit de 35 000 ou 5 % par an, et un déficit cumulé de l’ordre de 200 000.Vue d’ensemble - Portrait de la population 29
  21. 21. 4. Décomposition de la croissance démographique de la France entre 1981 et 2011 en millions dhabitants Variation de la population entre les 1er janvier 1981 et 2011 … …liée au changement …si le comportement totale liée du comportement démogra- démographique était resté au comportement phique à son niveau de 1980 démographique entre 1980 et 2010Fécondité + 24,4 – 1,3 + 23,1Mortalité – 19,2 + 3,1 – 16,2Solde naturel + 5,1 + 1,7 + 6,9 dont : moins de 30 ans – 1,7 30 ans ou plus + 6,8Solde migratoire (impact direct et indirect) + 2,3 + 0,6 + 3,0Total + 7,5 + 2,3 + 9,8Champ : France.Lecture : en l’absence de migrations, et si la fécondité et la mortalité étaient restées celles de 1980, la population française aurait augmenté de 5,1 millions entre le1er janvier 1981 et le 1er janvier 2011. Si l’on ajoute à cela les effets des variations de la fécondité (– 1,3 million), de la mortalité (+ 3,1) et l’impact direct et indirectdes migrations (+ 3,0), on obtient la variation totale de la population effectivement obser vée, soit + 9,8 millions d’habitants en trente ans.Source : Insee, calculs des auteurs. En conséquence, la population française de 60 ans ou plus était relativement peunombreuse en 1981 : 9,5 millions de personnes (17 %), soit presque 2 millions de moins qu’auRoyaume-Uni par exemple (11,3 millions, 20 %). En trente ans, la France (comme l’Italie) adonc connu 2 millions de décès de moins que le Royaume-Uni. À l’inverse en 1981, la Franceet l’Italie comptaient 1 million de personnes de moins de 30 ans de plus que le Royaume-Uni.Ces générations ont eu des enfants sur la période : avec la fécondité française, cela correspondà environ 1 million de naissances supplémentaires dans les trente années suivantes. In fine,c’est l’histoire démographique d’avant 1981 qui explique le différentiel de croissance des 9populations française et britannique . En contrepartie, la part de la population âgée de 60 ansou plus a progressé beaucoup plus vite en France (+ 6 points), contre moins de la moitié auRoyaume-Uni, et ces deux pays ont maintenant retrouvé une structure par âge proche. Aussi, àl’avenir, si leurs évolutions d’espérance de vie restent comparables, ce sont les différences defécondité ou de migrations qui seront à l’origine de leurs écarts de croissance démographique.D’après les hypothèses de projection retenues par Eurostat, la population britannique pourraitdépasser la population française vers 2030, en raison d’un solde migratoire plus élevécompensant une fécondité légèrement inférieure. La croissance de la population italienneresterait en deçà. La baisse de la population allemande amorcée en 2003, se poursuivrait ; ellepourrait être dépassée par la population britannique, puis par la population française au coursdes années 2040. Le vieillissement de la population serait plus prononcé en Allemagne et enItalie : la part des 60 ans ou plus y atteindrait respectivement 39 % et 38 % en 2060, contre 32 %en France et 30 % au Royaume-Uni, supposés conserver une fécondité plus élevée (et doncune part de jeunes plus grande). n9. En effet, même avec la fécondité, la mortalité et les migrations qu’a connues la France depuis 1981, la population duRoyaume-Uni n’aurait augmenté que de 7 millions, contre 10 millions pour la France ou l’Italie.30 France, portrait social - édition 2011
  22. 22. 5. Effet des différents facteurs sur la croissance démographique depuis 1981 a. effet des variations de fécondité, de mortalité et des migrations âge Hommes Femmes 100 90 80 70 60 50 40 30 20 Lecture : si la fécondité et la mortalité étaient restées inchangées depuis 1980, et s’il n’y avait pas eu de migrations, la population de la 10 France au 1er janvier 2011 aurait été de 60,4 millions (pyramide pleine) contre 65 millions en réalité (pyramide en contour). La 0 différence entre ces deux pyramides correspond donc à l’effet des 500 400 300 200 100 0 100 200 300 400 500 migrations et des variations de la fécondité et de la mortalité depuis 1980. en milliers b. effet « forme de la pyramide des âges » en 1981 âge Hommes Femmes 100 90 80 70 60 50 40 30 20 Lecture : même à fécondité et mortalité inchangées et sans 10 migrations, la population serait passée d’un peu plus de 55 millions au 1 er janvier 1 9 8 1 ( p y r a m i d e p l e i n e ) à 60,4 millions au 0 1er janvier 2011 (pyramide en contour). La comparaison des deux 500 400 300 200 100 0 100 200 300 400 500 pyramides ci-contre illustre la croissance démographique liée à la forme de la pyramide des âges de 1981. en milliersChamp : France.Source : Insee, calculs des auteurs.Vue d’ensemble - Portrait de la population 31
  23. 23. Pour aller plus loinFécondité• Près de 10 % des femmes nées entre 1945 et 1953 et 14 % des hommes nés entre 1943 et 1951 n’ont pas eu d’enfant. « Ne pas avoir eu d’enfant : plus fréquent pour les femmes les plus diplômées et les hommes les moins diplômés », Insee Références France, portrait social, édition 2006.• Les femmes ont aujourd’hui leur premier enfant vers 28 ans, contre 24 ans dans les années 1970 et e 25 ans au début du xx siècle. « Pourquoi le nombre de naissances continue-t-il d’augmenter ? » Population et sociétés n° 454, Ined, mars 2009.• La fécondité aurait pu croître plus fortement en France sans la récession. « Deux enfants par femme dans la France de 2010 : la fécondité serait-elle insensible à la crise économique ? », Population et sociétés n° 476, Ined, mars 2011.Mortalité et longévité• Le nombre de décès augmente depuis 2006 car les générations les plus âgées sont de plus en plus nombreuses. La mortalité infantile stagne tandis que celle de nos voisins européens continue de baisser. « Le nombre de décès augmente, l’espérance de vie aussi », Insee Première n° 1318, octobre 2010.• À l’heure où les retombées de la révolution cardiovasculaire en termes d’espérance de vie s’épuisent, les futurs gains d’espérance de vie pourraient venir d’une attention grandissante portée aux personnes âgées. « Espérance de vie : peut-on gagner trois mois par an indéfiniment ? », Population et sociétés n° 473, Ined, décembre 2010.• Il y a treize fois plus de centenaires en 2010 qu’en 1970. Un sur deux vit encore à domicile. «15 000 centenaires en 2010 en France, 200 000 en 2060 ? », Insee Première n° 1319, octobre 2010.Couples• La proportion de jeunes de 20 à 24 ans en couple ne baisse plus. Celle des personnes de plus de 60 ans en couple continue d’augmenter. « Vivre en couple », Insee Première n° 1281, février 2010.• Malgré une très forte progression, le nombre des pacsés reste faible aux âges où l’on se met en er couple. Ainsi, au 1 janvier 2009, 3 % des adultes de 18 à 39 ans sont pacsés. « Un million de pacsés début 2010 », Insee Première n° 1336, février 2011.Évolution démographique• « Bilan démographique 2010 - La population française atteint 65 millions d’habitants», Insee Première n° 1332, janvier 2011.• « L’évolution démographique récente en France : les adultes vivent moins souvent en couple », Population n° 3, Ined, 2010.• « Projections de la population à l’horizon 2060 - Un tiers de la population âgé de plus de 60 ans », Insee Première n° 1320, octobre 2010.• « The greying of the baby boomers - A century-long view of ageing in European populations » , Statistics in Focus, Eurostat, 23/2011.32 France, portrait social - édition 2011
  24. 24. Les immigrés, les descendants d’immigrés et leurs enfants Pascale Breuil-Genier, Catherine Borrel, Bertrand Lhommeau*En 2008, 8,4 % des personnes vivant en France sont immigrées. Deux immigrés sur dix viventen France depuis quarante ans au moins et trois sur dix sont arrivés il y a moins de dix ans. Parailleurs, les descendants directs d’immigrés représentent 11 % de la population en Francemétropolitaine ; la moitié ont entre 18 et 50 ans, et parmi eux, la moitié ont un seul parentimmigré.La diversité des origines de la population se retrouve chaque année dans les naissances. En2010, comme au début des années 1980, 16 % des nouveaux-nés ont une mère immigrée.Souvent, le père et la mère ont des histoires différentes. Ainsi, parmi les enfants nés entre2006 et 2008 ayant un parent immigré, six sur dix ont un autre parent qui n’est pas immigré.Sur deux générations et en combinant les histoires des deux parents, les histoires familialesdes enfants nés entre 2006 et 2008 sont donc variées : un enfant sur dix a deux parentsimmigrés, six sur dix ont deux parents qui ne sont ni immigrés ni descendants d’immigrés, ettrois enfants sur dix ont des profils plus « mixtes ». Cette diversité apparaît encore plusnettement quand on tient compte des pays d’origine des parents ou grands-parents. 1 En 2008, 5,3 millions d’immigrés résident en France (5,2 millions en métropole). C’est untiers de plus qu’en 1982 ; ils étaient alors 4 millions (voir fiche 2.3). La part des immigrés dansla population de la France est ainsi passée de 7,4 % au cours des années 1980 et jusqu’à la findes années 1990 à 8,4 % en 2008 ; elle a crû d’1 point en 10 ans.Deux immigrés sur dix vivent en France depuis quarante ans au moins et troissur dix sont arrivés il y a moins de dix ans Diverses vagues d’immigration ont contribué à la composition de la population immigrée 2actuelle . L’ancienneté de présence sur le territoire témoigne de ces apports successifs(figure 1). Les immigrés les plus anciens viennent majoritairement d’Europe du Sud. En 1982, Repères 5,3 millions d’immigrés en 2008 en France : - la moitié sont des femmes, voir fiche 2.3 - 15 % ont moins de 30 ans, 36 % ont 60 ans ou plus, - 38 % sont originaires d’Europe, 43 % sont originaires d’Afrique.* Pascale Breuil-Genier, Catherine Borrel, Bertrand Lhommeau, Insee.1. La population immigrée est constituée des personnes nées étrangères à l’étranger et résidant en France. Elle comprenddonc en partie des personnes qui, depuis leur arrivée, ont acquis la nationalité française. À l’inverse, elle exclut lesFrançais de naissance nés à l’étranger et résidant en France ainsi que les étrangers nés en France.2. L’analyse des caractéristiques des personnes présentes ne reflète que partiellement l’histoire migratoire puisqu’elle netient compte que des migrants qui sont restés en France. En outre, les vagues migratoires les plus anciennes du XIXe ou dudébut du XXe siècle, tels que les Belges, Polonais, Russes, etc., ne sont plus « repérables » : les immigrés et leurs descen-dants directs sont pour la plupart décédés.Vue d’ensemble - Portrait de la population 33
  25. 25. la France comptait plus d’un million d’immigrés originaires d’Espagne ou d’Italie. Leurnombre a diminué de près de la moitié depuis (du fait des décès ou des retours au paysd’origine). En 1982, la population immigrée la plus nombreuse était originaire du Portugal(plus de 600 000 personnes). Elle l’est restée jusqu’en 1999, mais comme l’immigrationitalienne ou espagnole, du fait des décès ou des retours au pays d’origine, elle diminuerégulièrement au fil du temps. De fait, en 2008, près de 600 000 immigrés sont originairesd’Espagne ou d’Italie, et autant sont venus du Portugal ; 84 % des premiers et 69 % des secondssont arrivés en France depuis au moins 30 ans. L’essor de l’immigration algérienne a commencé au début des années 1950 et s’estpoursuivi au cours des décennies suivantes. De 600 000 en 1982, le nombre d’immigrés nésen Algérie a augmenté de près de 20 % pour atteindre 710 000 en 2008. La continuité del’immigration algérienne se reflète dans l’ancienneté de la présence en France de sesimmigrés : en 2008, 25 % des immigrés venus d’Algérie sont arrivés en France depuis 40 ansou plus tandis que 29 % y vivent depuis moins de 10 ans. Les migrations venues d’un paysd’Afrique hors Maghreb sont plus récentes. En 2008, le nombre d’immigrés d’Afrique hors 3Maghreb est de 670 000. 43 % d’entre eux sont en France depuis moins de 10 ans et seuls12 % y résident depuis 30 ans ou plus (3 % depuis 40 ans ou plus). La quasi-totalité des immigrés originaires d’Asie (97 %) vit en France depuis moins de 40 ans.Mais au sein de ce groupe les profils migratoires présentent des caractéristiques très contrastées.La plupart des immigrés d’Asie du Sud-est (Cambodge, Laos, Vietnam) sont venus en France aprèsles événements qui ont affecté cette région du monde à la fin des années 1970 : 70 % d’entre euxse sont établis en France depuis 20 à 39 ans. L’arrivée des immigrés originaires de Turquie a étéplus étalée dans le temps. L’immigration des autres pays d’Asie (Chine, Liban, Sri-Lanka, etc.) esttrès récente : plus de 4 immigrés sur 10 vivent en France depuis moins de 10 ans. Au total, 20 % des immigrés vivent en France depuis 40 ans au moins, 50 % habitent enFrance depuis 10 à 40 ans et 30 % sont arrivés il y a moins de 10 ans.1. Les personnes immigrées en 2008, selon le pays de naissance et l’ancienneté d’arrivée en France en % Ancienneté d’arrivée en France Effectifs Pays de naissance moins 40 ans Total (en milliers) 10-19 ans 20-29 ans 30-39 ans de 10 ans et plusEurope 2 030 25 13 8 18 36 100Union européenne (UE 27) 1 810 22 12 8 18 39 100dont : Espagne 260 8 4 3 10 75 100 Italie 320 9 5 4 7 76 100 Portugal 580 11 11 9 41 28 100 Autres pays de l’UE 27 650 44 20 12 8 17 100Autres pays d’Europe 220 48 20 6 12 14 100Afrique 2 270 32 19 18 18 14 100Maghreb 1 600 27 16 17 21 18 100dont : Algérie 710 29 16 14 16 25 100 Maroc, Tunisie 890 25 16 20 25 13 100Autres pays d’Afrique 670 43 24 20 9 3 100Asie 760 33 21 26 17 3 100dont : Turquie 240 28 22 27 20 2 100 Cambodge, Laos, Vietnam 160 12 11 39 31 6 100 Autres pays d’Asie 360 46 25 20 8 3 100Amérique, Océanie 280 47 23 19 8 3 100Ensemble 5 340 30 17 15 17 20 100Champ : France.Note : la répartition par ancienneté est calculée sur les personnes ayant donné leur année d’arrivée.Source : Insee, recensement 2008, exploitation principale.3. Hors Algérie, Maroc, Tunisie, il y a plus de 50 pays dans cette zone géographique.34 France, portrait social - édition 2011
  26. 26. 3,1 millions de personnes de 18 à 50 ans nées en France métropolitaine ontau moins un parent immigré Les immigrés ont parfois eu des enfants après leur arrivée en France, que ce soit avec unepersonne immigrée ou non. En 2008, environ 6,5 millions de descendants directs d’un ou de 4deux parents immigrés vivent en France métropolitaine (et y sont nés) . 3,1 millions ontentre 18 et 50 ans, la moitié d’entre eux ont un parent immigré et un parent non immigré(figure 2). L’origine du ou des parents immigrés des descendants de 18 à 50 ans est logiquement liée àl’ancienneté des différentes vagues de migrations : la moitié des descendants directs ont unparent immigré né en Europe (huit fois sur dix en Espagne, en Italie ou au Portugal), et 35 % ontun parent né au Maghreb. Par ailleurs, lorsque l’un des parents est immigré d’Afrique, d’Asieou du Portugal, deux fois sur trois l’autre est aussi immigré, éventuellement d’un autre pays.Pour les autres pays d’Europe, c’est le cas une fois sur trois, voire moins. Ces écarts s’expli-quent en partie par les circonstances de l’immigration des parents. Notamment, la part desimmigrés venus en couple varie selon les pays d’origine, en lien avec l’âge d’arrivée et le motifde migration.2. Pays de naissance des parents immigrés des descendants directs âgés de 18 à 50 ans en 2008 Un ou deux parents immigrés Dont deux parents immigrés Pays de naissance du parent immigré1 (en milliers) en milliers en %Europe 1 540 580 38Union européenne (UE 27) 1 470 550 38dont : Espagne 350 120 33 Italie 430 140 33 Portugal 420 270 65 Autres pays de l’UE 27 280 30 10Autres pays d’Europe 70 30 37Afrique 1 280 870 68Maghreb 1 090 750 69dont : Algérie 620 410 67 Maroc, Tunisie 470 340 71Autres pays d’Afrique 190 120 62Asie 210 130 63dont : Turquie 60 60 90 Autres pays d’Asie (y.c. Cambodge, Laos, Vietnam) 140 70 51Amérique, Océanie 50 10 29Ensemble des descendants 3 080 1 590 521. Pays du parent immigré, celui du père s’il est différent de celui de la mère.Champ : adultes nés en France métropolitaine d’au moins un parent immigré entre 1958 et 1990 et vivant en France métropolitaine en ménage ordinaire.Lecture : 1,6 million de personnes de 18 à 50 ans nées et vivant en France métropolitaine ont deux parents immigrés. Parmi elles, 270 000 ont un père immigré duPortugal (et une mère également immigrée, du Portugal ou d’ailleurs).Source : Ined ; Insee, enquête Trajectoires et Origines 2008.4. Personnes résidant en ménages ordinaires, nées et vivant en France métropolitaine, et qui ont un père ou une mèreimmigré. Cette estimation du nombre de descendants combine le recensement de la population (pour les moins de18 ans), l’enquête Trajectoires et Origines (pour les 18-50 ans) et l’enquête Emploi (pour les 51 ans ou plus). Avec lesdéfinitions retenues, les enfants ayant migré avec leurs parents sont eux-mêmes considérés comme des immigrés et noncomme des descendants d’immigrés. Par définition, aucun descendant d’immigré n’est lui-même immigré.Vue d’ensemble - Portrait de la population 35

×