Support Assertivité

6 141 vues

Publié le

s\'affirmer dans le respect de l\'autre avec la posture assertive

0 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
6 141
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
108
Actions
Partages
0
Téléchargements
363
Commentaires
0
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Support Assertivité

  1. 1. Axel de Font-Réaulx - 2011http://fr.linkedin.com/in/axel2frxhttp://www.viadeo.com/fr/profile/axel.de.font-reaulx s’affirmer s’affirmer dans le respect dans respect de l’autre de
  2. 2. sommaire Les 3 attitudes dominantes en situation tendue ou bloquée > La passivité > L’agressivité > La manipulation L’assertivité ou l’affirmation de soi L’assertivité : fait, opinion et sentiment La méthode DESC Les conditions d’une démarche assertive Références bibliographiques
  3. 3. les 3 attitudes dominantes ensituation tendue ou bloquée L’agressivité: attitude visant à imposer son opinion, à attaquer l’autre ou agir par agressivité intimidation en ne tenant pas compte du droit des autres. passivité La passivité, la fuite : attitude d’évitement devant les personnes ou les événements (inaction, agitation, sur-adaptation, violence contre soi…) La manipulation : attitude visant à dissimuler, ruser, faire semblant de respecter les droits des autres pour mieux imposer les siens.Ces 3 attitudes sont négatives ou stériles. assertivitéUn autre permet de dénouer les situations difficiles (tension ou crise) : l’assertivité
  4. 4. la passivité ou l’art d’être tropconciliant face à une situationdifficileQuelques exemples de comportementspassifs Accepter de prendre en charge une action / une tâche avec laquelle on est pas d’accord Les conséquences possibles de la Laisser une situation relationnelle se détériorer passivité Ne pas décider Les « dragons » de la passivité : Ne pas s’exprimer/se manifester dans une > frustration situation difficile > remords > irritationRaisons possibles d’un comportement > colère contre les autres, colère contrepassif soi > démotivation Peur du conflit « Je me conforte et je suis conforté dans un Peur de déplaire second rôle » dans la situation Trop sensible à l’opinion des autres Manque de confiance en soi Besoin d’être apprécié
  5. 5. l’agressivité ou l’art d’être tropcombattif face à une situationdifficileQuelques exemples de comportementsagressifs Impulsivité Réponse sur le mode de l’attaque Les conséquences possibles de Des mots forts qui nous échappent l’agressivité Attitude fermée, regard noir, voix un peu Gaspillage d’énergie sèche Trop grande réactivité Efficacité apparente et court terme Sur la défensive Escalade Vouloir faire passer ses idées à tous prix Manque d’infos utiles Agressivité ou soumission de l’autre enRaisons possibles d’un comportement retouragressif Manque ou trop grande confiance en soi Perte de confiance de l’interlocuteur Problèmes personnels Pas le droit à l’erreur Manque d’écoute Il vaut mieux être loup qu’agneau
  6. 6. la manipulation ou l’art deruser face à une situationdifficileQuelques exemples de comportementsmanipulateurs Flatterie, séduction Véhiculer des rumeurs Les conséquences possibles de la Dévalorisation, culpabilisation manipulation Chantage affectif La méfiance engendre la méfiance Propos différents en fonction Perte de crédibilité des personnes Climat malsain Manque de synergieRaisons possibles d’un comportementmanipulateur ? Environnement/Culture Il faut diviser pour mieux régner La franchise ne marche pas La fin justifie les moyens
  7. 7. l’assertivité ou l’affirmationde soi « Assertivité » vient du mot anglais assertiveness initié par Andrew Salter psychologue new-yorkais (début 20e), puis développé par Joseph Wolpe, psychiatre et professeur de médecine américain Dans les relations personnelles ou professionnelles c’est : « Exprimer le plus directement possible ce que l’on pense, veut, ressent, en étant à l’écoute de ce que l’autre pense, veut, ressent » (1) « S’affirmer tout en respectant autrui. Se respecter soi-même en s’exprimant directement, sans détours, mais avec considération pour autrui » (2) (1) Boisvert et Beaudry, psychologues français et chercheurs en psychologie « S’affirmer et communiquer « édition de l’homme Centre interdisciplinaire de Montréal 1979 (2) Thierry Tournebise, psychothérapeute « L’écoute thérapeutique « ESF 2001 Réédité en nov. 2011
  8. 8. l’assertivité ou l’affirmationde soiL’assertivité c’est… Une philosophie constructive Des outils et des techniques Des repères pour mieux se connaître S’affirmer tranquillement Défendre ses droits en respectant ceux des autres Engager des relations sur le mode de la coopération Être vrai sans naïveté ni méfiance excessiveL’assertivité nécessite de se mettre en posture d’ouverture Etre Authentique Etre en écoute verbale et non verbale Etre dans la bienveillance et présupposer la bienveillance de l’autre à mon égard Recevoir et accepter le retour de l’autre
  9. 9. l’assertivité ou l’affirmationde soiLes bénéfices de l’assertivité Se respecter, respecter ses valeurs Être à l’aise dans le face à face et en public Trouver sa juste place Développer des relations équilibrées Résoudre les conflits interpersonnels Créer un climat propice au travail d’équipe Susciter la confiance Savoir réagir de manière constructive dans une situation difficile
  10. 10. l’assertivité ou l’affirmationde soiExemples de comportements assertifs J’ose dire « je », je parle en mon nom En cas de désaccord, je prends l’initiative de clarifier la situation J’ose dire « non » à une demande pour me faire respecter Je choisis une position d’ouverture et d’écoute Je dis « oui et je dirais même plus», plutôt que « oui, mais » Lorsque j’ai raison, je laisse une sortie honorable à mon interlocuteur Je reconnais les bonnes idées des autres, ils n’ont quand même pas entièrement tort … Je souris en prenant contact Je vais vers les autres sans méfiance Je vais droit au but et je joue cartes sur table Je clarifie mes objectifs et mes besoins Je me dis qu’il faut trouver une solution commune Je pose des questions claires et directes
  11. 11. l’assertivité :fait, opinion, et sentimentLes faitsLes faits sont des informations tangibles, vérifiables et parfois même quantifiables.En principe ils sont incontestables, cest-à-dire que tout le monde devrait pouvoir tomber daccord sur cequi constitue un fait. Cest un élément de réalité que tout le monde peut considérer de la même façon. Unfait a une existence propre. Un fait en soi, est un élément dinformation et ne peut constituer un objet decommunication. On peut communiquer "sur" ou "autour" dun fait.
  12. 12. l’assertivité :fait, opinion, et sentimentUne opinionUne opinion est un jugement de valeur, une appréciation subjective que lon porte sur sonenvironnement.Nos convictions sancrent dans des opinions qui émanent de notre entourage familial et professionnel,de notre journal, ou dun cercle damis…Ce bain culturel nous influence profondément et sans que nousnous en rendions compte, nous reprenons à notre compte les idées toutes faites qui circulent dans le milieuoù lon vit. Les opinions se construisent souvent sur la base déléments isolés. A partir de cette réalitépartielle, nous extrapolons des règles générales abusives.Dès lors, une opinion se reconnaît, notamment, par le fait quelle est contestable. Elle peut toujours entraînerune discussion animée.
  13. 13. l’assertivité :fait, opinion, et sentimentLes sentimentsLes sentiments sont des indications sur ce que lon ressent. Ils recouvrent la gamme de nos émotionset de nos affects. Dans la plupart des cultures occidentales, la pression sociale nous empêche dexprimernos sentiments. Un long apprentissage nous conduit à être capable de les masquer.Expression de notre implication, ils sont en général bien acceptés par nos interlocuteurs qui leur accordentune certaine légitimité. Comme les faits, les sentiments sont incontestables.
  14. 14. l’assertivité :fait, opinion, et sentimentPour améliorer sa façon de communiquerLexpression de faits ou de sentiments améliore lefficacité des échanges : > La recherche systématique de faits nous aide à sortir de jugements élaborés à partir déléments contestables, partiels. > Les sentiments exprimés montrent notre degré dimplication et ouvrent la relation à un dialogue plus intime.Etre capable de distinguer fait - opinion - sentiment est le premier pas pour débloquer des "dialogues desourds". Dans toute discussion rechercher les faits, questionner, être sensible aux sentiments voilés,permet de dénouer des échanges qui tournent en rond, ou qui dérivent vers le conflit.
  15. 15. l’assertivité :la méthode DESCLa démarche assertive s’appuie sur une méthode, le DESCD : Décrire les faits, le point de vue de l’autre sans jugement de valeurE : Exprimer ses sentiments, ses émotions, ce que l’on ressent, sa propre position, sans montrer ses émotionsS : Suggérer ou faire suggérer une solution constructive de type « gagnant / gagnant »C : Conclure (contracter) en présentant les conséquences positives de la solution
  16. 16. les conditions d’une démarcheassertive bénéfique S’assurer que c’est la bonne méthode : enjeux, motivation personnelle, personnalité…. Choisir le bon moment, le bon endroit S’assurer qu’il s’agit du bon interlocuteur S’assurer de la réceptivité et du degré d’ouverture de l’interlocuteur Préparer l’entretien : > chercher les éléments factuels > trouver la formulation pour exprimer ce que l’on ressent sans se laisser déborder par ses émotions > chercher des pistes de solution et les conséquences positives pour vous et pour l’autre
  17. 17. références bibliographiques « L’intelligence émotionnelle » Daniel Golemann , Robert Laffont, 2000 « Je gère les conflits avec succès! » Michel Baudier, Maxima, Relations Humaines sans tabous « L’affirmation de soi » Marie Joseph Chalvin « Les mots sont des fenêtres (ou bien de murs) : introduction à la communication non violente » Marshall B. Rosenberg , Broché
  18. 18. mes notes
  19. 19. mes notes

×