Poème inédit parole au poète

1 384 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 384
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Poème inédit parole au poète

  1. 1. Poème inédit : Parole au poète Je marche dans le désert de l'esprit, Dans le silence des regards, Dans les désirs infinis, Dans les lèvres entrouvertes, Pour parler, pour dire Ce que la parole hésite De toucher, au risque de L'oubli, au risque du mensonge, Au risque de l'indifférence. Je marche dans nulle-part, Où les larmes de la clémence N'ont pas vu les blessures du sol, Le chagrin des arbres, Le chant sans voix des oiseaux sans ailes Sans vol, sans vol, sans vol Je marche dans l'oubli, Dun boulevard qui bouillonne De corps en chair qui brûle, De corps en fer, en acier Qui domine l'ardeur, Qui calme la soif, Qui soulage de la faim! La sécheresse de l'esprit Chasse sans répit toute conscience Je marche entre les tombeaux blancs Et le mausolée hermétiquement fermé La sécheresse a fait brûler l'herbe, La sécheresse a fait faner les fleurs et fait rétrécir les coeurs.
  2. 2. Je marche sur les trottoirs des mensonges Où la sécheresse de l'âme A détruit la bonne parole De la charité et de l'aumône De la piété et du pardon, L'opprobre gagne du terrain, Il tisse sa toile autour des cœurs, Autour des esprits, au fond des âmes, Aveugle les regards, de poussière, D'ombres et de silhouettes sombres Je marche dans le sillage du désespoir de comprendre, Je marche dans la sécheresse des cœurs Dans l'artifice des couleurs, le maquillage de la nuit et du jour Sur les visages sans nom, anonymes, sans horizons. Je marche dans la poussière de ce qui reste d'un ballet, De princes sourds et de muettes princesses dans leur long sommeil, Et sur les dernières notes du Requiem de la douleur, Je marche sur le bout du fil singulier Du doute et du tourbillon de l'incertitude. Et une voix me dit : _ Que cherches-tu, poète ? _ Je cherche ma voie, à travers la parole, le geste, le regard, le cœur De ce qui aurait pu être un être humain, De ce qui aurait pu être bon, sincère, généreux, De ce qui aurait pu être modeste, humble et charitable, Mais, hélas, j'assiste à l'avance du désert, J'assiste à la chevauchée de l'esprit du Mal. J'assiste à la sécheresse de l'âme Qui souffle le vent de la Géhenne ! J'assiste au miroitement de l'artifice, aveugler tous les regards Fermer tous les cœurs Sceller jusqu'à l'éternité Toutes les portes de la clémence et de la miséricorde !
  3. 3. J'ai enfin une larme qui coule Elle coule, chaude, comme celle de la dernière pluie Pluie du dernier été du dernier déluge ! Dans le passage du typhon Dans le sillage de la tornade Où seules quelques étoiles brillent Quelques fleurs espèrent Quelques verdures accueillent L'unique espoir de la rédemption L'unique récompense du Seigneur : Le pardon, la miséricorde Dans les Jardins du Délice ! Abdelmalek Aghzaf Espace Salama 1 sur la route de Larache Le 07/07/2014.

×