PAR : ABDERRAFI EL MAATAOUI
• Expert Comptable DPLE
• CSAA -AAOIFI
-
• CIMA CDIF UK
Le sommet de la Finance Islamique et P...
2
S
O
M
M
A
I
R
E
I- CARTOGRAPHIE DES RISQUES DES BIS
II- RISQUE DE LIQUIDITE DES BIS
III- GESTION ACTIF PASSIF (ALM) DES ...
3
Risque du
Marché ( taux
de profit..)
Risque de non
conformité à la
Sharia
I- CARTOGRAPHIE DES RISQUES DES BANQUES
ISLAMI...
4
VOLATILITE DESVOLATILITE DES
RENDEMENTS REELSRENDEMENTS REELS
DES ACTIFS ET DESDES ACTIFS ET DES
PROJETSPROJETS
VOLATILI...
II- RISQUE DE LIQUIDITE POUR LES BANQUES ISLAMIQUES
___________________________________________
RISQUE DE LIQUIDITE : SIGN...
II- RISQUE DE LIQUIDITE DES BANQUES ISLAMIQUES
perte d'opportunité
6
crise de liquidité et
incapacité à honorer les
engage...
ETUDE COMPARATIVE DANS LES PAYS DU GOLFE PORTANT SUR
65 BANQUES - PERIODE : 2008/2014 (SEM1)
IMF WP 15/234 – Nov 2015
 
BA...
8
MODELE
DOMINANT
D’INTERMEDIATION
BANCAIRE
ISLAMIQUE
1- Respect des piliers de la finance
islamique :
l’interdiction du ...
IMPACT DU MODELE D’INTERMEDIATION BANCAIRE
ISLAMIQUE SUR LE RISQUE DE LIQUIDITE
__________________________________________...
Source : Development Bank- Islamic Research and Training Institute . ISLAMIC BANKING IN THE MENA REGION -
SALMAN SYED ALI ...
Source : Development Bank- Islamic Research and Training Institute . ISLAMIC
BANKING IN THE MENA REGION - SALMAN SYED ALI ...
II- RISQUE DE LIQUIDITE POUR LES BANQUES ISLAMIQUES
___________________________________________
12
L’adage bancaire : «une...
13
III- LA GESTION ACTIF/ PASSIF ALM
_____________________________________________
14
DEMARCHE D’IMPLEMENTATION ALM
11
22
33
STRUCTURATION DU COMITE ALM ET DE LA FONCTION ALMSTRUCTURATION DU COMITE ALM ET ...
15
DEMARCHE D’IMPLEMENTATION ALM
11
STRUCTURATION DU COMITE ALM ET DE LA
FONCTION ALM
STRUCTURATION DU COMITE ALM ET DE LA...
RATTACHEMENT ORGANISATIONNEL DE L’ALM
16
SOURCE : Etude PWC en 2007 sur 60 banques de 14 pays européens
COMPOSITION DES COMITES ALM
17
SOURCE : Etude PWC en 2007 sur 60 banques de 14 pays européens
18Source : Eude DELOITTE 2013
19Source : Eude DELOITTE 2013
20
DEMARCHE D’IMPLEMENTATION ALM
22 ATTRIBUTIONS DU COMITE ALMATTRIBUTIONS DU COMITE ALM
 Diagnostic :
 Equilibres bilan...
21
DEMARCHE D’IMPLEMENTATION ALM
33
IDENTIFICATION - MESURE ET GESTION DES
RISQUES
IDENTIFICATION - MESURE ET GESTION DES
...
22
IV- LIQUIDITE ET BALE III
_____________________________________________
Le LCR calcule quotidiennement le taux de couve...
23
IV- LIQUIDITE ET BALE III
_____________________________________________
 Ratio à MLT : NSFR
Le ratio structurel de liq...
24
V- LIQUIDITE ET IFSB
_____________________________________________
• Norme : IFSB 12 ( Mai 2012) et GN -6 (Avril
2015)
...
Merci pour votre
attention
FINALIANCE AUDIT & CONSEIL
Finaliancesarl@gmail.com
25
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Présentation el maataoui sfi- 08 12 2015 -

436 vues

Publié le

GESTION DE LA LIQUIDITE PAR LES BANQUES ISLAMIQUES

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
436
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
29
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • .
  • Profit que les stagiaires tireront de la présentation : les stagiaires adultes s'intéressent plus à un sujet s'ils savent dans quelle mesure ou pourquoi ce sujet est important pour eux.
    Niveau de savoir-faire du formateur dans le domaine concerné : décrivez brièvement votre expérience dans ce domaine ou expliquez pourquoi les participants ont un intérêt à vous écouter.
  • Profit que les stagiaires tireront de la présentation : les stagiaires adultes s'intéressent plus à un sujet s'ils savent dans quelle mesure ou pourquoi ce sujet est important pour eux.
    Niveau de savoir-faire du formateur dans le domaine concerné : décrivez brièvement votre expérience dans ce domaine ou expliquez pourquoi les participants ont un intérêt à vous écouter.
  • .
  • Profit que les stagiaires tireront de la présentation : les stagiaires adultes s'intéressent plus à un sujet s'ils savent dans quelle mesure ou pourquoi ce sujet est important pour eux.
    Niveau de savoir-faire du formateur dans le domaine concerné : décrivez brièvement votre expérience dans ce domaine ou expliquez pourquoi les participants ont un intérêt à vous écouter.
  • Profit que les stagiaires tireront de la présentation : les stagiaires adultes s'intéressent plus à un sujet s'ils savent dans quelle mesure ou pourquoi ce sujet est important pour eux.
    Niveau de savoir-faire du formateur dans le domaine concerné : décrivez brièvement votre expérience dans ce domaine ou expliquez pourquoi les participants ont un intérêt à vous écouter.
  • Profit que les stagiaires tireront de la présentation : les stagiaires adultes s'intéressent plus à un sujet s'ils savent dans quelle mesure ou pourquoi ce sujet est important pour eux.
    Niveau de savoir-faire du formateur dans le domaine concerné : décrivez brièvement votre expérience dans ce domaine ou expliquez pourquoi les participants ont un intérêt à vous écouter.
  • Profit que les stagiaires tireront de la présentation : les stagiaires adultes s'intéressent plus à un sujet s'ils savent dans quelle mesure ou pourquoi ce sujet est important pour eux.
    Niveau de savoir-faire du formateur dans le domaine concerné : décrivez brièvement votre expérience dans ce domaine ou expliquez pourquoi les participants ont un intérêt à vous écouter.
  • Profit que les stagiaires tireront de la présentation : les stagiaires adultes s'intéressent plus à un sujet s'ils savent dans quelle mesure ou pourquoi ce sujet est important pour eux.
    Niveau de savoir-faire du formateur dans le domaine concerné : décrivez brièvement votre expérience dans ce domaine ou expliquez pourquoi les participants ont un intérêt à vous écouter.
  • Profit que les stagiaires tireront de la présentation : les stagiaires adultes s'intéressent plus à un sujet s'ils savent dans quelle mesure ou pourquoi ce sujet est important pour eux.
    Niveau de savoir-faire du formateur dans le domaine concerné : décrivez brièvement votre expérience dans ce domaine ou expliquez pourquoi les participants ont un intérêt à vous écouter.
  • Profit que les stagiaires tireront de la présentation : les stagiaires adultes s'intéressent plus à un sujet s'ils savent dans quelle mesure ou pourquoi ce sujet est important pour eux.
    Niveau de savoir-faire du formateur dans le domaine concerné : décrivez brièvement votre expérience dans ce domaine ou expliquez pourquoi les participants ont un intérêt à vous écouter.
  • Profit que les stagiaires tireront de la présentation : les stagiaires adultes s'intéressent plus à un sujet s'ils savent dans quelle mesure ou pourquoi ce sujet est important pour eux.
    Niveau de savoir-faire du formateur dans le domaine concerné : décrivez brièvement votre expérience dans ce domaine ou expliquez pourquoi les participants ont un intérêt à vous écouter.
  • Profit que les stagiaires tireront de la présentation : les stagiaires adultes s'intéressent plus à un sujet s'ils savent dans quelle mesure ou pourquoi ce sujet est important pour eux.
    Niveau de savoir-faire du formateur dans le domaine concerné : décrivez brièvement votre expérience dans ce domaine ou expliquez pourquoi les participants ont un intérêt à vous écouter.
  • Présentation el maataoui sfi- 08 12 2015 -

    1. 1. PAR : ABDERRAFI EL MAATAOUI • Expert Comptable DPLE • CSAA -AAOIFI - • CIMA CDIF UK Le sommet de la Finance Islamique et Participative Best Practices & Opérations Réussies 10 et 11 Décembre 2015 Gestion de liquidité des banques islamiques
    2. 2. 2 S O M M A I R E I- CARTOGRAPHIE DES RISQUES DES BIS II- RISQUE DE LIQUIDITE DES BIS III- GESTION ACTIF PASSIF (ALM) DES BIS IV- LIQUIDITE ET BALE III IV- LIQUIDITE ET IFSB
    3. 3. 3 Risque du Marché ( taux de profit..) Risque de non conformité à la Sharia I- CARTOGRAPHIE DES RISQUES DES BANQUES ISLAMIQUES : FOCUS SUR LE RISQUE DE LIQUIDTE _____________________________________________Risque de crédit Risque Commercial Déplacé RISQUE DE LIQUIDITE Risques opérationnels ( humains, procédures..)Risque juridique
    4. 4. 4 VOLATILITE DESVOLATILITE DES RENDEMENTS REELSRENDEMENTS REELS DES ACTIFS ET DESDES ACTIFS ET DES PROJETSPROJETS VOLATILITE DESVOLATILITE DES RENDEMENTS REELSRENDEMENTS REELS DES ACTIFS ET DESDES ACTIFS ET DES PROJETSPROJETS MANIFESTATION DUMANIFESTATION DU RISQUE DERISQUE DE LIQUIDITELIQUIDITE MANIFESTATION DUMANIFESTATION DU RISQUE DERISQUE DE LIQUIDITELIQUIDITE RISQUE COMMERCIAL DEPLACE RISQUE DE RETRAITRISQUE DE RETRAIT DES FONDS DES CIPDES FONDS DES CIP PAR LES DEPOSANTSPAR LES DEPOSANTS RISQUE DE RETRAITRISQUE DE RETRAIT DES FONDS DES CIPDES FONDS DES CIP PAR LES DEPOSANTSPAR LES DEPOSANTS Lissage des taux de rendement des CIP au détriment des profits des actionnaires ( PER & IRR) Lissage des taux de rendement des CIP au détriment des profits des actionnaires ( PER & IRR) PREVENTION DUPREVENTION DU RISQUE COMMERCIALRISQUE COMMERCIAL DEPLACEDEPLACE PREVENTION DUPREVENTION DU RISQUE COMMERCIALRISQUE COMMERCIAL DEPLACEDEPLACE
    5. 5. II- RISQUE DE LIQUIDITE POUR LES BANQUES ISLAMIQUES ___________________________________________ RISQUE DE LIQUIDITE : SIGNIFICATIF POUR LES BIS 5 RAISON 1 : les marchés interbancaires et monétaires islamiques sont inexistants ou sous-développés RAISON 2 : Les facilités des Banques Centrales ne s’accommodent pas toujours avec la Sharia ( mécanisme PDR absent) RAISON 3 : Les facilités à court terme des Banques Centrales ne s’accommodent pas toujours avec la Sharia RAISON 4 : La conformité à la Sharia impose des règles strictes ( adossement à des actifs tangibles, instruments de couverture classiques interdits, restriction de vente des dettes,..) Les BIS se voient obligées de détenir des niveaux de liquidité élevées ( jusqu’ à 40% de plus que les BC) IMPACT SUR LA RENTABILITE ET LA COMPETITIVITE
    6. 6. II- RISQUE DE LIQUIDITE DES BANQUES ISLAMIQUES perte d'opportunité 6 crise de liquidité et incapacité à honorer les engagements de la banque DECALAGE ENTRE LES RESSOURCES ET LES EMPLOIS IMPACT SUR LA QUALITE DES RESULTATS IMPACT SUR LA QUALITE DES RESULTATS IMPACT SUR LA SOLVABILITE ET LA PERENNITE IMPACT SUR LA SOLVABILITE ET LA PERENNITE
    7. 7. ETUDE COMPARATIVE DANS LES PAYS DU GOLFE PORTANT SUR 65 BANQUES - PERIODE : 2008/2014 (SEM1) IMF WP 15/234 – Nov 2015   BANQUES CONVENTIONNELLES BANQUES ISLAMIQUES % DES LIQUIDITES / TOTAL ACTIF 19,80% 23,00% ROA 1,6 1,3 ROE 10,2 6,7 7
    8. 8. 8 MODELE DOMINANT D’INTERMEDIATION BANCAIRE ISLAMIQUE 1- Respect des piliers de la finance islamique : l’interdiction du Riba, de la spéculation, du Gharar, et de l’investissement illicite Partage des pertes et des profits Respect du principe d’adossement à un actif tangible 2- Importance des Comptes d’Investissements Participatifs CIP rémunérés en Moudarabah - Refinancement « Retail » bon marché mais instable 3- Prédominance du mode de financement par Mourabaha ( 66%)
    9. 9. IMPACT DU MODELE D’INTERMEDIATION BANCAIRE ISLAMIQUE SUR LE RISQUE DE LIQUIDITE _____________________________________________ 9 BEAUCOUP DE DEPOTS CONCENTRES DES PARTICUIERS A MATURITE COURTE ( WADIAA + CIP) RISQUE DE « DIFFERENTIELS DE MATURITE » + RISQUE « ASSET LQUIDITY » + RISQUE « FUNDING LIQUIDITY »  RISQUE DE LIQUIDITE CREANCES MOURABAHA A DUREE FIXE A CT OU A MLT ( IMMOBILIER) PEU DE DEPOTS CORPORATE & INTERBANCAIRES ACTIF PASSIF
    10. 10. Source : Development Bank- Islamic Research and Training Institute . ISLAMIC BANKING IN THE MENA REGION - SALMAN SYED ALI - 2011 10 ILLUSTRATION : DECOMPOSITION DES ACTIFS DES BIS ( % DU TOTAL ACTIF) - ZONE MENA
    11. 11. Source : Development Bank- Islamic Research and Training Institute . ISLAMIC BANKING IN THE MENA REGION - SALMAN SYED ALI - 2011 11 ILLUSTRATION :
    12. 12. II- RISQUE DE LIQUIDITE POUR LES BANQUES ISLAMIQUES ___________________________________________ 12 L’adage bancaire : «une insuffisance de liquidité peut tuer une banque rapidement, tandis qu'un excès de liquidité peut la tuer lentement ». IMPORTANCE DE LA GESTION ET DE L’OPTIMISATION DE LA LIQUIDITE GESTION ACTIF PASSIF ( ALM)
    13. 13. 13 III- LA GESTION ACTIF/ PASSIF ALM _____________________________________________
    14. 14. 14 DEMARCHE D’IMPLEMENTATION ALM 11 22 33 STRUCTURATION DU COMITE ALM ET DE LA FONCTION ALMSTRUCTURATION DU COMITE ALM ET DE LA FONCTION ALM ATTRIBUTIONS DU COMITE ALM ET RELATIONS FONCTIONNELLES ( FINANCE- TRESORERIE – COMMERCIAL – MARKETING – AUDIT SHARIA) ATTRIBUTIONS DU COMITE ALM ET RELATIONS FONCTIONNELLES ( FINANCE- TRESORERIE – COMMERCIAL – MARKETING – AUDIT SHARIA) IDENTIFICATION - MESURE ET GESTION DES RISQUESIDENTIFICATION - MESURE ET GESTION DES RISQUES
    15. 15. 15 DEMARCHE D’IMPLEMENTATION ALM 11 STRUCTURATION DU COMITE ALM ET DE LA FONCTION ALM STRUCTURATION DU COMITE ALM ET DE LA FONCTION ALM  Rattachement hiérarchique :  Plusieurs configurations possibles : Département spécifique relevant de la direction générale, de la direction financière, ou de la direction des Risques  Composition : au minimum  DG – DAF – DR – DC - DALM
    16. 16. RATTACHEMENT ORGANISATIONNEL DE L’ALM 16 SOURCE : Etude PWC en 2007 sur 60 banques de 14 pays européens
    17. 17. COMPOSITION DES COMITES ALM 17 SOURCE : Etude PWC en 2007 sur 60 banques de 14 pays européens
    18. 18. 18Source : Eude DELOITTE 2013
    19. 19. 19Source : Eude DELOITTE 2013
    20. 20. 20 DEMARCHE D’IMPLEMENTATION ALM 22 ATTRIBUTIONS DU COMITE ALMATTRIBUTIONS DU COMITE ALM  Diagnostic :  Equilibres bilantiels et en Hors bilan.  Exposition des risques par classe d’Actifs  Environnement : concurrence-clientèle- réglementation- refinancement  Simulations des équilibres futurs (E/R) ( Analyse différentielle – analyse de sensibilité - stress testing –analyse d’impact,..) sur la base des propositions de la DAF et de la DC  Arbitrage entre la DAF et la DC  Suivi des décisions et analyse des écarts  Reporting : Tableau de bord périodique
    21. 21. 21 DEMARCHE D’IMPLEMENTATION ALM 33 IDENTIFICATION - MESURE ET GESTION DES RISQUES IDENTIFICATION - MESURE ET GESTION DES RISQUES  Le Risque de liquidité ZERO n’existe pas.  Pas de recette miracle  Pas de modèle unique de réduction du risque de liquidité  Combinaison d’une batterie d’indicateurs de GAP :  Calcul des prévisions de flux entrants et sortants par maturité contractuelle et/ou par des hypothèses statistiques ( +/- pessimistes en fonction du « stress »).  Détermination des impasses de liquidités.  Fixation de limites de stock d’actifs liquides, rapportées soit à ces impasses, soit au total de bilan.  Fixation de limites du financement de court terme.  Calcul des indices de sensibilité des déséquilibres E/R
    22. 22. 22 IV- LIQUIDITE ET BALE III _____________________________________________ Le LCR calcule quotidiennement le taux de couverture des sorties nettes de trésorerie par l’encours des actifs liquides de haute qualité sur un horizon de 30 jours dans une situation de tension sur la liquidité. Ratio de couverture LCR =--------------------------------------------- >= 100% Stock des Actifs liquides de haute qualité Sortie nette de cash sur 30 jours( Liquidity Coverage Ratio) OBJECTIF : Résister à une crise de liquidité de 30 j Introduction de 2 nouveaux ratios de liquidité:  Ratio à CT: LCR ( application progressive 2015 -2019) NB : LCR MOYEN DES BANQUES MAROCAINES A FIN 2014 : 130%
    23. 23. 23 IV- LIQUIDITE ET BALE III _____________________________________________  Ratio à MLT : NSFR Le ratio structurel de liquidité à long terme est calculé trimestriellement de manière à ce que les actifs à long terme soient financés à l’aide d’un montant minimal de fonds stables à long terme. Ratio structurel de liquidité = --------------------------------------------- >= 100% Financement stable exigé à 1 an (Actif) Financement stable disponible à 1 an ( passif) ( NSFR) OBJECTIF : Résister à une crise de liquidité d’un AN ( application le 01/01/2018)
    24. 24. 24 V- LIQUIDITE ET IFSB _____________________________________________ • Norme : IFSB 12 ( Mai 2012) et GN -6 (Avril 2015) • Objectif : Adaptation des règles de Bâle III aux IFI. • Calendrier : calqué sur BALE III ( 2015 à 2019) • Traitement détaillé du calcul du LCR ( journalier) et du NSFR • Traitement des CIP restreints et non restreints • Recommadations aux autorités de supervision
    25. 25. Merci pour votre attention FINALIANCE AUDIT & CONSEIL Finaliancesarl@gmail.com 25

    ×