LES ACTUALITES DE L’ABES
Isabelle Mauger Perez, responsable adjointe du Département des services aux réseaux (DSR)
Laurent...
En préambule : l’ABES se réorganise
Pascal Pérotin, directeur adjoint
Serge Genot, directeur du projet SGBm
Martine Brunet...
Journées ABES 2015 - Actualités de l’ABES
3
1. Signaler plus
1.1. Plus de ressources électroniques
1.2. Avec plus de moyen...
Mais avant toute chose…
Indisponibilité anormale des applications
entre mai et septembre 2014 :
toutes nos excuses renouve...
SIGNALER PLUS
1 – Signaler plus
5
Plus de ressources électroniques
1 – Signaler plus
6
Type Corpus
courant (open
access)
Open Edition 1 668 périodiques
courant Numérique Premium 996 e-books francophones en his...
Zoom sur les données acquises en licence nationale :
état du traitement dans le hub de métadonnées
1 – Signaler plus
8
Cor...
Plus de ressources électroniques
BACON : BAse de COnnaissance Nationale (1/6) : principes fondateurs
1 – Signaler plus
9
C...
Workflow de BACON
Editeur
27 critères syntaxiques
• Encodage
• Nom du fichier
• … 27 critères syntaxiques Critères syntaxi...
Critères d’analyse
des fichiers
KBART dans
BACON
1 – Signaler plus
11
Plus de ressources électroniques
Un objectif…
… à atteindre en deux temps :
1 – Signaler plus
12
1er temps (aujourd’hui) :...
Plus de ressources électroniques
BACON (5/6) : la mise en production
L’offre de contenu : à ce jour, 19 packages (dont 12 ...
Plus de ressources électroniques
BACON (6/6) dans quelques mois
L’offre de services
– Des webservices supplémentaires en f...
avec plus de moyens
1 – Signaler plus
15
Les moyens financiers alloués aux rétroconversions
Nouvelle chargée de mission, Françoise Berthomier.
1. Signaler plus
16
...
Gagner du temps
CIDEMIS : un Circuit DEMatérialisé des DEMandes ISSN !
– Partenariat ABES – BnF (ISSN France) – CIEPS (ISS...
SIGNALER MIEUX
2 – Signaler mieux
18
Affiner le signalement
2 – Signaler mieux
19
Affiner le signalement
Données d'exemplaires
– Possibilité d’intervenir dans le format et d’en
exploiter la richesse
– Pos...
Affiner le signalement
Données bibliographiques
2 – Signaler mieux
21
Affiner le signalement
Données bibliographiques
– Possibilité d’utiliser de nouveaux codes de
fonction (7XX $4) permettant...
Affiner le signalement
Données bibliographiques
– Possibilité d‘utiliser de nouveaux codes de
fonction (7XX $4) permettant...
Affiner le signalement
Données bibliographiques en RDF
– Exploitation de davantage de classes dans les
3 vocabulaires util...
Unir nos forces
2 – Signaler mieux
25
Unir nos forces
CERCLES, les enjeux
– Possibilité pour un établissement de s'investir
sur l'enrichissement d'un corpus de ...
Unir nos forces
CERCLES, le dispositif
Candidature
Acte d’engagement
1
2
Accompagnement
Référent ABESResponsable Chantier
...
Unir nos forces
CERCLES, les corpus
- Corpus électroniques et imprimés sont éligibles
- Les axes d’enrichissements sont :
...
Unir nos forces
CERCLES, les témoignages
Les « + »
• Efforts pour orienter le travail
façon « web sémantique »
(ex : lier ...
Unir nos forces
CERCLES, les témoignages
Les « + »
• Sortie du sentiment
d’isolement
• Prise en compte par l’ABES
du trava...
Unir nos forces
CERCLES, les témoignages
Les « + »
• La retouche manuelle des
notices éditeurs permet la
correction de cel...
Unir nos forces
CERCLES, les témoignages
Les « + »
• Autonomie sur les modalités
• Valorisation des catalogueurs
• Motivat...
Unir nos forces
CERCLES, les témoignages
Les « + »
• Rend possible une politique
documentaire cohérente à
tous les niveaux...
Unir nos forces
CERCLES, le cercle vertueux
– De nouvelles candidatures
● Ecole Française d’Athènes (De Gruyter)
● Bibliot...
Unir nos forces
CERCLES, la suite
- Intérêt porté aux corpus « Licences nationales »
- Concentration sur la complétude des...
Cibler les problèmes
2 – Signaler mieux
36
Cibler les problèmes
De nouveaux outils de diagnostic par l'ABES
– La zone 309
● Notices avec codes de langue indéterminés...
Cibler les problèmes
De nouveaux outils de diagnostic par l'ABES
– L'algoSudoc
Objectifs :
● identifier les thèses catalog...
Cibler les problèmes
De nouveaux outils de diagnostic par l'ABES
– Metarevues
Objectif :
● Générer l’historique complet d’...
Cibler les problèmes
De nouveaux outils de diagnostic par le réseau
E-PPNator
Pierre Marige
Bib.Ste Barbe
CheckSudoc
Yves ...
Cibler les problèmes
De nouveaux outils de diagnostic par le public
– Crowdsourcing
Objectif :
● donner la possibilité aux...
S ’aligner avec des données externes
2 – Signaler mieux
42
S'aligner avec des données externes
Données d'autorités
2 – Signaler mieux
Alignés avec IdRef Rétrospectif Production
cour...
Renforcer notre accompagnement
2 – Signaler mieux
44
Renforcer notre accompagnement
Structuration des réseaux
– Consolidation du rôle de correspondant Autorité
● Campagne de d...
Renforcer notre accompagnement
Développement de l'offre de formation
– Les formations délocalisées
● Atteindre un nouveau ...
Renforcer notre accompagnement
Amélioration de notre communication
– Envoi de messages clairs
– Limitation des sources
– O...
SIGNALER AUTREMENT
3 – Signaler autrement
48
Ajuster le positionnement de l’ABES
2 – Signaler autrement
49
Ajuster le positionnement de l’ABES
Le projet SGBM
Objectifs principaux
– fournir un système de gestion locale mutualisé a...
SGBm : 46 signataires du groupement de commande
 Campus Condorcet
 Casa de Velazquez
 Comue Sorbonne Paris Cité
 Ecole...
SGBm : représentativité du groupement de commande
Les établissements membres du
groupement de commande SGBm
représentent 3...
53
3. Signaler autrement
Ajuster le positionnement de l’ABES
Les COMUE
– dans le projet SGBm
– dans les applications thèses
Les fusions d’établisse...
Ajuster le positionnement de l’ABES
Vous écouter : des enquêtes
– 15 enquêtes menées entre mai 2014 et aujourd’hui
• de ty...
Ajuster le positionnement de l’ABES
Temps forts du réseau Calames
– 27 mai 2014 : journée du réseau Calames (80 participan...
Anticiper le signalement de demain
2 – Signaler autrement
57
Anticiper le signalement de demain
Qualinca (1/3)
– Projet de recherche fondamentale financé par l'ANR en
collaboration av...
Ce qu’a fait le catalogueurAutorité 1 Autorité 1’
Biblio 1 Biblio 2 Biblio 3 Biblio 4
3. Signaler autrement
liens de rappr...
Anticiper le signalement de demain
Qualinca (3/3)
Rappel des opérations déjà réalisées
– Enrichissement de la conversion d...
Anticiper le signalement de demain
Les décisions
– Novembre 2014 : préconisations de l’ABES et la BnF pour
favoriser l’évo...
Anticiper le
signalement de demain
 JABES 2014 : intervention de Maurits Van
der Graaf, société Pléiade « Retours
d'enquê...
Anticiper le signalement de demain
Quelques certitudes acquises cette année
– Les projets SGBm et Sudoc 2 sont deux projet...
Anticiper le signalement de demain
Sudoc 2 (1/3)
– Formalisation des réflexions : article « Sudoc II. Année 0 »,
Arabesque...
Anticiper le signalement de demain
Sudoc 2 (2/3)
Dans la cadre de la mission Sudoc 2,
– une étude sur la faisabilité du dé...
Anticiper le signalement de demain
Sudoc 2 (3/3)
– Mais au fait le terme de Sudoc 2 est-il bien approprié ?
– Les trois ét...
67
DES QUESTIONS ?
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

JABES 2015 - Les actualités de l'ABES / Isabelle Maugez Perez & Laurent Piquemal (ABES)

1 302 vues

Publié le

Les actualités de l'ABES, session plénière proposée le 28 mai 2015.
Présentation des réalisations effectuées par l'Agence en 2014-2015.

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 302
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
127
Actions
Partages
0
Téléchargements
19
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Vous en avez perçu des échos plus ou moins détaillés selon les relations que vous entretenez avec nous : l’ABES a connu durant l’année qui vient de s’écouler plusieurs changements d’importance dans l’organigramme :
    un nouveau directeur adjoint, Pascal Pérotin, a été nommé le 1er janvier 2015
    un nouveau directeur du projet SGBm, Serge Genot, depuis le 1er avril
    une chargée de mission « évaluation », Martine Brunet, depuis le 1er janvier
    Stéphane Rey, précédemment responsable du département des systèmes d’information, a été investi de la mission « Sudoc 2 » ; depuis le 1er novembre 2014 c’est Valérie Silva qui assure la responsabilité de ce département.
    le Département « études et projets » (DEP) a été supprimé au 1er janvier, le directeur souhaitant que la conduite des projets soit coordonnée au niveau de la direction adjointe.

    Un audit organisationnel est sur le point d’être lancé : l’organigramme devrait encore vivre des remaniements plus ou moins profonds dans les mois à venir.
  • Voilà le plan que Laurent et moi allons suivre pour cette présentation. Nous vous présenterons les réalisations de l’ABES (et les vôtres) autour de 3 axes :
    Signaler plus
    Signaler mieux
    Signaler autrement
  • Vous accompagner au quotidien, vous proposer de signaler plus et mieux, c’est bien… encore faut-il que les applications avec lesquelles vous travaillez fonctionnent. Et nous vous devons ici de plates excuses.

    Entre mai et septembre 2014, l’ABES a connu un taux de disponibilité de ses applications beaucoup plus bas que la normale.
    Parmi les indisponibilités rencontrées, certaines étaient anticipées et accompagnées, d’autres ont été subies plus violemment. Après interventions des équipes informatiques de l’ABES pour sécuriser et consolider l’infrastructure, depuis le mois de septembre, l’ensemble des applications de l’ABES connaissent à nouveau un taux de disponibilité conforme aux engagements.
  • Signaler plus de ressources électroniques.

    Ce tableau indique les imports de données dans le Sudoc réalisés depuis les dernières JABES.
    Il liste des corpus qui ont été importés pour la première fois, quelle que soient les modalités grâce auxquelles ils ont été acquis.

    Parallèlement à ce premier import, des opérations de chargement des mises à jour pour les collections courantes, ont été faites à plusieurs reprises. Il s’agit de :
    CAIRN e-books, dont les collections « repères » et « que sais-je » (mise à jour mensuelle)
    Springer 18 collections d’e-books (mise à jour mensuelle)
    BRILL 16 bouquets thématiques d’e-books (mise à jour en juin 2014)
    Cyberlibris 5 corpus thématiques d’e-books. (sciences économiques et gestion, sciences humaines et sociales, sciences de l’ingénieur, emploi métiers et formation, IUFM) (juillet 2014)
    De Gruyter e-books (mise à jour en janvier 2015)
    ENI e-books (mise à jour en février 2015)
  • Lors de la séquence « Actualités des Journées ABES 2014 », nous avions eu l’occasion de vous présenter les finalités et modalités de traitement par le hub de métadonnées pour les ressources acquises en licence nationale.
    Voici ce même tableau mis à jour, et qui fait le point sur l’état d’avancement du traitement corpus par corpus :
    depuis l’analyse des titres contenus dans l’offre (ie l’analyse des échantillons et l’établissement de la liste contractuelle) jusqu’à l’enrichissement des données, en passant par la validation de la livraison faite en étroite collaboration avec l’INIST,
    l’établissement d’un fichier KBART destiné aux bases de connaissance,
    - l’opération technique de signalement dans le Sudoc (par création d’un exemplaire Licence nationale) et éventuellement de mise à disposition des listes permettant la demande d’exemplarisation automatique. Ces listes sont depuis cet été générées par appel d’un webservice, ce qui garantit leur fraicheur ;
    - l’établissement d’une liste de correspondances ppn imprimés / ppn électronique pouvant servir d’appui aux plans de désherbage et de conservation partagée,
    - la modélisation en RDF et la conversion en RDF.

    Comme vous le constatez l’équipe a mis un point d’honneur à réaliser toutes les opérations indispensables à la mise à disposition des données dans le Sudoc et dans les bases de connaissances le plus rapidement possible après la signature de la licence nationale. Il s’agit de toutes les cases vertes, qui sont extrêmement chronophages.
    La validation de la livraison du corpus De Gruyter n’a pas pu être faite dans le délai contractuel (2 mois, ce qui est court) pour des raisons techniques mais à cause de télescopage de calendrier.

    Les phases de modélisation, de conversion et d’enrichissement restent à faire. L’enrichissement sera prioritaire dans les mois à venir.
  • BACON c’est LE scoop de cette séquence Actualités.

    Définition
    La BAse de COnnaissances Nationale BACON est un entrepôt contenant des métadonnées de référence, exposées sous licence CC0 et permettant le signalement d'un plus grand nombre de ressources électroniques.

    Pourquoi ?
    BACON vise à combler les manques des bases de connaissance commerciales sur lesquelles sont adossées les outils de découverte et les résolveurs de liens, manques particulièrement criants : l'édition scientifique française.

    Comment ?
    En incitant les producteurs de métadonnées à fournir des fichiers KBART.
    L'ABES, on va le voir en détails, est un intermédiaire qui favorise la production des fichiers, évalue leur qualité, les collecte et les met à disposition avec des services associés.

    Quel contenu ?
    La recommandation KBART a été conçue afin de faciliter l'interopérabilité des données entre les différentes acteurs de la chaîne des documents électroniques, depuis l'éditeur jusqu'à la bibliothèque.
    Ces métadonnées sont stockées dans des fichiers tabulés. Produits par les éditeurs, ils alimentent les bases de connaissances commerciales.
  • Le contenu de BACON est donc issu du travail mené avec l’éditeur.

    ANIMATION Dans un premier temps, celui-ci adresse à l’ABES un fichier KBART descriptif d’un package.

    ANIMATION L’ABES applique à ce fichier un traitement de vérification en grande partie automatisé, qui va déterminer si le fichier satisfait les exigences du niveau minimal de conformité attendu. Les éléments vérifiés à ce stade sont principalement techniques, de syntaxe.

    ANIMATION Si le résultat de cette analyse n’est pas convaincant, l’ABES retourne le fichier à l’éditeur avec un diagnostic permettant à ce dernier d’améliorer son fichier, puis de le soumettre pour une nouvelle analyse.

    ANIMATION Si le résultat de cette analyse est convaincant, un deuxième temps d’analyse commence. L’ABES utilise l’outil libre Open Refine qui appelle plusieurs webservices de requêtes du Sudoc et établit un rapport. Du résultat de l’analyse dépendra l’orientation à venir de ces données :

    ANIMATION soit l’analyse permet la délivrance par l’ABES d’un label qualité, il est alors disponible sur le site de BACON avec ce label et l’éditeur peut se prévaloir de cette labellisation.

    ANIMATION soit l’analyse détecte des erreurs ; un rapport d’erreur est adressé à l’éditeur pour information et demandes de correction ; les données sont mises à disposition sur le site de BACON, mais sans labellisation.
  • Voilà quelques critères qui sont examinés par l’ABES.
    Les critères syntaxiques permettent de vérifier la conformité du fichier tabulé à la recommandation KBART (par exemple l’encodage). Cette analyse est en grande partie automatisée.
    L’analyse de la cohérence du contenu du fichier KBART porte sur les identifiants ISBN et ISSN et sur la bonne gestion de l’historique des revues. À l’ABES un œil humain expertise les résultats du programme Métarevues (je vous renvoie au blog Punktokomo pour en savoir plus sur ce programme exploité également par le hub et dans Périscope).

    Au-delà des aspects techniques, en terme de données…
  • Les fichiers KBART contenus dans BACON permettront à terme de signaler l'ensemble des périodiques et livres électroniques qui constituent les bouquets auxquels les établissements de l'ESR français souscrivent. ANIMATION

    La masse de données concernées impose de mener le chantier avec pragmatisme, et en deux temps :

    1. Priorité aux éditeurs du marché académique francophone, toujours moins bien traité par les bases de connaissance commerciales
    → pour une meilleure visibilité donc valorisation, en France et à l'international, via les bases de connaissance commerciales, des publications des éditeurs francophones dont ceux qui éditent les publications de l'ESR français (mission de valorisation de la recherche).

    2. celui des principaux éditeurs mondiaux.
    Deux cas de figure existent :
    - soit le package vendu aux Français n’a pas de spécificité, BACON récupèrera alors les informations dans les bases anglo-saxonnes libres GoKB et KB+
    - soit le package a été adapté pour les besoins du marché français, et dans ce cas, l’ABES et les négociateurs COUPERIN travailleront ensemble à partir des master lists internationales pour identifier les spécificités françaises qui doivent être présentes dans les fichiers KBART.

    ANIMATION Je reviens sur le premier temps pour vous donner quelques détails sur la méthode qu’a employée l’ABES.
    Tous les éditeurs/diffuseurs francophones repérés comme constituant le marché de l'édition scientifique francophone (39) ont été contactés. Nous leur avons soumis une enquête (élaborée par une élève bibliothécaire, France Muraille, au cours de son stage en janvier 2015 et je la salue pour la qualité de son travail) destinée à les sensibiliser aux intérêts communs que nous avons eux et nous à utiliser KBART. Le message subliminal était de leur proposer l’accompagnement de l’ABES pour la production de fichiers KBART de qualité et de les inciter à obtenir la labellisation de leurs données par l’ABES.
    ANIMATION 9 éditeurs ont répondu à nos sollicitations et nous ont adressé des fichiers. Les échanges sont en cours et nous travaillons main dans la main avec eux.

    Parlons maintenant de la mise en production de BACON, effective depuis aujourd’hui.

  • En terme de contenus, à ce jour …

    3 webservices disponibles dès à présent et dont vous trouverez les URL sur le site de l’ABES dans la rubrique Ressources électroniques / Bacon, permettent une récupération aux formats au choix tabulé, XMLet JSON.

    Ils répondent à trois besoins différents :

    Le webservice List énumère l’ensemble des dernières versions de package disponibles. Il peut être utilisé pour effectuer des vérifications sur les mises à jour.

    Le webservice Package2KBART renvoie le contenu d’un package en KBART. Il peut être utilisé pour récupérer des données pour intégration dans une base de connaissance tierce.

    Le webservice Id2KBART renvoie, en fonction d’un identifiant (ISSN ou ISBN), le ou les packages correspondants, et les informations KBART. Il pourrait potentiellement être utilisé pour intégration dans une interface publique (par exemple, celle du Sudoc..)

    D’ici quelques mois…
  • D'autres webservices pourront être mis en place selon les besoins qu'il ne faudra pas hésiter à nous communiquer (via le guichet ABESstp BACON)
     Le site web actuellement en cours de développement sera ouvert pour récupérer manuellement le contenu des bouquets.

    Pour ce qui est des contenus

    En ce qui concerne la quantité, et en fonction de la réactivité des éditeurs, il nous faudra également imaginer d’autres formes (complémentaires) d’accompagnement et d’investissement :
    En mettant à disposition des éditeurs un document très pédagogique, une sorte de « produire du KBART pour les nuls »
    En inventant d’autres façons d’exploiter les sources d’information pour bâtir par nous-mêmes des fichiers KBART exploitables

    En ce qui concerne la qualité, l’ABES espère tirer parti de la force du collectif : signaler les erreurs aux éditeurs est une façon de contribuer à l’amélioration de la qualité des données exposées. Ce feedback sur les données pourrait se faire dans un premier temps via le guichet d’assistance de l’ABES puis via le site BACON lui-même, à l’instar de ce qui existe déjà dans d’autres applications. Il sera également intéressant de proposer cette fonctionnalité aux utilisateurs finaux, via un formulaire intégré à l’outil de découverte local.

    Mais il faut garder à l’esprit que notre levier le plus puissant auprès des éditeurs est en amont.
    ANIMATION
    La consolidation de BACON impose que la question des fichiers KBART soit abordée avec l’éditeur lors de la négociation précédant l’achat d’un contenu (qu’il s’agisse d’une acquisition par groupement de commande, négociée par COUPERIN, ou par licence nationale, négociée par l’ABES). La fourniture de fichiers KBART de qualité doit être un critère incontournable.



  • Financiers et en terme de temps
  • Rappel : l’ABES cofinance des projets portés par les établissements pour l’alimentation des catalogues Sudoc et Calames. Votre interlocutrice : Françoise Berthomier.

    ANIMATION L’appel à projets s’est déroulé selon un calendrier similaire aux années antérieures, que vous pouvez voir à l’écran.
    La bonne nouvelle de cette année a été l’apport d’un financement exceptionnel et complémentaire lié au lancement du dispositif Collex et qui permet de répondre à davantage de projets cette année : ANIMATION pour Calames, tous les établissements candidats ont reçu un avis positif pour au moins une des demandes exprimées
    ANIMATION Pour le Sudoc, seuls 3 établissements n’ont pas eu gain de cause.
  • Elle nous trottait dans la tête et était attendue depuis plusieurs années par le réseau Sudoc-PS… Initiée concrètement en 2014 dans un partenariat ABES-CIEPS-BnF (ISSN France), l’application CIDEMIS, pour CIrcuit DEMatérialisé des DEMandes ISSN, va permettre une gestion plus efficace et bien moins chronophage grâce à la numérisation des justificatifs du circuit des demandes d’alimentation de correction du Registre ISSN.

    L’application ne tardera pas à entrer en production. Une série de webinaires est d’ores et déjà programmée pour le mois de juin, de façon à proposer à tous les acteurs du réseau Sudoc et Sudoc-PS en charge du signalement des publications en série une présentation de ce nouvel outil, et des pratiques qui lui sont liées.

    Si une phase d’appropriation reste naturellement nécessaire, l’application aura des conséquences positives sur votre travail : elle permettra de supprimer les activités chronophages qu’étaient auparavant la préparation et la manipulation de justificatifs imprimés, l’élaboration de colis postaux, le traitement des échanges avec les centres nationaux en mode totalement asynchrone.

    Nous tenons à remercier tout particulièrement ici les collègues du terrain qui ont participé aux tests des versions successives depuis le mois de novembre dernier : les responsables de centres régionaux, les catalogueurs de leurs réseaux locaux, ainsi que les équipes du CIEPS et du Centre ISSN France.

    Je laisse maintenant la parole à Laurent qui va vous présenter vos réalisations et celles de l’ABES permettant de signaler mieux.

  • Vous permettre de signaler mieux, mieux qu’avant : tel a aussi été notre objectif.

    Ainsi, 2014-2015 aura vu :
    des évolutions de format et d’outils, pour affiner le signalement
    des pratiques de mutualisation, pour mieux travailler ensemble
    de nouveaux outils de diagnostic, pour mieux cibler les problèmes
    des stratégies d’alignement, pour mieux travailler autour des autorités
    des nouvelles pratiques de communication, pour mieux vous informer
  • Affiner le signalement, tout d’abord.

  • Si Colodus, l'application alternative à WinIBW pour la description des exemplaires dans le Sudoc a été conçu dans un premier temps pour que l'utilisateur s'affranchisse du format pour saisir les données via des formulaires, elle a évolué cette année pour répondre aux besoins que le réseau a exprimé, après quelques mois d'utilisation.

    En octobre 2014, il devient possible aux exemplarisateurs chevronnés de quitter les formulaires de saisie pour intervenir dans le format et d'en exploiter la richesse. Cela convient particulièrement à qui doit saisir des états de collection complexes

    Ceux qui souhaitent continuer à travailler à partir de formulaires, et s'en créer des modèles disposent désormais de cette possibilité, étendue à 5 modèles par types de documents, afin de personnaliser la saisie et mieux correspondre aux différents modes de localisation pratiqués dans l'établissement.

    Enfin, parce qu'elle est full-web, Colodus est une application nomade, souvent utilisée ailleurs que sur le poste de catalogage : la possibilité de constituer un panier de PPNs de notices, dont on s'aperçoit que la partie bibliographique est perfectible, pour les enrichir soi-même plus tard, ou les transmettre à un contributeur habilité, assortis d'un commentaire, est une nouveauté dans la droite ligne du « signaler mieux »
  • L'ABES a souhaité également vous permettre de mieux signaler les thèses.

    Le modèle de données sur lequel s'appuie la description des thèses électroniques (la recommandation TEF, utilisée dans Star) est plus fin que le format Unimarc : il est possible dans TEF d'exprimer la notion d'école doctorale, les partenaires de recherche et la qualité des membres du jury de soutenance. Le format Unimarc standard ne prévoit pas une telle granularité.

    CLIC : Cette distorsion saute aux yeux dans theses.fr où l'on peut trouver des thèses en provenance de STAR
    CLIC très finement décrites
    CLIC et des thèses en provenance du Sudoc
    CLIC moins finement décrites
  • Nous donnons la possibilité d’utiliser de nouveaux codes de fonction, en sous-zone $4 dans les zones 700 pertinentes, permettant d’exprimer les notions d’écoles doctorales, de partenaires de recherche et de préciser la qualité des membres du jury de soutenance

    Les bénéfices ? un signalement plus fidèle, mais aussi une visibilité accrue dans theses.fr, où pour ces thèses, on pourra alors mieux exploiter les facettes de recherches…
  • et afficher des pages « Personnes » plus exhaustives, ce qui correspond à une réelle demande des thésards ou de leurs directeurs
  • Dès 2012, l'ABES avait entamé un chantier d'amélioration de l'exposition des données en RDF pour conserver toute leur finesse.

    En septembre 2014, elle décide d'exploiter davantage de classes dans les 3 vocabulaires utilisés (Bibliographic ontology , Dublin Core et ISBD en RDF) pour pouvoir décrire d'autres documents que les imprimés ou électronique.  

    Elle s’attèle également à rendre possible l'expression des données des liens 4XX de l'Unimarc, pour reconstituer l'historique des publications en série.

    L'ABES a bénéficié pour ce dernier point de la consolidation du vocabulaire RDA en RDF. Depuis 2009, celui-ci était à l'état de proposition, donc de brouillon. Cette année, le JSC (Joint Steering Commitee, en charge du
    développement et de la diffusion du code de catalogage RDA), a décidé d’en publier une nouvelle version consolidée et validée.

    Cette validation est en elle-même très positive, car elle donne une certaine garantie sur la pérennité et le maintien de ce vocabulaire.
  • A 2 c'est mieux.
    Imaginez alors ce que sa peut faire à l'échelle d'un réseau.
    Pour mieux signaler, mieux vaut unir nos forces.

  • La nouveauté de cette année, c'est le dispositif CERCLES (Correction et Enrichissements par le Réseau de Corpus de l’Enseignement Supérieur). Mais bien entendu, les activités locales d'enrichissement des notices ne sont pas une nouveauté. Ce qui devient nouveau, c’est la visibilité accrue que porte le dispositif sur un travail qui se faisait déjà (rappelons le travail de la Bibliothèque Sorbonne, sur La Pleiade) ou qui était en train de se mettre en place (avec l'apparition de la zone 309, on y reviendra),

    CLIC : Le dispositif, réclamé par le réseau lui-même, offre à un établissement la possibilité de s'investir, de façon structurée et rigoureuse (objectifs fixés, calendrier défini, suivi de l'activité) – de s’investir donc sur l'enrichissement d'un corpus de documents électroniques (mais pas exclusivement) et d'en être responsable pour la communauté Sudoc (voire au-delà, lorsque le corpus est acquis pour toutes les bibliothèques françaises en licence nationale).

    CLIC : L'ABES joue son rôle de
    - Coordination et de suivi, en formalisant l'engagement, en mettant en relation les établissements souhaitant collaborer sur un même corpus,
    - d'accompagnement, en fournissant des outils, un cadre de suivi
    - de projecteur, en renforçant la visibilité du travail réalisé et des établissements qui en sont les auteurs

    Les établissements, eux, jouent leur rôle d'experts et de contributeurs.

    CLIC : Le travail d’enrichissement effectué est immédiatement visible, dans le Sudoc : les notices sont toilettées. Mais la qualité obtenue sera répercutée au-delà : les métadonnées sont redistribuées, aux éditeurs (via BACON) et dans les bases de connaissances, à terme.


  • Rappelons comment fonctionne le dispositif CERCLES, dans sa phase actuelle d'expérimentation :
    Le principe : proposer une démarche simple, pour que chaque établissement puisse participer selon ses intentions, ses moyens et ses propres objectifs.

    CLIC : tout commence au niveau des établissements. Une bibliothèque propose sa candidature à l’ABES,
    CLIC : en fixant le corpus, le calendrier et les modalités qu’elle souhaite donner au chantier
    CLIC : l’ABES valide et consigne ces éléments dans un document qui scelle l’engagement
    CLIC : on passe très vite au niveau des acteurs directement concernés : le référent ABES, et le responsable du chantier : ils dialogueront ensemble.
    CLIC: Le référent ABES lance le dispositif d’accompagnement, qui consiste à prodiguer des conseils sur la méthode et déployer des outils : un fichier-témoin qui photographie le corpus au début du chantier et qui permettra ensuite d’en mesurer la progression, un espace collaboratif, tout autre outil demandé par le responsable (liste de PPN etc..)
    CLIC : Le travail peut alors commencer, travail d’enrichissement pour le responsable, travail de promotion et de coordination pour le référent ABES
  • Les premiers corpus choisis par les établissements sont OUP, Classiques Garnier, Cairn, Open Edition, Cambridge university press

    Pour l’instant, ce sont des corpus de documents électroniques :
    C’est naturellement à ces corpus que les établissements se sont intéressés en premier, parce que :
    Leur volumétrie impose de demander un import de l’éditeur,
    Et que comme les notices sont importées, non créées par le réseau : elles sont de fait perfectibles
    Si le corpus est acquis en « licence nationale », le travail d’enrichissement bénéficiera à tous,

    Mais CERCLES peut s’adapter aussi aux corpus imprimés. D’autant plus que ces imprimés peuvent un jour être numérisés, les métadonnées pour l’électronique se baseraient alors sur des métadonnées « papier » propres.

    Les axes d’enrichissements sont variables d’un chantier à l’autre, mais l’axe commun à tous, c’est la création des liens manquants.
    CLIC: On touche là l’évolution du métier de catalogueur et on a la preuve que ce n’est pas parce qu’on ne fait plus de création de notices que le catalogueur disparaît : son travail est maintenant un travail essentiel d’enrichissement et de correction, sur des données « brutes ».
    Pourquoi essentiel ?
    a) Faire ou améliorer les liens entre les données, c’est assurer que le document sera bien retrouvé par l’usager final.
    b) A l’avenir, il y aura de plus en plus de traitements automatisés : s’assurer que les métadonnées sont correctement liées, c’est garantir des traitements automatisés de bonne qualité
  • Voyons maintenant les témoignages des premiers établissements.

    Le SCD de l’UPEC signale ses Efforts pour orienter le travail façon « Web sémantique » : lier par ex. les directeurs de publication successifs

    … mais cela a son revers : les recherches sont très chronophages

    Il signale également ses Efforts pour démêler les données bibliographiques des données liées aux modalités d’accès : ne pas encombrer les notices par des dizaines voire des centaines de plateformes de diffusion > BACON très attendu !


    Les responsables de chantiers apprécient la montée en compétence sur la vie parfois mouvementée des revues scientifiques

  • Pour la BDL,
    Les points positifs sont la visibilité des catalogueurs
    la reconnaissance du travail effectué dans l’ombre,
    et la vision prospective sur le catalogage de demain

    Le point très négatif est la forte attente de coopération avec l’éditeur et une communication perfectible
  • Pour le SCD de l’université Jules Verne de Picardie:

    Les points positifs sont : amélioration des notices et repérage des améliorations à demander à l’éditeur
    Le point négatif est la découverte des problèmes au-delà du périmètre fixé (désordre des sous-zones en 200, @ mal positionné, caractères parasites, 200 $f un peu « fourre-tout » (pas de 200 $g mais présence de 7X2)

    -------------------
    Autorités : Difficulté à renseigner la note 340 biographique/d’activité
    (absence d’IdRef et de BnF), à moins d’aller consulter l’ouvrage en ligne et chercher ces informations sur le document
  • Le SCD de l’université François Rabelais de Tours
    Les points positifs sont la valorisation et émulation au sein de l’équipe.
    Tours souligne aussi que CERCLES lui permet de concilier les intérêts du réseau (des données de qualité) avec ses intérêts locaux (importance croissante des ressources numériques bien mises en valeur par notre catalogue, ouvrages des Presses universitaires François-Rabelais de Tours publiées dans le cadre d’Open Edition)

    Les points négatifs : un désaccord avec une règle dictée par l’ABES, la difficulté de s’en tenir au périmètre et une communication envers le réseau à améliorer.
  • FMSH nous renseigne sur sa motivation première : CERCLES n’est qu’une étape pour faire du Sudoc un catalogue collectif AUSSI pour les e-books, ce qu’il n’est pas (encore ?) »
    Et profite de CERCLES pour nous inviter à réfléchir à ce vers quoi il doit évoluer, en termes de données et de consignes.

  • Les premiers retours sont positifs. Mais CERCLES ne sera un succès que s'il réussit à créer un cercle vertueux.
    Cela commence, puisque :
    - deux nouveaux établissements se sont officiellement portés candidats (l'Ecole Française d'Athènes, sur le corpus De Gruyter
    la Bibliothèque de l'université Pierre et Marie Curie sur le corpus ENI)
    Des collaborations spontanées sont nées : une équipe de catalogueurs de Grenoble 2 a ainsi proposé ses services au SCD de Picardie, pour créer les notices de collections électroniques correspondant aux notices CAIRN enrichies à Amiens. Mais sa contribution est terminé et du renfort serait bienvenu sur le corpus de CAIRN, pour compléter l'important travail initié par le SCD de Picardie.

    - Nous savons par ailleurs que Rennes 1 travaille sur le corpus BMJ (LN) et que Lyon 3 s'est investi sur le corpus RADI (LN)


    CERCLES travaille pour aujourd’hui et aussi pour demain : à l’avenir, il y aura de plus en plus de traitements automatisés, Le Hub y travaille, Sudoc 2 y travaille. Préparer aujourd’hui la qualité des données pour les traitements automatisés à venir, c’est un pari gagnant.
  • Pour les prochains corpus, il faudrait s’intéresser aux corpus « Licences nationales », car les données sont destinées à tous, accessibles à tous, et pour les périodiques, la complétude des données favorise la qualité des Plans de conservation partagée.

    Pour les axes de correction, c’est la complétude des liens qui doit être ciblée : comme dit précédemment, on prépare ainsi la qualité des traitements automatiques.

    Concernant le dispositif d’accompagnement :
    La fonction de « référent ABES » sera assurée collégialement
    Les responsables du chantier disposeront d’une entrée « Etablissement CERCLES » sur ABESstp
    Les questions de catalogage sur des corpus CERCLES seront posées sur les listes, lieu où s’exprime l’expertise catalographique ; les responsables d’un chantier seront légitimes pour y répondre et ces réponses profiteront à tous.
    Un manuel « CERCLES » sera proposé dans le GM, avec toutes les informations sur chaque CORPUS, et sur l’état de l’avancement de chaque chantier

    Le rôle de l’établissement CERCLES sera renforcé : il devient véritablement le responsable qualité du corpus sur lequel il a travaillé, même une fois le chantier clos : il peut alors devenir uns sorte de tuteur, pour initier et accompagner à son tour d’autres corrections sur le corpus.

    La suite est à imaginer ensemble, et nous vous invitons à le faire, notamment lors du JABESCAMP de cet après-midi.
  • La volonté de signaler mieux, on vient de le voir, est très présente dans les réseaux. Elle ne suffit pas toujours.
    Un des axes de travail de l'ABES cette année a été de développer de bons outils de diagnostic, pour mieux cibler les problèmes.

  • Cela a commencé avec la création de la zone 309, signalant une correction à apporter et injectées automatiquement :
    - dans toutes notices avec des codes de langue indéterminés ou des codes de fonction manquants ;
    - dans les notices BRILL RADI sans liens sujet ni auteur

    Un an après, quel bilan tirer de cette initiative ?

    CLIC Dans les corpus dits « au périmètre ouvert », on ne peut faire un bilan quantitatif, car cette zone 309 est continuellement injectée dans les notices qui le nécessitent, au fur et à mesure des nouveaux chargements de notices,
    Nous savons cependant que la 309 est traitée au fil de l’eau par les établissements ; 10 d’entre eux ont saisit l’opportunité proposée par le services des exports à la demande de l’ABES, de fournir
    CLIC : des listes, par ILN ou par RCR, de notices localisées avec une 309

    CLIC Dans les corpus dits « au périmètre fermé » (avec un nombre fini de notices), l’ABES avait sollicité le réseau sur le corpus BRILL « RADI (cours de l’académie de droit international de La Haye), et la note 309 proposait de construire des liens, avec parfois des propositions de PPN, suggérées par un programme de l’ABES
    Ce chantier a mis du temps à être pris en charge, mais à partir de mars 2015, son état d’avancement est passé de 28 à 72 % : c’est le SCD de Lyon 3 qui s’en est emparé, et à qui nous allons proposer de le terminer dans le cadre de CERCLES.

  • En février 2015, le webservice AlgoSudoc a été mis à disposition : il permet d'identifier les notices de thèses cataloguées dans le Sudoc qui n'ont pu être chargées dans theses.fr, et de savoir pourquoi (absence de NNT par exemple). On peut ainsi corriger la notice Sudoc afin qu’elle devienne visible dans theses.fr, qui vise l’exhaustivité du signalement des thèses de doctorat.

    Le principe : un établissement paramètre l'URL générique du webservice qui lance l'algorithme, en plaçant derrière des codes les éléments qui le concernent : un n° RCR , un code court issu du NNT, une année …
    Il récupère un fichier Excel des thèses à corriger, identifiées par PPN, avec la règle à laquelle les notices dérogent, et des suggestions pour les corriger.
  • « Métarevues » est un outil dédié aux périodiques, qui permet de générer à partir d’un PPN ou d’un ISSN, l’historique complet des titres - papiers et électroniques - qui constituent un périodique depuis sa naissance. Le webservice génère l'historique sous forme de fichier tabulé ou de CLIC graphe

    (c’est à Dominique Rouger, du SCD de St-Etienne, que l’on doit cette fonctionnalité graphique)

    CLIC Il a été développé pour vérifier les listes de bouquets de périodiques fournies par les éditeurs ; celles-ci ne reflètent pas toujours les historiques des revues. Cette expertise sert dans le cadre des négociations, mais également, une fois le corpus chargé, dans le cadre des exemplarisations automatiques « ABES » à réaliser, pour les périodiques acquis en licence nationale et accessibles à tous.
    L’historique fourni par Métarevues peut servir aussi d’outil de pilotage des Plans de conservation partagé
    CLIC : Dans le réseau, vous pouvez depuis juin 2014 en bénéficier, car il apparaît derrière la fonctionnalité de Périscope « Notices liées »
    CLIC : pour l’instant, seuls les titres apparaissent en pop-up, l'affichage inclura bientôt le graphe.

    CLIC Le webservice travaille en exploitant les informations des zones 43X, 44X et 452 des notices de périodiques.
  • Heureusement, l'ABES n'est pas la seule à développer des outils de diagnostic. Il existe dans les réseaux d'ingénieux passionnés, et elle se doit de promouvoir leurs réalisations autant que possible.
    A l'outil E-PPNator, de Pierre Marige de la Bibliothèque Sainte-Barbe (présenté lors des journées ABES 2012) qui permet de détecter des erreurs de saisie ou les absences de liens dans les notices, est venu s'ajouter cette année l'outil CheckSudoc

    Développé par Yves Tomitch (Université Paris Dauphine), l'outil permet de détecter, à partir d'une liste de PPN :
    - l'absence de liens dans les zones d'accès-matière ou auteurs, et pour ces dernières, l'absence d'un code de fonction
    - la cohérence des dates de publications saisies dans les zones Unimarc 100 et 210 (sous-champ $d)
    - l'absence d'une zone 410 dans les notices où figure une 225
    - la redondance d'une 200$b lorsque les zones 181/182 sont présentes
    -> A NOTER : CHECKSUDOC est utilisé dans le cadre de CERCLES, par la FMSH pour contrôler son travail et établir ces statistiques

    Enfin, les correspondants Star, qui connaissent la difficulté de générer des fichiers PDF conformes, pour l'archivage des thèses de leur établissement, apprécient l'outil développé par Jose-Marcio Martins (école des Mines) : PDFStar. Le service est disponible sur authentification pour les établissements faisant partie de la fédération d'identité Renater

  • Enfin, ne négligeons pas le diagnostic humain, celui que peuvent apporter nos publics.

    Il s’agit de donner la possibilité aux personnes concernées par les documents de signaler les corrections à effectuer.

    Ils peuvent le faire avec le service « Signaler une erreur »,
    CLIC : sur les notices décrivant leurs travaux dans theses.fr, ou celles les décrivant eux-mêmes, dans IdRef.

    Depuis juin 2014, le crowdsourcing dans IdRef n'est plus seulement limité aux signalements des erreurs : un intitulé plus positif « Améliorer la notice » incite les utilisateurs finaux à améliorer la notice, ce qu’il font : 50% des signalements sont des demandes d’amélioration des données (liens erronés, dates manquantes) souvent avec un haut niveau de qualité. Ces remarques sont envoyées aux correspondants Autorités, et on doit souligner ici leur grande réactivité à les prendre en charge.

    L’apport du crowdsourcing est avéré : il est également envisagé de proposer cette fonctionnalité sur BACON, pour recueillir les améliorations proposées par les professionnels.
  • Restons dans les données d’autorités.
    Leur amélioration passe par des chantiers qualités mais aussi par une stratégie d’alignement avec d’autres référentiels de données.
  • Chantier qualité : Le réseau des correspondants Autorités a effectué un impressionnant travail de correction pour que, dans toutes les notices autorités personnes du Sudoc contenant un identifiant BnF (le numéroFRBNF), celui-ci soit pertinent et corresponde bien à la notice BnF de la même personne/collectivité/nom géo. Qu’il en soit remercié.

    L’alignement avec des données nationales ou internationales peut se faire de 2 manières :
    Par action manuelle, en saisissant le numéro identifiant de la notice d’autorité Sudoc, dans l’interface de production des données. C’est ce que fait pour l’instant PERSEE (10 000 PPN Sudoc sont ainsi dans leur base), mais aussi ADUM (outil de gestion pour les écoles doctorales), ORI-OAI (outil de gestion de la production numérique institutionnelle des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche) et LARHA (laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes), la particularité de ces 3 dernières applications étant d’avoir intégré, par un iframe, l’interface d’IdRef à leur propre interface et d’avoir été les premières applications non-ABES à le faire.

    - L’autre manière d’aligner les données est d’utilise des programmes, des algorithmes de regroupement, pour les données en production courante, ou les données déjà créées. C’est donc de façon automatisée que les notices Sudoc, versées dans VIAF, reçoivent un identifiant VIAF. Et VIAF étant une source d’ISNI, les notices Sudoc héritent de cette façon d’un identifiant ISNI.

    D’où l’intérêt pour l’ABES de devenir, le 1er janvier 2015, membre de l’agence internationale ISNI.
    Elle dispose ainsi d’un accès à l’interface professionnelle de la base, et peut ainsi suivre les données Sudoc.
  • Pour que vous puissiez signaler mieux, il faut que vous soyez encore mieux informés. C’était à nous à renforcer notre communication, nos formations bref, notre accompagnement.
  • Cela s'est fait par exemple en consolidant le rôle du correspondant Autorités, désormais commun aux 3 réseaux Calames, Thèses et Sudoc :
    - Une campagne de désignation a été initiée
    - une journée d'étude, le 2 octobre dernier, leur a été consacré
    - les messages à leur intention sur la liste CORAUT ont été multipliés, pour les sensibiliser aux enjeux des référentiels, les tenir informés des chantiers-qualité conduits par le pôle Métadonnées, leur proposer d'y participer ou leur présenter des outils mis à leur disposition, comme le webservice ILN2TD3 (qui leur permet de suivre leur proposition Rameau).

    Cet effort de consolidation a payé : le réseau CORAUT est présent lorsqu'il est sollicité.
  • Derrière cette volonté de mieux vous accompagner, il y a évidemment celle de toujours développer nos formations :
    l'année dernière, nous vous proposions d'expérimenter une offre de formation délocalisée pour les réseaux Calames et Sudoc, où un formateur-relais de l'ABES se déplace sur site pour former l'ensemble des catalogueurs, avec une prise en charge complète de l'ABES.
    Les formateurs-relais se sont montrés très enthousiastes (on les salue et les remercie) et le bilan est très positif, avec près de 55 stagiaires formés lors des 4 sessions délocalisées Sudoc passées et de la session Calames à venir.
    Cela nous a permis d'atteindre un nouveau public, qui ne se déplaçait pas en formation dans les établissements-relais, et d'endiguer la chute du nombre de collègues formés.
    La prise en charge financière par l'ABES étant totale, cela a permis aux établissements dont les besoins étaient grands de ne pas sacrifier la formation de leurs agents sur l'autel des économies budgétaires.
    Justement, en ces temps difficiles, l'ABES ne peut pas s'engager sur la pérennité de cette offre, mais elle s'engage à la poursuivre au cours de l'année universitaire prochaine. Les établissements qui souhaitent en bénéficier doivent poster leur demandes sur le guichet d'assistance.

    Vous appréciez beaucoup les J.e-cours et faites le succès de ce rendez-vous, en y étant nombreux et assidus. Nous continuerons à vous en proposer, pourquoi pas en vous donnant la parole, comme cela a été fait pour présenter CheckSudoc. Des webinaires vous accompagneront dans la prise en main de nouvelles consignes ou de nouvelles applications : BACON et CIDEMIS vous seront ainsi bientôt présentés.
  • Nous avons réalisé que l'ABES communiquait beaucoup et que certaines informations ou consignes risquaient d‘être noyées dans ce flot.
    Il fallait fluidifier notre communication, en recherchant le plus possible à envoyer des messages clairs :
    un pictogramme vous invite à distinguer immédiatement ce qui est de l'ordre de la simple information, de l'alerte ou de la consigne

    Certaines informations ne peuvent parfois pas être condensées en quelques lignes : lorsque le besoin de développer est nécessaire, c'est via nos blogs que nous communiquons. Et pour plus d'efficacité, nous avons réduit leur nombre. A part les blogs consacrés à RDA et à Calames, qui restent spécifiques, notre parole s'exprime essentiellement désormais via le Fil ABES (pour les messages institutionnels) et via Punktokomo (pour les messages autour des données et des outils, tous réseaux confondus).

    Aussi clairs soient-ils, ces messages restent nombreux : pour que vous ne ratiez pas les principaux, une Lettre d'information les récapitule désormais, chaque mois. Elle est envoyée à tous collègues abonnés à une liste de diffusion, elle récapitule les informations à ne pas rater, permet de découvrir ou redécouvrir les billets de blogs, et nous invite à nous intéresser à l’actualité des autres réseaux que le sien, ce qu'on aurait tendance à négliger.
    Ceux qui sont sur Twitter sont régulièrement ramenés vers nos sources d'informations : les blogs, donc, mais aussi le site web ou la revue Arabesqu.es
  • Le projet SGBm est emblématique de l’ajustement du positionnement de l’ABES.
    Projet des établissements, porté par l’ABES qui en assure la coordination, il vise :
    - à fournir un système de gestion locale de nouvelle génération,
    - à fournir, le cas échéant, un outil de découverte local associé au système de gestion. L’enjeu ici est d’arriver à une meilleure intégration entre le catalogue, l’outil de découverte et le résolveur de lien pour faciliter l’usage et la gestion de la documentation électronique.
    - Il est également question d’intégration avec les systèmes de signalement nationaux, au premier chef desquels le Sudoc mais aussi avec les systèmes d’information locaux qui gèrent les données financières ou les données relatives aux usagers des bibliothèques universitaires.

    L’équipe projet est donc principalement composée de personnes du réseau, les 9 chefs de projet des sites pilotes, qui travaillent à temps plein sur le dossier et dont nous saluons - aujourd’hui l’investissement et la réactivité
    - et au sein de l’ABES des experts interviennent ponctuellement en plus du suivi effectué par le directeur et les deux chefs de projet.

    Cette année l’équipe projet a finalisé le programme fonctionnel (fruit d’un long travail amorcé il y a plus d’un an) et les cas pratiques qui serviront de trame d’entretien lors des auditions dans le cadre du dialogue compétitif
    L’équipe projet s’est organisée en commissions dont je vous reparlerai tout à l’heure et en ateliers pour traiter les questions transversales (par exemple, le modèle économique, communication…).
  • Vous voyez ici la liste des signataires du groupement de commande.

    Pendant que vous vérifiez si votre établissement y figure bien, (même si la police est petite..), je vous rappelle le cadre administratif du projet.

    En termes de marchés publics, la formule complexe du dialogue compétitif a été choisie, telle qu’elle vous a été présentée l’an dernier lors des précédentes JABES.
    A l’issue de ce dialogue compétitif –, un contrat multi-attributaires sera signé. Le caractère multi-attributaire du contrat est une garantie d’intégrer la diversité des solutions en place et offrir une souplesse d’équipement aux établissements membres du groupement de commandes.

    Concrètement cela signifie qu’à la fin du projet, ie en 2020, les établissements qui figurent dans cette diapositive seront potentiellement tous équipés d’un système nouvelle génération mais qu’il est possible qu’ils ne soient pas équipés du même système (ils auront le choix entre 3 et 5 solutions).
  • 46 signataires, ce chiffre ne vous évoque peut-être pas grand-chose :

    Cela correspond à 30% du réseau Sudoc si on prend comme unité l’ILN ie l’entité administrative et technique (1 ILN = 1 SIGB).

    Mais étant donné que ces 46 signataires sont de « gros » établissements, cela représente près de 60% des bibliothèques (des RCR) du réseau Sudoc.

    En termes de données, un peu moins de la moitié des notices bibliographiques du Sudoc sont appelées à verser dans le SGBm (ou plutôt dans les SGBm).

    Autant dire que le projet SGBm est loin d’être un projet anecdotique pour l’ABES, et au-delà pour l’avenir du Sudoc. J’en reparlerai tout à l’heure lorsque j’évoquerai le Sudoc 2.
  • Voilà maintenant une présentation du macro-calendrier du projet.
    La phase de dialogue compétitif dans laquelle nous sommes concerne les 9 sites pilotes.
    Elle a démarré avec la publication de l’Avis d’Appel Public à la Concurrence et durera un an.
    Aujourd’hui nous sommes à la veille de la date limite de remise de dépôt des offres écrites par les candidats.
    Après une première sélection, les fournisseurs retenus seront amenés à dialoguer lors d’auditions menées par l’équipe projet organisée en commissions.
    8 commissions
    Commission A acquisition
    Commission B migration
    Commission C workflow – articulation avec d’autres environnements
    Commission D intégration (capacité de dialoguer et interopérabilité avec des applications tierces comme : le système financier ou le serveur de messagerie de l’université, des outils de diffusions (Discovery Tools), API, etc.)
    Commission E circulation
    Commission F découverte
    Commission G formation – documentation
    Commission H coûts
    Les auditions des différents fournisseurs commenceront en juillet et s’étaleront jusqu’au second trimestre 2016.
    Le premier marché subséquent concernera les sites pilotes et sera suivi d’une phase de déploiement de la solution retenue sur ces sites au cours de l’année 2017.
    Puis d’autres marchés subséquents seront finalisés pour permettre les déploiements en plusieurs vagues des établissements signataires du groupement de commande qui le souhaitent.

    Par rapport au calendrier initial qui vous a été présenté aux JABES 2014, il y a un glissement d’environ 6 mois, ce qui n’est ni vraiment une surprise, ni une catastrophe.

    Vous pourrez poser toutes vos questions sur le projet SGBm à l’équipe projet à la fin de cette séquence « actualités ».
  • L’ABES est à l’écoute des évolutions institutionnelles qui vous concernent au premier chef.

    Puisque nous parlions SGBm, sachez qu’une COMUE (Sorbonne Paris Cité) est signataire du groupement de commande.
    La question se pose actuellement pour les thèses. Les demandes de déploiement dans STAR des COMUE Paris Sciences Lettres et Paris Saclay seront examinées par le CA dans 15 jours. Une des enjeux est de garder une double visibilité, celle de l’établissement de soutenance (la COMUE) et celle de l’établissement de préparation (les établissements anciennement habilité à délivrer le doctorat).

    Par ailleurs, l’ABES fait également évoluer le Sudoc au gré des fusions d’établissements.
    4 lots d’opérations : paramétrage ; données ; répercussions dans les interfaces ; administratives

    Bref, de grosses opérations qui nécessitent beaucoup de coordination en interne à l’ABES (une quinzaine de personnes concernées...), et un dialogue constant avec l’établissement, notamment pour planifier l’arrêt des transferts réguliers et la suspension du catalogage.

    ANIMATION Deux opérations très importantes ont été menées cette année, pour la Lorraine et pour Strasbourg.

  • Un outil indispensable pour que l’ABES soit à l’écoute de vos besoins est la mise en œuvre d’enquêtes en ligne.

    15 enquêtes ont été menées auprès des réseaux entre le printemps 2014 et le printemps 2015.

    Parmi les enquête d’évaluation, on peut citer l’enquête de satisfaction STEP (mars- avril 2015) .
    Il y a eu également une enquêté relative au souhait de participer à WorldCat 2015-2017 (105 réponses)

    Les enquêtes d’analyse de l'existant nous permettent d’avoir une vue plus précises de vos pratiques et/ou de préparer au mieux de nouveaux services, comme le cahier des charges de Cidemis, ajusté grâce aux retours des CR.

    ANIMATION La revue Arabesques a également était le sujet d’une vaste enquête (près de 400 réponses). Le dépouillement a révélé un taux de satisfaction digne d’une république bananière (98% de satisfait et très satisfait) mais a surtout fait ressortir :
    votre forte adhésion à cette revue pour son utilité professionnelle (c’est vous qui l’avez dit),
    votre attachement au support papier
    mais aussi un besoin d’évolution de la version électronique.
    Des suggestions de contenu ont été retenu par l’équipe de rédaction notamment la création d’une nouvelle rubrique « Portrait ».

  • Je m’excuse par avance auprès de ceux d’entre vous qui ont assisté à la session parallèle d’hier mais il parait important que l’ensemble de l’assistance entende quelques mots de Calames.

    L’année a été marquée par deux événements majeurs.
    Tout d’abord, l’organisation d’une journée du réseau à l’Institut de France avec l’appui notable des Bibliothèques Mazarine et de l’Institut.
    Cette journée exceptionnelle, qui a rassemblé 80 participants (ce qui est un chiffre très élevé compte tenu de la taille du réseau Calames) était justifiée par la nécessité de :
    - faire le point sur six années d’usages des interfaces publique et de catalogage de Calames
    - définir les perspectives de ces applications et de son réseau professionnel
    Elle a donné lieu à la publication d’une étude, disponible en ligne.

    Par ailleurs, au niveau national, un groupe de travail a été constitué à compter de septembre 2014 pour étudier la faisabilité d’un outil national de production de métadonnées EAD.
    Cette initiative interministérielle est née :
    - du constat de l’étroitesse de la communauté des catalogueurs EAD en bibliothèque
    - et du paradoxe de la diversité des outils de production de métadonnées en EAD
    - alors même qu’un guide des bonnes pratiques nationales fixe un cadre commun.

    La question est donc de savoir s’il ne serait pas opportun que les établissements mutualisent leur force, au-delà de leur tutelle administrative respective (côté ESR, réseau Calames et initiatives du monde de la recherche, côté Culture BnF et bibliothèques de lecture publique). Les travaux sont en cours…

    Au fil des discussions dans le cadre du GT, la question de la place des autorités dans ce potentiel outil national de production de métadonnées en EAD a été posée. L’ensemble des acteurs s’interrogent sur l’opportunité de rapprocher les fichiers d’autorité existants (ceux de la BnF et du Sudoc ont des relations étroites mais vivent chacun de leur côté tandis qu’il existe aussi des fichiers locaux qui ne sont reliés à aucun référentiel externe). François Mistral reviendra sur ce sujet tout à l’heure.
  • L’ABES intervient en mettant à disposition la base documentaire du Sudoc et travaille plus étroitement avec l’un des 3 laboratoires, le LIRMM.

    Le projet a pour objectif d’appliquer des techniques d’intelligence artificielle pour trouver et corriger les erreurs de liage, dédoublonner, enrichir et/ou créer des notices autorités.

    Le projet ANR a commencé en 2012 et se termine en mars 2016.

    Le livrable final sera un prototype SudoQual qui permettra au choix le diagnostic automatique ou l’aide à la décision.

    Je vais vous présenter le principe de fonctionnement de SudoQual sous forme d’un schéma.
  • Prenons deux autorités et quatre notices bibliographiques dans un contexte où les données sont « ambiguës » : les noms de personnes de l’autorité 1 et de l’autorité 1’ sont proches ; les notices bibliographiques appartiennent à des champs disciplinaires proches (ex : sociologie et ethnologie)
    (Attention ce n’est pas du tout le vocabulaire utilisé dans Qualinca car il ne s’agit pas tout à fait des notices d’autorité et des notices bibliographiques, je simplifie volontairement et avec l’assentiment du chef de projet).

    Pour faire des liens, le catalogueur utilise intuitivement des critères par exemple : telle personne est connue pour écrire dans telle chapitre disciplinaire ; et des règles implicites par exemple : une personne ne peut pas publier avant d’être née.

    Animation : Il fait trois liens qui sont des liens de rapprochement.
    Par exemple, il constate que les notices bibliographiques 1 et 2 appartiennent au même champ disciplinaire (sociologie) et que ce champ figure en source de la notice d’autorité 1, alors que dans la notice d’autorité 1’ il est mentionné que cette personne est un ethnologue. Le catalogueur liera alors la biblio 1 à l’autorité 1 en appliquant le critère du champ disciplinaire
    Concernant les règles cette fois ci, il constate que la personne décrite par l’autorité 1 est née après la date de publication de la bibliographique 3 et qu’elle ne peut donc pas en être l’auteur. Il n’établira donc pas de lien entre l’autorité 1 et la notice bibliographique 3.
    Etc.

    Animation Mais parfois le catalogueur n’est pas parfait. Il fait parfois des erreurs de lien ou des oublis.

    Animation par exemple le lien fait à tort entre l’autorité 1 et la notice bibliographique 2 (même si leur champ disciplinaire est le même). Ou bien il oublie parfois des liens, par exemple entre l’autorité 1’ et la notice bibliographique 4.

    Voyons maintenant ce que fait SudoQual :
    Animation SudoQual va appliquer les règles et les critères pour établir des liens de rapprochement (en vert).
    Animation Il établira aussi des liens d ’éloignement (en rouge) (lien qui sont implicites aujourd’hui). Il appliquera des schémas de réparation et sera en mesure d’arriver à un meilleur résultat, par exemple ici en éloignant l’autorité 1 et la notice bibliographique 2 ou en créant un lien de rapprochement entre l’autorité 1’ et la notice bibliographique 4.
  • Un certain nombre de points évoqués sur cette diapo ont déjà été présentés l’an dernier, notamment la conversion des données Sudoc et IdRef vers le modèle FRBRoo et la constitution de lots de référence.

    Cette année la contribution de l’ABES au projet ANR a principalement porté sur l’évaluation et sur les livrables ad hoc.

    L’évaluation se fera en plusieurs phases. Il s’agit :
    - d’évaluer la façon dont est formalisée la connaissance du catalogueur (l’ensemble de règles et de critères que j’ai évoqué rapidement)
    d’évaluer la fiabilité et la pertinence des résultats du prototype « SudoQual » à l’échelle d’un échantillon de référence
    d’éprouver « SudoQual » en l’utilisant à plus grande échelle (ie au-delà de l’échantillon de référence)

    Ce projet ANR est l’occasion pour l’ABES d’accroitre son expertise sur les données d’autorités mais aussi sur les règles logiques qui sous-tendent le comportement des catalogueurs.

    En parallèle et au-delà de l’échantillon de référence utilisé dans le projet Qualinca, l’ABES a mis cette nouvelle expertise au service des données de Persée. Dans l’année qui vient, l’équipe du hub de métadonnées appliquera également ces techniques aux corpus des licences nationales pour les enrichir.

    Je vais revenir maintenant sur deux sujets qui ont fait l’objet de présentation détaillées hier lors d’une session parallèle.
  • Préconisations : Ce texte fait le point sur la position française vis-à-vis de RDA, ce nouveau code de catalogage international dont nous vous parlons depuis plusieurs années maintenant.

    Le pilotage a été revu à l’automne : les institutions porteuses de la transition bibliographique sont les deux agences bibliographiques nationales (ABES et la BnF) et les CRFCB.

    Ligne de mire : point de fuite est RDA. Concrètement, cela signifie que chaque fois que RDA est adoptable en l’état, les nouvelles normes françaises s’appuient sur RDA. Lorsque RDA n’est pas adoptable en l’état, la norme française divergera. Nous espérons que ces divergences seront transitoires car en parallèle, le point de vue français sera présenté et un lobbying sera mené.

    La norme française RDA-FR sera publié petits bouts par petits bouts pour répondre aux besoins les plus criants, notamment ceux liés à la FRBRisation.
    Si la France s’intéresse à RDA c’est que ce nouveau code de catalogage promet de mieux répondre aux attentes des usagers grâce à l’implémentation du modèle FRBR. Il s’avère que RDA malmène parfois le modèle FRBR ; les nouvelles règles françaises de transition permettront, elles, de faire évoluer les pratiques actuelles de catalogage vers le modèle FRBR.

    La publication des premiers éléments de RDA-FR, imminente, sera faite sur le site BiVi de l'Afnor, dans la partie Livres blancs (accès gratuit).

    Une série de mesure d’accompagnement est prévue, et a même été déjà initié.
    L’ABES et l’ADBU ont unis leur force en février pour proposer aux cadres des bibliothèques de l’ESR une journée d’information centrée sur les évolutions du catalogue, du catalogage et des catalogueurs. Je remercie ici l’ADBU de nous avoir offert cette tribune qui nous a permis de toucher un public qui ne fréquente pas forcément les JABES.

    Plus largement, un nouveau site internet est en cours d’élaboration. Il concernera qui veut en savoir plus sur le sujet et contiendra :
    - les travaux en cours et à venir portés par les acteurs de la Transition bibliographique ;
    - l’évolution des formats découlant de celle des règles ;
    - les documents pédagogiques d’accompagnement.

    Enfin, les CRFCB vont réaliser un travail très conséquent à compter de septembre, dans la lignée et avec l’expérience de ce qui a été fait dans le cadre de feu le sous-groupe Formation de RDA en France.
  • J’en viens maintenant au dernier point de ces actualités, à ce projet qui bien qu’il n’en soit pas encore un en termes organisationnels, est sur toutes les lèvres : Sudoc 2.
    Je vous propose d’abord un court flash-back.
    L’an dernier, Maurits Van der Graaf a fait une intervention sur une étude concernant le catalogage partagé, étude menée en parallèle aux travaux des sites pilotes du SGBm.
    Une certaine confusion régnait, à l’ABES et dans le réseau, et a plané lors des JABES2014 sur les relations entre le SGBm et le Sudoc.

    Maurits Van Der Graaf listait 6 moteurs du changement que je vous laisse vous remémorez, et qui d’une certaine façon plante le décor du projet Sudoc 2, même si l’an dernier à la même époque cette expression Sudoc 2 n’existait pas encore.

    Et depuis que s’est-il passé ?

  • Tout d’abord, nous avons acquis quelques certitudes et tenter de lever la confusion qui régnait entre le périmètre du projet SGBm et le périmètre du projet Sudoc 2.

    Les projets SGBm et Sudoc 2 sont deux projets distincts. Il existe plusieurs points de jonction ; celui qui nous intéresse ici est celui de la production de métadonnées.

    Le réseau Sudoc est attaché au principe de catalogage partagé dans une base unique. Toute évolution des modalités de catalogage partagé concerne l’ensemble du réseau, ie l’ensemble des établissements qu’ils soient membres ou pas du groupement de commande SGBm, et s’ils sont membres qu’ils acquièrent ou pas un SGB au terme de l’accord-cadre.

    Les 9 sites pilotes du projet SGBm, pour lesquels il y a une certaine urgence à régler cette question car ce seront eux les premiers équipés d’un nouveau système, sont membres du réseau Sudoc et souhaitent le rester.
    - Ils acceptent de continuer à cataloguer dans WinIBW pour un temps
    - Cette phase ne peut être que transitoire car ils veulent pouvoir cataloguer dans le Sudoc depuis leur SGB, ce qui est bien compréhensible : ils ont besoin à relativement courte échéance d’un module de catalogage intégré aux SGBm.

    Passons maintenant aux problématiques du Sudoc 2 en tant que telles.
  • Tout d’abord et sans surestimer son importance, un article a été publié dans Arabesques n°76. Cela a été une occasion de nous obliger à formaliser nos réflexions. C’est une première étape, bien modeste et parcellaire, mais elle a le mérite d’avoir été faite.

    La nomination de deux chargés de mission au cours de l’hiver a fait avancer les réflexions de manière plus sensible autour de deux questions clés…

    Qu’est ce que le Sudoc aujourd’hui ? Il s’agit de garder en tête les faits (les technologies actuelles du Sudoc arrivent en fin de vie) et les grandes tendances (notamment la politique affirmée ces dernières années de libérer les données juridiquement mais aussi techniquement pour les sortir des applications propriétaires) pour déterminer, avec le plus d’objectivité possible, quelles sont les forces et faiblesses du Sudoc actuel. Ce travail est en cours de finalisation.

    La seconde question clé est de savoir de quoi le Sudoc de demain doit être fait.

    Pour y répondre…
  • Trois études ont été lancées.

    La première, terminée, vise à remplacer WinIBW dans ses fonctions d’éditeur de métadonnées.

    La seconde vise à traduire en règles logiques, des règles nombreuses et complexes qui permettent de contrôler la qualité des données dès leur création. Cette étude est en cours.

    La troisième également en cours, a pour but d’étudier les modalités de synchronisation de la base Sudoc et vos bases locales en temps réel.

    Quelques établissements ont été associés, de manière ponctuelle à ces études. Mais il est vrai que l’ABES a pour l’instant travaillé dans son coin. Les modalités de votre implication dans Sudoc 2 restent d’ailleurs à organiser et seront peut-être évoquées cet après-midi lors du JABESCamp ?

  • Pour conclure, et sans vouloir ajouter de la confusion alors que j’ai justement essayé de la chasser au début de cette partie, i

    ANIMATION il faut peut-être se demander si le terme Sudoc 2 est adéquat.

    Je rejoins sur ce point l’ADBU qui s’est à plusieurs reprises cette année étonnée de ce vocable et a appelé de ses vœux la refondation du réseau Sudoc, une sorte de réseau 2.
    Le fait de nommer les choses ne garantie pas en soi une bonne compréhension.

    ANIMATION Je me permets donc de marteler cette idée :
    ces trois études et le bilan de l’existant dessinent des évolutions du Sudoc qui pourront être mise en production dans la cadre actuel.

    ANIMATION Pour conclure, je détourne une formule qu’a utilisé Philippe Le Pape dans un autre contexte et à propos du catalogage : il n’y aura pas de grand soir du Sudoc : Sudoc 2 n’est pas une rupture mais une suite, et cette suite est à écrire ensemble.
  • CLIC !
  • JABES 2015 - Les actualités de l'ABES / Isabelle Maugez Perez & Laurent Piquemal (ABES)

    1. 1. LES ACTUALITES DE L’ABES Isabelle Mauger Perez, responsable adjointe du Département des services aux réseaux (DSR) Laurent Piquemal, coordinateur du pôle Gestion des réseaux (DSR) Journées ABES 2015 - Actualités de l’ABES 1 Jeudi 28 mai 2015 Signaler plus, mieux, autrement
    2. 2. En préambule : l’ABES se réorganise Pascal Pérotin, directeur adjoint Serge Genot, directeur du projet SGBm Martine Brunet, chargée de mission « évaluation » Stéphane Rey, chargé de mission « Sudoc 2 » Valérie Silva, responsable du département des systèmes d’information Suppression du Département Etudes et Projets (DEP) : coordination des projets assurée par Pascal Pérotin. Journées ABES 2015 - Actualités de l’ABES 2
    3. 3. Journées ABES 2015 - Actualités de l’ABES 3 1. Signaler plus 1.1. Plus de ressources électroniques 1.2. Avec plus de moyens 2. Signaler mieux 2.1. Affiner le signalement 2.2. Unir nos forces 2.3. Cibler les problèmes grâce à de nouveaux outils de diagnostic 2.4. Les données d’autorités : s’aligner avec des données externes 2.5 Correspondants, qu’est-ce que l’ABES a fait pour vous ? 3. Signaler autrement 3.1. Ajuster le positionnement de l’ABES 3.2. Anticiper le signalement de demain
    4. 4. Mais avant toute chose… Indisponibilité anormale des applications entre mai et septembre 2014 : toutes nos excuses renouvelées Explications techniques sur le blog Punktokomo Journées ABES 2015 - Actualités de l’ABES 4
    5. 5. SIGNALER PLUS 1 – Signaler plus 5
    6. 6. Plus de ressources électroniques 1 – Signaler plus 6
    7. 7. Type Corpus courant (open access) Open Edition 1 668 périodiques courant Numérique Premium 996 e-books francophones en histoire et sciences humaines. courant Cambridge University Press 863 périodiques en sociologie et en anthologie courant Elsevier 795 e-books courant OVID 129 e-books francophones en en médecine et sciences archives Wiley 2 188 périodiques en écologie, mathématiques, chimie, physique, sciences de la santé. Période 1791-2011. archives Sage 748 périodiques. Période 1847-2009 archives De Gruyter 474 périodiques en sciences humaines. Période 1826- 2012 archives BMJ 64 périodiques médicaux. Période 1840-2011. Plus de ressources électroniques 1 – Signaler plus 7
    8. 8. Zoom sur les données acquises en licence nationale : état du traitement dans le hub de métadonnées 1 – Signaler plus 8 Corpus Analyse de l’offre Signature Valider la livraison KBART SUDOC Désher ber Modéliser en RDF Convertir en RDF Enrichir Wiley 2188 périodiques Sage 748 périodiques De Gruyter 474 périodiques hors délai BMJ 64 périodiques En vert : terminé En orange : en cours En blanc : à faire
    9. 9. Plus de ressources électroniques BACON : BAse de COnnaissance Nationale (1/6) : principes fondateurs 1 – Signaler plus 9 C’est quoi ? Entrepôt de métadonnées de référence, exposées sous licence CC0. BACON est un ensemble de webservices et une interface web. Pourquoi ? Constat de lacunes dans les bases de connaissances commerciales, notamment pour le périmètre de l’édition scientifique française. Comment ? BACON est un intermédiaire entre les éditeurs et les établissements. BACON : 1/ favorise la production des fichiers KBART 2/ les collecte 3/ les évalue, voire les labellise 4/ les rend disponibles auprès de qui veut. Quel contenu ? Fichiers KBART attendus des éditeurs, sous format tabulé (formalisme simple). Périodiques et livres électroniques. Granularité de niveau titre.
    10. 10. Workflow de BACON Editeur 27 critères syntaxiques • Encodage • Nom du fichier • … 27 critères syntaxiques Critères syntaxiques et sémantiques http://bacon.abes.fr Rapport d’erreurs 1 – Signaler plus
    11. 11. Critères d’analyse des fichiers KBART dans BACON 1 – Signaler plus 11
    12. 12. Plus de ressources électroniques Un objectif… … à atteindre en deux temps : 1 – Signaler plus 12 1er temps (aujourd’hui) : priorité au marché académique francophone (39 éditeurs/diffuseurs francophones) Signaler l’ensemble des bouquets auxquels les établissements de l’ESR souscrivent 2nd temps (sept. 2015-….) : les principaux éditeurs mondiaux CAIRN Classiques Garnier Numérique DROZ Editions Francis Lefebvre Erudit Numdam Numérique Premium OpenEdition Persée BACON (4/6) : un périmètre initial destiné à s’élargir
    13. 13. Plus de ressources électroniques BACON (5/6) : la mise en production L’offre de contenu : à ce jour, 19 packages (dont 12 Istex) • 18 packages de périodiques • 1 packages de livres électroniques L’offre de services : 3 webservices disponibles pour obtenir les données aux formats CSV, XML et JSON : – Le webservice LIST permet de voir l’ensemble des dernières versions des bouquets – Le webservice Package2KBART affiche les lignes KBART d’un bouquet donné – Le webservice Id2KBART permet d’obtenir les informations KBART en fonction d’un identifiant donné (ISSN ou ISBN) 1 – Signaler plus 13
    14. 14. Plus de ressources électroniques BACON (6/6) dans quelques mois L’offre de services – Des webservices supplémentaires en fonction des besoins que vous aurez exprimés – Le site web http://bacon.abes.fr pour une récupération manuelle des données L’offre de contenu : – Plus de ressources francophones, puis des ressources internationales – Et de meilleure qualité 1 – Signaler plus 14 Tout dépendra de notre capacité à négocier en amont des achats de ressources électroniques : la fourniture de fichiers KBART de qualité devrait être un critère incontournable
    15. 15. avec plus de moyens 1 – Signaler plus 15
    16. 16. Les moyens financiers alloués aux rétroconversions Nouvelle chargée de mission, Françoise Berthomier. 1. Signaler plus 16 Calendrier de l’appel à projets •octobre - novembre 2014 : lancement •15 décembre 2014 (Sudoc) et 15 janvier 2015(Calames) : dépôt des candidatures • février 2015 : arbitrage des sommes (en lien avec le DISTRD), insertion dans le dispositif Collex (financement complémentaire) • fin mars 2015 : notification par mail aux établissements • fin avril 2015 : envoi des conventions Sudoc - Budget disponible : 599 K€ (dont 200 K€ Collex) -Demandes : -921 983 € 37 établissements conventionnés (40 candidats) 44 projets (61 demandes) Calames - Budget disponible : 176 K€ (dont 70 K€ Collex) -Demandes : 236 008 € 16 établissements conventionnés (16 candidats) 19 projets (22 demandes)
    17. 17. Gagner du temps CIDEMIS : un Circuit DEMatérialisé des DEMandes ISSN ! – Partenariat ABES – BnF (ISSN France) – CIEPS (ISSN International) – Application web interconnectée au Sudoc qui concerne tous les acteurs de la chaîne d’enrichissement du Registre international de l’ISSN : catalogueur, responsable de centre régional du Sudoc-PS, réseau ISSN coordonné par le CIEPS. – Une seule et même interface de gestion et de suivi des demandes – Les avantages de l’application : • le tableau de bord est en permanence à jour (plus de délai imposé par les manipulations de documentation imprimée) • les échanges sont traçables, les justificatifs totalement dématérialisés • les données sont automatiquement injectées dans la base Sudoc (données de gestion, données bibliographiques) • le processus d’import dans le Sudoc des mises à jour du Registre international de l’ISSN est consolidé • les statistiques d’activité sont plus fiables 1. Signaler plus 17
    18. 18. SIGNALER MIEUX 2 – Signaler mieux 18
    19. 19. Affiner le signalement 2 – Signaler mieux 19
    20. 20. Affiner le signalement Données d'exemplaires – Possibilité d’intervenir dans le format et d’en exploiter la richesse – Possibilité d'étendre à 5 le nombre de modèles de notices par type de document et de personnaliser la saisie – Possibilité de constituer un panier de PPNs de notices à enrichir ou à transmettre à un contributeur habilité 2 – Signaler mieux 20
    21. 21. Affiner le signalement Données bibliographiques 2 – Signaler mieux 21
    22. 22. Affiner le signalement Données bibliographiques – Possibilité d’utiliser de nouveaux codes de fonction (7XX $4) permettant d'exprimer les notions ● d'école doctorale ● les partenaires de recherche ● la qualité des membres du jury – Visibilité dans theses.fr ● Facettes ● Page Personne 2 – Signaler mieux 22
    23. 23. Affiner le signalement Données bibliographiques – Possibilité d‘utiliser de nouveaux codes de fonction (7XX $4) permettant d'exprimer les notions ● d'école doctorale, ● les partenaires de recherche, ● la qualité des membres du jury – Visibilité dans theses.fr ● Facettes ● Page Personne 2 – Signaler mieux 23
    24. 24. Affiner le signalement Données bibliographiques en RDF – Exploitation de davantage de classes dans les 3 vocabulaires utilisés pour décrire : ● Images fixes ou animées ● Documents musicaux ou sonores ● Cartographiques ● Microformes – Expression des données de liens (4XX) du format Unimarc, pour reconstituer l’historique des publications en série – Utilisation du vocabulaire RDA en RDF consolidé et validé 2 – Signaler mieux 24
    25. 25. Unir nos forces 2 – Signaler mieux 25
    26. 26. Unir nos forces CERCLES, les enjeux – Possibilité pour un établissement de s'investir sur l'enrichissement d'un corpus de documents et d'en être responsable pour la communauté – Répartition des compétences entre l'ABES et les établissements – Amélioration des métadonnées dans le SUDOC répercutées à terme dans les bases de connaissance 2 – Signaler mieux 26
    27. 27. Unir nos forces CERCLES, le dispositif Candidature Acte d’engagement 1 2 Accompagnement Référent ABESResponsable Chantier 3 Correction Enrichissement 3 Promotion Coordination calendrier corpus modalités outils 2 – Signaler mieux 27
    28. 28. Unir nos forces CERCLES, les corpus - Corpus électroniques et imprimés sont éligibles - Les axes d’enrichissements sont : - Création des liens manquants 6XX et 7XX - Création des autorités - Vérification et création des liens réciproques 4XX - Création des notices de collection - Traitement des 309 - Importance du travail sur les liens 2 – Signaler mieux 28
    29. 29. Unir nos forces CERCLES, les témoignages Les « + » • Efforts pour orienter le travail façon « web sémantique » (ex : lier les directeurs de publication successifs) • Efforts pour démêler les données bibliographiques des données liées aux modalités d’accès  1045 opérations effectuées  Une montée en compétence sur la vie parfois mouvementée des revues scientifiques Les « - » • Recherche très chronophage des directeurs de publication  Le web sémantique a un prix… et celui-ci n’est pas nul 2 – Signaler mieux 29
    30. 30. Unir nos forces CERCLES, les témoignages Les « + » • Sortie du sentiment d’isolement • Prise en compte par l’ABES du travail effectué depuis 4 ans • Motivation pour participer à un réseau qui se constitue • Assurance de ne plus créer de doublons à l’avenir (ajout du champs source 035)  Vision prospective des modalités de catalogage de la documentation électronique à l’avenir Les « - » • Chantier bloqué car pas d’imports de notices • Pas de date fixée pour la mise en place des imports mensuels • Pas de diminution de la charge de travail sur la veille  Forte attente du dialogue entamé entre ABES et Garnier pour aboutir à des versements mensuels de notices de qualité  Dialogue à renforcer encore pour une meilleure compréhension mutuelle du travail fait et des enjeux 2 – Signaler mieux 30
    31. 31. Unir nos forces CERCLES, les témoignages Les « + » • La retouche manuelle des notices éditeurs permet la correction de celles-ci • Assurer la complétude des notices et la qualité du Sudoc et des catalogues locaux • Poursuivre le travail transversal de nettoyage des doublons auteurs • Repérer les améliorations à demander aux éditeurs pour la fourniture initiale  soit autant de modifications nécessaires à un catalogue de qualité Les « - » • Découverte de problèmes dépassant le périmètre fixé : indicateurs incorrects en 7XX, zone 200 incomplète • Difficulté à renseigner la note 340 biographique/d’activité  soit autant de corrections supplémentaires et chronophages, mais néanmoins indispensables à apporter 2 – Signaler mieux 31
    32. 32. Unir nos forces CERCLES, les témoignages Les « + » • Autonomie sur les modalités • Valorisation des catalogueurs • Motivation et travail collaboratif au sein de l’équipe • Valorisation de ressources « open » • Conciliation des intérêts du réseau et des intérêts locaux • Contact aisé avec les responsables d’ OpenEdition Books  Donner envie à d’autres SCD de se lancer pour profiter à notre tour de leur travail Les « - » • Mise en place lente • Echanges avec l’ABES difficiles à mettre en place • Application de règles « non conformes aux règles normales» demandées par l’ABES, mal acceptées par l’équipe…!  Difficultés de s’en tenir à un catalogage « allégé » conforme à nos engagements sans en faire +  Manque de clarté et d’explications pour le réseau Sudoc en général 2 – Signaler mieux 32
    33. 33. Unir nos forces CERCLES, les témoignages Les « + » • Rend possible une politique documentaire cohérente à tous les niveaux : national, comue (et autres regroupements), établissement • Contribue au partage du travail entre les établissements • Permet un signalement de meilleure qualité que celui des discovery tools (maigres notices d’éditeurs) Les « - » • On s’interroge sur l’utilité réelle de certaines zones  Ne faudrait-il pas restreindre la recommandation d’amélioration des notices aux données dont l’utilité est certaine ? …Voulons-nous absolument des 452 et des collections numériques ? 2 – Signaler mieux 33
    34. 34. Unir nos forces CERCLES, le cercle vertueux – De nouvelles candidatures ● Ecole Française d’Athènes (De Gruyter) ● Bibliothèque UPMC (ENI) – Des collaborations spontanées ● Amiens et Grenoble 2 – Un appel à renfort : Corpus CAIRN – La préparation des données pour les traitements automatisés à venir 2 – Signaler mieux 34
    35. 35. Unir nos forces CERCLES, la suite - Intérêt porté aux corpus « Licences nationales » - Concentration sur la complétude des liens - Evolution du dispositif • Accompagnement collégial de l’ABES • Domaine « Etablissement CERCLES » sur • Les listes, comme lieu des questions de catalogage • Création d’une entrée « CERCLES » dans le - Renforcement du rôle de l’établissement 2 – Signaler mieux 35
    36. 36. Cibler les problèmes 2 – Signaler mieux 36
    37. 37. Cibler les problèmes De nouveaux outils de diagnostic par l'ABES – La zone 309 ● Notices avec codes de langue indéterminés ● Notices avec codes de fonction manquants ● Notices sans liens 6XX ou 7XX – Bilan pour corpus « ouverts » ● 309 continuellement injectée dans les chargements ● 10 établissements ont traité « leurs » notices – Bilan pour corpus « fermés » ● « RADI » pris en charge par SCD Lyon 3 2 – Signaler mieux 37
    38. 38. Cibler les problèmes De nouveaux outils de diagnostic par l'ABES – L'algoSudoc Objectifs : ● identifier les thèses cataloguées dans le Sudoc absentes de theses.fr ● connaître la raison et corriger la notice Sudoc Principe : ● Paramétrer l’URL générique du webservice ● Récupérer un fichier des PPNs à corriger 2 – Signaler mieux Plus d’infos sur Punktokomo 38
    39. 39. Cibler les problèmes De nouveaux outils de diagnostic par l'ABES – Metarevues Objectif : ● Générer l’historique complet d’un périodique ● Vérifier les bouquets fournis par les éditeurs ● Exemplariser les corpus « licence nationale » ● Piloter les PCP dans Periscope Principe : ● Exploiter les 4XX des notices de périodique 2 – Signaler mieux Plus d’infos sur Punktokomo 39
    40. 40. Cibler les problèmes De nouveaux outils de diagnostic par le réseau E-PPNator Pierre Marige Bib.Ste Barbe CheckSudoc Yves Tomic Paris Dauphine PDF Star J.M. Martins Ecole des Mines Erreurs de saisie  Absences de lien 6XX ou 7XX   Cohérence des données - Dates - Collection 225/410  Redondance du 200 $b  Validité des fichiers PDF de thèses  2 – Signaler mieux 40
    41. 41. Cibler les problèmes De nouveaux outils de diagnostic par le public – Crowdsourcing Objectif : ● donner la possibilité aux personnes concernées par les documents de signaler les corrections à effectuer Principe : ● dans theses.fr ● dans IdRef 2 – Signaler mieux 41
    42. 42. S ’aligner avec des données externes 2 – Signaler mieux 42
    43. 43. S'aligner avec des données externes Données d'autorités 2 – Signaler mieux Alignés avec IdRef Rétrospectif Production courante PERSEE Algorithme Saisie manuelle ADUM Algorithme ORI-OAI LARHA VIAF Algorithme Algorithme ISNI Algorithme Algorithme 43
    44. 44. Renforcer notre accompagnement 2 – Signaler mieux 44
    45. 45. Renforcer notre accompagnement Structuration des réseaux – Consolidation du rôle de correspondant Autorité ● Campagne de désignation des correspondants Autorités ● Journée d'étude (2 octobre 2014, à la BULAC) ● Communication accrue ● Mobilisation sur des chantiers qualités ● Mise à disposition d'outils spécifiques (ILN2TD3) 2 – Signaler mieux 45
    46. 46. Renforcer notre accompagnement Développement de l'offre de formation – Les formations délocalisées ● Atteindre un nouveau public (près de 55 agents) ● Soutenir l’effort de formation – Les formations à distance ● Valoriser les initiatives avec les J.e-cours ● Accompagner le changement avec des webinaires – Nouvelles zones 181/182 – Nouvelles applications CIDEMIS et BACON 2 – Signaler mieux 46
    47. 47. Renforcer notre accompagnement Amélioration de notre communication – Envoi de messages clairs – Limitation des sources – Orientation des lecteurs ● Via la Lettre d'information « L’actu des réseaux » ● Via @com_abes 2 – Signaler mieux 47
    48. 48. SIGNALER AUTREMENT 3 – Signaler autrement 48
    49. 49. Ajuster le positionnement de l’ABES 2 – Signaler autrement 49
    50. 50. Ajuster le positionnement de l’ABES Le projet SGBM Objectifs principaux – fournir un système de gestion locale mutualisé aux bibliothèques des établissements membres du réseau Sudoc – fournir, le cas échéant, un outil de découverte local associé au système de gestion – garantir l’articulation entre les SGBm et les systèmes nationaux de signalement administrés par l’ABES pour les bibliothèques (dont le Sudoc) Composition de l’équipe projet – 9 chefs de projet (un par établissement pilote) – Pour l’ABES : un directeur de projet, deux chefs de projets (fonctionnel et informatique), plusieurs experts ABES intervenant ponctuellement en soutien au projet 3. Signaler autrement 50
    51. 51. SGBm : 46 signataires du groupement de commande  Campus Condorcet  Casa de Velazquez  Comue Sorbonne Paris Cité  Ecole Française d'Athènes  Ecole Nationale Supérieure d'Arts et Métiers  Ecole Normale Supérieure de Lyon  INRIA  Institut français du Proche-Orient - IFPO  Institut national d'histoire de l'art - INHA  Muséum national d'Histoire naturelle  Université Aix-Marseille  Université de Bourgogne  Université de Bretagne Occidentale  Université de Caen Basse Normandie  Université de Franche-Comté  Université de la Polynésie française  Université de La Réunion  Université de La Rochelle  Université de Lorraine  Université de Pau et des Pays de l’Adour  Université de Perpignan Via Domitia  Université de Poitiers  Université de Rouen  Université de Savoie  Université de Technologie Belfort- Montbéliard  Université des Antilles et de la Guyane  Université d'Evry -Val- d'Essonne  Université d'Orléans  Université du Sud - Toulon – Var  Université Grenoble 1 INPG  Universités Grenoble II et III  Université Lille 2 Droit et Santé  Université Nice Sophia Antipolis  Université Panthéon Assas  Université Paris Est Marne la Vallée  Université Paris Sorbonne  Université Pierre et Marie Curie 3. Signaler autrement 51 9 sites pilotes Bordeaux Service de coopération documentaire Clermont Ferrand Le Havre Lille 3 Littoral Montpellier Paris Descartes Toulouse Universcience
    52. 52. SGBm : représentativité du groupement de commande Les établissements membres du groupement de commande SGBm représentent 30% du réseau Sudoc. Sites (repérés par l’ILN) : 50 / 164 ≈ 30% Un peu moins de la moitié des notices bibliographiques du Sudoc sont localisées dans ces établissements. Notices (dites de 1ères localisations) : 17,6 M / 38,7 M ≈ 45% Près de 60% des bibliothèques du réseau Sudoc sont dans le groupement de commande. Bibliothèques (repérées par leur RCR) : 835 / 1451 ≈ 58% 52 3. Signaler autrement
    53. 53. 53 3. Signaler autrement
    54. 54. Ajuster le positionnement de l’ABES Les COMUE – dans le projet SGBm – dans les applications thèses Les fusions d’établissements – fusion de SCD qui disposaient de SIGB et de numéros ILN différents – 4 lots d’opération à mener – calendrier établi en concertation avec l'établissement (arrêt des transferts réguliers et suspension des activités de catalogage) 3. Signaler autrement 54 juin 2014 : fusion des ILN de l'université de Lorraine (4 ILN / 800.000 notices) janvier 2015 : fusion des ILN de l'université de Strasbourg et de l'école d'architecture de Strasbourg (5 ILN / 600.000 notices)
    55. 55. Ajuster le positionnement de l’ABES Vous écouter : des enquêtes – 15 enquêtes menées entre mai 2014 et aujourd’hui • de type « évaluation » • de type « recueil des besoins » • de type « analyse de l'existant » 3. Signaler autrement 55 Arabesques : vous écouter et vous donner la parole – Enquête de satisfaction à destination des lecteurs de la revue Arabesques (juillet - octobre 2014) : 395 réponses – Nouvelle maquette à compter du n°69, janvier-février-mars 2013 – Nouvelle rubrique « Portrait » à compter du n°78, avril-mai-juin 2015
    56. 56. Ajuster le positionnement de l’ABES Temps forts du réseau Calames – 27 mai 2014 : journée du réseau Calames (80 participants) – juillet 2014 : publication de l’étude « Calames : bilan, enjeux et perspectives (2006-2014) » Actualité nationale : le groupe de travail chargé d’étudier la faisabilité d’un outil national de catalogage en EAD – Initiative interministérielle : pourquoi ne pas mutualiser les forces et utiliser un même outil ? – Travaux en cours. Réunion des tutelles prévue en octobre 2015. – Emergence d’une nouvelle question : vers un fichier national d’autorité (qui servira Calames mais aussi le Sudoc) ? 3. Signaler autrement 56
    57. 57. Anticiper le signalement de demain 2 – Signaler autrement 57
    58. 58. Anticiper le signalement de demain Qualinca (1/3) – Projet de recherche fondamentale financé par l'ANR en collaboration avec trois laboratoires d'intelligence artificielle (LIRMM, LIG, LRI) et l'INA – But : proposer un cadre logique pour définir et mesurer la qualité des liens (bibliographiques / autorités ) dans un catalogue – Livrable final (pour mars 2016) : un prototype de diagnostic qualité « SudoQual » permettant • soit l’automatisation (diagnostic automatique) • soit l’aide à la décision (diagnostic nécessitant l’intervention humaine) 3. Signaler autrement 58 http://www.lirmm.fr/qualinca
    59. 59. Ce qu’a fait le catalogueurAutorité 1 Autorité 1’ Biblio 1 Biblio 2 Biblio 3 Biblio 4 3. Signaler autrement liens de rapprochement Ce qu’il aurait du faireAutorité 1 Autorité 1’ Biblio 1 Biblio 2 Biblio 3 Biblio 4 Pas d’erreur de liage Pas d’oubli de liens de rapprochement Ce que fera SudoQual Biblio 1 Biblio 3 liens de rapprochement liens d’éloignement réparations Biblio 4 Autorité 1’Autorité 1 Biblio 2
    60. 60. Anticiper le signalement de demain Qualinca (3/3) Rappel des opérations déjà réalisées – Enrichissement de la conversion des données Sudoc et IdRef en FRBRoo – Développement du prototype « SudoQual » – Constitution de lots de données ad hoc destinés à servir de référence Où en est-on aujourd’hui ? – Amélioration du prototype de diagnostic qualité « Sudoqual » – Rédaction par l’ABES des livrables centrés sur l’évaluation du prototype. En parallèle, – Tests sur les données de Persée pour aligner les auteurs connus de Persée et les autorités IdRef – Dans l’année qui vient, utilisation dans le cadre du hub de métadonnées pour enrichir les métadonnées des corpus acquis en licence nationale. 3. Signaler autrement 60
    61. 61. Anticiper le signalement de demain Les décisions – Novembre 2014 : préconisations de l’ABES et la BnF pour favoriser l’évolution des catalogues nationaux vers le web des données liées. – L’organisation de la transition bibliographique a été revue. – La ligne de mire de la normalisation française est RDA. – La norme française intitulée « Transposition française de RDA » (ou « RDA-FR ») sera publiée au fur et à mesure des besoins de réponse à des cas concrets d’interopérabilité. Les mesures d’accompagnement – 4 février 2015 : journée d’information ADBU-ABES (178 inscrits) – été : nouveau site Internet – septembre : début de la campagne de formation aux éléments publiés de RDA-FR proposée par les CRFCB 3. Signaler autrement 61 La transition bibliographique
    62. 62. Anticiper le signalement de demain  JABES 2014 : intervention de Maurits Van der Graaf, société Pléiade « Retours d'enquête : de Sudoc 1 à Sudoc 2 »  Liste de 6 éléments moteurs du changement 3. Signaler autrement 62
    63. 63. Anticiper le signalement de demain Quelques certitudes acquises cette année – Les projets SGBm et Sudoc 2 sont deux projets distincts. Il existe plusieurs points de jonction, dont le catalogage partagé. – Le réseau Sudoc est attaché au principe de catalogage partagé dans une base unique. Toute évolution des modalités de catalogage partagé concerne l’ensemble du réseau. – Les sites pilotes du projet SGBm sont membres du réseau Sudoc et souhaitent le rester. • Ils continueront à cataloguer dans WinIBW pour un temps • mais ils souhaiteraient avoir un module de catalogage intégré aux SGBm. 3. Signaler autrement 63
    64. 64. Anticiper le signalement de demain Sudoc 2 (1/3) – Formalisation des réflexions : article « Sudoc II. Année 0 », Arabesques n° 76 octobre - novembre - décembre 2014 – Nomination d’un chargé de mission Sudoc 2 en novembre 2014 et nomination d’un chargé de mission Evaluation en janvier 2015 dont les axes de travail sont : 1/ Qu’est ce que le Sudoc aujourd’hui ? – Rappel de faits prégnants : Les technologies actuelles du Sudoc arrivent en fin de vie. L’ABES a développé une série de services et d’applications qui sont indépendantes des outils propriétaires qui sont au cœur du Sudoc. – Forces et faiblesses du Sudoc actuel 2/ Que doit être le Sudoc demain ? 3. Signaler autrement 64
    65. 65. Anticiper le signalement de demain Sudoc 2 (2/3) Dans la cadre de la mission Sudoc 2, – une étude sur la faisabilité du développement en interne à l’ABES d’un module de catalogage partagé qui remplacerait pour partie WinIBW – une étude sur la faisabilité d’un module de validation de données indépendant de l’outil de catalogage – une étude sur l’amélioration des transferts réguliers Le rapport final de la mission Sudoc 2 est à l’ordre du jour du séminaire CA/CS des 8 et 9 juin 2015. 3. Signaler autrement 65
    66. 66. Anticiper le signalement de demain Sudoc 2 (3/3) – Mais au fait le terme de Sudoc 2 est-il bien approprié ? – Les trois études et le bilan de l’existant dessinent des évolutions du Sudoc : • qui pourront être mise en production dans le cadre actuel • et qui seront proposées à tous les établissements. 3. Signaler autrement 66 Sudoc 2 n’est pas une rupture mais une suite, à écrire ensemble.
    67. 67. 67 DES QUESTIONS ?

    ×